Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 3 janvier 2013 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Commentaires (33)

    La Chambre aux démocrates en 2014?

    Visit NBCNews.com for breaking news, world news, and news about the economy

    «Les germes de la destruction de la majorité républicaine à la Chambre des représentants sont semés en ce moment», a déclaré Joe Scarborough, animateur de MSNBC et ancien représentant républicain de Floride, dénonçant ce matin l’«extrémisme» de ses anciens collègues à quelques heures de l’ouverture de la session du 113e Congrès des États-Unis (à partir de 6:01).

    «Ils sont en voie de faire de Nancy Pelosi la prochaine présidente de la Chambre. Ils ont intérêt à renverser la vapeur rapidement s’ils ne veulent pas un monopole démocrate à Washington le 1er janvier 2015», a-t-il ajouté en exprimant notamment la crainte que les républicains ne deviennent le «parti de Wayne LaPierre plutôt que celui de Ronald Reagan» à la faveur du débat à venir au Congrès sur les armes à feu.

    Scarborough se fourvoie peut-être mais il est déjà clair que le «chaos» au sein du Parti républicain sera un des thèmes majeurs de la campagne démocrate pour reconquérir la Chambre en 2014, comme on peut le lire dans cet article du journal Politico.


    • Comme disait l’autre, le ver est déjà dans la pomme…

    • Obama doit s’attaquer dès maintenant à l’immigration, les armes à feu et l’environnement. Trois sujets qui ont, effectivement, le potentiel de faire écumer de rage les extrémistes du GOP (qui sont très nombreux).

      Je pense que quoi que fasse Obama, les priorités actuelles vont créer une confrontation quasi-obligée entre démocrates et républicains, mais aussi entre républicains modérés et républicains d’extrême-droite. Étant donné le radicalisme d’une frange non-négligeable des élus du GOP et étant donné la quasi guerre civile qui se prépare au niveau des primaires pour défaire les modérés qui auront osé déroger au dogme républicain radical, je vois mal comment le GOP peut éviter l’implosion d’ici 2014. Le gerrymandering a ses limites.

    • Le seuil de tolérance est franchi quand les élus républicains sont en colères et arrachent leurs cheveux envers leurs collègues républicains de la chambre des représentants. Après la défaite présidentielle de novembre dernier, on croirait que les républicains sont capables de se remettre en question et corrigeraient le tire mais ils persistent toujours dans l’entêtement, l’aveuglement et l’extrémisme volontaire. Le dysfonctionnement des républicains au Congrès a assez duré et les électeurs américains ont maintes fois répété que le compromis est souhaité mais il semble que les républicains ne sont pas prêts pour le compromis avec les démocrates.

      En 2014, ils seront mis à la porte comme Mitt Romney.

    • Cela devrait être le principal objectif politique d’Obama, question de faire passer de réelles réformes en matière d’immigration, d’environnement, de fiscalité et de finances avant la fin de son mandat. Il reste pour les démocrates le défi de maintenir leur crédibilité jusqu’aux élections de 2014. Quant aux républicains, je ne m’inquiète pas trop, ils réussiront facilement à rester en retard de l’évolution.

    • Est-ce que la création du Tea Party aura été le dernier clou dans le cercueil du parti républicain?

    • Le dernier Rasmussen (tendance répulibane) semble confirmer cette perception :

      ” Democrats now hold an 11-point lead over Republicans on the Generic Congressional Ballot for the week ending December 30, 2012.

      A new Rasmussen Reports national telephone survey shows that 46% of Likely U.S. Voters would vote for the Democrat in their district’s congressional race if the election were held today, while 35% would choose the Republican instead. ”

      http://www.rasmussenreports.com/public_content/politics/top_stories/generic_congressional_ballot

    • @seb.b
      Plutôt le pieu dans le corps…

    • Le GOP vit une implosion…Il faut remonter aux années 70 pour en observer l’évolution.

      Depuis les années 1970, le parti républicain est tombé sous l’influence de groupes radicaux (droite religieuse, Tea Party, etc.) dont le but ultime n’est rien de moins que l’élimination des programmes sociaux (welfare) donc de l’héritage du “New Deal”. Le problème que rencontre les idéologues du GOP est que les programmes qu’ils veulent éliminer sont populaires. Bien que beaucoup d’américains critiquent la taille de leur gouvernement, ils appuient tout de même leurs programmes “Social Security, Medicare et Medicaid”.

      J’observe deux stratégies (parmi d’autres) utilisées par les radicaux du GOP pour atteindre leur but : La première, diminuer les revenus de l’état à travers des réductions de taxes puis en alléguant le manque d’argent disponible sabrer dans les programmes sociaux. La deuxième repose sur de vieux clichés politique, le ressentiment des blancs, l’opposition de la classe ouvrière aux changements sociaux, le discours patriotique ou les stratèges du GOP croient pouvoir exercer leur domination et ainsi le démantèlement des programmes sociaux pourraient aller de l’avant.

      Avec deux défaites présidentielles consécutives, par surcroit aux mains d’un homme de couleur, le GOP s’est aliéné le vote hispanique, le vote des femmes et celui des afro-américains. Pour le moment du moins le discours républicain montre un entêtement à poursuivre avec les mêmes stratégies…

      Quant au “Précipice fiscal”, les républicains ont voté plus par peur de perdre les élections de mi-mandat que par conviction. Ils n’ont pas hésité à renier leur principe sur les hausses de taxes parce que l’opinion publique les tenaient pour responsables de l’obstruction.

      Quelle crédibilité peut avoir un parti qui effrontément pousse l’audace de mépriser ses concitoyens non pas une fois mais deux : Romney avec sa déclaration sur les 47% d’américains vivant au crochet de l’état et maintenant Boehner, qui dans un geste d’une rare insignifiance politique, refuse d’introduire au feuilleton le vote sur l’aide aux victimes de l’ouragan Sandy.

      C’est ahurissant…Les républicains viennent de passer leur frustration sur le dos des sinistrés à tel point que deux canons républicains (Christie et King) critiquèrent ouvertement le parti…Du rarement vu… Les radicaux républicains ne semblent pas avoir compris qu’un sinistré peu importe son allégeance politique est avant tout un américain en détresse…

      Vacuum d’idées, de vision et de leader capable d’articuler des « States » moderne…Oui, la Chambre est à portée de main…Et je vous l’annonce, Christie deviendra démocrate bientôt…

    • Donc encore un an avant le vrai changement au USA. Ensuite, la destruction du Tea party, casser l’Ego démesuré des Républicains et de la NRA.
      Il était temps!

    • Les élus républicains sont tellement longtemps à la solde des groupes de pression qu’ils ont perdu leurs vrais rôles et repères à Washington. Ils ne sentent pas du tout redevables aux électeurs américains. À chaque échéance électorale, les politiciens comptent plus sur les soutiens financiers des groupes de pressions dans les coulisses plutôt que de rendre leur bilan aux électeurs de leur circonscription.
      Depuis l’arrivé du président Obama à la Maison Blanche, il a réussi à écarter l’influence des lobbys sur les politiciens et a réaffirmé le premier rôle des politiciens comme représentants des peuples américains. Il a mis avant tout l’intérêt des travailleurs, des PME, de la classe moyenne, le soutien aux militaires et leurs familles, l’accès des prêts et bourses aux étudiants et les soins et soutiens aux vétérans qui souffrent des divers maladies.
      Obama a réussi à changer l’atmosphère de Washington et cela lui causé l’animosité des élus républicains envers lui. Le bras de fer s’est déclenché depuis 2009 entre Obama et les élus républicains. l’acharnement et l’obstruction des républicains avant et après la campagne présidentielle de 2012 contre Obama expliquent cette différence de visions politiques entre les deux camps.

      Maintenant, tout le monde a compris la nuisance et le dysfonctionnement des républicains sur la scène politique américaine.

    • Il est à espérer que les Républicains s’entre-dévorent. Comme ça, ils devront affronter des primaires assez difficiles; et si assez de poches-de-thé soient élues aux primaires, cela permettra ainsi l’élection de démocrates malgré le gerrymandering.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Je crois assez au gros bon sens de nos aimables voisins pour qu’ils donnent la Chambre aux Démocrates au scrutin de mi-mandat. Les USA n’arrivent plus à fonctionner normalement depuis que les Républicains sont en position de tout bloquer. Et juste ça est, à mon avis, un motif suffisant pour donner à Obama la marge dont il a besoin pour ramener des conditions économiques et sociales convenables.

    • Encore une nouvelle d’une infinie tristesse…

      Mais sérieusement, j’en ai appris une vraie ce matin: toutes mes sympathies à la personne concernée… je suis vraiment, mais vraiment consterné.

    • @ci-engage

      “Depuis l’arrivé du président Obama à la Maison Blanche, il a réussi à écarter l’influence des lobbys sur les politiciens”

      Les lobbys chassés de Washington par Obama? Très drôle comme blague.

      C n’est surement pas le lobby des banques, à qui Obama a donné 5000 milliards de dollars gratuitement. Pas le lobby de l’industrie de l’auto, qui a reçu 1000 milliards (et qui continue de fermer ses usines). Pas non plus le lobby des paneaux solaires, comme avec l’affaire Solyndra, où des centaines de millons ont été perdus.

      Pas non plus le lobby des compagnies de pétrole, qui peuvent continuer à exploiter le pétrole partout, dans les gaz de schistes comme dans les plate-formes offshore. C’est Obama lui-même qui a signé pour la reprise des exploitations en mer, malgré l’épouvantable tragédie du Golfe.

      Ce n’est pas non plus le lobby d’Hollywood, dont 95% des acteurs et producteurs sont démocrates. Pas non plus le lobby des milliardaires comme Soros, qui est entièrement voué au Parti Démocrate.

      Ce n’est pas non plus le lobby de la NRA, qui fait trembler tous les Démocrates avec chaque déclaration stupide. Ce lobby qui ne devrait attirer que du mépris, semble un géant comparé à Obama, qui ne fait que timidement lui répondre.

      Quel lobby a été chassé de Washington par Obama?

    • 66 jours et pas un sou!!!! Katrina? 10 jours… Ah oui, faire paraitre bien Bush et le gouverneur de de l’Etat.

      Ces abrutis n’ont pas compris qu’ils ont perdu les elections qu’ils n’ont pas comment negocier parce qu’Obama ne veut et ne peut pas chercher une autre election. Tout faire pour aller contre son image ne marcuje plus!!! Plus ils ils le font plus, ils font leur trou donc leur defaite!!!! Ils se tirent sur le pied encore un fois!!!

      Les comediens doivent se froter les mains…. J’ai hate d’ecouter Colbert et Maher!!!!!

    • Dslee… Faute de frappe,fautes de langue… Il me faudrait un autre sehour a Montreal!!!! ;)

    • Parlant de la House, voici le vote pour speaker et les defectors:

      Boehner won with 220 votes — six more than the 214 votes he needed. (A speaker needs only a majority of the actual votes cast, not of all members of the House.)

      Below is a look at the defectors, whom they voted for, and our best guess as to why it wasn’t Boehner:

      Rep. Eric Cantor (3 votes)

      Rep. Jim Bridenstine (R-Okla.) — conservative freshman who defeated Rep. John Sullivan (R-Okla.) in a primary

      Rep. Steve Pearce (R-N.M.) — very conservative

      Rep. Ted Yoho (R-Fla.) — conservative freshman who defeated Rep. Cliff Stearns (R-Fla.) in a primary

      Former congressman Allen West (2)

      Rep. Paul Broun (R-Ga.) — noted conservative maverick, Club for Growth favorite

      Rep. Louie Gohmert (R-Tex.) — outspoken conservative

      Rep. Raul Labrador (1)

      Rep. Justin Amash (R-Mich.) — libertarian ally of former congressman Ron Paul (R-Tex.), recently stripped of committee assignments by House GOP leadership

      Rep. Jim Jordan (1)

      Rep. Tim Huelskamp (R-Kan.) — very conservative, recently stripped of committee assignments

      Former comptroller general David Walker (1)

      Rep. Walter Jones (R-N.C.) — frequently votes against his party, recently stripped of committee assignments

      Amash (1)

      Rep. Tom Massie (R-Ky.) — freshman conservative, favorite of the Club for Growth

      Voting present (1)

      Rep. Steve Stockman (R-Tex.) — has criticized Boehner for “being too harsh with conservatives“

      Not voting (3)

      Rep. Raul Labrador (R-Idaho) — conservative, frequent critic of Boehner

      Rep. Mick Mulvaney (R-S.C.) — critic of Boehner’s “Plan B” maneuver on the “fiscal cliff”

      Boehner — speaker traditionally does not vote for himself or herself
      http://www.washingtonpost.com/blogs/the-fix/wp/2013/01/03/who-voted-against-boehner-for-speaker-and-why/?wpisrc=nl_pmpolitics

    • @jean_saisrien

      3 janvier 2013
      16h01

      Tu fais probablement référence à un ami de longue date qui a été frappé par un drame en ce jour du 3 janvier . j’ai reçu un message ce matin de cet ami commun et tellement attachant. Je lui ai d’ailleur envoyé un message d’espoir et de sympathie en même temps.

      Bonne année à toi et toute ta famille.

    • Quand on est pro-démocrate et Obama, on est toujours pour. Quand on est contre, n’importe-quoi pour ne pas supporter les mesures. Mais il faut dire qu’Obama n’est pas fait pour se battre. Devant le précipice fiscal qui aurait pu plongé son pays et le monde dans une nouvelle récession, il n’a jamais offert de pression, préférant “négocier” comme toujours. Ce n’est que partie remise pour un nouvel affrontement.

      Deux ans c’est long et on verra. Malgré tout l’obstruction du Congrès par les Republicans, la campagne présidentielle d’Obama n’était pas de tout repos. Mitt Romney faisait des gaffes monumentales mais il avait pu chauffer Obama, au point où l’ancien président William Clinton avait dû parcourir les É.U pour expliquer le programme électoral de la GOP. Celui des Démocrates est quoi déjà.

      Changer l’atmosphère de Washington? Oh que non, il est plus accessible et capable de laisser voir certaines larmes. Mais… dans certains pays, c’est vu comme un signe de faiblesse.

      Un commandant suprême ne fait pas ce truc. Chaleureux oui mais faible ? Non merci. Il n’est que moyen dans ses réalisations, certaiment meilleur que George W. Bush mal conseillé par ses hautains aides de camps. C’est amplement suffisant pour ses supporteurs.

    • “Il n’est que moyen dans ses réalisations, certaiment meilleur que George W. Bush mal conseillé par ses hautains aides de camps.”

      GWB mal conseillé …??

      Trop drôle!!

      Junior n’était qu’une pauvre marionnette manipulée par Cheney et Rumsfeld!

    • @prettybrowneyes 17h14

      «Dslee… Faute de frappe,fautes de langue… Il me faudrait un autre sehour a Montreal!!!! ;) »
      ************************
      Mais non PBE , vous êtes l’exemple à suivre, continuer à vous exprimer en français comme vous le faite, moi j’apprécie et vous le faites très bien , avec tact et intelligence.
      Votre volonté de communiquer avec les QC vous fait honneur . Je profite de ce début d’année 2013 pour vous le dire.
      jrcm
      Tampa,FL

    • @mecasiatique 17h22
      « Changer l’atmosphère de Washington? Oh que non, il est plus accessible et capable de laisser voir certaines larmes. Mais… dans certains pays, c’est vu comme un signe de faiblesse.»
      *****************************
      Vous pourriez avoir raison , on verra !

    • “Les lobbys chassés de Washington par Obama? Très drôle comme blague.”

      En effet, j’en ris encore.

      http://descoteaux.argent.canoe.ca/general/ces-millionnaires-epargnes/

    • Les républicains récolteront tôt ou tard ce ce qu’ils ont semé. 2014 ne sera pas trop tôt.

    • @mecasiatique 17h22 “préférant “négocier” comme toujours”. Un président américain est loin d’être omnipotent. Et, comme disait mon père, un moins bon arrangement est souvent meilleur qu’un bon proçès.

    • 21h01 “procès”, surtout quand ça presse.

    • L’égoïsme et la haine ne peuvent être les assises morales d’aucun pays qui aspire à la paix et à la prospérité. Le drame de Newtown et la saga budgétaire des États-Unis sont deux manifestations évidentes du « déclin de l’empire américain ». Il ne suffira pas d’attendre que surviennent les prochaines élections législatives, en 2014, pour que s’opèrent les changements souhaitables. Il faudra que la population se mobilise et prenne les devants, qu’elle exprime publiquement et massivement ce qu’elle attend de la classe politique. « Occupons les politiciens », pourrait être le slogan d’une vaste mobilisation générale pour la paix, la sécurité, la cohésion, la prospérité et la justice sociale.

    • Prions pour que le chaos qui regne en Californie serve d’avertissement.

    • @braise 0055 Quid?

    • @Gammadelta “Occupons les politiciens », pourrait être le slogan d’une vaste mobilisation générale pour la paix, la sécurité, la cohésion, la prospérité et la justice sociale”. J’aimerais bien, mais plus facile à dire qu’à faire, mon frère.

    • @Gammadelta “Les lymphocytes T gamma delta (γδ) sont des cellules de l’immunité” (Wikipedia). Intéressant comme pseudo.

    • @teddybear 18h43 “j’en ris encore”. Moi aussi. Pour une fois, nous sommes d’accord.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2008
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité