Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 2 janvier 2013 | Mise en ligne à 8h12 | Commenter Commentaires (24)

    Après le mur, le plafond…

    Flanqué de Joe Biden, Barack Obama a présenté hier soir comme une victoire l'entente sur la fiscalité. (Photo The New York Times)

    Flanqué de Joe Biden, Barack Obama a présenté hier soir comme une victoire l'entente sur la fiscalité. (Photo The New York Times)

    Vous en aviez assez d’entendre parler du «mur budgétaire» ou du «précipice fiscal», ces métaphores plus ou moins efficaces pour illustrer la situation dramatique dans laquelle les États-Unis se seraient retrouvés faute d’un vote du Sénat et de la Chambre des représentants en faveur d’une loi évitant au pays une cure d’austérité forcée?

    Eh bien, je suis désolé de gâcher le début d’année de ceux qui ne le savent pas déjà, mais Washington nous cassera les oreilles au cours des prochaines semaines avec un autre problème fiscal qui a déjà engendré un bras de fer surréaliste en juillet 2011 entre la Maison-Blanche et les républicains du Congrès : le relèvement du plafond de la dette américaine.

    Selon le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, la dette américaine a crevé lundi son plafond de 16 394 milliards de dollars, et seules des mesures exceptionnelles du Trésor permettront aux États-Unis de faire face à leurs obligations légales au cours des prochaines semaines.

    Après avoir dû avaler une pilule amère – une hausse des taux d’imposition pour les Américains les plus fortunés sans aucune coupe budgétaire -, les républicains du Congrès seront tentés de reprendre leur menace de 2011 : pas de relèvement du plafond de la dette sans coupes budgétaires drastiques.

    Or, après avoir présenté hier soir comme une victoire l’entente pour éviter le précipice fiscal, Barack Obama a servi aux républicains une mise en garde sur le plafond de la dette. Je cite la déclaration du président :

    «Je négocierai sur beaucoup de choses, mais je ne débattrai pas encore avec le Congrès sur la nécessité d’acquitter les factures induites par les lois déjà adoptées. Je répète : nous ne pouvons pas ne pas acquitter les factures que nous avons déjà accumulées.»

    Reste maintenant à voir si cette mise en garde atteindra la cible et, au cas contraire, si Obama cédera ou non sur cette question.


    • Le GOP n’entendra rien sauf si ça vient de Wall Street. Il faut écouter ceux qui contribuent à ta campagne électorale.

    • Le plafond a été relevé 19 fois sous George W. Bush sans qu’aucun américain ne se rend même pas compte qu’il existe et sans la moindre bras de fer entre le Congrès et la Maison Blanche.

    • “Le plafond a été relevé 19 fois sous George W. Bush sans qu’aucun américain ne se rend même pas compte qu’il existe et sans la moindre bras de fer entre le Congrès et la Maison Blanche.”

      La dette etait pas rendu a 16 trillards 400 milliards avec menace de decote des agences de credits.

    • @littlepatton

      Pensez-vous que les 2 guerres de W se sont faites à coups de tire-pois ?

    • @littlepatton

      Pourriez-vous apporter des preuves sur la menace de décote?

    • Mes amis qu’à la vitesse que ça va nous assistons au déclin en vitesse grand V des USA. Je vais profiter de la courte euphorie boursier pour encaisser plusieurs de mes actions en bourse.

    • @littlepatton

      Faudrait vous informer un petit peu… C’est sous Bush que la dette a véritablement explosé. Il a pratiquement doublé la dette américaine, la faisant passer de 5800 milliards à 10 000 milliards de dollars.

      Ce qui a changé, c’est le contexte économique mondial. Les prêteurs misaient sur la croissance économique américaine alors qu’après la crise, les perspectives sont devenues beaucoup plus limitées. Même la Chine doit affronter un ralentissement de son économie, n’arrivant plus à maintenir sa croissance au-delà des 8% nécessaires pour donner des emplois aux Chinois fuyant la misère des campagnes.

      http://www.rfi.fr/ameriques/20110801-chiffres-cles-dette-americaine

      Dans un tel contexte, c’est un peu hypocrite de la part des républicains de s’opposer au relèvement du plafond de la dette, quand ils en ont été les champions en période de croissance… En période de ralentissement économique, c’est parfaitement illusoire de vouloir s’attaquer à la dette, surtout en prônant un programme d’austérité qui risque de ralentir encore davantage les revenus et de diminuer les recettes de l’État.

      Je crois bien que les républicains, en dehors des idiots du Tea party, le savent pertinemment, mais ils jouent à la vierge effarouchée tout d’un coup, pour se présenter comme les grands défenseurs de la rigueur budgétaire… Quelle bande d’hypocrites ! Ils font penser aux curés qui jouent les puritains et tripotent des enfants quand ils sont en position de pouvoir.

    • Je vois mal une décote alors que le Président Obama vient de se doter pour la première fois depuis 2008 d’une marge de manoeuvre budgétaire. C’est bel et bien écrit plus haut: “sans aucune coupure budgétaire”. De quoi négocier ferme à propos du plafond budgétaire et avec un appui de la population sans doute à la hausse. Les prochains sondages sur l’appréciation du travail du Président devrait être signifiants.

    • @ stridulation

      La dette est passe de 10 trillards a 16 trillards en 4 ans sous Obama. Les agences se foutent des contextes. Ce que les agences veulent c’ est que la dette soit sous controle. La dette des Etats-Unis n’ est pas sous controle et engraisse d’ une vitesse incroyable.

    • @littlepatton

      L’article que vous citez démontre que S&P a décoté après que les Républicains aient menacé de ne pas rehausser le plafond de la dette (en 2011), ce qu’ils s’apprêtent à refaire en 2013. C’est certain que si le GOP menace encore de refuser de hausser le plafond de la dette, il y aura menace de décote.

    • @littlepatton 08h 59

      La dette était rendu déjà a 10 trillards 400 milliards de dollars sous George W. Bush. Il a liquidé d’abord le surplus budgétaire hérité de l’administration Clinton. Il a engagé le pays dans 2 guerres inutiles, irresponsables et qui continuent de coûter de milliards de dollars aux américains sans que rien n’a été réglé au terrain.

      Obama est entrain de nettoyer les dégâts causés par la mauvaise gestion du pays par les républicains.

      Où étaient ces républicains qui ” s’inquiètent tant du déficit fédéral ” et qui nous cassent aujourd’hui les oreilles avec les dépenses du gouvernement ? Quelle hypocrisie !

    • Après le mur il faut maintenant plancher sur le plafond…

    • Malheureusement sur la planète terre, il existe deux groupes de citoyens ; les É.Uniens et tous les autres. Les é.uniens n’en font qu’à leur tête sans se soucier du reste du monde et le reste des citoyens de la planète les regardent aller en espérant que ces ignorants qui n’ont pas connaissance de l’existence des autres citoyens ne feront pas l’erreur suprême qui portera préjudice à toutes les économies mondiales et qui pourrait amorcer un potentiel sérieux de guerre mondiale.

      Je suis pas devin, mais je suis certain que le système politique des É.U n’a pas les compétences de gérer adéquatement la crise économique qu’il traverse. Il est observable que tous ces politiciens n’ont pas de vision commune pour le futur, les démocrates et les républicains sont aux antipodes. Ils ont pris pratiquement presque 10 ans pour arriver à l’accord 1 janv. 2013. et ce n’est qu’un début de solution.

      Les É.U c’est aussi 50 millions d’ É. Uniens qui se font vivre par l’état et des dizaines de millions de personnes sans statut qui travaillent au noir avec des salaires de famine pour torcher les mieux nantis qu’eux . Pensez vous vraiment que le monde politique de ce pays s’est préoccupé de leur population critique.

      Ce que je souhaite pour 2013, c’est voir les É.uniens devenir des citoyens plus universelles et qu’ils soient ouverts au monde

    • Sans blague, je couperais mes gains en bourse en deux de ces deux dernieres sessions pour avoir vu dans ce deal un plan serieux de reduction des depenses, pour une relance durable et non un “boust hysterique”.
      Dites moi qqu un c est quoi son idee fixe, a BHO, de laisser les depenses hors controle. C est surement tres vendeurs dans l electorat de gauchiste-ecolo-assiste

    • On accorde trop d’importance aux agences de notation. Elles ne visent qu’à augmenter les taux d’intérêt et les profits astronomiques des banques alors que le coût de l’argent est presque nul. Leurs cotes sont un scandale. Elles appliquent la logique des prêts à un particulier aux pays, ce qui n’a aucun sens.

    • ..@bloganon: «On accorde trop d’importance aux agences de notation.»
      ++++

      Tout à fait d’accord avec vous. Ces satanées agences me font penser à cette savoureuse blague sur les «Carabinieri» italiens qui arrivent toujours en retard sur les lieux d’un crime.

      Les agences sont pareilles avec leurs «décotes». Du «cas par cas» dans toute sa splendeur, aucune gestion prévisionnelle, aucun horizon temporel; le genre de «back seat driver« qui vous ordonne de freiner alors qu’il n’y a plus de temps ni d’espace.

      On les a vues avec les PCAA. On les revoit avec la Grèce que les «banksters» ont aidé à maquiller ses comptes. On les voit avec la France qui n’a jamais eu un budget en équilibre depuis 1974. Et c’est juste maintenant, quand la dette est rendu à 90% du PIB que les agences «allument»???? Et il s’en trouve encore pour les prendre au sérieux.

      Au fait, ça gagne combien par année, ces clowns qui mènent les agences? Et c’est quoi leur «background«? Ils viennent de chez Goldman Sachs? Voici une démonstration faite par un humoriste allemand. Tordant!!

      http://www.dailymotion.com/video/xv622i_le-complot-de-goldman-sachs_fun?start=3

      Et bonne année.

    • @xrayone

      Il y aura des coupures dans les dépenses gouvernementales. Ce qu’on ne sait pas, c’est l’ampleur de ces coupures qui restent à être négocier entre la Maison-Blanche, le Sénat et le Congrès.

    • @bloganon

      Tout à fait d’accord avec vous, on devrait ignorer celles-ci.

    • @littlepatton

      Z’êtes plutôt naïf mon cher. Les agences de crédit ne sont pas organismes impartiaux, mais veillent simplement aux intérêts des prêteurs, quitte à maquiller pas mal la réalité s’il le faut – on l’a bien vu durant la période précédent la crise, quand elles cotaient AAA les subprimes et l’Islande…

      Oh que oui, elles s’intéressent au contexte économique, et ne se préoccupent pas de l’impact économique des dettes publiques, mais de la capacité de payer des débiteurs, un point c’est tout. L’idée actuellement est que tout le monde a intérêt à ce que les États-Unis,dont la classe moyenne soutient littéralement la demande mondiale, demeure à flot. Donc je doute très fortement que les États-Unis soient victimes d’une brusque décote… Le principal débiteur, la Chine, aurait trop à y perdre.

    • @jeanfrancoiscouture

      Excellente votre vidéo ! J’ai bien rigolé – même si c’est pas parce que l’on rit que c’est drôle…

      Qui prend encore les agences de notation au sérieux, à part ceux qui ont intérêt à le faire ? Elles sont à la botte d’intérêts privés, tout le monde le sait, à part quelques naïfs ne comprenant pas trop la gamick.

      Il se trouve encore des gens pour leur accorder du crédit, sans jeu de mot, malgré la crise de 2008, qui a révélé à quel point les évaluations de ces agences étaient plus basées sur des critères relevant d’intérêts privés que de réalités économiques objectives…

    • Mais ils ont eu le temps de discuter de placoplâtre («gyproc», en anglais drywall).

      http://www.motherjones.com/mojo/2013/01/stop-making-fun-drywall-bill?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+Motherjones%2Fmojoblog+%28MotherJones.com+%7C+MoJoBlog%29

      C’est à se péter la tête sur les murs!

      Sérieusement, du placoplâtre contaminé importé de Chine rend les gens malades (rajoutez à la liste… you get what you for, cheap is cheap). Faudrait régler ça avant de rebâtir les dégâts de Sandy…

      « bad drywall might be related to 12 infant deaths at an Army base in North Carolina.»

    • Depuis que je sais que la fille d’un pègreux (http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/justice/201211/22/01-4596853-la-presence-de-la-fille-de-milioto-chez-equifax-inquiete.php) nommé à la commission Charbonneau travaille chez Equifax….

      Sérieusement, à plus grande échelle, la complicité des agences de notation a permis certaines des trasactions douteuses qui ont mis à mal l’économie mondiale… juste un autre genre de pègre.

    • @jrcm.t “sur la planète terre, il existe deux groupes de citoyens ; les É.Uniens et tous les autres”. Ils ne sont pas les seuls à penser comme ça: les anglais, les chinois, les israéliens, les japonais, les russes, les…C’est juste qu’ils sont les plus forts; pour l’instant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2008
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    2526272829  
  • Archives

  • publicité