Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 décembre 2012 | Mise en ligne à 13h06 | Commenter Commentaires (61)

    Le photographe du NY Post se défend

    Visit NBCNews.com for breaking news, world news, and news about the economy

    Accusé d’avoir choisi de prendre une photo d’un homme sur le point d’être happé par une rame de métro plutôt que de l’aider, Umar Abbasi, photographe pigiste, s’est défendu ce matin lors d’une entrevue sur NBC, affirmant qu’il était «trop loin» sur le quai lorsque le train est arrivé.

    «Si ça se repassait dans les mêmes circonstances, que j’aie un appareil photo ou non, si je courrais vers lui, je n’aurais absolument pas pu sauver M. Han», a déclaré Abbasi.

    Le photographe dit avoir utilisé son appareil non pas pour prendre en photo la victime mais pour alerter, à l’aide de son flash, le conducteur du train. Une de ses photos s’est retrouvée à la une du New York Post avec le mot «Doomed» (condamné) en grosses lettres.

    Lors de son entrevue sur NBC, Abassi a mis en cause la réaction des autres témoins de la scène, qui étaient plus proches que lui de l’endroit où se trouvait la victime, Ki-Suk Han, 58 ans.

    «Les gens qui étaient près de lui auraient pu l’attraper et le remonter» du quai, a affirmé Abbasi. «Mais personne n’a fait l’effort. Les gens qui étaient peut-être à 30 ou 40 mètres de lui, il n’ont pas essayé de l’aider.»

    Selon le Post, il s’est écoulé 22 secondes entre le moment où Han a été poussé sur les rails par un sans-abri d’une trentaine d’années et où il a été happé par le train.

    Dans son édition d’aujourd’hui, le Post a publié une déclaration d’Abassi mais n’a offert aucune explication sur sa décision de publier une photo qui a indigné plusieurs personnes.


    • Toujours le vieux arguments du type: Les autres ont fait bien pire que moi!

      Il reproche aussi aux passants d’avoir pris en photo le malheureux une fois le train passé, la différence est qu’eux n’en font pas un métier, qu’il n’en ont pas retiré un avantage pécunier. Leur voyeurisme ne touchait qu’eux et leur cercle restreint d’amis, non pas la une d’une publication nationale vu par des millions de personnes.

      Même s’il n’avait pas pu le sauver, pourquoi a-t-il voulu la vendre au magazine? L’éthique laisse facilement le pas au dollars…

    • … je n’aurais absolument pas pu sauver M. Han», a déclaré Abbasi.

      Dans cas … ‘abruti’, tu aurais du avoir la décence de ne pas prendre de photo ou de la faire disparaître afin qu’elle ne soit jamais publiée! On sait maintenant quelle petite personne tu es: shame on you!

    • je suis deja tombe sur les rails du metro parisien (ef fait entre le quai et le wagon , et j’ai ete estomaque du nombre de mains et de bras qui m’ont souleve et sorti de la , a tous ces parisiens , merci encore une fois

    • Le NYPost n’expliquera jamais sa décision de mettre la photo à la une parce qu’il n’y a pas d’explication valable sauf celle d’augmenter les ventes du journal.

    • Aucun de nous n’était là cette journée, donc aucun de nous ne peut savoir ce qui s’est passé. À méditer la dessus avant de cracher sur le journaliste…

      La décision du journal de publier la photo est ridicule par contre…

    • @lizzie – 5 décembre 2012 – 13h38
      En effet, c’est exactement cela: pour des raisons mercantiles!

    • … Selon le Post, il s’est écoulé 22 secondes entre le moment où Han a été poussé sur les rails par un sans-abri d’une trentaine d’années et où il a été happé par le train. …

      Il n’y avait personne d’autre sur le quai? Il me semble que quelqu’un pourrait franchir plusieurs mètres en 22 secondes pour aller aider la personne en question.

    • Dans la plus pure culture américaine:
      Un subway nommé délire

    • Y’a pas de bouton d’alarme qui peut etre appuyé en cas d’urgence ? Il y en a un dans le metro de Mtl.

    • Au lieu de tenter de défendre son manque de courage, ce photographe aurait dû se cacher pour très longtemps et se faire oublier.

    • Même type d’obsession macabre que la publication de la photos des 3 enfants tués cette semaine.

    • Sa version tient la route même si on peut être portés à croire qu`il eut mieux à faire que de prendre une photo mais le problême c`est le quotidien qui décide de la publier ! Faut être low life en ta ! Mais bon, on a pas de lecons à leur donner en la matiere mais ca demande quand même mure réflexion d`éthique…

    • Quand même un drôle de “réflexe”, prendre une photo quand un événement tragique est sur le point de se produire. Quand à attirer l’attention du conducteur, ben voyons donc, il doit vraiment prendre les gens pour des cruches, ce photographe.

      Et cela n’enlève rien au fait qu’il est absolument ignoble que le journal décide d’en faire sa première page…

    • Si on se fie a ce qu’il dit, il a pris la photo pour déclencher la lumière comme alerte au conducteur du train mais je crois que si on blâme quelqu’un dans cette tragédie, on doit blâmer presque tout le monde.

      1- Le métro du New York doit mettre dans ses trains un système de freinage urgent, capable de freiner à tout moment, surtout quand le train approche les quais fin d’éviter ce genre drame en direct.
      2- Les rédacteurs de NYP ne doivent pas publier cette photo à la une du journal et blâmer le photographe. D’ailleurs, ce journal méprise les marginaux et proche du Wall Street.
      3- Les autres usagers sont figés ou horrifiés, sinon avec 22 secondes du temps, ils peuvent tirer la victime du rail mais dans des telles circonstances beaucoup perdent le sang froid.

    • La lâcheté le dispute au cynisme.

    • Le gars a sans doute obtenu beaucoup d’argent pour ce cliché. En sachant qu’il ne peut sauver le pauvre type, vous n’auriez pas pris la photo? Bullshit. Vous l’auriez prise, et moi aussi. Ce n’est pas correct ou moral. Mais lorsqu’il est question d’argent, l’instinct animal remonte souvent à la surface.

    • Tout a fait d’accord avec basel.

    • Peut-on lâcher ce photographe, le problème c’est le qui a poussé l’autre sur les rails et la publication de la photo par le NY Post.

    • Le photographe fait dûr, le NYP fait dûr et ben d’accord avec basel les photos des trois pauvres petits enfants n’a pas a être publié non plus, c’est du voyeurisme, du sensationalisme. Le malheur des gens pour le profit des riches.

    • Il voulait avertir le conducteur du métro avec son flash…ça explique pourquoi la photo c’est retrouvée à la une. B’en oui…Il pensait plutôt au cash qu’il ferait avec cette photo. Et qui est-ce qui a donné la photo aux responsables de la publication? Libâââââârté, qu’ils disent.

      @basel

      Vous avez parfaitement raison. Il y a une espèce de voyeurisme malsain la dedans. As-t’on besoin d’autant de voyeurisme? Pas nous mais les médias y voient une belle entrée de revenu$. Le sensationnalisme a pris la place de l’objectivité. Il faut aussi entendre ces pseudo-journalistes qui sont pris d’un grand besoin de commenter les nouvelles au lieu de les rendre de façon objective. une tendance pourde. Sans doute pensent-ils, dans leur grande supériorité, que les lecteurs de nouvelles sont incapables d’analyser les nouvelles. Il semble qu’il ont l’obligation de nous dire comment penser et comment réagir.

      Sylvain Pelletier

    • Ils ont bien fait de publier la photo! Si justement ca peut indigner assez les gens pour faire réaliser l’égoisme généralisé qui gangraine la société.
      c’est ce que je me dis depuis hier, le photographe avait probablement un zoom. Il était de toute facon certainement trop loin pour faire quoi que ce soit.

    • Réponse honnête d’un citoyen honnête.

      En paix avec sa conscience.

      Rideau.

    • basel

      5 décembre 2012
      14h03
      Même type d’obsession macabre que la publication de la photos des 3 enfants tués cette semaine
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

      Vous étiez absent quand le sens de la nuance fut distribué aux humains.

    • vous me dégoutez ceux qui piochez sur le photographe.
      avant de vomir sur lui, prenez 5 minutes seuls, méditez sur la question : Honnêtement, si vous aviez été là, avec les centaines d’autres passants qui sont tous restés figés sur place, auriez vous vraiment agit différemment face au drame, ou vous auriez sauté pour le sauvé tel un superman ou une wonderwoman?? Honnêtement? Non, pas en donnant votre opinion après coup à propos d’une situation dont vous n’avez pas été témoins et que vous n’avez probablement jamasi vécu.
      Si vous aviez été là, vous auriez surement fait pareil! Vous auriez peut-être été en train de filmer la chicane avec votre cellulaire, et en le voyant tomber sur les rails, vous seriez restés figés sur place.
      Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre.

    • Comme on disait à Montréal, il faudrait tirer la poignée rouge pour couper l’alimentation des rails et cel prend combien de temps à s’immobiliser un métro ?

      22 Secondes, est-ce suffisant ? Il faut tirer la poignée vite en maudit… 30 secondes de plus ce serait mieux… Et la personne tombée ne devrait pas se rendre à la fin du quai ? Il n’y a pas comme des escaliers pour remonter ?

      Il faut couper le courant d’abord, envoyer des flashs au conducteur avec son appareil photo ? Bien non cela fonctionne pas l’individu va être écrasé ou sectionné, il faut mettre les freins quand le métro est encore dans le tunnel sinon il est trop tard.

    • Ce qui me met aussi en rogne, c’est d’entendre l’indignation chez certains journalistes Québéçois qui ne comprenne pas le journaliste du NY Post.

      Quand l’on sait la qualilté du journalismes Québéçois, eux qui ne sont là (tout comme le journalisme du NY Post) que pour le sensationalisme, on se demande pourquoi il s’indigne.

      Les journalistes Québéçois auraient probablement été le voir pour faire une entrevue…. “Comment ce sent-on lorsqu’il nous reste 10 secondes à vivre”?

    • @ popov

      Encore une fois mais en français svp? Et sans le Québec-bashing aussi gratuit qu’insignifiant?

    • @gadur

      C’est tout de même le photographe qui est allé voir le magazine pour leur proposer le cliché! La responsabilité n’incombe pas entièrement à l’éditeur, mais au pigiste photographe qui n’était aucunement obligé de fournir ce cliché.

      L’accident et ses causes est une chose, l’exploitation monétaire par l’éditeur et le photographe en est une autres.

    • Où sont les bans pour s’asseoir dans cette station de métro là ? C’est là faut que tu te tiennes assis ou debout. Et si tu es assis tu te lèves quand tu entends le métro arrivé.

      On peut toujours être à l’endroit de l’altercation mais c’est vraiment pas la place pour se chicaner tu es beaucoup trop près des rails…

      Bizarre, je ne vois pas de banc pour s,asseoir et le mur de briques semble faire tout le long du quai… Je vois une petite vieille marcher et des policiers. Pas de place pour se reposer ?

      Cette station de métro de New York est plus dangereuse que celles de Montréal.

      Par contre, j’ai lu qu’ici des gens échappent leur portefeuille ou leur cellulaire sur les rails et font immobiliser le métro pour aller le récupérer… Pas vraiment plus smatts que ces deux individus là…

      Ou encore un photographe qui croit arrêté un métro avec le flash de son appareil photo… Bien non, s’il voit ton flash il est trop tard… Cela s’arrête pas sur un dix cennes, ces machines là…

    • @cit-engage 14h20
      J’ai écouté ce matin , l’entrevue de ce type au réseau NBC. Il semblait très confortable avec son explication des faits, il était plutôt enclin à témoigner de ses observations sur les comportements des autres témoins.
      1) je suis à peu près certain que les trains du métro de NY sont équipés de freins d’urgence
      2) Vous avez raison, mais allez faire comprendre ça aux journaux et aux télé.. É.Un… qui carburent aux sensationnalistes.
      3) Les autres témoins et lui- même ont fait preuve d’un manque de compassion totale.

    • C’est quoi cette attitude puritaine de blâmer le photographe après coup ? Parce que une personne est morte dans l’indifférence générale où les gens plus proches n’ont rien fait et que le photographe a eu le malheur du réflexe de croquer la scène en image. Si la victime était sauvée, voilà une image qui fait d’une autre personne un héros.

      À voir la distance, le photographe ne devait pas être proche et aucune personne n’a tendu une main.

      Quand on ne fait pas face à une situation semblable, on bombe la torse pour juger que ceci ou cela devrait être fait. Quand on y est, business as usual.

      Hier, le père des trois petites victimes de Drummondville “donnait” un point de presse moins d’une minute et on le mitraillait de clics d’appareils de photo du début à la fin.

      On doit seulement condamner la direction de NY Post d’avoir publié cette photo, pas le photographe. C’est pour dire qu’à notre ère, c’est chacun pour soi. À tout vouère sans rien savouère.

      La question qui s’impose: pourquoi continue-t-on à acheter des trucs pareils? Sans consommateurs point de tirage.

    • @offusqués morigénants

      Comment qualifier alors ceux qui ont filmé l’attaque, les corps qui chutent et l’écroulement des tours du WTC ?

      Et que dites-vous de ceux qui les ont regardé en direct, en reprise et qui les ont enregistrées ?

      Le mieux est l’ennemi du bien.

    • “avant de vomir sur lui, prenez 5 minutes seuls, méditez sur la question : Honnêtement, si vous aviez été là, avec les centaines d’autres passants qui sont tous restés figés sur place, auriez vous vraiment agit différemment face au drame, ou vous auriez sauté pour le sauvé tel un superman ou une wonderwoman?? Honnêtement? Non, pas en donnant votre opinion après coup à propos d’une situation dont vous n’avez pas été témoins et que vous n’avez probablement jamasi vécu.” djobert

      ===

      Qu’il ait eu le temps de réagir ou non, on en sait rien.

      Par contre le fait qu’il ait vendu sa photo à un journal à potin, ça c’est plutôt écoeurant.

      Jean Émard

    • @djobert 15h03
      « vous me dégoutez ceux qui piochez sur le photographe»
      ******************************
      Vous paniquez monsieur ; il est évident que si vous aviez assisté à cette évènement, vous seriez encore à vous demander qu’est ce que vous auriez pu faire pour aider cette victime.
      Aussi, vous jugez facilement en prétendant que tous auraient fait pareil, donc n’auraient rien fait ! Vous constatez ces faits selon votre vision et vos connaissances des autres. Donc je vous suggère de parler pour vous et choisissez ceux avec qui vous socialisez.
      Les autres témoins et le photographe ont fait preuve d’un manque de compassion totale.

    • @basel

      Dans le cas des 3 enfants dont la photo a été publiée, vous oubliez qu’elle l’a été après les tragiques évènements ? Tandis que prendre en photo un homme en train de se faire happer par un train…nuance !

      Je donne tout à fait raison à candela sur son commentaire à votre commentaire.

    • 22 secondes c’est long en titi.

      22 secondes c’est environ 100 m. de distance à 16-15 km/h. (vitesse jogging rapide)
      22 secondes c’est 120-125 m. à 20 km/h. (sprint courte distance pour une personne non entraînée.

      Je doute que le photographe où toute autres personnes présentent étaient à plus de 150 pieds (50 m.) de distance de la victime.

      Donc, cela laissait un bon 10 secondes à toute personne (photographe inclus) pour aider la victime.

      Pour ce qui est du photographe, qu’a-t-il tenté avant de prendre la photo car le métro n’est pas visible durant ces 22 secondes mais vers la fin seulement. A-t-il flashé son kodak avant l’arrivée du métro ou quoi.

      Ce photographe est en phase de déni et j’espère pour lui qu’il saura s’en sortir (de ce déni)

      P.S. sercote. Tous ne sont pas comme vous voulez le penser. Il y a des gens qui font passser l’humain avant l’$$$.

      G.Duquette

    • @djobert – 5 décembre 2012 – 15h03
      … vous me dégoutez ceux qui piochez sur le photographe. …

      BOO HOO … c’est ce photographe qui a pris la photo d’un individu en danger imminent et qui a apporté la photo à son journal. Dans mon bouquin, c’est un abruti qui voulait son heure de gloire et bien, il l’a eu pour le meilleur et surtout pour le pire … dans son cas.

    • À tous ceux qui affirment qu’on aurait fait pareil: faux.

      D’abord, je ne prends pas en photo tout ce qui se passe autour de moi. Je suis trop occupée à vivre ma vie, pas à la filmer.

      Ensuite, qui sait si j’aurais eu la présence d’esprit d’aider le pauvre homme. Qui sait si j’aurais figée sur place dans l’horreur de la situation. Ce que je sais, c’est que si je n’avais pas bougé, j’aurais vécu toute me vie avec la certitude de ne pas avoir fait la bonne chose. Ce que je sais aussi, c’est que si je n’avais pas bougé, ce n’aurait pas été parce que j’étais en train de photographier l’évènement.

      Nous ne sommes pas tous des êtres vils et avides de sang comme certains des commentateurs précédents le laissent croire. Certains d’entre nous sommes décents. Et c’est pas décence que nous sommes estomaqués et dégoûtés de la situation.

    • Très bon commentaire de m. G. Duquette.
      Tant que les journaux d’information auront comme raison d’être, d’attirer l’attention du public à tout prix on sera condamné à voir des aberrations de ce genre se produire. Nous seront aussi condamné à y trouver de l’information-spectacle de plus en plus superficielle et dépourvue d’humanité!
      Bravo aussi à ceux qui ont fait remarquer le mauvais goût de la publication des photos des enfants décédés tragiquement cette semaine.

    • @roche.limbo

      Évitez de regarder la colonne nécrologique, car vous allez les revoir.

      Écrivez à l’entrepreneur de pompes funèbres pour lui dire ses quatre vérités.

    • Vous la chandelle, en guise de représailles je vais signer la construction de 3000 unités de condos drette dans votre cour. Ça vous apprendra à m’envoyer des roquettes comme ça! :mad:

    • @gduquette
      Bonsoir à vous, je brûle d’écrire des pages.. sauf que vous avez dit l’essentiel. On aurait pu, et facilement, sauver le citizen nobody.

      Mais voilà, au pays des stars, les nobodys attirent peu l’attention en acte. On se garroche comme des cailloux qui volent sur l’eau pour une vedette. Mais les nobodys comme vous et moi, c’est des infra-humains qui vont et viennent sur les quais des gares comme des souris. Sauf soi-même..! Manière de dire: matière à réflexion sur notre vivre convivial sur cette planète.

      Lizzie a bien raison de dire qu’il n’y a pas d’explication valable à cette publication impudique. J’ajouterais qu’il y a quand même une piste. le NY Post est la version écrite de Fox News en images animées. Même proprio, même ligne édito, même volonté de ramener les États-Uniens à la case du plus petit dénominateur commun.

    • @g.duquette – 5 décembre 2012 – 16h45
      Bien d’accord avec ‘roche.limbo’: excellent post!

    • Pas sur qu’en 22 secondes j’aurais eu le temps de faire quoique soit… mais la première chose que j’aurais fait et de lâcher mon kodak…
      …l’affaire du flash c’est n’importe quoi à mon sens.
      J’aurais au moins tout lâcher pour courir en sa direction en balançant les bras ou keke chose du genre… me semble.
      J’ai déjà vécu des situations, même si pas aussi catastrophiques, qui ont exigées des réactions immédiates et sans me vanter: j’ai, au moins une fois, évité des situations bien pires par ma réaction…. et ça pas pris 22 secondes.

    • @jean_saisrien – 20h39

      Non, le photographe n’a rien à se reprocher, d’après moi, sur la prise de photo. C’est comme un spectateur qui film une scène avec son caméra, lors d’une altercation entre un policier et un passant. Si le policier brutalise le passant, le spectateur ne peut pas intervenir mais film la scène pour constater ce qui s’est passé. Ce que je ne comprends pas dans cette affaire:
      - Pourquoi le métro de New York n’a pas équipé ses trains d’un système de freinage pour éviter cette homme sur le rail ?
      - Pourquoi le journal NYPost a publié à la une cette photo ?
      Le seul bémol avec le photographe, s’il a vendu la photo à NYpost. Moralement, je trouve ça dégueulasse de vendre la photo d’une personne qui meurt en direct.

    • @popov “Ce qui me met aussi en rogne…”, C’est les gens comme vous qui ne ratent pas une occasion, même hors sujet, de cracher sur les gens d’ici. Petit, petit.

    • @cit-engage 21h43

      Je ne dis pas qu’il doit avoir sa mort sur la conscience, mais j’ai l’impression que j’aurais tenté quelque chose… probablement en vain.

    • L’autre jour, il y avait une une courte vidéo ici même à La Presse, montrant un jeune en Inde qui allait à un immeuble en étage pour un interview de job. Malheureusement, l’immeuble est passé au feu et pour s’échapper, le jeune s’est enfui par la fenêtre où il s’est accroché en attendant le secours. Puis il a perdu pied pour s’écraser en bas et mourir là.

      Je n’ai pas vu de commentaire à ce sưet condamner le type qui a filmé cette scène et l’a mise sur l’internet, ni La Presse de nous l’avoir montrée.

      Oh, j’ai oublié que la vidéo n’est pas vendue à un méchant journal comme New York Post, un pendant de Fox News des dretteux de mauvais goût. Oups, c’est passé ailleurs, en Inde, pas chez nos voisins du Sud. C’était aussi la mort en direct, quoi !

    • Le magnat de la presse Randolph Hearst ne disait-il pas:
      “Fournissez les dessins, je vous fournis la guerre”

    • @mecasiatique 22h48

      Votre comparaison est au mieux boiteuse…
      Il y avait 30 personnes et plus qui étaient tout près de votre indien… certains avaient même entrepris un sauvetage…

    • @mecasiatique

      Vous avez raison.

      Loin des yeux, loin du coeur.

    • Pour sauvé cette personne ca prend un héros ,et se n’est pas donner à tout le monde.

    • @ mecasiatique et Gadur

      Je crois que vous comparez deux évènements totalement différents.

      Dans le cas du métro, il y avait plusieurs personnes et je vous le concède, les gens ne parlent que du photographe. Mais bon c’est le photographe qui a pris des photos et s’est mis en évidence en vendant ses photos.
      Les commentaires visant ce photographe inclus de façon implicite (enfin c’est mon opinion) les gens qui se trouvaient dans la station de métro et en mesure de porter secours sans l’avoir fait. En déplorant l’inaction du photographe les gens ici déplorent également l’inaction des autres personnes dans la station de métro.
      Dans le cas de l’homme qui est tombé de l’immeuble à Karachi au Pakistan (Eh non ce n’est pas en Inde mais bon) les faits sont différents. Cet homme était au 10 ième étages, l’immeuble était en feu. Et les secours arrivaient.
      Comme vous le voyez M. Mecasiatique votre comparaison est plus que boiteuse.

      Comme le dit si bien jean-saisrien : j’a urais tenté quelque chose… probablement en vain… J’aurais au moins tout lâcher pour courir en sa direction en balançant les bras ou keke chose du genre… me semble.

      Tenter quelque chose voilà la phrase clé.

      G.Duquette

    • Il y a une faute : il n’ont pas (ils)

    • ”a eu le malheur du réflexe de croquer la scène en image. Si la victime était sauvée, voilà une image qui fait d’une autre personne un héros”

      Oh boy….allo la syntaxe. Au diable le français. Ceci étant dit, ne voyez-vous pas le problème de société dans la phrase que vous écrivez? Il a eu le reflexe de ”croquer” la photo d’un futur cadavre mais pas celui de laisserr tomber la caméra et courrir aider son prochain. Et vous approuvez et defendez…Quand le cash qu’on fera avec la photo d’un futur cadavre ”croquer” par ”reflexe” passe avant assistance èa autrui, on a un sérieux problèeme de société. Mais bon, devons-nous en être surpris dans cette société d’individualistes pour qui seul leur nombril compte. Je suis même sur que certains ont rouspété parce que ça les retarderaient. Misère…

    • @syl20_65
      Ça fait drôle de vous voir, vous, critiquer le français d’un intervenant, avant de poursuivre joyeusement en commettant deux erreurs d’orthographe (courrir et “sur” au lieu de “sûr”), une de participe passé (cadavre croquer), plusieurs de frappe (èa) , une autre de ponctuation (question sans point d’interrogation), et une autre d’accord (ça les retarderaient), au minimum. Comme vous le dites si bien (et si souvent) : misère…

    • On dit maintenant qu’il s’est écoulé plus d’une minute avant que cet homme se fasse frapper, amplement de temps pour recevoir de l’aide. Bien sûr tout le monde sur la plate-forme aurait dû l’aider, mais ça regarde particulièrement mal pour le photographe qui non seulement n’a pas eu ce réflexe d’aider un autre humain et le sauver de la mort, mais qui a eu, au lieu de cela, la bonne idée de sortir sa caméra, et encore plus, de vendre la photo à un journal-torchon. Si ça avait été plus immédiat ou plus extrême comme situation (p. ex., si on n’avait eu que quelques secondes pour réagir) je pourrais mieux comprendre les gens de figer ou de paniquer, mais pas dans ce cas-ci, et particulièrement pas dans le cas du photographe.

      http://www.huffingtonpost.com/2012/12/04/ki-suk-han-man-fatally-struck-subway-one-minute-tracks_n_2238334.html?utm_hp_ref=mostpopular

    • Oui je crache sur ce photographe, solidement. peut-être, je dit bien, peut-être qu’il n’aurais pas pu le sauver, même si j’ai de grands doutes. Mais, il aurais pu au moins essayer, se rendre vers l’homme en danger en vitesse pour s’appercevoir qu’on a pas eu le temps de le sauver est déjà un plus grand acte de courage de que préparer son kodak avec zoom et flash pour le prendre en photo en se disant “bof, je pense pas pouvoir faire grande chose pour lui, mais au moins je vais faire du fric”.
      Il aurais pu au moins faire semblant!

    • @ Jaypee2

      En français??? J’ai beau me relire et ce que je lis est en français…Ah, vous vouliez dire de corriger mes fautes de français et de syntaxe….Voyez vous l’ironie de ce que vous me dites? Vous n’êtes même pas foutue de me faire une demande claire et vous me dites d’écrire mieux….et S.V.P, changer votre seul et unique argument lorsque vous répondez aux autres… (Ce que vous faites est du Québec Bashing)…vous dites cela dans tout vos maudits commentaires…..Ce que vous pensez être du « Québec Bashing » est pour moi un simple constat de la société Québécoise….

      Également, côté insignifiance, on repasse. Le prochain coup, essayé donc de donner un commentaire sur le sujet au lieu de vous en prendre aux autres blogueurs sur la qualité de leurs français.

    • “Ce que vous pensez être du « Québec Bashing » est pour moi un simple constat de la société Québécoise….” popov

      ===

      Quand tous les constats qu’on fait sont du dénigrement, ça devient effectivement du “bashing”.

      L’immense majorité des travers attribués par nos “basheux”, comme si c’était une particularité québécoise, sont en fait des travers humains universels.

      Jean Émard

    • Le journaliste est un pur abruti, comme 90 % des journalistes qui ne sont la que pour faire des couvertures de journaux à potins. À cette vitesse, tu ne peux pas prendre le temps de réfléchir, les réflexes du corps humain se charge de ta réaction. Moi si je veux avertir quelqu’un je crie ou je cours l’attraper, je ne sors pas mon iphone pour lui envoyer un sos ou pour l’avertir avec mon flash, svp arrêtez de vouloir nous bourrez, nous en avons assez avec nos politiciens.

      Ceci dit merci aux vrais journalistes…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité