Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 25 juillet 2012 | Mise en ligne à 11h33 | Commenter Commentaires (91)

    Obama ne comprendrait pas l’«héritage anglo-saxon» (Ajout)

    John Swaine, correspondant à Washington du quotidien londonien Daily Telegraph, publie une déclaration explosive d’un conseiller anonyme de Mitt Romney dans cet article sur la relation entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. Je la cite :

    «Nous faisons partie d’un héritage anglo-saxon, et il (Mitt Romney) croit que la relation est spéciale. La Maison-Blanche n’a pas pleinement saisi l’histoire commune que nous avons.»

    Comme le souligne Swaine dans son article, le commentaire de ce conseiller pourrait susciter des accusations d’«insensibilité raciale» car il laisse entendre que Mitt Romney est mieux placé pour comprendre les liens historiques entre les États-Unis et la Grande-Bretagne que Barack Obama, dont le père a vu le jour en Afrique.

    Cependant, une porte-parole du camp de Mitt Romney a déclaré que le commentaire cité par le Daily Telegraph «n’est pas vrai». «Si quelqu’un a dit cela, cela ne représente pas l’opinion du gouverneur», a déclaré Hana Henneberg.

    Vrai ou faux, le commentaire cité dans le Daily Telegraph fait suite à la déclaration de l’ancien gouverneur du New Hampshire John Sununu, un supporteur important de Mitt Romney, selon laquelle Barack Obama devrait «apprendre à être un Américain».

    De son côté, Mitt Romney répète souvent que Barack Obama préconise des idées «étrangères à l’expérience américaine».

    P.S. : Swaine a indiqué que sa source anonyme fait partie de l’équipe de conseillers de Mitt Romney en matière de politique étrangère. Serait-ce le charmant John Bolton?

    P.P.S. : Dans une déclaration diffusée par le camp de Barack Obama, Joe Biden affirme que le commentaire «troublant» cité par le Daily Telegraph augure mal pour les débuts de Mitt Romney sur la scène internationale. Celui-ci entreprend en Grande-Bretagne une tournée de six jours dans trois pays.


    • «apprendre à être un Américain».
      Ils se sont résignés. Il est bien un américain ?

      “des idées «étrangères à l’expérience américaine».
      Des fois, il faut regarder ailleurs pour voir si ils font mieux que nous. Rester en vase clos, c’est “vaseux”.

    • Quelle bêtise!

    • Hé hé… c’est d’autant plus drôle que le père de Romney était mexicain!

    • Cette société est raciste. Si elle a compris qu’elle ne peut plus parler de la couleur de la peau parce ce n’est plus politiquement correct, elle ne peut pas s’empêcher de l’exprimer par tous les autres angles possibles. Quel mépris. Ce n’est pas le politcien qui est visé, ce ne sont pas les politiques qu’il endosse qui sont critiquées, c’est l’homme Noir.

    • Obama est trop subtil pour être un véritale Américain?

      La question se pose, en effet.

      Mais si Obama voulait approfondir son anglo-saxonité et son anglo-conformité, fort heureusement, des sites internet très pédagogiques existent et il pourra se mettre à jour:

      http://kkk.bz/main/?page_id=23

    • atchoum

      Ce n’est pas du mépris, c’est de la panique ou de la pure stratégie…

      Ne vous inquiétez pas: les stratèges d’un candidat mormon ne croient pas eux-mêmes à ce genre d’ineptie: ils savent simplement comment s’adresser à une partie de leur public cible.

    • C’est quoi aujourd’hui être un américain ?

    • Une autre tentative pour dépeindre Obama comme non-américain.

    • Lien entre la GB et les Usa en était un de colonisateurs à colonisés (cf. la vraie révolte du tea party de Boston).
      D’ailleurs, les brits étaient des colonisateurs qui ne permettaient pas le mélange des colonisés et des colonisateurs dans leurs colonies. C’est sans doute à cet héritage qu’il fait allusion.
      En tant qu’irlando-saxophoniste, je sais de quoi je parle.

    • Justement! Connaissant très bien la tradition anglo-saxonne : il se pourrait très bien qu’il n’y ait en fait aucune source et que ce ne soit en réalité qu’un souhait éveillé.

      Cependant c’est suffisant pour donner un second-souffle aux birthers et autres racistes du même acabit.

      Mission accomplie je dirais.

    • @simonon
      je vous cite : «Obama est trop subtil pour être un véritale Américain?»
      ———-#———————————–#———————————–#———–
      Allons monsieur , pensez-vous vraiment ce que vous écrivez. Obama est un É.Unien mur à mur , et plus encore.
      Prétendre ce que vous prétendez est une aberration.

    • Les orangistes, c’est comme la vermine, ça revient souvent…

    • John Bolton, c’est le même gars qui est allé à l’ONU, dire avec Colin Powell , la main sur le coeur, que l’Irak avait des armes de destructions massives??

    • “De son côté, Mitt Romney répète souvent que Barack Obama préconise des idées «étrangères à l’expérience américaine».

      Tout ce qui peut ressembler de près où de loin à toute forme de politique socialisante ie à l’inverse du Rêve américain où tu peux gravir tous les échelons par ta propre puissance et arriver à la réussite financière, apogée de la philosophie capitaliste, eh bien , ça vient réveiller une fois encore cette vieille obsession que tout ce qui peut avoir une consonance (vérifiable ou pas, sans nuance ) ” communiste ” ou , si le mot peut faire peur, ” communisante ” est totalement anti-américain. Inadmissible. L’idée est encore ancrée chez nos voisins du Sud, surtout ceux du sud du Sud.

      Si c’est ce que pense Romney, ploutocrate par excellence, en faisant son affirmation, alors le peuple , dans son esprit, n’a qu’à se relever les manches et de voguer vers la réussite, sans l’aide d’un gouvernement ni de mesures aidantes pour ces gens pris à la gorge, comme si c’était leur faute.

      La grande utopie, le Rêve Américain ( $$$$$$$$$$$$$$$$$$$ ), gage de la réussite d’une vie. L’expérience américaine.

      Bonne journée.

    • @observation

      je vous cite : «C’est quoi aujourd’hui être un américain ?»
      Aller poser cette question à un É.Unien juste l’autre bord de la frontière,mais je vous répondrai, c’était quoi hier être É.Unien.
      Bizarre et vide de bon sens, votre commentaire !!

    • Définition simpliste mais réelle d’un É.Unien.
      Chanter «God Bless America (chanson patriotique américaine) avec la main droite sur le coeur en tenant le petit drapeau É.U. dans la main gauche. Si vous pouvez acter cette scène, vous êtes É.Unien ou vous feriez un bon É.Unien

    • Ou apprendre à être WASP.

      C’ est la Girard Bank qui à sauvé les USA lors de 1812, un Français taboire.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Girard

    • Cette déclaration c’est comme si Amir Kadir devenait premier ministre du québec et qu’un libéral disait qu’il ne connais rien a la culture québécoise!

    • Pourquoi Obama dont les ancêtres maternels sont d’ «predominantly English ancestry, with some German, Swiss, Scottish, Irish, and Welsh ancestry » serait-il imperméable à la culture américaine, plus que Rmoney.

      C’est d’un ridicule !!!

      http://books.google.ca/books?id=ITgEAAAAMBAJ&pg=PA46&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    • On peut dire qu’un politicien afro-américain représente mieux les afro-américains. À un tel point qu’on crie au racisme quand le nombre de politiciens noirs ne représente pas le pourcentage de noirs dans la société.

      On peut aussi dire qu’un politicien hispanique représente mieux les Hispaniques. Un politicien Inuit représente mieux les Inuits. Un politicien gai représente mieux les gais.

      Mais c’est inacceptable et raciste de dire: “Un politicien blanc représente mieux les blancs”.

      Comprendra qui pourra comprendre.

    • ..«L’héritage anglo-saxon, hein? Une bien drôle de relation que celle-là. L’ancienne colonie qui, sans l’aide providentielle et considérable de la France aurait été totalement incapable de «sacrer dehors» la Mère Patrie, déteste la France, se réclame d’un héritage anglo-saxon et fait ami-ami avec la Grande-Bretagne.

    • Je ne suis pas surpris de voir Richard Hétu participer à une telle bêtise journalistique.

      N’importe quel imbécile peut écrire n’importe quoi en citant un «conseiller anonyme», n’est-ce pas?

      Encore une fois le journal La Presse démontre à tous qu’il ne vole pas plus haut qu’un journal à potins.

    • @jean_saisrien

      Bien dit.

      Et de plus la famille Romney était au Mexique pour ne pas être poursuivie pour polygamie.

      En plus, l’American Dream inclut; il n’exclut pas.

      L’Amérique est plus accueillante que ce qui est rapporté.

    • @josephmarsan
      Faux, on dit aussi qu’un politicien blanc représente mieux les blancs. Mais que ça soit blanc, noir ou latino affirmer des choses dans ce sens peut s’avérer être du raciste. Les É.Uniens sont blancs, noirs, jaunes ou autres mais ils sont aussi racistes.

    • @decembre
      Mais le “censeur” en vous ne pouvait passer son chemin sans un petit crachat…

    • Le papa de Mitt est mexicain et mormon. Ses parents ont fui les États-Unis car ce pays avait interdit la polygamie.

      Moi, être Républicain, je me garderais une petite gêne…

    • Et parlant de racisme, j’ajouterais que chacun des Noirs né aux É-u, descendant d’un esclave, a, oui, une très bonne idée de ce qu’est l’héritage WASP.

    • @jrcm.t

      Tiens.. un autre qui s’excite en utilisant le terme étasuniens.. Que vous le vouliez ou non, les Américains sont les Américains. On sais très bien de qui il s’agit, et vous n’y changerez rien. En plus, lorsque vous employez ce terme, vous entrez avec vos gros sabots dans le domaine de l’anti-américanisme.

      Petite anecdote… J’ai acheté une maison récemment. Le vendeur, un bon québécois pure laine, m’a dit à la blague: J’ai fait peur aux voisins en leur faisant croire que j’avais vendu à des noirs. Des commentaires comme ça, j’en entend régulièrement dans notre bon Québec.. Alors avant de traiter une société de raciste, regardez vous un peu dans le miroir. C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..

    • @ducalme 13h41

      >>Et de plus la famille Romney était au Mexique pour ne pas être poursuivie pour polygamie

      La polygamie fait-elle partie des valeurs anglo-saxonne???
      Wow… I wish i was anglo-saxon too!

    • @ngc253

      Que vous le vouliez ou non, les étatsuniens sont des étatsuniens pareil !
      Il n’y a rien d’anti-américain la-dedans, que vous le vouliez ou non.

      Et, en passant, oui: il y a des racistes au Québec… et des comiques qui font des jokes de negs, de tapettes, de femmes frustrées, de latinos, de wops, etc…

      Il y a aussi des québécois qui scient sur les québécois… on est pas mieux que les autres et sûrement pas pires non-plus.

    • ngc253 …. C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres….

      C parce que, sauf vot’ respa, ce fut l’cas souvent… le contraire aussi bien sûr…!

    • Mitt Romney est en Grande Bretagne? Que vient-il faire ici, dans cet Enfer socialiste ou même les Conservateurs sont étatistes et pas toujours opposés au mariage gai? Il en sait quoi de l’héritage anglo-saxon, Mitt Romney? Ils ont pas largué ça depuis l’Indépendance?

    • Un ajout de mon commentaire précédent. L’héritage anglo-saxon, quelques éléments de: la monarchie (on sait ce que les Américains en ont fait), une religion d’État (L’Église d’Angleterre), la bière (Romney n’en boit pas), Charles Darwin sur les devises monétaires (oh que j’aimerais que Romney comprenne celui-là, d’héritage…). Romney a-t-il une idée de ce que c’est? Veut-il être premier ministre de Grande Bretagne comme il peut légitimer prétendre au poste de Secrétaire général du Parti communiste chinois? Je peux dire: a-t-il déménagé des jobs en Grande Bretagne aussi?

    • @ngc253
      C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..
      Vous avez raison cela fait parti de notre héritage britannique!

    • @ngc253
      C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..
      Vous avez raison cela fait parti de notre héritage britannique!
      J’oubliais ”comme le ”rostbeef” !

    • «Nous faisons partie d’un héritage anglo-saxon, et il (Mitt Romney) croit que la relation est spéciale. La Maison-Blanche n’a pas pleinement saisi l’histoire commune que nous avons.»

      Je ne sais pas pourquoi il dit ça parce que la collaboration est grande entre les pays anglo-saxons comme le Canada, l’Australie et la Grande-Bretagne avec les US dans le domaine du renseignement, et de bien d’autres domaines. C’est sûrement la raison pourquoi Romney a renié la déclaration. La Grande-Bretagne ne tarderait pas a corriger les répus sur ce point.

      Le commentaire de Sununu est plus vicieux par contre, n’en déplaise à douche_froide.

    • « C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..» >>ngc253

      Ben non, ben non ! On est nés pour un p’tit pain !

    • «apprendre à être un Américain»

      Le gars a été élu Président, existe-t-il un meilleur plébiscite pour prouver qu’on est un Américan?

    • Rmoney suivrait-il la voie d’Harper en accrochant des portraits de la reine Élizabeth II à l’entrée de la Maison blanche, au Capitole et au New york Stock Exchange ???

      Ah le bon temps des colonies !

    • @ngc253
      Votre petite leçon de moral ne change rien à la belle température que l’on observe aujourd’hui en Amérique et même aux États- Unis . Je ne sais pas qui vous êtes mais vous semblez avoir de l’appétit pour manger du QC.
      Je ne peux pas satisfaire votre appétit puisque je vis aux É.U.(surprise hein!) De plus, je vous rappelle que seules les mots United States OF America apparaissent sur un passe-port É.Uniens ou sur une carte de Permanent Resident . Le mot America est là pour situer les états- unis à l’intérieur de l’Amérique du Nord. Les QC et les Cdn sont aussi américains que ça vous plaise ou non. Lorsque je dis É.Unien ma façon de dire est juste et bonne , même si ça vous donne des boutons que je m’exprime ainsi.
      Je n’ ai pas écrit ou dit que tous les É.Uniens étaient racistes cependant c’est moins évident pour vous qui semblez carburer à manger du QC.
      Un petit conseil , si vous êtes malheureux de vivre au QC avec ces québécois qui vous inspire de l’antipathie et qui sont pour vous déplaisants, détestables et incompatibles et bien retourner d’où vous venez, ça va dégager le territoire et contribuer à baisser le taux de pollution.
      Quant à moi, je suis fier de pouvoir vivre aux É.U et aux QC et détrompez vous je ne suis pas un ‘’snow bird”

    • @jrcm.t

      Surprise ? Je n’ai cure de l’endroit ou vous habitez..ça ne change absolument rien. Et vous ne m’apprenez rien en mentionnant que toute personne qui habite en Amérique est un Américain. Si cela vous excite d’employer le terme étasuniens, alors tant mieux pour vous ! Je n’ai pas décidé du fait que partout dans le monde, le terme Américains désigne généralement les gens qui habitent les États-Unis..c’est comme ça, c’est tout.

    • @douche_froide
      “N’importe quel imbécile peut écrire n’importe quoi en citant un «conseiller anonyme», n’est-ce pas?”

      Hahahaha
      Enocre une fois vous faites étalage de votre partisannerie aveugle, puisque le conseiller à accepter sous condition de resté anonyme, souhait que le journaliste Swaine respecte scrupuleusement, selon les principes journalistiques.

      “The advisers spoke on the condition of anonymity because Mr Romney’s campaign requested that they not criticise the President to foreign media. ”

      Si le conseiller de Romney dit n’importe quoi sous le couvert de l’anonymat, cela ne peut être que la faute de La Presse selon votre vision conspirationniste… Si s’avait été un démocrate, vous auriez voulu la tête du journaliste pour qu’il dévoile ces sources. Deux poids, deux mesures.

      Vous gagneriez à lire les articles avant de commenter et dire des faussetés, vous seriez un tantinet plus crédible, mais vos commentaires seraient moins loufoques.

    • Le conseiller anonyme qui se cachait derrière un bonnet de douche sera sûrement rétroactivement envoyé au chômage !

      «I like to fire people ! »

    • Correction:

      Le conseiller anonyme qui se cachait derrière un bonnet de “Bain” avant de prendre une douche froide sera sûrement rétroactivement envoyé au chômage !

    • @ngc253
      je n’ai pas l’intention de vous éduquer, ni d’alimenter votre appétit à manger du QC.
      Si vous avez des problèmes avec les QC et bien, foutez le camp du QC. La présente change de ton mais ne change rien de votre commentaire 13h50.

    • @douche

      «The Romney campaign did not respond to questions about whether it would seek a retraction of the story. The Telegraph, which stands by the piece, told TPM that the paper has not received a request from the Romney campaign to retract or correct the story.»

      http://2012.talkingpointsmemo.com/2012/07/anglo-saxon-mitt-romney-daily-telegraph-adviser-joe-biden.php?ref=fpa

    • Les Britanniques se moquent de Rmoney et de son “héritage anglo-saxon”

      Un bref résumé de l’article paru dans “The Guardian” :

      1. Stop destroying the English Language with Bushisms and Palinspeak

      2. You should be for MORE immigration, not less

      3. Time to bow down to Royalty like a good peasant

      4. And finally, Stop worrying and learn to love the French

      http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2012/jul/25/mitt-romney-anglo-saxon-values

      PS. Les commentaires sont caustiques et hilarants. :)))

    • @ngc253
      “C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..”

      Et tellement typique de la droite de la droite de cracher sur les siens.
      Bravo ! Continuez votre bon travail.

    • Sa femme magasine chez Target, le gars peut pas etre plus américain que ca.

    • jrcm.t

      vous semblez confondre

      “Obama est trop subtil pour être un véritable Américain?”

      et

      “Obama est trop subtil pour être un véritable Américain”

      En outre, votre radar n’est pas sensible aux 2ème, 3ème et 4ème (etc.) degrés de l’expression (cruciaux, en l’espèce)…

    • l’«héritage anglo-saxon» !

      Voler des terres, tuer ceux qui les habitent ou les parquer comme du bétail, puis s’approprier des esclaves pour faire fructifier la terre, n’est-ce pas à la portée de n’importe quel barbare ?

      L’«héritage anglo-saxon», c’est d’abord dicter SES règles du jeu. Ça aide fichtrement à bien partir. L’héritage WASP ne peut-être un source de fierté que pour les ignorants.

    • @simonon
      j’ai lu ce que j’ai lu. Pour moi, le point d’interrogation n’est pas significatif , mon radar me retourne l’image qu’il voit.
      Je vous lis souvent et j’apprécie vos commentaires.
      sans rancune

    • @ infophile (commentaire « 25 juillet 2012 18h50 ») :

      Il faut être plutôt mal informé pour croire que l’esclavage et la saisie de terres dans les Amériques n’ont été que des phénomènes WASP et ne concernent que le territoire des États-Unis.

      Le commentaire qui suit est basé en bonne partie sur un commentaire que j’ai soumis le 9 juillet en réaction au billet «Avec des amis comme John Boehner…», lien :

      http://blogues.lapresse.ca/hetu/2012/07/07/avec-des-amis-comme-john-boehner/

      J’ai aussi fait des ajouts substantiels à ce commentaire.

      L’esclavage a existé dans les colonies de l’Amérique française bien avant la Guerre d’indépendance des États-Unis.

      L’esclavage a existé à une échelle relativement modeste dans les colonies françaises de la vallée du Saint-Laurent et de l’Acadie, comme d’ailleurs dans les colonies britanniques du nord de la côte atlantique. Mais l’esclavage en Nouvelle-France a pendant longtemps été occulté de notre histoire «nationale», et le regretté historien Marcel Trudel a causé toute un émoi lorsqu’il a publié le résultat de ses recherches à ce sujet à la fin des années 1950.

      L’esclavage a été plus prononcé dans les colonies françaises du Bas-Mississippi et du Haut-Mississippi (Pays des Illinois). À ce sujet, je vous recommande la lecture de l’«Histoire de l’Amérique française» des historiens français Gilles Havard et Cécile Vidal (Flammarion, 2003), qui traite assez bien de ce sujet.

      Un esclavage français plutôt «sauvage» a aussi existé à Saint-Domingue :

      « Vers 1790, Saint-Domingue est la colonie française la plus riche de toute l’Amérique grâce aux profits immenses de l’industrie sucrière et de celle de l’indigo générés par le travail des esclaves. Des dizaines de milliers d’Africains avaient été amenés comme esclaves pour faire fonctionner ces industries. Leur sort est juridiquement encadré par le code noir, mais, dans les faits, ils subissent des traitements souvent pires que ceux du dit code. Leur nombre (400 000) est dix fois plus élevé que celui des blancs. »

      Source : article «Haïti», version française de Wikipedia, lien :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFti

      Cette violence dans le traitement des esclaves noirs a donné lieu à la révolte de 1804, d’où est issue Haïti, et à l’exode d’un grand nombre de «planteurs» français et créoles vers la Louisiane, où plusieurs ont continué à être propriétaires d’esclaves jusqu’à la Guerre civile de 1861-1865. Pendant la Guerre civile, ces planteurs, de même qu’un bon nombre de Louisianais d’origine acadienne (cajune si vous préférez) ont lutté dans les armées des États confédérés favorables à l’esclavage.

      L’adoption de lois contre le maintien du statut officiel du français en Louisiane, après 1865, fut d’ailleurs en bonne partie une mesure de punition imposée par les vainqueurs de la Guerre de sécession (les états de l’Union) contre ces descendants de Français favorables à l’esclavage…

      D’autres grandes familles marchandes d’origine française et (en général) catholique (donc pas des WASP…), comme par exemple les Chouteau de Saint-Louis, ont été propriétaires d’esclaves dans la première partie du 19e siècle.

      L’esclavage de l’époque du Régime colonial français (avant 1763) ne concernait pas que les esclaves noirs africains mais aussi un certain nombre d’esclaves amérindiens provenant de tribus qui s’opposèrent à un moment ou à un autre aux Français (ex. les textes d’époques en français évoquent fréquemment des esclaves panis (en anglais, on écrirait « Pawnees »). Je crois que des Amérindiens de la tribu des Renards (région du lac Michigan) et des Amérindiens de la tribu des Natchez (Bas-Mississippi) sont devenus les esclaves de Français ou d’alliés amérindiens des Français.

      Si ça vous intéresse, le site stegenevieve.net («Ste. Genevieve Co, Missouri historical and genealogical resources ») affiche la traduction anglaise d’un recensement des esclaves amérindiens de Sainte-Geneviève en 1770 (en précisant le nom des propriétaires des esclaves) :

      http://stegenevieve.net/123/1770-census-indian-slave/

      Dans cette liste, vous verrez que plusieurs (sinon la plupart) de ces exclaves amérindiens étaient des Panis (en anglais, « Pawnees »).

      La description du livre « Francois Vallé and His World : Upper Louisiana before Lewis and Clark » de Carl Ekberg, sur le site de la University of Missouri Press, montre que François Vallé ou Vallée (1716–1783), un «bon Canadien» d’origine modeste originaire de Beauport (tout juste en aval de Québec), qui a migré dans la vallée du Mississippi vers 1740 (seize ans avant le début de la Guerre de Sept Ans…), était propriétaire d’esclaves :

      http://press.umsystem.edu/product/Francois-Vall%C3%A9-and-His-World,672.aspx

      Chez les quelques centaines (au moins) de Canadiens de la région de Vincennes (maintenant en Indiana) qui ont choisi le camp de la Révolution américaine en 1775-1783, l’esclavage a continué d’être pratiqué pendant plusieurs décennies, ceci constituant en quelque sorte un «accommodement raisonnable» concédé aux anciens colons français par la jeune République américaine :

      « Though slavery had been prohibited in the area by the Northwest Ordinance of 1787, it continued on a modest scale in Vincennes. Those who had come into the area with slaves usually retained them until their death or freed them by their last will and testament. Somes in his history of Old Vincennes speaks of a convention held in the town in 1802 which called for the suspension of the article in the Ordinance of 1787 that forbade slavery. The argument as summarized by Somes anticipated the logic used in the great debates over slavery in the mid-nineteenth century that “Congress could not say whether slavery shall, or shall not, be allowed, and neither could the territory decide until it had become a State.” [16] In the end, slavery was left undisturbed for the French settlers, who held both Indians and Blacks in bondage long after passage of the ordinance of 1787 and even after the adoption of the state constitution in 1816. [17] »

      « It is not entirely clear how many slaves Toussaint Dubois owned. In 1802, he clearly had as many as four (two adults and two children) and possibly more. Parish records for that year record the baptisms of Pierre (age three) and Michel (age one), the sons of Jean and Marie, slaves of Toussaint Dubois. His will (written June 15, 1815) mentions two other slaves by name — a man servant, Gabriel, and his wife Ann — and also makes a general reference to other “negroes.” Toussaint Dubois did not set them free in his will, perhaps because his young wife still had three sons under ten years of age. Instead, it provided that Gabriel and Ann would serve his wife until his youngest child, Jesse Kilgore Dubois, reached the age of 21. The will then provided “that if in the opinion of my wife (and the country permits) that the said people of color are able to make a comfortable living, they are to be free, if not, they are to be assisted out of my property during their lifetime . . . It is my desire that none of the negroes now in my family be sold so as to be obliged to serve out of the family unless for criminal conduct.” [18] »

      Source : article « TOUSSAINT DUBOIS: POLITICAL PATRIARCH OF OLD VINCENNES » de Leo W. Graff, Selected Papers From The 1987 And 1988 George Rogers Clark Trans-Appalachian Frontier History Conferences, lien : http://www.nps.gov/history/history/online_books/gero/papers/1987-1988/sec5.htm

      Enfin, et cela est reconnu par à peu près tout le monde aujourd’hui, des commerçants français de Bordeaux, La Rochelle, etc. , ont été très actifs dans la traite et le transport des esclaves africains, entre le 17e et le 19e siècle.

      Pour un tableau qui compare les différentes puissances maritimes d’Eurpe et des Amériques à cet égard, suivez le lien suivant, qui vous mènera au site «The Trans-Atlantic Slave Trade Database» :

      http://www.slavevoyages.org/tast/assessment/estimates.faces

      En conclusion, il est plutôt évident que, contrairement à ce que vous semblez croire, l’esclavage sur les territoires de l’Amérique du Nord est loin d’avoir été un phénomène exclusivement WASP…

    • Et une autre bourde De Rmoney en politique étrangère :

      «A foreign policy adviser to Mitt Romney’s campaign warned against policies that would aid “the Soviet Union” Wednesday, making him at least the third person from Team Romney — including Romney himself — to refer to a country that hasn’t existed since 1991 in the course of attacking President Obama’s foreign policy.»

    • Voici quels sont les termes en Mormon pour parler d’«héritage anglo-saxon» : “WHITE AND DELIGHTSOME”

      http://www.mormoncurtain.com/topic_whiteanddelightsome.html

    • Rmoney va-t-il changer le nom de son Republican Party en “Anglo-Saxican Party” ?

    • Je me permets d’ajouter une anecdote historique à mon commentaire précédent (« 25 juillet 2012 20h37 »).

      Les internautes qui ont une bonne mémoire se souviendront peut-être que l’an passé, Monsieur Richard Hétu avait publié un commentaire pour signaler la commémoration du 150e anniversaire du déclenchement de la Guerre civile américaine (ou Guerre de Sécession si vous préférez), le 12 avril 1861, dans la baie de Charleston, en Caroline du Sud.

      Voir le billet « Sympathie pour la cause sudiste » en date du 12 avril 2011, lien :

      http://blogues.lapresse.ca/hetu/2011/04/12/sympathie-pour-la-cause-sudiste/

      Cet événement est connu sous le nom de l’attaque du Fort Sumter. Le Fort Sumter avait été construit sur une île de la baie de Charleston à la suite de la Guerre de 1812.

      En décembre 1860, suite à la déclaration de sécession de l’état de la Caroline du Sud, 127 hommes de l’armée des états de l’Union, dirigés par le major Anderson, se sont réfugiés dans le Fort Sumter, jugé plus défendable que le Fort Moultrie, où ils étaient cantonnés jusqu’alors.

      Au cours des mois qui suivirent, les forces des états confédérés, sous le commandement du brigadier-général P.G.T. Beauregard, tentèrent de convaincre les soldats de l’Union se trouvant dans le Fort Sumter de se rendre, et rendirent impossible leur ravitaillement, jusqu’à ce que le bombardement du fort commence le 11 avril. Les occupants du fort capitulèrent 2 jours plus tard, le 13 avril 1861.

      Mais qui était le brigadier-général Pierre Gustave Toutant Beauregard, connu surtout aux États-Unis comme P.G.T. Beauregard ?

      Pierre Gustave Toutant Beauregard (1818-1893) était issu d’une famille créole de la Louisiane, et sa famille possédait une plantation dans la paroisse Saint-Bernard, dans ce qui est maintenant la grande région métropolitaine de la Nouvelle-Orléans.

      Du côté paternel, l’ascendance de Beauregard semble être arrivée en Louisiane directement de France.

      Mais c’est le côté maternel qui peut être intéressant d’un point de vue canadien ou québécois.

      Une des arrières-grands-mères maternelles de P.G.T. Beauregard, Marie Anne Joseph Duplaissis (ou Duplessis) dit Gatineau, est en effet née à Trois-Rivières en 1720 et est morte à la Nouvelle-Orléans en 1772.

      Nous pouvons donc constater que l’un des huit généraux supérieurs de l’Armée confédérée, qui luttait entre autres pour le maintien du droit des 11 états confédérés à pratiquer l’esclavage, était P.G.T. Beauregard, fils de planteurs louisianais dont l’ascendance était française et canadienne (issue de la vallée du Saint-Laurent)…

      En passant, P.G.T. Beauregard s’est généralement très bien débrouillé comme chef militaire pendant la Guerre de Sécession, et après 1865, il a eu du succès dans sa vie professionnelle dans le monde civil. Fait rare pour un ancien général confédéré, après la Guerre de Sécession (pendant la Période dite de Reconstruction), il a milité en faveur des droits civils des anciens esclaves noirs alors affranchis… Malheureusement, le bilan global de la Période de la Reconstruction a été plutôt décevant, surtout pour les anciens esclaves noirs affranchis.

      Voici quelques liens suggérés pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur le général P.G.T. Beauregard :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Gustave_Toutant_de_Beauregard

      http://en.wikipedia.org/wiki/P._G._T._Beauregard

      http://www.francogene.com/beauregard/gen-f.php

      http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Fort_Sumter

      Bonne journée à tous et à toutes !!!

    • jrcm.t

      Ce n’est pas une affaire de “rancune” mais de grammaire.

      Il est étrange de soutenir sans rire que “le point d’interrogation n’est pas significatif”.

      Il y a une différence très fondamentale entre un jugement de fait formulé à l’indicatif présent et une question, rédigée en bonne et due forme avec un point d’interrogation.

      Les prétentions associées à chaque énoncé sont totalement différentes.

      Mais qu’importe. Devoir expliquer ce genre de chose équivaut à devoir revenir à l’alphabet et aux règles de l’addition pour l’ensemble des nombres entiers naturels.

    • Le premier ministre David Cameron a servi une rebuffade “olympique”à Mitt Romney concernant ses remarques hier à propos de la préparation des Jeux

      http://www.thetimes.co.uk/tto/news/

      http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/mitt-romney/9428764/Commentary-if-Mitt-Romney-doesnt-like-us-we-shouldnt-care.html

      Le mononc’ des Z’États s’est encore fourré le pied dans la bouche !

    • @jrcm.t
      “La présente change de ton mais ne change rien de votre commentaire 13h50.”

      Wow.. c’est vraiment n’importe quoi.

    • ngc253

      L’emploi du terme “états-unien” (banal chez la majorité des Américains–les habitants du continent américain) n’a rien à voir avec quelque forme d’anti-américanisme que ce soit.

      La décision d’appeler “états-uniens” les citoyens des Etats-Unis est moins stupéfiante, non seulement que la décision antérieure des citoyens de ce pas de confisquer une appellation continentale, mais également de la façon très flagorneuse dont les gens comme vous acceptent cette confiscation d’un terme qui nous appartient autant qu’à eux.

      Tous les impérialisme reposent sur ce genre de capacité de susciter une adhésion sans envergure.

    • ngc253

      L’emploi du terme “états-unien” (banal chez la majorité des Américains–les habitants du continent américain, notamment hispanophones) n’a rien à voir avec quelque forme d’anti-américanisme que ce soit.

      La décision d’appeler “états-uniens” les citoyens des Etats-Unis est moins stupéfiante, non seulement que la décision antérieure des citoyens de ce pays de confisquer une appellation continentale, mais également de la façon très flagorneuse dont les gens comme vous acceptent cette confiscation d’un terme qui nous appartient autant qu’à eux.

      Tous les impérialisme reposent sur ce genre de capacité de susciter une adhésion sans envergure.

    • @simonon

      J’imagine que vous êtes canadien, alors, est-ce que quelqu’un vous a déjà empêché de vous auto-qualifier d’américain ? J’en doute..

      Je suis simplement agacé par la malhonnêteté de certaines personnes qui emploient le terme étasuniens affirmant ne pas le faire sur un ton péjoratif.

    • @cotenord_7

      En effet, il faudrait être diantrement mal informé pour prétendre que l’esclavage était une exclusivité WASP… mais comment caractériser ceux qui prêtent des propos à ceux qui ne les ont pas tenus ?

      J’ai parlé des WASPs parce que le billet traitait de l’héritage anglo-saxon. Ça vous a échappé ?

      Je reprends l’expression de Paul Ohl, auteur de Black, «Louis XIV était un enfant de chienne.» Inutile d’en ajouter.

      Quant aux vols des terres, les choses se corsent pour la fierté WASP. Ni les Français, ni les Espagnols, ni les Portugais et encore moins les Hollandais n’ont eu de plan ou d’intentions d’éliminer, de «génocider», les populations autochtones dans le dessein de s’emparer de leurs terres, comme l’ont eu les Américains WASPs.

      On trouve un relent de cet esprit jusqu’à l’exécution de Louis Riel, le chef d’une rébellion de métis dépossédés des meilleures terres au Manitoba soit dans la région de Winnipeg. Une honte dans l’histoire canadienne.

      Les populations WASPs ne se sont à peu près pas mêlés aux autochtones, contrairement aux Français, aux Espagnols et aux Portugais.

      Mais votre remarque est aussi le fait de celui qui s’est porté à la défense du général Amherst sur ce blogue, alors elle ne m’étonne pas.

    • des idées «étrangères à l’expérience américaine»
      Comme le fait d’avoir eu l’idée de liquider OBL plutôt que de le capturer. La liquidation d’individus, c’est vrai ça ressemble plus aux méthodes d’Israel dans les territoires palestiniens. Aux É.U, on capture, on juge et on exécute la sentence.

    • @ngc253

      Difficile à savoir où vous voulez en venir, vous n’êtres pas à la hauteur de vos opinions et seul, votre commentaire d’hier (13h50) indique qui vous êtes ! et comment vous pouvez penser. Arrivez de nulle part, vous exprimez assez clairement votre raciste que vous entretenez sur les QC. en utilisant mon pseudonyme et le mot É.Unien.
      Pour des raisons évidentes, vous avez constaté assez vite que vous ne pourriez pas continuer votre ”job” de bras sur les QC par l’intermédiaire de ce ”blog”.
      Je vous suggère de continuer à nous hair et surtout éloignez- vous des QC, vous les polluez. Vivez votre raciste avec vos pareils mais ils sont hélas trop nombreux au QC .
      Dites moi quelle différence faites vous entre un QC et un Canadien .

    • @ infophile (commentaire 26 juillet 2012 13h06 ) :

      Votre condamnation sans nuance de tout ce qui est WASP, de même que l’indulgence dont vous faites preuve à l’égard des colonialismes espagnol et portugais lorsque vous les comparez au colonialisme anglais ou britannique, sont plutôt déconcertants…

      Je me contenterai surtout ici de vous proposer quelques liens vers des articles qui réfutent une bonne partie des préjugés, stéréotypes et lieux communs que l’on trouve dans votre texte.

      Concernant les «bienfaits» du colonialisme espagnol sur les peuples autochtones (amérindiens) d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Spanish_colonization_of_the_Americas

      http://en.wikipedia.org/wiki/Spanish_conquest_of_Mexico

      http://en.wikipedia.org/wiki/Spanish_conquest_of_Yucat%C3%A1n

      http://en.wikipedia.org/wiki/Spanish_conquest_of_the_Inca_Empire

      http://nationalhumanitiescenter.org/pds/amerbegin/contact/text7/text7read.htm

      http://en.wikipedia.org/wiki/Spanish_conquest_of_Guatemala

      http://www.visitflorida.com/articles/native-american-and-spanish-interaction

      Concernant les «bienfaits» du colonialisme portugais sur les peuples autochtones (amérindiens) du Brésil :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Indigenous_peoples_in_Brazil

      Et pourquoi donc les relations entre Français et Amérindiens ont-elles de façon générale (mais pas dans tous les cas) été plus «harmonieuses» que les relations entre les autres peuples européens (Anglais, Espagnols, Portugais) ? Même si David Hackett Fischer, le grand biographe de Samuel de Champlain, attribue un grand mérite à Champlain et à ceux et celles qui ont suivi son ouverture à l’égard des Amérindiens, il ne faut pas négliger un facteur d’une importance capitale : la pression démographique exercée par les populations respectives des diverses colonies. Pendant le régime colonial français, la population d’origine française est toujours demeurée relativement faible et dispersée sur le territoire des colonies, et pour cette raison elle est demeurée relativement dépendante à l’égard des peuples amérindiens (pour la guerre, pour le commerce, pour le mariage et la famille, etc.). Un autre facteur important est la vision plus éclairée et ouverte d’esprit des missionnaires catholiques français, par rapport à une bonne partie de leurs collègues espagnols ou de leurs «compétiteurs» protestants des colonies britanniques :

      http://www.digitalhistory.uh.edu/native_voices/nav2.html

      Mais malgré cela, les Français n’ont pas pu maintenir des relations cordiales avec tous les peuples amérindiens qu’ils ont rencontrés :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Natchez_people

      http://en.wikipedia.org/wiki/Fox_Wars

      http://en.wikipedia.org/wiki/Beaver_Wars

      Quant à Louis Riel, je ne chercherai pas à défendre ceux qui ont forcé les Métis à laisser leur territoire traditionnel et ceux qui ont réclamé son exécution en1885. Cependant, vous n’avez pas besoin d’aller aussi loin que le Manitoba pour être exposé à des cas de spoliation de territoire réclamé par les Amérindiens. Bien des Mohawks de Kahnawake et de Kanesatake (au Québec) s’estiment avoir été lésés, soit par les agents du gouvernement, soit par des religieux ou soit par leurs voisins agriculteurs canadiens-français, lorsque les territoires qu’ils estimaient leur appartenir ont été morcelés au 19e et au début du 20e siècle :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Kahnawake

      http://en.wikipedia.org/wiki/Kanesatake,_Quebec

      Quant à Amherst, par ses préjugés et par les méthodes qu’il a utilisées à l’égard d’Amérindiens ennemis, il ressemblait à bien d’autres officiers européens de l’époque. En 1687, le gouverneur Denonville a fait saisir une cinquantaine de chefs iroquois qui parlementaient au Fort Frontenac et ces chefs ont été envoyés aux galères, en Méditerranée, vers une mort quasi-certaine. Lorsque les Français ont connu des conflits avec la nation des Renards et la nation des Natchez, ce sont des officiers français qui ont décidé d’éradiquer cette menace soit directement, soit par l’entremise de tribus alliées.

      Il est difficile et hasardeux d’interpréter des événements qui se sont produits il y a deux, trois ou quatre siècles, mais si ceux que vous appelez les WASPs ont souvent été plus agressifs que nos ancêtres dans leur contact avec les Amérindiens, c’est selon moi en bonne partie à cause de la disparité de population entre les régions colonisées par les Britanniques (qui étaient très peuplées par des colons d’origine européenne) et les régions colonisées par les Français (qui étaient beaucoup moins peuplées par des colons d’origine européenne).

    • Correction à mon commentaire précédent :

      Dans le 5e paragraphe, la 1re phrase devrait se lire ainsi :

      « Et pourquoi donc les relations entre Français et Amérindiens ont-elles de façon générale (mais pas dans tous les cas) été plus «harmonieuses» que les relations entre les autres peuples européens (Anglais, Espagnols, Portugais) et les Amérindiens ? »

    • cotenord_7

      “mais si ceux que vous appelez les WASPs ont souvent été plus agressifs que nos ancêtres dans leur contact avec les Amérindiens, c’est selon moi en bonne partie à cause de la disparité de population entre les régions colonisées par les Britanniques (qui étaient très peuplées par des colons d’origine européenne) et les régions colonisées par les Français (qui étaient beaucoup moins peuplées par des colons d’origine européenne).”

      Si les Britanniques amenaient plus de monde que les Français au Nouveau-Monde, c’est que leur esprit de conquête était plus affirmé! De là leur agressivité plus marquée selon moi.

    • @jrcm.t

      D’accord, je vais aller vivre mon ‘raciste’ avec mes pareils, et nous méditerons sur mon fameux commentaire de 13h50. En vous souhaitant de sortir de ce terrible pays formé par les É-Unis (puisque vous affirmez y vivre) et de vous voir revenir vivre avec les QC.

    • @simonon
      je vous cite : «Ce n’est pas une affaire de “rancune” mais de grammaire.»
      Oui , j’admet que le point d’interrogation est significatif et vous avez raison de me le rappeler. Je verrai à mettre au point mon radar.
      Bonne fin de soirée.
      jrcm
      tampa, FL.

    • @ngc253
      je crois n’être pas le seul à vous avoir perçu et identifié comme étant raciste et mange QC. Vous avez eu droit à un nombre impressionnant de réponses et de commentaires.Bravo, je vous félicite.

    • L’approche des Français dans les Amériques a été la plupart du temps basée, mais pas uniquement, sur le commerce. L’idée de colonie leur a longtemps répugné. D’ailleurs les Basques commerçaient eux aussi avec les autochtones du Golfe St-Laurent jusqu’à 200 ans avant l’arrivée officielle des Français. Les grandes voies maritimes et le commerce vont de pair.

      Celle des Espagnols était semblable en plus vénale, au point de piller les Pré-colombiens. Mais en Catholiques qu’ils étaient, ils se sont conformés, enfin avec de grosses entorses, aux diktats de Rome. Les «Sauvages» avaient une âme et il fallait les convertir.

      Les protestants avaient pour consigne de ne pas se marier aux autochtones, d’où le fait qu’il y a peu de métis autochtones/anglais. Ce n’est pas le cas pour les Français qui, au contraire, étaient encouragés à la mixité. Idem pour les Espagnols et les Portugais

      Évidemment, on peut reprocher aux Espagnols de s’être comportés comme des pillards et d’avoir propagé de terribles maladies qui ont décimés le nouveau monde en grande partie: population du Yucatan avant l’arrivée des Espagnols 19 millions; 20 ans plus tard 1 million.

      Mais ils ne l’ont pas fait intentionnellement, comme les si méritants et si gentils WASPs tels que le général Amherst.

      Les Britanniques ont voulu, pour ce qui allait devenir le Canada, et sans doute trop tard, faire différemment des Américains. D’ailleurs, ce sont eux qui, sur le tard, ont – stratégiquement ? – amorcé une science humaine que l’on appelle aujourd’hui, anthropologie. Leur but était d’éviter les massacres par une assimilation basée sur leurs connaissances des Autochtones.

      Mon propos initial n’est jamais allé dans le sens où seuls les WASPs ont commis des ignominies. Mais force est de constater qu’ils ont été coupables de nettoyages ethniques et qu’ils ont dévasté les populations autochtones par la force et par la guerre et qu’ils ont soumis des Africains à l’esclavage pendant très longtemps.

      Voilà les causes principales des difficultés économiques des noirs et des autochtones américains d’aujourd’hui. Ils ne sont pas des victimes, par différentiation, des vertus des WASPs, mais de la cruauté de ceux-ci.

      Incidemment, à Nuremberg, Goering se moquait allègrement des Américains et revenait souvent sur les guerres territoriales et des génocides qu’ont menés les américains à l’encontre des Autochtones, pour en venir à conclure que les ambitions allemandes n’étaient pas différentes.

      Les territoires au sud de Montréal où se trouvent Kanawaké ont été cédé aux Mohawks dans le but de les attirer et de les convertir ! Aussi, les métis de l’Ouest canadien avaient adopté un mode de vie sédentaire européen, avaient défriché leur pays et en furent brutalement chassé.

      Bien que très au fait des exactions commises par les Européens en Amérique, je vais approfondir vos liens. Mais mes connaissances en ce domaine ne recoupent pas toujours les vôtres. Il y a bel et bien eu de fortes différences idéologiques envers les autochtones, selon qu’ils avaient affaire à des WASPs ou des Français/Espagnols/Portugais catholiques.

    • À l’attention de cotenord_7, bien sûr.

    • ngc253

      “Je suis simplement agacé par la malhonnêteté de certaines personnes qui emploient le terme étasuniens affirmant ne pas le faire sur un ton péjoratif.”

      Vous êtes extrêmement subtil et assez délicat…

      Scandaleux, en effet! Ne pas avoir la décence élémentaire de reconnaître “un ton péjoratif”?!

      Le monde court à sa perte. Le napalm ou l’utilisation d’une arme nucléaire contre des populations civiles, je ne dis pas, mais ne pas reconnaître un “ton péjoratif”, cela permet de voir (avec horreur et consternation) que l’humanité a perdu son gouvernail moral!

    • @simonon

      À chacun ses irritants…

    • @ infophile (commentaire « 27 juillet 2012 00h56 » ) :

      Je ne peux rédiger un long commentaire, car je dois prendre la route d’ici peu.

      Cependant, j’ajoute ceci, en espérant que cela puisse clarifier ma pensée.

      Même si le modèle de colonisation suivi par les Français en Amérique du Nord n’était pas sans défaut, c’est sans doute celui qui à l’époque était le plus propice (par rapport aux modèles généralement suivi par les Espagnols, les Portugais et les Britanniques) à une cohabitation relativement harmonieuse avec les nations autochtones avec lesquels les colons français entraient en contact.

      Mais le modèle français était-il viable à long terme, compte tenu de la disparité des populations entre les 13 colonies britanniques et les colonies françaises de l’Acadie, de la vallée du Saint-Laurent, du Pays des Illinois et du Bas-Mississippi ???

      Quant aux WASPS, vous devriez être prudents quant aux généralisations. Il y avait dans les colonies britanniques des esprits plus éclairés qui préconisaient une politique d’accommodement des Amérindiens. C’est comme cela que les Britanniques ont réussi à accomplir un «renversement des alliances» au cours de la Guerre de Sept Ans. Certains groupes religieux des colonies britanniques (les Quakers par exemple) préconisaient une coexistence pacifique avec les Amérindiens.

      Notez de plus que, sous la République américaine, une relative politique d’accommodement a perduré jusqu’à la fin de la Guerre de 1812-1815, lorsque le gouvernement de Washington s’est retrouvé sans rival majeur (ni le Royaume-Uni qui a lui cédé la région au sud des Grands Lacs à l’issue de la guerre, ni la France qui lui avait cédé le vaste territoire de la Louisiane en 1804) sur le vaste continent d’Amérique du Nord… Le déclin définitif de l’influence amérindienne sur le territoire des États-Unis s’est amorcé à cette époque.

      Il est possible que je ne puisse revisiter ce blogue avant quelques jours, mais je le ferai sûrement la semaine prochaine.

      Bon week-end !

    • @ngc253

      Et ça origine d’où cette “irritation” que vous cause le gentilé “étatsunien” reconnu par Le Robert ?

    • ngc253

      ”À chacun ses irritants”
      ———#———–#———
      Continue à nourrir tes irritants, ça te permet de détester les QC un peu plus qu’ hier mais un peu moins que demain.
      Je te laisse à ta tâche !

    • “Petite anecdote… ” ngc253

      ===

      Traduction : j’ai pas vraiment d’argument solide pour vomir mon mépris sur les Québécois alors je vais faire comme si un cas anecdotique était une preuve de ce que j’avance.

      Jean Émard

    • ngc253

      parler d’irritation, c’est parler de lubrifiant, et là, je commence à vous voir venir…

    • @simonon

      Très édifiant comme commentaire…

    • Moi je pense que quelqu’un né à Hawaii d’une mère blanche et d’un père noir étranger et étudiant avec visa représente au contraire très bien les États-Unis.

      Surtout qu’il ne fait pas partie d’une secte bizarre et que sa famille était «bêtement» de la classe moyenne. Pas élevé dans la ouate (et en partie dans un autre pays, tiens donc) comme Mitaine.

    • ngc253

      lubrification, édification…

      je dirais que vous êtes à la hauteur d’environ 50% de vos concepts-clé, mais je m’empresse aussitôt de souligner que le ratio est respectable et qu’il dépasse même certaines attentes…

      cela dit, restez vigilant: notre monde contemporain est en effet traversé par une véritable épidémie de “ton péjoratif” et l’intégrité, voire la survie, de ce monde est toute entière suspendue à la détermination, la perspicacité, le courage et le don de soi de chevaliers tels que vous, qui n’ont pas peur d’appeler un chat un chat et qui ont la crédibilité pour le dénoncer en public.

      Ne vous découragez surtout pas!

    • ramses

      ngc253 a certainement compris les mécanismes secrets du “ton péjoratif” mais les miracles de l’induction lui restent mystérieux…

    • @ngc253

      1)Je vous cite : «Petite anecdote… J’ai acheté une maison récemment. Le vendeur, un bon québécois pure laine, m’a dit à la blague: J’ai fait peur aux voisins en leur faisant croire que j’avais vendu à des noirs.»
      Ce que je lis : ”bon QC pure laine : c’est quoi un QC pure laine ?
      Ce que je lis : ”J’ai fait peur aux voisins en leur faisant croire que j’avais vendu à des noirs.” dans ce contexte, ça veut quoi le mot ”peur”. Que viennent faire les noirs dans votre commentaire. C’est quoi le rapport entre les noirs et le mot É.Uniens que j’utilise.

      je vous cite : « . Des commentaires comme ça, j’en entend régulièrement dans notre bon Québec.. Alors avant de traiter une société de raciste, regardez vous un peu dans le miroir. C’est tellement typiquement québécois de se croire meilleur que les autres..»

      Ce que je lis et comprends, c’est que vous avez un dégoût naturelle du QC et de ceux qui l’habite et des noirs et des ….etc.

      Allez , faites-vous connaître un peu !

    • jrcm.t 10h09

      ===

      Ce qu’il sous entends c’est que les Québécois pure laine (traduction: les francophones) sont des racistes. Mais il ne se rends pas compte que c’est sa propre démonstration qui pue le racisme.

      Jean Émard

    • @ngc253

      Il y a une cinquantaine d’années, dans les “townships” très loyalistes près de la frontière étasunienne, de Knowlton à Kingscroft en passant par North Hatley, les Canadiens-anglais refusaient très souvent de vendre à des Québécois “de souche”, comme vous les caractérisez, catholiques, donc papistes, et ayant des enfants parce que ça faisait baisser la valeur des propriétés.

      On est toujours le nègre de quelqu’un.

      Vous, vous êtes le nègre de qui ?

    • @ngc253

      Et tout à coup, ça m’est revenu, lumineux, éclatant, net : Le refrain tiré de “Le chanteur indigène” de Sylvain Lelièvre !

      «On est toujours un peu l’Iroquois de quelqu’un
      Que l’on soit Québécois, Breton, Nègre ou Cajun
      Je vous laisse à penser quel peut-être le vôtre
      On est toujours un peu l’indigène d’un autre»

    • @ngc253
      Vous avez une dernière chance de vous expliquer !! allez, allez un peu de courage et dites ce que vous voudriez dire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité