Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 19 juillet 2012 | Mise en ligne à 10h03 | Commenter Commentaires (17)

    Deux mauvais sondages pour Obama

    Pout la première fois de la campagne présidentielle, Mitt Romney devance Barack Obama dans un sondage New York Times/CBS News. L’ancien gouverneur du Massachusetts récolte 47% des intentions de vote contre 46% pour le président, dont la gestion économique est approuvée par seulement 39% des électeurs.

    Autre mauvais sondage pour Obama, celui réalisé par l’université Quinnipiac en Virginie, où le président est désormais à égalité avec Romney (44-44) après avoir mené par huit points en mars et cinq points en juin.

    Ironiquement, Obama peut se consoler avec un sondage publié hier par Fox News, qui le crédite d’une avance de quatre points (45-41) sur Romney au niveau niveau national.


    • Le problème de ces sondages est qu’on doit nécessairement voir comment ils on été bâti, dans quel ordre les questions ont été posées (est-ce que les répondents on été “beurrés”?), comment l’échantillonnage a été élaborée, si le sondage a été fait par téléphone et si oui seulement via “land lines” ou par canal cellulaire (le jour, surtout les personnes agées sont à la maison et les jeunes ont de moins en moins recours aux lignes téléphoniques traditionnelles).

    • Oh la la…

      désolé pour les nombreuses fautes – ai pesé sur “envoyer” sans me relire.

    • Mitt Romney ne devance pas personne, c’ est Obama qui perd des plumes. par contre personne ne vas voter pour quelqu’ un qui n’ est pas du Christianisme.

    • Un sondage de l’université Quinnipiac – sérieusement! Ce n’est pas votre meilleure chronique. Vous etes capable de pas mal mieux.

    • Bonne chose que ces sondages défavorables: ça va fouetter les troupes démocrates un peu et conscientiser les plus progressistes des étatsuniens à aller voter en novembre.
      Go Mitt GO!!!

      …et montre-nous donc tes rapports d’impôts pendant que tu y es!

    • ceci dit Obama reprend 5 points d’avance en Iowa! 4 au New Hampshire.

      reste stable avec 6 points au Nevada.

      mais a chuter a seulement 5 points d’avance au Nouveau-Mexique après avoir u 15 points d’avance !!

      Obama va garder la Pennsylvanie et l’ Ohio ! + l’ Iowa le Nevada et le Nouveau-Mexique

      cela fait qu’il va rester président + tout les autres états qui vote toujours démocrate

      Romney lui va reprendre l’ Indiana , la Caroline du Nord et surement la Floride et voir Le Colorado .

      Wisconsin et le Michigan vont rester au démocrate

    • Clairement, toutes ces attaques contre Romney commencent à porter fruit. Les démocrates viennent d’y engloutir $100 millions, il fallait bien que ça produise des résultats!

    • @celine4

      Pas sûr de comprendre le sens de votre intervention, mais si vous doutez de la qualité et de la réputation des sondages de Quinnipiac, c’est la preuve méconnaissance du sujet.

    • La campagne est encore jeune.

    • Honnêtement les intentions de vote sont seulement importantes dans les quelques états qui peuvent aller d’un bord ou l’autre. Quand ben même t’aurait 95% du monde du Massachusetts qui voterait pour Obama au lieu de 52%, ou 98% au Texas pour Romney au lieu de 51%, ça change pas grand chose. Mais comme dis madmaf, les sondages ça vaut ce que ça vaut, c’est tellement influençable…

    • Je ne peux pas croire que les Américains considèrent voter pour Mitt Romney. N’ont-ils pas compris ou les a menés les politiques conservatrices de Bush? Je considèrerais comme un recul l’élection d’un président républicain. Même s’il est vrai que le bilan d’Obama est loin d’être reluisant, la tempête dans laquelle il évolue est importante. Mais tout n’est pas joué et l’orientation de la campagne est assez rude. Pas certain que j’aimerais voir ce genre de campagne ici, au Québec.

    • Le sondeur dont il faut, notamment, se méfier est Rasmussen, à la solde du GOP.
      M. Hétu: d’accord avec votre commentaire de 10H56.

    • @michigan

      Ce qui m’intéresse, ce sont les Grands électeurs.

      Et je suis sensiblement du même avis que vous concernant les états que vous mentionnez.

      Pour le moment, je ne crains pas pour le Colorado, mais le Michigan m’inquiète.

      Par ailleurs, je concède depuis longtemps la Floride au GOP.

    • “Je ne peux pas croire que les Américains considèrent voter pour Mitt Romney. N’ont-ils pas compris ou les a menés les politiques conservatrices de Bush? ”

      Les politiques conservatrices de Bush ? Prendre 700$ milliards dans les poches des contribuables pour aider l’entreprise privée c’est pas ce que j’appelle du conservatisme, ou meme de la droite, ca s’approche plus du socialisme. Obama pousuit dans la meme veine d’ailleurs. Les partis ca veut pu rien dire aujourd’hui ce n’est qu’un emballage, un contenant…le Labour en Angleterre ,supposé parti de gauche, qui a poursuivit les politiques de droite de Thatcher, le PQ au Québec, supposé un parti de gauche social-démocrate qui coupe 20% aux fonctionnaires, votent des lois pour le retour forcé des infirmières, les libéraux qui sont supposer etre un méchant gouvernement de droite qui a pas couper un fonctionnaire depuis 2003, qui a rajouter des programmes sociaux comme le régime québécois d’assurance parentale, la fécondation in vitro payée par le gouvernement. Ca veut pu rien dire les partis politiques.

    • 1)Plutôt surprenant de voir certains québécois revendiquer jour après jour la publication des rapports d’impôt de Romney. Je trouverais leur intervention plus normale s’ils avaient la même exigence envers leurs propres politiciens Harper, Mulcair, Rae, Charest, Marois, Legault et autres!
      2)Mon explication:les employeurs catholiques n’ont pas reçu les garanties exigées quant aux modalités d’application d’Obamacare en lien avec la couverture de certains soi-disant soins de santé. Je continue de penser, contre vents et marées, que Romney n’aura pas 40%. Novembre est encore loin!

    • Bon, n’ayons pas peur de la prétention: je ne résiste pas à l’envie d’écrire « je l’avais dit » ! Obama n’a rien à gagner de la campagne de salissage contre Romney. Les électeurs se doute déjà que Romney n’est pas un saint: c’est un homme d’affaire… Par contre, c’est un homme d’affaire qui a réussi et qui pourrait savoir, mieux qu’Obama quoi faire pour redresser l’économie. Évidemment, c’est faux, mais c’est ce que beaucoup d’électeurs croient sans doute. Et les attaques d’Obama ne font que renforcer l’idée d’un président qui s’attaque à un adversaire qui a réussi car il sait qu’il n’a pas les mêmes compétences.

      Obama aurait dû écouter Clinton, qui est un vieux renard qui connait l’électorat américain comme sa poche. L’économie est le tendon d’Achille d’Obama depuis le début de sa présidence. Je suis persuadé que c’est ce qui lui a fait perdre sa majorité au Congrès. Les Américains auraient pu lui pardonner le mauvais état de leur économie s’ils avaient senti que le président s’en préoccupait et qu’il avait un plan pour la redresser. Malheureusement, Obama donne l’impression fâcheuse de ne pas trop savoir où il va dans ce domaine et d’afficher même une certaine insouciance. Ce qui ne me semble pas tout à fait faux.

      Il doit maintenant cesser cette campagne de salissage qui ne va le mener nulle part, qui pourrait même lui coûter la présidence. Heureusement que Romney semble manquer d’habileté politique et qu’il semble vouloir tomber là-dedans lui aussi. Il ferait mieux de jouer la carte du « regardez, les démocrates manquent tellement de compétence en économie qu’ils ne savent pas quoi faire d’autre que de s’attaquer à un homme qui a réussi ». Beaucoup d’électeurs sont sans doute prêts à passer par-dessus ses entourloupettes passées s’ils pensent que Romney sait où il va et qu’il a un plan de redressement de l’économie.

      Obama devrait plutôt peaufiner son programme économique, et montrer aux Américains comment il pourrait redresser l’économie. C’est sur le terrain des idées qu’il devrait hisser le combat. Romney, nous le savons tous ici, n’en a pas. C’est ce qu’il faut mettre en évidence, au lieu de braquer le projecteur sur son passé.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2009
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité