Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 1 juillet 2012 | Mise en ligne à 14h52 | Commenter Commentaires (12)

    Cour suprême : la volte-face de John Roberts

    beckrobertscowardIl était contre avant d’être pour : selon ce reportage exclusif de CBS News, le juge en chef de la Cour suprême était prêt à invalider la réforme de la santé de Barack Obama avant de changer d’idée il y a un mois et de joindre ses collègues les plus progressifs pour la valider.

    Le reportage de CBS News ne manquera pas d’ulcérer davantage les conservateurs américains qui accusent John Roberts d’avoir renoncé à ses principes afin de ne pas être accusé d’être un simple partisan. Selon la journaliste Jan Crawford, la volte-face du juge en chef peut s’expliquer par sa conviction qu’il revient aux électeurs plutôt qu’aux juges de trancher une question aussi controversée que l’Obamacare.

    Je cite un extrait dans le texte du reportage de Crawford :

    Moreover, there are passages in Roberts’ opinion that are consistent with his views that unelected judges have assumed too much power over American life, and that courts generally should take a back seat to elected officials, who are closer to the people and can be voted out of office if the people don’t like what they’re doing.

    Le juge Roberts a été traité de «traître» et de «couard» par certains conservateurs, dont l’animateur Glenn Beck, qui vend des t-shirts comme celui qui illustre ce billet.


    • Meuuuhhh nonnnn !

      Les extrémistes dretteux ont la vraie explication :

      C’est parce que le juge est drogué par ses médicaments et qu’il est confus !

      «Right-wing radio host Michael Savage suggested that Chief Justice John Roberts’ epilepsy medication was responsible for his decision to uphold President Obama’s health care law. “I’m going to tell you something that you’re not gonna hear anywhere else, that you must pay attention to,” Savage said. “It’s well known that Roberts, unfortunately for him, has suffered from epileptic seizures. Therefore he has been on medication. Therefore neurologists will tell you that medication used for seizure disorders, such as epilepsy, can introduce mental slowing, forgetfulness and other cognitive problems. And if you look at Roberts’ writings you can see the cognitive disassociation (sic) in what he is saying.”»

      http://www.drudge.com/news/158416/savage-blames-roberts-epilepsy

    • … la volte-face du juge en chef peut s’expliquer par sa conviction qu’il revient aux électeurs plutôt qu’aux juges de trancher une question aussi controversée que l’Obamacare …

      Position très intelligente de M. Roberts avec laquelle je suis parfaitement d’accord. Je peux comprendre que cette position a dû, et va, en ulcérer plusieurs chez les drettistes.

    • @candela – 1 juillet 2012 – 15h08
      L’explication des drettistes: LOL! Ces gens sont consternants de stupidité. Dans leur univers, la démocratie n’existe pas, seul existe leur idéologie du ‘au plus fort la poche’ :-). En tout pas, j’applaudis la position de M. Roberts.

    • Il avait une bonne interprétation dans le National Post cette semaine. Ca disait qu’il y avait John Roberts, le conservateur et il y avait Chief Justice Roberts, le défendeur de l’impartialité de la cour dans la politique. Il a découper le mieux qu’il pouvait les limites de la Clause de Commerce tout en disant aux politiciens: c’est votre problème, pas le mien, c’est un débat politique. Quand même intéressant.

    • C’est fou comment quelqu’un qui ne partage pas nos opinions devient rapidement un imbécile…

    • ^^Ils changent pas les Neocons.
      T’es contre eux,t’es un coco islamiste,tu changes d’avis pour le bien commun t’es un traître :D
      Et ça se dit démocrate (sans jeu de mots)
      Go Faux News!Go Limbaugh! Et Rove il est toujours en vie?^^

    • Depuis quand couardise et traitrise sont-ils des synonimes de courage et bon sens? Il n’y a que dans la lexicologie républicaine que ça se trouve.

    • principes… convictions… quelles sottises tout ça.

      Le juge Roberts a décidé de légitimiser Obamacare pour les mêmes raisons qui expliquent ses décisions antérieures. Ses maîtres ont tout à gagner d’un système qui oblige tous les citoyens du pays à verser leur cote annuelle aux vampires de l’industrie, pour un produit à toutes fins pratiques inutile – et ce, sous peine d’amendes fédérales, et autres poursuites. Quand la Mafia faisait la même chose, on appelait ça le racket de la protection…

    • Pour certains républicians, les juges de la cours Suprême devraient être à leur solde.

      J’ai une petite info pour eux. La séparation de la Justice et de l’État c’est écrit dans leur constitution (article 1 et 2 (pouvoir législatif et présidentiel) et article 3 (Pouvoir judiciaire) tout comme la séparation de la réligion et de l’État (premier amendement). Mais pour ces items de la constitution, il semble bien que ce ne le soit que pour les autres.

      Gilbert Duquette
      Témiscouata sur le Lac

    • Révélations de fond concernant l’arnaque des compagnies d’assurance-santé et leur lutte pour faire échouer “Obamacare”

      Wendell Potter a travaillé pour CIGNA, une compagnie d’assurance-santé majeure.

      Sur son site, il dévoile les arnaques de ces puissants.

      http://wendellpotter.com/

    • Glen Beck est égal à lui-même. Tel un griffon conditionné, monsieur Beck jappe à chaque train qui passe, en s’imaginant que c’est lui qui fait accélérer ou freiner le convoi. Tel aussi la mouche du coche.

      Le juge Roberts renvoie la question de l’affordable act à la société civile, sur un projet de loi qui vise à protéger la santé du plus grand nombre possible de citoyens, citoyens qui sont des individus. Les libertariens devraient se réjouir.

      Il me semble aussi qu’un animateur public de droite conservatrice républicaine devrait plutôt se réjouir que les juges de la plus haute cour américaine aient reconnu qu’il appartient à chacun des citoyens électeurs plutôt qu’à des juges de convenir entre eux de se doter, oui ou non, d’une sorte de mutuelle nationale d’assurance santé de base, sans discrimination fondée sur les critères généralement reconnus dans les Chartes de Droits, sauf pour ce qui concerne les ajustements actuariels des prestations et primes d’assurances. Ex: art 18 à 20 de la CQDLP.

      On sait par l’expérience de plusieurs pays que le Affordable Act ne peut que discipliner cette industrie, mettre k.o. les canards boiteux et certains rapaces de l’assurance, diminuer les taux, régulariser les prestations, favoriser les conditions de santé des millions de travailleurs qui font l’économie au quotidien.

      Personne ne songerait au Québec à raser la Régie de l’assurance maladie ou la CSST ou la Régie de l’assurance automobile. Les compagnies privées d’assurances US qui ont abusé de l’artifice des “pre-existing conditions”, des prestations plafonnées arbitrairement par année et/ou plafonnées pour la vie durant d’un individu, en plus de tarifs exorbitants des primes bien souvent ont elles-mêmes creusé le nid du affordable act.

      Le vrai “coward” n’est pas le juge Roberts.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité