Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 juin 2012 | Mise en ligne à 12h59 | Commenter Commentaires (8)

    Cour suprême : Obama et Romney réagissent

    Après Mitt Romney, Barack Obama a réagi à la décision de la Cour suprême des États-Unis déclarant constitutionnelle sa réforme sur la santé, pièce maîtresse de son mandat à la Maison-Blanche. Le président y a vu, «au-delà des considérations politiques (…), une victoire pour tous les gens d’un bout à l’autre de ce pays dont les vies seront plus sûres en raison de cette loi et de la décision de la Cour suprême de la valider».

    Obama a rappelé que le «mandat individuel», la disposition la plus controversée de sa réforme, a déjà reçu dans le passé l’appui «de membres des deux partis, y compris le candidat actuel du Parti républicain». Je cite un autre extrait de sa déclaration :

    «La plus haute juridiction du pays s’est maintenant prononcée. Nous continuerons à la mettre en oeuvre et nous travaillerons de concert pour améliorer ce qui peut l’être.»

    «Ce que nous ne ferons pas – ce que le pays ne peut pas se permettre de faire – est de nous livrer à des batailles politiques vieilles d’il y a deux ans ou de retourner à la situation de l’époque. Avec l’annonce faite aujourd’hui, il est temps pour nous d’aller de l’avant.»

    Prenant la parole peu avant Obama, l’ancien gouverneur du Massachusetts avait renouvelé sa promesse d’abroger la réforme d’Obama. Je cite deux de ses déclarations :

    «Voici venu le moment du choix pour les citoyens américains. Si nous voulons nous débarrasser de l’Obamacare, il faudra remplacer le président Obama Ma mission est de m’assurer que nous fassions exactement ça.»

    «Ce que la Cour a fait aujourd’hui est de dire que l’Obamacare ne viole pas la Constitution. Ce qu’elle n’a pas dit est que l’Obamacare est une bonne loi ou une bonne politique.»


    • En tk, ça fera un cheval de bataille pour Romney qui n’avait que du vent à vendre jusqu’ici…

    • Flip-flop Romney va lentement laisser tomber ses attaques contre Obamacare.

      Parce qu’il va être pris en contradiction avec sa propre réforme d’une part, et d’autre part, parce que les dretteux tealiban$ sont peut-être excités à l’idée d’une revanche, mais les indépendants ne s’intéressent déjà plus à cette lutte, car pour eux, la bataille est terminée.

      Maintenant, on passe à autre chose.

      «Forward» !

    • La Cour n’avait pas à dire que l’Obamacare est une bonne politique ou non.

      Elle avait à décider si le Health Care violait la constitution des USA.

      Le débat revient maintenant là où il doit être, dans l’arène politique.

      Si les gens ne veulent pas de cette réforme, ils n’ont qu’à envoyer Mitt Romney à la Maison Blanche et une majorité de républicains dans les deux chambres.

      Et pourtant…

      Et pourtant, Barack Obama s’est fait élire en 2008 en promettant de faire même plus: assurer une couverture totalement universelle.

      Et pourtant…

      Et pourtant, Mitt Romney, alors gouverneur du Massachusets, avait fait voter le Romneycare, très apparenté à l’Obamacare.

      C’est drôle ce qu’on peut faire la girouette pour une poignée de votes.

      Je crois que le vote pro-Obama dans les Red States sera famélique.

      De toutes façons, Romney les avait déjà acquis.

      On risque peut-être de revoir la situation de 2000: un président élu par une majorité des Grands électeurs, mais une minorité de la population. *

      Comme dirait l’autre: on verra.

      *L’exemple de 2000 est discutable, car la Cour Suprême, par une décision de 5-4, avait arrêté le recomptage des votes en Floride.

      Pour une raison que je n’ai jamais comprise, lors du dépouillement des votes des Grands électeurs devant le Congrès présidé par Al Gore, seul un Congressman s’est opposé à ce que le résultat de la Floride soit pris en compte.

      Pour qu’une objection soit étudiée et décidée par le Congrès sortant, il faut l’opposition d’un membre de la Chambre et d’un sénateur.

      Pourquoi aucun sénateur démocrate ne s’est-t-il pas objecté ?

      Si quelqu’un a la réponse, merci de nous le faire savoir.

      Et en plus la séance était présidée par Al Gore, le vice-président !

    • À quel moment exactement Romney a-t-il cessé de prôner de simplement laisser les États choisir de ne pas participer à la réforme, pour plutôt promettre de l’abolir?

    • Très grosse victoire pour le peuple américain. Ce qui est encore plus ironique dans ce cas-ci, c’est que c’est un juge nommé par le président Bush et dont Obama, qui était sénateur à Washington dans le temps (D-Illinois), avait opposé la nomination, qui a été le pivot principal de cette décision historique.

      One more slap in Tearrorists’ face.

    • «Just six years ago, before Mitt Romney decided to run for president, he passed a law in Massachusetts that achieved universal coverage for the citizens of that state through an individual mandate and tax penalty.

      That law became the model for the President’s health reform law. Now, as he is running for president, Romney has run away from his accomplishment in Massachusetts, callously promising to repeal national reform and “kill it dead.”

      He owes the American people a clear, non-parsed explanation of why he believes his decisions in Massachusetts are wrong for the country, and exactly what he would do to help the American people get the health care they need.»

      http://www.politico.com/blogs/burns-haberman/2012/06/messina-romney-has-run-away-from-his-accomplishment-127608.html#comments

      Ce sera très intéressant d’entendre Romney lors du débat entre lui et Obama !

      On devrait assister à une grande finale de flip-flop, flip-flop, splat !

    • Romney avait besoin que Obamacare soit déclaré inconstitutionnel pour soutenir son point que Romneycare n’était constitutionnel que pour les états. La manchette devient donc : Romney contre Romneycare.

      Le juge en chef Roberts vient de montrer un certain courage alors qu’il lui aurait été facile de voter avec ses amis conservateurs. Ceux qui ne jurent que par la Constitution peuvent-ils expliquer comment un document aussi “clair” (presqu’autant que la Bible diront certains) est à la base de tant de jugements non unanimes? Nos sociétés sont divisées idéologiquement sur tant de sujets que c’est souvent la paralysie pour agir dans le respect commun.

    • Ma première réaction fut:
      HahahahahahahahahahahahahaHAHAHAHAhahahahaha!
      Les suivantes aussi.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2008
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    2526272829  
  • Archives

  • publicité