Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 23 juin 2012 | Mise en ligne à 9h42 | Commenter Commentaires (43)

    Mitt Romney et Bain Capital à qui perd gagne

    Le siège de Bain Capital, la société d'investissement fondée par Mitt Romney, à Boston.

    Le siège de Bain Capital, la société d'investissement fondée par Mitt Romney, à Boston.

    Après le Washington Post, qui a publié hier un article dépeignant Mitt Romney et Bain Capital comme des champions de la délocalisation, c’est aujourd’hui au tour du New York Times de présenter sous un mauvais jour la société d’investissement fondée par le prétendant républicain à la présidence.

    Selon ce dossier du Times, Bain Capital a été, sous la direction de Romney, propriétaire de sept entreprises qui lui ont versé de généreux «honoraires de conseil» jusqu’au moment de leur faillite. Dans le cas de Cambridge Industries, un fournisseur de pièces automobiles, la société d’investissement a reçu des honoraires de conseil totalisant 10 millions de dollars sur cinq ans, incluant 2,5 millions de dollars à l’achat. Les investisseurs de Bain ont été moins chanceux, perdant un total de 16 millions de dollars dans la faillite de cette compagnie qui avait accumulé 300 millions de dollars de dettes.

    Dans le cas d’Empad, une usine de fournitures de bureau, Bain et ses investisseurs ont réalisé des bénéfices de plus de 100 millions de dollars sur une mise initiale de 5 millions de dollars, sans compter les 17 millions de dollars que la société de Romney a encaissés en «honoraires de conseil». Empad a fait faillite en 2000 après avoir accumulé des dettes frôlant les 400 millions de dollars.

    En somme, selon le reportage du Times, Mitt Romney et Bain Capital structuraient leurs transactions de façon à ce que les compagnies dont ils se portaient acquéreurs continuent à leur verser des honoraires généreux, voire des bénéfices, même quand celles-ci croulaient sous les dettes et licenciaient leurs employés.

    Bain Capital a fait savoir que cette conclusion relève d’une incompréhension du marché dans lequel évolue la société d’investissement. En campagne, Mitt Romney répète de son côté que son expérience dans la «vraie économie» lui permettra de remettre les États-Unis sur les rails.

    À noter que Barack Obama s’est emparé de l’article du Post hier pour traiter Romney de «pionnier de la délocalisation» :


    • C’est superbe le capitalisme sauvage. Juste lire ça me donne envie de me joindre à la CLAC (convergence des luttes anticapitalistes).

    • Pire qu’un vampire, Romney tue ceux qui le nourrissent.

    • “Bain et ses investisseurs ont réalisé des bénéfices de plus de 100 millions de dollars sur une mise initiale de 5 millions de dollars, sans compter les 17 millions de dollars que la société de Romney a encaissés en «honoraires de conseil».”

      Quand tu investit, il faut savoir quand acheter et quand vendre, j’ai connut un gars qui avait des actions de Nortel, les avaient payér 30,00$ /action, un moment donné ca montait, ca montait, ca montait, il vendait pas, me semble que rendu a 60,00$/ action, tu vends la moitié de tes parts au moins, question de pas faire de perte, mais non, il l’a tout gardé, c’était rendu a 120,00$/action et on connait la suite, il a pas encaisser alors qu’il aurait du et a tout perdu. Cupidité quand tu nous tient.

      Alors avant de blamer Bain et ses investisseurs de réaliser des profits…

      Le NY time et le Washington post sont téléguider a partir de la Maison blanche, c’est évident.

    • Je crois qu’Obama commet une grave erreur en adoptant cette stratégie. Les électeurs vont se dire « ok, Romney est un rapace, mais que propose Obama pour relever l’économie »? Je ne crois pas que l’image de Romney soit très bonne auprès des électeurs américains en général, inutile d’enfoncer cette porte déjà ouverte. Cette campagne de salissage risque de se retourner contre Obama en fait, dont la popularité repose justement sur cette image d’un politicien « au-dessus de la mêlée ». Ce faisant, il se met au niveau de Romney, et les électeurs américains risquent de se dire qu’entre les deux, aussi bien en choisir un qui propose au moins quelque chose de nouveau pour relever l’économie…

      Obama doit clairement se poser comme étant d’un autre calibre moral que ce triste sire, en ne jouant pas la carte des attaques personnelles. Il ferait beaucoup mieux de peaufiner un programme de redressement de l’économie qui mobiliserait les Américains. Un nouveau New Deal en somme, se présenter comme le successeur de Roosevelt. Voilà qui pourrait inspirer les électeurs.

      Faire de la petite politique, ce n’est pas ce qui va lui attirer des votes… Bien au contraire.

    • @ teddybear, “Quand tu investit, il faut savoir quand acheter et quand vendre” C’est exactement de cela qu’on parle, vous êtes encore au fois en plein coeur du problème, félicitations!

      @ stridulation,

      Vous avez en partie raison, mais je trouve un peu exagéré de parler de petite politique et surtout d’attaques personnelles. Premièrement, ces histoires sont d’abord parues dans la presse, Obama n’a fait que saisir la balle au bond. Deuxièmement, les réactions d’Obama ne visent pas à salir Romney (dont les actions suffisent amplement à cette tâche…), mais bien à rectifier les allégations du Mormon selon lesquelles son expérience dans le privé lui permettrait de créer des emplois aux États-Unis, alors que ladite expérience consistait précisément à contribuer à la fermeture d’entreprises et à la délocalisation d’emploi.

    • teddybear

      23 juin 2012
      10h29

      Le NY time et le Washington post sont téléguider a partir de la Maison blanche, c’est évident
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – - –

      Le teddybear est vraiment un béotien accompli.

    • @stridulation
      La gravité des attaques d’ Obama n’as rien de déplacé l’encontre de Romney. Reclamer que tu sauve des job américaine et que le rivale l’as délocaliseé n’est qu’établir des fait réel. Les attaque républicains sont de nature démagogique et surnoise. Ne pas attaquer les punch serait aussi naive et un tantinet “sur-idéaliste”. Il faut quand même reprendre le pouvoir …les républicain ne vont tout de même pas vous l’offrir gentiment.

    • Obama surligne les faits qui contredisent les mensonges de Flip-flop.

    • Le Boston Globe en 2007 a rapporté l’histoire d’Empad.
      http://www.massresistance.org/romney/ampad_062607/index.html

      Alors avant de blamer Bain et ses investisseurs de réaliser des profits… -teddybear

      Votre gars qui a tout perdu avec Nortel par cupidité a eu ce qu’il méritait sans que tout le quartier en soit affecté. Romney lui s’est enrichi sans bon sens en menant des compagnies à la faillite et il faudrait dire bravo?

    • @stridulation

      Je pense que les démocrates doivent mettre le doigt sur ce point, sans peut-être insister pendant toute la campagne, c’est à voir.

      Ce sont des faits qui ne parlent pas bien pour Romney, même si on est plus adepte du marché. Il n’y a que les extrémistes qui approuvent le comportement de Bain, le 20% habituel de la population des ÉU.

      À mon avis Bill Clinton a fait une erreur quand il a repris Obama au sujet de ces attaques. D’ailleurs ses conseils n’ont pas été retenus…

    • Il a les compétences voulues pour délocaliser les USA.
      Wa tching ton, China, par ex.

    • @pulcinella

      Wa tching ton, China, par ex.
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

      Bien pensé ! :)

    • @anti-ch_primaire

      @jamten

      Ce sont bel et bien des attaques personnelles. Obama s’attaque au bilan de Romney et, ce faisant, il s’écarte de la stratégie qui lui a fait remporter les dernières élections. En tentant d’éclabousser son adversaire, il va se salir lui-même alors que ce qui attirait les électeurs chez lui, c’était justement cette image qu’il projetait de politicien pas comme les autres, intègre et dénué de mesquinerie.

      @spritzer

      Clinton est un vieux renard qui connait l’électorat américain comme le fond de sa poche: Obama ferait bien de l’écouter, au contraire. Obama n’a pas grand chose à gagner en amenant la campagne sur ce terrain, et tout à perdre. S’il se mue en politicien comme les autres, n’hésitant pas à fouiller le passé de son adversaire pour miner sa crédibilité, les électeurs risquent de se demander « pourquoi voter pour lui, puisqu’il ne propose rien de neuf pour relever l’économie ? ».

      Surtout qu’il a donné la fâcheuse impression de n’être pas tout à fait conscient de la gravité de la situation économique américaine par des déclarations malheureuses – impression qui est sans doute un peu justifiée en plus – ce qui n’a sans doute rien de rassurant pour l’électeur moyen, qui pourrait bien se dire « pourquoi pas donner sa chance à Romney après tout ? ».

      Obama doit sortir de sa léthargie au plus vite, montrer qu’il se préoccupe de l’économie, qu’il a un plan ambitieux pour la redresser, bref, ramener le débat au plan des idées, là où Romney est faible.

    • @stridulation

      Je suis parfaitement d’accord qu’il doit mettre quelque chose de l’avant, une vision, un plan. Il ne peut pas faire une campagne que sur des attaques personnelles. Mais on connait la limite que lui impose le grand capitalisme, dont il est un serviteur.

      Ça lui prend un programme, aussi imparfait qu’il sera, et dans ce cas ça ne fait pas de tort de taper à l’occasion sur le clou du passé de Romney, du moins je le pense.

      Sinon, les grands élans comme en 2008 ne s’obtiennent qu’en mentant sur ses intentions, à moins d’avoir affaire à un grand naïf.

    • .. Si j’ai bien compris la «méthode Romney-Bain», une fois président, au lieu de se contenter du salaire présidentiel, il va se faire verser des honoraires de plusieurs millions, vendre les USA en pièces détachées, attendre la faillitte et partir avec le fonds de pension. C’est ça?

      Et dire qu’il va s’en trouver pour voter pour lui.

    • @stridulation

      Si Obama avait l’intention d’annoncer un programme progressif, il devrait, là aussi, en toute logique dénoncer les pratiques de Romney et Bain qui sont l’antithèse de ce qu’il voudrait. Dans une campagne électorale j’ai l’impression que c’est un élément que tu ne peux pas laisser passer, mais sans exagérer. À ma connaissance la seule fois où on l’a blâmé c’est avec Clinton, les autres fois c’est Romney qui a eu l’air fou.

      Pour ce qui est du “plan” d’Obama, pour l’instant c’est pas fort. Et je ne m’attends pas à rien de spectaculaire. J’ai l’impression qu’il va naviguer pour une courte victoire, et ça pourrait lui jouer un tour. Mais pour l’instant il s’en tire.

    • @stridulation. Il semble que nous soyons constamment en désaccord ces temps-ci. D’autres vous ont bien répondu. Je tente mon grain de sel.

      C’est Romney qui s’est d’abord déclaré champion de l’économie. Obama se doit répliquer, non? Il l’a fait en attaquant l’éthique et le résultat net en termes d’emplois des méthodes de Bain. C’est fair game. Bien sur, Obama a aussi tout a gagner à présenter en parallèle une politique économique bien ficelée.

    • L’exemple de Cambridge Industries est révélateur de ce que Romney aurait fait avec GM et Chrysler. Mon idée est qu’il rêvait de dépasser son père, président de American Motors, en refusant de sauver les entreprises GM et Chrysler par des prêts et en renommant ces deux entreprises du même nom de American Motor genre, puis en faire une vache à lait en redevances sous forme de honoraires-conseils, probablement dans les centaines de millions de dollars pour lui et ses “initiés”, jusqu’à faillite finale.

      Le titre du billet “À qui perd gagne” est particulièrement adapté à ce qu’on lit sur Bain Capital depuis 6 mois. La méthode Bain est particulièrement cynique envers les employés et cadres des entreprises sous “examen”, en plus d’être tout à fait anti-économique. On ne peut mettre le doigt sur un individu en particulier, mais il est hautement probable qu’une telle stratégie d’enrichissement de type Bain ne peut opérer sans le support de back benchers quelque part qui sont rompus à l’artifice du délit d’initié, du trafic d’influence et du conflit d’intérêt.

      Comment Mitt Romney, en personne qui se dit profondément religieuse, a-t-il pu faire la sourde oreille devant les larmes, les protestations et les supplications des milliers de gens affectés par les décisions de Bain Capital? On dirait un mauvais disciple de Adams Smith, qui se complait dans les trucs financiers et commerciaux, et qui laisse à d’autres le soin de panser les plaies causées à l’économie par ses décisions égo-centrées et rudes.

    • Pour une fois, je crois que teddybear a tort quand il dit que les attaques du Post et du NYT sont téléguidées à partir de la Maison-Blanche. Pense que le contraire arrive: les attaques de Obamabi sont téléguidées à partir du Post et du NYT. Voyons voir:

      20 juin: Obambi attaque Romney sur le sujet de la «délocalisation».

      http://www.cbsnews.com/8301-503544_162-57456807-503544/obama-hits-romney-for-outsourcing-jobs/

      21 juin: le Washington Post publie un article sur le même sujet. S’il n’y pas de lien entre les deux événements, il faut croire en une miraculeuse coïncidence ou que le Washington Post a décidé de publier un article de 1600 mots sur le même sujet le lendemain nous forçant à croire que la recherche, les entrevues, la révision, la vérification des faits (!) prendraient une seule journée. Ha! Ha!

      N’importe quel journaliste, même Richard Hétu pourra confirmer qu’un tel article prendre plus qu’une journée du concept à la publication. Allez, demandez-le lui!

      22 juin: le NYT publie un article de 2100 mots dans la même veine. Ho! Ho!

      Le Times et le Post coordonnent leurs attaques contre les républicains en général et Romney en particulier, c’est la seule explication logique. Je ne m’en plaint pas parce le Times et le Post ne peuvent faire autrement, acoquinés qu’ils sont avec les démocrates.

      Je crois que ces journaux lèche-culs écrivent leurs articles, les envoient à la Maison-Blanche qui à son tour en fait une attaque partisane aussitôt «justifiée» dans les jours qui suivent. Ils l’ont fait plusieurs fois déjà et continueront sur leur lancée jusqu’aux élections.

      Jesse Jackson a confirmé cette tactique le mois dernier dans les pages du Sun-Times de Chicago.

      Je n’ai pas parlé des mensonges et erreurs infestant l’article du Post mais encore une fois on s’y attend.
      Si la

    • @Onbo

      En tant qu’homme d’affaire il aurait sûrement sacrifié GM et Chrysler, mais comme président je suis moins certain. La droite n’a pas chialé trop longtemps sur l’opération de renflouement, même s’ils ont parlé d’Obama Motor. Ça a fait leur affaire.

      Si Romney avait été un homme d’affaire normal, qui produit des choses, on aurait pu lui pardonner certains écarts à sa foi dans le feu des affaires… Mais là il s’enrichissait comme un fou sur le dos de faillites et de licenciements.

      Son mormonisme est pas un facteur parce qu’il est clair que Romney n’a pas de principes. Maintenant son gouvernorat, je ne le connais pas trop. S’est-il racheté?

    • @ douche_froide

      Évidemment, il est tout à fait IMPOSSIBLE que le Post et le NYT aient travaillé et enquêté séparément sur le même sujet depuis des mois et publié leurs résultats à une journée d’intervalle, parce que l’actualité dictait le moment propice…

      Je crois que vous prêtez les tactiques de Fox News à l’ensemble de la profession journalistique.

      La majorité des médias ne descendent pas aussi bas.

    • Ce n’est pas parce que douche_froide inverse de façon simpliste la grossière affirmation de teddybear qu’il n’en est pas moins béotien que ce dernier.

      Le simplisme du sophisme dretteux.

    • onbo

      Je suis certain que Romney n’aurait pas donné GM aux syndicats et que le gouvernement n’aurait pas perdu des dizaines de milliards de dollars dans l’opération.

    • ralbol

      Ah! L’actualité…

      Le mois dernier Obambi se dit en faveur du mariage des homosexuels, renversant sa position initiale. Bon.

      Quelques heures plus tard, le Post sort un article de 5600 mots sur l’«homophobie» de Romney quand il était adolescent en 1965. Notez que l’article du Post a été discrédité de gauche à droite, de haute en bas et en diagonale mais il faut avoir bu le Kool-Aid pour croire en une coïncidence.

      D’autre part, je comprends le Post et le NYT d’agir ainsi, forcés qu’ils sont d’écrire n’importe quoi afin de ralentir leur descente vers la faillite et leur perte d’influence. Maintenant incapables de présenter un information même un peu impartiale, ils se lancent à corps perdu dans l’activisme et le parti-pris en espérant qu’il reste suffisamment de démocrates de naïfs et de crédules pour leur éviter le statut de bulletin paroissial.

      http://www.washingtonpost.com/business/economy/washington-post-co-first-quarter-earnings-double-ad-revenue-continues-slide/2012/05/04/gIQAisV90T_story.html

      Fox News va très ces jours-ci, arrivant régulièrement en tête des cotes d’écoute. Merci, je vous en prie.

    • @teddybear

      Il est dommage que vous confondiez spéculation et investissement.

      Hugues Leclair

    • Si Richard me le permet, j’aimerais offrir ceci en guise de présent de la St-Jean pour TOUS les Québécois.

      Gilbert Sicotte et la lettre d’adieu de Jack Layton

      Merci Jack !

      Et bonne St-Jean à tous.

    • Et à tous les jeunes du Qc. qui avez réveillé un volcan qui dormait … Merci !
      Et je vous invite à écouter attentivement ce que Jack dit à partir de ~ 4:32 .

    • Et le texte est ici:
      +- – - – - – - – -+

      http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/08/20110822-122340.html

      Désolé pour le hors sujet ;-)

    • @RH Je suis complètement .. mais si je puis …:

      “Aux jeunes Canadiens : toute ma vie j’ai travaillé pour améliorer l’état des choses. L’espoir et l’optimisme ont caractérisé ma carrière politique, et je continue à être plein d’espoir et d’optimisme quant à l’avenir du Canada.

      Les jeunes Canadiens ont été une grande source d’inspiration pour moi. J’ai rencontré plusieurs d’entre vous et discuté avec vous de vos rêves, de vos frustrations, et de vos idées de changement.

      De plus en plus d’entre vous être impliqués en politique parce que vous voulez changer les choses pour le mieux. Plusieurs d’entre vous avez choisi de faire confiance à notre parti.

      Alors que ma carrière politique s’achève, j’aimerais vous transmettre toute ma conviction que vous avez le pouvoir de changer ce pays et le monde.

      Plusieurs défis vous attendent, de l’accablante nature des changements climatiques à l’injustice d’une économie qui laisse tant d’entre vous exclus de la richesse collective, en passant par les changements qui seront nécessaires pour bâtir un Canada plus solidaire et généreux.

      Votre énergie, votre vision et votre passion pour la justice sont exactement ce dont ce pays à aujourd’hui besoin. Vous devez être au coeur de notre économie, de notre vie politique, et de nos plans pour le présent et pour l’avenir.

      Et finalement, j’aimerais rappeler à tous les Canadiens que le Canada est un magnifique pays, un pays qui représente les espoirs du monde entier.

      Mais nous pouvons bâtir un meilleur pays, un pays où l’égalité, la justice et les opportunités sont plus grandes. Nous pouvons bâtir une économie prospère et partager les avantages de notre société plus équitablement. Nous pouvons prendre mieux soin de nos aînés.

      Nous pouvons offrir à nos enfants de meilleures perspectives d’avenir. Nous pouvons faire notre part pour sauver l’environnement et la planète. Nous pouvons réhabiliter notre nom aux yeux du monde.

      Nous pouvons faire tout ça parce que nous avons enfin un système de partis politiques fédéraux qui nous offre de vrais choix; où notre vote compte; où en travaillant pour le changement on peu effectivement provoquer le changement.

      Dans les mois et les années à venir, le NPD vous proposera une nouvelle et captivante alternative. Mes collègues du parti forment une équipe impressionnante et dévouée.

      Écoutez-les bien, considérez les alternatives qu’ils proposent, et gardez en tête qu’en travaillant ensemble, nous pouvons avoir un meilleur pays, un pays plus juste et équitable. Ne laissez personne vous dire que ce n’est pas possible.

      Mes amis, l’amour est cent fois meilleur que la haine.

      L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir. Alors aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde.

      Chaleureusement,

      Jack Layton ”

      Merci Jack ♥ Et richard ;-)

    • @douche_froide 17h57
      >>Fox News va très ces jours-ci, arrivant régulièrement en tête des cotes d’écoute.

      Oui, comme MacDonald arrive premier dans la bouffe on l’a déjà souligné.

    • “Il est dommage que vous confondiez spéculation et investissement.”

      C’est vous qui confondez spéculation et stratégies d’investissement.

      Dire a mon courtier de vendre mes actions aussitot qu’elles atteindront 15$ alors que je les ai payé 11$, ce n’est pas de la spéculation, mais de la stratégie d’investissement, comme la diversification est une stratégie d’investissement. Rien a voir avec la spéculation.

    • @_cameleon_ – 23 juin 2012 – 19h35
      Merci!

    • @Teddy Bear:
      Pourquoi vendre vos actions à un prix donné? Lorsque vous achetez des actions (si vous le faites bien!), ce n’est pas sur la base de son prix, mais bien sur la compagnie elle même. Si l’entreprise va bien, on suppose qu’elle continuera de bien aller. Si vous vendez à 15$, c’est que vous croyez qu’elle ne montera pas plus haut parce qu’elle n’en a pas les capacités. Et donc en vendant à 15$, c’est vous qui faites diminuer la valeur. Et pourquoi acheter une compagnie qui ne vous semble pas suffisament bonne pour générer continuellement des revenus? Vous supposez qu’elle plafonnera après un certain temps. C’est donc de la spéculation.
      La bourse n’est pas de la loterie. La spéculation est une stratégie d’investissement. C’est ce que vous faites.

    • Merci cameleon pour ce magnifique rappel.

    • @teddybear

      Bain Capital, c’est pas une banque d’investissement. Si les compagnies font affaire avec eux, c’est pas pour qu’ils se fassent de l’argent sur leur dos, c’est pour qu’ils les aident à se sortir de leur situation financière. Ok, c’est pas toujours possible d’empêcher une faillite, c’est vrai, mais la proportion de profit qu’ils se font pendant que la compagnie coule est franchement ridicule.

      Si Romney trouve que les USA vont dans le trou (ce qu’ils font déjà…), est-ce que vous croyez que le peuple va être content si comme président il vend tous les biens publics à des investisseurs étrangers pour se faire à lui et à quelques banques un profit personnel énorme et que le peuple se retrouve encore plus en esclavagisme économique par la suite? Parce que c’est ce qui ressort de sa philosophie chez Bain…

      @stridulation

      Je suis d’accord avec ce que vous écrivez 99% du temps, mais là je ne le suis pas. À mon avis Obama fait bien d’attaquer Romney sur ce point-là, car c’est sur ce point là que Romney fait sa campagne! Romney n’a pas plus proposé de super plan économique de relance, il se fit sur son expérience dans le privé pour montrer qu’il serait meilleur en économie, et Obama montre que cette expérience est loin d’être reluisante, c’est de bonne guerre. Ce n’est pas des attaques personnelles, j’aurais pas mal plus de misère s’il commençait de parler de sa religion par exemple…

      Et malheureusement, je ne crois pas qu’Obama puisse refaire campagne sur le thème de 2008, en étant au-dessus de la mêlée. Car son premier mandat n’a pas été à la hauteur pour ça. Il n’a pas révolutionné Washington. Pour rester à Boston, entouré de démocrates dont certains qui ont fait campagne pour lui bénévolement en 2008, ils sont très, TRÈS déçu de sa prestance, du fait qu’il utilise des drones pour faire des assassinats, que son Obamacare n’ait vraiment pas révolutionner le système de santé, etc. Ils ne le voient pas comme un président moyen, ils le voient comme un président mauvais, et ce n’est pas à cause de ce qu’il n’a pas pu faire à cause du Congrès ou du fait que l’économie va mal (ce qu’ils attribuent à Bush), c’est à cause de ce qu’il a fait. La seule raison pourquoi ils comptent encore voter pour lui en 2012, c’est parce qu’ils croient que Romney est pire. Alors je ne crois pas que ça soit mauvais pour Obama de jouer sur cet angle-là, pour moi c’est également la seule raison pourquoi je voterais pour lui. J’ai cru en lui en 2008, il parle très bien, il a de la prestance, mais maintenant, la seule chose qu’il lui reste pour moi, c’est que Romney est pire.

    • @ douche_froide

      - «Notez que l’article du Post a été discrédité de gauche à droite, de haute en bas et en diagonale mais il faut avoir bu le Kool-Aid pour croire en une coïncidence.»

      Et discrédité par qui?

      Fox News.

      Pas besoin de Kool Aid pour comprendre la manoeuvre.

      - «Fox News va très ces jours-ci, arrivant régulièrement en tête des cotes d’écoute. Merci, je vous en prie.»

      Si les cotes d’écoute sont, selon vous, un critère de fiabilité, de vérité et de crédibilité, vous devez prendre vos informations en écoutant les «NBA Finals» et «America’s Got Talent», les deux émissions qui «toppent les charts» de cotes d’écoutes US.

      Maintenant Fox News, incapable de présenter un information même un peu impartiale, se lance à corps perdu dans l’activisme et le parti-pris en espérant qu’il reste suffisamment de républicains naïfs et de tea-partistes crédules pour s’éviter le statut de minable tract drettiste à la solde des licheux d’cash républicains et de torchon vendu aux bibleux moyenâgeux et rétrogrades de l’amérique trop creuse et profonde.

    • « Mitt Romney et Bain Capital structuraient leurs transactions de façon à ce que les compagnies dont ils se portaient acquéreurs continuent à leur verser des honoraires généreux, voire des bénéfices, même quand celles-ci croulaient sous les dettes et licenciaient leurs employés. »

      N’est-ce pas carrément une escroquerie (par l’abus d’une qualité vraie (1)) ou de la fraude (par l’organisation frauduleuse d’insolvabilité (2)) ? Qui leur consentait de tels arrangements ? Des complices ou des idiots ?

      Je me demande si ce n’est pas la prison plutôt que la présidence qui attend Romney. Après tout, en matière de justice, la sévérité des États-Unis ne se compare en rien avec la clémence de la province de sapins, le Québec. Songeons à Vincent Lacroix.

      (1) « L’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge.

      L’escroquerie est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende.»

      (2) La fraude est une soustraction à l’exécution d’une norme obligatoire par l’emploi d’un moyen tiré du droit positif : fraude à la loi (fraus legis) , fraude aux droits des tiers (fraus alterius).

      Forme aggravée de la mauvaise foi. L’auteur de la fraude cherche intentionnellement à écarter l’application de la règle de droit qui devrait être retenue (fraude à la loi) ou la mise en oeuvre des droits de tiers ( fraude aux droits de créanciers, organisation frauduleuse d’insolvabilité etc.)

    • “Pourquoi vendre vos actions à un prix donné? Lorsque vous achetez des actions (si vous le faites bien!), ce n’est pas sur la base de son prix, mais bien sur la compagnie elle même.”

      Pas nécessairement, si je veut juste un bon rendement, a moyen terme, ou meme a court terme, je veut dire les gars sur le plancher de la Bourse la…, ils achètent et vendent a toute heure du jour.

    • @patccmoi

      “Si Romney trouve que les USA vont dans le trou (ce qu’ils font déjà…), est-ce que vous croyez que le peuple va être content si comme président il vend tous les biens publics à des investisseurs étrangers pour se faire à lui et à quelques banques un profit personnel énorme et que le peuple se retrouve encore plus en esclavagisme économique par la suite? Parce que c’est ce qui ressort de sa philosophie chez Bain…”

      Ben oui, comme si Romney pouvait faire tout, tout seul sans le congrès. On est pâs au Canada ici ou le premier ministre peut faire tout ce qu’il veut.

    • Qu’est-ce qu’un canadien socialiste mort et enterré vient faire ici?

    • @teddybear

      Vous savez surement que le capitalisme est très pratique pour créer de la richesse. Mais dans la manœuvre spéculative que vous décrivez il n’y a pas eu de création de richesse mais un transfert de richesse.

      Je comprend votre droit de vendre une action a un prix donné. Mais comme l’a expliqué Francis.p si vous avez choisi une bonne compagnie, vous faite un mauvais choix. Et si vous estimé que la compagnie est sur évalué et va s’effondrer vous avez fait un mauvais choix au moment de l’achat. En trouvant un poisson pour acheter aux prix que vous vous être fixé, vous ne faite que l’appauvrir. Voilà pour le transfert de richesse.
      Pour la création de la richesse et bien on repassera.

      Hugues Leclair

    • @ralbol 22h13

      Et vlan dans les dents.

      En ce jour de fête nationale, je tiens à remercier teddybear pour sa contribution à l’avenir du Québec. Si si, sans blagues:

      Sans ce type de rétrograde bouché et partisan du néolibéralisme à outrance, je n’aurais pas cette énergie débordante qui, chaque matin, me pousse à me dépasser pour qu’un jour, le fléau de la droite soit vaincue, ici et partout ailleurs. Ce sont ces fats dinosaures figés dans la corruption et le clientélisme de la grande noirceur qui nous servent de point de repère.

      Sans eux nous ne saurions si bien quel est notre but. Sans eux les étudiants, les indignés, les chômeurs victimes de la délocalisation “rationalisée”, les ainés réduits à n’être que des “intrants” dans les livres comptables de centres de “soins” privés, les diplômés qui doivent jongler trois McJobs pour arriver, bref tout ce beau monde ne saurait qui sont les vrais responsables du défilletage du tissu social qui se (dé)tramme depuis des décennies.

      Allez. Affichez vous bien criards avec votre fièrté creuse et égoïste. Continuez de vous tenir bien droit sur la crête pour que votre silhouette se démarque nettement. Vous êtes ainsi une cible parfaite. Vous êtes ainsi le mur au travers duquel la liberté doit passer.

      Merci d’être la gale bien crottée que nous devons arracher.
      Avec votre ostentation odieuse, vous tracez le chemin qui nous mènera à une société meilleure.

      Merci et bonne fête nationale!

    • @hugues19

      24 juin 2012
      07h23

      @teddybear

      Vous savez surement que le capitalisme est très pratique pour créer de la richesse. Mais dans la manœuvre spéculative que vous décrivez il n’y a pas eu de création de richesse mais un transfert de richesse.

      Et dans les ventes de garage non plus, j’ai acheter un truc 10$, je le revend 2$.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité