Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 21 juin 2012

    Jeudi 21 juin 2012 | Mise en ligne à 11h26 | Commenter Commentaires (32)

    Pourquoi la réforme de la santé est-elle impopulaire?

    À quelques jours de la décision de la Cour suprême des États-Unis sur la constitutionnalité de la réforme de Barack Obama sur la santé, le New York Times tente d’expliquer dans cet article pourquoi cette initiative demeure impopulaire auprès de la majorité des Américains, si l’on se fie aux sondages.

    Selon le Times, les opinions négatives de plusieurs électeurs ne sont peut-être que le reflet des publicités télévisées auxquelles ils sont exposés. Or, selon une étude récente, les groupes opposés à la réforme, de la Chambre de commerce des États-Unis au «super PAC» Crossroads GPS de Karl Rove, ont dépensé quelque 235 millions de dollars dans des campagnes publicitaires attaquant la loi sur la santé depuis sa promulgation en mars 2010.

    De leur côté, les partisans de la réforme ont consacré 69 millions de dollars pour expliquer ou défendre la réforme, la plus grande part de ce montant (47 millions) ayant été dépensée par le ministère de la Santé, dont les pubs ont été qualifiées de «fades» par le Times.

    Toutes les pubs critiquant la réforme ne sont pas mensongères, mais celle qui coiffe ce billet, réalisée par la Chambre de commerce des États-Unis, est «fausse», selon le site PolitiFact.

    Résultat : des personnes non assurées qui pourraient profiter de la réforme se trouvent parfois à utiliser des arguments erronés ou mensongers pour la dénoncer, selon le reportage du Times.

    P.S. : Ezra Klein signe dans le numéro courant de l’hebdomadaire The New Yorker un article intéressant sur le phénomène qui a permis à plusieurs élus républicains de passer de partisan à adversaire du «mandat individuel», la mesure la plus controversée de l’«Obamacare», qui oblige presque tous les citoyens de souscrire à une assurance maladie.

    Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






    Jeudi 21 juin 2012 | Mise en ligne à 9h04 | Commenter Commentaires (5)

    Présidentielle 2012 : les sondages du jour

    Voilà qui semble plus crédible : dans un nouveau sondage national AP/GfK publié ce matin, Barack Obama reçoit 47% des intentions de vote contre 44% pour Mitt Romney, un résultat qui contraste avec l’avance de 13 points dont il jouit dans l’étude étonnante publiée hier par Bloomberg.

    Malgré leur insatisfaction concernant l’économie, pas moins de 56% des électeurs pensent que le président sortant obtiendra un deuxième mandat en novembre, selon le sondage de l’AP.

    L’université de Quinnipiac publie de son côté un sondage qui fait état d’un changement important dans la course à la Maison-Blanche en Floride: Obama, qui tirait de l’arrière par six points sur Romney le mois dernier dans cet État-clé, devance désormais ce dernier par quatre points (46-42).

    Ce sondage est presque aussi étonnant que celui de Bloomberg. Il indique que la cote du président a grimpé malgré les mauvaises nouvelles qui lui tombent sur la tête depuis le début du mois. Il faut dire que l’économie s’améliore en Floride, un sujet que le camp Romney aurait demandé au gouverneur républicain de l’État d’aborder moins souvent en public, comme on peut le lire ici..

    Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






    Jeudi 21 juin 2012 | Mise en ligne à 6h59 | Commenter Commentaires (11)

    La CIA et la Syrie

    Les rebelles syriens reçoivent des armes achetées par la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. (Photo AFP)

    Les rebelles syriens reçoivent des armes achetées par la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. (Photo AFP)

    Des agents de la CIA sont présents dans le sud de la Turquie pour s’assurer que les armes destinées aux rebelles syriens ne tombent pas entre les mains de combattants alliés à Al-Qaïda et à d’autres groupes terroristes, selon un article publié aujourd’hui à la une du New York Times.

    Ces armes sont achetées par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar et acheminées en Syrie par un groupe d’intermédiaires incluant les Frères musulmans syriens, selon le Times.

    En surveillant les livraisons d’armes, la CIA espère également en apprendre davantage sur les groupes armés locaux de civils et déserteurs qui forment l’Armée syrienne libre. Selon le Times, l’agence pourrait accroitre son aide aux rebelles en leur fournissant des photos satellite et d’autres informations sensibles.

    Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité