Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 13 juin 2012

    Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 15h52 | Commenter Commentaires (19)

    La citation du jour

    «C’est comme quelqu’un qui va au restaurant, commande un gros steak, un martini et tout le reste, et, tout juste comme vous vous assoyez, quitte la table en vous accusant d’avoir fait grimper l’addition.»

    - Barack Obama, rejetant sur les républicains la responsabilité des déficits budgétaires.

    Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






    Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 13h02 | Commenter Commentaires (36)

    Approuvez-vous les tirs de drones?

    Malheureusement, cette question n’a pas été posée aux Canadiens par le centre de recherche Pew dans le cadre d’une étude publiée aujourd’hui et réalisée dans 21 pays. Dans 17 de ces pays, une majorité des répondants ont répondu par la négative, comme on peut le constater dans ce tableau (la réponse du Pakistan à une question différente sur cette campagne sera publiée dans une autre étude) :

    USIMAGE00461

    Les campagnes de tirs américains de drones ont contribué à la baisse de popularité dans le monde des politiques internationales de Barack Obama. Néanmoins, s’il n’en tenait qu’à l’Europe et au Japon, le président américain serait réélu haut la main en novembre.

    «Obama mérite-t-il d’être réélu?» À cette question, 92% des personnes interrogées répondent oui en France, 89% en Allemagne, 73% en Grande-Bretagne et 66% au Japon. Une majorité ou une pluralité des répondants souhaitent cependant sa défaite au Liban (62%), en Jordanie (73%), en Égypte (76%), en Chine (39%) et en Russie (27%).

    Dans l’ensemble, l’image des États-Unis dans le monde s’est améliorée depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison-Blanche, selon l’étude de Pew. Mais, en dépit de son PIB, le pays de l’Oncle Sam n’est plus perçu comme le leader économique mondial, ce titre appartenant désormais à la Chine selon 42% des répondants contre 36%.

    Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






    Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 10h57 | Commenter Commentaires (9)

    Doutes sur le message économique d’Obama

    Le message économique de Barack Obama laisse froid plusieurs indépendants, selon un nouveau sondage. (Photo ABC News)

    Le message économique de Barack Obama laisse froid plusieurs indépendants, selon un nouveau sondage. (Photo ABC News)

    Barack Obama doit prononcer demain un important discours sur l’économie à Cleveland, où il tentera de définir l’élection présidentielle comme un choix entre deux visions – l’une qui protège la classe moyenne et l’autre qui ramène le pays aux politiques ayant contribué à la crise financière de 2008, comme on peut le lire dans cet article.

    Ce discours interviendra au moment où des stratèges démocrates, dont James Carville, mettent en cause le message économique véhiculé par le président. Dans une analyse publiée hier, Carville et son collègue de Democracy Corps, Stanley Greenberg, affirment qu’Obama commet une erreur possiblement fatale en répétant que l’économie est en voie de guérison. Après avoir consulté des groupes témoins en Pennsylvanie et en Ohio, ils concluent que la plupart des électeurs ne voient pas dans leur vie l’amélioration dont parle le président et réagissent avec une certaine irritation aux pubs démocrates, dont celles célébrant le retour de l’industrie automobile.

    Selon un sondage ABC News/Washington Post publié aujourd’hui, le message économique de Barack Obama n’est guère plus populaire auprès des indépendants : 54% d’entre eux désapprouvent le programme du président.

    Dans un tel contexte, Carville et Greenberg conseillent à l’occupant de la Maison-Blanche de parler le moins possible de la reprise économique des dernières années (dont plusieurs électeurs n’ont pas ressenti les effets) et de mettre plutôt l’accent sur les programmes qu’il entend mettre en place pour aider la classe moyenne.

    D’autres démocrates ont exprimé des inquiétudes semblables au cours des derniers jours mais les conseillers de Barack Obama ne semblent pas être sur le point de changer leur stratégie, selon cet article publié dans le Washington Post.

    Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité