Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 11 juin 2012 | Mise en ligne à 17h53 | Commenter Commentaires (20)

    Pas plus riches qu’en 1992

    L'éclatement de la bulle immobilière a contribué au déclin de la richesse américaine de 2007 à 2010.

    L'éclatement de la bulle immobilière a contribué au déclin de la richesse américaine de 2007 à 2010.

    De 2007 à 2010, l’avoir net médian des familles américaines est passé de 126 400$ à 77 300$, une baisse de 40% qui illustre les ravages de la crise financière de 2008 au sein de la classe moyenne des États-Unis.

    L’éclatement de la bulle immobilière explique les trois quarts de ces pertes, selon des données publiées aujourd’hui par la Réserve fédérale.

    Si les familles de la classe moyenne se retrouvent aujourd’hui grosso modo là où ils étaient financièrement en 1992, il n’en est pas de même pour les familles les plus riches, qui ont vu leurs revenus augmenter légèrement.


    • il reste juste 2 palier entre moi et le propriétaire de la compagnie et je fais 30 000$, on se fait toujours fourrer si t’a pas au moins 100 000$ a investir

    • Et ce n’est pas fini ! Comment espérer repartir la machine économique américaine avec une croissance qui diminue en raison de l’appauvrissement de la classe moyenne?

      Malheureusement, je crains que les Américains ne se laissent séduire par des gens comme Romney, qui promettent des emplois en adoptant des mesures qui vont en réalité accentuer le phénomène. Ils n’ont pas encore compris l’importance de l’État comme acteur de l’économie et celle des mesures redistributives. Ils devraient pourtant se souvenir des leçons de la crise de 29 et du New Deal, mais l’idée qu’il faut laisser entièrement au privé le soin d’investir en baissant les impôts au maximum, en supposant que la richesse crée va ruisseler de haut en bas est tellement ancrée… Pourtant, on voit bien que l’application de cette idée ne donne pas les résultats escomptés: les investissements dans l’économie réelle, ceux qui créent des emplois, ont en réalité plafonné, et la richesse créée a plutôt pris le chemin vers les paradis fiscaux et a alimenté des bulles spéculatives qui ont peu à peu déstabilisé l’économie américaine.

      Quand donc les Américains ouvriront-ils les yeux?

    • Les étasuniens ne voudront jamais changer ça car ils sont tous persuadés qu’un jour ce sera à leur tour d’être riche. “The american dream”. Ils ne voudraient surtout pas se priver une fois rendu là.

      Le lavage de cerveau se poursuit jour après jour. Regardez la quantité de “Get-rich-quick scheme” qu’on retrouve partout dans les infomercials, dans les journaux, etc… Les étasuniens sont obnubilés par l’argent. Tant qu’ils ne se rendront pas compte que tout ça n’est qu’une grande illusion rien ne changera.

      Personnellement je n’ai aucun espoir pour eux.

    • Mais non, voyons les riches ne sont pas plus riches, et les moyens et les pauvres, pas plus pauvres…
      Mais qu’allez vous chercher..il faut être vraiment d’extrême-extrême gauche pour croire a de pareilles sornettes allons.
      Primo, y’a plus de riches, ça c’est le point positif, mais pour faire plus de riches, il faut qu’il pigent plus dans le panier.. donc pour faire un milliard de dollars.. il faut il faut 20 000 fois 50 000 dollars.. donc imaginez ce qu’on peur faire avec coté amélioration.. et hop ça se trouverait dans les mains d’une seule personne.
      En bref imaginons maintenant 1000 milliardaires.. ouf j’en ai le tournis…
      Cela étant dit, économiquement parlant, et dans un contexte de rareté.. et sachant que les riches exigent un certain rendement (trop loin des 5% d’augmentation consentis au plus méritant des employés) imaginons la masse des poches dans lesquelles ils pigent pour satisfaire leur appetit insatiable.

    • Les statistiques du FRB montrent que seules les familles qui se trouvent dans les 10 % de revenus supérieurs ont bénéficié d’une hausse de leur valeur nette, soit 1,9% entre 2007 et 2010. Je crois que la croissance serait probablement plus forte si on avait considéré dans une classe séparée les familles vraiment riches, qui se situent dans le 1% de revenus supérieurs.

    • “Si les familles de la classe moyenne se retrouvent aujourd’hui grosso modo là où ils étaient financièrement en 1992, il n’en est pas de même pour les familles les plus riches, qui ont vu leurs revenus augmenter légèrement.”

      La famille de classe moyenne devrait peut etre passer moins de temps au centre d’achats et plus de temps en famille, elle serait peut etre moins endetter, tsé quand le taux d’endettement est en haut de 150% et le taux d’économie quasiment nul, faut se poser des questions. C’est bien beau d’accuser les plus riches, le 1%, mais ils font quoi les familles moyennes a part vivrent au-dessus de leur moyens,se payer des maisons, des autos qu’ils ont pas les moyens de se payer, avec une piscine en arrière, creuser s.v.p. On décide de repeinturer la cuisine ? Profitons-en pour acheter de nouveaux électoménagers en stainless steel, c’est a la mode ca, les électrosménagers en stainless steel, meme si ceux que l’ont a acheter voila 5 ans fonctionne encore très bien, mais ils sont vert amande, c’est plus a la mode ca des électroménagers vert amande, a va penser quoi ma belle soeur quand je vais l’inviter a prendre un café ?

      Anyway tout ca pour dire que les gens vivent au-dessus de leur moyen avec trois, quatre, cinq cartes de crédit bien loader, sans compter les marges de crédit, c’est bien beau de cracher sur les banques, le 1%, mais un moment donné faut se regarder dans le miroir.

    • Mais où sont les trolls drettistes quand on a des preuves pour leur clouer le bec?

    • “Ils n’ont pas encore compris l’importance de l’État comme acteur de l’économie et celle des mesures redistributives. Ils devraient pourtant se souvenir des leçons de la crise de 29 et du New Deal,”

      Le new deal a eu des succès modestes, très modestes, en plus de creuser le déficit et la dette publique.

    • Où la richesse créée durant toutes ces années est-elle donc allée? Si cette perte de richesse est due à la perte de valeur immobilière, ou est passée la richesse issue du travail ?

      Paul Krugman est Robert Reich ont fait la comparaison. Leurs arguments sont assez intéressants. Suivez les flèches: Concurrence féroce -> productivité améliorée (pression sur les salaires et sur les syndicats) -> Répartition inégale des revenus -> Creusement des inégalités -> évolution très faible des avoirs (la richesse créée se répartie selon un rapport de 300 entre les patrons et les employés) -> Enrichissement d’une minorité -> Glissement du pouvoir vers ces minorités obligées de faire du lobbying pour défendre leur part de marché (justement à cause de la concurrence) -> Encore plus de pouvoir pour négocier et imposer les points de vues des minorités (grandes entreprises et riches donateurs) -> Le politique censé assurée les intérêts de tous se met aux services des donateurs (forcément, c’est eux qui payent les campagnes électorales)-> Précarisation des revenus moyens (perte de pouvoir de négociation, des assurances maladies et des avantages sociaux) au nom de la concurrence… -> La boucle est bouclée

      Reich va même jusqu’à affirmer que l’enseignement n’est pas épargne pour transmettre les valeurs de marché: forces concurrentielles (petit clin d’œil à Porter), productivité, optimisation, automatisation… bref, tout ce qui réduit le coût du travail.
      Leur conclusion: La perte de richesse est antérieure à la crise de 2008. Celle-ci n’a fait que cristalliser un phénomène plus ancien dont les sources sont nombreuses.
      Réponse à la première question: La richesse créée durant toutes ces années n’as pas disparue..parce qu’elle n’a jamais existé réellement (en valeur actualisée)! ouf.
      L’immobilier a été un leurre qui a vite fait de s’estomper. Il aura eu comme avantage de nous ramener aux causes profondes de la perte de richesse.
      Cependant, d’autres auteurs avancent des arguments différents….

      Références: http://www.leconomiepolitique.fr/paul-krugman–robert-reich-et-les-inegalites-aux-etats-unis_fr_art_741_38147.html

    • @ Xamax

      Je viens d’écouter une entrevue de Paul Craig Roberts, ancien conseiller économique dans l’administration Reagan, qui dit en gros qu’il y a eu une détérioration des revenus depuis plusieurs années et que les Américains ont tout simplement maintenu leur niveau de vie en accumulant des dettes. La bulle immobilière a créé un sentiment de richesse mais nous assistons probablement depuis 2008 à un simple retour à la réalité.

    • Ce phénomène ne devrait pas être une grande surprise! Donc, une grande partie de l’augmentation de la «richesse» de la classe moyenne depuis 1980 a été atteint en utilisant l’argent emprunté. Plus la dette de carte de crédit. Plus la dette hypothécaire. Plus la dette prêts sur valeur domiciliaire, etc, etc. Ce n’était qu’une question de temps avant l’éclatement de la bulle. Tout à fait prévisible!

    • Intéressant, très intéressant.

      Je peux en tirer les conclusions suivantes:
      - Pour la moyenne des Américains, mis a part leurs maisons, ils n’ont aucun investissements.
      - Pour que la moyenne soit si basse, il doit y en avoir un méchant paquet avec une valeur nette nulle ou négative. On ne parle même pas ici de 77k par personne, mais bien par famille.

      Ceci dit, je constate que, comme d’habitude, certains viennent ici étaler leurs désinformation anti-Américaine. On constate dans biens des cas que les gens pensent que c’est au ‘’système” et à l’état de les enrichir. Si un gros 90% de la population ne s’enrichit pas, ça DOIT être un complot…

      Maintenant, demandez a un average joe ce qu’il a fait dans la dernière année pour améliorer son sort, quel est son plan pour s’enrichir, et il vous regardera comme si vous parlez chinois. Elle est là, la réalité. Peu de gens prennent action, c’est plus facile s’écraser devant la TV, aller magasiner avec ses cartes de crédit… Pourtant, avec toutes ces personnes dont la richesse stagne, comment expliquer la quantité de voitures neuves sur les routes, l’explosion de voyages dans le sud, la multiplication des i-pods et i-machins… C’est plus facile de ne rien faire et de blamer le système et le gouvernement pour toutes ses mauvaises décisions.

      C’est facile de s’enrichir, très facile, il suffit d’y mettre de l’effort. A ~25 ans j’avais déjà plus de valeur nette que la famille américaine moyenne, et laissez moi vous dire que les gains sont exponentiels, et non linéaires…

      @drstrange
      Preuves, quelles preuves? Preuves de quoi exactement? Et pour répondre a votre question, j’était en train de travailler, afin de m’enrichir. M’enrichir est ma responsabilité, et non celle du gouvernement ou d’une banque.

      T. Rightman.

    • @rightman

      Ah misère, ces dretteux…

      Pourquoi tout le monde ne devient pas riche? Parce que, voyez-vous, les gens doivent vivre. Les familles ont des enfants à élever, ils veulent leur assurer un cadre de vie décent, ramasser de l’argent pour leurs études et pour les coups durs. Pis comme il faut bien se loger, la maison devient un investissement logique. Quel argent voulez-vous qu’il leur reste après ça, avec des salaires qui stagnent depuis les années 80?

      Ben oui, y a des gens qui sur-consomment là-dedans. Qui vivent au-dessus de leurs moyens. Seulement, les dretteux dans votre genre ne comprennent pas que l’on a poussé les gens à sur-consommer. Parce que c’est ça qui a favorisé la croissance économique des dernières décennies. Avec des salaires qui stagnent, avec la croissance des emplois précaires, à temps partiel, il fallait quand même soutenir la demande. C’est pour cette raison que les banques se sont mises à inonder les ménages d’offres de crédit, que les plans « achetez maintenant, payez plus tard » se sont multipliés. Soumis à ces tentations continuelles, beaucoup se sont laissés prendre. Quand on leur a fait miroiter en plus qu’ils pouvaient s’acheter une maison facilement et faire de l’argent en la revendant, imaginez…

      Comme trop de dretteux, vous jugez les choses à partir de votre nombril. Eh non, le monde ne tourne pas autour de votre nombril, et tous les gens ne vivent pas votre situation et ne sont pas comme vous – heureusement !

    • @rightman
      Pourquoi n’appliquez-vous pas à votre discours ce que vous exigez des autres???
      Pourquoi faire de la désinformation alors que vous dénoncez ce principe?

      “Ceci dit, je constate que, comme d’habitude, certains viennent ici étaler leurs désinformation anti-Américaine.”

      ” Elle est là, la réalité. Peu de gens prennent action, c’est plus facile s’écraser devant la TV, aller magasiner avec ses cartes de crédit…”

      Vous tentez de nous faire croire que l’average joe n’essaie pas de s’enrichir?? Je ne sais pas dans quel monde vous vivez, mais tout le monde tente de s’enrichir. Expliquer le richesse seulement par le manque d’ambition est de la désinformation encore plus ridicule que celle que vous dénoncez.

    • C’est la fraude établie en système à tous les paliers de gouvernement qui est la cause du marasme actuel et rien n’indique que cela va changer parce que même Obama, le champion de la gogauche, ne voit pas une nécessité de sévir contre les banksters qui le financent largement.

    • @stridulation
      Blamez ceci, blamez cela, les salaires stagnent, on nous a forcés a consommer, etc… Bien sur, des excuses, la faute aux autres. C’est exactement ce que je dénonce, plus personne n’est responsable de rien ces jours-ci… Personne ne force qui que ce soit a consommer, personne ne force qui que ce soit a payer plus tard; oui, les pubs existent, revenez-en.

      Les salaires ne stagnent pas, au niveau mondial. Je maintiens que si on demande aux gens quelles actions concrètes ils ont pris pour améliorer leur sort et leur salaire, ça sera le vide total. Les gens pensent que ça arrivera tout seul… C’est vrai que c’est difficile d’être resposable, moi aussi je blamais le système et les boomers avant de me responsabiliser. Mais depuis, ça va numéro 1, la vie est belle et joyeuse. Essayez, pour voir!

      @kelvinator
      Beaucoup de gens disent qu’ils essayent de s’enrichir. Regardez les actions, et non pas les paroles. Grosse différence. Les états-unis sont encore la terre de l’opportunité. Au Québec, quand vous réussissez, tout le monde vous traite comme un sac a argent qu’il faut traire (taxxxxxezzz les riiiiches!!!!). Aux E-U, quand vous réussissez, vous pouvez en prendre le plein crédit.

      T. Rightman

    • @rightman

      Je ne blâme pas les autres, je remets les pendules à l’heure. Les gens comme vous rend la classe moyenne responsable de tous les maux de l’économie actuelle. C’est étrange, j’en vois qui ont une responsabilité bien plus grande mais, celle-là, ô grand adepte de la responsabilité individuelle, vous la passez sous silence, comme c’est étrange…

      Comme je le disais, vous ramenez tout à votre propre expérience personnelle, et en faite une généralité. Typique des gens incapables d’analyser une situation sous une perspective générale qui dépasse leur petit point de vue. On appelle ça manquer d’objectivité et regarder les choses par le petit bout de la lorgnette.

      Eh non, tous les gens ne sont pas comme vous, et n’ont pas les moyens ou le talent de se lancer en affaire et de faire des investissements. Pas plus que tout le monde ne sait jouer du piano. Beaucoup de gens compte sur leur travail et sur leur maison pour s’enrichir. Les deux, maintenant, les appauvrissent, parce que l’économie en est devenue une de spéculation et de recherche de profits rapides.

    • Pas plus riches qu’en 1992. C’est plus facile a accepter que de dire simplement Plus pauvre qu’en 1992. Ouille alors…pauvres pauvres pauvres!
      Je ne voudrais surtout pas reprendre les mots d’un celebre President, mais il suffit de dire:
      “We are doing fine!”

    • L’erreur n’est-elle pas de calculer la valeur de “l’équity” de la maison comme étant une richesse?

      Si on prend seulement le salaire ou le retour sur les investissements, j’ai l’impression que la différence ne serait pas si élevée.

      Si une maison surévaluée représente une fausse richesse, alors une maison sous-évaluée devrait représenter un faux problème.. à moins d’être forcé de vendre et d’assumer une perte mais dans le cas d’un individu capable de payer son hypothèque… que la maison ait une valeur de 250k ou de 500k, ça change quoi?

    • @leredneck

      Ça change que vous payez une hypothèque de 500 000$, par exemple, sur une maison qui n’en vaut plus que 300 000$. La banque encaisse d’importants intérêts dessus en plus.

      C’est un méchant problème.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité