Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 1 mars 2012

    Jeudi 1 mars 2012 | Mise en ligne à 18h47 | Commenter Commentaires (21)

    Michigan : le camp Santorum crie au «scandale»

    Rick Santorum avait revendiqué une nulle au lendemain de la primaire du Michigan. (Photo AFP)

    Rick Santorum avait revendiqué une nulle au lendemain de la primaire du Michigan. (Photo AFP)

    Récapitulons : la primaire du Michigan mettait mardi en jeu 30 délégués. Ayant chacun remporté le plus grand nombre de suffrages dans sept des 14 circonscriptions électorales de l’État, Mitt Romney et Rick Santorum se sont tous les deux vus décerner, comme prévu, 14 délégués.

    Restait à allouer deux délégués dits at-large. Selon les règles du Parti républicain du Michigan, ces délégués devaient être répartis proportionnellement en fonction des résultats obtenus par les candidats à la grandeur de l’État. En conséquence, Romney et Santorum, qui ont récolté respectivement 41% et 38% des voix, devaient chacun recevoir un délégué at-large.

    Or, selon les dirigeants républicains du Michigan, les règles adoptées le 4 février ont été écrites de façon erronée. Les deux délégués at-large devaient aller au candidat ayant remporté le vote populaire, en l’occurrence Mitt Romney, qui se retrouve donc aujourd’hui avec 16 délégués.

    Le camp Santorum a eu tôt fait de crier au «scandale», promettant d’interjeter appel, comme on peut le lire dans cet article d’AP. «Des choses comme ça arrivent peut-être en Iran», s’est indigné le directeur de campagne de l’ancien sénateur de Pennsylvanie.

    Le changement n’a pas d’impact réel sur la course aux délégués, mais il empêche Santorum de revendiquer une nulle au Michigan. À cinq jours du «super mardi», et au lendemain de la victoire de Romney dans les caucus de l’État de Washington, l’ancien gouverneur du Massachusetts a presque deux fois plus de délégués que son plus proche rival :

    Romney 168 délégués
    Santorum 86
    Gingrich 32
    Paul 19

    Il faut 1 144 délégués pour remporter l’investiture républicaine.

    Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






    Jeudi 1 mars 2012 | Mise en ligne à 15h09 | Commenter Commentaires (105)

    L’essence à la pompe: le spectre du gallon à 5$

    Un hélicoptère et un destroyer patrouillent dans le détroit d'Ormuz, où le flot du pétrole pourrait être perturbé. (Photo AP)

    Un hélicoptère et un destroyer américains patrouillent dans le détroit d'Ormuz, où le flot du pétrole pourrait être perturbé. (Photo AP)

    Le New York Times analyse dans cet article publié aujourd’hui en première page les retombées économiques de la hausse du prix de l’essence à la pompe aux États-Unis, n’écartant pas la possibilité que celui-ci atteigne 5$ à la suite d’une éventuelle attaque israélienne contre l’Iran ou d’un autre événement susceptible de perturber le flot du pétrole.

    L’essence coûtait hier 4,32$ le gallon (3,78 litres) en Californie et 3,73$ en moyenne sur le territoire national. Les experts estiment qu’une augmentation du prix de l’essence d’un cent sur un an retranche un milliard de dollars au pouvoir d’achat des consommateurs.

    La hausse du prix de l’essence à la pompe a également un impact politique. Les candidats à la course à l’investiture républicaine n’ont de cesse d’en faire porter le blâme à Barack Obama. Celui-ci a tenté aujourd’hui de reprendre la main sur cette question en renouvelant son appel en faveur de l’élimination des subventions de quatre milliards de dollars versées annuellement aux compagnies pétrolières, comme on peut le lire dans cet article.

    Je dois souligner que les commentaires publiés à la suite du premier article cité dans ce billet sont non seulement nombreux mais également intéressants.

    Lire les commentaires (105)  |  Commenter cet article






    Jeudi 1 mars 2012 | Mise en ligne à 12h09 | Commenter Commentaires (124)

    Quand un blogueur conservateur meurt

    Andrew Breitbart s'était donné comme mission de lutter contre ce qu'il considérait l'hypocrisie des grands médias. (Photo AFP)

    Andrew Breitbart s'était donné comme mission de lutter contre ce qu'il considérait l'hypocrisie des grands médias. (Photo AFP)

    Pour donner la mesure du blogueur conservateur Andrew Breitbart, fondateur de plusieurs sites internet, dont Breitbart.com, et ex-collaborateur de Matt Drudge, il faut rappeler qu’il s’était réjoui sur Twitter à la suite de l’annonce de la mort d’Edward Kennedy.

    Breitbart compte parmi ses scalps politiques celui de l’ex-représentant démocrate de New York Anthony Weiner, dont il avait publié sur un de ses sites des photos osées de lui diffusées sur Twitter. Il s’était donné comme mission de lutter contre ce qu’il considérait l’hypocrisie des grands médias. Ses méthodes étaient parfois carrément malhonnêtes.

    Breitbart est mort aux petites heures du matin à l’âge de 43 ans de causes naturelles. Certains de ses critiques s’en sont réjouis aujourd’hui sur Twitter. Affligeant.

    Lire les commentaires (124)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité