Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 9 février 2012

    Jeudi 9 février 2012 | Mise en ligne à 20h16 | Commenter Commentaires (14)

    Le sondage du jour

    Pour la première fois depuis la courte période qui a suivi la mort d’Oussama ben Laden, le pourcentage des Américains qui se disent satisfaits de la performance de Barack Obama (49%) dépassent le pourcentage des Américains qui ne le sont pas (45%), selon le baromètre quotidien de Gallup.

    La remontée du président coïncide avec la publication d’une série de données positives sur l’économie, dont la chute du taux de chômage à 8,3% et le gain net de 243 000 emplois en janvier.

    Il est entendu que les chances d’un président d’être réélu sont minces s’il ne récolte pas au moins 50% d’opinions favorables pour l’ensemble de son «oeuvre» au moment du scrutin.

    Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






    Jeudi 9 février 2012 | Mise en ligne à 16h18 | Commenter Commentaires (51)

    La guillotine guette les Américains, selon Santorum

    De passage au Texas au lendemain de son tour du chapeau électoral, Rick Santorum a dénoncé «l’hostilité» de Barack Obama envers la religion. Dans un discours où il a comparé les révolutions américaine et française, l’ancien sénateur de Pennsylvanie a accusé le président de mener les croyants de son pays le long d’une voie au bout de laquelle se trouve la guillotine. Je cite un extrait du clip qui coiffe ce billet (merci à caminomtl pour la traduction) :

    «Ils prennent la foi et l’anéantissent. Pourquoi? Pourquoi? Si vous marginalisez la foi en Amérique, si vous éliminez le socle des droits acquis par la grâce divine, alors ce qu’il en reste c’est la Révolution française. Ce qu’il en reste, c’est un gouvernement qui vous accorde des droits, ce qu’il vous reste ce sont des droits qui ne sont plus inaliénables, ce qu’il vous reste c’est un gouvernement qui vous dit qui vous êtes, ce que vous devez faire et quand vous devez le faire. Ce qui est resté en France, ce fut la guillotine. Mesdames et messieurs, nous sommes encore loin de cette situation, mais si nous suivons le sentier tracé par le président Obama et son hostilité ouverte envers la foi en Amérique, alors nous emprunterons ce chemin.»

    Santorum, comme ses rivaux républicains, met l’accent ces jours-ci sur les questions sociales, et notamment sur la nouvelle règle de l’administration Obama exigeant que la contraception soit incluse dans les plans d’assurance-santé offerts à leurs employées par les hôpitaux, écoles et autres établissements catholiques.

    Invité à l’émission The Last Word de MSNBC hier soir, l’avocat David Boies a nié que cette politique constituait une entorse au Premier amendement de la Constitution garantissant la liberté de religion :

    Visit msnbc.com for breaking news, world news, and news about the economy

    Cela dit, Mary Curtis est au nombre des analystes qui considèrent que l’administration Obama a commis une erreur dans ce dossier, comme on peut le lire dans cet article.

    Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






    Jeudi 9 février 2012 | Mise en ligne à 14h53 | Commenter Commentaires (22)

    Saisies immobilières : un accord record

    Le scandale des saisies immobilières douteuses a éclaté il y a 14 mois. (Photo AP)

    Le scandale des saisies immobilières douteuses a éclaté il y a 14 mois. (Photo AP)

    C’est un accord record que Barack Obama a annoncé avec fierté : cinq grandes banques américaines vont payer 26 milliards de dollars pour régler les poursuites intentées par le gouvernement fédéral et 49 États dans la foulée du scandale des saisies immobilières douteuses.

    Quelque deux millions de propriétaires immobiliers pourraient recevoir un soutien financier à la suite de cette entente passée avec JPMorgan Chase, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup et Ally Bank. D’autres banques pourraient se joindre à celles-ci et hausser le montant total de l’accord.

    L’aide prendra notamment la forme de paiements d’environ 2 000$ pour quelque 750 000 propriétaires ou d’une réduction des taux d’intérêts que doivent payer plusieurs autres propriétaires.

    La somme d’argent que verseront les banques ne représentera qu’une fraction des coûts entraînées par les saisies immobilières douteuses. Mais, selon le président, l’accord marquera «la fin d’une ère d’excès qui a causé énormément de dégâts».

    Et même si l’entente met fin à certaines poursuites au civil, Obama a réitéré sa promesse de poursuivre au pénal les prêteurs soupçonnés de fraude.

    Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité