Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 31 juillet 2011 | Mise en ligne à 18h24 | Commenter Commentaires (22)

    Les coupes militaires, pierre d’achoppement?

    Après les alliés du Tea Party, les vieux loups du Parti républicain à la Chambre des représentants seront-ils les prochains à tenir en otage les États-Unis pour obtenir gain de cause dans la bataille autour du relèvement du plafond de la dette?

    Selon des articles publiés sur les sites du Washington Post et du New York Times, ici et ici, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a donné son accord de principe au «compromis» négocié par la Maison-Blanche et le chef de minorité républicaine de la chambre haute, Mitch McConnell, auquel j’ai fait allusion dans ce billet publié ce matin.

    Certains vérétans du Parti républicain de la chambre basse, dont John Boehner, hésiteraient cependant à appuyer ce compromis qui ouvre la porte à des coupes automatiques dans les dépenses militaires.

    Les démocrates les plus progressistes de la Chambre des représentants ont déjà annoncé qu’ils n’appuieraient pas ce compromis qui ne contient aucune hausse d’impôts pour réduire les déficits. Leurs votes ne seraient cependant pas essentiels à l’adoption de l’accord de dernière heure.


    • Quand Henri IV fut assassiné par Ravaillac la première dépense que Marie de Médicis coupa fût sa coûteuse armé. Par magie et avec l’aide de Richelieu cela renforça la position de la France en Europe.

      Mais tant que certain n’auront pas perdu leur vision romantique de la guerre hérité d’Homère et de sa guerre de Troie,dire qu’il c’est trouvé des gens pour gober qu’on pouvait guerroyer pour les beaux yeux d’Hélène …, eh bien tant qu’il aura des gens pour croire des conneries semblables… eh bin le monde sera encore mal pris..

    • En 1999, le dernier budget Clinton indiquait 293 milliards comme dépenses militaires ( les $ ont été normalisés pour tenir compte de l’Inflation).

      En 2011, on parle raisonnablement de 800 milliards ( incluant les deux guerres en Irak et en Afghanistan et le coût médical et d’assurances salaires supplémentaires pour les anciens combattants).

      Dans l’ordre, la Californie, le Texas et la Floride , vont voir fondre les revenus pour construire des armes militaires. Sans parler des 50 États qui vont se battre pour conserver les bases militaires sur leur territoire.

      Grand show d’hypocrisie à venir

    • Avec cette belle armée, ils ont semé la paix et l’ordre en Irak et sorti victorieux et glorieux, et l’infrastructure est de beaucoup supérieur à ce qu’il y avait avec Saddam, et le peuple se réjoi tous les jours de leur présence et pleure leur départ.

      Avec cette belle armée, écoles, hôpitaux et structures est présente partout en Afganistan, la Somalie fut une victoire éclatante et en Serbie l’efficacité des missiles a été prouvé avec tant de précision que l’ambassade de la Chine en a été presque détruite.

      Pourtant, tous les armées à grand frais de la Lybie, de l’Égypte, de la Tunisie, de l’Irak de loin supérieur à nos 65 milliards et 35 milliards pour nos futurs avions et navires ne valent rien contre les super armées réunis des alliées pas plus efficace.

      Je fais un peu sarcasme pour démontrer que la dette de tous les pays pour se bâtir des armées inefficaces et emplir la poche des fournisseurs sera la pierre qui coulera leur économie.

      Les puissances passés ont tous été coulé par le coût de leur armée et aucune ne s’est relevé pour redevenir et rebâtir et repossèder leur dynastie.

      Les américains, comme les autres, vont passé au tordeur pour le malheur de tous ses alliés, nous y compris. Que de jour pénible à venir avant que les finances soient sur les rails sur la planète.

    • Comme c’est rassurant de voir tous ces politiciens faire fi de leurs différends politiques et s’unir pour le bien commun…

      Ça vous redonne foi en nos institutions et bombe notre front de cet idéal qui ravive notre confiance en l’avenir de l’humanité.

      Yess! Je suis fier d’être humain!

    • Le chaos, révélé d’ une façon simple. Nous avons une fragmentation évidente de l’ électorat et de ses représentant(es). Imaginez un peu , une mise à la banque rupt avec des intérêts avoisinants le Zéro absolu.
      Deux guerres de perdus et des milliards emprunté pour des raisons absurdes et ce sans parler des militaires tués au combats.

    • Tant et aussi longtemps que les americains resisteront a evoluer
      au-dela de l’epoque des cowboys, ils ne pourront s’affranchirent
      de l’adoration des armes et de l’armee.

      Et ils osent appeler ca “la defence” !!!!????
      Et ils osent parler au nom d’un dieu tout en continuant
      a lecher les bottes d’Israel ????!!!!

      Tellement sous-eduques ! Ils ne sont meme pas en voie d’evolution.

    • Bon, un rajout de chiffres pour les amateurs. Donc les USA( 310 millions d’habitants soit 5 % de la population mondiale) ont dépensé en armement, 798 milliards en 2010 dollars soit 43% du total mondial en 2010.

      La Chine , 1.3 milliard de population suit de loin, avec une centaine de milliards de milliards $ ( soit environ 7% du montant mondial)

    • C est certainement un sujet épineux puisque tout ce qui touche l armée,militaire,armements représente une industrie de premier plan aux U.S.A et indirectement des coupures signifiraient un recul et une admission que les présentes guerres ne sont pas un succes.
      Ne pas toucher au patriotisme hypocrite des américains qui se pensent encore LA puissance mondiale.

      Pourtant, apres l abandon du programme de navettes spatiales qui entrainera ne serait ce que temporairement des économies, il serait si facile de regler le probleme de la dette grimpante en se retirant du Moyen -Orient et en coupant dans ce programme. C est sans compter sur la puissance des lobbies de cette industrie qui controlent le gouvernement bien sur….

    • Oh là… pas une centaine de centaines de milliards pour la Chine ( erreur de typo) mais bel et bien 119 milliards en dollars absolus. Loin des 800 milliards américains malgré une population 4 fois moindre.

    • Lire à ce sujet l’excellent livre de Myret Zaki, “La fin du dollar”. Elle et également Pierre Jovanovic.Après “les secrets de la FED” puis “Comprendre l’empire”, dans la collection ’défonce moi l’paradigme’, voici “Blyhte Masters” !! A lire ab-so-lu-ment.
      Il permet de bien appréhender les problèmes de la dette au USA et d’apercevoir ce qu’il risque de ce passer d’ici quelques années.

    • Comment vont-ils faire pour éviter l’implosion, c’est-à-dire la guerre civile ? Il faut se rappeler que les civils américains sont armés. Quand ils vont comprendre qu’ils sont tous ruinés, ils vont demander des comptes, et ça risque de mal se passer pour certains… même l’instauration d’une dictature n’empéchera pas le chaos.
      C’est d’un cynisme absolu, mais j’ai bien peur que le seul espoir de la classe financière aux commandes aux Etats-Unis (et ailleurs) soit de déclancher une guerre mondiale juste avant la faillite inéluctable, et d’espérer gagner cette guerre mondiale. Ca ne fera que la troisième. Mais cette fois-ci ça risque bien d’etre la Der des Der pour tout le monde, si ça tourne en guerre atomique…

    • @noirod

      “C est certainement un sujet épineux puisque tout ce qui touche l armée,militaire,armements représente une industrie de premier plan aux U.S.A (…)”

      Je ne partage que partiellement votre point de vue. Car il est bien connu que dollar pour dollar, c’est celui qui est investi dans le “militaire” qui est le moins créateur d’emplois. C’est une des raisons qui font que je préconise des baisses importantes dans le budget de la défense et une réaffectation partielle des sommes ainsi économisées vers la production d’énergie. Des centrales thermiques solaires, ça rapporte pendant 75 ans, tandis que des F 35, ça coûte les yeux de la tête juste à entretenir, on ne parle pas du coût initial.

      Il serait réaliste de chauffer et climatiser des millions de résidences aux États-Unis par la géothermie. L’investissement serait payé au bout de 11 ans en moyenne. Des plus, en achetant massivement des composants entrant dans l’exploitation de cette énergie, l’état américain pourrait obtenir des prix fortement à la baisse. Mais attention! Les petits Elvis idéologues ressentent une peur panique à l’idée que l’état s’enrichisse.

    • La production d’armes dans la balance commerciale des Étas-Unis compte pour des peanuts en comparaison de la création d’actifs fincnaciés.

      La puissance miltaire américaine joue principalement le rôle d’un garde de sécurité pour Wall Street, ce qui explique que le dollar américain a conservé sa vigueur à des époques où il aurait dû s’effondrer selon les critères d’analyse classiques. Cette dépendance aux investissements étrangers liées à la puissance militaire et à l’isolationisme états-uniens est une menace pour le monde.

      Cette analyse n’est pas la mienne, maic celle d’Emmanuel Todd.

      http://www.google.ca/imgres?q=emmanuel+todd+apr%C3%A8s+l%27empire&um=1&hl=fr&tbm=isch&tbnid=r_MYgyJyLZ25nM:&imgrefurl=http://bertrand-tieche.blogspot.com/2011/03/emmanuel-todd-apres-lempire-essai-sur.html&docid=fouGChTSWLO14M&w=182&h=299&ei=1_s1Tp3RA5TLsQLm26TqCg&zoom=1&iact=hc&vpx=238&vpy=71&dur=48&hovh=239&hovw=145&tx=114&ty=86&page=1&tbnh=143&tbnw=87&start=0&ndsp=25&ved=1t:429,r:1,s:0&biw=1181&bih=583

    • @quebeclove “Deux guerres de perdus et des milliards emprunté pour des raisons absurdes et ce sans parler des militaires tués au combats.” … et … des centaines de milliers d’innocents civils, et de millions de réfugiés qui ont fait les frais de la busine$$ des grande puissances et qui ont tout perdu et étés forcés à aller grossir les rangs des camps de réfugiés et de renoncer à toute perspective d’avenir et de perdre leur dignité en devant compter sur la dite ‘charité’ internationale pour leur pitance / subsistance.

    • @noirod “C est certainement un sujet épineux puisque tout ce qui touche l armée,militaire,armements représente une industrie de premier plan aux U.S.A et indirectement des coupures signifiraient un recul et une admission que les présentes guerres ne sont pas un succes.”

      Une ‘industrie’ de la destruction et de la mort absolument inefficace où chaque dollar engouffré serait autrement plus productif dans le civil, et/ ou dans les technologie de pointes ou encore vertes qui seraient autrement plus utiles devant le besoin criant et l’urgence de la situation planétaire.
      Les dernières guerres (et celles qui ont précédées) sont rentable pour une infime propostion de la population. Aussi mon impression est que la soi-diant rentabilité des guerres du passé n’est qu’une illusion … Bien sur reconstruire ce qui à été détruit amène une certaine prospérité mais à ce compte, faisons sauter les pont et les routes et les autres infrastructure pour bénéficier du boom (dans tous les sens du mot) de la reconstruction, et ce sans blesser ni tuer quiconque ;-) Vive le progrès … (sarcasme off).

      Ce n’est pas p.c.q. c’est la guerre qu’il faut se faire mal (ou à peu près): La guerre des tuques ;-)

    • @davidsonstreet

      Pour résumé les usa ne sont plus un états libéral au sens du terme, mais qu’il impose leur économie à travers le monde grâce à leur gendarme la Us army . Les forces régalienne de l’état aux services du privé .

    • @librepenseur

      Je ne dirais pas qu’il l’impose. Le capitalisme n’est pas le seul fait des États-Unis. Je parle de capitalisation boursière. Les revenus inenployés convergent vers les États-Unis pour plusieurs, dont leur puissance militaire, qui jouent un rôle stabilisateur et qui rassure les investisseurs.

    • pour plusieurs raisons

    • @davidsonstreet

      Faut quand même avouer que le libéralisme comme il a était pensé à ses débuts n’est plus appliquer que grâce à un pouvoir militaire au lieux d’un vrai libre échange et libre circulation.

    • @librepenseur

      Vous avez raison de dire que le pouvoir militaire a perverti le libéralisme en appliquant des contraintes indues au marché. Toutefois (je me répète), ces contraintes ne sont pas le seul fait des États-Unis.

      Plus important encore, il faut dire que la perversion du marché ne se fait pas uniquement manu militari. Les interventions étatiques et la corruption (souvent liées) représentent d’autres moyens d’influencer le marché (pas nécessairement en mal, si on exclut la corruption).

      La façon dont on gère l’exploitation des ressources sur le continent africain constitue un excellent exemple de l’application de ces différents types d’influences par une multitude de pays (ainsi que par plusieurs sociétés privées – qui ne sont pas en reste concernant le recours à la force).

    • @librepenseur

      À ce compte, on peut aussi dire qu’il faut quand même avouer que le pouvoir militaire (occidental) a perverti le communisme tel qu’il avait été pensé à ses débuts. Il faut se rappeler que le Canada a participé à l’effort de guerre des Occidentaux (et des Japonais) contre les bolchéviques.

      http://www.journal.dnd.ca/vo8/no3/moffat-fra.asp

    • @davidsonstreet

      Contrairement à vous , je crois que le dernier rempart efficace contre cette idéologie mondialiste imposer par la Us army sont les nations ( La loi) qui sont plus menacé que jamais . Ainsi seule la révolte des nations pourrait empêcher cette prise de pouvoir et donc cette accentuation de la mauvaise répartition des richesses. Le vrai problème contemporain est bien que “les libéraux véritables se préoccupant de l’efficacité de la production de cette même richesse” sont en position de force sur ” L’idéal socialiste qui consiste à s’intéresser à l’équité de la redistribution des richesses “. Les premiers imposent donc aux seconds comment il convient de répartir.
      Maurice Allais exprime un point de vue humaniste qui voudraitr mettre les premiers au service des seconds. Le pragmatisme de la dure réalité nous montre que seul le résulat du rapport de force entre les deux donne lieu à la politique décidée.Aujourd’hui les libéraux véritables au sens pragmatique du terme veulent un nouvel ordre mondial via notemment la construction européenne ( alena etc) et leur acolyte le Fmi de la Bm d’ailleurs de plus en plus rejettée par les citoyens.

      Si ça vous intéresse, voici un court extrait des “Mystiques Economiques” sur la mystique libérale :

      “La mystique libérale se fonde sur deux erreurs :
      - Le primat inconditionné de l’économie sur le politique : Le libéralisme permet en général la maximisation des richesses mais cette maximisation des richesses ne doit pas être systématiquement l’objectif politique. Ainsi Adam Smith préferait la sécurité à la richesse et faisait l’apologie dans certains cas du protectionnisme (Navigation Act de l’empire brittanique).
      - Le laisser-faire/laisser-passer. La seconde erreur consiste à admettre qu’il y a deux domaines de l’activité politique : l’une soumis à la loi et l’autre, le domaine économique, soustrait à toute réglementation juridique. C’est méconnaître que la propriété, les contrats, la monnaie, l’organisation bancaire, les poids et les mesures sont des créations de la loi.”

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité