Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 3 juin 2011

    Vendredi 3 juin 2011 | Mise en ligne à 17h37 | Commenter Commentaires (47)

    Climat: Romney ne doute pas du réchauffement

    Mitt Romney a répondu aux questions d'électeurs au New Hampshire aujourd'hui. (Photo AP)

    Mitt Romney a répondu aux questions d'électeurs au New Hampshire aujourd'hui. (Photo AP)

    Contrairement à plusieurs dirigeants et militants républicains, Mitt Romney ne doute pas du réchauffement climatique. Je cite la réponse qu’il a donnée aujourd’hui à un électeur du New Hampshire sur ce sujet :

    «Je crois que le monde se réchauffe et je crois que les humains y contribuent. Il nous est possible de réduire les émissions de polluants et de gaz à effet de serre qui en sont responsables de façon significative.»

    Le candidat à l’investiture républicaine a cependant précisé que les énergies vertes ne règleraient pas le problème du réchauffement, et que les États-Unis ne devraient pas réduire leurs activités industrielles au profit de pays qui ne sont pas prêts à le faire comme le Brésil et la Chine.

    Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






    L'ex-chef du Mossad Meir Dagan (à gauche) ne fait pas confiance au jugement de Benjamin Netanyahu. (Photo AP)

    L'ex-chef du Mossad Meir Dagan (à gauche) ne fait pas confiance au jugement de Benjamin Netanyahu. (Photo AP)

    Le New York Times fait état dans cet article des critiques récentes de Meir Dagan, ex-patron du Mossad, le service de renseignements israélien, à l’endroit des leaders de son pays, dont il déplore notamment le manque de jugement.

    Comme le souligne le Times, Dagan s’inquiète notamment de l’absence de projet du gouvernement Netanyahu en vue d’une paix avec les Palestiniens. Plongeant dans une controverse très actuelle, il s’est prononcé en faveur de l’initiative arabe de 2002, qui propose une normalisation diplomatique avec le monde arabe en échange d’un État palestinien sur les lignes de 1967 et d’une «solution juste» pour les réfugiés.

    Dagan, qui a servi sous les ordres d’Ariel Sharon, Ehud Olmert et Benjamin Netanyahu, a également critiqué durement les projets de l’actuel premier ministre israélien contre l’Iran, qualifiant d’«idée stupide» et d’«aventure dangereuse» une attaque militaire éventuelle contre les installations nucléaires iraniennes.

    Les critiques de Dagan ont secoué l’establishment israélien, selon le Times. Ari Shavit, un journaliste du quotidien Haaretz qui a récemment interviewé l’ex-chef du Mossad devant un auditoire de l’université de Tel Aviv, a résumé ainsi l’état d’esprit de l’Israélien :

    «Ce n’est pas les Iraniens ou les Palestiniens qui tiennent Dagan éveillé la nuit mais le leadership israélien. Il ne fait pas confiance au jugement du premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Ehud Barak.»

    Lire les commentaires (91)  |  Commenter cet article






    Vendredi 3 juin 2011 | Mise en ligne à 12h14 | Commenter Commentaires (90)

    L’histoire américaine, selon Sarah Palin

    Comme Michele Bachmann, Sarah Palin est une héroïne du Tea Party, un mouvement qui cite souvent l’histoire américaine pour définir ses principes. Mais comme la représentante du Minnesota, l’ex-gouverneure d’Alaska semble avoir une connaissance approximative des événements clés de la révolution américaine.

    Palin, qui a mis fin à sa tournée surréaliste des sites historiques de la côte est, s’est arrêtée hier à Boston, où elle a offert une version inédite de la fameuse chevauchée nocturne au cours de laquelle Paul Revere se rendit à Lexington pour informer les chefs des patriotes, Samuel Adams et John Hancock, que les troupes régulières britanniques étaient en route pour les arrêter, et alerter les campagnes en cours de route.

    Dans la version palinesque (voir vidéo ci-dessus et extrait ci-dessous), Revere avertit non seulement les Britanniques qu’ils ne prendront pas les armes des patriotes, mais il sonne également des cloches et tire des coups de feu en l’air, un comportement étrange de la part d’un homme qui ne veut pas se faire prendre par l’ennemi :

    He who warned, uh, the British that they weren’t going to be taking away our arms – uh – by ringing those bells and – um – makin’ sure as he’s riding his horse through town to send those warnin’ shots and bells that – uh – we were going to be secure and we were going to be free.

    Un autre arrêt de Palin a retenu l’attention hier. L’ex-candidate à la vice-présidence n’a pu résister à l’envie de passer par le New Hampshire, où elle a critiqué la réforme du système de santé du Massachusetts. À en juger par la une du Union Leader, le plus important journal du New Hampshire, elle a également volé la vedette à l’auteur du Romneycare, qui a lancé officiellement sa campagne présidentielle dans cet État dont il doit absolument remporter la primaire républicaine (via TPM) :

    docpage-unionleader1-cropped-proto-custom_2

    Lire les commentaires (90)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2007
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité