Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive, avril 2011

    Vendredi 29 avril 2011 | Mise en ligne à 16h20 | Commenter Commentaires (36)

    Quand Superman renonce à sa citoyenneté américaine

    29artsbeat-supermanpanel-blog480

    Tiré d’un article publié sur le site de l’hebdomadaire français Le Point et portant sur la menace de Superman de renoncer à sa citoyenneté américaine :

    «Je suis fatigué de voir mes actions interprétées comme des instruments de la politique américaine.» C’est ainsi que s’exprime Superman dans la 900e édition d’Action Comics, publiée mercredi. L’homme d’acier, en pleine crise existentielle, y fait part de son intention de renoncer à la nationalité américaine, lors d’un discours qu’il compte prononcer devant les Nations unies. Un choc, quand on sait que le superhéros des superhéros, kryptonien d’origine, se présentait jusqu’ici comme le défenseur de «la vérité, de la justice et du style américain».

    Sur le site de la chaîne d’information conservatrice Fox News, l’indignation est de mise. «Non contents d’afficher un manque flagrant de patriotisme et de respect pour notre pays, les créateurs de Superman rabaissent les États-Unis dans leur ensemble.» Dans un billet publié sur son blog du Weekly Standard, l’écrivain américain Jonathan Last se demande, lui, quelles sont les croyances de Superman, aujourd’hui que ce dernier semble tourner le dos aux États-Unis. «Croit-il en l’interventionnisme britannique ou en la neutralité suisse?» ironise l’auteur. Avant de continuer : «Vous voyez où je veux en venir. Si Superman ne croit plus en l’Amérique, alors il ne croit en rien.»

    À noter que les responsables de la bande dessinée ont tenu à rassurer le public que Superman «reste, comme toujours, lié à sa maison d’adoption et à ses racines de jeune fermier de Smallville dans le Kansas». Son projet de renoncer à sa citoyenneté américaine fait suite à son soutien aux manifestants de Téhéran, soutien qui a eu l’heur de déplaire à un conseiller du président.

    Superman chercherait donc à retrouver toute sa liberté d’action et d’éviter les incidents diplomatiques…

    Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






    Vendredi 29 avril 2011 | Mise en ligne à 14h22 | Commenter Commentaires (25)

    Ovide Lamontagne, «conservateur de l’année»

    Ovide Lamontagne, avocat du New Hampshire, est courtisé par les prétendants républicains à la Maison-Blanche. (Photo AP)

    Ovide Lamontagne, avocat du New Hampshire, est courtisé par les prétendants républicains à la Maison-Blanche. (Photo AP)

    Paul LePage, gouverneur du Maine, n’est pas le seul Franco-Américain à jouer un rôle important sur la scène politique aux États-Unis. Ce soir, plusieurs candidats présidentiels potentiels ou confirmés du Parti républicain rendront hommage à Ovide Lamontagne, un avocat influent du New Hampshire qui se verra conférer le titre de «conservateur de l’année» par un groupe affilié au Tea Party.

    Lamontagne, qui a perdu de justesse la course à l’investiture républicaine pour l’élection sénatoriale de 2010 au New Hampshire, organise régulièrement des assemblées politiques dans sa résidence de Manchester, où les prétendants républicains à la Maison-Blanche se font un devoir de passer. Il a indiqué qu’il appuierait un candidat républicain à la présidence après la dernière de ses assemblées de cuisine.

    Selon cet article du New York Times, Lamontagne pourrait jouer le rôle de kingmaker chez les républicains au New Hampshire, l’État qui doit tenir les premières primaires de l’élection présidentielle de 2012. Le journal Politico arrive à la même conclusion dans cet article.

    Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






    Vendredi 29 avril 2011 | Mise en ligne à 10h00 | Commenter Commentaires (91)

    Trump aux Chinois : «Listen you mother f***ers»

    Donald Trump a utilisé un langage peu présidentiel hier soir lors d’un discours à Las Vegas, prononçant les mots fucking et mother fuckers en parlant de l’Irak, des prix de l’essence et de la Chine. On retrouve son insulte aux Chinois à 5:00 de la vidéo qui coiffe ce billet.

    L’attitude du promoteur new-yorkais à l’égard de la Chine est d’autant plus étonnante qu’il fait fabriquer des chemises portant son nom dans ce pays :

    6a00d83451c45669e20154320086e2970c-550wi

    Lire les commentaires (91)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité