Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive du 2 juillet 2010

    Vendredi 2 juillet 2010 | Mise en ligne à 16h19 | Commenter Commentaires (71)

    La plus grande gaffe de Michael Steele

    Michael Steele, président du comité national du Parti républicain, a survécu à plusieurs gaffes, mais les commentateurs conservateurs William Kristol et Erick Erickson estiment qu’il ne peut rester à son poste après avoir laissé entendre devant des électeurs du Connecticut que la guerre en Afghanistan découle d’un choix de Barack Obama plutôt que de son prédécesseur. On trouve ci-dessous le texte original et le clip de la citation controversée de Steele :

    “Keep in mind again, this was a war of Obama’s choosing. This was not something the United States had actively prosecuted or wanted to engage in. Well, if [Obama] is such a student of history, has he not understood that, you know, that’s the one thing you don’t do, is engage in a land war in Afghanistan?”

    On trouve ici un communiqué de Steele tentant d’expliquer sa déclaration.

    Lire les commentaires (71)  |  Commenter cet article






    Vendredi 2 juillet 2010 | Mise en ligne à 10h35 | Commenter Commentaires (58)

    Le NYT, la torture et l’administration Bush

    waterboarding-philippines

    Avant la «guerre au terrorisme» de George W. Bush, le New York Times considérait le simulacre de noyade comme une torture. Après le début de cette soi-disant guerre, le quotidien, comme plusieurs autres médias américains, a cessé de qualifier de torture cette technique d’interrogatoire, selon une nouvelle étude de l’université Harvard. Pourquoi ce changement? Le NYT a offert cette explication :

    «Alors que le débat sur le traitement des suspects de terrorisme prenait de l’ampleur après le 11 septembre 2001, les défenseurs de cette pratique (dont des responsables de l’administration Bush) ont insisté que celle-ci ne constituait pas de la torture.

    «Quand nous utilisons un mot qui équivaut à adopter une position dans une dispute politique, notre pratique générale est de fournir les lecteurs avec l’information qui leur permet de décider par eux-mêmes. Aussi avons-nous décrit la pratique en termes concrets en soulignant qu’elle était dénoncée comme étant une forme de torture par les conventions internationales et la tradition américaine.»

    Comme le souligne Greg Sargent dans ce billet, la logique du Times est boîteuse, puisque le fait de ne pas appeler un chat un chat était une façon de prendre la part de l’administration Bush dans le débat. Heureusement, le 43e président n’a pas tenté de prétendre que la Terre était plate ou que le ciel était vert.

    Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article






    Vendredi 2 juillet 2010 | Mise en ligne à 8h14 | Commenter Commentaires (203)

    La citation du jour

    Lindsey Graham, Saxby Chambliss

    «Le problème avec le Tea Party, c’est qu’il n’est pas durable parce qu’ils n’ont jamais présenté une vision cohérente sur la façon de gouverner le pays. Le mouvement va s’éteindre.»

    - Le sénateur républicain de Caroline-du-Sud Lindsey Graham, livrant le fond de sa pensée lors d’une entrevue au New York Times.

    (Photo AP)

    Lire les commentaires (203)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    272829  
  • Archives

  • publicité