Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Archive, juin 2009

    Mardi 30 juin 2009 | Mise en ligne à 20h45 | Commenter Commentaires (62)

    Sarah Palin se prend-elle pour Dieu?

    sarah-palin-0908-01.jpg

    L’ancien journaliste du New York Times Todd Purdum signe dans le nouveau numéro du mensuel Vanity Fair un portrait de Sarah Palin, décrivant la gouverneure d’Alaska comme la fusion de personnages issus des séries de télévision Desperate Housewives et Northern Exposure. Dans un passage, Purdum évoque la soi-disant mégalomanie de Palin, qui termine un courriel annonçant à ses proches la naissance de son fils Trig en signant Votre père qui est aux cieux. Je cite le passage en question dans le texte :

    More than once in my travels in Alaska, people brought up, without prompting, the question of Palin’s extravagant self-regard. Several told me, independently of one another, that they had consulted the definition of “narcissistic personality disorder” in the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders—“a pervasive pattern of grandiosity (in fantasy or behavior), need for admiration, and lack of empathy”—and thought it fit her perfectly. When Trig was born, Palin wrote an e-mail letter to friends and relatives, describing the belated news of her pregnancy and detailing Trig’s condition; she wrote the e-mail not in her own name but in God’s, and signed it “Trig’s Creator, Your Heavenly Father.”

    Dans son article, Purdum cite plusieurs anciens conseillers de John McCain, selon lesquels Palin n’était pas prête à accéder à la présidence en cas de décès du chef de la Maison-Blanche – et ne le sera peut-être jamais -, laissant entendre que le sénateur de l’Arizona avait commis une monumentale erreur de jugement en la choisissant comme colistière.

    Lire les commentaires (62)  |  Commenter cet article






    Mardi 30 juin 2009 | Mise en ligne à 16h16 | Commenter Commentaires (91)

    Place au sénateur Al Franken!

    Al Franken in April after a three-judge panel rejected Norm Coleman's attempt to reverse Mr. Franken's lead in the state's U.S. Senate race. Mr. Coleman's appeal of that ruling to the Minnesota Supreme Court was rejected on Tuesday.

    Le comédien, auteur et animateur de radio Al Franken peut enfin revendiquer le titre de sénateur après la décision unanime des juges de la Cour suprême du Minnesota de reconnaître la validité de sa victoire lors des élections du 4 novembre 2008 et celle du sénateur sortant, le républicain Norm Coleman, de reconnaître sa défaite. Environ 312 votes séparaient le gagnant du perdant.

    Il se sera écoulé 238 jours et quatre saisons entre le vote des électeurs du Minnesota et la décision de la plus haute instance de cet État du Midwest. Franken assurera une majorité de 60 sièges aux démocrates du Sénat, seuil minimum pour empêcher l’opposition d’utiliser la méthode de l’obstruction systématique ou filibuster, une procédure qui donne aux sénateurs le droit de bloquer ou de retarder des votes. 
     
    Né à New York en 1951, Al Franken s’est fait connaître du grand public américain en interprétant un gourou pas comme les autres, Stuart Smalley, dans le cadre de l’émission de télévision humoristique Saturday Night Live. Il a également fait paraître plusieurs best-sellers, dont Rush Limbaugh Is a Big Fat Idiot and Other Observations et Lies and the Lying Liars Who Tell Them: A Fair and Balanced Look at the Right.

    P.S. : Comme le souligne Louis Comtois dans la section des commentaires, la phrase que répétait Stuart Smalley à la fin de ses topos pourrait très bien être reprise aujourd’hui par Franken, qui doit tenir une conférence de presse sous peu :

    Cause I’m good enough, I’m smart enough… and doggone it, I deserve it.

    Lire les commentaires (91)  |  Commenter cet article






    Mardi 30 juin 2009 | Mise en ligne à 14h02 | Commenter Commentaires (35)

    Tango argentin à New York

    South Carolina Gov. Mark Sanford gestures during an interview ...

    Je me demande ce qu’en penserait le roi David. Lors d’une entrevue chargée d’émotion avec l’Associated Press, le gouverneur républicain de Caroline du Sud Mark Sanford a ajouté aujourd’hui des détails à sa confession de la semaine dernière concernant sa liaison amoureuse avec l’Argentine Maria Belen Chapur. Les deux se sont donné rendez-vous à trois reprises à New York en 2008, a-t-il avoué. Deux de ces rencontres étaient de nature romantique. La troisième, qui est survenue après que la femme de Sanford eut découvert l’infidélité de son mari, avait pour but de mettre fin à la liaison. Sanford était alors accompagé d’un conseiller spirituel qui lui a servi de chaperon.

    Dans son entrevue à l’AP, le gouverneur républicain a précisé qu’il avait payé de sa propre poche ses visites à New York. De toute évidence, il a été incapable de tenir sa promesse de ne plus revoir son amante argentine, à qui il est allé rendre visite à Buenos Aires à la mi-juin. J’ai comme l’impression que ce ne sont pas les derniers aveux de Sanford.

    Quoi qu’il en soit, un allié conservateur du gouverneur, Larry Grooms, l’a exhorté aujourd’hui à remettre sa démission lors d’une entrevue diffusée sur CNN.

    (Photo AP)

    Lire les commentaires (35)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité