Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 30 avril 2009 | Mise en ligne à 22h24 | Commenter Commentaires (10)

    Un juge de la Cour suprême à la retraite

    capt91ba1ce4dfd14a3d89ad0e331b45673cscotus_is_souter_hiring_wx103.jpg

    Nommé en 1990 par George Bush père, le juge de la Cour suprême David Souter prendra bientôt sa retraite, annonce la chaîne NBC. Ce départ donnera à Barack Obama la chance de nommer un premier juge à la plus haute juridiction américaine. Souter, 69 ans, a souvent fait rager les conservateurs en votant avec les juges de l’aile progressiste de la Cour.

    P.S. : Le juge Souter a informé la Maison-Blanche qu’il se retirerait en juin, précise l’Associated Press dans cette dépêche.

    (Photo AP)


    • Un juge qui n’ est pas libre penseur n’ est pas intègre.

    • a souvent fait rager les conservateurs en votant avec les juges de l’aile progressiste de la Cour.

      Ce n’ était pas un beni oui oui

    • Est-ce une bonne nouvelle, buena noticia, buona notizia ?
      Obama ne peut que le remplacer par un autre qui fera “rager les conservateurs” à la Scalia, non ?

    • Qui le remplacera, une femme peut-être ?

    • Il n’est pas interdit à un juge d’avoir le coeur à droite ou le coeur à gauche – enfin, on m’aura compris.

      Mais quelles que soient ses opinions personnelles, un grand juriste saura passer outre, et donner à la Loi le sens correspond aux principes qui la sous-tendent.

      Même le plus conservateur des juges comprend qu’à une loi sociale (salaire minimum, indemnisation de victimes quelconques, assurance-emploi, etc), il faut donner une interprétation libérale et généreuse.

      En principe, quand il accède à la Cour Suprême, un juge a déjà acquis la sagesse et la maturité, mais surtout, il a déjà démontré des capacités intellectuelles et une connaissance du droit hors du commun. L’idéologie guide une partie, mais une partie seulement, de leurs raisonnements juridiques; voilà pourquoi le juge Souter, tout conservateur qu’il puisse être à titre d’individu, a pu rendre des décisions qui ont pu passer pour “libérales”.

      Il n’avait pas les mains liées. Great!

      Son successeur sera sans doute plus à gauche, mais j’ose espérer qu’il sera lui-même un “libre-penseur”, capable de se détacher de ses sentiments personnels et de juger non pas selon le résultat souhaité par le pouvoir politique, mais selon le résultat auquel devrait conduire une réflexion nuancée et articulée.

    • @papitibi

      Vous nous faite part de ces commentaires: ” Mais quelles que soient ses opinions personnelles, un grand juriste saura passer outre, et donner à la Loi le sens correspond aux principes qui la sous-tendent.

      Même le plus conservateur des juges comprend qu’à une loi sociale (salaire minimum, indemnisation de victimes quelconques, assurance-emploi, etc), il faut donner une interprétation libérale et généreuse.”

      Pourreiz-vous nous expliquer la position de la majorité (5-4) de la Cour Suprême et particulièrement de l’opinion du juge Antonin Scalia dans la décision Bush v. Gore.

      Lire: http://en.wikipedia.org/wiki/Bush_v._Gore.

      Permettez-moi de vous citer l’opinion des quatres juges dissidents: “”Counting every legally cast vote cannot constitute irreparable harm….Preventing the recount from being completed will inevitably cast a cloud on the legitimacy of the election.”.

    • @ducalme

      Je suis d’accord avec Papitibi pour ce qui qualifie un grand juriste. Mais peut-être que, justement, la majorité des juges de la Cour Suprême n’était pas assez détachée de ses opinions politiques, et par le fait même, ne méritaient plus le qualificatif de grands juristes.

    • @ducalme

      Pour ce qui est de l’interprétation des lois sociales… c’est, tout simplement, un principe de droit reconnu.

      Pour ce qui est de la décision Bush v. Gore, je partage l’avis de Fraymonjo, et j’ajoute ce petit commentaire, intégré à mon post de 0h46: L’idéologie guide une partie, mais une partie seulement, de leurs raisonnements juridiques.

      L’idéologie a donc, là et alors, guidé leur raisonnement. Ou leur absence de raisonnement.

      Relisez le dernier paragraphe de mon précédent commentaire: un bon juge DOIT être un libre penseur, capable de se détacher de ses sentiments personnels. Libre-penseur, donc libre de penser, no strings attached…

    • Heureusement, il a décidé de prendre sa retraite au cours de l’administration d’Obama, non pas au cours de celle de Bush Jr.

    • @tomdeboston

      “Heureusement, il a décidé de prendre sa retraite au cours de l’administration d’Obama, non pas au cours de celle de Bush Jr.”

      Probablement qu’il n’attendait que ça.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité