Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 avril 2008 | Mise en ligne à 17h12 | Commenter Commentaires (59)

    La réponse d’Obama sur l’essence

    Le camp Obama a commencé à diffuser la pub ci-dessus en Caroline du Nord et en Indiana, répondant aux critiques de Hillary Clinton sur le refus du sénateur de suspendre la taxe fédérale sur l’essence pendant la période estivale.


    • Sous un autre billet, je disais qu’Obama devait maintenant expliquer à l’électorat pourquoi la suspension de la taxe était néfaste. Il l’a fait! Yesss!

    • lizzie

      Même les économistes le soutiennent:

      http://youtube.com/watch?v=cJ4OPYAwVNU

    • Excellent, qu’on ne se demande plus pourquoi il est en tête…

    • Les Américains sont absorbés, présentement, par des…………..détails.

      Quel choc ils recevront à la mi-août lors des Olympiques, lorsqu’ils réaliseront que ce n’est plus USA USA, mais CHINA CHINA.

      Qui aura sû planifier le mieux prévoir et gérer cette réaction: McCain ou Obama ?

      Celui qui gérera et surtout expliquera cette réalité aux Américains gagnera la Présidentielle.

    • Franchement, cette promptitude fait plaisir. Tant mieux. Quelle belle journée j’ai passé ici au…Canada par procuration.

      Il est ici chez nous (France) 23:35. Bonne nuit à tous !

      http://allainjulesblog.blogspot.com/

    • ENFIN
      Sur le fil “une idée ridicule” – et bien avant, j’avais mentionné qu’Obama devra se lever pour proposer des mesures d’économie d’énergie. Faudrait commencer par retirer ce véto sur la loi californienne.

      Voilà une réponse intelligente à des propositions navrantes par le simplisme et l’excès de populisme dégradant qui s’en dégageaient.

      Enfin, un président parmi les candidats!

    • il est trop bon…….
      très subtilement dans cette pub, il propose une baisse de taxe de 1000$ pour les classes moyennes!!!!!
      évidemment, il faut tout de même alléger les dépenses des pauvres ouvriers!!!

    • à votre avis qu’est-ce qui va retenir l’attention de l’électorat moyen:
      - les deux premières lignes
      - ou le dernier point!

    • Barack a ses faiblesses comme nous tous. Mais alors, il fait fort ces jours-ci. Pris au cou par son ex pasteur, attaqué par Clinton, Mc Cain, Fox News, ABC et d’autres et BING, il met Clinton et Mc Cain au tapis grâce à son intelligence et son honnêteté. Et après, on dit qu’il fait dans le populisme ?
      Je comprends pourquoi les Républicains poursuivent leur opération Chaos. Obama, malgré l’affaire Wright, est plus dangereux pour Mc Cain qu’Hillary, n’en déplaise à Faux News. Je vois des vidéos qui circulent sur Hagee. Autant dire que si vous êtes catholique, et que vous savez que Hagee soutient Mc Cain, vous ne voterez pas Mc Cain. Quand à Hillary, j’attends toujours qu’elle désavoue son grand ami Rendell, un ami caché de Farrakhan.

    • Bon speach. Mais pourquoi ne pas s’en prendre à ceux qui spéculent sur le baril? Il y a bien un contrôle sur le prix du lait et du pain … le pétrole est aussi un produit essentiel. On devrait traiter son prix de la même manière.
      Scandale? Dites-donc ça à ceux qui doivent faire le choix entre manger et faire le plein …

    • Les pétrolières vont nous parler, bientôt, de leur coût de revient. Comme pour s’excuser. J’extrapole, je préviens. Mais je crois pas être très loin de la réalité.
      Il y a le holding. Et sous le holding, il y a:
      -Gas Co. Exploration
      -Same Gas Co. Exploitatation
      -Same again Gas Co. Distribution.

      La GasCo Distribution fait peu de profits. Les profits vont plutôt dans les goussets de GasCo Exploitation et de GasCo Exploration. Et GasCo Distribution peut bien venir pleurer. C’est la faute de nos fournisseurs. Bin oui!

      Hydro-Québec fait la même chose! Qu’est-ce qu’on fait pas dire aux chiffres!

      Au nom de l’ass. des pétrolières, M. Montreuil souligne l’importance des investissements. De cela, je conviens sans peine.
      Mais les profits ne sont pas énormes qu’en chiffres absolus. Ils sont aussi énormes en pourcentage!

      Et, petite question toute simple, si les capacités de raffinage sont insuffisantes, comme on a déjà tenté de nous expliquer, pourquoi – à Montréal en particulier – cette capacité a-t-elle été réduite alors qu’on nous chante que les besoins augmentent?

    • barack son rêgne achève deja
      pauvre lui

    • @obimanceleri

      Judicieuse observation. Zêtes pas un pied-de-céleri!

    • Hors sujet

      Hillary, qui tente de s’identifier aux cols bleus, et sa prestation devant une machine à café.

      http://www.youtube.com/watch?v=-C9bkuJliMY

    • @napo Premier

      … le règne d’Obama achève? Mais diantre, sur quoi, ou sur qui a-t-il régné?
      Par contre, Napoléon Premier est mort et enterré depuis quelques années, non? Avec un pseudo comme le vôtre, vous devriez y penser à deux fois avant de confirmer un décès politique!

    • Dommage: il commence bien, en donnant l’heure juste.

      Puis il termine en s’abimant une fois de plus dans les généralités du genre “nous allons changer la manière de faire à Washington” sans dire concrètement comment il fera les choses différemment (d’accord c’est une pub, pas le discours intégral, mais l’électeur mérite un peu plus de détails tout de même), alors qu’il ne cesse de se réfugier dans les clichés les plus traditionnels et démagogues à la première occasion.

      Mais ça pourrait très bien fonctionner. Les partisans de Jimmy Swaggart et autres pasteurs pécheurs repentis leur ont bien pardonné; alors pourquoi pas les adeptes d’Obama?

    • @napoleon_1er
      Misere, pour ton analyse… merveilleuse et utile…

      @tous
      A mes amis de l’Obamanation, pour ceux qui s’inquietent d’un scandale crée par les republicain. Petit retour en arriere, Bill en a baver aussi….et il est devenu…

      http://www.youtube.com/watch?v=zLnIGY85VQI

    • @papitibi

      La raison pour laquelle le pétrole devient si couteux est reliée, avant tout, au phénomène géologique nommé le “peak oil”. Si cela vous intéresse, on retrouve une série de lien à ce sujet sur mon blog :)

    • @ napoleon_1er

      Vous lisez trop de DG.

      Trop influençable. Pauvre vous!

    • @lucpomerleau
      Laisse moi rire, démagogues ca? je n’imagine même pas le nom que tu donnes à la proposition que fait Hillary et Mccain. Ne sois pas trop méchant avec eux, la suspension de la taxe c’etait juste pour attirer les électeurs et ca peut très bien marcher. Ne sois pas objectif non plus, tu as raison, ils meritent mieux que ca Hillary et Mccain, c’est pas une si mauvaise idée.

    • @ lizzie
      La machine à café? Canular ou vraie Hillary?
      Si elle cherche un job après sa défaite – avec son p’tit salaire de sénitrix, peut-être que Pierre Karl Pédalo pourrait lui trouver un “guest appearance” à Caméra Café!

    • Hors sujet désolé

      @Lizzie moonalex ank et onbo

      Nothing new: They tried to do the same thing to Bill Clinton
      http://www.youtube.com/watch?v=zLnIGY85VQI

    • @conscioussoul
      Peak oil, entendons-nous, est le plus récent joujou de l’industrie pétrolière.
      C’est le même genre de passe-passe que cette histoire de demande qui dépasse la production … alors qu’on ferme des raffineries à gogo! Et puis quand on s’informe un peu on découvre qu’on ne cherche pratiquement plus de nouveaux gisements – bien mieux retourner le tout sous forme de dividendes aux actionnaires! La logique est bien simple. Si quelqu’un tape le gros lot, le prix de l’essence et de l’action va tomber à … peak. Alors pourquoi faire un effort? Comme dans tout bon polar, il faut demander à qui profite le crime!

    • @hall987

      Je ne pourrais être plus d’accord avec vous.

      Il y a presque 7 ans déjà, les USA subissaient la première attaque sur leur territoire, provenant de l’extérieur, depuis la création de la république: c’est ce qu’on a appelé septembre 2001. Les américains ont réagi avec consternation d’abord, puis avec force, mais sans vraiment comprendre ce qui s’était passé. C’est le premier traumatisme.

      Il y aura un second traumatisme bientôt. Les Américains qui étaient habitués à avoir le plus grand et le plus gros dans tout, verront bientôt un nouvel empire, 4 fois plus peuplé qu’eux, arriver avec des plus grands et des plus gros dans certains domaines, mais qui aspire à les dépasser dans tous les domaines. Ils en prendront conscience lors des jeux olympiques de Pékin.

      Le meilleurs président est celui qui trouvera des réponses satisfaisantes à ces 2 traumatismes, d’abord qui saura les expliquer aux Américains et ensuite qui saura y trouver une réponse satisfaisante.

      Les Américains auront perdu 8 ans. Au lieu de dépenser 3 000 milliards en Irak, ils auraient dû investir dans la réduction de leur consommation de pétrole et le développement de source alternative. Ils auraient gagné sur 3 fronts: réduction de la pollution, réduction des sorties d’argent vers l’étranger et indépendance de la poudrière du Moyen-Orient.

    • @Lizzie

      La machine à café, ah ah!! ! :D

    • @ sans_ambages
      Point de vue intéressant – avec lequel je suis en parfait accord.
      Par ailleurs, il est probable que des méthodes d’extraction plus “raffinées” permettront de soutirer le précieux liquide de réserves actuellement inatteignables.
      Est-ce qu tout le pétrole off-shore a été inventorié? J’en doute. Je ne serai pas très heureux de voir les gisements exploités au nord du Canada “continental”, mais avec la fonte des glaces, on n’y échappera pas. À moins, bien sûr, que des moyens alternatifs ne soient exploités.

      Quan il ne restera plus la moindre goutte d’or noir, “ils” auront depuis longtemps trouvé autre chose. Mais en attendant, l’augmentation des prix sert bien l’oligarchie du pétrole. Elle leur permet de faire de l’argent avec les sable bitumineux. Et après, ce sera autre chose…

    • @ papitibi et sans ambages.
      Dans le mille, vous avez tous les deux raisons ,mais il doit y avoir en premier une réaction positive des consommateurs d’énergie non renouvelable en diminuant leur consommation de façon graduelle dans les années à venir. Si ils ne sont pas sensibilisés à cette contrainte ils ne réagiront pas et continueront à gaspiller alors je crois que la problèmatique actuelle qui les frappe de plein fouet par la hausse des denrées allimentaires et d’usage courant fera en sorte qu’ils réaliseront qu’ils n’en ont pas le choix.

    • Obama,
      Toujours cette clarté, cette limpidité explicative ce soucis permanent de faire penser. Unique.
      Paul Laurendeau
      http://ysengrimus.wordpress.com/2008/04/29/obama-nest-pas-un-precheur-mais-un-orateur/

    • Réduire les taxes sur l’essence aiderait sûrement l’abyssal déficit américain…

      Et pourquoi feraient-ils une chose pareille, puisqu’ils ne sont pas en récession (n’est-ce pas gagnon)?…

    • @ ysengrimus
      Tu es un sage et un très bon observateur de l’être humain , tu es nouveau sur ce blogue et j’apprécie ta présence.

    • @carbo43
      Merci. Mais, m’adressant ici davantage à la ” bête politique” qu’à l’économiste, je me demande si le véto du gouvernement américain sur cette législation californienne mise de l’avant par le gouverneur Schwartzie ne constitue pas, justement, l’une de ces contre-mesures que Clinton et Obama auraient dû dénoncer à l’unisson?

      Obama tire dans la bonne direction mais il aurait pu être plus cinglant à l’égard de ce véto ridicule. Clinton, elle, se montre égale à elle-même, c’est-à dire bitch à l’égard d’Obama, et insipide. Que ce calvaire finisse, kr!ss…

    • @Richard Hétu ou à un volontaire

      J’ai besoin qu’on m’explique les maths des délégués. Depuis le début de cette démocrate campagne le nombre magique d’appui pour gagner est de 2025 délégués. Or, les copains du Michigan et de la Floride ne sont pas supposés voter. Comment leur nombre de votes peut encore être compté dans le total à atteindre?

      Merci…

    • @papitibi

      Il est certain que nous n’avons pas fini d’exploiter de nouvelles sources de pétrole. Mais je crois que les Américains auraient intérêt à développer davantage les sources alternatives de production d’électricité (éolien, solaire, nouvelles centrales au charbon avec mécanismes de captation du Co2,…) et d’orienter une bonne partie du parc automobile vers l’électricité ou encore l’hydrogène (qui demande de toute façon de l’électricité pour le produire).

      Mais revenons à Barack Obama. Il a tout à fait raison de décrier l’inutilité d’une mesure comme la baisse de taxes sur l’essence pendant l’été. Il serait beaucoup mieux d’aider les américains à acheter des voitures moins gourmandes (s’il faut leur donner de l’argent) et ainsi, ils bénéficieraient pendant toute l’année d’une réduction de leur facture d’essence.

      Hillary Clinton s’aligne sur McCain pour marginaliser Barack Obama dans l’opinion publique. En proposant une mesure populaire mais inefficace, elle l’oblige à faire seul la pédagogie sur les enjeux énergétiques. Et devant un citoyen moyen qui n’a pas beaucoup le temps de s’informer, lorsque 2 politiciens expérimentés et de partis opposés disent la même chose, il y a une forte tentation de les croire, surtout que l’avantage d’une baisse de taxes est immédiat pour ce citoyen.

    • à davidgagnon
      puisque Obama vous a donné sa réponse sur l’essence, puisque vous avez mis en doute le coeur de mon propos par une pirouette, voici ce que j’en pense de l’arnaque de McCain et de Bill Clinton sur le congé de taxes sur l’essence. J’excuse même Hillary de ne peut-être pas savoir, mais Bill a été deux fois président et McCain a été jugé déjà comme le meilleur aspirant républicain. Alors l’un comme l’autre n’ont aucune excuse sur le point que je vais présenter. Sinon, cela voudrait dire qu’ils sont désespérés et cela validerait la condition présumée de dépression économique aux USA, que vous avez tout à fait niée, monsieur gagnon. Alors…

      Si les USA accordent un congé fiscal de taxes sur l’essence pour la durée de l’été, cela veut dire que la propension marginale à consommer va augmenter pour ce produit. Tous les économistes vont vous dire que lorsque la consommation pour un produit augmente subitement en raison d’un facteur tel qu’une diminution de taxes, que la consommation de ce produit va augmenter durant la période visée. (pmc)

      Ce qui veut dire que l’économie nette de sous et dollars que les consommateurs américains vont réaliser va être en partie neutralisée par une hausse sensible de la consommation de carburant de la part des consommateurs, à cause du prix inférieur en raison du congé de taxes. Et le plus le congé de taxes sera important, le plus la propension marginale à consommer va augmenter, c’est à dire que les consommateurs vont soudain se sentir en confiance et moins soucieux d’économiser le carburant automobile. Et quand la PMC augmente, la propension marginale à épargner, elle, diminue en conséquence, d’où risque d’inflation en période critique, ce que tous tente d’éviter, la stagflation.

      Si vous avez une formation en économique acquise depuis les années 70, vous devez donc aussi savoir que la consommation de carburant a une forte élasticité à la hausse mais une très faible élasticité à la baisse. Pour toutes sortes de raisons: un seul exemple, je vous confie les autres.

      Si un congé de taxe sur l’essence décide un jeune travailleur de s’acheter une voiture, sous le coup d’une impulsion momentanée, c’est vrai que pour l’été il fera une économie relative d’essence de 30 ou 100 ou même 150 dollars, mais c’est aussi vrai que, le reste de la durée de vie de sa nouvelle voiture, il devra débourser maintenant 50 à 100 dollars par semaine de carburant nouveau, plus l’immobilisation pour sa voiture, sans raison, puisqu’avant il n’avait pas de voiture. Et qu’il se prive de co-voiturer à peu de frais, et qu’il prive quelqu’un d’autre d’amortir ses frais fixes et variables de transport au travail afin de boucler son budget. Il devra travailler comme un malade pour se payer son jouet. Rassurez-vous il aura un emploi proche du militaire, McCain s’en va en guerre. Vous appuyez des idées qui polluent, des idées qui salissent.

      Multipliez cet exemple par cent mille seulement, plus 100 millions d’automobilistes existant, et vous venez de créer un accentuation de la demande qui non seulement aura tendance à faire augmenter les prix intérieurs de l’essence et à susciter de la grogne, mais vous allez aussi faciliter grandement la tache du gouvernement McCain de hausser les taxes sur l’essence par deux ou trois, pour la simple raison que la demande pour l’essence est inélastique à la baisse, entre autre pour la raison que je viens de vous dire, à moins que msieu mccain n’en fasse rien et laisse les pétrolières le faire en douce, se revendiquant des prix concurrents des autres pays… bravo gagnon vous travaillez vraiment pour le petit col bleu américain de la Pennsylvanie, bravo…

      Ce nouveau conducteur d’une nouvelle voiture neuve sera pret à payer le double ou le triple pour son essence, ne serait-ce que pour faire le tour du bloc avec sa première aventure sur une 4 roues, paece qu’il demeure chez ses parents et qu’il s’en fout, quitte à même pas s’en servir pour aller travailler à cause de la nouvelle structure des prix… vous avez été jeune, vous savez alors ce que c’est. Plus vieux, on sait qu’on s’est fait abuser.

      Regardez les prix de l’essence pour les principaux pays développés et vous verrez que des hausses s’en viennent et que ce n’est surtout pas le temps de tenter de trop fragiles consommateurs vers l’achat d’un véhicule moteur avec une astuce de congé de taxes sur l’essence durant l’été, à moins de vouloir asservir financièrement les jeunes durant l’année qui suit et les autres.

      Si on projette en novembre, bien sûr cela aura fait vendre 100 mille voitures et McCain ou Clinton criera bingo en faveur de l’industrie, mais cela augure de lendemains cuisants au plan micro-économique, Des milliers de ces voitures seront possiblement dilapidés chez des revendeurs, s’il s’avérait que l’emploi n’est pas au rendez-vous, que les salaires ne sont pas suffisants, que les prix de l’essence doivent être augmentés, soit pour la question d’équilibre comparatif avec d’autres pays, dont le Canada et le mexique, soit pour la question de diminution de gaz à effets de serres, soit pour renflouer les coffres d’un pays qui a non seulement besoin de sous pour continuer ses guerres, mais aussi de carburant pour la faire cette guerre où il s’englue et même de carburant pour renflouer ses réserves stratégiques pour l’hiver qui viendra ensuite.

      Quand on gaspille des ressources, il manque d’argent quelque part pour acheter des produits de l’intérieur ou de l’extérieur. Puisque les USA ont un déficit énergétique en carburant, cela induit un déficit du commerce transfrontalier, et un déficit de ce genre, d’après le monsieur qui fait la réconciliation des comptes commerciaux avec deux ou plusieurs pays, vous, vous appelez cela comment? Et à défaut de porter un seul nom, ce qui ne me fait pas du tout problème, dites moi seulement si cela est bon ou bien si cela n’est pas très mauvais pour les USA que de jouer avec la consommation des petites gens dans le but de générer du gaspillage aux fins de stimuler artificiellement l’économie, par une tabar. de mesure polluante en plus? les gaz d’échappement.

      Je peux faire des erreurs de virgules dans ce propos, mais puisque je ne revendique pas d’être économiste, si quelqu’un trouve une erreur importante d’appréciation du réel dans mon propos, je le prie de me la signaler sans crainte.

      Je termine en vous signalant les prix des hydro-carbures pour quelques autres pays. Cela vous donnera une idée du niveau de sensibilité des USA et de sa contribution effective dans le monde de l’information et du changement social:

      U.K. 1,35 euro le litre
      Canada 0,92 euro le litre
      Inde 0,91 euro le litre
      Nouvelle Zélande 0,80 euro le litre
      Afrique du sud 0,69 euro le litre
      Mexique 0,68 euro le litre
      Ukraine 0,68 euro le litre
      Tunisie 0,67 euro le litre
      Taiwan 0,66 euro le litre
      Tahilande 0.65 euro le litre
      Usa 0,60 euro le litre
      Russie 0,56 euro le litre
      Argentine 0,55 le litre
      Chine 0,55 euro le litre
      Syrie 0,49 euro le litre
      Brésil 0,45 euro le litre

      Vous aurez compris que tout congé de taxes sur le carburant de la part du gouvernement aura non seulement comme conséquence d’affecter à la hausse la propension marginale à consommer de l’essence, mais aussi sera un très puissant signal aux pétrolières américaines de réajuster à la hausse leurs tarifs de base, actuellement de 60 cents, vis à vis les taux canadiens à .92 euro le litre, et les taux mexicains à 0.68 euro le litre.

      Les seuls et véritables perdants seront ceux qui ont écouté et cru à l’illusion de congé fiscal pour l’été de John McCain et qui auront cru à la même promesse de Hillary Clinton, supportée par un Bill Clinton inexcusable, après deux présidences, d’ignorer ce simple fait de macro et micro économie. Et Bill Clinton qui affirme que ces sous de congés fiscal vont servir à payer leurs bills, sait très bien qu’environ 50 à 100 mille américains seraient susceptibles de s’acheter une voiture à cause de sa parole et de le regretter amèrement, pendant que Bill se sauvera prestement sous d’autres cieux à séduire d’autres publics avec de nouvelles images frappantes et tortueuses à l’effet qu’il sait quoi lancer comme appât pour stimuler l’économie. Le peuple américain doit fuir les yeux fermés ces petits montreurs de dentelles d’acier que sont clinton et Mccain.

    • @ papitibi
      Je crois que Obama se garde des munitions pour la course à la présidence, il ne peut pas mettre tout sur le tapis dans ces primaires , Il fera problablement une sortie un peu tard sur ce sujet.

    • @warhold2000

      Hé oui mon cher, démagogue. Les appels à réformer la diabolique manière de faire du méchant gros gouvernement central, c’est du populisme démagogique qui a de vieilles et durables racines en politique. Quant à mon opinion sur les motifs qui ont amené les deux autres candidats à faire leur proposition, je l’ai donnée dans l’autre fil de discussion.

      Dans le cas d’Obama, son jupon dépasse plus crument lorsqu’il verse dans la démagogie en raison de son habitude de se draper dans les blancs atours de la pureté morale du Grand Réformateur. À l’inverse, les deux autres ne se présentent pas comme des vestales de la politique, de sorte que les vieux comportements ou positions convenues détonnent moins de leur part. Ils restent tout aussi contestables, mais sans le problème caractériel que présente Obama en pareilles circonstances.

    • @tous

      POUVEZ-VOUS DEMELER TOU CELA ?

      After Pennsylvania (2)
      I’ve been maintaining for months that the most significant metric in the Democratic race will ultimately be the popular vote, even though the official, by-the-rules determinant is convention delegates, elected and “super.” I maintain this because the popular vote—i.e., the votes of actual human beings—has more democratic (and Democratic) legitimacy than the votes of constructed or mediating entities.

      Back on February 21st, I did some complicated (for me) math, based on Gore’s half-million-popular-vote victory in the 2000 general election (a Station of the Cross for Democrats), and decreed as follows:

      In this year’s Democratic primaries, the equivalent of Al Gore’s national popular-vote margin in the 2000 general election would be around 125,000 votes. So if the final difference between Clinton and Obama is more than that, it will be awkward, to say the least, for the superdelegates to take it upon themselves to reverse the voters’ choice.

      Awkwardness has made big strides since then. Post-Pennsylvania, the RealClearPolitics popular-vote count is, shall we say, problematic. Depending on what you count, somewhere between 28.5 million and 30.7 million votes have been cast so far. What you make of the results depends on—well, it depends on what you count.

      If you count just the votes in regular, Democratic Party-authorized primary elections:

      Obama: 49.2%
      Clinton: 47.5%
      Obama’s margin: 501,298

      Regular primaries + four caucus states:

      Obama: 49.3%
      Clinton: 47.2%
      Obama’s margin: 611,520

      Regular + Florida:

      Obama: 48.3%
      Clinton: 47.6%
      Obama’s margin: 206,526

      Regular + Florida + caucuses:

      Obama: 48.4%
      Clinton: 47.4%
      Obama’s margin: 316,748

      Regular + Florida + Michigan:

      Clinton: 47.8%
      Obama: 47.4%
      Clinton’s margin: 121,783

      Regular + Florida + Michigan + caucuses:

      Clinton: 47.5%
      Obama: 47.5%
      Clinton’s margin: 11,561

      It’s these last two match-ups, the ones that include Michigan, that have given rise to mischievous claims such as:

      One thing many people haven’t noticed about Hillary Clinton’s 55% to 45% victory over Barack Obama in the Pennsylvania primary is that it put her ahead of Obama in the popular vote.

      and headlines like “Using New Math, Clinton Claims She’s Ahead.” (Does that sound gently mocking? Another example of New York Times humor, perhaps?)

      Here’s why her math is new: In Michigan, where Clinton, Dodd, Gravel, and Kucinich were on the ballot but Obama wasn’t, Clinton got 328,309 votes, the barber-shop quartet got 27,921 votes among them, and “uncommitted” got 238,168 votes.

      Or, in the Clinton executive-summary version:

      Clinton: 328,309
      Obama: 0
      In other words, the claim that Clinton is ahead in the popular vote depends entirely on taking seriously the notion that Obama has no support in a state that includes the University of Michigan and the city of Detroit—a claim that suggests that it would be appropriate to award an American Presidential nomination on the basis of an election result that looks like it was imported from North Korea.

      Anyway, one of the Clinton campaign’s arguments for counting Michigan has been that local Obama supporters (as well as supporters of Edwards, Richardson, and Biden) quietly urged people to vote “uncommitted.”

      So let’s count most of those “uncommitted” votes as Obama’s. A figure of 200,000 seems reasonable. That would change the figures for the two categories that include Michigan to:

      Regular + Florida + Michigan + uncommitted:

      Obama: 48.0%
      Clinton: 47.9%
      Obama’s margin: 78,217

      Regular + Florida + Michigan + caucuses + uncommitted:

      Obama: 47.6%
      Clinton: 47.5%
      Obama’s margin: 188,439

      So now what?

      I calculate that roughly another four and a half million people will vote in the remaining Democratic primaries. If Clinton wins these by the overall margin she piled up in Pennsylvania—i.e., around ten points, 55-45—she will net another 450,000 votes.

      Here’s what that would do to the margins in our eight categories, in the order I’ve discussed them, starting with just the D.N.C.-approved primaries down to the two “corrected” (by me) Michigan-included ones:

      Regular primaries:

      Obama’s margin: 51,298

      Regular + four caucus states:

      Obama’s margin: 161,520

      Regular + Florida:

      Clinton’s margin: 243,474

      Regular + Florida + caucuses:

      Clinton’s margin: 133,252

      Regular + Florida + Michigan:

      Clinton’s margin: 571,783

      Regular + Florida + Michigan + caucuses:

      Clinton’s margin: 461,561

      Regular + Florida + Michigan + uncommitted:

      Clinton’s margin: 371,783

      Regular + Florida + Michigan + caucuses + uncommitted:

      Clinton’s margin: 261,561

      In other words, Clinton would have a case. Obama would have one, too—he’d still be a little bit ahead in the popular vote according to to the rules everybody agreed upon in advance, and he would definitely be ahead in elected delegates. She would have a popular vote lead in all the count-Florida-and-Michigan categories. But neither candidate could any longer plausibly claim that he or she was unambiguously the people’s choice.

      For every point Clinton falls off from that ten-point spread, 45,000 votes switch to Obama. (At least I think they do. The last time I did this much arithmetic was when I was figuring out batting averages for my seventh-grade gym class.) That would mean that if the popular vote in the remaining primaries turns out even, then:

      Regular primaries:

      Obama’s margin: 276,298

      Regular + four caucus states:

      Obama’s margin: 386,520

      Regular + Florida:

      Clinton’s margin: 18,474

      Regular + Florida + caucuses:

      Obama’s margin: 92,252

      Regular + Florida + Michigan:

      Clinton’s margin: 346,783

      Regular + Florida + Michigan + caucuses:

      Clinton’s margin: 236,561

      Regular + Florida + Michigan + uncommitted:

      Clinton’s margin: 46,783

      Regular + Florida + Michigan + caucuses + uncommitted:

      Clinton’s margin: 36,561

      Clinton wins in five categories, Obama wins in three.

      Obama’s cumulative margin is 755,070, Clinton’s is 685,162.

      Each candidate exceeds the Gore/2000/Hertzberg/Meaningfulness Index in two categories, falls short in the rest.

      Bottom line: the whole damn thing will be roughly a tie. And I do mean roughly.

      In which case it really will be up to the Supreme Court, I mean the Superdelegate Court. At that point, maybe the best solution would be for the supers to abstain on the first ballot in Denver and then everybody can have a free-for-all. Here’s what would happen next, according to a mystifying non-explanation on the Democrats’ mystifying “Convention 101” Web page:

      If neither candidate reaches a majority of delegate votes on the first ballot for president, the nomination and the race for delegates becomes competitive.

      Like it isn’t already.

    • Quelle équipe du tonnerre que celle d’Obama qui réussit à pondre une pub crédible et claire sur un sujet d’actualité à deux jours d’avis.

      Ça doit pétiller dans les neurones de ces gens qui veulent changer le monde. 1968, ça vous dit quoi? 40 ans après?

    • Hillary accuse Bush d’avoir vendu une compagnie de l’Indiana à la Chine mais vérification faite…C’est Bill qui a joué un rôle dans l’affaire!!!
      http://abcnews.go.com/Politics/Vote2008/story?id=4757257&page=1

    • @stellaire
      Pour 1968, ca depend du pays…. Pour les Etats Unis ca etait un tournant, pour la France une tournante.

    • @carbo43

      ysengrimus est loin d’être un nouveau sur ce blogue…

    • Moi qui rêvais d’une série Canadien-Rangers…

    • @ ducalme
      Du calme! Les Super Délégués doivent bien les connaître, ces chiffres que l’accumulation rend “quite confusing”.
      Et pourtant, le “solde migratoire” des SD favorise largement Obama.
      Pourquoi donc?

    • @Richard Hétu
      It ain’t over till it’s over – Yogi Berra?

    • Sorry Richard…….
      c’était the audacity of hope pour les canadiens et leurs fans……..
      on ne baisse les bras, encore un match! la chance peut nous sourire….

    • @ Richard Hétu
      Il y a tellement d’intervenants sur ton blogue qu’il est certain que j’ai pu, soit omis de regarder qui émettait un opinion ou qui disait des aneries, il m’arrive parfois de passer tout droit sur des noms qui me sont inconnus ou que parfois je connais trop et qui à mes yeux n’apportent rien de positif à la discussion en cours. Je te remercie de me le faire remarquer ainsi je serai plus vigilant.

    • à ducalme
      ^Ca resemble à du spin du clan Clinton. des chiffres et des chiffres sur le pourcentage général du vote. Mais, qu’en dit le DNC

      A ce propos, que penser-vous du calcul de Canadian4Obama?
      http://www.dailykos.com/storyonly/2008/4/24/02723/7112/307/502085

    • à ducalme
      L’article de Hertzberg est de la bouillie pour les chats. Il fait une fixation sur le vote populaire alors que la seule métrique qui importe est le nombre de délégués(pledged + superdelegates).
      Le vote populaire est comparable comme statistique au nombre de lancers dans un match de hockey alors que le nombre de délégués correspond au nombre de buts.

    • @obiwanceleri

      “Peak oil, entendons-nous, est le plus récent joujou de l’industrie pétrolière. ”

      Explication simpliste.
      L’industrie pétrolière connait le phénomène du pic pétrolier depuis presque 20 ans et fait tout pour le cacher ou reculer la date de prise de conscience des gens. Pourquoi? Parce que le prix à la pompe n’est pas le réel moyen par lequel les compagnies de pétrole font leur millions. Avant tout, il demeur critique de conserver une action à la hausse et de conserver la confiance des investisseurs. Or, cette confiance, cette bulle, est entièrement basé sur l’espérance des stocks de pétrole non extrait restants. Les compagnies doivent “déclarer” combien il reste de pétrole extractable, et cette déclaration impact directement la valeur de leurs actions. Si on venait à réaliser que la demande ne pourra tout simplement pas être rencontrée, cela ferait crasher l’action et du même coup l’économie au complet.

      “C’est le même genre de passe-passe que cette histoire de demande qui dépasse la production … alors qu’on ferme des raffineries à gogo! ”

      Vous mélangez la cause et l’effet.
      On ferme des raffineries à gogo parce qu’il y a de moins en moins de pétrole “facile” à aller chercher. Pourquoi croyez vous que les USA, qui était avant les années 1970 le plus grand exportateur de pétrole au monde, est devenu le plus grand importateur? Avez vous remarqué que tous les puits de pétroles dans les USA sont fermés?

      “Et puis quand on s’informe un peu on découvre qu’on ne cherche pratiquement plus de nouveaux gisements – bien mieux retourner le tout sous forme de dividendes aux actionnaires!”

      Votre logique est fallacieuse. Comme je l’ai expliqué ci dessous, les dividendes retournés aux actionnaires dépendent avant tout de la valeur de l’action, qui elle, dépend de la confiance que la demande pourra toujours être rencontrée. Si le monde “switch” trop rapidement à des énergies propres et renouvelables, alors les compagnoies de pétroles vont crasher.

      Nous vous est-il pas venu à l’esprit que les compagnies de pétroles n’ouvrent plus de nouveau chantier de pétrole depuis presque 20 ans parce qu’il n’y en a presque plus sur la planète? Celle ci a été testée et grugée comme un gruyère. Pourquoi croyez vous que les USA envahissent l’Afghanistan, l’Irak et bientôt l’Iran? Pour libérer les gens, vraiment? Ou pour contrôler les derniers puits de pétroles de la planète?

      “La logique est bien simple. Si quelqu’un tape le gros lot, le prix de l’essence et de l’action va tomber à … peak.”

      La rareté d’une ressource défini en effet sa valeur.
      Cependant, vous oubliez qu’il ne s’agit pas d’une ressource ordinaire: il s’agit d’une ressource critique pour nourrir la planète. Présentement, nous consommons littéralement 10 unités de pétrole pour chaque unité énergétique de bouffe produite. (tracteurs au pétrole, moissonneuse au pétrole, engrais au pétrole, pesticides au pétrole, usines de traitement au pétrole, empaquetage de plastique au pétrole, etc. et ce, sans même compter tout le transport de la nourriture, qui doit parcourir parfois 5000 km pour parvenir dans votre assiette).

      Donc. Rareté de la ressource = rareté de la bouffe = famine, cout de la vie, inflation, récession, crash financier.
      Si la demande ne peut pas être rencontrée, l’humanité DOIT FORCÉMENT trouver une alternative pour survivre… donc, le pétrole sera abandonné et l’ensemble de l’industrie du transport et de l’agro alimentaire vont se tourner ailleurs…. ce qui va faire tomber l’action. D’ailleurs, pénurie de bouffe = crash financier = crash de la bourse qui, là encore, est nécessaire pour que les entreprise de pétrole continue de faire du fric.
      Donc, il est CRITIQUE pour eux de ne pas affoler les gens, de prétendre continuer à pouvoir rencontrer la demande, et de ne pas trop monter les prix trop vite pour ne pas déclencher (a) une panique, et (b) un déplacement total vers des énergies alternatives qui tuerait leur marché.

      “Alors pourquoi faire un effort? Comme dans tout bon polar, il faut demander à qui profite le crime!”

      En effet. Étant donné les informations que je viens de vous pargager, reposons la question: à qui profite le crime? Pourquoi avoir caché pendant 20 ans que le peak-oil était connu et étudié par de nombreuses associations indépendantes? Je vous réfère à la toute dernière en date, publiée dans un congrès sur l’énergie il y a quelques mois, par le groupe indépendant allemand “Energy Watch Group”: http://www.energywatchgroup.org/Oil-report.32+M5d637b1e38d.0.html

    • @ ducalme

      Merci pour ses chiffres. Hélas, le monsieur fait des calculs sans grand intérêt, et il l’admet lui-même: “The last time I did this much arithmetic was when I was figuring out batting averages for my seventh-grade gym class.”

      Par contre il donne une solution qui enfin relancera la campagne quand, vers la mi-juillet, on en aura tous marre de spéculer sur l’allégance des 40 SD restants ou sur les décès ou maladies qui pourraient faire basculer le scrutin au dernier moment: “At that point, maybe the best solution would be for the supers to abstain on the first ballot in Denver and then everybody can have a free-for-all.”

    • @ conscioussoul

      Bon Matin Monaieur,

      Vous dites que : Présentement, nous consommons littéralement 10 unités de pétrole pour chaque unité énergétique de bouffe produite. Et je suis d’accord avec cette phrase car le mot ‘’Présentement’’ y est..
      Toutefois, cette situation est nouvelle (25-50 ans) et confinée majoritairement au niveau des pays développés. Il est certains qu’avec la mondialisation a fait que dans certains Pays d’Afrique qui étaient auto-suffisant en nourriture (grâce entre autre à l’agriculture locale adaptée au sol et au besoin de la population), sont devenus exportateur de coton, café, cacao, bois, etc., (Économie d’Exportation de denrée non nutritives) ou exportateurs d’une grande portion de leurs ressources alimentaires (Poissons, grains fruits, légumes, etc.,) par l’appropriation de terres dédiées à des cultures d’exportation et pour les ‘’besoins et goûts’’ des pays développés. Ce faisant, ils sont devenus importateurs de denrée de base (grains, riz, etc.,) ce, au détriment de l’agriculture locale (main mise sur les terres agricoles, sur la ressource halieutique (poisson), sur la capacité de la forêt à offrir de la nourriture par la déforestation).
      Là où je ne suis pas en accord avec votre énoncé, c’est sur la phrase : Rareté de la ressource = rareté de la bouffe = famine. Dans le système actuel oui et même à cela il faudrait y ajouter rareté dans la diversité des produits alimentaires non locaux. Ex. : Regardez les tablettes des supermarchés et voyez l’offre de produits venant de l’extérieur au détriment du local. Cette offre de l’extérieur a augmenté depuis les 25-30 dernières années de façon inimaginable. Là où on avait les produits locaux et saisonniers (maïs à la fin de l’été, petits pois, carottes, navet, choux, patates, fèves, etc.,) on retrouve abondance des mêmes produits mais en provenance de l’étranger auxquels s’ajoutent les produits exotiques. Pour ce qui est des pays émergeants et en vois de développements, une grande portions des produits locaux a été remplacées par des produits d’importations de bases ou non adaptés aux conditions locales. (blés, seigle, riz, etc.,)
      C’est cette tendance qui selon moi ajoute des unités de pétrole à chaque unités de bouffes produites. avec bien entendu, le gaspillage éhontés entre le champs et l’assiette (30à 40% pour certains produits). Gaspillage basé sur l’esthétique (standards de couleur, forme, grosseurs) standard pour passer les étapes des d’usine de transformation. Pertes aux niveaux des étapes de mises en marchés (qui débute par des baisses des prix qui incite le cultivateur à laisser pourrir la récolte sur pieds jusqu’à l’assiette, en passant par les pertes aux supermarchés et dans la manutention.)
      Comme vous le voyez, il y a de la place pour réduire le ratio unité de pétrole unité de bouffe ce, tout simplement en consommant plus local, et en étant moins exigeant sur la variété de l’offre, l’esthétique et le gaspillage (ici c’est toutes les étapes qui ont un examen de conscience à faire). Mais, mise à part le consommateur, je doute fort que les producteurs, distributeurs, grossistes et transformateurs face cet examen s’ils ne sont pas mis au pieds du mur par une modification des habitudes des consommateurs.

      Bon matin encore

    • à Gilbertduquette et Councioussoul
      bon matin à vous deux. Quelle réveil des neurones. Merci.
      Qui sont alors les Laure Warridel présentement aux USA?

    • @gilberduquette

      “Comme vous le voyez, il y a de la place pour réduire le ratio unité de pétrole unité de bouffe ce, tout simplement en consommant plus local …”

      Il est claire que le fait d’arrêter de transporter la bouffe sur 5000 km va réduire le ratio pétrole / nourriture.. et cependant, je vous signale que le ratio que je mentionne, à 1 pour 10, ne compte même pas le transport!

      “… et en étant moins exigeant sur la variété de l’offre, l’esthétique et le gaspillage (ici c’est toutes les étapes qui ont un examen de conscience à faire). ”

      C’est à dire que si on gâche moins de bouffe, on peut nourrir plus de gens – soit! Mais cela ne change en rien le fait que le ratio de production (et non de consommation) dépend énormément du pétrole.

      Présentement, la production mondiale totale de nourriture (sans tenir compte de qui consomme quoi ou qui sur-consomme) diminuerait de ** 70% ** si on n’avait plus de pétrole sur la planète. Ça donne une idée du challenge à venir.

      Ceci dit, la famine mondiale, particulièrement dans les pays pauvres, est aussi due au “dumping” forcé effectué par le FMI. Les accords de soi-disant “libre échange” force les gouvernements à accepter les surplus de bouffe à bas prix qui sont écoulés par les pays sur-producteurs (comme les nôtres) et à les écouler sur le marché agro alimentaire, où ils remplacent les denrées locales qui ne peuvent compétitionner. Du coup, toute l’économe locale s’éffondre, les agriculteurs locaux font faillite et leurs champs se sont plus exploités ou finissent rachetés par les multi nationales pour faire des denrées de luxe qui sont exportées pendant que la population meure de faim et ne peut plus être autonome.

      Le problème du pétrole ne fait que s’ajouter à cet état de fait dramatique.

    • Un petit lien vers un article parlant d’Exxon, de ses profits et du fait qu’ils n’arrivent pas à monter leurs profits, malgré la montée incroyable du prix de l’essence: leur action s’est même plutôt écrasée! C’est que du pétrole, il y en a peut-être tout simplement de moins en moins, quoi qu’on en dise…
      http://www.salon.com/tech/htww/2008/05/01/disappointing_exxon/index.html

    • merci Conscioussoul des éclaircissements.

      Bonne soirée

    • Quelques indications additionnelles sur l’origine de la crise alimentaire en afrique et dans le monde, ici: http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2008/04/les-fausses-exp.html

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité