Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 31 mars 2008 | Mise en ligne à 14h51 | Commenter Commentaires (82)

    De l’objectivité de Fox News

    Le gouverneur démocrate de la Pennsylvanie Ed Rendell, supporteur de Hillary Clinton, a vanté ce matin l’objectivité de Fox News dans sa couverture de la course à l’investiture démocrate :


    • Donc, casser Obama en long, en large et en travers, c’est synonyme selon lui, “d’objectivité journalistique”?

      S’il était encore besoin de prouver que Clinton et les Républicains c’est kif-kif /même combat, voilà une autre preuve……

    • J’ai déja dit que Mme Clinton était la plus a droite des démocrates (qui eux ne sont pas vraiment de gauche).. ce qui est bien avec ce genre de déclaration c’est que cela eclaire sur la tendance du prochain président.

    • J’espère qu’il soutiendra l’objectivité de Fox News quand ils se mettront à descendre Hillary. C’est moins sûr aujourd’hui puisque la fin approche pour Hillary.
      Rendell fait juste des calculs politiciens.

    • Monsieur Rendell serait-il pas content que la presse ne se soit pas laissée prendre au jeu du mispoking? Aucune bavure susceptible de relancer l’affaire avec des poursuites et des demandes de rétractation qui auraient aidé grandement le camp clinton, à cause de l’humeur soit disant blessée par des fausses accusations….. La presse a juste dit: Yes she said she “mispoke”. Je le comprend de pas être content, parce que ça n’a pas marché là non plus.

    • Qu’est qu’il y’a d’étonnant à ce que le camp Clinton trouve objectif le seul média qui ne fait pas dé’loges sur la campagne d’Obama.
      Ne dis t’on pas que l’ennemi de mon ennemi est mon ami???
      C’est une réaction d’un camp qui perd pied. C’est peut être pas classe,je vous l’accorde mais ça s’est déjà vu.

    • En politique on dit que les ennemis de nos ennemis sont nos amis !!!
      En voici l`exemple parfait .

    • Ils coonspirent…..

      Hillary va gagner la plupart des prochaines primaires uniquement grâce aux Réppublicains qui se sont inscrits comme Démocrates, notamment en PA….

      Ils ont un ennemi commun….
      Elle a besoin d’eux et ils ont besoin d’elle ….

      Barack est plu que jamais l’homme à abattre……

    • LOL ouu oui, et ils vont même commencer à préparer le trafic des diebold, ces cruelles machines à compter les votes :D

    • Sa blague révèle peut-être sa vraie pensée.

      “You hate both of our candidate”

      mais disons qu’il accordent un traitement particulier à Obama … 8-O
      Après avoir entendu Hillary dire que McCain serait un meilleur président que Obama, plus rien venant du camp des McBillarys ne me surprend !

    • Hors sujet.

      Vous souvenez vous de cette citation de Bill Maher : Hillary, get elected or lie trying.
      On avait tout de suite fait le paralléle avec le titre de 5O cent “Get rich or die trying”.

      Je me demande ce que ce que va trouver Bill Maher maintenant que 50 ne supporte plus Clinton.

      http://politicalticker.blogs.cnn.com/2008/03/31/50-cent-no-longer-supports-clinton/

    • à Hadya
      En tout cas, il y en avait 20,000 qui n’étaient pas des républicains hier sur la pelouse fraîche de l’Université… C’est déjà ça…

    • Lol, W&F, j’étais certaine que si vous étiez dans les parages, vous alliez intervenir lol

      C’est malheureusement la stricte vérité, d’ailleurs n’est-elle pas allée jusqu’à se mettre en relation avec un des principaux acteurs du Monicagate?

    • À mon avis, les gens du camp Clinton ont de plus en plus de problèmes de jugement:

      La Floride et le Michigan (flip-flop);
      L’impossibilité mathématique de gagner et la décision d’aller jusqu’à Denver;
      Le misspoke répété trois fois par Hillary;
      Le fait qu’elle ne paye pas l’assurance-maladie de ses employés parce qu’elle n’a plus assez de fonds;
      Le fait que sa directrice de campagne travaillait pour une des compagnies de prêts hypothécaires reliés aux subprimes;
      http://www.huffingtonpost.com/2008/03/29/clinton-campaign-manager-_n_94064.html
      le fait qu’elle a donné une grande entrevue au propriétaire de journal qui a tout fait pour détruire Bill;
      http://www.politico.com/blogs/bensmith/0308/Scaifes_column.html#comments
      et finalement, cette phrase de Rendell.

      Imaginez ce qu’elle dira quand le téléphone sonnra à 3 heures.

    • Oui oui hadya et ce n,est ce que les journalistes décident de publier, le complot est encore plus profond. N’oubliez pas que c’est aussi la faute des Clinton si on est encore sous la neige au Quebec :D

    • Parfaitement W&F!lol

      Lizzie, même le destin a l’air de se tourner contre elle….De toutes les factures qu’elle n’a pas payées, il a fallu que la plus importante concerne le domaine-phare de son programme : l’assurance-santé…….

      Si j’étais méchante et ironique, j’en rigolerais presque….
      …….Heureusement que je ne le suis pas

    • @Lizzie,

      “Imaginez ce qu’elle dira quand le téléphone sonnra à 3 heures”

      Quand le téléphone sonnera à 3 heures, Hillary ne sera pas la.
      Quelqu’un décrochera et dira : I am Barack Obama and I approuve this message !!!

    • Je viens de voir que 50 Cent viennent de changer pour Barack…..les traitres!

      Je me demande si Elton va finalement donner son concert pour Barack en avril…..

    • @kingyou

      Elle est très drôle! :lol:

    • @Richard Hétu

      N’est-ce pas le gouverneur Rendell qui a déclaré que les Américains n’étaient pas prêts àélire un président afro-américain ?

    • Ed Rendell, encore lui avec sa grosse tête. Ce gars là cherche à tout prix une étincelle pour raviver la flamme de sa candidate presque éteinte. Le même Rendell disait “You’ve got conservative whites here, and I think there are some whites who are probably not ready to vote for an African-American candidate,”.
      http://elections.foxnews.com/2008/02/12/pa-gov-ed-rendell-some-white-voters-not-ready-to-elect-black-candidate/
      Il y a à peine 3 jours, il confirmait cette déclaration sur CNN, arguant, que c’est la pure vérité.
      Remarquer que c’est de bonne guerre de critiquer les médias. Rappelez-vous la dernière fois que Clinton s’est attaqué aux médias, ils ont réagi en lui offrant plus de visibilité et en cherchant plus de bibittes dans la soupe de Obama. Les médias ont déterré les envolées lyriques et extrémistes du fougueux pasteur Wright et les ont matées pendant 2 semaines pour les résultats que nous connaissons.
      Si le Clan Clinton a de la suite dans les idées, d’ici quelques jours, nous devrions voir une nouvelle affaire pouvant écorcher la campagne de Barack dans les médias, gracieuseté d’un inconnu aux médias. Peut-être du genre une video du coiffeur de Barack pissant sur le drapeau américain :-).

    • @ Shadlaw

      Peut-être Rendell parlait-il en connaissance de cause (lui et Mme Ferraro semblent faire partie de cette catégorie d’électeurs qui ne sont pas prêts à voter pour un afro)

    • @ wildnfree

      J’ai aussi entendu qu’Hillary Clinton est impliquée dans le trafic d’organe et la prostitution juvénile…

    • Il dit n’importe quoi sur Fox news mais faut avoue sa voix est style…lol

    • Comme j’y comprends de moins en moins à cette histoire du Texas, quelqu’un peut-il me résumer svp si Barack a définitivement gagné ou s’il faut attendre juin? Merci

    • @ salamalek

      Personnellement, je n’ai aucun doute qu’il y a bien des Blancs aux USA qui ne voteront pas Obama juste parce qu’il est noir, d’ailleurs c’est pas différent de chez nous ici. Il y a également un paquet de Noirs qui votent pour lui juste parce qu’il leur ressemble. Cependant Rendell avance cet élément pour faire déraper la campagne sur la question raciale. Ce qui, de toute évidence, risque de ne pas avantager Barack.

    • @hadya
      Il resterait 67 délégués qui seront distribués au party’s state convention in Austin June 6-7
      LOL Simple la démocratie version démocrate hein ! ;)

    • @Shadlaw

      Complétement d’accord avec cette analyse. Les Clinton savent qu’ils sont en train de perdre la bataille médiatique (fondement de tout succés en politique).
      Ils essaient coute que coute de revenir sous les spotlights. Quite pour cela à sortir des énormités. Ils comptent faire braqer les lumières sur eux et ensuite s’en servir pour retourner les critiques par une habile pirrouette politicienne : exactement comme Obama avec la crise “Wright”. mais comme dirait quelqu’un que l’on connait bien :
      -Not this time
      -Not in this election
      -Not in 2008

    • @kingyou Ecoutez celle-ci

      > Ils essaient coute que coute de revenir sous les spotlights. Quite pour cela à sortir des énormités.

      HILLARY CLINTON TO PENN –
      BARACK OBAMA VOTED FOR BIG OIL
      http://youtube.com/watch?v=kJH0kAg1xTY

    • @ Shadlaw

      J’appuie entièrement votre point. La race joue un rôle positif ou négatif dans l’esprit de bien des gens au moment de forger un jugement, sans que ceux-ci puissent pour autant être catalogués comme racistes.

      Toutefois, utiliser la race d’un candidat (ou encore son sexe) comme un outil politique à son encontre est tout à fait inacceptable.

    • Merci W&F, en gros Barack a gagné mais pas encore lol

      En effet, pourquoi les Démocrates devraient faire simple quand ils ont l’occasion de faire compliqué…..

    • Rendell Says Obama will Win PA in Nov.

      ” … Either one of them is goint to carry the state in the fall.”
      http://youtube.com/watch?v=nE7F56eGIm0

    • @hadya
      Je suis rendu à croire que les comparer aux péquistes est insultant, pour les péquistes, cé tout dire lol

    • Il semblerait que ça grenouille fort chez les démocrates pour qu’Hillary lance la serviette.

      http://www.politico.com/news/stories/0308/9272.html

    • @cameleon,

      Et à mon avis, ce que n’es que le début.

    • Il existe effectivement une grande vague médiatique pro-Obama à laquelle Fox News essaie de ne pas contribuer. Obama, c’est le dernier cri en termes de personalité politique, l’accessoire indispensable de toute conscience vaguement gauchisante et sauve-planète, le iPrez qu’on se promet depuis un bout de temps… c’est sûr que Fox News a résisté. De là à dire que la chaîne est objective… Les autres réseaux font un bien plus grand effort d’objectivité, mais ils quand même embarqué à fond dans l’obamamania et ça se comprend. Qui pourrait leur reprocher d’exploiter le filon, le dernier phenom de la politique, le nouveau JFK/MLK? Pour répondre à ma propre question, Hillary Clinton. Mais seulement parce qu’elle manque de temps. En temps et lieu, la vague pourrait avoir son ressac, peut-être au profit de McCain.

    • Hillary lourdement endettée ne paie pas ses factures. Des compagnies conseillent à d’autres de ne plus faire affaire avec elle:
      http://www.hillaryproject.com/index.php?/en/story-details/cash_strapped_clinton_fails_to_pay_bills/

      Le camp Hillary retire illégalement des fonds aux donateurs:
      http://www.hillaryproject.com/index.php?/en/story-details/clinton_finance_committee_member_leaves_after_unauthorized_charges/

    • Une autre bourde de Rendell (il semble les accumuler aujourd’hui!)

      “Just flip it for a second,” Mr. Rendell said. “Let’s say Senator Clinton was ahead by about 110 delegates and ahead by less than 1 percent of the vote cast, and she and her supporters started to call on Senator Obama to get out. Just picture what the media would be saying. They’d be saying you’re being racist, you’re being everything in the world. It’s nuts! It’s nuts!”

      http://www.dailykos.com/story/2008/3/31/1402/43872/479/487699

    • à lizzie
      autant de farces et attrapes pour relancer sur le sexe et la race,, dans l’espoir que Obama morde… Et le mot d’ordre est:”let it be, madame fait sa course”. Rendell avec son expérience était probablement sûr que ça mordrait. faut croire que la pêche est pas encore ouverte au gros poisson de fond.

    • Mais il est complètement à la masse ce type-là…….

    • @onbo

      Un autre croc en jambe qui n’a pas fonctionné. Elle va en tenter régulièrement, c’est sa seule façon de gagner, qu’Obama trébuche.

    • @lizzie,

      N’avez vous pas commpris que Rendell (et le clan clinton) cherchent à occuper le terrain?
      Entre :
      -Hillary qui rencontre celui qui a révélé le Monicagate et dit qu’elle n’aurait choisi Wright comme pasteur
      -Carville qui traîte Richardson de Juda persite et signe
      -Rendell qui veut absolument réintroduire les considérations racistes dans le débat

      Vous continuez à penser que c’est des bourdes?????

    • @Cheya
      “Le camp Hillary retire illégalement des fonds aux donateurs”
      Ca par contre si c’est vrai, c’est très grave…..

    • @hadya & Cheya

      En effet c’est très grâve !!! D’autres détails:
      http://bluejersey.com/showDiary.do;jsessionid=068607F854A2992DA1EB7D9F5642FFCC?diaryId=7104

    • :oops: … grave …

    • Si c’est vrai, c’est du vol! 8O

    • @pierrea. Comme à l’habitude, j’aime bien vos analyses et, comme à l’habitude (ou presque), je ne suis pas d’accord avec vous. Voici pourquoi.

      1. Je ne constate aucune « grande vague médiatique pro-Obama ». Pourtant, je regarde plusieurs chaînes. À PBS, la couverture médiatique est irréprochable et mesurée. À CNN, on invite toujours des pro-Obama, pro-Clinton et pro-McCain à débattre. Si vague il y a, elle réside dans la fascination qu’exerce la course démocrate et bien moins dans la personne d’Obama. Je n’observe pas non plus le phénomène, auquel vous faites référence, dans les trois grands réseaux (CBS, NBC et ABC). La seule exception pourrait être MSNBC et encore.

      2. Quand vous dites que Fox essaie de ne pas contribuer à cet effet de vague pro-Obama, faut-il encore que cet effet de vague existe. Je le constate de fait dans une partie croissante de l’électorat et non dans les médias électroniques. Et je ne parle pas des médias de la presse écrite qui ne font de cadeaux à aucun candidat même si McCain – bien plus qu’Obama – est plutôt épargné par les médias.

      3. De fait, les médias électroniques continuent de parler d’Obama et de son ex-pasteur; cela en devient presque une obsession en plus de se faire au détriment de discours importants qu’Obama a prononcé sur l’économie et la politique étrangère. On repassera donc pour l’effet de vague.

      4. Vous semblez voir en Obama un effet de mode et un phénomène plutôt superficiel. Si oui, je pense que vous faites fausse route. Obama est vu comme le plus important agent de changement parmi les trois candidats en lice. Gauche ou droite, blanc ou noir, villes ou régions, hommes ou femmes, son discours va au-delà de toutes ces contingences car il a pour objet d’unir le peuple américain et de lui proposer une nouvelle vision pour le XXIe siècle. Plusieurs politiciens, tant démocrates que républicains, l’ont bien constaté. Obama n’est pas une coquille vide ou un accessoire, comme vous l’affirmez, mais le Bill Clinton de 1992 revu et amélioré. C’est du moins mon opinion qui est partagée par nombre de commentateurs, qu’ils soient républicains et conservateurs ou démocrates et libéraux.

      5. Quant aux chances d’Obama contre McCain, si Obama était désigné le candidat de son parti et s’il pouvait disposer d’un peu de temps, une victoire démocrate serait possible, et ce bien plus qu’avec Clinton, à mon avis, surtout à la lumière des derniers événements.

      Bonne soirée à vous.

    • @Ankh

      1. Je n’ai pas dit que les grands réseaux étaient foncièrement pro-obamistes, mais il reste qu’ils n’échappent pas au phénomène médiatique qu’est Obama. En 1979, les médias sont tombés en amour avec Reagan et je vous assure que tous les chefs de nouvelles faisaient un grand effort d’objectivité, C’était tout simplement dans l’air du temps. Aujourd’hui, c’est Obama. Elle a la cote, le cool, le sexy qui va avec le rôle de nouvel espoir de la nation, qu’Obama a tant travaillé à incarner. Peut-être que vous ne vous en apercevez pas parce que vous êtes déjà séduit?

      2. Une vague dans l’électorat a le plus souvent tendance à se refléter dans les médias, et vice versa!

      3. Les médias parlent encore de l’affaire Wright? Ce n’est pas une preuve qu’il n’y a pas de vague obamiste dans les médias. Quand je dis qu’il y a vague, c’est dans les limites de la profession et de l’industrie – ils ne peuvent pas tous faire comme Fox, du parti pris gros comme ça. Mais il y a une sympathie plus subtile… qui de toute façon peut rapidement se transformer si le nouvel espoir de la nation n’est pas à la hauteur.

      4. Y a pas à dire, vous en pensez beaucoup de bien. Mais on ne peut pas faire abstraction du fait que cette réputation repose davantage sur son image magistrale que sur ses réalisations réelles. Quant au fait que 36 commentateurs sont plutôt d’accord avec vous, rappelez-vous GWB après le 11 septembre, tout le monde dans la presse était d’accord. J’étais sceptique. Je le suis aujourd’hui à propos d’Obama, le nouveau rassembleur. Il y a d’ailleurs un lien entre les deux phénomènes. Bush s’est présenté comme un guérisseur et un protecteur et a été celui qui a pratiqué la première intervention auprès du peuple traumatisé. Obama est vu comme celui qui va faire l’intervention corrective, et rassemblé de nouveau l’Amérique. C’est dans l’air du temps, mais je ne crois pas que ce soit ce dont l’Amérique a vraiment besoin.

      5. Bien sûr qu’il faut battre McCain et qu’Obama est à présent mieux placé. Ça n’a pas toujours été vrai et peut-être qu’il va en arracher en fin de compte. Nous avons encore bien des mois à discuter de tous les enjeux en cinq points.

    • @pierrea

      Je suis d’accord avec vous pour dire que les journalistes (des citoyens intellectuels) sont tombés sous le charme du message de changement. Par contre, comme on le dit, l’habit ne fait pas le moine et Obama a bien plus que l’habit.

    • @pierrea. Excellente analyse, en passant. Alors, voici ma réponse.

      1. Vous parlez clairement d’une grande vague médiatique pro-Obama. Ce que je constate et je le répète, c’est un intérêt presque inédit sinon une fascination réelle pour la course démocrate, et ce dans tous les médias. Tant Obama que Clinton concourent à ce phénomène. Un homme de couleur et une femme, c’est du jamais vu. Et c’est aussi dans l’air du temps. Vous comprendrez que j’analyse la situation dans son ensemble et que je ne cherche pas à la limiter à la seule personne d’Obama. Et c’est aussi ce que les médias s’emploient à faire, à mon avis. N’oubliez pas une chose : je suis politologue et membre d’aucun fan club; et c’est à titre de politologue que j’étudie la situation.

      2. Le travail des médias est de rendre compte de la vague dans l’électorat et non de l’endosser ou de l’approuver i.e. de prendre position, à l’exception des invités de l’un ou l’autre camp. À cet égard, je pense que les médias font du bon travail dans des circonstances qui sont tout à fait exceptionnelles.

      3. Sympathie plus subtile des médias? Cela est possible, j’en conviens. Mais il y a une marge entre grande vague médiatique pro-Obama et sympathie plus subtile, vous en conviendrez.

      4. Je n’ai bien sûr jamais cité le nombre de commentateurs sensibles au discours d’Obama. Ce que je constate, c’est qu’il existe un nombre croissant de commentateurs qui sont sensibles au contenu du message d’Obama de même qu’à sa forme. Il y en a aussi qui y sont réfractaires pour d’autres raisons. Et c’est sain pour la démocratie. Réalisations ou expérience? Une fois encore, c’est un faux débat, à mon avis. Quelles réalisations importantes JFK ou FDR avaient à leur actif avant d’accéder à la présidence? Presque rien de significatif. Tout comme Obama. Vous vous attardez à l’image d’Obama, alors que moi je cherche à voir le contenu qui se profile sous cette image et en quoi ce contenu pourrait faire avancer ce pays. Bien sûr que l’image est importante. FDR avait du charisme et JFK encore davantage, mais c’étaient aussi des politiciens de contenu. C’est pourquoi je ne comprends pas cette engeance à ne presque rien accorder à Obama sur le plan du contenu. Quant à ses réalisations, je vous invite à consulter ce lien. Vous constaterez qu’elles sont assez impressionnantes après 3 années passées au Congrès : http://obama.senate.gov/issues/ Contrairement à vous, je pense que l’Amérique a grand besoin d’Obama et d’un nouveau cadre de référence pour le XXIe siècle, comme le disait le sénateur républicain Chuck Hagel à propos d’Obama vendredi soir dernier à Charlie Rose.

      5. Du temps? Ça oui, nous en aurons beaucoup devant nous.

    • @Cheya

      Cet habit-là est très, très grand. Gigantesque même. Qu’Obama soit un bon candidat comme prochain président, je le crois. Qu’il va être un grand président ou un grand homme, ça reste bien sûr à concrétiser.

    • Dernière de Clinton: Obama, puisqu’il aimerait que la course se termine, ne veut pas que les électeurs des dix prochaines primaires votent.

      Je me demande si elle avait gagné le 5 février si elle aurait voulu que le vote se poursuive,

      Aussi, quand elle veut que les SD lui accorde la candidature, est-ce qu’elle considère que le vote des simples électeurs est important?

      http://thepage.time.com/pool-report-on-clinton-interviews/

    • @Ankh

      C’est sûr que les manifestations d’une vague dans la presse vont être plus subtiles qu’ouvertes. Il en va de la crédibilité de l’organe. Mais à cette échelle, c’est bien un vague. Vous qui êtes politologues, ne vous intéressez-vous pas au rôle des médias et à leur apport considérable? Je ne crois pas que les médias font simplement rendre compte. Ils participent au rituel, et amplement à part ça. Ce qui ne les empêche pas de faire leur travail, mais ça l’oriente, quotidiennement et au fil de ce qui devient reportable de jour en jour. Nous sommes d’accord sur le fait qu’ils font de l’assez bon travail – dans les circonstances.

      Enfin, la grande différence entre Roosevelt et Kennedy, et Obama, c’est que les deux premiers n’ont pas été mis en marché avec autant d’insistance comme des grands hommes avant même leur rendez-vous avec l’Histoire avec un grand H. Oui, Kennedy se présentait comme l’homme d’un ère nouvelle, mais avec Obama on a atteint une nouvelle norme de mise en marché. Obama a le mérite d’avoir soutenu toutes ces comparaisons, qui auraient sûrement été ridicules chez un homme moins crédible que lui. Mais voilà, l’Histoire reste encore à faire et je suis encore parmi les sceptiques qui osent résister.

    • On atteint un sommet dans la mise en marché. On ne pourra jamais recommencer à distraire la population de ses vrais problèmes pendant deux ans. en faisant miroiter ce qui viendra APRES. Les prochaines élections devront donc se faire autrement. Une autre démocratie… ou pas de démocratie http://nouvellesociete.org/6.html

      Pierre JC Allard

    • cette course est finie, en ce qui me concerne, la vague Obama est en train de faire s’échouer le bateau que Bill a monté à Hillary, ou qu’elle s’est monté elle-même, au choix, reste qu’à mon appréciation, on en est rendu à couper les cheveux en quatre pour rendre cette course plus intéressante qu’elle ne l’est amplement déjà.

      je vois que Sullivan prend une semaine off, de même que quelques autres chroniqueurs(euses) sur The Atlantic, on sent un épuisement, un trop plein d’informations à digérer, analyser, les stratèges des deux camps sont déchainés, les sites comme politico et le présent blog rendent addict, on fait une surdose d’informations, sorry, don’t compute, merci pour les intermèdes genre cohen.

    • @pierrea. Un échange intéressant décidément. Alors voici.

      Je crois plus juste de parler d’une sympathie plus subtile des médias car l’objectivité est un leurre. Nous sommes humains après tout. C’est pourquoi je qualifie la couverture des médias d’honnête dans l’ensemble et non d’objective. L’effet de vague que vous mentionnez, dans les médias, ne représente pas, à mon avis, une vague pro-Obama. On s’enthousiasme, à juste titre, devant deux candidats exceptionnels et de leur contribution respective au débat démocratique, mais les médias gardent largement leur sens critique. Tout le contraire des lendemains du 11 septembre où les médias ont plongé tête baissée dans un rare unanimisme qui a desservi tout le monde finalement. Patriotes avant d’être des médias. C’est bien pire qu’une certaine forme de préjugé favorable subtil. Là on pouvait parler d’une vague : une vague d’abandon de tout sens critique et du devoir des médias d’informer même si, bien sûr, ils choisissent trop souvent l’information la plus croustillante et la plus vendeuse au détriment d’un contenu plus solide, mais aussi plus aride. Disons que les critères ont bien baissé depuis Edwin R. Murrow, l’un de mes héros.

      Je connais peu l’historique de l’ascension de FDR, mais un peu mieux celui de JFK. Ce dernier fut mis fortement en marché, mais avec des méthodes bien différentes de celles d’aujourd’hui, c’est sûr. Plusieurs commentateurs ont convenu que Nixon avait gagné ce fameux débat présidentiel en 1960, mais sur le fond et non sur le plan de l’image qui jouait déjà fortement en faveur de Kennedy. Sans compter sa superbe femme et ses deux beaux enfants. Si JFK avait vécu aujourd’hui, il aurait à n’en pas douter soulevé la même ferveur qu’Obama dans l’électorat et le même intérêt dans les médias. Autres temps, autres mœurs, mais le fondement demeure le même. On veut se créer des héros. On pourrait d’ailleurs écrire une thèse là-dessus.

      Tout à fait d’accord avec vous qu’Obama devra faire ses preuves pour autant qu’il en ait l’occasion. FDR a fait des erreurs (ex. : sa volonté de nommer davantage de juges à la Cour suprême) et JFK aussi (ex. : la Baie des Cochons). Obama en fera assurément. Ce n’est pas souhaitable, mais c’est prévisible. Le sénateur Hagel disait vendredi qu’Obama, s’il devenait président, ferait face aux défis les plus exigeants qu’un président ait connu depuis longtemps tout autant en matière de politique intérieure qu’en matière de politique étrangère. Il devra bien s’entourer et il a déjà démontré qu’il privilégie la compétence à la loyauté. Et c’est bien connu qu’en politique, les meilleurs attirent les meilleurs. Pensons au cabinet de JFK.

      Je vous invite à résister et à continuer de montrer un sain scepticisme. Cela vous étonnera sans doute, mais je partage votre scepticisme. Je ne vois nullement Obama comme un messie ou un sauveur. Cependant, la population ne semble pas très bien faire la part des choses avec cet être exceptionnel. Il en aura donc plein son assiette et il y a le danger réel qu’il déçoive les attentes. C’est pourquoi Obama a l’honnêteté de répéter sans arrêt dans ses discours que la route sera très difficile et semée d’embûches. De fait, je le crois bien plus réaliste et pragmatique que la vague électorale qui l’appuie et que, visiblement, il redoute un peu.

    • «Fox News» et «objectivité» sont deux mots qui ne vont pas ensemble. En plus, ce sénateur démocrate vante la station de télévision qui est la plus vendue aux intérêts du Parti républicain. Mais, à quoi croit-il???????

    • à Lizzie
      Si c’est vrai, je dirais même, c’est de la subornation. Lol
      http://bluejersey.com/showDiary.do;jsessionid=068607F854A2992DA1EB7D9F5642FFCC?diaryId=7104

    • Cette affirmation du gouverneur Rendell perd toute crédibilité en étant annoncé à la chaîne même qu’il complimente…Ça ressemble plus à de l’infopub… Justement, des Edwin Murrow, on en trouve bien peu à chaque époque , peut-être Charlie Rose à notre époque? Il est de meilleur ton aujourd’hui de mettre un peu du sien dans l’interprétation des faits et des événements que l’on présente, tout le monde a son petit côté columnist…

    • @Pierra
      vous n’êtes pas le seul sceptique…….
      je vous rejoins un peu. Certes Obama a du contenu mais ce contenu ne fait écho que parce que c’est lui. son contenu n’a rien d’extraordinaire et ne se distingue pas tellement de celui de sa rivale….Donc pour se départir, il fallait rendre le contenant plus attrayant, beaucoup plus attrayant même.

      Il y a eu un très gros travail marketing qui s’est effectué, les sorties des livres (même les titres des livres sont assez évocateurs), les parutions dans les magazines,dans les show télé,…..
      Il ne s’est pas présenté comme un politicien, il s’est présenté comme le gars qui n’était pas comme les autres..les gens adorent les outsiders.
      la première année de sa campagne a surfé justement sur cela.
      Ce n’est que depuis le début de cette année que sa campagne est effectivement en mode politique vraiment. avec des bonnes tactiques. mais le gros travail était déjà effectué, rassembler le maximum des personnes, ces personnes restent et entrainent les autres au vu du contenu qui s’avère bon.

      J’admire vraiment toute l’équipe de Obama. Ils ont su avoir le pouls de la population et lancer le message que tout le monde attendait (et le plus merveilleux est que ce n’est pas uniquement la population des EU qui se retrouve dans ce message). Lorsque l’on attend les mots changement, espoir emballés et exprimés avec force et énergie par un politicien (pas un des chanteurs Beatles), on ne peut pas détourner les yeux du porteur du message.

      Ce qui me fait peur lorsque j’observe tout cet engouement, est que l’on finisse par substituer le message au messager: changement et espoir ne peuvent avoir de sens que par Obama; la ferveur du changement ne se résume qu’à la ferveur de Obama….

      Ce serait dommage car, il est souhaitable que cet intérêt soudain de la politique par les jeunes se maintienne, que ces foules de gens continuent de s’interroger sur la politique, que des jeunes gens inspirés par Obama s’engagent dans les sphères politiques (municipales…..nationales) ou dans des actions communautaires (car le changement même à plus petite échelle on peut y parvenir);
      ce serait dommage car dans 4 ans, 8 ans, ils risquent fort de rejoindre la forte majorité des gens déçues par les politiciens.

    • @pierrea & moonalex

      Je partage aussi un peu votre scepticisme, dans le sens ou, n’ayant pas fait ses preuves, nous ne saurons vraiment si Obama est à la hauteur des ambitions qu’il sait susciter chez ses partisans.
      Et vu qu’il fixe la barre très haute, il est fort probable , à mon sens, qu’il ne pourra probablement pas satisfaire les attentes peut-être irréalistes qu’il aura suscité.

      Mais en même temps, je croit en son honnêteté et à l’authenticité des ses convictions, et pour cela je serais très curieux de voir ce qu’il pourra (ou voudra) faire justement. Je crois qu’il y aura inévitablement un certain désenchantement mais je suis convaincu que le jour de l’élection de Onama, la perception des USA dans le monde changera dramatiquement et un vent d’espoir soufflera chez nos voisins du sud et aussi dans le monde.
      Seront nous déçus ? On pourrait répondre: cela dépend de vos attentes …. et de Obama .

      Moonalex a raison de souligner l’habileté du clan Obama qui ont su présenter et emballer le ‘produit’ de manière brillante (les campagnes ne sont pas devenues un peu (beaucoup) des campagnes de marketing) et ont su utiliser à bon escient le charisme et le pouvoir d’attraction de Obama pour réunir une coalition arc-en-ciel et particulièrement beaucoup de nouveau participants.

      Je crois d’ailleurs que ce taux de participation record chez les démocrates est l’un des atouts majeurs qui donnera la victoire à Obama et aux démocrates en novembre.

    • @kingyou
      Merci pour le lien sur 50 cennes!
      Je pense que c’est un tant soit peu significatif tout de même.

    • De l’objectivité de Fox News…
      à… Tètage du gouverneur Ed Rendell.
      L’aile républicaine du parti démocrate lèche les bottes du plus conservateur des réseaux de l’histoire des USA.
      Un autre haut fait Clintonnien, Bravo!

      @tous
      Vous connaissiez Bluejersey.com ?
      Ceux qui parlent d’éventuels retraits sans autorisation?

      Sont-il crédibles?

    • Vous avez raison tous et chacun, votre propos rejoint les pensées qui me viennent souvent. Une chose cependant demeure derrière la scène qu’on voit et qu’on vit de jour en jour, au delà des thèmes présentés et discutés.

      Il y a marketing sociétal, c’est évident. Il y a aussi un espoir soulevé, Obama saura-t-il le satisfaire? Cet espoir sera-t-il soutenu et redescendra-t-il jusqu’à la base une fois l’élection achevée et la poussière retombée? Ne restera-t-il que de la place pour le désenchantement..? autant de questions absolument pertinentes.

      Ma vision de tout cela est la suivante: Je vois cela organisé comme un match de football. Les GOPs vs DEMs. Le président élu sera le quart arrière pour 4 années. Cela suppose donc une équipe. Cela suppose un manager, un entraîneur, des conseillers, des soigneurs, etc. et bien sûr des joueurs. Ils sont quelques centaines de millions qu’on invite cette fois à jouer, à participer.. Rien n’empêche, et je pense que c’est là la stratégie jamais jusqu’à maintenant adoptée, d’oser, et le yes we can en témoigne, de proposer la nouvelle manière de faire. FDR a lancé le New Deal pour sortir de la crise de 1929 et cela a marché. Pourtant la situation était infiniment pire que maintenant. Pour toutes sortes de raisons. Par contre les difficultés d’aujourd’hui tiennent davantage au scepticisme et à la culture de l’individualité, pas nécessairement de l’individualisme, mais de ce vouloir qu’a chacun de prétendre trouver les solutions pour les autres par lui-même, alors qu’au mieux, en cas de réussite, quel plaisir y a-t-il à procurer seul la prospérité à tous les autres… pauvre sauveur en effet.

      Reagan s’est fait élire à partir d’une proposition qu’on disait sortie toute fraiche de Hollywood: un producteur, un metteur en scène, une vedette, un programme à l’affiche, une scène intérieure, une scène extérieure, etc.

      Ici, c’est différent. Sous cette dimension figurative inaugurée avec succès par Reagan, maintenant se profile une compréhension plus vaste et immédiate du besoin d’organisation sociétale, parce que ceux qui votent sont aussi ceux qui jouissent ou qui subissent. Devant cette évidence et aussi grâce aux avancées immenses de la technologie, il est maintenant possible que chacun participe à l’acte politique. Autant y adhérer, car est justement là autant la question que chacun se pose que la réponse aux questions que se posent les autres. Il suffit en effet de taper une question sur google pour être instantanément sur la piste d’une réponse. Imaginez maintenant un quart arrière le moindrement bien entouré…!

      Une autre dimension est que les décideurs n’ont justement plus d’autre choix du fait qu’il n’y a plus de cloisons étanches. Tout citoyen devient un participant du seul fait qu’il observe et vice versa. Tout mot écrit ici engendre des réactions tout partout et imprévisibles. Autant dire alors: let it be! et procéder par multiples petits ajustements continus plutôt que par grandes révolutions titanesques. Le chemin se fait maintenant en marchant, comme dit Desjardins.

      Mon dernier point est que il faut aussi voir la nomination d’un chef quel qu’il soit comme un “catalyseur” simplement pour être sûr de ne pas être déçu. Le catalyseur, disons que ce serait Obama, bon. Mais la réaction thermo-nucléaire qu’induira ce catalyseur, c’est de nous qu’elle dépend, puisque c’est nous qui sommes les noyaux de pensée et de décision, parce que nous sommes libres de dire et de faire, d’avancer ou de bloquer. Si bien que si les noyaux de notre pensée refusent que l’atome de notre être avance, il n’y aura jamais cette production d’une énergie exothermique susceptible de générer de la puissance utile pour soi ou d’autres pays. Au contraire, nous allons nous replier sur une réaction endothermique qui nécessitera qu’on nous vienne en aide alors que nous avions tout pour réussir.

      Voilà ma conclusion de maintenant, une équipe de football désire vaincre sur son adversaire, cela veut dire plus de points pour elle et plus de revenus et de gloire pour ses joueurs. Mais une équipe politique, désire gagner et réussir, c’est à dire procurer la plénitude politique si satisfaisante aux yeux de ses citoyens et la prospérité économique pour ses gens. Point n’est alors question de combattre des “ennemis” ou de gagner des guerres si ce processus de remise de la confiance en soi entre les mains de chacun est partagé. Il suffit de protéger et prendre soin des siens tout comme de ses amis et de ses autres frères humains.

      Voilà ce que je croyais entre autre lire dans les bons sentiments qui animaient vos commentaires. Pierrea, Moonalex, Cameleon. À vous une excellente fin de soirée.

    • Que ce soit Obama, Clinton ou McCain, pourront-ils, voudront-ils défaire ça:

      http://www.voltairenet.org/article156226.html

    • @andan

      Obama parle de fermer Guantanamo, de rétablir l’habeas corpus, mais ne va pas dans les détails pour ce qui est des multiples dispositions du (so-called) ‘Patiot Act’ qui empiètent sur les libertés civiles. A-t-il jamais mentionné qu’il allait abroger cette loi ?

    • @onbo De la musique à mes oreilles vos mots … encore une fois … Attendez …
      Oui ! … presque aussi belle que celle-ci …

      J.S.Bach concerto for 4 pianos BWV 1065 PART 1
      http://youtube.com/watch?v=y1ZKAnUIDg4

      Vous savez ce que j’aime de vous … c’est que vous savez faire la synthèse des choses et de nous les montrer sous un coté ‘ensoleillées’
      Merci cher ami … :-)

    • @Ankh

      Au sujet de la comparaison avec Roosevelt et Kennedy, il faut dire que si l’hypermédiatisation permet aujourd’hui à Obama de se mettre en marché comme un grand homme en un temps record sans que personne ne se mettre à faire des I-knew-Jack-Kennedy-and-you-sir…, elle est également beaucoup plus exigeante pour le candidat. Si Kennedy faisait campagne aujourd’hui, il est fort probable que ses aventures extraconjugales se retrouveraient dans la presse et que certaines de ses histoires seraient mises en doute. N’est-ce pas étrange de constater que le mode médiatique d’aujourd’hui aurait pu nous priver d’un grand homme? Ne craignez rien, je n’entreprendrai pas de parallèle avec ce qui arrive à Clinton.

      @Moonalex

      Je me doute bien que vous êtes une sceptique et d’ailleurs vous l’êtes très intelligemment, l’un des rares participants à avoir vaillamment résisté à l’énorme pression Obamiste qui anime ces pages.

      @.cameleon_

      Eh oui il est dans l’intérêt d’Obama et de ses supporters de faire diminuer un peu les attentes dès maintenant pour ne pas trop décevoir plus tard. Avec l’Irak, l’économie, le changement climatique, le système de santé, changer Washington etc. il a déjà tout un programme.

    • @_Cameleon_

      « Le chemin se fait maintenant en marchant, comme dit Desjardins. »

      Onbo disait vrai. Finalement, même cette loi inique du « Patriot Act » peut être utilisée pour démasquer et punir ses criminels auteurs.

    • @andan & onbo

      Vous savez ce que je leur souhaite (et à nous aussi) c’est de réaliser que l’harmonie est le but ultime …
      Comme ce bon vieux JSB nous le démontre de manière éloquente ici, avec huit mains et quatre pianos:

      J.S.Bach concerto for 4 pianos BWV 1065 PART 2
      http://youtube.com/watch?v=JXHDbmnfTRg

    • je a n-l uc p ro u xl je vous trouvais insignifiant mais maintenant que vous dites des folies sur les dretistes je vous trouve fin, bon :!:

    • @pierrea. Je prends connaissance de votre message, alors que je viens de visionner un film bouleversant : The Children of Men avec Clive Owen et Julienne Moore. Des images et une histoire qui me hanteront longtemps. Un futur possible, malheureusement.

      Pour revenir à votre propos, vous soulevez un point tout à fait pertinent qui complète en quelque sorte mon analyse en plus de l’enrichir. De nos jours, les médias sont trop souvent des fossoyeurs de politiciens. Vous avez raison : je crois bien que les aventures extraconjugales de JFK auraient fait la une des journaux contemporains, malheureusement. Elles ont presque tué Bill Clinton.

      Les médias devraient avoir un devoir de réserve sur ces questions et du moins tracer une ligne entre vie privée et vie personnelle. Je puis me tromper, mais je crois que l’électorat en a soupé de ces histoires de mœurs. Elles sont tellement courantes (Spitzer, le maire de Détroit et le nouveau gouverneur de New York à quelques semaines d’intervalle, tout de même) qu’elles en deviennent presque banales et n’intéressent plus personne; enfin, tôt ou tard, elles n’intéresseront plus personne. De toute manière, la politique c’est une grande pute, je veux dire un milieu où tout le monde couche avec tout le monde. J’exagère à peine.

      Il reste très peu de grands journalistes ou du moins des journalistes qui s’en tiennent aux enjeux réels. Charlie Rose est l’un des seuls à garder le fort du vrai journalisme d’information. Je hasarde l’hypothèse suivante : il se creusera un fossé de plus en plus grand entre les médias et l’opinion publique si les médias ne font pas gaffe. Plus encore, le cynisme qu’on entretient généralement à l’égard des politiciens est largement attribuable aux médias qui diffusent tous les travers de nos élus bien davantage que leurs qualités. Dieu sait que je l’ai vécu souvent.

      Les médias font très rarement leur autocritique. Ils s’abritent un peu lâchement derrière le droit du public à l’information; un principe important qui devient presque un prétexte. Une information que pourtant ils choisissent eux-mêmes au détriment d’infos parfois plus pertinentes, mais moins vendeuses. À maints égards, les médias sont presque devenus un mal nécessaire au sein de nos sociétés démocratiques. Pourtant, en leur qualité de courroie de transmission entre les leaders en tous genres et la population, ils devraient faire preuve de plus de rigueur, à plus forte raison dans un monde d’information continue. La concurrence féroce qu’ils se livrent entre eux fait en sorte que la une ou le scoop est devenu plus important que la qualité de l’information. Le lien privilégié qui unit les médias à l’opinion publique non seulement n’est pas éternel, mais il devrait inciter les médias à se montrer plus responsables.

    • Petite pause comique:

      Le message d’Obama à Hillary:
      http://fr.youtube.com/watch?v=c8N_VAdYOgU

      Le nouveau jeu vidéo d’Hillary. Ça va faire un tabac aux USA:
      http://www.youtube.com/watch?v=GscDb3W0_5M&eurl=http://www.inpactvirtuel.com/news/23303-Hillary-Clinton-Video-Call-Duty.htm

      L’expérience présidentielle de McCain:
      http://www.youtube.com/watch?v=-vIAfBqWOL4

    • Olbermann a fait allusion aux déclarations loufoques du gouverneur Rendell. Il lui a même décerné le titre de “worst person in the world, reprochant au gouverneur de refuser de voir que la campagne de Clinton est régulièrement salie et ridiculisée par Fix Noise.

    • @Wipood

      En effet, les medias qui rêvaient que cette lutte dure jusqu’en août commencent à changer d’avis…..
      Les audiences baissent car il commence à y avoir une lassitude du public…..
      http://clesnes.blog.lemonde.fr/2008/03/27/3998/

      Pas très bon ça pour Hillary…..De plus, elle risque de subir une autre pression pour se retirer, encore plus forte que celles exprimées jusqu’ici, celle plus subtiles des medias

      @Cameleon
      “Je crois d’ailleurs que ce taux de participation record chez les démocrates est l’un des atouts majeurs qui donnera la victoire à Obama et aux démocrates en novembre.”
      Exactement! Pour la première fois, les primaires aurant marqué le pays et c’est l’une des rares fois où les électeurs de l’après Super-Tuesday peuvent s’exprimer, participer sans avoir l’impression de compter pour du beurre……
      Et cela portera ses fruits en novembre, j’en suis convaincue.

    • @Ankh

      Malheureusement, les gens sont très intéressés aux moeurs des politiciens, surtout aux É-U. On l’a vu avec le gouverneur de New York récemment. La culture journalistique américaine est intensément envahissante. Celles de la France et du Québec sont plus saines mais les choses se sont tout de même gâtée en France récemment. Dans le contexte des É-U, un Robert Bourassa n’aurait probablement pas pu revenir au pouvoir, lui qui avait certains penchants. Et c’est fort déplorable, sauf que si les candidats eux-mêmes se pipolisent à l’extrême, on ne peut pas trop s’étonner que le public soit curieux. C’est dommage, car nous les gouvernés n’avons pas besoin d’un homme ou d’une femme complètement vertueuse pour nous diriger, et ça restreint beaucoup notre choix, sûrement pour notre plus grand mal.

    • Un rapprochement d’Hillary avec les Républicains ?
      Impossible ! Il ne faut pas exagérer.

      Pour une grande majorité de Républicains, le seul nom de Bill Clinton ou de Hillary Clinton est honni. Le nom d’Hillary est prononcé avec le même mépris que celui d’un Ted Kennedy : celui d’une infâme libérale, gauchiste, progressiste, ayant fait des études dans les grandes universités de l’Ivy League.

      En revanche, on ne peut pas dire la même chose en ce qui concerne le nom de Barack Obama qui semble rencontrer une certaine admiration chez quelques uns (son charisme a été remarqué).

    • @Richard
      Je crains une nouvelle controverse vis à vis d’Obama en lisant un article à propos d’un certain Révérend James Meeks.
      Connaissez-vous les liens qu’ils entretiennent?

    • cadman
      Je n’ai pu vous répondre hier soir, j’étais un peu saturé. J’ai cependant jeté un coup d’oeil sur le liens de Caméléon. En une heure vous en faites le tour. Puisqu’il s’agit de personnes qui sont vaccinées et en vue dans leurs milieux, nul doute qu’elles sont capables de de défendre. Elles n’ont pas besoin de moi, encore moins pour jouer leur jeu politique que je subodore. Pour le moment, aucun intérêt de ma part. Hillary perd des adeptes, les Clintons perdent de la faveur, ce serait le sens de cette poursuite. Mais qu’en est-il en réalité de ces confrontations dans la Ivy league? Peut-être rien que de l’esbroufe pour nous amuser et continuer d’attirer l’attention qui s’essouffle sur la primaire démocrate. lol

    • à cadman

      En complément d’information.

      La dame qui dit s’être fait “cuisiner” sa carte de crédit se nomme Kathy Callaghan, graduée de Harvard. Elle était honorée en 2007 parmi le top 100 Irish America…. Hillary Rhodam Clinton (HRC), surnommée Her Royal Clinton’s dans le milieu où elle règne sur tous, aurait souhaité ainsi retenir Callaghan dans sa campagne, où elle travaillait au comité des finances… lieu où elle a découvert qu’on pigeait à son insu tout bonnement dans sa carte visa… Elle se serait rebiffée, puis aurait craint d’être subornée, en raison de ses affinités d’origine. Un premier refus du clan Clinton, puis tout le reste, jusqu’à la plainte officielle à la police qui a mené au remboursement immédiat pour étouffer l’affaire. Elle est passée depuis dans l’équipe Obama.

      J’ajoute un fil de madame Callaghan qui donne à penser que le clan Clinton ne peut plus imposer son omerta. On se souvient que Ted Kennedy a été le premier à prendre sa distance des Clintons.

      “Nick Lento @ Mon Mar 10, 2008 at 20:19:39 PM CDT
      I met Hillary Clinton on the night that I was honored at the annual gala Top 100 in Irish America Award Dinner and Ceremony…I was honored for my work as a clinician and an advocate…(and then some) Samantha Power of Harvard University was also honored…Caroline Kennedy, Tim Russert, John Walsh -America’s Most Wanted, Senator Ted Kennedy, Jack Nicholson, Tom Brady…On and on…There are several categories…For me it was community and health care category.”

      http://bluejersey.com/showDiary.do;jsessionid=068607F854A2992DA1EB7D9F5642FFCC?diaryId=7104

    • À tout vouloir changer, on finit par rien changer !

      Pour ceux et celles qui croient que les américains n’auront plus peur ;
      qu’ils n’auront plus de cartes de crédit overload X 10 ;
      qu’il se passeront de leur dépendance au pétrole ;
      qu’ils décideront que l’économie de l’armement n’est pas rentable ;
      que les Crips et les bloods feront la farandole ;
      que LA RASSA cessera de se promoner avec un drapeau mexicain plutot que celui des USA dans les rues ….

      Je vous souhaite une excellente journée !

    • FOX NEWS objective? C’est la plus grande farçe du monde des média américaines. Fox News est l’outil des Ayatollahs du Nord, aussi extrémistes que ceux du Moyen Orient. Ils prêchent pour leur paroisse et çâ ne répresente pas l’opinion américaine au large, au moins je l’espère de tout mon coeur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité