Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 30 novembre 2007 | Mise en ligne à 13h25 | Commenter Commentaires (31)

    Quand Obama rencontre Bloomberg

    Photo

    Tiens, tiens. Barack Obama et Michael Bloomberg ont pris le petit-déjeuner ensemble ce matin à New York, comme on peut le voir dans la photo ci-haut et le lire ici. Cette rencontre relancera les spéculations sur l’avenir politique du maire de New York, qui prend des leçons privées de politique étrangère, comme je l’ai écrit il y a quelques jours dans ce billet. Se cherche-t-il un candidat à la vice-présidence?

    Récemment, Bloomberg a également rencontré le sénateur républicain du Nebraska Chuck Hagel, critique de la politique de l’administration Bush en Irak. D’aucuns lui prêtent l’ambition de briguer la Maison-Blanche à titre d’indépendant, ce qu’il nie vouloir faire.

    (Photo AP)


    • C’est plus paisible qu’une prise d’otage dans le quartier général du New Hampshire de Hillary !
      http://www.thebostonchannel.com/news/14737866/detail.html

    • Un simple brassage de cartes sans plus. Beaucoup trop tôt pour former un cabinet en tout cas. Si j’étais Hillary, j’offrirais certainement quelque chose à ce Bloomberg avant qu”il ne soit trop tard.

    • Pas un peu tard ?

      > briguer la Maison-Blanche à titre d’indépendant

      Hum … intéressant … mais n’est-il pas un peu tard pour embarquer comme cela dans la course ?
      … à moins bien sûr qu’il s’agisse d’une stratégie pour faire contre-poids a Giuliani … ce qui serait super … ou même nuire à Hillary (?)

      > a move that could irk the Hillary Clinton campaign seeing as, after all, New York is her turf.

    • Toutes spéculations est interdites….mais allons-y de quelques-unes.
      a) Ils s’affichent ensemble.
      b) Ils échangent.
      Obama est celui qui a invité, c’est lui qui paie.

      1- Obama veut savoir à quoi s’en tenir avec Bloomberg.
      2- Obama lorgne le poste de maire de New-York si Bloomberg se présente à la pésidence.
      3- Obama étudie la possibilité d’un ticket Obama/Bloomberg ou Bloomberg/Obama
      4- Bloomberg avait des informations à donner à Obama sur Giuliani.
      5- Obama sollicitait Bloomberg pour du financement.
      6- Obama a une rage de dents et s’informe sur le dentiste de Bloomberg.
      7- Obama veut savoir ce que Bloomberg connaît en politiques internationales pour pouvoir s’inscrire à des cours lui aussi.
      8- Aucune de ces spéculations.

    • Comme *indépendant*, Bloomberg veut simplement se garder des portes ouvertes à la fois chez les Républicains (rencontre avec le sénateur Hagel il y a peu de temps) et chez les Démocrates tout en embêtant par la même occasion madame Clinton avec qui il ne semble pas avoir beaucoup d’atomes crochus. Bloomberg est une girouette politique (Républicain…Démocrate….Indépendant…) qui peut se permettre de faire cavalier seul grâce à sa fortune. Mais je doute fort qu’il ose faire le saut comme indépendant cette fois-ci ni même jamais. Il semble cependant être un fin renard et qui sait ce qu’il nous réserve dans les prochains mois.

    • Le spin doctor de la campagne d’Obama a décidé que vendredi était un excellent moment pour passer le *social* partout dans les médias puiqu’il n’y avait aucune annonce purement politique à faire afin de garder le focus sur lui !

    • C’est une illustration de plus que ce qui motive ces gens-là c’est le pouvoir, le prestige et l’argent, pas les principes, les convictions ou les services à la population.

    • C’est sûrement un partisan de Ron Paul qui tient les pro-Clinton en otage….ça ferait tellement l’affaire de cette gang de Mondialistes d’arranger quelque chose pour discréditer Paul.

    • Mois, j’ai de la misère avec la facon faire américaine.

      d’un côté il y a la droite de l’autre un autre genre centre droite ou est la gauche dans tout ça ?

      Pourquoi tant de temps pour une élection ici sa dure max 37 jours au fédéral, 31 au provincial et pis on choisi ce qu’il a au menu.

      Éclairé mois svp.

      Alain Lacasse.

    • Corrigez-moi si je me trompe, mais je crois que les cicatrices du “McCartisme” sont encore trop récentes pour que quelqu’un ose s’afficher ouvertement comme “de gauche” aux États-Unis. De plus, la mentalité étatsunienne en termes de politiques (économiques surtout) n’est pas aussi polarisée que dans d’autres pays du monde.

      Le libéralisme économique et le capitalisme ont été des chevaux de bataille politiques durant toute la guerre froide et l’ennemi de gauche a été démonisé à outrance. Ce sont des choses qui vont prendre du temps à s’équilibrer…

    • Comme le titre de l’article le mentionne, l’objet de ce petit-déjeuner est ”Anyone’s Guess”.

      Si M. Bloomberg sonde le terrain en vue d’une éventuelle candidature à titre d’indépendant, il aura certes d’autres rencontres avec des candidats à la présidentielle, ce qui pourra l’aider à décider de faire le saut ou non. En tel cas, il se devra d’être réaliste car il n’a aucune chance de remporter la présidentielle comme indépendant.

      S’il est aussi ”girouette” (ouf, nous ne sommes pas à l’Assemblée nationale du Québec! Je puis donc écrire ce mot.) que certains le prétendent, il hume peut-être le vent pour voir de quel côté il souffle le plus fort. Il pourrait donc s’ensuivre qu’il ”bouge” du côté où il aurait le plus de chances de se positionner avantageusement. Ex. : co-listier de Barack Obama sur le ticket démocrate. Mais j’anticipe, bien sûr.

      Chose certaine, en politique il est rare que de tels gestes soient anodins. Je pense qu’il y a eu un peu de ces deux scénarios plausibles dans le geste de Bloomberg. De chercher, d’une part, à voir si sa candidature comme Indépendant serait réaliste en regard des forces en présence. Avec cependant le bémol d’une défaite assurée.

      Et, d’autre part, de se joindre au candidat le plus susceptible de faire un bon bout de chemin.

      En définitive, it’s anyone’s guess en raison des infos fragmentaires dont nous disposons. Si M. Hétu peut nous partager d’autres ‘’signes” de cette nature, cela enrichirait d’autant le débat.

    • En 1992, Ross Perot, milliardaire aussi, évidemment, s’est présenté à la Présidence come indépendant. IL MENAIT DANS TOUS LES SONDAGES quan il a retiré sa candidature. Plus tard, il a dit que l’on avait menacé de tuer sa fille. Les élections américaines sont un spectacles pour amuser le peuple. pas question qu’une VRAIE alternative soit proposée. Bloomberg ferait un excellent candidat républicaiin. Étant Juif, il y a encore des préjugés qui lui nuiraient, mais si l’autre candidat était une femme ou un Noir… Là, ça pourrait aller. Ouf ! Elle va couter cher, celle-là…

      http://nouvellesociete.org/5174.html

      Pierre JC Allard

    • Allons, allons… Si Bloomberg et Obama avaient à se parler, ils se parleraient et personne n’en saurait rien. S’ils se rencontrent, c’est parce qu’ils ont, l’un comme l’autre, un intérêt a ce que les médias rapportent qu’ils se sont rencontrés. Quoi ? Leurs machines électorales respectives ont dépensé des millions pour le déterminer. C”est là, que ça devient intéressant de spéculer. http://nouvellesociete.org/5175.html

      Pierre JC Allard

    • @ simonlar. Certains politiciens qualifiés de ”gauche” se sont fait élire dans certains États comme le Vermont et ont même siégé à la Chambre des représentants. Je pense même qu’il y a eu un élu indépendant et ouvertement gai d’un État du Nord-Est au Congrès. Mais c’est l’exception qui confirme la règle.

      Cependant, la gauche n’a jamais exercé une influence significative dans les élections présidentielles et au niveau national. D’abord en raison du caractère immuable du bipartisme (Démocrates et Républicains) qui dissuade les candidatures d’indépendants qui ne sont pas même de gauche.

      De plus, le mot ”libéral” semble honni par un fort courant d’électeurs aux États-Unis et je ne parle même pas du mot ‘’socialiste”. Pour une majorité de Républicains et beaucoup de Démocrates du Sud, le mot ”libéral” s’entend dans sa connotation sociale et non économique.

      En outre, certains présidents, comme FDR ou JFK, ont affiché une certaine ouverture à l’égard de réalités sociales (New Deal pour FDR et déségrégation pour JFK même si je schématise un peu ici). En certaines circonstances et quand la réalité du pays semble l’exiger, les leaders des grands partis nationaux peuvent préconiser des politiques sociales.

      Il n’en demeure pas moins que jamais la gauche n’a eu une force sur la scène nationale et je crois bien que jamais elle n’en aura.

    • Qu’est qu’un président indépendant ferait ?

      Pas de membres au congrès…pas au Sénat…et qui nommer aux postes de secrétaires d’États ?

    • ”C’est pour qui le gros trou que vous êtes en train de creuser à New-York,” demanda Barak à Blommfield en sortant du restaurant. Pour Jujules ou pour Hillary?

      ”Cela dépend,” répondit Bloomfield en faissant sonner son petit change dans ses poches. ”New-York vaut bien une kippa, non?

    • @ pierrejcallard. Attention, monsieur! Votre résumé chronologique de la campagne de 1992 contient des trous importants. Voici un résumé fidèle et succinct de la réalité.

      Juillet 1992 : Perot annonce qu’il se retire de la course.

      Octobre 1992 : il annonce qu’il revient!

      11, 15 et 19 octobre : trois débats présidentiels. Perot participe aux trois débats. Certains observateurs prétendent même qu’il a gagné le premier.

      3 novembre : Perot récolte 18,9 % du vote populaire. Une performance inégalée à ce jour par un candidat indépendant.

      Il est vrai que Perot a mené, très très très brièvement dans les sondages, mais c’était en juillet 1992

    • @ Ankh. Bien sûr, il y a des trous. Tout ce que vous dites sur les débats est vrai, mais… ce que je dis l’est également. Après avoir été a égalité dans les sondages pendant des mois – depuis octobre 1991 – il a pris une nette avance en juin 1992. Cette avance s’est confirmée en juillet …. et il a réagii en se retirant de la course ! Très inusité… Il est revenu en octobre pour les débats, mais le momentum n’était plus là, il n’a jamais vraiment essayé et il était clair qu’il venait montrer que rien de bizarre ne s’était produit. Il a fait belle figure,… et sa fille est toujours vivante.

      Vous voyez comme le waterboarding est inutile ?

      Pierre JC Allard

      Pierre JC Allard

    • @simonlar
      Bravo très beau texte, Donc l’individualiste a remplacé la gauche?
      @ankh
      Bravo très belle réflexion, est-ce que c’est de l’acétmétrie politique?

      Alain.

    • @alain_lacasse

      “Bravo très beau texte, Donc l’individualiste a remplacé la gauche?”

      Dans un certain sens, oui.

      Par contre, un individualiste est, par définition, à droite (la gauche étant normalement portée vers la collectivité). Il conviendrait plus de dire que la droite traditionelle, la droite religieuse et la “droite individualiste” attirent toute l’attention, mais qu’il y a un grand vide à gauche qui n’est pas éclairé…

    • @ M. Callard. Je n’ai aucun problème avec votre mise au point. Elle était cependant nécessaire car votre premier courriel sur le sujet était à tout le moins incomplet et pouvait prêter à confusion. De là mon commentaire.

      @ Alain. Merci de votre commentaire. Voulez-vous ”asymétrie politique” i.e. le commentaire de M. Callard et ma réponse subséquente? Salutations.

    • m.lemay brillant vos hypothèses :idea:

      Les numéros 3, 4 ou 5 sont les plus plausibles

      simonlar
      Un individualiste est par définition à droite? Mmmmm, question de degré… chu pas à drette moi mais chu pas collectiviste/totalitariste non plus, les rangs d’oignons pis le toul’monde pareil cé pas mon fort :D Un tit peu anarchiste? Ouin mais pas beaucoup.

    • Moi, ça me plait bien cette image de Barack Obama et de Michael
      Bloomberg.
      Remarquez l’aisance de Barack Obama. Ça fait plus cool que l’actuelle administration.
      Vivement 2008!

    • Si ces deux-là se montrent ensemble, il y a anguillle sous roche.

      Et si Obama tenait à dire à Bloomberg : «Si vous vous présentez comme indépendant, Guilani rentre. Est-ce ça que vous voulez? Quels sont les points de politique auxquels vous tenez mordicus? Si je les mets dans mon programme, et que je vous renvoie l’ascenseur (méthode à déterminer), êtes-vous prêt à laisser tomber?»

      Moi je ne trouve pas ça malsain que Bloomberg se promène d’une étiquette à l’autre. Pourquoi? Le bipartisme sclérosé (ne nous contons pas de blagues) et la polarisation de l’opinion publique américaine fait qu’il est très difficile de faire campagne sur ce en quoi on croit vraiment!

      P.S. Les milliardaires ne couchent pas dans des cercueils et ne sucent pas le sang des vivants la nuit. Faque la démonisation du capitalisme, c’est un tit peu caricatural, ok, s’il y en a qui veulent s’essayer? Il y a de la pourriture, etc., mais pas partout et tout le temps!

    • Obama est pas mal bel homme :D mais pas touche :D il est marié — tant mieux s’il est bien dans sa peau, les gens vont le sentir.

    • La beauté n’a rien à voir avec la politique, sinon Chrétien n’aurait jamais été élu. Ce qui n’empêche pas bien sûr les politiciens d’être tous à droite de la gauche aux États au moment où l’on se parle. Mais encore?

      Bloomberg me semble au centre pour le moment, mais le tango se danse toujours à deux; d’où le déjeûner de Barak aujourd’hui. On verra, mes mes chers-z-amis. On verra….

    • @ankh

      La performance de Perot a été largement surpassée par George Wallace en 1968; il a remporté 45 votes de grands électeurs.

    • @ ducalme. Merci de votre commentaire. Vous avez raison sur un point : en ce qui a trait aux votes des grands électeurs, Wallace en a remporté en fait 46, soit 45 dans les cinq États du Sud qu’il a remporté et un en Caroline du Nord. Voir ce lien : http://www.statemaster.com/graph/pre_1968_ele_vot_for_geo_wal-pre1968elevotforgeowal

      Perot n’en a remporté aucun. Cependant, mon observation se limitait à dire que Perot avait fait mieux que tout indépendant dans l’histoire des présidentielles avec 18,9 % des voix. Pour sa part, Wallace en avait récolté 13,5 %, ce qui n’est pas rien.

      Vos commentaires sur Wallace sont très utiles car ils contribuent à enrichir le débat. Salutations.

    • @ankh

      Selon Wikipedia, le meilleur résultat d’un candidat ndépendant aux présidentielles fut celui de Theodore Roosevelt en 1912.

      Roosevelt qui, en tant que vi-ceprésident, avait a

    • @ ducalme. Merci de votre commentaire qui m’a mis la puce à l’oreille. En fait, T. Roosevelt n’a pas mené la campagne de 1912 sous la bannière Indépendant, mais plutôt sous le nom de Progressive, soit un parti qu’il avait créé suite à une scission d’avec les Républicains de Taft. Il récolta un total de 88 grands électeurs, 6 états et 27,4 % du vote. Ce qui permis à W. Wilson d’accéder à la présidence.

    • Rien d’etonnant.
      Dans le grand jeu en cours ici , ce qu’il faut bien garder en tete
      c’est que le gouvernement Americain gouverne le peuple , oui, mais le fait de la facon dont le dicte les corporations et a l’avantage unique des corporations.
      Regardez attentivement et vous verrez que tout ce qui est fait et
      adopte comme loi ou budget est centre sur l’interet des corporations.
      Tout ce que Bush aurait pu faire pour aider le peuple en approuvant tel ou tel item a ete rejete du revers de la main
      citant l’empietement sur le marche des corporations .
      Particulierement le monde des assurances privees.
      Enfin la liste est trop longue.

      Obama , et je le souhaite de tout coeur , elu pourra changer le
      cap, Bloomberg lui serait un atout incroyable.Maire de la plus
      grande ville aux USA est certainement un bon debut pour un
      Vice President. Ca parait bien danc un CV admettone le :)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité