Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »
    Donald Trump et son conseiller pour la sécurité nationale, H.R. McMaster. (Photo Getty)

    Donald Trump et son conseiller pour la sécurité nationale, H.R. McMaster. (Photo Getty)

    Le général H. R. McMaster a qualifié Donald Trump d’«idiot» et de «crétin» lors d’un dîner privé en juillet avec la patronne d’Oracle, Safra Catz. En rajoutant une couche, il a également affirmé que son patron avait l’intelligence d’un «enfant de la maternelle».

    C’est du moins ce que rapporte le site BuzzFeed, qui dit tenir l’information de quatre personnes ayant été mises au courant par Catz des insultes formulées par le conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale au sujet du président des États-Unis.

    Une autre source a confié à BuzzFeed que McMaster lui avait dit qu’il ne croyait pas que le président avait les capacités intellectuelles requises pour comprendre les questions débattues par le Conseil de la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

    Toutes les parties impliquées dans cette histoire ont nié les allégations publiées par BuzzFeed. L’opinion de McMaster rejoindrait cependant celle de certains acteurs clés de Washington en matière de sécurité nationale, dont le secrétaire d’État Rex Tillerson et le sénateur du Tennessee Bob Corker, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

    Catz a été considérée pour divers postes au sein de l’administration Trump.

    Les confidences recueillies par BuzzFeed pourraient venir des ennemis de McMaster à l’intérieur et à l’extérieur de l’administration Trump. Le conseiller de la Maison-Blanche est vu de façon négative par les nationalistes de la Maison-Blanche et leurs alliés, de même que par les tenants d’une politique pro-Israël tous azimuts.

    Lire les commentaires (27)  |  Commenter cet article

     

    Lundi 20 novembre 2017 | Mise en ligne à 9h45 | Commenter Commentaires (50)

    Nouvelle accusation contre Al Franken

    Lindsey Menz et Al Franklin font la pose lors d’une foire au Minnesota en 2010.

    Lindsey Menz et Al Franklin font la pose lors d’une foire au Minnesota en 2010.

    Une deuxième femme accuse le sénateur démocrate du Minnesota Al Franken d’attouchements non désirés. Contrairement à Leeann Tweeden, Lindsey Menz fait remonter le geste présumé de l’ancien comédien à une époque où il siégeait à la chambre haute du Congrès américain.

    Dans une entrevue à CNN, Menz, 33 ans, raconte que Franken aurait empoigné son derrière pendant que les deux posaient pour une photo prise par son mari. L’incident se serait déroulé lors d’une foire au Minnesota en 2010, deux ans après l’entrée de Franken au Sénat.

    Menz a utilsé le mot «dégueulasse» (gross) pour décrire comment elle s’était sentie lors de sa rencontre avec Franken. Ce dernier a déclaré à CNN ne pas se souvenir d’avoir posé avec Menz et regrette que son interraction avec elle l’a conduite à croire qu’il lui avait manqué de respect.

    Les nouvelles accusations auxquelles Franken fait face pourraient le contraindre à la démission. Même si elles sont moins graves que celles visant Roy Moore, candidat républicain pour un siège au Sénat en Alabama, elles placent le Parti démocrate dans une position délicate.

    Lire les commentaires (50)  |  Commenter cet article

     

    Lundi 20 novembre 2017 | Mise en ligne à 7h57 | Commenter Commentaires (39)

    La Une du jour

    NY_NYP

    Le New York Post est probablement le seul quotidien de la côte est dont l’édition papier fait référence ce matin à la mort de Charlie Manson, dont les disciples ont commis sous ses ordres sept meurtres en deux jours en août 1969, dont celui de Sharon Tate, actrice et épouse du réalisateur Roman Polanski. Manson devait être condamné pour son rôle dans un total de neuf meurtres perpétrés dans le but de déclencher une guerre raciale. La folie meurtrière de ce musicien raté a longtemps exercé une sombre fascination sur les Américains et la culture de leur pays, comme on peut le consaster en lisant l’article que lui consacre aujourd’hui le New York Times.

    Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article

     

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives