Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Vendredi 24 février 2017 | Mise en ligne à 8h42 | Commenter Commentaires (203)

    Trump cible le FBI

    Donald Trump renoue ce matin avec ses gazouillis matinaux, ajoutant le FBI à la liste d’agences gouvernementales dont il s’est fait le critique depuis son élection à la Maison-Blanche.

    «Le FBI est absolument incapable de stopper les [auteurs de fuite] en matière de sécurité nationale qui ont depuis longtemps pénétré notre gouvernement. Ils ne peuvent même pas trouver les ”leakers” au sein même du FBI. Des informations classifiées sont données aux médias qui ont un effet catastrophique sur les États-Unis», a-t-il écrit dans deux gazouillis.

    Quelle mouche a piqué Trump? Le président a sans doute mal dormi après un reportage de CNN affirmant que le secrétaire général de la Maison-Blanche, Reince Priebus, a demandé aux dirigeants du FBI de contester publiquement ou privément les informations du New York Times et de CNN selon lesquelles des membres de l’entourage de Trump ont eu des contacts avec des agents russes pendant la campagne présidentielle.

    Le FBI a refusé la demande de Priebus. Ce dernier s’est défendu d’avoir demandé au FBI de «démolir» les histoires du Times et de CNN, affirmant avoir demandé aux responsables de l’agence de dire la vérité.

    Peu importe, si le secrétaire général d’une Maison-Blanche dirigée par un président démocrate avait agi comme Priebus l’a fait en s’adressant d’une façon ou d’une autre au FBI, les républicains du Congrès ne manqueraient pas de lancer plusieurs enquêtes sur une ingérence évidente… après avoir réclamé la démission du secrétaire général de la Maison-Blanche.

    Lire les commentaires (203)  |  Commenter cet article

     

    Jeudi 23 février 2017 | Mise en ligne à 18h11 | Commenter Commentaires (33)

    Obamacare : le vent tourne

    68dcabdc-d85e-4f1a-9087-e0b0b6a6605b

    À la mi-mars, Donald Trump doit présenter un plan pour abroger et remplacer la loi sur la santé de Barack Obama. Bien sûr, un tel plan aurait déjà vu le jour dès après la confirmation de la nomination de Tom Price au poste de ministre de la Santé, si l’on s’était fié à l’une des promesses formulées par le président à la veille de son investiture.

    Mais le nouvel engagement de Trump sera-t-il suivi par une action qui assurera sa réalisation? John Boehner, ancien président de la Chambre des représentants, a répondu aujourd’hui à cette question par la négative. Prenant la parole lors d’une conférence à Orlando, Boehner a prédit tout au plus des changements mineurs à l’Obamacare.

    «Les républicains sont incapables de s’entendre sur la santé, a-t-il dit. L’architecture de l’Obamacare restera largement en place.»

    Ce que n’a pas dit Boehner, c’est que l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche a dopé la popularité de l’Obamacare. Selon un sondage publié aujourd’hui par le Pew Research Center, la réforme phare d’Obama reçoit aujourd’hui l’appui de 54% des électeurs, un sommet depuis sa promulgation en 2010. Et parmi les 43% d’électeurs qui en sont insatisfaits, seulement 17% souhaitent son abrogation.

    Un sondage de l’université Quinnipiac également publié aujourd’hui arrive au même pourcentage d’Américains qui appuient l’Obamacare.

    Le sondage Quinnipiac indique aussi que six Américains sur dix sont opposés à la construction d’un mur le long de la frontière sud des États-Unis.

    Comme quoi Trump semble avoir du mal à convaincre du bien-fondé de ses politiques un public qui dépasse ses partisans les plus convaincus.

    Il s’agit d’un message que reçoivent ces jours-ci bon nombre d’élus républicains lors d’assemblées publiques tenues d’un bout à l’autre du pays pendant cette semaine où le Congrès fait relâche.

    (Photo AP)

    Lire les commentaires (33)  |  Commenter cet article

     

    Jeudi 23 février 2017 | Mise en ligne à 8h09 | Commenter Commentaires (112)

    La citation du jour

    Des défenseurs des droits des transgenres ont manifesté devant la Maison-Blanche hier. (Photo AP)

    Des défenseurs des droits des transgenres ont manifesté devant la Maison-Blanche hier. (Photo AP)

    «Demandez-vous qui est vraiment l’ami des femmes et de la communauté LGBT. Donald Trump avec ses actions, ou Hillary Clinton avec ses paroles? Je vous dirai qui est le meilleur ami et un jour je crois que ça sera prouvé grandement.»

    - Donald Trump, tenant en juin 2016 des propos qu’il a reniés dans les faits hier en mettant fin à un dispositif fédéral de protection des droits étudiants transgenres.

    Lire les commentaires (112)  |  Commenter cet article

     

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2017
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives