Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Mardi 27 septembre 2016 | Mise en ligne à 9h45 | Commenter Commentaires (41)

    Dure soirée pour Trump

    Après un bon départ, Donald Trump a connu des difficultés hier soir lors du premier débat présidentiel. (Photo AP)

    Après un bon départ, Donald Trump a connu des difficultés hier soir lors du premier débat présidentiel. (Photo AP)

    Tout conservateur soit-il, John Podhoretz n’est pas le plus grand partisan de Donald Trump. Mais son antipathie pour Hillary Clinton ne fait aucun doute, pas plus que celle du journal pour lequel il écrit – le New York Post. Or, voici le jugement que le chroniqueur a porté sur le premier débat présidentiel :

    «Hillary Clinton était ennuyeuse et exceptionnellement bien préparée. Donald Trump était excitant mais honteusement indiscipliné. Il a commencé avec son argument le plus fort – à savoir que la classe politique incarnée par elle a échoué et qu’il est temps de considérer un négociateur pour assumer le leadership – et il s’en est bien servi pendant les 20 premières minutes.

    «Puis, à cause de la vanité et de la paresse qui lui ont fait croire qu’il pouvait improviser pendant les 95 minutes les plus importantes de sa vie, il a perdu le fil de son argument, il a perdu son sang-froid et il a perdu la perspective nécessaire pour corriger ces erreurs.

    «Méthodiquemen et patiemment, Hillary Clinton a pris le dessus. Son objectif était de démontrer qu’elle était rationnelle et guidée par un programme politique, le genre de personne à qui l’on pourrait faire confiance pour gérer un travail délicat avec prudence et sobriété – et qu’il n’était rien de cela.

    «Et elle a réussi. À la fin des 95 minutes, Trump en a été réduit à déblatérer de façon confuse sur Rosie O’Donnell et sur le fait qu’il n’avait pas encore dit les méchantes choses au sujet d’Hillary qu’il avait en tête.»

    Podhoretz n’est pas le seul conservateur à croire que Trump a perdu le premier débat présidentiel de 2016. Son jugement ne signifie pas que le candidat républicain a perdu des partisans hier soir. Mais Trump a perdu une occasion précieuse de rassurer les indécis sur son tempérament et sa préparation, interrompant sa rivale à plusieurs reprises, haussant la voix et proférant quelques absurdités (questionné sur la cybersécurité, il a notamment vanté les aptitudes informatiques de son fils de 10 ans, le décrivant pratiquement comme un hacker en herbe, plutôt que de revenir sur l’affaire des courriels de Clinton).

    Reniflant à plusieurs reprises – était-il enrhumé? -, Trump a aussi donné de nouvelles lignes d’attaque à sa rivale en admettant ni plus ni moins qu’il ne payait pas d’impôt fédéral. «Cela prouve que je suis intelligent», a déclaré le milliardaire. Il a fourni une réponse semblable lorsque Clinton lui a reproché d’avoir souhaité un krach immobilier. «Ça s’appelle les affaires, soit dit en passant», a-t-il déclaré en faisant fi des millions d’Américains qui ont perdu leurs emplois ou leurs maisons.

    Trump s’est également accroché à des mensonges qui l’ont fait mal paraître, que ce soit pour expliquer son refus de publier ses déclarations d’impôts, pour défendre son rôle dans le mouvement des birthers et pour nier son appui initial à la guerre en Irak ou sa déclaration selon laquelle le changement climatique est une arnaque orchestrée par les Chinois.

    Clinton n’a pas fait un sans-faute, loin de là. Elle a notamment été mise sur la défensive sur la question des accords de libre-échange et sur sa déclaration des années 90 sur les «super-prédateurs». Mais elle a dominé les 75 dernières minutes du débat, démontrant une énergie qui a semblé faire défaut à Trump, même lorsque celui-ci a affirmé qu’elle n’en avait pas assez pour être présidente!

    Clinton a aussi fini en force en mettant en cause le tempérament de Trump pour gérer la politique étrangère et l’arsenal nucléaire des États-Unis. Et elle a rappelé les propos misogynes de Trump, notamment à l’endroit d’Alicia Machado, une ancienne Miss Universe traitée de «Miss Piggy» et de «Miss Housekeeping» par Trump en raison de quelques kilos pris en trop après avoir remporté son titre.

    La performance de Clinton lui a sans doute permis de raffermir ses appuis. Changera-t-elle l’allure de la course à la présidence? Ça reste à voir.

    P.S. : Fait cocasse, Trump a nié ce matin sur Fox News avoir passé une partie du débat à renifler.

    Lire les commentaires (41)  |  Commenter cet article

     

    Lundi 26 septembre 2016 | Mise en ligne à 20h50 | Commenter Commentaires (49)

    Le débat présidentiel en direct

    Suivez et commentez sur ce blogue le premier débat présidentiel entre Donald Trump et Hillary Clinton :

    Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article

     

    Lundi 26 septembre 2016 | Mise en ligne à 9h13 | Commenter Commentaires (112)

    Deux questions pour un débat

    Derniers préparatifs pour le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump. (Photo AP)

    Derniers préparatifs pour le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump. (Photo AP)

    Avec l’aide de deux spécialistes des débats présidentiels, j’analyse aujourd’hui dans cet article les qualités de débatteurs d’Hillary Clinton et de Donald Trump, qui participeront ce soir sur le campus de l’Université Hosfra (New York) à leur premier face-à-face, un rendez-vous qui pourrait attirer un auditoire rivalisant avec celui du plus récent Super Bowl (114 millions de téléspectateurs).

    Deux grandes questions se posent à quelques heures du débat. Quel Trump Clinton affrontera-t-elle, celui qui multiplie les insultes et les déclarations outrancières ou celui qui tente parfois de présenter une image présidentielle? Et quel sera l’impact de ce débat sur une course à la présidence de plus en plus serrée, comme l’indiquent les plus récents sondages?

    Un rappel : rares sont les débats qui ont eu une influence majeure sur l’issue d’une élection présidentielle. En 2012, par exemple, Mitt Romney avait fait un bond dans les sondages après un premier face-à-face au cours duquel il avait nettement dominé Barack Obama. Il ne s’agissait que d’une embellie passagère.

    Mais la campagne présidentielle de 2016 nous a déjà réservé plusieurs surprises. Et le débat de ce soir pourrait être la prochaine.

    À noter que le débat sera modéré par le chef d’antenne de NBC News, Lester Holt, et portera sur trois thèmes : la «direction de l’Amérique, atteindre la prospérité, et assurer la sécurité». Il sera intéressant de voir si Holt ajoutera à ses responsabilités de modérateur celles de vérificateur de faits, comme l’enjoignent certains journalistes, dont le chroniqueur du Washington Post E.J. Dionne.

    En attendant, je vous invite à vous brancher sur ce blogue pour suivre et commenter le débat en direct. Ça commence à 21h :

    Lire les commentaires (112)  |  Commenter cet article

     

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « août    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives