Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Vendredi 17 avril 2015 | Mise en ligne à 8h38 | Commenter Commentaires (13)

    Libre-échange : quand Obama s’allie aux républicains

    Le Partenariat transpacifique fait l’objet d’une vive opposition dans plusieurs pays, dont le Japon. (Photo AP)

    Le Partenariat transpacifique fait l’objet d’une vive opposition dans plusieurs pays, dont le Japon. (Photo AP)

    Barack Obama s’alliera aux républicains du Congrès dans les prochaines semaines pour convaincre le Congrès d’adopter un projet de loi à la fois majeur et controversé. Les poules ont-elles des dents?

    Le projet de loi vise à donner au président des pouvoirs accrus pour négocier un accord de libre-échange avec 11 pays de la zone Pacifique connu sous le nom de Partenariat transpacifique (TPP). Il fixerait les paramètres d’un futur accord tout en empêchant le Congrès d’y apporter des amendements après la conclusion des négociations menées par l’administration Obama. Les parlementaires devraient donc voter en bloc pour ou contre l’accord.

    La proposition de loi est le fruit d’un compromis négocié et annoncé hier par le sénateur républicain de l’Utah Orrin Hatch et son collègue démocrate de l’Oregon Ron Wyden. Plusieurs sénateurs démocrates, dont Sherrod Brown de l’Ohio et Elizabeth Warren du Massachusetts, s’y opposent, de même que les milieux syndicaux et les organisations environnementales et hispaniques.

    Le sénateur Brown, faut-il souligner, fait partie des démocrates progressistes qui demandent à connaître la position d’Hillary Clinton dans ce dossier épineux. La «championne des Américains de tous les jours» tournera-t-elle le dos aux forces progressistes du parti dont elle veut devenir la candidate présidentielle? Les paris sont ouverts.

    En attendant, le président Obama a fait valoir hier que le TPP permettra aux États-Unis de «lutter à armes égales, donnera aux travailleurs une chance équitable et, pour la première fois, incluera des protections fortes et pleinement exécutoires des droits des travailleurs, de l’environnement et d’un Internet libre et ouvert.

    «Aujourd’hui, nous avons l’occasion d’ouvrir de nouveaux marchés à des biens et des services appuyés par trois mots fiers : Made in America», a-t-il ajouté.

    Les opposants au TPP disent avoir déjà entendu ce refrain. Ils craignent notamment qu’un accord ne se traduise par des pertes d’emplois aux États-Unis et une érosion des salaires.

    Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article

     

    Jeudi 16 avril 2015 | Mise en ligne à 10h26 | Commenter Commentaires (44)

    À montrer aux critiques de l’Obamacare

    lzi_gpd6puu6buc0blijhq.0-1.0

    Le site Vox publie ici sept graphiques qui servent à démonter selon lui les arguments des critiques de la loi sur la santé de Barack Obama. Celui qui coiffe ce billet provient d’un sondage réalisé par Gallup et publié cette semaine. Il illustre le déclin du pourcentage des Américains non assurés depuis l’entrée en vigueur de la réforme.

    Celui qui se trouve ci-dessous est tiré d’un sondage de la Fondation de la famille Kaiser. Il démontre qu’une pluralité de personnes qui ont abandonné des polices d’assurance-maladie non conformes à l’Obamacare pour des polices conformes ont vu le coût de leurs primes mensuelles baisser :

    similar-shares-of-plan-switchers-report-increase-and-decrease-in-premiums-polling.0

    Lire les commentaires (44)  |  Commenter cet article

     

    Mercredi 15 avril 2015 | Mise en ligne à 14h25 | Commenter Commentaires (57)

    Pour les républicains, Israël passe devant les États-Unis

    Benjamin Nétanyahou peut compter sur la sympathie de la majorité des républicains dans le conflit qui l'oppose à Barack Obama. (Photo Reuters)

    Benjamin Nétanyahou peut compter sur la sympathie de la majorité des républicains dans le conflit qui l'oppose à Barack Obama. (Photo Reuters)

    Deux électeurs républicains sur trois estiment que les États-Unis devraient supporter Israël même quand les positions de ce pays divergent des intérêts américains. Le ratio est inverse chez les électeurs démocrates, selon un sondage réalisé pour Bloomberg Politics et publié aujourd’hui.

    Selon la même étude, 67% des électeurs républicains éprouvent plus de sympathie pour le premier ministre israélien Benjamin Nétahyahou que pour leur président dans le conflit qui oppose les deux hommes; 76% des démocrates éprouvent plus de sympathie pour Obama.

    Ces résultats illustrent combien Israël est devenu une question partisane aux États-Unis, un phénomène auquel le premier ministre Nétanyahou et ses alliés républicains du Congrès ont contribué récemment. Cela dit, une pluralité d’Américains (49%) se disent plus optimistes que pessimistes quant aux chances de l’accord cadre de Lausanne sur le nucléaire iranien de rendre le monde plus sûr et de freiner la course de Téhéran vers la bombe nucléaire.

    Il va sans dire que les républicains sont massivement plus pessimistes qu’optimistes sur cette question.

    Lire les commentaires (57)  |  Commenter cet article

     

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité