Le blogue du golf

Jeudi 6 juillet 2017 | Mise en ligne à 14h58 | Commenter Aucun commentaire

Le vénérable André Gagné

gagné

On parle beaucoup de relève au golf par les temps qui courent. C’est tant mieux et c’est plaisant de voir ces jeunes évoluer avec tant d’aisance sur nos parcours de golf. Tout ça grâce à la mise en place, par des gens passionnés et avec le support de Golf Québec et par extension de Golf Canada, de structures qui favorisent le développement.

On peut le constater facilement grâce à des tournois provinciaux comme celui du Duc de Kent, une des trois étapes de la Triple Couronne du golf québécois avec l’Alexandre de Tunis et le Championnat provincial.

Ces jeunes ont encore la chance de côtoyer des joueurs d’expérience à l’occasion de ces tournois. Que l’on pense ici aux Adélard Collin, Michel Roy, Danny Turbide, Jean Laverdière, Jacques Paiement Jr., Michel Gagnon ou Dwight Reinhart, entre autres.

Je fais une place spéciale à André Gagné qui participe à son 55e tournoi Duc de Kent d’affilée. Un exploit qui ne devrait pas être égalé de sitôt. Et n’allez pas croire qu’il est là pour de la figuration.

Pas pour rien qu’il a été élu au Temple de la Renommée de Golf Québec l’automne dernier.

Curieusement on n’avait jamais autant parlé de golf qu’aux alentours du 1er octobre dernier, date d’intronisation d’André Gagné, lors d’une soirée tenue au club Royal Québec. C’est que tout le monde du golf déplorait le décès du «Roi», Arnold Palmer, l’homme qui a su donner un second souffle à son sport, lui que l’on considérait comme le plus grand ambassadeur du golf au monde.

Toute comparaison laisse sujet à interprétation mais on ne peut passer sous silence les résultats des deux golfeurs, chacun dans sa sphère, et on peut facilement mettre en évidence la «gentilhommerie» des deux.

Je connais André Gagné depuis des années et j’ai suivi sa carrière de très près, comme journaliste. Je l’aurais fait également comme un simple amateur. Ce qui m’a toujours fasciné chez cette personne, c’est sa simplicité, son entregent et son désir de plaire aux autres.

Bien sûr on ne peut passer sous silence ses nombreux faits d’armes dans le sport amateur, que l’on mentionne seulement qu’il a participé 54 fois d’affilée au prestigieux tournoi Duc de Kent, remportant le titre trois fois. Champion canadien senior en 2003, il a remporté un grand total de 260 en carrière, dont 14 titres majeurs.

Pourtant, si vous avez l’envie de lui demander de jouer une ronde en sa compagnie, il ne dira pas non en autant que ses disponibilités le permettent. Comme ambassadeur québécois du golf, il n’a pas son pareil. Pendant plusieurs années il s’est engagé bénévolement au sein de l’Association régionale de Québec, pour Golf Québec. Et il continue d’être un conseiller spécial auprès de cet organisme.

Comme journaliste, j’ai eu le plaisir et le privilège de le côtoyer maintes et maintes fois. À chaque fois que je lui demandais une entrevue, il me l’accordait avec plaisir. Et surtout, il avait, et a encore, toujours quelque chose d’intéressant à dire, même quand il lui arrivait de ne pas être trop content de son jeu. Ce qui était rare, bien entendu. Et je ne l’ai pas entendu parler en mal des autres, pas une fois.

Le comité du Temple de la Renommée de Golf, composé de Diane Dunlop-Hébert, Mario Bouchard, Jocelyne Bourassa, André Burgoyne, Robert Gagné, Denise Mazerolle, Dave Ross, Paul Schofield, Marc Tremblay et Jean-Pierre Beaulieu, a vu juste avec la nomination d’André Gagné.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 5 avril 2017 | Mise en ligne à 16h04 | Commenter Commentaires (2)

L’ExpoGolf Québec

Nouveau président à Golf Québec

Robert Bissonnette (4e à partir de la gauche) est le nouveau président de Golf Québec. Il succède à Marcel-Paul Raymond (2e à partir de la gauche) qui a fait trois ans à la présidence. Les autres administrateurs sont Frédéric St-Germain, Denis Loiselle, Édouard Rivard, Jean-Pierre Beaulieu, Patrice Forcier, Bernard Vaillancourt, Gary Lagden et Martin Ducharme. Étaient absents au moment de la prise de la photo, Lynn Bellocq, Louise Patry, Jean Durocher et François Gagnon.

golfquebec

ExpoGolf Québec

Un bon avant-goût de la prochaine saison de golf, c’est à ExpoGolf Québec que l’on pourra l’avoir en fin de semaine prochaine, samedi et dimanche, au Centre des Congrès et Expositions de Lévis.

Après le grand succès obtenu à Montréal il y a quelques semaines, voilà maintenant que c’est au tour des gens de la région de Québec de pouvoir profiter des offres de plusieurs exposants. C’est le moment de planifier vos vacances de golf au Québec ou encore d’acheter des forfaits intéressants autant auprès des clubs de la région que de ceux de l’extérieur. C’est la place aussi pour s’informer sur quelques destinations plus exotiques.

Choisir les bons jalons

On ne parlera jamais assez de l’importance de choisir les bons jalons de départ lors d’une partie de golf. Il faut mettre son orgueil de côté et penser que l’on doit absolument partir des jalons pour hommes. Ce qu’il importe de savoir pour choisir son jalon de départ, c’est la distance que l’on peut atteindre avec le bois numéro un. Si vous frappez 200 verges au départ et que vous jouez un trou à normale de 410 verges, rapprochez-vous. Il vous restera 210 à franchir et si vous faites à peine 200 verges lors du coup de départ, comment voulez-vous en faire 210 avec un bois numéro 3. Choisissez un tertre de départ qui vous donnera une chance d’atteindre le vert à votre deuxième coup, ou du moins à s’en approcher pour la peine.

Il n’y a pas de honte à se donner des chances de réussir quelques oiselets ou normales.

De plus en plus de terrains le comprennent. Comme c’est le cas au club Le Champêtre, à Sainte-Anne-des-Plaines où le propriétaire Sylvain Beaulne a embauché l’architecte Darrell Huxham pour construire un autre set de départs, histoire d’accommoder tout le monde.

Du golf au Nigeria?

Il n’y a pas à dire, le golf  se retrouve un peu partout sur la planète. La firme de l’architecte Darrell Huxham a été contactée pour construire un terrain de golf au Nigéria. «C’est un peu spécial, a-t-il dit, je vais m’assurer que la sécurité sera présente lorsque nous irons là-bas pour entamer les pourparlers.»

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Lundi 13 mars 2017 | Mise en ligne à 16h21 | Commenter Aucun commentaire

Renouer avec le golf à Myrtle Beach

Un aperçu du 18e trou et du chalet principal au club de golf Bald Head Island. (Photo Réal Labbé)

Un aperçu du 18e trou et du chalet principal au club de golf Bald Head Island. (Photo Réal Labbé)

Une couche de neige de plus à venir, ça veut dire qu’il ne faut pas s’attendre à jouer au golf avant au minimum un mois dans la région.

À moins qu’il ne fasse un temps exceptionnellement chaud d’ici là, ce qui est peu probable. Il reste toujours la solution de partir pour un climat plus adapté au golf.

Comme Myrtle Beach, par exemple. Une destination qui est à la portée de bien du monde à cause de sa situation géographique et surtout de l’immense choix des terrains de golf dans un rayon de 40 kilomètres. Des terrains pour tous les goûts et pour tous les coûts, sans compter une structure d’hébergement capable d’accueillir les très nombreux visiteurs.

Le côté pratique de Myrtle Beach, c’est qu’on peut s’y rendre aisément en auto. Une balade d’une vingtaine d’heures qui peut se faire d’une traite pour les plus jeunes et les plus endurants, ou un voyage que l’on peut couper en deux avec une nuitée en Virginie, aux alentours d’Emporia. Cette municipalité située le long de l’autoroute 95 n’est qu’à quatre heures de Myrtle Beach, ce qui permet de disputer une ronde dès l’arrivée, en après-midi.

Votre quatuor est déjà complété et vous voulez maintenant confier l’organisation de votre séjour à un expert, c’est parfait. Je vous suggère de faire appel à Jean-Thomas Kobelt, un Montréalais d’origine, qui fait maintenant sa vie en Caroline, comme planificateur de séjours de golf dans la grande région de Myrtle Beach.

En plus de ses contacts dans les milieux du golf et de l’hébergement, Jean-Thomas peut vous répondre en français, un atout très important s’il vous arrive un pépin et que votre connaissance de la langue anglaise n’est pas parfaite.

Quand vous arriverez à destination, vous aurez tous les documents nécessaires pour profiter de votre séjour. En plus du lieu de résidence, vous aurez les papiers indiquant vos réservations dans les clubs de golf et les heures de départ. De plus, si vous en faites la demande, JT pourra vous conseiller sur les bons endroits pour manger.

La gamme de clubs de golf avec lesquels il fait des affaires est très étendue et votre budget est la seule limite. Si vous voulez seulement des terrains haut de gamme, pas de problème. Même chose si vous souhaitez des parcours un peu plus abordable.

Petite suggestion de la part de l’auteur de ces lignes, qui a eu l’occasion de jouer des rondes sur au moins 55 terrains dans la région de Myrtle Beach, gâtez-vous au moins une fois dans un voyage. Si c’est possible, faites une tentative pour demander à Jean-Thomas de vous réserver un temps de départ à Bald Head Island, une petite île sur l’océan Atlantique où la seule porte d’entrée est le traversier. Pas d’autos. On dépose les sacs de golf comme si on prenait l’avion et à l’arrivée sur l’île, ils seront dirigés vers la navette qui vous amènera au terrain de golf. Un parcours des plus agréables s’étirant de 4785 verges à 6832 pour les départs les plus éloignés. Un véritable oasis de paix qui a été complètement rénové il y a quelques années.

Plusieurs autres options s’offrent à vous, dont le Mystical Golf, un trio de parcours qui comprend The Witch, The Wizard et Man O’ War. Trois terrains différentsqui ont chacun leurs difficultés et en même temps leurs charmes. Une expérience intéressante.

La liste est impressionnante à Myrtle Beach, que ce soit le complexe de Barefoot, ou celui des gros chats (Leopard Chase, Lion’s Paw, Tiger’s Eye, Panther’s Run), ou encore les Legends. On peut consulter le site de Jean-Thomas au «myrtlebeachgolf.ca» pour toutes informations et pour y découvrir les forfaits. Il sera présent à l’ExpoGolf de Montréal, du 17 au 19 mars. Ça se tient à Place Forzani, à Laval (4855 rue Louis-B Mayer) et vous aurez l’occasion de rencontrer une panoplie d’exposants. Plus tard, l’ExpoGolf de Québec sera présenté les 8 et 9 avril au Centre de Congrès et d’Exposition de Lévis.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2017
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives