Gilbert Lavoie

Archive de la catégorie ‘Général’

Mardi 24 février 2015 | Mise en ligne à 12h21 | Commenter Commentaires (587)

La chair à canon

Tout le monde a le droit de manifester dans une démocratie, mais je trouve un peu odieux l’appel de certains syndicalistes qui demandent aux étudiants d’être «la bougie d’allumage» de la grève générale prévue pour le 1er mai.

La bataille des étudiants à l’occasion du Printemps érable les concernait directement.

Dans le cas actuel, tout y passe y compris les hydrocarbures. Et si les syndicats sont en guerre contre le gouvernement, c’est en grande partie à cause des négociations à venir pour le renouvellement des conventions collectives des employés de l’État.

Les syndicats ont le droit de mener leur bataille, mais c’est plutôt lâche d’envoyer les étudiants au front, et d’en faire de la chair à canon.

Pour ceux que ça intéresse, voici un extrait de ma chronique sur le sujet.
——-

Si on regarde ce qui circule actuellement sur les médias sociaux, ce n’est pas une petite manif qu’on nous prépare, et ce sont les étudiants que les syndicats lancent au front.

«On pense que vous, les étudiants, serez la bougie d’allumage qui va faire en sorte que tout le monde va converger. On a besoin de vous, puis j’espère que vous allez être là au printemps» a lancé Gilles Tremblay de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, à une réunion de mobilisation du Comité printemps 2015 au Cégep du Vieux-Montréal, le 4 février.

La rencontre a fait l’objet d’un documentaire vidéo tourné par des étudiants, et disponible sur Internet à l’adresse suivante : https://vimeo.com/120225131.

Les syndicalistes Marc Ranger du SCFP et Marjolaine Aubé du syndicat des travailleurs du CSSS de Laval accompagnent Tremblay au microphone.

«La dernière ligne de front, c’est ce printemps. Il faut arrêter le gouvernement ce printemps» déclare Tremblay.

Dans une autre séquence, il explique à un interlocuteur que plus tard à l’automne, les syndicats ne seront plus là parce qu’ils seront «en guerre l’un contre l’autre» à cause des campagnes de maraudage.

Marc Ranger, qui se définit comme un «guerrier», déclare que le 1er mai «doit être un 24 heures comme il n’y en a jamais eu avant. Il faut que ce soit historique(…) que cette journée là, le Québec ne fonctionne pas».

Marjolaine Aubé ajoute que «le premier mai, on ferme toute la province, on ferme les ponts, restez chez vous, congé!»

Lire les commentaires (587)  |  Commenter cet article






Samedi 21 février 2015 | Mise en ligne à 9h08 | Commenter Commentaires (615)

Je n’habiterais pas au 50ème étage…

Indépendamment du mérite d’un gratte-ciel de 60 étages à Québec, je l’admets sans honte: je n’habiterais pas dans un tel édifice.

Premièrement, j’aime bien poser les pieds sur le sol quand j’ouvre la porte de la maison.

Deuxièmement, l’idée de prendre un ascenseur à chaque fois que je veux vraiment mettre le nez à l’extérieur ne me sourit pas du tout.

Troisièmement, il me semble que je dormirais mal dans un tel édifice… Si jamais un incendie se déclarait. Rien qu’à y penser, ça me donne des frissons.

Je suis un peureux? OK. Mais ce texte d’agence me confirme dans ma trouille.
———
VOICI LE TEXTE:

Un incendie a ravagé samedi la partie supérieure d’un des plus hauts gratte-ciel de Dubaï, The Torch, forçant des centaines de résidants à évacuer leurs appartements, selon la défense civile.

L’incendie, qui a été maîtrisé après deux heures d’intervention des pompiers, n’a pas fait de victimes, selon un communiqué de la Défense civile. Sept personnes ont cependant été soignées sur place après avoir inhalé de la fumée.

Une vingtaine d’étages du gratte-ciel, qui en compte 79, ont été touchés par les flammes attisées par les vents, et des débris de l’immeuble se sont écrasés sur la rue, selon des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux.

Le feu a causé d’importants dommages à des appartements de luxe occupés notamment par des expatriés, et a provoqué l’évacuation de centaines d’habitants d’immeubles voisins dans le quartier Dubaï Marina.

Le feu s’est déclaré au 51e étage de la tour résidentielle qui fait 336,1 mètres de haut, a indiqué la Défense civile.

Un habitant, Mehdi Ansari, a déclaré à l’AFP que l’alarme incendie s’était déclenchée vers 2 h du matin (17 h, vendredi heure de l’Est).

«J’ai vu qu’il y avait du feu et que des parties du bâtiment étaient en train de s’effondrer. J’ai immédiatement emmené ma femme et notre bébé», a-t-il ajouté, en précisant avoir pris avec lui des «objets importants».

«Quand nous sommes descendus par l’escalier, il était plein de fumée. Il est devenu ensuite de plus en plus bondé et enfumé, les lampes se sont éteintes et certaines personnes ont paniqué».

50 étages à pied

Des équipes de la Défense civile ont commencé à dégager les débris après que les pompiers furent parvenus à éteindre l’incendie et à empêcher que celui-ci se propage à des immeubles voisins.

Les centaines d’habitants de gratte-ciel proches ont ensuite pu rejoindre leurs habitations.

M. Ansari, qui habite au 27e étage de la tour Torch, a salué le travail des pompiers. «C’était un incendie gigantesque et le vent rendait les choses encore plus difficiles. Le feu était hors de contrôle», a expliqué cet ingénieur de 30 ans.

«Certaines personnes ont dû descendre à pied une cinquantaine d’étages et elles n’étaient pas en très bonne forme», a précisé M. Ansari.

«Les pompiers ont été époustouflants. Ils sont arrivés sur place très rapidement et les médecins ont pris soin de tout le monde».

Le quartier Dubaï Marina, qui compte de nombreuses tours résidentielles, est très populaire auprès des expatriés.

L’émirat de Dubaï est connu pour ses immeubles gigantesques.

En 2012, un important incendie avait éclaté dans la tour 34-Tamweel, provoqué par un mégot de cigarette jeté dans une poubelle.

À Abou Dhabi, autre émirat des Émirats arabes unis, dix travailleurs étrangers sont morts vendredi dans un incendie qui s’est déclaré dans l’entrepôt qui leur servait d’abri de fortune, ont rapporté les médias.

Au moins huit personnes ont été blessées dans le sinistre qui a ravagé le bâtiment de deux étages, selon le quotidien Gulf Daily News, et le propriétaire de l’immeuble, qui louait illégalement aux travailleurs, a été arrêté.

Lire les commentaires (615)  |  Commenter cet article






Vendredi 13 février 2015 | Mise en ligne à 9h23 | Commenter Commentaires (1 656)

Problème de sémantique

La sémantique n’a guère sa place dans le débat politique partisan.

À preuve, Philippe Couillard a toutes les misères du monde à prendre ses distances du mot «intégrisme», après l’avoir d’abord assimilé au comportement d’une personne très religieuse. Un comportement, à prime abord, qui ne comporte aucun danger pour la sécurité de la société.

Mais pour d’autres, l’intégrisme peut impliquer des croyances ou des attitudes qui vont à l’encontre de nos valeurs comme la démocratie ou l’égalité hommes-femmes.

M. Couillard parle donc maintenant de radicalisme.

Même problème de sémantique pour l’austérité. Le gouvernement parle plutôt de rigueur budgétaire, faisant valoir qu’il ne coupe pas dans les dépenses, mais qu’il limite leur croissance.

Pierre-Karl Péladeau n’échappe pas à ces problèmes de sémantique quand il tente de décrire la démarche qu’il proposera aux Québécois pour les mener vers la souveraineté.

Élection référendaire? Référendum dans un premier mandat? Les propos du favori des parieurs dans la course à la direction du PQ donnent lieu à différentes interprétations qui ajoutent à l’impression qu’il a un agenda caché ou qu’il ne sait pas trop où il s’en va.

Nos politiciens auraient peut-être intérêt à consulter le dictionnaire un peu plus souvent avant d’émettre des opinions.

Lire les commentaires (1 656)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2015
    D L Ma Me J V S
    « jan    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
  • Archives

  • publicité