Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 28 janvier 2014 | Mise en ligne à 10h45 | Commenter Commentaires (396)

    Le style Couillard

    Philippe Couillard prépare son retour à l’Assemblée nationale.

    Le chef du PLQ se veut respectueux. Il promet de s’en prendre aux idées et non pas aux individus.

    Pauline Marois a du changer son style lorsqu’elle a pris la direction du PQ. Ce qui lui a fait dire qu’elle avait du se faire violence pour développer son «instinct de tueuse».

    Jean Charest refusait toujours d’admettre ses erreurs. Philippe Couillard a déclaré «qu’il m’est arrivé, qu’il m’arrive et qu’il m’arrivera de faire des choses que j’aurais du faire différemment».

    Contrairement à Jean Charest qui maniait l’humour et les réparties avec adresse pour éviter les sujets délicats, Couillard prend un soin méticuleux à répondre à toutes les questions. Il met toujours des nuances à ses explications.

    Le problème, c’est que la politique partisane se fait à coups de clips de 30 ou 40 secondes dans les médias.

    Philippe Couillard est-il l’homme de la situation?

    Tags: , , ,


    • Les libéraux sont tellement empêtrés dans la religiosité que leur prochain grand débat sera à propos le sexe des anges …

      Le style Couillard c’est d’être incapable de comprendre la majorité tout en s’accrochant sur les sous-groupe, voir les groupuscules, de la société.

    • malheureusement , non, on devra se taper un gouvernement majoritaire péquiste avant de voir un autre chef pour le parti libéral. Il est trop effacé pour attirer l’attention des gens et en plus je trouve qu’il est mêlé dans ses idées. Je suis libéral depuis toujours mais cette fois ci se ne sera pas le cas. Je vais m’abstenir et regarder les choses allées.

    • Tout à fait. J’en ai plus que marre de la politique partisane et du populisme que ce soit au PQ ou au PLQ. De l’intelligence et de la culture sera un agréable changement. Quelqu’un qui ne se trompe jamais et qui a toujours raison on appelle ça un menteur.

    • Le Style Couillard ?

      Alors qu’il a passé 4 ans en Arabie Saoudite en travaillant pour le compte d’une compagnie appartenant à la famille royale, il nous a dit qu’il était ému quand il entendait le chant des muezzins dans les minarets, à l’appel de la priére.

      Mais il ne nous a pas dit ce qu’il pensait du sort des femmes dans la rue qui subissent la charia avec férocité, et qu’on peut arrêter n’importe quand, par la police religieuse les Mutaweens, pour non respectdu code vestimentaire, et qui peuvent les envoyer directen prison sans autre forme de procés. Dans ce pays, chaque jour, des bourreaux à temps plein, tranche des pieds, des mains, des têtes, au nom de la charia.

    • Couillard a un style?

    • La chance qu’il a, c’est qu’il a Marois devant lui. Il ne faudrait pas que ce soit Lucien Bouchard ou Monsieur René. C’est le CH contre les Islanders mettons! Des p’tites équipes…

    • En parlant de son style certain on inventait un nouveau pas de danse : le fli-flop !

      Comment faire confiance à ce personnage qui fut un compagnon d’affaire avec Arthur Porter ? alors qu’ils siégeaient également ensemble au Comité de Surveillance du SCRS ?

      Tout simplement ahurissant ! et on le soupconne aussi de conflit d’intérêt alors qu’il était ministre dans le gouvernement Charest , rien n’est clair dans ce personnage ambigüe

      Et je n’ai aucune confiance car je le soupconne aprés avoir fréquenté le SCRS, d’être devenu un agent double d’Ottawa parachuté par le fédéral.

    • Le nouveau chef du Parti libéral essaie de se donner un vernis de modération et de respect des autres. Alors pourquoi le perçoit-on comme un homme orgueilleux, autoritaire et cassant? L’image traduit toujours quelque chose! Son intransigeance dans l’affaire Houda-Pépin lui colle à la peau, probablement parce que c’est en de pareils moments que la nature réelle des gens se révèle. Quant à Pauline Marois, impossible de croire à son “instinct de tueuse”: ce sont des mots qu’affectionnent les médias et elle le savait très bien en les prononçant, sachant qu’il faut donner aux journalistes ce qu’ils attendent. Imaginez un instant qu’elle ait dit miser sur le consensus et qu’elle n’a rien d’un bulldozer: les journalistes auraient été les premiers à y voir un signe de faiblesse. Vous aurez compris que je fais bien davantage confiance à la première ministre pour gérer le Québec et que je suis convaincue que M. Couillard n’a pas le sens politique très développé. Sa froideur et ses calculs électoralistes sont très perceptibles.

    • COUILLARD est la personne idéale à ce poste.

      Il faut vraiment que le Québec ne puisse empires de nouveau le PLQ. Il faut se rappeler que lors de la dernière année de pouvoir ils ont créé un déficit artificiel de 4 milliards avec un seul contrat dans appel d’offres pour renouvelé la bureautique, 2000 $ par poste alors que n’importe où ça va de 200 à 400 $ par poste.

      La question, est aussi bien de savoir où est aller cet argent et a qui elle a profité, mais aussi de se dire que le Québec n’a pas les moyens de se payer de mauvais gestionnaires comme ceux du PLQ.

      Avec Couillard, ,le PLQ ne se fera pas elle et c’est tant mieux pour l économie du Québec.

    • Ça fait ”ganggnam style”

    • Non.

      Mais le problème n’est pas seulement le chef. En effet, l’arrogance omniprésente des partisans, surtout les éditorialistes, et la propension vers la corruption d’autres membres du PLQ et leurs financiers y sont pour quelque chose.

      En passant, si Charest était si extraordinaire, pourquoi on n’en entend plus parler? Pourquoi le laisser dans l’oublie? J’ai une petite idée: il faut bien que quelqu’un paie le prix des ascenseurs et des enveloppes qui ont permis au PLQ de scraper le Québec pendant 9ans.

    • Philippe Couillard, type brillant, cultivé…mais il lui manque ce côté ”chat de ruelle” qu’ont par exemple un Jean Charest ou un Jean Chrétien. Bref, le flair, la répartie…
      Une maudite chance que face à M. Couillard, il y a Pauline Marois, une politicienne qui ”pogne” pas ”bin bin” fort. Il y a une relation d’amour-haine entre les québecois et Mme Marois. Et en plus avec son mari, c’est pas pour lui aider les choses.

    • Le style Couillard ?

      Certains ont proposé le style ” Flip-Flop”, un nouveau pas de danse…

    • @carbone-l4

      Seuls les faussaires et autres voleurs d’identité ont raison au zoo de St-Félicien, et je suggère le totem sans plumes de l’hymen de Maria Chape-de-Laine comme nouveau symbole identitaire des futures pékysses sans wonderbras de notre divine Comédie nationale.

    • Couillard est en politique que pour sa petite personne, il n’a aucune vision pour le Qc. Il ne veut qu’être premier ministre du Qc que pour le mettre à son c.v… De plus il ne passe pas à l’écran. On voit qu’il a un malaise quand il parle devant les média. C’est un signe d’hypocrisie et de menteur. Il a un agenda caché. Son association ave Porter lui colle à la peau, son grand ami qu’il ne reconnait plus maintenant… Sans parler du CHUM et de ses magouilles du temps où il était ministre de la santé…
      Il y a anguille sous roche
      Ça fait peur

    • Couillard? juste une perte de temps.

    • Les magouilles du PQ, augmentation de taxes aux commissions scolaire et faire passer que ce n’est pas les Péquistes qui l’ont exigé…
      Se ranger du côté des Blackblocks durent les manifs…
      Laisser tomber en ruine les infrastructures routière que les libéraux avaient commencé à mettre a jour…
      Etc…etc…

    • Chevreuil devant les phares d`une voiture. C`est ca le style Couillard. Il est déja condamné et n`est plus l`homme de la situation. Maladresse apres maladresse il navigue plus mal que le pire de ses ennemis aurait souhaité. Il n`est juste pas de taille et malgré tout constituait celui qui semblait le plus solide de tous au dernier congres à la chefferie.

      Le scénario est clair et prévisible. Suite de revirements au sujet de la charte, révélations de la commission Charbonneau, proces d`anciens sympatisants et membres , retour au bercail de Porter, sévere raclée aux prochaines élections dans l`ordre ou le désordre mais pour l`instant parlons de désordre mettons…

      Il serait souhaitable que les membres du caucus et du parti prennent une décision maintenant si ils veulent sauver quelques meubles….

      Quand Couillard parle de s`en prendre aux idées et non aux individus donnera t il la job de bras aux habituels impolis comme Hamad ou prétentieux comme Fournier ?

    • Son style, comment il dirige? “Avec pas d’casque” (sans l’intelligence et l’imagination de ces derniers, bien sûr.)

    • Question de Mr Lavoie :

      ▬ Le style Couillard ?

      Réponse :

      Cette question trés sensible nous expose à une modération encore plus forte, car Gesca ne laisse pas tout passer.

      En fait je suis incapable de répondre sincérement à cette question ici, avec un couperet sur la tête, n’oublions pas que Couillard est libéral, Gesca est fédéraliste.

      Donc nous allons surement être privé d’une partie des réponses, c’est certain, j’ai déja eu un message modéré à 11h15 !

    • À noter accessoirement que seuls les animaux du zoo de ST-Félicien sont de vrais laïcistes fondamentaux pour clarifier un peu les choses, et les pékysses de même acabit qui tiennent absolument à être naturellement naturels eux aussi ne devraient élire à l’avenir que lesdits animaux de Messire Jean de LA Fontaine en question pour mieux pouvoir les représenter objectivement parlant dans un futur rapproché et pas trop rétrograde si besoin. Voilà!

    • Appel à tous, y compris vous, monsieur Lavoie,

      Je suis à la recherche des images de l’assermentation de M Couillard comme ministre de la santé en 2003. Si quelqu’un les retrouve, SVP mettre le lien.

      Dès cette première parution publique, ses ambitions personnelles face au pouvoir étaient hallucinantes. Ces images valent la peine d’être retrouvées.

    • M. Couillard l’homme, dites-vous, “qui met toujours des nuances à ses explications”, celui-là même qui a dit ”qu’il faudrait lui passer sur le corps” avant de le faire changer de position, vraiment, M. Lavoie votre jupon dépasse. En ce qui me concerne, désolé, mais il me semble l’exemple parfait de l’hypocrite, toujours les mots de miel à la bouche, mais derrière on sent tout le fiel.

    • Bonne question. J’aimerais bien que la bassecours qu’est l’Assemblée Nationale soit fermée au plus tot. Maintenant, est-ce possible. J’en doute. Quand on pense se faire réélire en frappant sur les femmes voilées, j’ai de le la misère a voir un changement de le ton et la forme des échanges.

      @Anthrax… vous en êtes la meilleure illustration. Monsieur Lavoie veut avoir un débat d’idées et vous rendez monsieur Coullaird par association sans la moindre once de rigueur intellectuelle. J’ai travaillé en Arabie, l’Arabie en force la charria, donc si j’ai été en Arabie je cautionne la charria.

      Malheureusement, c’est le niveau de discussion. Est-ce que monsieur Couillard a la bonne approche? En lisant Anthrax, je ne crois pas. Je ne peux que m’en désole par contre.

    • Il y a sûrement beaucoup de libéraux qui se demandent pourquoi p.couillard (le fantôme) a été choisi comme chef?
      Ça ressemble au parti libéral du Canada qui avait choisi Dion (par accident) Ignatief (l’intellectuel) et Trudeau (des rangs junior) On connait tous d’avance les résultats de la prochaine élection.

      Quand je le regarde lors d’interviews ou lit ses commentaire mon petit doigt me dit que ce personnage est très opaque, perdu et ne regarde personne dans les yeux. Ça eb dit long sur la transparence de ce chef arrogant et autoritaire.

    • Et place à l’agent Naked Gun pour résoudre tous les pôblèmes identitaires des pékysses sans plumes du Bugs Bunny Show identitaire en attendant. Voilà! Bip-Bip!

    • @ anthrax le canadien,

      si on suit votre logique,votre (dame de cœur) a un condo voisin de Paolo Catania,un fraudeur,donc elle est une fraudeuse….De plus il y probablement (hum ok Ménard) plus de décès au Mexique dus à la drogue que partout ailleurs,que doit-on en tirer comme conclusion?

    • • @carbone-I4 28 jan.11h15
      Diantre,
      Ma souris d’ordinateur vient de s’étouffer ; carbone 14 qui écrit enfin quelque chose d’intelligent sans plagier..!
      Conclusion ?
      Faut jamais désespérer , même devant les cas les plus… désespérants !
      Robert Alarie

    • Bientôt des gicleurs pour tous les débats politiques à notre divine Comédie nationale peut-être?

      http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201401/28/01-4733139-des-vaches-flatulentes-enflamment-leur-etable.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_insolite_1817587_accueil_POS1

    • Monsieur Lavoie, est-ce que votre blogue est noyauté? Je lis les commentaires et vous avez autres personnes qui utilisent les memes thèmes, la meme syntaxe, la meme construction de phrase et vocabulaire. Comme il/elle dit souvent, il y a anguille sous roche.

    • ” Le problème, c’est que la politique partisane se fait à coups de clips de 30 ou 40 secondes dans les médias.” Absolument pas. Le problème, ce sont les journalistes qui s’entêtent à ne présenter que des clips de 30 ou 40 secondes. Si les journalistes refusaient de sombrer dans cette démagogie, la politique partisane ne s’en sentirait que mieux.

      M. Couillard est l’homme de la situation. Mais les journalistes le sont-ils? Seront-ils à la hauteur?

    • Sont style s’apparente a un flop monumental a la Ignanstief-Dion

    • Philippe Couillard sera se démarquer lors du débat des chefs.

      Couillard aime la réflexion
      Marois joue avec l’émotion
      Legault est dans l’indécision (ni oui, ni non, peut-être, On verra !)

      La politique ne doit pas être l’apanage que des populistes en mal de popularité personnelle et de la recherche du pouvoir à tout prix. Les styles des politiciens doivent être contrastés et non monotones.

      Un neurochirurgien qui deviendrait Premier ministre, ça serait tout un changement !

    • Monsieur Lavoie,
      Se pourrait-il que Gesca, comme c’est souvent le cas, vous «utilise» (et je suis poli) pour tenter de sauver le cheik Couillard-le-bienheureux-pêcheur-de-saumon-qui-dénonçait-le-système-de-santé-privé-mais-qui-s’-est-joint-à-une-firme-privée ?
      Philippe Couillard est-il l’homme de la situation?
      Oui si vous voulez un incompétent ambitieux qui va finir de faire du Québec une «Grèce» ou une «Italie» comme Charest a presque réussi à le faire..
      Non, si vous voulez que Madame Marois, avec l’aide (discrètement) éventuelle de la CAQ, remette le Québec sur la voie de la prospérité, de la distribution de la richesse, de la protection de l’environnement, de l’aide aux plus démunis et enfin, de la FIERTÉ !
      Robert Alarie

    • Et en plus Philippe Couillard n’a pas ce ”perler” pointu qu’à Pauline Marois. En effet, cette façon de ”perler” tombe sur le gros nerf de bien du monde. C’est un petit conseil que je donne à la première ministre comme ça en passant (et gratos en plusse).
      Mme Marois, au lieu de ”perler” de même, à la place, vous auriez pas ”kèke” bonnes grosses jokes comme celles de Jean Chrétien qu’on ”rize” un peu, simoniak?

    • Monsieur Lavoie,
      Demandez à Moreau et Fournier; si vous parvenez à les trouver là où ils se cachent pour préparer un putsch…
      Lalalalalère..(dixit Foglia)..
      Robert Alarie
      P.S Quand même curieux que l’on n’entende plus parler de Daniel Johnson (fils), son «directeur de conscience)…

    • Je vote libéral depuis 1989, l’année de mes 19 ans. Sauf en 1994, où j’ai voté PQ dans Rimouski par mécontentement de Daniel Johnson fils. Je suis de plus de plus enclin à ne pas voter pour le PLQ cette fois, même si je suis réfractaire à la Charte. La position de QS dans ce débat m’apparaît plus juste. Je vais écouter plus attentivement madame David dans les prochaines semaines. Elle ne prendra pas le pouvoir mais un groupe de députés solidaires peut aider à un débat plus serein dans la prochaine législature.

    • @danielthibault: Couillard va voter en faveur de l’aide médicale à mourir Bonne idée, considérant que le PLQ agonise…

    • Je suis a 100% libéral, dans l’âme, dans le cœur… Pour cette raison, je n’ai JAMAIS voter pour Jean Charest et je ne voterai jamais pour Couillard. L’idéologie néoconservatrice a asphyxier ce parti depuis plus d’une décennie…

    • Sujet intéressant.

      Vous mettez le doigt sur le problème général de la politique. Tout se résume à celui qui peu vulgariser quelque chose, avec le plus de conviction possible, en 30 secondes.

      Les québécois ne sont pas assez intelligent pour écouter et s’informer.

      Ils veulent voir une clip de 30 secondes avant le prochain épisode de 30 vies pour savoir ce que les hauts dirigeants ont fait avec leur province ajd…

    • « La charte est un enjeu largement théorique, une fiction de la part du Parti Québecois. Pendant ce temps-là, les problèmes d’emploi et de finances publiques qu’on vit ici dans la région, dans les régions en général et à Montréal, des problèmes concrets, continuent à évoluer et le gouvernement est absent. Il consacre une grande partie de ses énergies à semer la division chez les Québécois », a martelé Philippe Couillard.

      Pas un fan de M.Couillard,mais un pas dans la bonne direction…..

    • Couillard? Un gars super intelligent, sûrement avec un Q.I. supérieur à la moyenne, mais sans aucun flair politique. Comme l’a écrit “noirod”, un chevreuil devant les phares d’une voiture! Devant lui, le VUS Marois qui fonce…

      @ souverain et anthrax. Vous êtes trop parano avec cette crainte que Gesca vous censure. Le cas échéant, c’est que vs propos s’enflamment trop.

    • 30 secondes? Vous êtes généreux!
      C’est pas plutôt 8-12 secondes???

    • Je suis d’avis que le style Philippe Couillard est semblable au style Angela Merkel.
      Le style que partagent ceux qui ont reçu une éducation en sciences exactes.
      Un mode de pensée où prédomine la loi de la cause et de l’effet.

      À l’opposé, les politiciens péquistes ont un style réthorique qui recourt aux émotions, aux symboles et au passé; cela leur rend facile de se soustraire de la réalité et péter de la broue.

      M. Couillard sans cravate était très relax live à la télé à 13h00.

    • @pourvoyeur

      Vous avez écrit que la plus grande chance de Philippe Couillard était d’avoir Pauline Marois devant lui.

      On ne peut mieux dire.

      Sur la question de la charte, monsieur Couillard n’a fait preuve d’aucun leadership.

      Mettre Fatima Houda-Pepin à la porte n’est pas une marque de flair politique.

      Philippe Couillard a un caucus très divisé sur la question de la charte.

      Une approche intelligente aurait été de déclarer dès le départ que le PLQ allait permettre à chaque député de dire ce que ses électeurs en pensaient.

      Mais pour permettre un débat et un vote libre, il faut du doigté, ce que n’a pas Philippe Couillard.

      J’aurais aimé voir comment Jean Charest et surtout Robert Bourassa se seraient sortis de la situation.

      A Robert Bourassa, on peut bien sûr faire des reproches, mais on ne peut lui reprocher d’avoir toujours fait passer le Québec d’abord.

      Pour protéger le français, il a même été jusqu’à utiliser la clause nonobstant, perdant ainsi quatre députés anglophones.

      Sur la question de Meech, Robert Bourassa, plutôt fédéraliste, mais pas à tout prix, a d’abord et avant tout voulu sauver son parti.

      Si Robert Bourassa avait tenu un référendum sur la souveraineté, suivant sa propre évaluation, il aurait obtenu SEULEMENT 72% des votes.

      Le PLQ n’aurait pas résisté à une campagne référendaire, mais quelque chose de nouveau serait sorti de ses cendres.

      Et Robert Bourassa aurait terminé sa carrière en chef d’état.

      Jamais premier ministre n’a eu (et n’aura) tant d’atouts dans son jeu sur la question nationale.

      Pour les uns, il a pris la bonne décision, pour les autres, la mauvaise.

      Enfin, je n’ai pas à jeter de pierres à monsieur Couillard.

      Si j’avais eu à voter au congrès libéral, je l’aurais appuyé.

      Avec du recul, je trouve que Pierre Moreau, député de Châteauguay, aurait fait un meilleur chef.

      Mais il aurait eu le même caucus.

    • @steno,13h04: Merci de l’avoir écrit…..:

      [Je suis a 100% libéral, dans l’âme, dans le cœur… Pour cette raison,
      je n’ai JAMAIS voter pour Jean Charest et je ne voterai jamais pour Couillard.
      L’idéologie néoconservatrice a asphyxier ce parti depuis plus d’une décennie…]

      “L’idéologie néoconservatrice a asphyxier ce parti depuis plus d’une décennie”

      Wow, tellement bien résumé, bravo!!!

      Je me risque avec une hypothèse depuis l’automne 1997 selon moi.
      Tôt à l’automne 1997, quand j’ai appris la possible arrivée de Charest
      à la tête du PLQ…..ça signifiait pour moi la mort du PLQ.
      Je m’en souviens comme si c’était maintenant….j’étais à DDO
      lors d’un souper de libéraux…..j’en revenais pas.
      J’ai toujours soutenu que Charest avait été placé là par le PLC/$$$$.

      Le style Couillard = Bullshitt.

      Tout ce que je souhaite, c’est que les libéraux (élus et non élus) qui sont POUR
      la charte enlèvent leurs BURKAS LIBÉRALES, et retrouvent leurs couiilles et
      résistent à Couillard.

      Sinon, c’est le mur directement!
      Louise April(Laloue)

    • M. Lavoie.

      Je suis un peu décu de votre avant dernière phrase ” Le problème, c’est que la politique partisane se fait à coups de clips de 30 ou 40 secondes dans les médias. ”

      Est-ce un problème ? Vraiment ? À mon avis non, la politique partisane est celle qui rend l’électorat désintéressé par la politique.

      Toujours blâmer les autres partis pour tout et dire que tout les projets et idées des autres partis sont mauvais sont une tactique de politique partisane bien connu. Mais en avons nous assez ?

      Je crois que les statistiques des dernières élections l’ont prouvés, cette manière de faire est toxique et nous n’en voulons plus. Bienvenue à une nouvelle génération de politicien, ou plutôt à de nouvelle manières de faire la politique.

      Personnellement, je préfère nettement M. Couillard à M. Charest, plus humain, plus centré sur les débats d’idées que sur la politique partisane. Je crois cependant que son style lui donnera moins de succès que son prédécesseur.

      Mais on peut tout de même rêver.

    • Je le redis encore et encore, mon opinion, c’est que Philippe Couillard se disqualifie complétement pour être chef de parti et surtout pas Premier Ministre aprés avoir flirté avec le SCRS en siégeant au Comité de Surveillance de celui-ci avec Arthur Porter également !

      C’est tout à fait stupéfiant que personne n’ait pensé à en faire mention !

    • Le style Couillard ou plus précisément le style trouillard…

    • Je trouve bien méprisants ceux qui disent que Monsieur Couillard est dénué d’intelligence…..C’est quand même un médecin spécialiste…….Comme Amir Khadir d’ailleurs. Deux opposés………Legault lui est un CA et Pauline a un MBA en plus de son BAC en service social. Et franchement, bien qu’on puisse difficilement mettre en doute l’intelligence des 4, le seul qui ne parle pas des 2 côtés de la bouche est Khadir.

    • Couillard doit effectivement faire attention à cet aspect de vouloir toujours nuancer ce qu’il dit et ce qu’il fait. C’est très compliqué d’arriver à faire comprendre des nuances à des millions de personnes en même temps. C’est déjà difficile d’y arriver sur des blogues avec une poignée d’individus. Les nuances ne font qu’ouvrir la porte à d’autres attaques et ça ne finit plus. Les gens ne veulent en général pas passer trois heures par jour à écouter les nuances, comprendre et décortiquer chaque décision, chaque intention ou chaque projet. Les gens ont en général très peu de temps à accorder à la politique, ils ne gagnent pas leur vie avec la politique, bien qu’ils puissent la perdre. Donc, cette façon de faire risque de lui attirer bien plus de problèmes qu’elle n’en résout même si a priori c’est la position la plus raisonnable théoriquement.

      Les nuances, ça devrait se passer dans les caucus et les discussions fermées. Lorsqu’il s’agit de transmettre une idée aux citoyens, il faut élager au maximum l’idée et faire attention à la formulation pour ne pas ouvrir la porte à des questions qui risquent de se perdre dans les détails inutiles. On l’a vu avec les discussions sur la charte de Drainville, il s’est bien empêtré les pieds dans les fleurs du tapis. La valse avec Houda-Pepin est aussi une illustration de la même chose. Il a voulu lui ouvrir une porte, lui ménager une sortie honorable, mais il semble qu’il la connaissait mal. Elle lui a éclaté au visage et tente maintenant de se faire du capital politique en se retournant contre lui. Le PLQ n’a rien à gagner dans une telle bataille, bien au contraire. Je ne sais pas trop où Houda-Pepin pense qu’elle s’en va avec ça, mais le tort qu’elle fait au parti l’exclue de revenir y exercer un rôle important. D’ailleurs, Couillard aurait dû être éliminé des candidats à la succession de Jean Charest pour à peu près les mêmes raisons lors de son passage à la Santé. Le PLQ est désespéré semble-t-il.

      Pour ce qui est de Moreau et Fournier, il n’y aura pas de putsch. Fournier n’a aucun goût pour ça et Moreau est essentiellement un poseur. Il n’entraînera pas une majorité avec lui. Le PLQ est pris avec Couillard et il faudra le mettre sur le cours accéléré de politique.

    • Alors? Qui croire réellement? Broues et Martineau, ou bien plutôt Notre-Dame-du Béton de la FTQ-Construction?

      Bof! Moi les croyances vous savez! Je préfère demeurer un agnostique pékyste pur et dur plutôt que ces espèces de Lady Banana avec du poil sous les bras si vous voulez mon humble avis. À quoi riment toutes ces crédulités laïcistes sans aucun voile ni crèmes No-No je vous le demande?

      Et en plein foyer de notre divine Comédie nationale par-dessus le marché? Allons donc! Je suis et demeure parfaitement zen et incrédule à l’égard de toutes les M’As-tu-Vues comme de tous les M’As-tu-Crus de la TIVI d’Ailleurs ou d’ICI pour résumer le propos.

      Va! Pour les animaux de Messire de LA Fontaine dans leur plus simple apparat pour 2 minutes pour la forme en attendant deux petites annonces de wonderbras 44-D pour le fond, et alors seulement je recommencerai à croire aux politiciens plutôt qu’à leurs fables si besoin. Si vous voyez vraiment tout ce que je veux dire réellement de toutes ces philosophies du Tonneau comme de raison…

      Une grosse bulle médiatique et strictement rien d’autre que cette Commission Charbonneau alors?

    • carbone-I4

      28 janvier 2014
      14h48
      Vous et Anthrax s’en chargent. Vous semblez utiliser le même style.

    • @ godin1963 15h01

      On peut être bon dans sa profession sans nécessairement l’être en politique !

      Votre Khadir a déja fait des manifestations pro-palestiniennes et anti-sémites, et Couillard a travaillé 4 ans en Arabie Saoudite un pays ultra intégriste.

      Voila pour l’intelligence, et pour la perception.

      Pour le futur, Couillard est en ce moment au Lac St Jean en réunion avec le Parti Libéral, et des manifestants CSD l’attendent à la sortie alors qu’il pourra fraterniser avec eux autres et démoniser le PQ… mais on va essayer de le “ramasser” dans le Comté Roberval… rien n’aest joué mon Philippe.

    • Je suis un fédéraliste, donc je suis un libéral au provincial. Je n’ai pas d’autres choix, car les autres partis ne sont pas fédéralistes.

      Je suis un peu déçu de la position du parti libéral sur la question de la laicité.

      Quant à P. Couillard, je trouve qu’il devra acérer ses griffes rapidement avant la prochaine campagne électrorale.

    • Je dirais qu’à l’époque de John-James, Flip-Flop devait avoir un certain style puisque beaucoup d’électeurs auraient bien aimé qu’il remplace monsieur Charest au plus sacrant. Maintenant qu’il est le Chef des Libéraux, on dirait qu’il n’a plus le feu sacré et il donne l’impression qu’il serait incapable de faire un Premier Ministre s’il fallait que la Castafiore laisse le volant de la diligence.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Lors de la prochaine élection provinciale qui devrait avoir lieu au printemps 2014, je vais procécer à un exercice le plus “objectif” possible (et je pèse bien ces derniers mots). Dans mon comté, je vais voter pour la personne qui sera la plus apte à bien s’occuper de ses commettants au niveau de la région et à bien les représenter à l’Assemblée Nationale. ET cela sans égard à la couleur de son parti et à l’allure de son chef.

    • Le parti libéral sur twitter .Photo des 150 militants qui assiste au discours de Couillard ,sur les tables bouteilles de bière .Pendant qu’on parle de crucifix .

    • ….pour sortir du brouillard identitaire, ca prend pas un trouillard, mais un gaillard loin de sagard

      un regard percant, bon âme, bon coeur, volonté de fer et cap hors du brouillard… a BraveHeart

      euh be je je je causions pas de Couillard…lui y va finir s’ul Hood-A Fatima et ce sans pépin… a

      suivre…

      M. Lavoie vous passerez le message a M. Louis Audet de chez C O G E C O, je retourne chez Télus

      O’résidentielle comme O’niveau commerciale…Je V avoir ma télé del 42″ wow.

      Il faut réellement apprendre a se retenir . M.Audet est un inconnu pour la plupart des Québécois

      donc qu’il retourne a son anonymat…ICI celui qui nous…? C Car Bone ze 14teen un ado avé un

      sérieux problème d’acné… la la la la la lère….

    • Tiens? Même le bosse de Cogeco qui semble croire que la pêche au poulamon ne sera pas suffisante pour enrichir la chatte des péksysses d’Hérouxvville, maintenant? Ça alors! Tout simplement incroyable en effet.

      -Inspecteur Dupond : « Qui l’eut cru en effet!»

      - Inspecteur Dutaon : «Je dirais même plus. Qui l’eut dit, pour tout dire!»

    • euh…où suis-je ?

      je crois que je me suis trompé de parti et de blogue

      mais où suis-je donc ?

    • @carbone-l4 est un petit voleur d’identité tout comme certaines autres pelotes à 5 cennes de la chatte à Titine de ce blogue, mais comme je n’en ai cure, je continuerai d’écrire tout ce que pense des enchartrés pékystes politiquement corrects de ce blogue ou d’Ailleurs comme de raison. Et ci-joint une autre bonne pipe pour Mémère Bouchard en attendant la suite des Choses avec le mot de Cambronne à nouveau, les Boys. Ciao!

      CH : 2 / Nordiques : 0 F

    • @fauconcanadien 15h27 et 15h33

      Vous écrivez: “carbone-I4

      28 janvier 2014
      14h48
      Vous et Anthrax s’en chargent. Vous semblez utiliser le même style.”

      et

      “Quant à P. Couillard, je trouve qu’il devra acérer ses griffes rapidement avant la prochaine campagne électrorale.”

      Il faut faire attention sur ce blogue et bien acérer non seulement ses griffes, mais aussi ses yeux. Il y a deux personnages distincts ici: “carbone-14″, celui qui fait de la philosophie et des poèmes et “carbone-I4″, un des nombreux pseudos d’anthrax. Pas étonnant qu’ils aient des styles semblables.

      @Tous les lecteurs: Méfiez-vous des imitations! Les séparatistes sont des maîtres de la supercherie. Ils sont capables de vous en passer des petites vites, surtout dans les questions référendaires.

    • . . . . M. Couillard semble chercher à approfondir les dossiers. Comme ministre de la santé, un domaine qu’il connaissait bien, ça passait ! Mais comme chef de parti, il devra apprendre à diriger une équipe et faire confiance à ses joueurs, sinon il s’empêtrera continuellement.

      Son style ! ? … Le style d’un expert qui devient gestionnaire, beaucoup d’embûches et de pièges à identifier et contourner . . . Une confiance à bâtir, une communication à établir avec ses lieutenants car les messages d’une personne dans un nouveau poste ne sont pas toujours clairs … Pourquoi ? le mix “verbal non-verbal” peut-être.

      Voyons combien de temps il prendra à maîtriser son nouveau rôle ! … C’est là que le délai avant la prochaine compagne électorale devient intéressant.

    • Philippe Couillard fait partie du même groupe que Stéphane Dion et Michael Ignatieff. Le type professeur, ils font d’excellents conférenciers et de mauvais politiciens.

    • Vous n’avez qu’à regarder les QI respectifs des deux protagonistes. Cibol que ça nous ferait du bien d’être dirigé par une personne intelligente. Cela fait donc longtemps que ça ne nous est pas arrivé. On dit que Monsieur Couillard a 150 de QI (Médecin à 21 ans, Neurologue réputé à 26 ans…). Monsieur Couillard ne veut pas parler de cette stupidité qu’est cette charte de la laïcité… et il a raison!

    • Message aux libéraux: Si vous voulez prendre le pouvoir, changez de chef. On s’est défait de Charest, celui-ci est pire.

    • Phlipflop, Phlipflop, Phlipflop.

      La pensée galoche dans la gadoue.

      Et traînent les savates vides des idées girouettiques

      Phlipflop, Phlipflop, Phlipflac àterre !

    • carbone14 a écrit:”Et je n’ai aucune confiance car je le soupconne aprés avoir fréquenté le SCRS, d’être devenu un agent double d’Ottawa parachuté par le fédéral.”

      Un peu comme Claude Morin Ministre de René Levesque et ex agent de la GRC . L’Histoire a toujours tendance à se répéter. On n’y peu rien!!

      G. Michaud

    • @fauconcanadien “Quant à P. Couillard, je trouve qu’il devra acérer ses griffes rapidement avant la prochaine campagne électorale.”

      Ne me dites pas que, pour vous impressionner, vous proposez à M. Couillard de “développer l’instinct de tueur”: j’avais trouvé ce passage primitif d’une inconscience absolue. Alors, l’agressivité, ce n’est pas un modèle pour qui que ce soit.

    • pager

      28 janvier 2014
      17h14
      Il faudrait que l’autre protagoniste ait un QI pour que l’on puisse faire une comparaison.

    • “On dit que Monsieur Couillard a 150 de QI (Médecin à 21 ans, Neurologue réputé à 26 ans…).”

      Justement! Un médecin de plus au parlement, c’est un médecin de moins pour les Québécois.

    • @veto36 28 jan.13h15
      S’cusez, mais quand me suis-je plaint que Gesca me censurait ?
      Au mieux je m’en moque, au pire je m’en fiche !
      Lisez Super Cass et autres fédéralistes qui font de l’urticaire avec la censure du robot modérateur et, entre vous autres, vous discuterez de parano…!!
      Disons que vos propres propos sont enflammés de lecture sélective… et je suis poli !
      Je ne parle que pour moi ; quant à anthrax, avec qui je partage la souveraineté mais pas nécessairement son argumentation, je ne répondrai pas à sa place !
      Capice ??
      Robert Alarie.

    • On vient de perdre 18 mois avec une gang d’inexpérimentés à la tête du gouvernement… A-t-on vraiement envie d’en perdre un autre 20?

    • En quittant le caucus du parti libéral, Fatima Houda Pépin s’est exprimée ainsi: ” Malheureusement, le parti libéral de Philippe Couillard ne me permettait pas d’avoir une liberté d’action pour pouvoir cheminer à l’intérieur du caucus avec mes collègues pour débattre de ces questions.” D’un autre côté, et presqu’en même temps, Philippe Couillard expliquait que son durcissement envers Fatima relevait de la conception-même du parti libéral en ce qui a trait à la liberté. Il parlait à ce moment de la liberté de tous d’afficher leurs signes religieux. Même au prix de brimer la liberté de sa propre député? En lui promettant une limousine si elle se taisait? Ça sent la couleuvre qu’on essaie de passer à la population sans que cette dernière ne s’en aperçoive. À ce titre le style de M.Couillard s’apparente au style de son prédécesseur M. Charest. Le style typiquement libéral des 10 ou 15 dernières années. Rejeté.

    • UNE FEMME ET SON PÉCHÉ

      Ces bonne vieilles soirées passées à fumer tranquillement une bonne pipe de Golden n’étaient pas toujours dénuées de charme peu s’en faut, tout spécialement quand toutes et chacune faisaient enfin un grand silence pour écouter religieusement Séraphin à la radio; ce que personne ou presque du beau village de Montréal n’aurait voulu manquer pour rien au monde évidemment. Surtout pas au lendemain de cet épisode assez épeurant merci où Séraphin s’était justement fait voler tout son Or. Les gens n’en avaient pas dormi de la nuit; ce qui veut vraiment tout dire en effet.

      Tous les villageois du Plateau étaient donc aux aguets derrière leurs fenêtres pour savoir ce que le père Ovide Landry pouvait bien être allé faire chez Séraphin Poudré à Ste-Adèle-sans-Piles par une journée de tempête pareille.

      Imaginez-vous donc que Donalda David avait décidé de se séparer de son bien triste de mari pour s’enfuir-t-au Colorado avec le Beau-Bidou Drainville qui n’en avait plus que pour les États depuis qu’il s’était remis à la boisson encore une fois.

      - Père Ovide: «Tu n’y penses pas Séraphin! Il va te falloir Bourse délier si tu veux la garder. A-t-on idée aussi de permettre à sa femme de s’abonner à la Presse pour se moderniser et se changer un peu les idées? C’est rempli d’annonces de brassières! Tu vois le résultat maintenant?»

      - Séraphin: «Laisse faire les brassières, père Ovide. Ce n’est pas le temps. Si Donalda s’en va-t-au Colorado, c’en est fini de mes Phynances, tu sais. Il me restera plus que Levy Wâhbo pour gosser mes copeaux. Aussi bien dire le Néant!»

      - Père Ovide: «Penses-y un peu Séraphin! Il te suffirait d’un petit cadeau de ta part pour l’amadouer. Donalda n’a pas encore de porte-gorge aussi beau que celui de ma pauvre Georgie-Anna qui a toujours mal au dos, soit! Mais un tout petit, que je te dis. Sans trop exagérer, comme celui de la divine Oprah des États bien sûr; mais ce ne serait tout de même pas la mer à boire, NON?» suite…

    • « Couillard veut parler de modèle de société mais pas de de charte » (Paul Jouvet; La Presse)

      [...]

      « Tout en voulant affirmer la neutralité religieuse de l’État, M. Couillard veut maintenir le crucifix au Salon bleu. «C’est cohérent avec le reste de notre position», assure-t-il. »

      [...]

      – — –

      Hum… Selon P. Couillard : maintien du crucifix au Salon Bleu + affirmation de la neutralité religieuse de l’État = cohérence de la position du PLQ pour ce qui est du modèle québécois de société… eee… Hein?

      Conclusion : P. Couillard possède tous les atouts pour faire de la politique.

      Daniel Verret

    • Est-ce qu’il y avait une Sûreté du Québec Libérale et une autre propre?

    • Hum, laissez-moi choisir. Couillard ou Marois ? Pauline Marois et ses “deals” avec la FTQ. Pauline Marois et sa déroute économique. Pauline Marois et sa clique de ministres incompétents ?

      Finalement, je vais choisir le style Couillard !

    • UNE FEMME ET SON PÉCHÉ -2

      - Séraphin: «Jamais! Elle ne l’emportera pas au paradis de la phynance, je te le promets. En aurais-tu parlé au curé Gros-Lot, par hasard? Peut-être qu’il pourrait arranger notre affaire après tout?»

      Père Ovide: «Notre affaire? Ce n’est pas mon affaire pantoute, Séraphin! Si tu penses que c’est moi qui vais payer une brassière à Donalda pour te faire plaisir! Et qu’est-ce que le curé Gros-Lot vient faire là-dedans? Tu peux toujours t’abonner au Devoir pour ça quant à moi. C’est juste un journal de curés.»

      La brave Georgie-Anna, qui avait eu vent de l’affaire elle aussi après avoir écouté l’air de rien sur la ligne privée des journalistes du village, entra finalement en trombe derrière son porte-gorge assez bien portant, merci! Avec une belle grosse boîte entourée d’un gros ruban flamboyant, tout comme celles de sa cousine Célestine des États, quand elle revenait en visite chez elle; ce qui ne manquait jamais de la mettre en transes fébriles et presque lubriques de magasinage elle aussi.

      Trop heureuse d’avoir enfin résolu l’affaire de la pauvre Donalda après en avoir parlé au curé Gros-Lot, qui en avait parlé à la riche héritière M’as-tu-Vue, qui avait téléphôné à New York pour commander son chapeau de Pâques habituel, cette dernière, non sans quelque peine et beaucoup de réticences, comme tous les riches parvenus de son genre, avait tout simplement décidé de l’offrir en catimini à Donalda pour prévenir le pire; et un beau chapeau tout neuf avec de petits-z-oiseaux gazouilleurs tout autour dormait donc tranquillement dans ladite boîte peccamineuse en question tout en attendant au plus tôt le retour des beaux jours une fois de plus…. suite…

    • Choisir entre le style Marois ou celui de Couillard.

      Mmmm !

      Zinc ! (1/1 000 000 de seconde après)

      Le style Couillard.

    • Marois a juste à annoncer un vote libre sur le retrait du crucifix et Couillard perd son argument de vente. Pas fort, les stratèges au #PLQ

    • Fritz2

      28 janvier 2014
      16h39
      J’avais vu la différence, mais je voulais faire semblant de n’avoir rien vu.

    • @oeil de faucon ” Même au prix de brimer la liberté de sa propre député?”

      Nous n’étions pas là, ni vous, ni moi mais je me demande en quoi LA LIBERTÉ de cette dame est plus précieuse que la liberté de toutes ces femmes dont elle ne se serait fait aucun problème à dépouiller. Elle s’est disqualifiée elle-même en voulant, à elle seule, transformer la vision de l’organisme dont elle faisait partie. Si je m’inscris chez les AA, et que mon intention est de ne pas respecter l’essence de cette formation, SI MON SOUCI D’INTÉGRITÉ ne me dicte pas de quitter, il faudra bien que quelqu’un assume LA SALE TÂCHE DE ME MONTRER LA SORTIE. Elle s’est donné pour “mission” de rendre égaux, les femmes et les hommes de son ethnie. Cette dignité ne s’impose pas à coup de sommation mais de cheminement. Quand on veut libérer quelqu’un, on ne remplace pas ses chaînes par d’autres chaines. La confiance et le respect ont plus de pouvoir sur l’évolution que toutes les dictatures.

    • @alen101 28 jan.18h10
      «..On vient de perdre 18 mois avec une gang d’inexpérimentés à la tête du gouvernement… A-t-on vraiement envie d’en perdre un autre 20?»

      Ho là soldat !
      Vous vous êtes fait siphonner le porte feuilles les dix années précédentes…
      ET, après avoir augmenté la TVQ et autres taxes cachées…
      Nos écoles tombent en ruines…
      Les infrastructures (qui nous ont coûté 30% de plus pour graisser l’entourage de Berlusconi Charest) sont paralysées parce qu’on enquête sur la mafia qui finançait le PLQ…
      Le CHUM et le CUSM nagent dans les magouilles à Couillard…
      Et vous en redemandez ?
      Si ça ne vous fait rien de financer une bande de magouilleurs, faites-le à vos frais; envoyez-leur une cotisation…

      Robert Alarie

    • Lu sur la page de La Presse.ca:

      “Un Trifluvien trouve un gène de l’obésité”

      Dans une poutine à Drummondville??

    • @carbone-14

      Saluez votre clone JohnBull.

    • J’ai confiance dans le style Couillard, même s’il est moins flamboyant que celui des politiciens-vedettes qui performent dans des clips de 30 ou 40 secondes.

      Maintenant qu’il siège à l’Assemblée nationale, la population du Québec aura l’occasion de juger de son style et de ses talents d’analyse et de persuasion lors des débats parlementaires.

      C’est sans doute l’un des facteurs qui incitent les stratèges du PQ à envisager de déclencher des élections dans les semaine qui viennent…

    • UNE FEMME ET SON PÉCHÉ -3

      Des éclairs de concupiscence avaricieuse traversèrent yeux de Séraphin à la vue d’une si belle boîte qu’il croyait juste pour lui; mais après les explications d’usage de Georgie-Anna, qui avait eu elle aussi comme un tout petit frisson dans l’âme à la vue d’une si belle boîte des États, l’idée d’un nouveau porte-gorge avait aussi germé dans son esprit suite aux petites annonces de cette fichue Presse encore une fois et à laquelle elle n’avait vraiment pas pu résister comme d’habitude; au grand désespoir du père Ovide, qui trouvait lui aussi que le 44-D revenait décidément de plus en plus cher avec l’inflation.

      - Georgie-Anna: «Tu viens, Ovide? Il nous faut retourner au bureau de poste avant le train. J’attends un petit cadeau moi aussi imagine-toi donc. Le temps de dire à Donalda de ne pas partir aux États avec son Beau-Bidou sans-le-sou à cause du petit Léo et de son nouveau chapeau, et tu viens m’ajuster ma nouvelle wonberbras avant que le train reparte. Vite! que je te dis. Ma gaine me fait mourir.

      La petite jument rousse du père Ovide poussa un joyeux hennissement dans la longue nuit noire des Pays d’En-Bas pendant que le P’tit Train du Nord refaisait des Tchou! Tchou! Tchou! en crachant des montagnes de boucanes politiques comme d’habitude; et c’est ainsi que la plupart des journalistes de Ste-Adèle purent enfin connaître le secret du vrai tour de poitrine de cette brave Madame Ovide sans rien dire pendant que le père Alfred s’allumait une autre pipe, l’air inquiet quant à savoir si cette émission n’aurait pas par hasard donné des idées à son Émérencienne adorée elle aussi; mais il était apparence que NON, puisqu’elle s’était heureusement endormie à nouveau selon son habitude. Ce qui forçait souvent le père Alfred à lui retransmettre le fil de l’émission en direct quand elle se réveillait subitement à la fin des nouvelles pour une dernière petite annonce de plus; comme par hasard, et sans trop d’explications plausibles.

      -«Qu’est-ce qu’ils ont raconté? demanda-t-elle?»

      -«Parlons-en!» répondit le père Alfred. «Je n’ai pas tout bien entendu, mais il semble que Séraphin est parti aux États avec le Beau-Bidou pour aller courir les créatures en laissant la pauvre Donalda tout nue chez le père Ovide. Ça parle au diable! C’est quoi ça, des wonderbras?»

      - «Ah! Laisse faire!» répondit Émérencienne. «Aussi bien aller me coucher puisque je suppose que tu vas probablement me rapporter mon émission tout de travers encore une fois.»

      Et c’est ainsi que le brave père Alfred, qui perdait un peu la mémoire de temps à autre, s’en retourna au lit à son tour avec son bonnet des Nordiques, tout en se demandant ce que Donalda avait bien pu faire de sa brassière du CH chez le père Ovide finalement… -FIN -

    • Lecture recommandée dans le Globe and Mail d’aujourd’hui :

      « Equalization program: a good intention gone bad », texte d’opinion de Tom Flanagan et Naomi Christensen, The Globe and Mail, mardi 28 janvier 2014, lien :

      http://www.theglobeandmail.com/globe-debate/equalization-program-a-good-intention-gone-bad/article16540855/

      Ça, c’est un débat qui pourrait bouleverser bien des choses dans la politique canadienne…

    • @ souverain,

      Ho là soldat de mes deux,

      tu dis ”Vous vous êtes fait siphonner le porte feuilles les dix années précédentes…
      ET, après avoir augmenté la TVQ et autres taxes cachées”

      Tu sauras l’ami soldat de Vigile.net quand le fédéral a baissé la TPS, le PQ a immédiatement demandé au PLQ d’augmenter la TVQ. J’espère que tu t’en rappelle hein?

      Pour les taxes cachées, autant le PQ que le PLQ ont agi pareil mon ami.

      Et pour le siphonnage de porte feuille, tu as bien beau de jouer de la vierge mais le PQ avec les syndicats ont fait pareil sinon pire.

      Elle s’appelle comment encore la madame péquiste qui travaillait au syndicat en 2009 et qui manipulait les contrats pour favoriser Arcusso? Tsé elle est ministre dans le gouvernement péquiste là là? Oui, oui, tu sais de qui je parle.

      Bonne soirée l’ami soldat.

    • “Couillard veut parler de modèle de société, mais pas de charte.” Il n’a pas le choix. Il devra mettre ses bottes et marcher, être couillard plutôt que trouillard.

    • Si les blogueurs lisaient les commentaires plutôt que de se fier à des ordinateurs pour “modérer”, il y aurait moins de commentaires farfelus de la part de trolls qui polluent les blogues.

    • @ souverain (28 janvier 2014 19h09)

      holà soldat ! alen101 a raison

      «..On vient de perdre 18 mois avec une gang d’inexpérimentés à la tête du gouvernement… A-t-on vraiment envie d’en perdre un autre 20?»

    • Est-ce que quelqu’un peut me dire pkoi aucun séparatiste parle de la grosse nouvelle soit ”des souverainistes contre la charte.”

      Mes amis séparatistes, j’aimerais bien avoir vos commentaires sur ledit sujet.

      Merci.

    • Bon toute les PQ sont sur ce site!La fin sont vient mes SÉPARATISTES.Pauline va avoir une semaine diffcile(LE DEAL)Vous êtes vraiment insultant,et vous voulez avoir un pays?Jamais avec des gens comme vous sur ce site.

    • @ boston (commentaire « 28 janvier 2014 19h58 » :

      Le quotidien Le Devoir a consacré hier un intéressant article portant sur la prise de position de l’organisme Indépendantistes pour une laïcité inclusive (IPLI) et de ses membres, qui incluent Jean Dorion, Robin Philpot et Rosa Pires :

      • « La charte va trop loin, selon les Indépendantistes », article de Mélanie Loisel, Le Devoir, lundi 27 janvier 2014, lien :

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/398295/la-charte-va-trop-loin-selon-les-independantistes

    • @boston (19h58)

      En quoi est-ce une grosse nouvelle? Vous venez d’apprendre que les souverainistes sont moins “sectaires” que vous le voudriez?

    • @ boston (commentaire « 28 janvier 2014 19h58 » :

      Et il ne faudrait pas oublier l’excellent texte d’opinion de Lucien Bouchard, paru dans La Presse aujourd’hui :

      • « Le dur test de la réalité », de Lucien Bouchard, La Presse, mardi 28 janvier 2014, lien :

      http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/27/01-4732955-le-dur-test-de-la-realite.php

    • M. Lavoie,
      Bien sûr le ‘’style’’ Couillard est plus sobre, plus cartésien.
      Ceci étant dit, le vote nationaliste fera de tout son petit pois. Des élections s’en viennent, Couillard étant trop cartésien, il passera pas, les émotions allant l’emporter sur la raison.

      Écoutez les nationalisses de toutes les régions (les creuses comme les flattes pis les ondulées) arrêtez donc de vous faire du sang de cohon, votre harte, matante Pauline va vous la donner. Pis après l’avoir eu cette fihue harte, vous allez wère que vous vous sentirez bin bin mieux. Parlez-en aux z’habitants de Hérouxville, depuis qu’ils l’on eu leur harte, eux même y z’en craille pas leu z’oreilles.

    • Certains contributeurs ont vraiment tout faux au sujet de Gesca. Ils ne savent pas apprécier l’immensité de l’oeuvre philanthropique d’un holding qui offre généreusement sous cette rubrique une tribune régulière de décompensation pour certains désinstitutionnalisés d’un Québec de plus en plus dépendant de la péréquation fédérale. (Hélas !)
      Quant au doc Couillard et à ses Libéraux, ils se sont magistralement plantés sur la question de la laïcité et ça prendra plus que le crucifix du Salon bleu pour les sortir de l’impasse. (Trois fois hélas !)

    • Il y a peu de gens qui maîtrisent la question religieuse de notre État dans un cadre d’immigration massive.

      Il est pourtant aisé de constater qu’il n’y a qu’un seul groupe religieux qui manifestent vigoureusement contre le port des signes religieux ostentatoires chez les fonctionnaires.

      Couillard ne maîtrise certainement pas l’actuel paradoxe entre notre culture et celle de la laïcité de l’État.

      Il est mal conseillé.

      Il ne sait pas que la base des nouveaux immigrants ne veulent pas de signes ostentatoires religieux chez les fonctionnaires.

      Toutefois, je trouve que l’article 38 du projet de loi 60 donne trop de pouvoir à Drainville et que le projet de loi doit-être modifié.

      J’ai beaucoup de respect pour monsieur Couilliard uniquement pour avoir choisi le 1000 St-Denis comme emplacement du nouveau CHUM.

      Cette décision est tellement bénéfique pour Montréal que je lui pardonne de ne pas être un anthropologue pour suivre le faux débat du PQ sur le projet de loi 60.

      Le PQ a commencé un faux débat pour éluder les questions importantes dont celle de la ministre fermant les yeux sur des activités criminelles.

    • Courriel envoyé à André Pratte au sujet de son éditorial “Des souverainistes contre la Charte”. “Il y a aussi des fédéralistes pour la charte. Mais ça, vous n’en parlerez évidemment pas. Je crois que les libéraux et les péquistes font fausse route. Trop, c’est comme pas assez; dans les deux sens.”

    • @cotenord_7
      Je crois bien l’avoir mentionné assez souvent que la péréquation viendrait réveiller les fantômes et démons du rapatriement de 1982. Voyons voir maintenant tous les dommages qu’ un tel réveil causeront à votre fédération canadienne.

    • “causera” bien sûr!

    • lukos

      28 janvier 2014
      20h46

      “……“Il y a aussi des fédéralistes pour la charte….”

      Je veux bien comprendre votre point de vue. Mais, voyez vous, ce sont les Péquistes qui ont lancé cette stupidité…Pas les fédéralistes!

    • @ marc_g,

      parce qu’à entendre Drainville et sa gang de clown, les péquistes sont à 100% derrière eux.

      Et dire qu’il y a quelques semaines, ce même Drainville disait que dans le camp du PLQ qu’il y avait des députés qui étaient pour la charte.

      Alors pkoi juste dire ce qu’il fait son affaire? Pour induire en erreur la population québecoise?

      Je crois bien que oui, tu ne trouves pas?

    • @ silenceondort (commentaire « 28 janvier 2014 20h50 » ) :

      Je suis heureux du fait que vous semblez éprouver beaucoup de plaisir à vous remémorer le point de vue que vous avez exprimé dans des interventions précédentes, un peu comme s’il s’agissait là de l’opinion d’un grand sage.

      Toutefois, lorsque vous évoquez « les fantômes et démons du rapatriement de 1982 », je ne sais trop à quoi vous faites allusion.

      Je crois que le rapatriement de la Constitution du Canada a été globalement une excellente chose, et qu’il est outrancier de la comparer à un film d’épouvante, avec ses fantômes et ses démons.

      En ce qui concerne la dernière phrase de votre commentaire, je crois que la formulation « qu’un tel réveil causera » ou « qu’un tel réveil causerait » serait plus correcte que la formulation que vous avez employée, soit « qu’ un tel réveil causeront » (sic).

      Heureusement pour nous tous, les rédacteurs de la Loi constitutionnelle de 1982 n’ont pas commis pareille erreur linguistique.

    • @anthrax,

      sans aucune gêne vous écriviez :”On a bien hâte que Michel Arsenault commence à nous parler des libéraux, ce qui ne saurait surement tarder.”
      Allez, ayez le courage de lire M. Marissal jusqu’ à la fin!

      http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201401/27/01-4732640-ftq-pq-les-liaisons-dangereuses.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_vincent-marissal_3280_section_POS1

      Lorsqu’on discutera de fibre morale en politique , ca pourra nous aider à parler d’égal à égal .

      G. Michaud

    • Vive le Québec Libre … des sécessionnistes.

      Les sécessionnistes actuels ne comprennent pas la notion de souveraineté.

      Si cela était le cas, il y aurait longtemps que le temps d’attente dans les urgences serait d’un maximum d’une heure.

      Si cela était le cas, il y aurait longtemps que les écoles de Montréal seraient salubres pour ne pas les fermer.

      Si cela était le cas, le pétrole de Hold Harry serait à notre profit.

      Si cela était le cas, Hydro-Québec paierait plus de dividende à Québec au risque d’augmenter les tarifs.

      Si cela était le cas, le nombre de fonctionnaires serait de moitié.

      Si cela était le cas, le système de justice serait modifié pour permettre les frais d’avocats comme préjudices.

      Si cela était le cas, les grands fraudeurs seraient en garde à vue immédiatement.

      Si cela était le cas, l’UPA n’aurait plus de monopole.

      Si cela était le cas, la formule Rand n’existerait plus.

      Si cela était le cas, les syndicats déposeraient publiquement leurs livres.

      Si cela était le cas, les syndicats ne financeraient plus illégalement les partis politiques favorables à l’obscurantisme.

      Si cela était le cas ….

      Mais … on est loin de ça ….

    • @pager 21h14 Bouchard-Taylor a eu lieu sous un gouvernement libéral qui s’est empressé de mettre le rapport sur une tablette. Pas fort non plus.

    • @ cotenord_7, 28 janvier 2014, 21h16

      Ceux qui se citent eux-mêmes sont généralement des pleutres.

    • Nonobstant le style de Couillard, je suis entièrement reconnaissant qu’il est choisi le 1000 St-Denis pour le nouveau CHUM.

      Merci !

    • Le malaise que la prise de position de Lucien Bouchard sur la question de la « charte des valeurs » du PQ engendre chez bien des séparatistes ou partisans du PQ est palpable lorsque l’on visite le site Vigile.net.

      Comme certains le savent sans doute, Vigile.net tente de jouer un rôle d’« agrégateur de nouvelles », en recopiant sur son site les textes d’articles publiés dans divers quotidiens du Québec et du reste du Canada. Je suis quelque peu surpris que cela ne cause pas de plaintes pour violation des droits d’auteur, mais là n’est pas le propos de mon intervention.

      Dans son édition d’aujourd’hui, Vigile.net a entre autres reproduit le texte d’opinion de Lucien Bouchard, « Le dur test de la réalité », qui est paru dans La Presse aujourd’hui.

      Voici l’adresse URL pour la « version Vigile.net » du texte de Lucien Bouchard :

      http://www.vigile.net/Le-dur-test-de-la-realite

      Comme c’est la coutume avec les textes reproduits sur le site de Vigile.net, le webmestre a ajouté un court commentaire éditorial (sarcastique, dans ce cas-ci) à propos de l’intervention de Lucien Bouchard :

      « Le retour de Brutus Diplodocus ».

      Quelle situation grotesque !

      Frustré par le fait que Lucien Bouchard, cet homme politique de grande culture et ce tribun exceptionnel qui a permis au « Oui » d’atteindre miraculeusement les 49,42 % lors du référendum de 1995, exprime sa dissidence à propos du projet de « charte des valeurs » du trio Marois-Lisée-Drainville, l’équipe éditoriale de Vigile.net tente de ridiculiser Lucien Bouchard en lui attribuant le qualificatif méprisant de « Brutus Diplodocus »…

      Dans la partie de hockey qui oppose en permanence les fédéralistes et les séparatistes au Québec, il faut toujours s’attendre à ce que l’un ou l’autre des membres de l’équipe séparatiste s’illustre en scorant dans son propre but…

    • @louis-richard 21h27 “Si…” C’était si différent et tellement mieux sous les libéraux? Ce n’est même pas une question de fédéralisme ou de souverainisme; c’est une question d’éthique et de saine administration en dehors de la partisanerie mesquine et irresponsable, de l’appétit du pouvoir dont les deux partis qui se partagent tour à tour la gouvernance sont coupables.

    • @ lukos, 28 janvier 2014, 21h31

      Kathleen Weil a déposé le projet de loi 94 que le PQ s’est “empressé” de contester parce que le projet de loi n’allait pas si loin à leur goût.

      Pourtant, le projet de loi 94 aurait été un début à l’actuel projet de loi 60.

    • @cotenord_7 21h52 Ce que je sais de vigile.net à travers les commentaires ne m’incite aucunement à consulter ce site. Je doute qu’il soit très lu. Ceux qui le mentionnent lui font de la publicité gratuite.

    • 22h13 “il faut toujours s’attendre à ce que l’un ou l’autre des membres de l’équipe séparatiste s’illustre en scorant dans son propre but…. L’équipe fédéraliste s’illustre aussi en scorant dans ses propres buts. La politicaillerie n’a pas de parti.

    • Monsieur Couillard n’est pas un politicien au sens traditionnel du terme. Ce n’est pas un hyperémotif. Il prend le rythme graduellement et se familiarise avec les différents dossiers. Rigueur, sang-froid et esprit cartésien le caractérisent. Évidemment, le 45% de québécois ordinaire en perd son latin! Pendant ce temps, le PQ se suspend à une Charte qui devrait s’intituler: « Charte des peureux obscurantistes du Québec profond et de l’arrière pays ».

    • @ccotenord_7

      Si vous ne savez pas ce à quoi je fais référence, c’est que vous êtes peu ou pas au fait des discussions autour du principe même de la péréquation et de son enchâssement dans la Constitution. Le miel qu’il fallait pour garder dans les rangs les provinces les plus pauvres. Aujourd’hui au grand dam de quelques-unes devenues plus riches à cause des “pétro-dollars”et surtout de l’Alberta très froide à l’ idée dès le départ.

      Et toujours cette méprisante condescendance à reprendre les gens, alors que la correction “causera” figurait déjà immédiatement à 20h54.

    • @cotenord_7
      “Agrégateurs de nouvelles” mon cher, vous en avez la palme, la plus haute marche.

      “Dans la partie de hockey qui oppose en permanence les fédéralistes et les séparatistes au Québec, il faut toujours s’attendre à ce que l’un ou l’autre des membres de l’équipe séparatiste s’illustre en scorant dans son propre but…”

      Oui pendant que leurs vis à vis font main basse dans la chambre des joueurs, avec leur police, en plus!

    • @ccotenord_7

      Tu as une mouche sur le nez…..

    • @ silenceondort (commentaire « 28 janvier 2014 22h30 ») :

      « Le miel qu’il fallait pour garder dans les rangs les provinces les plus pauvres. »

      Comme si tout dans la fédération canadienne était le résultat d’un sombre complot visant à subjuguer le pôv’ ti-Québec et les pôv’ ti-Québécois injustement traités par le conquérant anglais…

      Le concept de la péréquation date au moins de l’époque de la Commission royale d’enquête sur les relations fédérales-provinciales (Commission Rowell-Sirois), qui a siégé de 1937 à 1940.

      http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/royal-commission-on-dominion-provincial-relations/

      Et le premier programme concret de péréquation date de 1957, c’est-à dire qu’il a précédé de 35 ans la Loi constitutionnelle de 1982, dans laquelle le concept de péréquation a été enchâssé.

      http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/equalization-payments/

    • @ silenceondort (commentaire « 28 janvier 2014 22h47 ») :

      « Oui pendant que leurs vis à vis font main basse dans la chambre des joueurs, avec leur police, en plus! »

      Ah! oui, c’est évident que les corps de police du Canada jouent un grand rôle dans l’évolution des relations fédérales-provinciales et dans les débats constitutionnels au Canada…

      Continuez gaiement et avec enthousiasme dans l’élaboration de vos théories sur les sombres complots qui visent à subjuguer le pôv’ ti-Québec et les pôv’ ti-Québécois injustement traités par le conquérant anglais depuis 1759…

    • Résumons donc la question de cette trappe à souris de Drainville prétendant accorder des droits inégaux à des laïcistes soi-disant égaux dans un futur Québec bancal qui boille à la fois de la droite tout aussi bien que de la gauche dans certains hémisphères cérébraux d’Ailleurs ou d’ICI, que tout esprit de bottines en «istes» de ceci ou whatever de «cela» qui en découlerait sera définitivement, irrévocablement et irréversiblement atomisé tout partout; sans aucune sorte de chantage, de taxage tout comme d’intimidation, n’importe où comme n’importe quand. Hier, aujourd’hui tout aussi bien que demain, et ce sans aucune condition pour qui que ce soit whatsoever… Capice? Nous vous ferons des dessins si besoin. Voilà!

    • Correction à mon commentaire « cotenord_7 28 janvier 2014 23h16 » :

      « Et le premier programme concret de péréquation date de 1957, c’est-à dire qu’il a précédé de 25 ans la Loi constitutionnelle de 1982, dans laquelle le concept de péréquation a été enchâssé. »

    • “Oui pendant que leurs vis à vis font main basse dans la chambre des joueurs”

      Est-ce que c’est avant ou après que les joueurs mettent leur coquille???

    • Radio-Canada Colombie-Britannique nous apprenait plus tôt aujourd’hui que le parti séparatiste Western Block Party a été radié par Élections Canada, parce qu’il n’avait pas présenté les 250 déclarations de membres nécessaires :

      http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2014/01/28/002-radiation-western-block-party.shtml

      Voilà le destin funeste vers lequel se dirige inexorablement le Bloc québécois…

    • @cotenord_7
      Va pour la galerie si ça vous chante mais croyez-vous sincèrement faire mon éducation sur les origines de la péréquation? Toujours dans le livre “La bataille de Londres.” que vous avez lu en l’empruntant à la bibliothèque, (question de ne pas enrichir l’auteur…) il y a toute la chronologie des pourparlers concernant la péréquation qui, elle, devait servir, une fois enchâssé, maintenant dans la Constitution, de monnaie d’ échange pour garder un semblant d’ unité dans la fédération, à défaut d’ unité réelle.

    • @cotenord_7
      «Ah! oui, c’est évident que les corps de police du Canada jouent un grand rôle dans l’évolution des relations fédérales-provinciales et dans les débats constitutionnels au Canada…»

      Pour une fois restez à L’intérieur des frontières du Québec, il ne s’agissait pas des jeux du Canada…

    • @ cotenord_7

      Les sécessionnistes s’inventent des histoires.

      Ils sont incohérents et surtout incontinents.

    • @cotenord_7

      Le “Western Block Party” à court de 250 membres? Juste dans ma famille il doit bien y avoir 250 bloquistes. Peut-être pourrait-on leurs en prêter quelques-uns. Suis pour une fédération de séparatistes! Notre motto : «D’un océan à l’autre, cette fois-ci avec escales.»

    • @louis-richard

      Dis-donc, tu en as de l’ imagination ce soir “incohérents et surtout, surtout, surtout incontinents». My God, té mûr pour le Goncourt. Arrête de lire que des endos de boîtes de céréales.

    • Intéressant de constater qu’on ait censuré mon avis. Faisons simple comme diraient certains. Premièrement un 150 de QI y a pas de quoi pavoiser, j’ai un 145 ce qui ne m’empêche pas de pouvoir comprendre que d’autres aient une opinion différente sans croire de posséder la vérité.

    • @louis-richard 28 janvier 2014 20h44
      Si on prend pour acquis d’une part que la laïcité est la séparation du pouvoir entre l’église et l’état, il n’en demeure pas moins que le concept même de la laïcité impose obligatoirement une réciprocité de non-intervention de l’état envers les religions, c’est à dire que l’état ne doit pas intervenir en aucune façon dans la pratique religieuse (évidemment, tant que les lois ne sont pas enfreins, cela va de soi).

      D’autres parts, en France, là où la laïcité a vraiment pris ses racines, on retrouve au lien suivant:
      http://www.toupie.org/Dictionnaire/Laicite.htm

      “Concrètement, la laïcité est fondée sur le principe de séparation juridique des Églises et de l’État (loi de 1905 en France), en particulier en matière d’enseignement.

      Cette séparation a pour conséquence :
      - La garantie apportée par l’État de la liberté de conscience et du droit de d’exprimer ses convictions (droit de croire ou de ne pas croire, de changer de religion, d’assister ou pas aux cérémonies religieuses).

      - La neutralité de l’État en matière religieuse. Aucune religion n’est privilégiée; il n’y a pas de hiérarchie entre les croyances ou entre croyance et non-croyance. ”

      Ensuite, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui fut proclamée en 1948, alors que la 2eme Guerre Mondiale avait pris fin à peine trois ans plus tôt, assure une protection des droits religieux, pour éviter la persécution basée sur une croyance quelconque. Il faut se rappeler que les Juifs furent les grandes victimes de ce conflit et que l’article sur la liberté religieuse fut certainement influencé par cette tragédie.
      http://www.un.org/fr/documents/udhr/

      “Article 18
      Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites”

      Donc par conséquent, l’état se doit de respecter l’expression religieuse de tous, et d’assurer qu’aucune religion ne prime sur les autres.

      Ceci étant dit, il va de soi que si le Québec veut imposer un état laïc, le crucifix doit disparaitre de l’Assemblée Nationale. Mais également, l’état ne peut pas légalement et ne doit pas moralement empêcher le port de signes religieux.

      La position de Drainville et de sa charte va donc à l’encontre non seulement des Chartes des Droits et Libertés du Québec et du Canada (qui furent de toute façon inspirées de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme), mais également contre le principe même d’un état laïc. Il se trompe complètement. Et même si les avis légaux des organismes les plus pertinents en la matière confirment hors de tout doute raisonnable l’inconstitutionnalité de sa charte, Drainville persiste et signe.

      Dans n’importe quel autre gouvernement et n’importe quel autre état, les partis d’oppositions ainsi que la population réclamerait sa démission illico! On vit présentement un cirque ahurissant qui n’a aucun autre équivalent que la tromperie de cette funeste opération. Quand la partisannerie rend aveugle…

      Mais il y a pire: La charte de Drainville ne règle aucun problème au niveau du comportement des hommes intégristes à l’égard de leurs femmes ou enfants, en désaccord avec nos règles de société. L’imposition d’un comportement spécifique dans la fonction publique (l’interdiction du port de signes), n’adresse aucun des nombreux problèmes que ces femmes vivent dans le milieu familial en privé.

      On peut donc se demander : À quoi sert donc cette charte, sauf si ce n’est que de diviser les Québécois sur une question émotive, en préparation d’élection qui ne sauront tarder?

      Finalement, pourquoi s’attaquer à un problème fictif avec une charte qui ne manquera pas de se retrouver en cour suprême, alors que le problème est si simple à régler, c.à,d. de changer la politique au ministère de l’immigration?

      Nous sommes ici en plein délire Orwellien avec un gouvernement qui manipule les opinions publiques alors que le public lui-même sait qu’il est manipulé, mais obéit sagement comme des moutons, parce que ce gouvernement a réussi à faire croire à la population que l’alternative serait pire…

    • Philippe Couillard est tout à l’opposé de Jean Charest. Intelligent, honnête, intègre et, surtout, tout en nuances. Malheureusement la politique et les électeurs québécois n’en n’ont que faire de la nuance (lisez les blogs comme celui-ci et voyez les sondages fluctuer au gré des déclarations des politiciens).
      De plus, il est à la tête d’un parti qui a en son sein des politiciens de l’ancien régime, qui étaient au coeur des scandales de corruption.
      Bon courage Monsieur Couillard.
      GTremblay
      Montréal

    • CHARTE -1

      L’enjeu réel des présents débats en cours sur les accommodements raisonnables consiste surtout à rechercher comment des institutions publiques pourraient arriver à reconnaître comme égaux dans le domaine de la vie politique les droits de minorités culturelles différentes ou défavorisées, tel qu’élaboré par Charles Taylor avec sa Politique de Reconnaissance, parue et commentée en collaboration dans Multiculturalisme chez Flammarion en 94, Collection Champs # 372.

      L’introduction par Amy Gutmann ouvre le débat selon le principe que c’est justement la neutralité de la sphère publique au niveau de ses institutions, même privées comme les universités, qui garantit le mieux à la fois la liberté tout autant que l’égalité des citoyens; et la question reste à savoir quelle devrait être l’importance réelle à donner à cette identité publique par rapport à des droits fondamentaux privés sans toucher à cette identité égalitaire qui faute de reconnaissance publique, ne ferait qu’altérer leur caractère universel perçu lui aussi comme identitaire, du moins selon Rousseau et beaucoup d’autres démocraties libérales conséquentes.

      Cette quête égalitaire des citoyens pouvant cependant conduire à une recherche intégrale d’identité qui ne respecterait pas toujours leur intégrité individuelle de liberté, comme beaucoup de régimes totalitaires peuvent très bien le démontrer, toute politique reconnaissant intégralement cette identité culturelle des citoyens devrait donc respecter à la fois leur spécificité propre tout autant que leurs droits fondamentaux ou leurs besoins particuliers et ce, sans altérer pour autant leur liberté primordiale sous prétexte d’égalité ou de droits discriminatoires variés comme des anneaux dans le nez ou des gangs de rue plus structurés.

      Ce qui signifie que la protection des droits fondamentaux des individus demeure tout aussi essentielle dans un contexte politique donné que la reconnaissance des besoins spécifiques de telle ou telle communauté culturelle en particulier, si on veut sauvegarder cette identité personnelle sans aller l’enterrer dans des valeurs communes ou plus universelles qui ne tiendraient plus compte de ce principe identitaire premier qui reste toujours celui de la liberté par rapport aux institutions concernées.

      L’État dans cette perspective peut non seulement protéger les libertés religieuses sans s’y identifier expressément, mais aussi seconder ces valeurs culturelles particulières à trois conditions : c’est-à-dire en protégeant également les libertés fondamentales de tous les autres citoyens, en ne manipulant pas ces droits fondamentaux dans les institutions publiques à l’égard d’un groupe plutôt qu’un autre, et en n’y forçant pas les fonctionnaires ou les préposés non plus, grâce à cette liberté d’association qui demeure primordiale avant tout autre critère.

      Chaque groupe culturel donné pouvant ainsi se tirer d’affaire sans contrôler l’État ou l’enrôler dans des projets particuliers, le contenu même des diverses institutions démocratiques concernées reste libre en ce qui concerne le fait de refléter les valeurs diverses des communautés concernées à la condition de respecter les droits fondamentaux de tous les citoyens de la base, pourvu qu’ils demeurent dans des limites juridiques raisonnables, comme dans l’enjeu ci-haut mentionné.

      Ce qui implique que la protection des droits universels tout comme la reconnaissance publique de cultures particulières semblent renforcer davantage la défense du multiculturalisme plutôt que la survivance de telle ou telle sous-culture du macramé sans futur donnée, ou selon les errances de relativismes douteux ou sans fondement, comme les modes de toutes petites idoles intellectuelles données; ou encore la dictature de ces empirismes sociologiques aléatoires qui ne seraient plus rien d’autre que du déconstructivisme sans autre objet propre ni critères mieux définis que ceux d’expédients politiques non raisonnables par rapport à leurs mirages médiatiques non raisonnés.

      Ces mêmes libertés individuelles étant ainsi toujours reconnues comme des droits fondamentaux dans une société publique égalitaire, il devient ainsi possible d’élaborer des critères identitaires dégagés de toutes ces tendances intellectuelles à la mode où les principes de non-signifiance tenant souvent lieu de discours ambiant dans un désert d’arguties plus ou moins bien ordonnées, les masques du pouvoir qui remplacent souvent ceux de la liberté ne trouvent plus alors rien de mieux à faire que de se taire, ou du moins laisser braire dans les verts pâturages d’onomatopées réelles bien broutées tout autant que de causeries signifiantes plus ou prou bien pensées. Suite…

    • @lukos,

      Je pense qu’on a pas mal tous compris qu’il ne faut pas s’attarder à Pratte. Il est dans un mode qu’on connaît depuis quelques jours, le mode “un côté de la médaille” , sans nuancer.
      Il est d’une autre époque. Je suis malheureusement convaincu qu’il pense encore que ses opinions sont importantes.
      Il arrive un moment donné où on se fait un nom, où le bouchon est poussé trop loin. Ou il s’ajuste à “aujourd’hui”, ou bien il terminera sa carrière dans son monde, sans trop le réaliser.
      Il est tout à fait encore dans le mode “les méchants” contre “les gentils” à inventer des façons de jouer avec les idées et les mots pour que ça colle avec un côté de médaille.
      Il m’est déjà arriver de réagir….mais un moment donné et au fil des ans, ça devient juste trop évident. Il donne des coups d’épée dans l’eau.
      Je trouve dommage qu’on en soit rendu là dans un Média comme LaPresse, mais ils doivent assumer leurs choix également et en prendre consciences par eux-même.
      Et puis, c’est ça aujorud’hui et il faut faire de notre temps comme lecteur également.

    • @ silenceondort (commentaire « 29 janvier 2014 00h26 » ) :

      Est-ce que les 250 supporteurs bloquistes que vous avez compté juste dans votre famille sont vos enfants ?

      Si c’est le cas, cela contredirait de façon surprenante les résultats inquiétants du dernier sondage Léger, qui indiquent que le soutien à l’option sécessionniste au Québec se retrouve de plus en plus dans les générations vieillissantes, comme l’a souligné Michel David un texte qui est paru dans Le Devoir la semaine dernière.

      Quoi qu’il en soit, si ça vous tente, vous pouvez référer les 250 supporteurs bloquistes issus de votre famille, au site Internet du Western Block Party :

      http://www.westernblockparty.com/

      Comme vous pourrez le constater, ce parti est maintenant dirigé de façon intérimaire par un Westerner qui porte le nom exotique de Paul St. Laurent.

      Monsieur Paul St. Laurent a succédé par l’avocat controversé Doug Christie, mort en mars 2013, qui s’est fait connaître en représentant en cour le négationniste Ernst Zündel, l’ancien gardien de prison nazi Michael Seifert et le sympathisant nazi Paul Fromm.

      Souhaitez bonne chance et bonne route à ceux et celles des 250 supporteurs bloquistes que vous avez comptés juste dans votre famille, et qui, sur vos conseils avisés, déménageront sans doute bientôt dans l’Ouest canadien, afin de se joindre au Western Block Party, ce vigoureux frère d’armes du Bloc québécois…

    • Correction à mon commentaire « cotenord_7 29 janvier 2014 07h01 » :

      « Monsieur Paul St. Laurent a succédé à l’avocat controversé Doug Christie (…) »

    • @ silenceondort (commentaire « 29 janvier 2014 00h00 » ) :

      Vous avez tout à fait raison sur un point.

      Si un jour je lis « La bataille de Londres » de Frédéric Bastien, ce sera parce que je l’aurai emprunté à une bibliothèque publique de ma ville ou de ma région.

      La même chose s’applique à « Parlons de souveraineté à l’école », de Gérald Larose, et à « Un gouvernement de trop » de Stéphane Gobeil.

      Je suis bien prêt à lire ces ouvrages (j’ai même commencé à lire « Un gouvernement de trop »), mais pas au point de les acheter…

      Je vous félicite donc pour votre observation perspicace.

    • Correction additionnelle à mon commentaire « cotenord_7 29 janvier 2014 07h01 » :

      « (…) comme l’a souligné Michel David dans un texte qui est paru dans Le Devoir la semaine dernière. »

    • Lu dans la Presse ce matin : Résidences – Hébert voulait assouplir les normes de sécurité

      ”Un mois avant la tragédie de L’Isle-Verte, Québec a déposé discrètement un projet de règlement qui assouplit les normes de sécurité dans les résidences privées pour personnes âgées, a appris La Presse.

      Embarrassé, le père du projet, le ministre de la Santé et des Services sociaux Réjean Hébert, a soutenu hier que certaines dispositions, qui abaissent la formation requise du personnel, lui avaient «échappé». Il blâme ses fonctionnaires. ”

      Ah bon, cé toujours la faute des autres, rien de nouveau là-dedans avec les péquistes.

      Et Marois, en hypocrite, se présente à l’Isle-Verte en faisant semblant de rien.

      Dehors cette gang d’hypocrite.

      Ah oui, je suis persuadé qu’aucun séparatiste va commenter cette nouvelle, au contraire, ils vont se cacher et venir vomir sur Couillard.

    • PaulineMarois annonce 600 emplois et 1/2G$ d’investissement durant sa dernière mission économique et le #PLQ parle de crucifix?

    • Charte -2

      Mémorandum sur la Commission des Valeurs mobilières du petit drôle à Drainville

      Ce besoin de reconnaissance étant maintenant posé par Charles Taylor, dans sa Conférence donnée à Princeton en 1992, comme l’une des forces vives à l’oeuvre derrière la plupart des mouvements politiques actuels, il devient même une exigence pour les groupes minoritaires ou subalternes avec ce qu’on appelle aujourd’hui la politique du multiculturalisme.

      Cette exigence de reconnaissance étant basée sur les liens réels ou supposés entre reconnaissance et identité, ce dernier terme désigne donc quelque chose qui ressemble à la perception que les gens ont d’eux-mêmes et des caractéristiques fondamentales qui les définissent comme êtres humains. (p. 41) C’est ainsi la non-reconnaissance ou la reconnaissance inadéquate de cette réalité qui seront vues comme une forme d’oppression, comme le féminisme nous en a donné un autre exemple probant au long du siècle dernier.

      Hegel et sa dialectique du maître et de l’esclave (étudiants?) vient immédiatement à l’esprit pour exposer cet état de choses, qui a fait suite à l’effondrement des valeurs hiérarchiques de l’Ancien Régime et qui reposaient sur l’Honneur, qui était intrinsèquement lié aux inégalités, et qui a été remplacé par celui de dignité, présentement utilisée dans son sens universaliste et égalitaire comme inhérent à tout être humain; et ce sont justement ces formes de reconnaissance égalitaire qui sont devenues essentielles à la culture démocratique telle que nous la connaissons aujourd’hui.

      Jusqu’à la fin du 18e siècle cependant, cette identité était surtout vue comme individuelle avant de devenir comme de nos jours une exigence d’égalité de statuts, comme de sexes, et le fait d’être soi-même s’est progressivement transformé en une sorte d’idéal quant à la meilleure façon d’être authentique et vrai, par delà les anciennes conceptions de bien ou de mal qui avaient eu cours jusque-là dans les mentalités de l’époque, étant donné que ces théories identitaires datent en fait de l’époque romantique en Allemagne.

      Ce déplacement progressif entre les anciennes conceptions morales basées sur Dieu ou l’Idée du Bien, autrefois considérées comme essentielles à la plénitude de l’être, ont fini par amener une conversion massive de la culture moderne au subjectivisme ambiant qui est une forme d’introversion par laquelle des individus en arrivent à pouvoir se penser par eux-mêmes, en dehors de toute obligation externe, si on peut dire; une autre conception qui date en fait de la Renaissance.

      Le philosophe le plus important à amener ce changement de perspectives aura sans doute été Rousseau, qui considérait que la moralité consistait tout simplement à suivre la voie de la nature sans plus, et ce serait justement selon lui ce sentiment intime et profond de l’existence elle-même, tel que décrit dans sa Cinquième promenade, qui constituerait le salut moral par excellence de tout être humain dans sa paix intérieure retrouvée et qui n’est pas dénuée de panthéisme, la Nature étant maintenant en voie de devenir la religion officielle des sociétés désacralisées d’autrefois.

      Cette petite voix intérieure qui donne à chaque individu son originalité propre a d’ailleurs été poussée plus loin par Herder en faisant de chaque personne sa propre mesure, et par voie de conséquence, un être unique capable de se dépouiller de tout conformisme extérieur, fut-il politique ou religieux; et cet idéal d’authenticité avant tout romantique, lorsque devenu social en se confrontant à d’autres gens porteurs de même culture, serait même devenu selon Stuart Mill le fondement même de toute Liberté chez la plupart des nations de ce que nous appelons le Tiers Monde, dans ses germes de nationalisme moderne, avec ses prétentions à l’égalité de cultures diverses, et comme complément à celle des citoyens concernés.

      Le statut ou la position sociale était largement ce qui déterminait l’identité chez les sociétés anciennes, mais étant donné que cette nouvelle manière d’être dans les sociétés individualistes ne saurait être déterminée par les sociétés elles-mêmes, un tout petit problème d’adaptation pointe ici à l’horizon sur la nature du langage propre à pouvoir la réaliser. Notamment avec ce que Herbert Mead appelait les autres donneurs de sens, étant donné que la genèse de la pensée humaine n’est pas monologique, mais bien dialogique, c’est-à-dire pluraliste plutôt que monocorde.

      Pour ne pas dire par le moyen des échanges avec les autres, étant donné que les Sapiens seront toujours des communicateurs nés, tout spécialement à la petite enfance. On pourrait
      certes s’attendre à la rigueur à ce que nous développions comme eux nos propres opinions,
      conceptions et attitudes à l’égard des choses par une réflexion solitaire jusqu’à un certain degré; mais cela ne sera pas suffisant pour la définition de cette identité, même après être devenus des rats de bibliothèques ou d’éternels bailleurs aux corneilles, à moins d’expériences plus pertinentes avec les autres à cet effet.

      Considérons donc ici ce que nous entendons plus précisément par identité, qui représente non seulement qui nous sommes, mais aussi d’où nous venons, avec tous ces autres donneurs de sens qui ont contribué à notre formation; en commençant par les parents, la famille, les amis, les professeurs, les clubs sportifs, tout autant que tous ces autres êtres avec qui nous avons été heureux par dialogues plutôt que monologues à vrai dire; puisque c’est avec tout cet arrière-plan que nos goûts, nos aspirations et nos désirs prennent enfin tout leur sens.

      Quand c’est par la relation que j’entretiens avec une personne que j’aime que toutes ces choses me deviennent enfin accessibles, celle-ci devient alors aussi partie intégrante de mon identité, comme pour compliquer encore un peu le problème, étant donné que nos relations avec tous ces Éminents Autres qui ont contribué à forger notre identité individuelle resteront toujours des négociations par le dialogue toute notre vie durant, éternels enfants ou pas, et qu’on le veuille ou non.

      Il n’en va cependant de même avec cet autre idéal d’identité sociale qui n’est pas toujours donnée, et que Rousseau a très bien décrite dans son Discours sur l’Origine de l’Inégalité, à cet âge de l’authenticité qui n’est pas très évidente quand l’idéal de l’existence décrit plus haut ne se traduit plus par cette reconnaissance implicite de ce qu’on est, ou voudrait du moins devenir; et c’est encore chez Hegel que ce thème de la reconnaissance égalitaire idéale reçoit à nouveau son traitement le plus riche, quand ces deux plans de l’identité comme de sa reconnaissance jouent un rôle essentiel dans la culture qui est née autour de cet idéal.

      Quand seuls les meilleurs danseurs, ou les meilleurs chanteurs, ou même les meilleurs parleurs sont finalement récompensés dans ces sociétés égalitaires, certains éléments d’aliénation prennent à nouveau naissance, qui ne seront peut-être pas tous abolis en rendant tous les citoyens acteurs d’eux-mêmes dans ces nombreux spectacles que les différentes formes de démocraties postmodernes ou autres nous renvoient maintenant jusqu’à plus que satiété par médias interposés; mais sans aider pour autant les citoyens à s’y identifier, ou du moins s’y retrouver réellement; ce qui est peut-être un nouveau problème, plutôt qu’une solution concrète à cet égard, épistémologiquement parlant entre autres. Suite…

    • L’UPAC effectue en ce moment une perquisition dans les bureaux de la firme Roche à Québec. #rcqc

    • S_EFortin:Dubuc y va de contorsions sémantiques spectaculaires pour imputer au PQ la volte-face gênante du PLQ sur le crucifix!

    • lino_zambito: Perquisitions chez. Roche ! Sûrement par rapport au financement au PLQ ! Petite intuition !

    • @ silenceondort :

      Si certains des 250 supporteurs bloquistes que vous avez comptés « juste dans votre famille » décident de quitter le Québec dans les prochains jours afin de s’établir dans l’Ouest canadien, dans le but de se joindre au Western Block Party, vous devriez aussi les encourager les à participer au 29e Festival d’hiver du Cercle des Canadiens français de Prince George, en Colombie-Britannique.

      Ce carnaval d’hiver a commencé le 24 janvier et se terminera le 8 février, ce qui laisse suffisamment de temps aux membres de votre famille qui sont concernés pour se rendre sur les lieux.

      Si vous ou l’un ou l’autre des 250 supporteurs bloquistes que vous avez comptés « juste dans votre famille » désirez obtenir plus de détails concernant le 29e Festival d’hiver du Cercle des Canadiens français de Prince George, je vous recommande de visiter les sites suivants :

      http://ici.radio-canada.ca/emissions/phare_ouest/2013-2014/chronique.asp?idChronique=326207

      http://www.ccfpg.ca/

      Et pour aider les membres de votre famille qui sont concernés à ne pas se perdre lorsqu’ils se dirigeront vers Prince George, consultez la carte Google dont le lien suit :

      http://goo.gl/maps/gbTk8

      Comme vous pouvez le constater, une fois rendus à Edmonton, en Alberta, il leur suffira de prendre la route 16 en direction ouest, à travers les montagnes de la chaîne des Rocheuses, et de compter environ 800 kilomètres avant d’arriver à Prince George, en Colombie-Britannique.

      Encore une fois, souhaitez bonne chance et bonne route à ceux et celles des 250 supporteurs bloquistes que vous avez comptés « juste dans votre famille », qui prendront la décision de quitter le Québec dans les prochains jours, afin de s’établir dans l’Ouest canadien, dans le but de se joindre au Western Block Party, ce vigoureux frères d’armes du Bloc québécois dans les provinces de l’Ouest…

    • Lectures recommandées dans La Presse de mercredi :

      • « La vraie question », de Robert Leckey (professeur de droit constitutionnel à l’université McGill), La Presse, mercredi 29 janvier 2014, page A16 de l’édition imprimée, et consultable en ligne grâce au lien suivant :

      http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/28/01-4733364-la-vraie-question.php

      • « La Charte nuira à l’économie », de Louis Audet (président et chef de la direction de Cogeco), La Presse, mercredi 29 janvier 2014, page A16 de l’édition imprimée, et consultable en ligne grâce au lien suivant :

      http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/28/01-4733369-la-charte-nuira-a-leconomie.php

    • @ philomene964 (commentaire « 29 janvier 2014 07h51 » ) :

      Pouvez-vous donner plus de détails au sujet du message Twitter que vous avez reproduit dans votre commentaire ?

      La triste réalité, c’est que Pauline Marois annonce bien des choses, mais livre rarement la marchandise…

    • M Lavoie SVP pourriez vous informer votre vedette des scoops à l’assemblée Nationale que le projet de cimenterie en Gaspésie, il ne sera pas construit à Cap-Chat mais à Port-Daniel. Comme natif de Rimouski vous savez bien vous que Cap-Chat est aussi loin de Port Daniel que Montréal l’est de Québec mais pour un gars qui fouille beaucoup à l’AN cela est peut-être pas évident pour M Lessard

    • @ philomene964,

      vous mentionnez ”PaulineMarois annonce 600 emplois et 1/2G$ d’investissement durant sa dernière mission économique et le #PLQ parle de crucifix?”

      Maintenant, dites-moi combien est-ce que tous cela va coûter aux contribuables québecois?

      En ce qui concerne le crucifix, dites-moi pkoi que le PQ se cache des vrais enjeux, soit la dette du Québec et son économie en accouchant d’une charte qui aurait pu attendre quelques années de plus.

      Et pk le PQ tarde avec l’annonce du budget?

      Merci à l’avance de vos réponses.

    • @ philomene964 et autres séparatistes,

      qu’est-ce qui est plus important présentement?

      La charte?

      La dette?

    • @boston

      Jamais prendre tes sources sur la site de LaPresse PLQ… je l’ai écouté ce matin a Arcand et c’est complètement différent… je sais pas si on peut ré-écouter les entrevue sur le site de 98.5 mais ca vaut la peine.

      Je t’y invite

    • @boston et cotenord-7. Le réalisme de vos question pulvérise toute poésie , mais clarifie le moindre détail .

    • @boston

      c’est couillard qui parle de la charte depuis 2 semaines.. j’ai pas entendu le PQ en parler ben ben depuis…

      Le même couillard qui dit qu’ils ne parlerons plus de la charte et que maintenant c’est l’économie… le même qui a ouvert le meeting de liberaleux en disant qu’ils veulent garder le crucifix!

      Flip Flop Couillard!

    • Y’EN A MARRE !

      La question du crucifix à l’Assemblée nationale, c’en est une pour un Jésus de plâtre, une représentation païenne du Christ.

      Ceux qui croient en Jésus n’ont pas besoin de ces simagrées.

      La foi doit d’abord être dans nos âmes puis dans nos coeurs et dans nos gestes.

      Pour ceux qui ne croient pas, rien n’empêche leur humanisme.

      Quand j’étais à la petite école, l’on nous apprenait que la foi est un don de Dieu.

      Doit-on blâmer ceux à qui Il ne l’a pas donnée ?

      Pour revenir au Christ, j’ai plutôt l’impression que s’il venait en chair et en os à Québec, il ressortirait son fouet pour sortir tous ces menteurs qui se foutent de nous à l’Assemblée nationale.

      Alors, si j’étais député, je n’insisterais pas trop pour le crucifix; un miracle st si vite arrivé.

    • @serge_lon: SQ L’ex-directeur général, l’ex-directeur adjoint et l’ex-inspecteur-chef accusés. J’appréhende la crise d’apoplexie du très libéral Poëti !

    • @ asavaria,

      c’est certain que c’est différent car il a eu le temps de préparer ses réponses. La Presse parle du mois dernier et l’entrevue a eu lieu ce matin alors pas difficile de comprendre n’est-ce pas?

    • @ philomene964,

      vous mentionnez ”@boston et cotenord-7. Le réalisme de vos question pulvérise toute poésie , mais clarifie le moindre détail .”

      Est-ce dire que nous n’aurons pas les réponses aux questions posées?

      Sachez que cela ne me surprendra pas du tout. C’est vrai que tu côté des séparatites, quand on n’a pas les réponses, on dit n’importe quoi.

      Seen it before!

    • Flip-Flop affirme à la sortie de son caucus au LacSt Jean, que les la Charte de la laïcité affectera l’économie !

      Toujours la vieille astuce libérale de faire peur aux gens ! c’est absolument incroyable !

      La réponse cinglante du bureau de notre Premiére Ministre est à peu prés ceci :

      ▬ les libéraux sont génétiquement modifiés et incapables de défendre les valeurs québécoises !

      De plus Flip-Flop a trouvé une autre astuce pour dévier le débat sur la Charte en nous parlant du crucifix à l’Assemblée Nationale qui fait parti de nos traditions alors que c’est absolument faux puisque le crucifix a été imposé à l’Assemblée Nationale par nul autre que… Duplessis !

      Il n’y avait pas de crucifix avant la venue de Duplessis, on est bien loin de la coutume ancestrale !

      Avec les libéraux, on continue à se bidonner un max ☺

    • @cotenord_7

      Tous ces mots à mon attention ce matin? Quelle délicatesse vous me faites à cueillir, pour les assembler de si belle façon, toutes ces lettres sur le pré de votre clavier comme autant de fleurs printanières que la saison, prochaine, nous amènera. Voyez, votre bouquet m’attendrit, il me chavire même.
      Votre délire matinal n’a d’ égal qu’un éblouissant Monet, que j’accepte volontiers en gage d’ échange de bons et loyaux sentiments, de l’un envers l’autre.
      Toutefois avec ce matin encore glacial, je m’ en voudrais de ne pas vous aviser de bien prendre garde dans les escaliers. À nos âges respectables un accident est si vite arrivé, et serait tellement fâcheux, surtout que dans votre cas, il nous priverait, pour un moment, de vous voir à votre étal nous livrer quotidiennement dans le moindre détail le pourquoi de votre foi canadienne comme autrefois on livrait avec fierté le foie d’une vache anglaise aux meilleurs preneurs.

    • @carbone-14

      J’ai pensé à vous en lisant ceci.

      Le Vieux Solitaire (Léon Dierx)

      Je suis tel qu’un ponton sans vergues et sans mâts,
      Aventureux débris des trombes tropicales,
      Et qui flotte, roulant des lingots dans ses cales,
      Sur une mer sans borne et sous de froids climats.

      Les vents sifflaient jadis dans ses mille poulies.
      Vaisseau désemparé qui ne gouverne plus,
      Il roule, vain jouet du flux et du reflux,
      L’ancien explorateur des vertes Australies !

      Il ne lui reste plus un seul des matelots
      Qui chantaient sur la hune en dépliant la toile.
      Aucun phare n’allume au loin sa rouge étoile ;
      Il tangue, abandonné tout seul sur les grands flots.

      La mer autour de lui se soulève et le roule,
      Et chaque lame arrache une poutre à ses flancs ;
      Et les monstres marins suivent de leurs yeux blancs
      Les mirages confus du cuivre sous la houle.

      Il flotte, épave inerte, au gré des flots houleux,
      Dédaigné des croiseurs aux bonnettes tendues,
      La coque lourde encor de richesses perdues,
      De trésors dérobés aux pays fabuleux.

      Tel je suis. Vers quels ports, quels récifs, quels abîmes,
      Dois-tu les charrier, les secrets de mon cœur ?
      Qu’importe ? Viens à moi, Caron, vieux remorqueur.
      Écumeur taciturne aux avirons sublimes !

    • Style Couillard en résumé:

      1-Association avec Arthur Porter:

      Manque de jugement.

      2-Engagement en Arabie Saoudite:

      Manque de personnel….alors que le Québec est en manque de médecins

      Manque à l’apport économique du Québec pendant son absence en Arabie Saoudite.

      3- La charte de la laicité:

      Manque de courage.

      Manque de stabilité qui se traduit par un Flip-Flop.

      Manque de constance…..une journée pour le tchador un autre journée contre.

      Manque de respect envers l’homme québécois….en favorisant le voile, il assure donc l’inégalité entre l’homme et la femme puisque la femme portant le voile est motivée principalement par le présumé comportement du mâle….c’est inacceptable.

      4- Il met toujours une nuance à ses explications.

      Manque, manque, manque……”Mieux vaut passer pour un incompris que passer son temps à s’expliquer”

      Dorénavant il faudra compter avec un incompris et c’est Philippe “Manqué” Couillard.

    • Charte -3

      FEU le Postmodernisme

      Ce discours de reconnaissance nous est devenu familier sur deux plans: d’abord dans la sphère privée, où la formation de l’identité et du moi prennent place dans un dialogue ou une lutte continuée face aux autres qui nous importent. Puis dans la sphère publique ensuite, où la politique de reconnaissance égalitaire a fini par jouer un rôle de plus en plus grand, notamment chez certaines féministes encore une fois, par exemple.

      Cette politique de reconnaissance égalitaire en est cependant venue à signifier deux choses passablement différentes avec le temps; en ce sens qu’avec le passage de l’honneur à la dignité, cette politique d’universalisme mettant en valeur l’égale dignité des citoyens a aussi amené l’égalisation du contenu de cette politique, avec l’égalisation des droits et des attributions, passant ainsi des droits civiques à la sphère socio-économique; comme cela s’est produit après la victoire du mouvement des droits civiques des Noirs aux États-Unis dans les années soixante.

      C’est ce second changement de perspective qui a donné lieu au développement de la notion moderne de l’identité, avec la naissance d’une politique de la différence, qui vient souvent en conflit avec celle de la reconnaissance quand on parle d’identités uniques plutôt que multiples, étant donné que les Blancs ne pourront jamais être noirs le jour, ou les Noirs blancs la nuit, avec ou sans divine Charte des Droits.

      Pas du moins quand l’identité unique d’un individu ou d’un groupe donné en vient à le distinguer des autres plutôt qu’à l’y intégrer, comme cela s’est passé avec les Premières Nations, par exemple, et c’est justement l’ignorance de cette distinction passée sous silence qui a été perçue et assimilée à une identité dominante ou majoritaire et qui est devenue le péché capital contre cet idéal d’authenticité qu’on voudrait maintenant garder dans le domaine privé plutôt que public, comme dans beaucoup de sphères de la vie civile contemporaine.

      Ce beau principe d’égalité universelle étant en fait confronté à la politique de reconnaissance vis-à-vis une politique de la différence qui semble mener tout droit à des citoyens de première et de seconde classe, les discriminations positives ou autres qui en découleront ne manqueront certainement pas d’être vues comme du favoritisme, voire même l’exclusion de droits que d’autres groupes n’auraient plus; avec cette résultante que certaines minorités seront tentées d’acquérir ce droit d’en exclure d’autres sous prétexte de culture ou de religion; voire même par simple raison politique ou hégémonique, comme cela s’est produit avec les Indiens du Manitoba il y a de cela à peine 50 ans, si vous vous rappelez.

      Avec toutes les confusions dans ces mêmes droits qui ne manqueront certes pas d’en découler, comme la présente Commission Bouchard-Taylor nous en a donné un bon aperçu jusqu’ici, avec toutes les discriminations négatives qui y sont apparues en catimini, étant donné que tous ces traitements différentiels d’une communauté à l’autre ne semblent pas encore en voie d’être acceptés par tout le monde ou presque; surtout en raison du fait que ces sacro-saintes identités ne peuvent que très difficilement se partager en dehors de certaines limites données encore une fois.

      Ces conflits entre les politiques de reconnaissance disons multiculturelles d’une part, comme on les a rencontrées avec le colonialisme, et celles de la différence disons interculturelles de l’autre, comme on a pu les constater dans les grands empires européens ou soviétiques, finissent le plus souvent par aboutir à une culture disons hégémonique quand une société finit par devenir non seulement aveugle à ces différences, mais prétend en outre les gommer ou réprimer dans une sorte de moule neutre ou aveugle qui ne deviendrait plus celui de personne, tout comme pour une science en général, en dernière analyse.

      Encore plus quand ces mêmes politiques aveugles, si on peut dire, ne deviennent plus que le reflet de cultures particulières qui n’ont plus aucun rapport avec cet idéal d’égalité propre à l’ensemble des citoyens concernés dans une société donnée, comme cela a toujours prévalu dans toutes les démocraties libérales reconnues jusqu’à présent; le danger étant certes que des politiques devenues aveugles sur certains droits ne finissent par mener à des comportements aveugles ou très contradictoires sur d’autres quant à cette digne égalité de tous les humains sans exceptions.

      Cette politique d’égale dignité étant apparue en Occident sous l’influence de Kant avec son idéalisme de Moi soi-disant transcendantal, et surtout Rousseau et son romantisme pour tout le monde (ou presque) également, il serait peut-être bon d’analyser davantage cette toile de fond afin de discerner comment ces discours sur la reconnaissance qui ont suivi ont pu dévier dans des directions fort opposées qui n’avaient plus beaucoup de rapports avec la liberté telle que prônée initialement.

      Rousseau, tendant par exemple à opposer une condition de liberté dans l’égalité à une liberté caractérisée par la hiérarchie, le résultat net en est cependant dans un cas comme dans l’autre que chacun y demeure dépendant de l’autre d’une certaine façon, l’estime des uns comme des autres qui la sous-tendent, comme chacun sait, étant de fait esclave elle aussi de l’opinion, étant donné que l’honneur sera toujours basé sur certaines préférences subjectives plutôt que d’autres valeurs intégrantes un peu plus objectives dans telle ou telle société donnée

      En d’autres mots, l’opinion d’autrui sera toujours plus avantageuse que la sienne propre en société, et ces différents jeux d’acteurs ou de spectateurs, où les citoyens peuvent prendre place indifféremment comme dans les sports, le théâtre ou les spectacles populaires de toutes natures, demeurent toujours malgré tout dans cette problématique du maître et de l’esclave, mais sous des prétextes et des conditions différentes, où le regard d’autrui devient celui de toute la communauté, sans différenciation, tout comme dans certaines maisons de tolérance, par exemple.

      De privée qu’elle était, la reconnaissance devient publique, avec la gloire, l’émulation, ainsi que toutes les ristournes et les retombées qui en découlent, brisant du coup ce lien d’égalité qui unissait au départ les citoyens en faisant de ces héros de nouvelles idoles destinées à remplacer les anciennes que l’on venait tout juste d’immoler, un peu comme dans les cirques de Rome, avec son Panem et Circences en guise de paradigme ou de leitmotiv pour les politiciens en goguette encore concernés.

      Cette Chose publique ou Res Publica, faute de projet collectif ou de Moi commun tel que le Soi, ne fera que retomber dans les ornières de la vaine gloire et de l’amour propre, d’où toute trace d’honneur et de vertu aura fini par aller se dissoudre dans les sables mouvants de la critique ou de l’indifférence; quand ce n’est pas de simples substances vaporeuses destinées à se procurer un peu plus d’autonomie plutôt que de liberté véritable lorsque la seule compétition est devenue la norme de ces sociétés de nouveau prêtes à aller se sacrifier dans la poursuite de vanités plutôt que d’un dessein commun.

      Sans ce dessein commun grâce auquel le Je peut devenir un Nous plutôt qu’un simple ON dans le grand vide (p.71) d’une existence onaniste plutôt que dans une sorte de réciprocité bénéfique et non obligée qui est justement le propre de sociétés fluides bien organisées, la conscience des uns devient ainsi égale à celle des autres à nouveau plutôt que la mortification solitaire de l’amour-propre ou du ressentiment et qui, faute de différenciation plus appropriée, restera toujours dans le domaine des idéations évasives plutôt que celui des verts pâturages de réalisations concrètes et de communautés mieux constituées plutôt que disparates ou parfaitement éclatées.

      Surtout si l’on considère que dans une société libre X, la relation déterminante Y pour y parvenir devra toujours être égale à l’ensemble Z d’un peuple donné pour que celui-ci puisse effectivement exercer sa souveraineté sans ces formes bilatérales de dépendance évoquées plus haut et qui ne le mèneront toujours nulle part ailleurs que dans de nouveaux cercles vicieux politiques aussitôt recommencés, comme dans autant de petits manèges cultûrels donnés, tels que ces vieux disques recyclés de Tino Rossi en son temps, par exemple. Suite…

    • Charte -4

      QUEL GENRE D’IDÉES NOUVELLES?

      Toutes ces belles théories démocratiques basées sur un libéralisme d’après-guerre ont cependant été rebrassées semble-t-il à l’avenant depuis quelques décades au Québec, quand les droits collectifs des uns ont semblé vouloir prendre le pas sur les sacro-saintes libertés individuelles du Canada, malgré leurs Chartes des Droits respectives.

      Avec comme résultat, que tous les débats référendaires et politiques qui ont suivi, tendent de fait à faire de tous ces droits une sorte d’homogénéisation culturelle que tout un chacun ne semble pas encore près d’accepter d’un côté, ni même de reconnaître de l’autre; et la situation ayant d’ailleurs empiré au point de provoquer des disputes, pour ne pas dire des discordes fort impertinentes quant à savoir lesquels de ces droits devraient être reconnus parmi d’autres ou pas, la situation présente ressemble beaucoup à la fable de cet âne qui mourut un jour d’inanition à défaut d’avoir pu choisir entre les uns plutôt que les autres fourrages de droite ou de gauche.

      Le besoin commanderait certes d’élaborer de nouvelles politiques capables de circonvenir ce problème plutôt que d’aller le mettre sous le boisseau, comme cela s’est produit avec certains groupes qui, faute d’inculturation à la société québécoise actuelle, demandent maintenant de pouvoir s’y dérober sous divers prétextes tant religieux que linguistiques et grâce à ces raccommodements dits raisonnables qui n’auront été en fait que source de tâtillonnements bien inutiles plutôt que de mépris envers les valeurs réelles de la société québécoise; qui demeure malgré tout ouverte à ces nouveaux arrivants qui ne semblent pas encore au fait de toutes les arguties historiques qui ont été pondues jusqu’à nos jours pour tenter de circonvenir ce problème de droits égaux par rapport à des valeurs inégales, faute de pouvoir les réglementer pour de bon.

      Vouloir demeurer neutre à l’égard des toutes ses communautés culturelles comme le Canada prétend le faire ne semble aboutir en fait qu’à cette sorte d’indifférence culturelle d’une communauté par rapport à une autre, où chacune voudrait vivre avec ses propres droits égaux sans pour autant tenir compte de ceux des autres; avec comme résultat que nous avons présentement autant de sociétés distinctes que de cultures différentes au pays, toujours au profit des Chartes plutôt que des divers citoyens concernés à vrai dire. Ce qui constitue pour certains un progrès et pour d’autres une immense régression à n’en point douter.

      S’il fait encore sens que ce principe de la négation de la négation si cher à Maître Hegel soit maintenant le seul à pouvoir encore jouer quant à une définition mieux encadrée de ces sociétés distinctes, telles que celles des Premières Nations par exemple, qui revendiquent maintenant le même statut que celui du Québec à peu de choses près, il devient manifeste que la négation des droits des unes par rapport à la négation des droits des autres n’engendrera certes que la négation des unes par la négation des autres ultimement, avec comme résultat prévisible que les droits de tout un chacun, à défaut d’être égaux, ne deviendront plus que légaux sans plus; les Chartes persistant malgré tout à ne reconnaître que des droits individuels dans ce beau concert ROC, et selon le modèle de libéralisme anglo-saxon qui a prévalu jusqu’à nos jours en Amérique.

      Cette conception empirique du libéralisme, déjà enracinée dans la pensée de Kant entre autres, semble toujours de fait considérer que la dignité humaine consistant surtout dans son autonomie, la capacité de chaque personne à déterminer sa propre vie demeure donc valable de prime abord; sans interférence de droits collectifs ou religieux qui pourraient venir la contrecarrer d’une façon plutôt que d’une autre; ce qui confère incidemment à l’État un rôle de gardien de ces droits, et non pas de défenseur à vrai dire, selon cette vision des choses qui semble toujours prépondérante dans la mentalité des Outaouais plutôt que celle des Québécois à nos dernières nouvelles.

      L’autre conception plus collectiviste de Rouseau, où l’État est vu comme moteur de ces sociétés, et non pas seulement comme garant de telle ou telle option politique plus définie, semble surtout concerner des droits de nature collective comme la langue, le sexe ou la religion; et ce n’est sans doute pas un hasard que ce soient justement ceux-là même qui ont le plus apporté d’eau au moulin des intervenants dans cette Commission, certains préférant opter pour la défense de leurs droits, alors que d’autres souhaitaient au contraire en obtenir de nouveaux dans ce contexte particulier de joyeux méli-mélo où il n’était pas toujours facile de s’y retrouver en termes de droits objectifs égaux par rapport à des valeurs subjectives inégales encore une fois.

      Ces sortes de blocages affectifs entre les droits des uns comparés à ceux des autres trouvent sans doute leur source dans l’absence de formule d’amendement pertinente à ces Chartes des Droits et qui, à défaut de demeurer figées pour l’Éternité dans l’intangible et l’intemporel comme autant de petites idoles intouchables, auront été beaucoup plus utiles aux avocats plutôt qu’aux citoyens jusqu’à présent; et à défaut de pouvoir être dépoussiérées par mode de référendums plus adaptés, ou du moins mieux encadrés, il ne reste plus donc qu’à en débattre sans plus pour l’éternité, faute de mieux, semble-t-il

      L’essentiel de tous ces droits, tant individuels que collectifs, demeurant pour le moment encore figé dans les limbes de la procédurite plutôt que dans des projets de société concrets qui auraient pourtant bien besoin d’être améliorés, et les Si ou les Ut de toutes ces belles théories démocratiques risquent cependant de demeurer encore un bon moment dans le domaine des possibilités plutôt que des téléréalités; et à défaut de pouvoir y dégager de nouvelles avenues pour le futur, qui ne seraient pas que des répétitions plus ou moins malheureuses du passé pour résumer cette question fort lancinante des identités encore dans les limbes, la méthode la plus simple de gloser à leur sujet va sans doute demeurer celle de la polka politique une fois de plus; du moins pour les journalistes zoo autres observateurs qui aimeraient encore ce genre un peu suranné, bien sûr. Mais encore?
      suite…

      Voir Charles Taylor dans Multiculturalisme chez Flammarion pour tous les détails s.v.p…

    • Monsieur Lavoie,
      Croyez-vous que le cheik Couillard devrait être nerveux d’entendre sur enregistrements que Michel Arsenault a déclaré «fièrement» que Raymond Bachand l’avait félicité ( lui-même Arsenault) pour sa bonne gestion (sic)… à la tête de la FTQ…
      Ou encore que l’UPAC enquête chez Roche, ancien fief de Sam Hamad.. ?
      Ou encore les accusations au criminel visant Richard Deschesnes (directeur général de la SQ entre 2008 et 2012), Steven Chabot (directeur adjoint aux enquêtes criminelles jusqu’en 2010), Alfred Tremblay (directeur adjoint aux enquêtes criminelles de 2010 à 2012) et Jean Audette (ancien cadre supérieur).. c’est-à-dire à l’époque glorieuse (sic) d’un certain Ministre Jacques Dupuis, grand ami de Coretti et de Tomassi, accusés d’accointance avec la mafia ?
      Ou encore d’un certain Eddy Brandone qui dirigeait les finances de la FTQ-Construction et qui avait un accès direct à Berlusconi Charest ?…
      À suivre…
      Lalalalalère… (dixit Foglia)
      Robert Alarie

    • @philomene964 a.k.a. pâtefilo

      Où marois va chercher l’argent que la province n’a pas ?

      Dans cette vidéo diffusée aujourd’hui, Robert Gagne professeur des HEC explique que les politiques du gouvernement Marois conduisent la province à la ruine.

      http://montreal.ctvnews.ca/video?playlistId=1.1661427

    • Je n’ai jamais été libéral, mais dois admettre que Jean Charest était bon communicateur et un « debater » redoutable.

      Quant à Couillard, que dire ? Chaque fois que je l’entends parler, c’est plus fort que moi, au bout de quelques minutes, j’ai le goût de dormir !

    • @ anthrax,

      juste pour toi l’ami, lu dans la Presse d’aujourd’hui

      Par Louis Audet, président de COGECO concernant la charte et l’économie du Québec.

      Pourquoi en serait-il ainsi? C’est tout simple. L’économiste en chef de la Banque Nationale a démontré clairement que les pays industrialisés qui ne favorisent pas l’immigration sont condamnés à la décroissance économique. Or, à l’étranger, le message de la Charte des valeurs québécoises est perçu comme une stratégie d’exclusion xénophobe, le contraire de la société multiculturelle et ouverte que nous sommes.

      Ce message n’est pas de nature à attirer chez nous les immigrants dont nous dépendons pour notre croissance économique. Certains pays qui ont usé de méthodes d’exclusion diverses, tels le Japon et la Russie, l’ont appris à leurs dépens”

      Et dois-je te dire qu’il n’est pas le seul à penser ainsi. Plusieurs autres hauts dirigeants en ont fait de même.

      Mais faut croire que le bureau de la première ministre ne croit absolument pas a les économistes mais seulement Drainville, Lisée, Blanchet, Arsenault et les syndicats n’est-ce pas?

    • @kodesh

      29 janvier 2014
      10h37

      Vous avez écrit:

      “Style Couillard en résumé:

      2-Engagement en Arabie Saoudite:

      Manque de personnel….alors que le Québec est en manque de médecins

      Manque à l’apport économique du Québec pendant son absence en Arabie Saoudite.”

      Est bonne celle-là!

      Comme si un gars ne pouvait aller travailler où il le veut?

    • On se fait tellement planter à la Commission Charbonneau aprés avoir menti ici, que vous comprendrez pourquoi je balance des pages de commentaires pour “tasser” les commentaires embarrassants des indépendantistes.

      En fait on en mange toute une en ce moment.

    • @Boston. Le gouvernement du Québec se dit satisfait de sa mission économique à Londres et à Davos où plusieurs ententes ont été conclues favorisant ainsi la création de plus de 600 emplois.

      Au cours de sa mission, la première ministre Pauline Marois a rencontré la haute direction de plus d’une douzaine d’entreprises, dont plusieurs ayant des intérêts au Québec.

      Les investissements annoncés lors de la mission économique effectuée totalisent près de 500 millions $.

      «Notre passage à Londres et à Davos est fructueux à tous égards, a déclaré Pauline Marois. Notre politique économique Priorité emploi donne des résultats concrets et permet d’attirer des entreprises d’envergure mondiale au Québec, grâce, notamment, à notre politique d’utilisation des surplus d’électricité et aux avantages fiscaux consentis pour les investissements de plus de 200 millions $.»

      Des ententes ont notamment été conclues avec l’entreprise espagnole FerroAtlántica pour la construction d’une usine de silicium métal. L’investissement de 375 millions $ créera plus de 300 emplois.

      De plus, l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft a annoncé un investissement de près de 29 millions $ pour l’agrandissement de son studio de Québec ce qui favorisera la création d’une centaine d’emplois.

      Le gouvernement a également annoncé l’implantation, à Montréal, du studio d’effets spéciaux Cinesite, un investissement de 6,7 millions $ qui créera 200 emplois, de même que l’ouverture d’un bureau de White Star Capital, un fonds qui investit dans l’amorçage et le démarrage d’entreprises de l’industrie des technologies de l’information et des communications.

    • Charte -5 (fin)

      Vers un futur de l’Esprit ou du Vitagros

      À moins de vouloir faire de Montréal une nouvelle petite Société des Nations, selon ce vieux rêve un peu édulcoré de Kant, et qui est bel et bien une société tout ce qu’il y a de plus multiculturelle, tout comme les Olympiques, les Alouettes, les pantalons chinois, la confiture de mirabelles ou le petit point d’Alençon, il serait peut-être bon de se demander, en guise de point d’orgue sur le présent mémorandum quant à la pertinence ou non de chartes pour penser librement, si l’ajout ou non d’une autre charte sur les chartes ne servirait pas plutôt la gent avocassière plutôt que souricière à défaut de chatte plus pertinente pour y mettre une terme une fois pour toutes.

      La monoculture aura toujours ses limites, c’est bien certain, et tout comme ces braves Athéniens qui qualifiaient volontiers de Barbares tous ceux qui ne parlaient pas comme eux, tous ces débats qui ont fait rage il y a quelques années déjà sur les campus américains quant à savoir si le pluralisme était vraiment acceptable ou pas comme cursus raisonnable dans les Universités semblent avoir fait beaucoup de petits finalement .

      Tous ces échanges parfois fort acrimonieux entre les multiculturels et les monocordes dont Taylor nous fait cadeau dans son petit traité toujours pertinent sur la nature même du libéralisme comme vecteur d’idéologies nouvelles mériteraient certainement d’être étudiés plus à fond; quand bien ne serait-ce que pour mieux en analyser toutes les ressources comme les limitations inhérentes dans notre contexte politique socio-culturel actuel et qui n’est pas dénué d’incohérences ni de très fines aspérités lui non plus.

      Cette prétention à une sorte de libéralisme aveugle qui pourrait offrir un terrain neutre où toutes les cultures pourraient se rencontrer et coexister n’aura peut-être été en somme qu’une toute petite vue de l’esprit parmi bien d’autres, et un certain nombre de distinctions très subtiles entre le public et le privé, ainsi que le politique ou le religieux, s’imposerait donc pour y voir un peu plus clair, étant donné que les contentieux en cours ne concernent surtout pas que les universitaires ou les sportifs.

      Pour un chroniqueur islamique orthodoxe et rigoureux, la question de vouloir séparer politique et religion va sembler impossible et non avenue en effet, et ce genre de libéralisme compatible avec toutes les cultures tel que colporté dans les sociétés occidentales ne sera vu que comme l’expression politique d’une certaine variété de cultures soutenues par des intellectuels libéraux sans plus; ce qui ne contribuerait sans doute pas à faire avancer le débat pour autant en ce qui concerne un teapot party newborn again ou pas, tout comme aux États-Unis, c’est plus que probable.

      Cette conception séculière ou post-religieuse du libéralisme qui avait encore cours dans beaucoup de milieux dès avant 91 a cependant été battue en brèche pour en venir à nier cette sorte de neutralité culturelle antérieure qui était devenue la norme; quitte à vouloir transformer à nouveau ce même libéralisme ambiant en une sorte de crédo combattant, avec ses codes, ses encens et ses thuriféraires pas toujours des mieux intentionnés et pour qui la culture ne sera toujours qu’une arme parmi bien d’autres; tout comme au temps de Bismarck, par exemple, qui s’en était servi pour réaliser l’unité de l’Allemagne, sans aucun pluralisme résiduel superflu.

      La controverse présente sur les cultures est sans doute née des migrations multinationales d’après-guerre, qui ont rendu les sociétés d’accueil plus perméables à de nouveaux courants de pensée comme de mentalités politiques différentes quant à savoir comment accepter ces nouveaux arrivants sans les marginaliser pour autant; et tel que débattu aujourd’hui, ce problème assez constipant du multiculturalisme a sans doute beaucoup à voir avec l’implosion de certaines cultures par rapport à d’autres; dont la française pour ne pas la nommer, avec la supériorité présumée de telle ou telle autre, qui s’efforce sans succès de la remplacer.

      Souvent jugées coupables à cet égard, justement en raison de leur passé colonial, les sociétés libérales occidentales ont donc été accusées à tort ou à raison de marginaliser les populations originaires d’autres cultures, soi-disant de valeur inférieure, faute de pouvoir les intégrer poil à poil, si on peut dire, dans leur nouveau milieu de vie; ce qui n’est pas toujours donné bien sûr avec trois ou quatre femmes et une marmaille dont personne ne sait au juste ni d’où elles viennent ni où elles s’en vont réellement comme chez les Mormons.

      Si la reconnaissance et la faisabilité de vouloir donner une valeur égale à telle ou telle culture dans les sociétés libérales n’avait pas été un enjeu politique primordial juste après la Deuxième Guerre, la question de vouloir maintenant leur accorder à toutes une valeur égale, comme selon le multiculturalisme ambiant, semble au contraire avoir multiplié le problème à l’infini en voulant accorder des droits égaux à toutes ces cultures inégales pareillement; tout comme cela se faisait dans les universités auparavant; ce qui a transformé du coup le terrain philosophique du problème en foires d’empoignes politiques et sociales qui ont perduré jusqu’à maintenant.

      Le fait que ces nouvelles sociétés devenues multinationales par la force des choses soient maintenant vues comme des sources possibles de babélisation plutôt que d’enrichissement collectif, comme c’était la norme dans les grandes métropoles de l’Antiquité, a cependant changé la donne du pluralisme initial de ces mêmes sociétés en tentant de le transformer en une sorte d’interculturalisme sans âme où seules les modes Top Model prédominantes auraient cours, tant dans les médias que les différents milieux branchés concernés; avec comme conséquence que cette sorte de marginalisation accentuée de certaines cultures par rapport à d’autres n’aura conduit en quelque sorte qu’à aliéner davantage tous les citoyens de la base laissés pour compte et qui n’ont pas manqué d’en faire grief ici aux élus concernés par la bouche de leurs tambours et de leurs trompettes, à la grande surprise générale de M. ou Mme Tout le Monde.

      Le lieu essentiel de ce débat étant encore celui de l’Éducation, il n’est donc pas surprenant que les tenants de l’une ou l’autre option multiculturelle plutôt qu’interculturelle dans ces débats se soient cristallisés à nouveau autour d’une sorte de nouvelle querelle des Anciens et des Modernes; avec le résultat que chacun étant maintenant vu comme ethniciste plutôt que libéraliste, ou même progressiste, les différentes perspectives académiques en auront été d’autant plus perturbées que chacun se voyant maintenant comme afrocentriste plutôt qu’eurocentriste ou américanicentré, la lutte pour la liberté en est devenue une d’égalité; l’idée fondamentale dans ces débats étant que c’est la reconnaissance qui forge l’identité et rien d’autre; indépendamment de l’histoire, des horizons ou des circonstances. Ce qui évidemment va toujours demeurer discutable avec la mafia bien entendu ou les mains invisibles de la phynance et qui sont bel et bien multiculturelles elles aussi; quand bien même ne s’agirait-il que des taux de change sur les marchés internationaux pour faire court.

      Cette sorte de ” mélange des horizons ” (p.91) nécessaire au mélange des cultures dans un milieu donné n’étant cependant pas fonction que du potte ou des tisanes, comme dans beaucoup de nouvelles petites écoles de pensée postmodernes zoo pas, il en résulte que faute d’adaptation ou de compréhension mutuelles, la valeur d’un raga indien ne pourra jamais être jugée avec les seules catégories d’un concerto de Bach c’est bien évident; et toutes ces querelles de sémantique étant devenues des querelles de valeurs réelles plutôt que de mots, ce n’est pas demain la veille qu’elles pourront être résolues en ne les faisant reposer que sur des jugements de valeur; qui demeurent justement sans valeur pour n’être fondés que sur les préjugés, le parti-pris ou les modes ambiantes et dont l’opinion sans fondement ni connaissance adéquate n’est sans doute pas le moindre exemple.

      Vouloir accorder une égalité de valeurs à des choses qui n’en ont aucune relève soit du truisme, soit de la mauvaise foi, et les déblateurs auront toujours le champ libre quant à savoir si un oeuf sent mauvais ou pas; même si cet aveuglement aux différences des idéologies dominantes constitue bel et bien le centre traditionnel des exclusions et des marginalisations, sous prétexte de bons sentiments ou de mauvaises odeurs; et le fait est et demeure que l’enfer sera toujours pavé de bonnes intentions, dont la culture monétaire dominante en est justement aujourd’hui devenue la meilleure garante dans le plus meilleur des mondes; pour ne pas dire le nôtre tout simplement, avec ou sans traditions plus séculaires ou plus éclatées.

      Ces si formidables jugements de valeur sur lesquels reposent la plupart de nos petites, de nos moyennes, tout autant que de nos trop grosses mentalités postmodernes, pour n’avoir malheureusement aucune valeur en eux-mêmes, ne pourront donc surtout pas servir d’étalons à ces mêmes critères sur lesquels tout un chacun veut bien se baser pour nous faire accroire que telle ou telle musique serait meilleure ou pire que telle autre, comparativement à tel ou tel tableau qui ne serait peut-être pas trop pire malgré tout par rapport à un autre; et toute tendance affective, de mode, ou de catégorie mentale étant exclue par avance et en toute froide objectivité, bien sûr qu’il en découle malgré tout que valeurs ou pas, le moindre des écoliers restera toujours capable d’évaluer par lui-même si son dessin a vraiment du sens ou non, contrairement à certaines oeuvres beaucoup plus prisées de nos musées contemporains, où toutes les cultures finissent un jour par aller mourir selon Maître Hegel à nouveau; au contraire de cet Esprit primesautier toujours alerte, même sans Vitagros de la Pensée ou whatever.

      En d’autres mots, vouloir donner a priori un droit de valeur égale à tout ce qui nous concerne, indépendamment des langues, des cultures ou des religions sans plus de discernement, équivaudrait en somme à affirmer que la terre est plate ou que la température serait l’essence même de la beauté, comme du vrai, ou du moins du vendable, puisqu’à ce compte-là toute politique ne deviendrait plus qu’une simple question d’emballage que seules les statistiques ou un peu d’enrobage pourraient à la rigueur faire glisser en douceur derrière le nez pincé d’une bonne majorité de contribuables pas toujours volontaires qui n’auraient ainsi presque plus rien à redire de tel ou tel état de choses pas nécessairement toujours correct ou souhaitable, tel que de l’huile de castor sans spécifications pertinentes en fin de compte.

      L’objectivité des unes, comparée à la subjectivité des autres, ne devient plus alors qu’un leurre quand elles ne reposent plus que sur ces jugements de valeur sur les brunes ou les blondes et qui, pour n’équivaloir qu’à un gros zéro cognitif fondamentalement, ne pourront toujours engendrer que mépris et confusion dans la multiplication bien inutile d’enquêtes spécieuses sur les termes, tout autant que de conclusions péremptoires sur le bien-fondé de tel ou tel point de vue zen plus particulier et qui ne déboucherait pas sur une vision d’ensemble plus globale de la situation à défaut de tableaux plus précis sur toutes les particularités du pôblème; mais cela est sans doute d’un autre domaine que politique comme de raison raisonnante ou bien raisonnée, puisque le problème très réel des identités multiples restera toujours beaucoup plus près du cinéma plutôt que de la politique pour résumer le propos.

      Pour devenir acceptables à une communauté, ces jugements devraient aussi être raisonnables en politique, c’est-à-dire refléter les intérêts de tous ou de chacun; sans lesquels aucune société ne saurait survivre à moins de valeurs plus fondamentales que ces mêmes jugements de valeur sans valeur aucune, tel qu’expliqué ci-haut, et qui ressembleront toujours à cette brave Rossinate sans cavalier devant les moulins à vent de l’Opinion pour la mieux guider; fussent-ils médiatiques plutôt que philosophiques, pour briser si possible tous ces noeuds d’hypocrisie rébarbative qui la sous-tendent trop souvent bien en vain dans autant de bons milieux dit bien-pensants tout comme dans certains cabarets cultûrels de soirs qui penchent et où seuls le bruit et la boucane semblent servir d’alibis à des Cogitos peut-être pas toujours des mieux réfléchis.

      Cette recherche égale de jugements de valeur inégaux qui constitue l’essence même des critères libéraux colportés à tort et à travers avec ce multiculturalisme de bon aloi ne signifie plus grand-chose dans un contexte de nationalismes exacerbés par les inégalités et les exclusions monétaires; et la valeur toute relative des différentes cultures internationales proposées ne pouvant pas non plus y suppléer sans devenir elles aussi civilisatrices, c’est-à-dire transnationales, tout comme les religions, ni les monocultures ni les intercultures syndicales ou autrement ne sauraient certes arriver à pouvoir y suppléer sans Cages aux Sports plus appropriées c’est l’évidence même, étant donné que c’est surtout aux religions sportives plutôt qu’aux nationalités que ce terme de multiculturalisme disons transculturel s’applique vraiment en dernières analyses plus fines.

      D’où ce besoin minimal d’altérités bien ordonnées pour y arriver plutôt que de monologues plus que douteux parmi tous ces champs très vastes de perceptions langagières un peu floues tout autant que de fonctions cognitives un peu mieux comprises et qui demeurent malgré tout dans le domaine très réel du possible plutôt que des chimères ou des suppositions dans le Grand Vide sidéral, comme cela semble être trop souvent devenu l’habitude en politiques postmodernes dénuées de vraies histoires plutôt qu’autrement tout comme voilà!

      Fin de mon histoire. Merci!

    • Bonjour M. Lavoie,
      M. Couillard doit se déprendre du piège de la laïcité tendu par le gouvernement Marois.

      Il doit s’entourer d’hommes d’affaires et d’économistes et cela presse.

      Son discours à lui doit porter sur la santé, son atout.

      En somme, économie et santé sont les fers de lance de ce parti.

      Le PLQ sur le plan culturel, linguistique et identitaire est menotté. Ce n’est plus sa tasse de thé depuis le départ de M. Bourassa. La renaissance du Parti Égalité serait fatale pour le PLQ.

      Ainsi donc, M. Couillard vit des moments difficiles et surmontables.

    • @boston

      Est-ce que vous l’avez ecouté?

      Ce n’est pas une question d’avoir le temps de se préparer aux questions… c’est une question de mettre les chose en perspective avec la réalité des petits centre pour personne agées en région.
      Et aussi, il ne met pas le blame sur les autres, mais sur lui!

      Je sais… ca fait bizarre de voir un ministre dire la vérité…

      Pas comme Charest qui nie qu’un lobyiste a ete payé pour lui remettre un cheque de 3k!

    • Je l’aime bien ce ton respectueux de l’intelligence de ses interlocuteurs.

    • Pourquoi notre modérateur favori laisse-t-il “carbone-14″ spamer ce blogue pour tasser les commentaires des autres en nous envoyant des textes d’une longueur à n’en plus finir ?

      Le rôle du modérateur devrait être aussi d’empêcher les abus de longueur de texte, pour laisser une chance équitable à tout le monde.

      Plus que la Commission Charbonneau s’attaquera au financememnt des partis politiques, plus certains indésirables auront tendance à cacher les propos des autres en toute impolitesse.

      Merci.

    • Le tchador sera autorisé à l’université, admet Drainville.

      Mouhahaha !
      Mouhahaha !
      Mouhahaha !

    • @serge_lon: PERQUISITION UPAC : Firme Roche => Sam Hamad => Nathalie Normandeau => PLQ. Prière de ne pas faire de liens, c’est juste un autre hasard !

    • @ : boston – 29 janv — 13h59
      Vous citez:
      «Par Louis Audet, président de COGECO concernant la charte et l’économie du Québec.»
      «Et dois-je te dire qu’il n’est pas le seul à penser ainsi. Plusieurs autres hauts dirigeants en ont fait de même.»

      Serait-ce par la crainte de ne pouvoir profiter du ”cheap labour”???
      Et si la charte nuisait réellement à la croissance économique on aura qu’à être plus sélectif dans le choix d’immigrants que l’on veut accueillir. Malheureusement pour ceux qui ne veulent absolument pas s’intégrer au Québecois. Ces derniers ont toujours le choix d’aller ailleurs.
      Par contre les cerveaux convoités qui peuvent contribuer à la croissance économique du Québec sont capables de faire la différence. ”Money talks and the rest comes afterward”

    • @anthrax 15h50

      Parce que vous lisez toute cette loghorrhée de style JohnBull ?

    • Correction à 16h09 :

      …logorrhée…

    • Le Style Couillard… on ne peut demander mieux.
      Merci à tous les libéraux de l’avoir élu chef du plq.
      Quel merveilleux leader que Philippe Couillard.

      Merci encore

      Plus le vois aller, plus je l’aime

      Bravo!!! Un homme d’exception ce Docteur Couillard, comme Arthur Porter l’était avant son arrestation par INTERPOL

    • En tout cas, dans les prochains jours on risque ben plus d’entendre parler du style de leadership de l’ancien chef du PLQ, plutôt que du style de Couillard.

    • ” Si j’aurai su, j’aurai pas venu ! “

    • Ce qui est le plus ostentatoire chez Couillard et chez tous les libéraux c’est leur stupidité. Cette dernière est tellement profonde en eux qu’elle leur masque la réalité. On devrait pouvoir se munir d’une Charte pour arriver à les en délivrer une fois pour toutes. Ça serait tellement un bien à leur faire.

    • Pendant que le PQ tarde à déposer leur budget et ne parle que de la charte, le Québec est dans le rouge.

      Encore une fois, je pose la question aux séparatistes.

      Qu’Est-ce qui devrait être la priorité du gouvernement?

      La charte; ou

      La dette.

      Vos réponses s.t.p..

      Merci.

    • Qui pense encore que les élections québécoises sont DÉMOCRATIQUES? Quand les syndicats déploient “leur machine” tout peut tourner en faveur du parti qui a le plus de portes ouvertes aux syndicats.
      -En 1983, la FTQ, avec le parti au pouvoir, a réglé pour $200 000,00, sa dette de plus $33 000 000,00 plus le coût de la commission Cliche, pour les bris de la Baie-James. Toute un “deal.”
      -En 1982, les syndicats, en SYMBIOSE AVEC LE PARTI AU POUVOIR, acceptent de mettre leurs employés, la tête sur le billot, moyennant 20% de leur salaire, dans le collimateur des “objectifs” du parti au pouvoir.
      -En 1997, les syndicats, en SYMBIOSE AVEC LE PARTI AU POUVOIR, puisent dans les surplus actuariels des caisses de retraites pour éponger la gestion provinciale déficitaire… pour ensuite se plaindre sur l’incapacité. des caisses de retraites de ” servir de vache à lait” du gouvernement. et de s’auto suffire pour leurs employés.
      En 2009, selon Michel Arsenault de la FTQ, Jean Charest est majoritaire parce que LA MACHINE DE LA FTQ N’A PAS ÉTÉ MISE AU SERVICE DE PQ. Ils ont été neutres… la démocratie se serait exprimée et Jean Charest a été gagnant.
      En 2012, le PQ obtient un pouvoir minoritaire. Serait-ce par des calculs des syndicats ou par L’EXPRESSION DÉMOCRATIQUE DES ÉLECTEURS du Québec???

      Heil, la manipulation par les syndicats, c’est assez!

    • «L’instruction, c’est tout comme la boisson. Il y en a qui ne portent pas ça.»

      Duplessis.

    • Et le ‘deal’ entre la FTQ et Blanchet qui faisait saliver les dretteux vient de leur foirer entre les deux oreilles.

      HéHéHé

    • Ce qui est le plus ostentatoire chez les Pikioutistes c’est leur stupidité. Cette dernière est tellement profonde en eux qu’elle leur masque la réalité. On devrait pouvoir se munir d’une Charte pour arriver à les en délivrer une fois pour toutes. Ça serait tellement un bien à leur faire.

    • Un lobbyiste engagé pour remettre un chèque à Jean Charest?

      «Je n’ai jamais approché Blanchet» pour un deal, dit Arsenault

      …des affaires en béton, les Desmarais s’en(la)farge dans les contremarches des Beaudoin arfff Bombardier
      …nationaliste?
      nooon nooon

      Desmarais…
      fédéraliste, si si si
      wow

    • … du béton pour l’électrification des transport…?

    • Hier je n’avais pas en main ce lien parcouru il y a quelques temps sur une recherche comparative sur QI élevés (+ de 150) lorsque mis à contribution…à des fins criminelles!

      J’espère que notre Doctor Phil ne se retrouvera jamais parmi ceux-là…sinon, au moins à des degrés «acceptables» auquel nos politiciens nous ont habitués, démonstration faites tous les
      jours et de façon tout à fait « libérale»!

      Bonne lecture

    • Ah oui le lien…
      http://ww2.odu.edu/ao/instadv/quest/Genius.html

    • Couillard fait dire que Charest n’a pas reçu un chèque de 3000$… Il recevait des chèques de 75 000$ directement du P.LQ.

    • Le style Couillard est plutôt morose comparé avec celui de Marois qui est tellement émotif.

      Marois se disant une vierge politique n’est pas tellement propre car elle trempe dans des affaires très sales.

      J’aime bien Couillard pour avoir choisi l’emplacement du nouveau CHUM.

      Le député Pikiou de la circonscription où le CHUM est implanté criait à l’époque au scandale disant que le PLQ ne favorise pas une circonscription Pikiouteuse.

      Le pauvre député Pikiou ne savait même pas que le nouveau CHUM était localisé dans sa circonscription.

      Le député a été remplacé par le fabuleux Breton.

    • De la saucisse, de la saucisse,
      Toujours plus de saucisses
      Que la machine à pékysses
      de carbone-l4 en saucisses.

    • Le style Couillard est définitivement ancré dans un professionnalisme très différent des politiciens en quête de popularité comme dans un show de télé-réalité de style Occupation-Double.

      En fait, la médaille d’Or du style Occupation-Double revient au couple Marois-Blanchette.

      On devrait avoir droit de les regarder lorsqu’ils sont en plein rut dans le lit.

      Ces écoutes électroniques seraient un baume significatif afin d’inciter les gens à voter….

    • J’aime mieux le style Breton …

      Hah ha aha ha ahha ah a !!!

    • Moi je poursuis mon périple un peu loin de vous, mais je ne vous oublie pas totalement. Je suis présentement à Palo Alto pour deux autres jours, dans la jolie architecture pseudo-espagnole, après quoi je vais à Karlsruhe à l’autre bout du monde pour voir des maisons intelligentes pour les vieilles personnes. Il fait évidemment moins froid ici qu’au Québec, mais c’est quand même un peu morose. La Californie n’est pas l’Eldorado qu’elle fut déjà. Évidemment, il y a toujours les risques de tremblements de terre, mais surtout les finances publques vont très mal. Ils coupent partout. Aussi, il y a des coins comme Orange County où c’est très pollué et congestionné. Toutefois, malgré leurs problèmes (coupures de services entre autres), les Californiens demeurent assez positifs et ils sont toujours inventifs. Je pensais que le fait de passer quelques semaines loin du froid et de la neige m’apporterait du confort et de la “désintox” du blogue. mais j’y reviens toujours, comme quoi je demeure une vraie Québécoise dans l’âme, mais aussi une grande anti-séparatiste. Essayez d’expliquer nos chicanes québécoises aux Californiens (des Chinois à 90% où je suis) et ils me prennent pour une Martienne. J’ai vraiment hâte de voter pour Monsieur Couillard au mois de mars.

      Bonne fin de janvier à tous. Il ne reste que deux jours!

    • @ JeuneFille, 29 janvier 2014, 19h30

      Vous êtes une fille libre.

      Si le Québec pouvait être comme vous …..

    • M. Lavoie,
      Oui votre questionnement sur le style Couillard est bien à propos. Son style laisse perplexe bien du monde.
      Sera t’il un digne successeur des Adélard Godbout (celui qui accorda le droit aux femmes en 1944, le Québec étant la dernière province du Canada à le faire) , ou de Jean Lesage (le père du Québec moderne) . Bon l’avenir nous le dira. Ce n’est pas parce que on est le chef du parti libéral que l’on est un grand politicien, la preuve étant George Marler .

      Mais si vous me le permettez M. Lavoie, je vais écrire plus tard deux ou trois petites choses sur le sujet, j’ai encore de quoi a dire, …

    • Et dernière brassée de camélias sur la chatte à Titine avant son R.I.P. final avant bientôt,
      procédons avec ordre et méthode avec une proposition originale de Charte des Libertés sans plus comme futur du Québec sans trop de moineaux en cage comme sur ce blogue. Ciao!

    • @carbone-14

      29 janvier 2014
      15h08

      “Charte -5 (fin)” Des promesses! Si au moins c’était vrai.

    • Finalement M. Lavoie, le choix est le suivant:

      - Philippe Couillard: style ouvert au monde, a vu du pays, (Arabie Saoudite..) , habite le Lac St-jean, un homme qui s’adonne aux activités tels la pèche au saumon…a eu des acquinescenses peu enviables avec Mr. Porter, et la Canadian Security Reconnaissance Society (CRSC)…juste pour cela , je le disqualifie …

      -Pauline Marois: une femme qui est une Business Administation, châtelaine à ses heures, elle a accumulée elle et son mari (son mari, une tête pas trop symphathique soit dit en passant…) une immense fortune en finance. Elle a un ‘’perlé’’ qui tombe sur le nerf de bien du monde, perlé qu’elle a apprise lorsqu’elle a étudiée dans de très huppés collèges à Québec.

      Mais que fait-on suite à ça: Phillippe Couillard a été au Comité du Service Canadien de Rensergnement et Sécurité…il est absoliment disqualifié….too bad Philippe, tu aurais du y penser avant…
      Voici ce que j’ai appris sur Phillippe Couillard sur WikiPedia: Le 24 juin 2010. il est nommé au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) qui exerce de l’extérieur, au nom du Parlement et du public canadien, une surveillance sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS)2.

      M. Couillard, vous avez été sur un comité du gouvernement canadien qu surveille et espionne ses propres citoyens? You’re out. That’s it. Et c’est un libéral fédéraliste qui vous le dit.

    • @ JeuneFille (commentaire « 29 janvier 2014 19h30 ») :

      Malgré les grandes différences qui existent sur le territoire des États-Unis, le sentiment sécessionniste est plutôt marginal dans les régions et états qui composent ce pays.

      La plupart des citoyens des États-Unis se rallient spontanément à la devise « E pluribus unum », soit (traduit librement) : « Issus de plusieurs peuples, nous en formons un ».

      Il faut dire que l’enseignement de l’histoire nationale aux États-Unis met l’accent sur les ravages de la Guerre de Sécession, qui a fait plus de 650 000 morts et détruit une bonne partie des états du Sud, sans vraiment résoudre les inégalités sociales causées par l’esclavagisme…

      À Karlsruhe, visiterez-vous le Karlsruher Institut für Technologie (KIT), qui, selon ce que j’ai lu, est l’équivalent allemand du MIT de Cambridge, au Massachusetts ?

      L’université de Karlsruhe, une des deux institutions qui ont formé le KIT, a toute une tradition en recherche fondamentale et appliquée.

      C’est là qu’Heinrich Hertz a démontré expérimentalement l’existence des ondes électromagnétiques dans les années 1880, à partir des travaux théoriques de James Maxwell.

      En réponse à une question d’un étudiant après une présentation sur les résultats de ses recherches, Heinrich Hertz affirma alors que les ondes électromagnétiques n’auraient aucune utilité pratique…

      Il faut croire que nul n’est prophète en son pays…

    • S’il est vrai que le Fonds de solidarité de la FTQ a servi à payer 50 % du bateau de Tony Accurso, sera-t-il alors possible pour les cotisants du Fonds de faire du « time-sharing » sur ce bateau à l’avenir ???

      http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/commission-charbonneau/201401/29/01-4733502-yvon-bolduc-on-a-paye-50-du-bateau-calisse.php

    • @play_moutte 20h48 et autres

      Oubliez les détails: comment Madame Marois parle, qui elle fréquente, où et comment elle a fait son argent (dans son rapport d’impôt rendu public en août 2012, elle a déclaré $26 d’intérêts par année: donc elle est pauvre, ou riche mais idiote en finance, ou riche et très bien conseillée en finance). Oublions aussi qui est l’ami de Monsieur Couillard, combien d’années il a passé en Arabie Saoudite, etc. Il n’y a qu’une question importante à laquelle chacun d’entre nous doit répondre: voulez-vous passer les quatre prochaines années avec les Libéraux ou avec les Péquistes?

    • @play-moutte 20h48 Je ne suis pas un admirateur de Pauline Marois mais: “Elle a un ‘’perlé’’ qui tombe sur le nerf de bien du monde, perlé qu’elle a apprise lorsqu’elle a étudiée dans de très huppés collèges à Québec.” Ça vous dérange que quelqu’un s’exprime bien en français? Commencez par écrire correctement. “(son mari, une tête pas trop symphathique soit dit en passant…)” . Vous faites dans le persiflage mesquin.

    • @cotenord_7

      Moi je vous remercie d’abord de l’intérêt que vous prêtez à ce que j’écris. J’irai effectivement à KIT et dans des boîtes semi-indépendantes affiliées à KIT. Je n’irai par jusqu’à dire que KIT c’est MIT, mais c’est probablement ce qu’il y a de plus gros en Allemagne. Je suis allée à KIT trois fois déjà et deux ou trois autres fois à Karlsruhe pour d’autres raisons. Ils ont commencé par faire des maisons économiques en termes d’énergie. Puis, ils se sont intéressés à des maisons sécuritaires pour des vieilles personnes encore autonomes. On peut faire beaucoup de petites choses très simples, comme des planchers moins glissants dans les salles de bains, des systèmes qui ferment les cuisinières et les robinets automatiquement, des détecteurs de mouvements qui avertissent une centrale quand on tombe, etc. Il n’y a rien de révolutionnaire ici. De fil en aiguille, on finit par inventer de multiples applications intelligentes. On finit aussi par conclure que des planchers moins glissants dans les salles de bain, ce n’est pas seulement bon pour les vieilles personnes, mais pour tout le monde, des baignoires moins glissantes aussi. Combien de fois glisse-t-on dans des baignoires mal conçues dans des hôtels, surtout en Angleterre où les bords sont très élevés?

    • @hector_brito

      29 janvier 2014
      20h02

      Le style de Couillard laisse perplexe bien du monde dites-vous. Peut-être parce qu’il est simplement lui-même, i.e. intelligent, honnête, à l’écoute et démocratique. Il ne cherche pas à paraître autre chose que ce qu’il est. Le style Couillard, c’est de comprendre, analyser et proposer des solutions. Le style Coullard c’est de n’avoir ni paternalisme ni mépris pour ses concitoyens mais de les considérer comme des gens intelligents capables de le suivre.

      @play_moutte

      29 janvier 2014
      20h48

      Les passages de Couillard en Arabie Saoudite et au CSARS sont bien les meilleures expériences possibles pour connaître les dangers réels de l’intégrisme.

    • @play_moutte

      Je ne vois pas tellement ce qu’il y a de répréhensible à être membre du CSARS.

      Cet organisme a pour mission de surveiller ce qui se passe au SCRS.

      Cette surveillance se fait par vérifications aléatoires (spot check); alors si le SCRS veut cacher quelque chose, sa marge de manoeuvre est grande.

      Et le CSARS fait théoriquement rapport au bureau du conseil privé et au sous-comité de la Chambre sur la sécurité nationale à qui il dit bien ce qu’il veut dire.

      Si j’ai un reproche à faire à Philippe Couillard à cet égard, c’est d’avoir été naïf au point de croire que le SCRS pouvait être sérieusement surveillé.

      Quant à Pauline Marois pour qui je n’ai aucune admiration, je ne troupe pas qu’elle «perle».

      Elle possède un bon français qui a probablement été appris à la maison et à la petite école puis perfectionné au Collège Jésus-Marie de Sillery, tenu par des religieuses du même nom.

      Les Soeurs de Jésus-Marie, tout comme les Ursulines ont été des femmes exceptionnelles qui en ont instruit et éduqué d’autres.

      Mais quand on regarde de près, on voit que Pauline Marois est un tissus d’orgueil dont la seule ambition était d’atteindre le poste qu’elle occupe actuellement et qui l’ayant atteint, n’en a aucune autre.

      Pour ce faire, elle a servilement servi sous plusieurs chefs et voyant le pouvoir lui échapper aux mains d’André Boisclair, elle s’est arrangée pour le poignarder avec la servile Nicole Léger.

      Son séjour dans l’Outaouais ne l’a pas marqué.

      Manifestement, elle ne traversait pas la rivière souvent puisqu’elle n’a jamais appris la langue anglaise -ce qu’elle ne fera pas non plus une fois députée-.

      L’Outaouais, c’était l’occasion pour Robert Campeau et son protégé, Claude Blanchet, de s’enrichir aux dépens des contribuables en obtenant la part du lion dans les contrats du gouvernement fédéral dans le Trudeau boom.

      Sans être méchant, je dirais que ce fut la période «Yvette» de Pauline Marois.

      Une chose unit fortement Philippe Couillard et Pauline Marois; ni l’un ni l’autre n’ont les qualités nécessaires pour diriger la province de Québec.

    • Les internautes qui aiment entendre des imitations humoristiques de nos personnalités politiques seront peut-être intéressés à visionner un reportage récent de Radio-Canada Alberta.

      En effet, la journaliste culturelle Émilie Tremblay de Radio-Canada Alberta a réalisé une entrevue très intéressante avec Philippe Laguë, dans le cadre de la visite de l’équipe de l’émission humoristique « À la semaine prochaine » à la Cité des Rocheuses de Calgary, cette semaine.

      On peut visionner cette entrevue à l’aide du lien suivant :

      http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7008912##

      L’entrevue nous permet entre autres d’acquérir des connaissances sur les défis logistiques que représentent les déplacements de l’équipe de l’émission « À la semaine prochaine », lorsqu’elle quitte Montréal pour se déplacer en région.

      L’émission enregistrée jeudi à la Cité des Rocheuses de Calgary sera diffusée de 11 h 00 à 12 h 00 samedi, sur la Première chaîne de Radio-Canada.

      Une rediffusion aura lieu dimanche de 16 h 00 à 17 h 00.

      Voici l’adresse du site officiel de l’émission « À la semaine prochaine » :

      http://ici.radio-canada.ca/emissions/a_la_semaine_prochaine/2013-2014/index.asp

      Et voici l’adresse du site officiel de la Cité des Rocheuses de Calgary :

      http://www.citedesrocheuses.com/

      Bonne écoute !

    • JeuneFille

      29 janvier 2014
      19h30

      J’ai adoré San Diego où j’y ai travaillé quelque temps.

      Je vous souhaite un bon périple.

    • lukos , 29 janvier 2014, 21h15

      Lukos, c’est que parlant de persiflage mesquin, peut-être que certains pourraient se regarder dans le mirroir en commençant par Pauline Marois et sa petite gang (Lisée et Drainville) vu que la charte sur la laïcité (selon moi LA CHARTE DE LA L’HAÏCITÉ) , eh bien du persiflage mesquin, c’est exactement ce qu’ils font , n’est ce pas?

    • @louis-richard 29 janvier 2014 18h58

      Ha, si la NSA pouvait rendre publics les enregistrements des conversations téléphoniques entre Pauline et son mari Claude…

    • @ Duclme 21h33

      Alors comme ça, la fortune Blanchet-Marois proviendrait du fait que Claude Blanchet, alors protégé du financier Robert Campeau, grand allié avec le parti Libéral du Canada et sa grande amitié avec Pierre Elliot Trudeau. Décidément, ce blogue commence à être de plus en plus intéressant.

    • @ prom2503 29 janvier 2014 15h24

      En somme, économie et santé sont les fers de lance de ce parti.

      On ne serait mieux dire.

      En 9 ans le déficit a triplé et les couts de santé ont explosé et ce sans amélioration notable du réseau !

      On est donc prêt pour un autre round de pouvoir libéral.

      L’objectif du premier mandat serait sans doute de passer à 60 % du budget dans la santé, de tripler le déficit et de porter de $100,000 à $300,000 le montant d’argent sale que chaque ministre doit amener dans la cagnotte chaque année.
      Sans compter de doubler le salaire au noir du chef qui passerait ainsi à $140,000/année.

      Objectif ambitieux il est vrai, mais nullement hors de porté pour un gouvernement libéral.

      Tsé, l’économie, z’ont ça dans le sang !

      M. Duclos

    • @cotenord_7

      “L’entrevue nous permet entre autres d’acquérir des connaissances sur les défis logistiques que représentent les déplacements de l’équipe de l’émission « À la semaine prochaine », lorsqu’elle quitte Montréal pour se déplacer en région.”
      Qu’entendez-vous lorsque vous écrivez qu’aller à Calgary c’est se déplacer en région?

      Et alors qu’on discutait justement hier de prêter main forte aux séparatistes de l’ Ouest vous avez avec toute l’ équipe de “À la semaine prochaine” la plus belle délégation d’ indépendantistes que l’ on puisse fournir. Même les casseroles du bruiteur le sont!

    • @ : Zduc — 29 janv — 23h07
      En réf. à votre mémo à @ prom2503 29 janvier 2014 15h24
      «En somme, économie et santé sont les fers de lance de ce parti.
      On ne serait mieux dire.
      En 9 ans le déficit a triplé et les couts de santé ont explosé et ce sans amélioration notable du réseau !
      On est donc prêt pour un autre round de pouvoir libéral.»

      Pourquoi ne pas avoir demandé à M. prom2503 comment croit-il que les Québecois vont remettre le volant aux PLQ après nous avoir mené dans le champs tout en se moquant éperdument des intérêts de la population mais pas ceux des ti-n’amis”.
      Le frisé a dû obtenir son permis de conduire ”fast track” dans une boite de ”cracker jack”

      Et que dire des aptitudes de couillard quand on évalue ses actions des plus désastreuses à coût de milliards $ sans avoir amélioré quoique ce soit dans le système de Santé. Au contraire il aura réussi qu’à le détériorer davantage. Et par la suite bolduc a amplifié le désastre. Pourtant la Santé était la première priorité des libéraux, une chance…..
      Quant à l’économie n’importe quel gouvernement pourrait faire aussi bien en nous endettant
      au point de non retour. Combien de milliards ont-ils engouffré dans le plan nord sans résultats. Sans compter les cadeaux des redevances et des tours de passe-passe des impôts. Les minières jubilaient et nous ont va payer pour très longtemps.

      À bien considérer les fiascos et les magouilles de tous genres des libéraux (autant au fédéral qu’au provincial) j’ose croire que la majorité des Québecois ne leur feront plus confiance et ce pour plusieurs décennies.

    • @play_moutte

      Bien sûr.

      C’est Robert Campeau et Pierre Trudeau qui ont mis Claude Blanchet au monde pendant que Madame était dans l’ombre.

    • FÉE DES ÉTOILES

      L’occasion serait sans doute belle pour fée des étoiles de venir mettre un glaçage culturel final sur cette identité québécoise toujours fuyante qui se dérobe depuis trois mois à peine devant des auditeurs sans cesse en quête d’ipséité semble-t-il, et il est à espérer que cet art d’être vraiment soi-même plutôt qu’un autre ne viendra pas se traduire en un nouveau recueil de recettes parmi bien d’autres; car au nombre de nationalités qui sont venues témoigner à cette sorte de Commission sur les épuisements raisonnables, il est fort probable qu’une sorte de saturation tranquille viendra bientôt clore ces débats comme après un bon repas trop copieux.

      Le miroir aux alouettes des chartes de ceci sur les radis frisés de cela qui restent encore sur les très nombreux plis ou replis de la culture étant d’ailleurs venu montrer ses limites juridiques bien réelles par rapport à des suppositions plus ou moins bien établies en ce qui concerne des us ou des coutumes dont tout un chacun entend mordicus à demeurer maître malgré tout, indépendamment des modes ou des tendances dans la poutine, il appert que ce gros os des Droits et des Libertés sur lequel tous et chacune étaient prêts à venir mordre sans façon pour presque rien n’aura pas donné satisfaction à tout le monde en matière d’osso bucco, peu s’en faut.

      En faisant d’ailleurs abstraction des mantras de ces parents catholiques qui semblent s’imaginer encore bien en vain que les écoles leur appartiennent, ou que le nouveau cours proposé sur les religions est bel et bien un cours de politique 101, malgré toutes les dénégations contraires depuis près d’un an déjà de la part du gouvernemint à ce sujet, il est peu probable qu’on puisse accoucher avant peu d’un plan bien établi à cet effet, étant entendu que l’enseignement à la carte des religions ne conduira qu’à encore un peu plus de confusion dans les esprits plutôt que les mentalités au bout du compte; ce qui n’était sans doute pas le but initial de cette commission faut-il croire.

      À trop vouloir mélanger indifféremment les religions dans les écoles, il est fort probable qu’on n’aura réussi qu’à les mélanger davantage dans la fonction publique aussi par voie de conséquence; et toutes choses étant égales ou presque en ce domaine si discret de la liberté de conscience par rapport aux lobbies et aux groupes de pression qui tout au long de ces débats n’auront pas manqué de vouloir imposer leur bon vouloir à ceux des autres par médias interposés, le résultat le plus tangible qui pointe à l’horizon dès maintenant en sera probablement un autre de doux statu quo tranquille de plus parmi bien d’autres en la matière, puisque rien semble-t-il ne devrait vraiment changer au Québec finalement que les oiseaux empaillés de certains politiciens oubliés au Ministère des Mots.

      Pour le meilleur comme pour le plus pire, et selon toute apparence bien sûr, étant donné que le vin semble maintenant tiré malgré tant de bla-bla-blas en re-re-redites qui ne demanderont pas mieux qu’à s’éterniser davantage en d’autres manèges de ron-ron-rons petit-patapons où, après avoir fini par lasser la plupart des tout petits comme des moins grands avec tant et tant de toutes ces fort belles histoires, il ne restera bientôt plus qu’à retourner se coucher sans plus.

      Ce qui est aussi un autre accommodement fort raisonnable parmi bien d’autres en gros résumé; tout comme pour ces petits pois, ou trop sucrés, ou trop salés, que chacun demeure libre de manger ou pas selon les goûts plus fondamentaux de son Moi profond. Alors, où est le vrai problème s’il n’y a plus de faux problèmes avec l’ailloli finalement? Hummm? Santé!

    • @ silenceondort (commentaire « 30 janvier 2014 00h15 ») :

      a) Vous avez écrit : « Qu’entendez-vous lorsque vous écrivez qu’aller à Calgary c’est se déplacer en région? »

      Au cas où vous l’ignoreriez, la Maison de Radio-Canada à Montréal est la tête d’antenne de l’ensemble du réseau français de Radio-Canada. Lorsqu’une équipe quitte la Maison de Radio-Canada afin de visiter une station régionale de Radio-Canada, je ne crois pas qu’il soit abusif de dire que cette équipe se déplace en région. Mais cela n’enlève pas à Calgary son titre de capitale financière de l’Ouest canadien et ses attributs de région métropolitaine en pleine croissance.

      b) Vous avez écrit : « Et alors qu’on discutait justement hier de prêter main forte aux séparatistes de l’ Ouest vous avez avec toute l’ équipe de “À la semaine prochaine” la plus belle délégation d’ indépendantistes que l’ on puisse fournir. Même les casseroles du bruiteur le sont! »

      Je ne suis malheureusement pas en mesure de vérifier l’opinion politique des casseroles du bruiteur de l’émission « À la semaine prochaine ».

      Mais c’est toute une affirmation que vous faites là. Avez-vous été en mesure de déterminer si ces casseroles ont voté « Oui » en 1980 et en 1995 ? Savez-vous si ces casseroles sont des indépendantistes « pures et dures » de type « caribou pressé », ou tout simplement des partisanes de la souveraineté-association ???

    • @ playmoutte et ducalme :

      Pour obtenir le point de vue « officiel » (c’est-à-dire exprimé publiquement…) de Pauline Marois sur la relation entre son mari, Claude Blanchet, et Robert Campeau, il vaut la peine de lire l’article « Les souliers orange de Pauline » de Rima Elkouri, paru le 19 avril 2008 dans La Presse, et reproduit sur le site Vigile.net, à l’adresse suivante :

      http://www.vigile.net/Les-souliers-orange-de-Pauline

      Bonne lecture !

    • À lire dans La Presse de jeudi :

      • « Le ministre Lebel redoute l’appauvrissement du Québec » , de Joël-Denis Bellavance, La Presse, jeudi 30 janvier 2014, lien :

      http://www.lapresse.ca/actualites/politique/201401/29/01-4733801-le-ministre-lebel-redoute-lappauvrissement-du-quebec.php

    • C’est malheureux, monsieur Lavoie. Mais les sondages du jour de la Presse sont noyautés par des groupes qui se passent le message probablement sur Twitter.

      À la question:

      “Le gouvernement Marois envisage d’augmenter le tarif des garderies à 7$. Quelle politique préférez-vous?”

      Statut quo, Indexation, augmentation substantielle. Il y a une heure les réponses étaient: 7. 49 et 43%. Une heure plus tard, c’est 51, 26 et 23%…Totalement risible et cela se produit régulièrement. Imaginez, le statu-quo est passé de 7 à 51%. Ne pensez vous pas que quelqu’un à la presse devrait intervenir?…Au lieu de parler du style de Couillard et d’avoir à subir les mêmes fausses rengaines (Porter, son travail en Arabie…)

    • @cotenord_7

      A lire à la Une de la Presse aujourd’hui sur l’actualité politique avec la Comission Charbinneau :

      ▬ RIEN ! le NÉANT total !

      on fait place au réveil comateux de Michael Schumacher !

      On a escamoté la Commission, ce qui se passe en ce moment est terriblement embarrassant pour les les libéraux et Couillard !

      Chaque jour qui passe il descendent encore plus profond dans l’insignifiance et entrainent leurs partisans avec eux !

    • La Presse ne parle plus de la Commission Charbonneau !

      Ce qui se passe est devenu tellement gênant pour les libéraux, que chaque fois que Couillard parle, il s’enfonce un peu plus !

      Tout ce que les indépendantistes ont toujours dit ici dans les commentaires a toujours été la réalité malgré les dérisions et moqueries des libéraux et fédéralistes.

      Voila pourquoi plus que jamais nous tenons à avoir notre pays, délivré de l’emprise coloniale anglo-saxonnes, et de ses institutions ainsi que de leurs collaborateurs.

    • Toujours répéter ce que racontent les politiciens dénote un manque d’intelligence flagrant; pour ne pas dire un défaut de jugement très certain. Dyogène le Cynique

    • “Ne pensez vous pas que quelqu’un à la presse devrait intervenir?”

      Tiens…

      Un autre qui pense que quelqu’un à La Presse s’intéresse
      à ce que les intervenants écrivent sur les blogues…

      Si c’était le cas, le nombre de commentaires sur ce blogue
      chuterait de 75%.

    • «Il y a une chose plus terrible que la calomnie, c’est la vérité.» Talleyrand

    • «Soyez à leurs pieds. À leurs genoux… Mais jamais dans leurs mains.» Talleyrand

    • « Ne pensez vous pas que quelqu’un à la presse devrait intervenir?…» >>pager 08h45
      - – - – - – - – - – - – - – - -

      Pour faire quoi ? Favoriser votre point de vue ?

    • «Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant.» Talleyrand

      (Peut-être pas à la Commission Charbonneau?)

    • bofff… c’est normal…

      Un ministre PQ pete pis on a 3 billets sur le sujet avec 99% de federaleux qui s’acharne .

      Une écoute téléphonique avec l’ancien chef du PLQ qui met John Charest dans l’embarra… 0 billet

      Bienvenue sur le site de LaPressePLQ

    • @ anthrax,

      vous écrivez ”Tout ce que les indépendantistes ont toujours dit ici dans les commentaires a toujours été la réalité malgré les dérisions et moqueries des libéraux et fédéralistes”

      Vraiment, eh bien je suis surpris de ce commentaire.

      Maintenant, dites-nous pkoi quand on vous pose des questions pointues sur le PQ, Marois, Blanchet, FTQ et autres, vous ne répondez jamais mais vraiment jamais?

      Pouvez-vous me répondre s.t.p.

    • «Il n’y a qu’une seule chose que nous aimions voir partager avec nous, c’est notre opinion.»

      Talleyrand

    • Les “post” de carbone-14 me donnent l’envie de copier-coller “Guerre et Paix” dans son intégralité sur ce blogue… Je vais me retenir…

    • Jean-Charest lors d’une conversation enregistrée par la police, a promis une place à Michel Arsenault en le nommant au conseil de la Caisse de dépôt et placement du Québec !

      Même si ca ne c’est pas réalisé, la promesse était bien là ! et la Presse n’en fait pas ses choux gras !

      Si Mme Marois avait fait la même chose, elle serait en ce moment à la Une de la Presse et tous les libéraux seraient déchaînés !

      Ici, on assiste à un silence vraiment pathétique ! et significatif, du désarroi qui s’empare en ce moment des libéraux et fédéralistes.

      Mais on ne les prendra pas en pitié.

    • DERNIÉRE HEURE :

      La Charte de la laïcité lui aurait sauvé la vie !

      Dans le métro de Montréal, une femme dans la trentaine meurt étranglée par son hijab ! dans l’escalier roulant !

      à suivre…

    • @pager “C’est malheureux, monsieur Lavoie. Mais les sondages du jour de la Presse sont noyautés par des groupes qui se passent le message probablement sur Twitter.”

      À la dernière élection, on a vu des sondages utilisés pour manipuler l’opinion… Si la machine de la FTQ peut se mettre en marche pour influencer une élection, selon les dires de Michel Arsenault, pourquoi celle-ci et d’autres ne le feraient pas pour fausser les données. Duplessis prônait le manque d’instruction pour régner; avec 50% de la population qui ne sait pas lire, ça devient un champ d’opération tout indiqué pour exercer son despotisme. Il s’agit juste de publier un document questions-réponses pour rendre les ignares inoffensifs et le tour est joué. Lisez les commentaires et les répétitions d’accros de LA FORMULE PRÊTE À UTILISER en dit long sur son efficacité. Quand je sais d’avance ce que certains ont comme stratégie pour nous formater, je passe outre à leurs matras. D’où la nécessité pour eux de se faire une collection d’identité pour mieux tromper. Mais quand l’Âme collective se manifeste par une pensée similaire unique, ils peuvent tromper un moment, mais pas tout le temps.

    • Le Style à P. Couillard

      Merveilleux…. on l’aime
      On reconnait en lui un grand homme, un vrai de vrai libéral
      Un vrai démocrate
      Un grand politicien
      Un bon rassembleur
      Un orateur hors pair
      Un homme qui se tient droit
      Qui ne change jamais de cap
      Un homme avec des principes
      On voit qu’il a tour de parler au monde
      De rendre les choses simples
      Il accote Charest, mais en mieux.
      Merci encore aux membres du PLQ de l’avoir élu chef

      Je comprend pourquoi Arthur Porter l’aimait tant

    • M. Lavoie votre question ”Couillard est-il l’homme de la situation” est y répondre….comme on dit. Bien sûr que non. Je pense qu’il a déjà, depuis longtemps, perdu la confiance des Québécois… surtout en Outaouais. Et dire qu’un chroniqueur d’ici au 104,7FM vantait encore, pas plus tard qu’hier, les qualités de M. Couillard…comme bon ex-ministre de la Santé!! Faut le faire!

      Et dire que l’Outaouais est la pire de toutes les régions, des municipalités (Ville de Gatineau) pour ce qui est des problèmes de santé, de manque de médecins de famille, d’attentes interminables aux urgences (10 – 12 heures ou 24 hrs. c’est normal ici). Malgré ces quelques problèmes… il existe encore des ”médiateux” qui vantent un politicien comme Philippe! Comme on dit…faut le faire.

    • @fauconcanadien 29 janvier 21h50

      Moi aussi j’aime bien San Diego. J’y suis retournée il y a environ 5 ans. Ce que je n’aime pas en Californie c’est LA et Orange County. Si ma mémoire est bonne, vous avez déjà écrit que vous êtes un citoyen honoraire de Houston. Que faut-il faire pour recevoir un tel titre? Je dois vous dire que je n’aime pas tellement cette ville. Je préfère nettement Austin.

    • «Ne dites jamais de mal de vos amis; ils se chargeront bien de le faire pour vous.»

      Talleyrand

    • @JeuneFille “Moi aussi j’aime bien San Diego. J’y suis retournée il y a environ 5 ans.”

      Vous n’avez pas pensé vous ouvrir un compte Facebook pour y inscrire vos souvenirs de voyage? Ici, sur ce blogue, le thème est: Le style Couillard”.

    • @anthrax La Charte de la laïcité lui aurait sauvé la vie !

      Vous n’avez aucun respect pour la vie humaine……Consulté,vous en avez besoin….

    • @carbone-14

      Et si vous nous parliez de Monsieur Brilcream ? barbe bien taillé et cheveux au Grecian Formula.

      La poésie n’est pas le sujet de ce blogue politique.

    • Commission Charbonneau

      Louis-Pierre Lafortune en menait large !

      «Le lobbyiste vient de partir. Je viens de lui donner un beau chèque pour M. Charest.»

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/398581/louis-pierre-lafortune-en-menait-large

    • @anthrax

      Franchement!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Vaut mieux se talleyrander que de se giffler.

      « L’Angleterre a deux sauces et trois cents religions ; la France au contraire, a deux religions, mais plus de trois cents sauces. »

      de Talleyrand

    • J’ai posté un message hier soir (tôt ce matin) sur la Fiducie Capital BLF, qui fut étrangement modèré (est-ce que le modérateur fait du surmenage?). Il me semble qu’il y avait une façon de récupérer nos messages – quelqu’un se souvient-il comment faire?

      Ce message comportait un bref historique des implications du Fond de Solidarité dans cette Fiducie de même que les implications des dirigeants de Capital BLF dans le Fond FTQ. J’avais indiqué plusieurs hyperliens comme source à l’appui.

      S’il est possible de récupérer le message, cela serait fort apprécié!

    • Le Québec va recevoir 9,3 Milliards de $ en cadeau (péréquation) des autres provinces parce que cette petite et menue province à court d’idée refuse de développer ses richesses naturelles et continue toujours de se doter de gouvernements sans aucune vision. Prenez donc connaissance de cet article de M. Denis Lebel:

      http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201401/29/01-4733758-mettre-fin-a-la-dependance.php

    • Le ministre Drainville s’est engagé à éliminer tous les escaliers mobiles de l’Université Concordia.

    • @ anthrax,

      tu dis ”Dans le métro de Montréal, une femme dans la trentaine meurt étranglée par son hijab ! dans l’escalier roulant ”

      Dans la Presse c’est écrit ”foulard” et non hijab. Maudite différence le grand.

      Coudonc, es tu parenté avec Michel Arsenault?

    • La province reçoit du pays plus de 55% du total de la péréquation.

      Plus de cinquante-cinq pourcent !

      Pauline Marois ménerait des pourparlers secrets avec Alison Redford de l’Alberta pour augmenter les frais de garderie au Québec…

    • @l.moga 12h06

      Moi aussi je trouve que plusieurs des interventions sur ce blogue sont hors sujet, dont les miennes assez souvent, mais pas tout le temps, vous en conviendrez. Donc nous sommes probablement d’accord sur ce point. Toutefois, s’il fallait enlever d’ici tout ce qui est hors sujet, il y a des pans complets du blogue qui disparaîtraient, avec les revenus de publicité qui viennent avec sa fréquentation. Je n’ai pas besoin de donner les noms de ceux qui sont le plus souvent coupables de digression car il suffit de penser à des produits chimiques de couleur noire. Je prends toutefois bonne note de votre message pour l’avenir.

      Comme j’ai écrit hier soir, je rencontre souvent des Chinois ici et les histoires québécoises ça ne leur dit absolument rien. Plusieurs Chinois ont entendu parler de la province de Québec, tout comme plusieurs Québécois ont entendu parler de la province de Szechuan, mais peu de Chinois savent ce qui se passe chez nous. C’est un peu comme nous avec le Szechuan: on sait ce que ça goûte, mais on ne sait presque rien de la politique locale de cet endroit et ça ne nous intéresse pas beaucoup. Imaginez, eux ne savent même pas ce que le Québec goûte, donc ils partent de loin.

      Pour ce qui est de Couillard, j’ai d’autre chose à faire dans la vie que de décrire la pensée politique d’un gros barbu grisonnant à des Chinois égarés en Californie.

      Trouvez que je suis un peu plus dans le thème maintenant?

    • «Oui je viens dans son temple adorer le Seigneur.»

      Athalie de Jean Racine

    • De plus en plus de pharisiens chez les pékysses. Il ne leur manque plus que la barbe eux aussi. Que faire?

    • JeuneFille

      30 janvier 2014
      11h28
      C’est un titre honorifique. Évidemment, on ne peut le demander. La ville a apprécié le travail que je faisais. Un jour, elle m’a remis ce titre pour me remercier.

    • @ pager 13h47

      Le Québec va recevoir 9,3 Milliards de $ en cadeau (péréquation) des autres provinces …

      cependant un pays comme l’Ukraine ou l’opposition au gouvernement pro-russe, refuse les $ 15 milliards de la Russie pour que l’Ukraine reste colonisée à la Russie…

      chacun a sa fierté, n’est-ce pas ?

    • @pager

      Vive le fédéralisme rentable !

      Sinon, qu’ossa donne ?

      On perdrait Justin, Steven and the Rockies ! Snif,snif .

    • @pager 13h47

      Voici la répartition des transferts du fédéral pour 2014-2015 :

      Montant alloué par habitant.

      -Terre-Neuve et Labrador : 1282$

      -ÎPE : 3 735$

      -N.Écosse : 3 202$

      -N-Brunswick : 3 464$

      -Québec : 2 387$

      _Ontario : 1 403$

      -Manitoba : 2 625$

      -Saskatchewan : 1 258$

      -Alberta : 1 258$

      -Col Britann. : 1 258$

      -Yukon : 24 310$

      -TNO : 29 136$

      -Nunavut : 40 080$

    • @pager
      Étant donné que le Québec reçoit, au dire de Lebel, 55% de l’enveloppe pourrais-tu nommer les autres provinces et territoires qui reçoivent l’autre 45% et ensuite nous faire la liste combien per/capita chaque province et/ou territoire reçoit. Ensuite nous montrer l’évolution sur 10 ans. Pour ton p’tit devoir, suis certain que l’ami *fauconcanadien pourrais t’aider.

    • @pager 30 jan 2014 13h47
      Dis-moi, soldat Gilles, qu’a fait Berlusconi Charest qui promettait à tous les Québécois une ère de prospérité et de nirvana économique si on lui accordait un gouv. majoritaire ?
      Je vais te le dire moi ce qu’il a fait : pendant près de10 ans, tu as bien lu, 10 ans, son parti d’incompétents et ses amis se sont bourrés la face !
      Et s’il avait été réélu, le Québec serait l’«Italie» ou la «Grèce» au Canada !!
      La plus grande arnaque dans l’histoire du Canada c’est de faire croire aux gens que les Libéraux (fédéraux ou provinciaux), sont des «experts» en économie… ( mon oeil !)
      Couillard est aussi expert en économie que Julie Boulet était experte(sic) en transport !
      Faut pas avoir peur de faire rire de vous autres; une pharmacienne comme Ministre des transports !!
      …En 2009, un rapport du vérificateur général met en lumière plusieurs irrégularités au sein du MTQ, dont une vingtaine de contrats octroyés sans appel d’offre. Au moins un de ces cas favoriserait ABC Rive-Nord, une compagnie appartenant en partie à David Whissel, député libéral et ministre du Travail démissionnaire.
      Bien entendu, Madame Boulet se défend de ces accusations en clamant qu’elle n’était pas au courant de telles pratiques au sein de son ministère. Bien entendu, Berlusconi Charest a pris sa défense, comme il a pris la défense de Tomassi, Normandeau, Beauchamp, Courchesne, Franco Fava, Borsellino, …
      Vous vous êtes fait rouler dans la farine et vous en redemandez ?
      Masochistes, innocents ou inconscients les fédéralistes ?
      Ô que oui !
      Robert Alarie

    • Lisée qui dit que Lebel devrait plutôt aider le Québec… Pis 9,6 milliards c’est pas de l’aide du fédéral ça? Faut quand même pas charier. C’est 55% de toute la péréquation qui vient chez-nous, c’est plus que la moitié du gâteau. Un chausson avec ça?

    • @pager
      C’est certain que si le Québec ne payait pas 22% des dépenses de la Défense par ses taxes et impôts on pourrait recevoir un peu moins, mais cela ferait moins de gâteaux et de binnes à se partager entre militaires.

    • Question posée le 29 jan.17h43 par un fonctionnaire en uniforme qui floue les contribuables sur ses heures de travail (sic) …..
      «…Pendant que le PQ tarde à déposer leur budget et ne parle que de la charte, le Québec est dans le rouge.» et, la question : «.. Encore une fois, je pose la question aux séparatistes. Qu’Est-ce qui devrait être la priorité du gouvernement? La charte; ou La dette ?
      Réponse à notre recruteur d’enfants soldats : il est évident que n’ayant pas été entraîné à faire deux choses en même temps, tu peux difficilement comprendre que Madame Marois et le PQ puisse , à la fois, s’occuper d’économie, d’environnement, de solidarité, de création d’emplois et surtout de nettoyer les poubelles laissées par son prédécesseur Berlusconi Charest, grâec (sic) à qui le Québec est dans le rouge…
      En effet, les libéraux, le «rouge» est leur expertise»…
      Rends-toi utile soldat : suis les traces de ce Grand Monsieur ayant pour nom Roméo Dallaire et monte aux barricades pour être solidaire de tes frères d’arme en cette triste période de leur histoire et, forcément, de la tienne (pas de quoi être fier private) !
      Robert Alarie

      P.S. Merci en leur nom !

    • ticasque

      30 janvier 2014
      14h21

      La province reçoit du pays plus de 55% du total de la péréquation.

      Plus de cinquante-cinq pourcent !
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

      Soyez conséquent : faites un chèque à l’ordre du gouvernement du Canada pour montrer votre amour.

    • Le Fonds de la FTQ devrait à tout prix éviter de tomber sous la coupe des politiciens; qui seraient trop heureux d’aller y piger par la suite pour combler leurs déficits. Bas les grosses pa-pattes s.v.p…

    • L’indépendance, c’est aussi être indépendint du gouvernemint et le combat continue, les Boys.

    • carbone-14

      30 janvier 2014
      14h54
      Ce qui m’horripile est d’entendre les vierges péquistes offensées par l’aide fédérale à l’industrie automobilile de l’Ontario ou à l’hydro-électricité de Terre-Neuve. Ils sont tellement aveugles qu’ils oublient de comparer l’aide à l’industrie aéronautique qui est principalement établie au Québec. Ils oublient de reconnaître l’aide fédérale à la construction de l’autoroute vers le Saguenay.

      De tous les hypocrites, je pense que Lisée en est le champion.

    • Est-ce que J.-F. Lisée achetera une plaque d’immatriculation personnalisée?

      http://www.youtube.com/watch?v=tujqM2u-BVo

    • Aujourd’hui notre “champion” de ministre Stéphane Bédard a dit se méfier des économistes. Avec un déficit annoncé de 2,5 milliards, le président du Conseil du trésor se dit convaincu que le Québec n’est pas en déficit structurel.

      Méchant incompétent ! Sur quelle planète vit il ?

      On n’est pas équipé pour veiller tard au Conseil des Ministres.

    • Un autre étude, de Pierre Fortin conclut que si la province continue ainsi, dans 20 ans le montant versé en péréquation au Québec devra s’élever à 50 milliards $
      Ouf !

      http://ici.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=/global/Medianet/dernier/Dernier_RDI_LeClubDesEx.asx

      citation à 26:00+ minutes du début

    • Les sénateurs libéraux auraient-ils eux aussi des pôblèmes identitaires par hasard?

      http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201401/30/01-4734134-les-senateurs-expulses-saccrochent-a-letiquette-liberale.php

    • Dette par habitant en 2010:

      Québec 38 725 $
      Ontario 35 550 $
      Terre-Neuve 35 040 $

      Alberta 14 700 $
      Yukon 14 900 $

    • @ souverain (30 janvier 2014 17h10) Encore Charest. Coudonc les péquistes, avez-vous le cerveau barré sur Charest ? Il n’est plus là depuis 14 mois, faut-il vous le rappeler. Votre souffre douleur n’est plus dans la course. Est-ce qu’on s’acharne nous sur Bernard Landry ? Non, on ne vit pas dans le passé.

      Il faudra bien un jour vous ouvrir les yeux. La personne en place, c’est Pauline Marois. Et votre première ministre est la reine des incompétentes !

    • @candela
      Étant donné que les commentaires ont été affichés avec retard on semble jouer dans les mêmes plates-bandes avec la péréquation. Ceci dit ela devrait rétablir les faits.

    • En réponse à une question posée le 29 jan.17h43 par un fonctionnaire en uniforme qui (comme plusieurs de ses confrères avec ou sans uniformes) floue les contribuables sur ses heures de travail (sic) …..
      «.. Encore une fois, je pose la question aux séparatistes. Qu’Est-ce qui devrait être la priorité du gouvernement? La charte; ou La dette ?…«…Pendant que le PQ tarde à déposer leur budget et ne parle que de la charte, le Québec est dans le rouge.»
      Pôôôvre recruteur d’enfants soldats : il est évident que n’ayant pas été entraîné à faire deux choses en même temps, tu peux difficilement comprendre que Madame Marois et le PQ puissent , à la fois, s’occuper d’économie, d’environnement, de solidarité, de création d’emplois et surtout de nettoyer les poubelles laissées par son prédécesseur Berlusconi Charest à qui tu dois dire «merci» pour avoir mis le Québec dans le «rouge»…
      En effet, les libéraux, le «rouge», eux autres «y connaissent ça »…
      Rends-toi utile soldat (ainsi que cote_nord, mrzaza, teddybear, allen101,pager, et autres membres de la compagnie : suivez les traces de ce Grand Monsieur ayant pour nom Roméo Dallaire et montez aux barricades pour être solidaires de vos frères d’arme en cette triste période de leur histoire et, forcément, de la vôtre…où vous n’avez pas de quoi être fiers… !

      Robert Alarie
      P.S. Si, d’aventure, vous aviez la noblesse de vous tenir DEBOUT, merci en leurs noms et au nom de leurs familles… !

    • @Anti-Collabo-Liberal 30 janvier 2014 16h33

      Allez-donc demander à des Ukrainiens s’il ne voudrait pas vivre au Canada à la place de l’Ukraine…(Vous auriez-du vous poser cette question avant d’envoyer votre message!)

      Et la pour ce qui est de la fierté, la votre semble plus que mal placée – il serait bien mieux pour les Québécois de CRÉER de la richesse et de RÉDUIRE nos dépenses afin de ne plus avoir à dépendre de cette peréquation que de dire que vous seriez prêt à vous en passer pour des raisons idéologiques.

      De plus, le traitement de la Russie (URSS) envers l’Ukraine et le traitement du Canada envers le Québec, ce n’est pas, mais alors pas du tout pareil – même pas proche!!! On parle ici de plusieurs ordre de grandeur de différence.

      Les nombreuses années de souffrance, de misère, de famine, de répression armée, de pillage dont l’Ukraine fut victime par l’URSS (dominée par la Russie) font en sorte que les Ukrainiens ont une méfiance plus que justifiable envers les Russes.

      Ce genre méfiance ne s’applique tout simplement pas au Québécois vis à vis le Canada.

      Vous faites, (et là je me retiens vraiment très fort pour ne pas écrire quelque chose qui serait censuré), preuve de grossière malhonnêteté intellectuelle.

    • @silenceondort

      “C’est certain que si le Québec ne payait pas 22% des dépenses de la Défense par ses taxes et impôts on pourrait recevoir un peu moins, mais cela ferait moins de gâteaux et de binnes à se partager entre militaires”

      Une fois la peréquation payée par le fédéral au Québec, la proportion que le Québec paye à la Défense Nationale sera bien moins que 22%.

      Et si vous y pensez deux petites minutes, vous comprendriez que dans un Québec indépendant, un montant au moins équivalent mais fort probablement supérieur sera obligatoirement dépensé par l’état pour établir sa propre armée et son commandement.

      Mais cela vous échappera certainement…

    • Nicholas Girard est autant un expert en transport que J.F. Lisée est un expert dans les rénovations…C’est vrai que le 13 a la douzaine comme chez Réno-Dépot, y connais ça!!!

    • «Pas de liberté sans indépendance d’esprit.» Le maire de Toronto

      Alors que faire?

    • Claude Blanchet démarre Capital BLF en 2007

      En 2008, il reçoit un investissement de 2,999,999.70 du Fond de Solidarité FTQ, par l’intermédiare de la SOLIM, le “bras” immobilier du Fond de la FTQ, alors sous la gouverne de nul autre que Jean Lavallée.

      En 2009, suite à des problèmes d’éthiques et de suspicions de malversation, le Fond FTQ adopte de nouvelles règles de gouvernance. Le Fond met également en place un commité d’évaluation indépendant(sic) pour s’assurer que les règles de déontologie et d’éthique soient respectées par le Fond FTQ.

      On retrouve sur ce comité, nul autre que Claude Blanchet, et également le deuxième actionnaire de Capital BLF.

      En 2013, après que des révélations de plus en plus embarassantes sortent sur la place publique, Claude Blanchet quitte la direction de Capital BLF – mais deumeure au CA. Son fils de même que le frère de Pauline Marois sont à l’emploi de Capital BLF

      Doit on rappeller cette désormais tristement célèbre conversation:
      « Faut pas que le PQ embarque dans ça à cause que s’ils embarquent dans ça, ils vont se faire ramasser eux aussi », a ajouté M. Lavallée, à qui M. Arsenault répliqué : « Ben, ils sont mal pris en ostie, parce qu’on a un deal avec Blanchet »

      Ajoutons ici un lunch au Club 357C entre P. Marois et M. Arsenault et on a ici assez d’éléments pour qu’une enquête criminelle soit lancée. Curieusement la SQ est au price avec des problèmes internes. Comme on dit souvent, tout est une question de timing!

      Au mieux (et en forçant beaucoup), cela est un énorme conflit d’intérêt de la part de Marois et Blanchet.

      Au pire, plusieurs opportunités de fraudes deviennent possibles dans ces conditions et l’appât du gain est souvent plus fort que n’imprte quoi.

      Les réponses qu’on a eu à la commission Charbonneau de même que de la PM sont nettement insuffisantes. La PM doit s’expliquer devant la population et doit répondre à toutes les questions.

    • boulair

      30 janvier 2014
      10h42
      Les “post” de carbone-14 me donnent l’envie de copier-coller “Guerre et Paix” dans son intégralité sur ce blogue… Je vais me retenir…

      Merci Boulair

      Car Bone ze 14teen c’est un peu comme le S M O G…. il faut attendre que ca passe
      et si quelqu’un finit par avouer que Carbo14 et CoteNord7…c’ est M. Lavoie qui farci son blogue dans ces temps libre
      je serais tenter de le croire. CarBo14 et CoteNord7….nooooonnnnn heu be …?

    • @cotenord_7 – .30 janvier 2014 – 07h54

      Merci infiniment pour ce lien.

      J’en arrive à la conclusion que la pathologie de Pauline Marois que j’avais de la difficulté à définir est est le «syndrome du manque à gagner».

      Les gens atteints de ce syndrome n’ont comme seule ambition que de satisfaire leur énorme narcissisme refoulé depuis l’enfance.

      Bien des personnes issues de milieux humbles, Robert Bourassa en premier, sont arrivées aux plus hautes fonctions sans porter avec elles ce syndrome ravageur et rageur.

    • À noter que les plaques d’immatriculation personnalisées sont surtout faites pour le corps diplomatique, et il serait bien étonnant que Lisez-Moi puisse nous montrer la sienne avant longtemps. Ne pas mélanger les faux-bourdons et les cloches pour rien s.v.p…

      - «Nous sommes toutes vierges et toutes pures….»

      - «Pas toutes, par toutes, bien sûr….»

    • @SuperCass
      Moi, lorsque les militaires me parlent de péréquation sans savoir de quoi ils parlent, je leur retourne l’ascenseur avec empressement.
      Au risque de me répéter, la péréquation des 10 dernières années suit exactement la courbe des ressources pétro-gazières. Industrie qui a été et est encore fortement subventionnée par le fédéral, contrairement à l’ énergie hydro-électrique. Petit rappel ,les dégâts du verglas ne sont pas encore réglés par le fédéral. Maintenant avant de rentrer tête baissée comme des veaux dans l’exploitation de ces mêmes ressources faudrait voir:
      *primo, qu’elles existent en quantité suffisante
      *secondo, que leurs exploitation ne “scrap” pas le pays.
      *tertio, voir à ne pas changer 4 trente sous pour une piasse avec la péréquation.

      Je suis un fin défenseur de ces 2 devise qui disent : ” Le calcul vaut le travail.” et ” Lorsque tu es pressé prend ton temps.”

    • @revolution9 30 jan.19h31
      10 ANS d’«Italiennerie» et de «Grèçage» avec Don Charest qui est RESPONSABLE de nous avoir mis dans le rouge ; ça ne te suffit pas ?
      Tu es masochiste social ou tu souffres du syndrome de Stockholm avec Super Cass et Fritz2 » ?
      Conclusion ?
      Soldat révolution : «..Moins tu pédales plus vite, plus tu avances à reculons..»
      Lalalalalère..(dixit Foglia)
      Je suis sûr que ton compagnon boston, la «lumière« de la «taverne du coin» (à Hull bien sûr), va demander à cote_nord, le directeur de conscience de tous les fonctionnaires en uniforme de l’Armée Royale Canadienne de la divine Elizabeth qui écument ce blogue, de t’expliquer..
      Robert Alarie

    • @ SuperCass (commentaire « 30 janvier 2014 20h14 ») :

      Le coût d’une hypothétique armée québécoise serait d’autant plus élevé qu’en deux temps trois mouvements, ses effectifs seraient syndiqués, que ce soit avec la FTQ, avec la CSN, ou avec une nouvelle centrale syndicale, et que l’autorité de son commandement supérieur serait constamment remise en question par les délégués syndicaux des soldats subalternes, conformément aux normes culturelles du Québec contemporain.

      Le travail des soldats d’une hypothétique armée québécoise hors des heures normales de travail coûterait alors pas mal plus cher à l’État québécois que ce n’est le cas avec l’armée canadienne. Il suffit de comparer les coûts opérationnels de la SQ (dont les agents ont coûté une fortune en temps supplémentaire et en frais d’hébergement et de restauration…) avec ceux de l’armée canadienne, pendant la crise d’Oka de 1990, pour s’en rendre compte.

      Et que ferait le gouvernement d’un Québec indépendant sans armée ?

      Il assisterait impuissant au morcellement de son territoire, en commençant par les régions éloignées peu peuplées, où la population de souche est surtout autochtone, et où les citoyens de culture canadienne-française sont peu présents et le sont depuis peu longtemps. Pensons à la baie James et au Grand Nord québécois.

      Les régions frontalières (à commencer par l’Outaouais québécois), ainsi que l’ouest de l’île de Montréal, participeraient elles aussi à ce mouvement de contestation de l’autorité politique du premier gouvernement d’un Québec séparé.

      En moins d’une à deux décennies, sans une « armée nationale » qui servirait essentiellement à réprimer la portion dissidente de la population et à contrôler les migrations transfrontalières et la contrebande, il y a de bonnes chances qu’un hypothétique Québec indépendant prendrait à peu près la forme de la colonie française de la vallée du Saint-Laurent, avant 1763, ou, au mieux, du territoire du Québec avant l’acquisition des anciens territoires de la Terre de Rupert (ancien domaine de la Compagnie de la Baie d’Hudson), à la fin du 19e siècle.

      Le gouvernement d’un Québec indépendant affaibli en viendrait peut-être à demander aux États-Unis de déployer la 10th Mountain Division à partir de Fort Drum (état de New York), ou la Garde nationale du Vermont, afin d’effectuer des opérations d’aide au pouvoir civil sur son territoire, dont le contrôle effectif lui échapperait en bonne partie.

      Et même si l’internaute « anthrax » le souhaiterait sans doute, le gouvernement de la République française ne viendrait pas se fourrer le nez dans ce nid de guêpes avec son armée, qui va continuer à avoir de grands défis à relever dans les anciennes colonies africaines de la France…

    • JEMEMOI sur la plaque personnalisée de TITINE, peut-être?

      Pas CARBONE en tout cas puisque mon matricule est déjà réservé. Voilà!

    • @ soverain,

      holà soldat de la milice Patriotique du Qwébec.

      Justement, le PQ ne peut pas faire deux choses en même temps. Pour plusieurs semaines pour ne pas dire mois, le PQ, voyant qu’il avait de la difficulté avec l’économie du Québec a volontairement accouché d’une charte pour que les journalistes et les Québecois puissent oublier la dette du Québec.

      Faut le faire hein? Tu peux le dire que cela est d’agir en hypocrite.

      Et puisque tu es proche de Vigile.net et du PQ, peux-tu nous dire pkoi le PQ tarde à sortir le budget?

      Merci mon soldat péquiste.

    • Sur un ton plus réjouissant, profitons de l’occasion qui nous est donnée pour établir un autre lien avec les membres de la diaspora canadienne-française en Amérique du Nord.

      Le quotidien Lowell Sun de Lowell (Massachusetts) a publié dimanche dernier un intéressant article sur la traduction vers l’anglais d’un livre qui témoigne des profonds liens historiques entre la population franco-américaine de Lowell et plusieurs églises et sanctuaires catholiques de la région de Lowell :

      • « The language of faith : Book chronicles growth of Lowell’s Franco-American community through its founding churches », de Debbie Hovanasian, Lowell Sun (Lowell Massachusetts), dimanche 26 janvier 2014, lien :

      http://www.lowellsun.com/lifestyles/ci_24996539/language-faith#ixzz2rwPJwxhl

      Pour en savoir plus sur l’histoire de l’église-sanctuaire Saint Joseph ouvrier (St. Joseph the Worker Shrine), sise à Lowell, mentionnée dans cet article, visitez la page dont le lien suit :

      http://www.stjosephshrine.org/about-the-shrine/history-of-the-shrine/

      Et pour un tour d’horizon de l’histoire et des anciennes institutions des Franco-américains de Lowell, visitez la page dont le lien suit (hébergée sur le site de l’Université du Massachusetts à Lowell) :

      http://ecommunity.uml.edu/francolowellma/

      Bonne lecture !

    • Et toujours la péréquation…
      Comment expliquer que l’ Ontario, là où s’est concentré la haute-finance du pays pendant des décennies , la grosse industrie manufacturière, la technologie, la recherche, enfin grande bénéficiaire du Pacte de l’automobile, la chouchoutée du fédéral depuis l’après-guerre jusqu’à nos jours, que celle-ci se voit octroyer de plus en plus de paiements de transferts?
      Les ressources énergétiques du pétrole dopent toute l’ économie du Canada, dopent également la devise avec pour conséquence de frapper très durement l’ économie de l’ Ontario et du Québec. Alors, de là à accuser le Québec de tous les maux on repassera…

    • COMME CHEZ LES BONOBOS?

      Les croyances aux fausses croyances étant surtout courantes chez les enfants de 3 à 5 ans, une découverte majeure en sciences cognitives est justement celle de neurones miroirs capables d’influencer le comportement d’individus comme Magnotta, Justin Bieber ou le maire de Toronto, et selon qui le bien comme le mal semblerait se résumer à une simple question de vérité plutôt que de faussetés médiatiques en réalité.

      La conscience avec science de ces mêmes états mentaux étant de plus logée dans le lobe insulaire du cerveau, où se trouve le lieu des émotions, comme en ces états de conscience altérée sous l’effet de drogues ou de fabulations en couleurs 3-D ou autrement, ces sortes de dissociations entre des Moi antérieurs incapables de s’adapter à des Moi plus réels comme dans autant de miroirs sociaux déphasés, ne dépendraient donc pas tant de fausses impressions que d’opinions non fondées, comme autant de petites poupées à son effigie ou pas du tout, comme celles de la GRC dans quelques boutiques pour touristes bien éclairés seulement; au contraire donc de cette nouvelle théorie cognitive de l’esprit, où un cogitant va se construire des modèles de comportement qui seront signifiants zoo pas; ou bien au contraire encore de ces tireurs fous qui vont s’imaginer voir le diable incarné dans un journaliste donné, ou un quelconque fétiche empaillé pour fétichistes bien éclairés seulement, comme le maire Ford avec ses petites poupées magiques un peu comiques mais un peu moins minces que celles de Barbie malgré tout.

      Tout le reste devenant ainsi simple question d’interprétation plutôt que de confusions dans ce 6e sens qui est justement celui du mental empathique ou pas des Sapiens à comparer à celui plus naturel des bonobos par rapport aux bobos de tous genres, tout pôblème d’Égo mal intégré, ou plus du tout, ne saurait donc se réduire au seul chant des pits-pits gazouilleurs qui, à défaut d’esprit mieux défini, continueront à pit-piter nez en moins dans le Cosmos des Idées sans trop savoir ni pourquoi ni comment au juste; un peu comme cet interprète médiatique au message un peu curieux lors des récentes funérailles de Mandela, par exemple.

      Contrairement donc à la méditation transcendantale qui, de naturelle fera évoluer la même conscience des Sapiens à un état supérieur ou plus évolué qui, de conscience cosmique pourra atteindre finalement celui d’un esprit libre et dégagé de toute fumisterie sociale ou médiatique tout comme chez certains talibans laïcistes aux fesses nues d’Uquanisthan ou d’Ailleurs, tout le reste de ces ataraxies béates zoo autres pour parvenir au bonheur ne saurait donc se retrouver sans Esprit ou SOI véritable, selon toutes probabilités zens zoo autres, à défaut de sens philosophique plus précis comme chez Maître Hegel bien sûr, mais encore?

      N’ajustez pas votre appareil s.v.p. Tout ce beau monde est bel et bien craqued pots suite à beaucoup trop de potte magique pour de vrai… Et restons cool malgré tout s.v.p…

      Voir wiki pour un peu plus de détails s.v.p… http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurone_miroir

    • @cotenord_7
      Zut! De zut! Et moi qui comptait sur vous, après l’ indépendance, pour nous protéger, puisque c’est votre rôle si cher. Dois-je conclure que je risquerais la première balle dans le dos de vos semblables? Bien que l’Histoire, à bien y penser est pleine à craquer de ce type de lâcheté.

    • @ silenceondort (commentaire « 30 janvier 2014 22h31 » ) :

      Comme l’indépendance du Québec n’aura pas lieu dans le prochain demi-siècle, ni probablement pas dans le prochain siècle, vous n’avez pas à vous faire de mauvais sang avec le scénario hautement hypothétique que vous avez élaboré.

      Vous pouvez donc vous rendormir en paix, et rêver plutôt à des histoires qui ont plus de chances de se réaliser, comme par exemple à votre prochaine expédition de chasse à la galinette cendrée, sur vos terres et dans vos sentiers, bien entendu…

      http://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8

    • Alors? Tout le monde à poil dans la fonction publique pour respecter à la fois l’esprit et la lettre de la charte à Titine finalement? Bof! Cela pourrait faire un excellent film assurément et je me réserve tous les droits évidemment….Bye! Bye!

    • cotenord_7

      30 janvier 2014
      21h50

      Ouf, vous devriez écrire de la politique fiction mon ami, vous semblez avoir une imagination fertile !

      Mais il y a une chose que vous oubliez dans votre raisonnement sur une hypothétique armée québecoise, un rendement est toujours un jeu de comparaison.

      Et si on compare une hypothétique armée québecoise à l’armée canadienne, on peut déja dire que, au point de vue qualité versus coût, il serait bien difficile de faire pire !
      À cet égard, votre exemple de la crisette Oka est vraiment mal choisi, c’est le moins qu’on puisse dire.

      Quel est le % de combattant dans votre armée versus la totalité du personnel ?
      Quant je parle de combattant, je veux parler de soldats qui sont capable d’aller chercher l’ennemi dans son trou sans nécessairement écraser toute la région sous un déluge de feu en provoquant une hécatombe de civil au passage.

      Quel est le % d’officiers versus le reste de la troupe ?

      Quant à votre hypothèse de partition du Québec, n’est-t-elle pas très optimiste ?
      Je pense que vous prenez vos désirs pour des réalités en pensant que des indiens ou des immigrés se battraient pour le Canada.
      Pourquoi le feraient ils ?
      Parce qu’ils se sentent canadien ?
      Vous rêvez mon ami !

      De toute façon, toute action entraine une réaction n’est ce pas ?

      M. Duclos

    • @silenceondort

      ” Lorsque tu es pressé prend ton temps” – ou prend un p’tit somme…

      De un, je ne suis pas militaire – je n’ai jamais indiqué quoi que ce soit qui pourrait même faire penser à quelqu’un que cela serait le cas.

      De deux, veuillez voir mon message du 30 janvier à 20h07 – je ne suis pas plus content que personne de recevoir des montants de peréquation, car cela prouve qu’à l’intérieur du pays nous sommes une province pauvre.

      De trois, à une certaine époque nous étions avec l’Ontario les deux engins de l’économie au Canada. À l’heure actuelle, plusieurs gouvernements dans le monde se fient strictement à leurs réserve énergétique pour financer les programmes sociaux qu’ils ne pourraient autrement se permettre. Regarder la Norvège avec son boom pétrolier. Même l’Alberta a les employés de la fonction publique les mieux rémunérés au pays.

      Pour moi cette “richesse” est au mieux éphèmere. Il vaudrait mieux bâtir sur du solide que sur une ressource qui deviendra de plus en plus contestée. Et regardez l’évolution du prix du gaz naturel depuis que l’exploitation se fait sans restriction (aux USA); il est à un tiers d’il y a quelques années. L’Alberta en 2013 doit se priver d’à peu près $7G en redevance suite à la baisse du prix du brut.

      Comment assurer des redevances stables avec des prix qui fluctue continuellement?

    • @cotenord_7

      Il ne faut pas aussi oublier la partie sud de la Gaspésie, qui rejoint le Nouveau Brunswick! Il y a beaucoup d’anglophone dans cette partie du Québec, alors ils seraient fortement motivés à se séparer du Québec!

    • Les dosettes previennent le syndrome du mélange de médicaments

    • Parlant de mauvais mélanges de médicaments, justement, il serait à se demander si la Commission Ménard-Carbonneau qui a attiré des foules indicibles jusqu’à présent ne devrait pas être reléguée au nouveau musée de cire Grévin de Mtl pour prouver au moins son utilité.

      Car à la lumière récente de la grosse bisbille interne dans la police, l’interculturalisme des pékystes entre les pilules d’une part et les armes de l’autre prendra une tout autre tournure que le libre commerce des carrés rouges libéraux dans la fonction publique évidement.

      Ce qui méritera certainement une autre enquêteuse secrète là-dessus avant bientôt à mon très humble avis. Mais qu’en pensez-vous au juste sans carrés rouges libéraux les Boys?

    • Toutes ces interrelations diamantaires des ferrets de la Reine entre le Québec Inc et la Mafia Inc deviennent de plus en plus fascinantes en effet, et même si les jours de Milady de Winter semblent de plus en plus incertains aux yeux de certains observateurs d’Ailleurs ou d’ICI.Là-Là, le fait que Portos soit encore en train de dormir au gaz comme d’habitude n’est pas fait pour rassurer évidemment. Cessez de vous empoigner le beigne, please… Le Cardinal Lisez-Moi est tout simplement furieux aux dernières nouvelles…

    • @ SuperCass (commentaire « 31 janvier 2014 01h09 » :

      Le sud de la Gaspésie (région de la baie des Chaleurs) compte aussi une très grande proportion d’Acadiens, qui sont beaucoup plus proches des Acadiens du Nouveau-Brunswick, sur le plan culturel, qu’ils ne le sont des « braves patriotes » de la vallée du Richelieu et de la région de Montréal.

      Même si un certain nombre d’entre eux votent pour le PQ lors d’élections provinciales, croyez-vous sérieusement que les Acadiens de la Gaspésie, qui ne sont pas les personnes les plus dociles au monde, accepteraient longtemps un concept de pays qui réduiraient leurs échanges économiques, culturels, touristiques et familiaux avec leurs cousins du Nouveau-Brunswick ???

      Que personne ne se fasse d’illusion : le gouvernement d’un hypothétique Québec indépendant ne serait pas en mesure d’assurer efficacement le contrôle d’une bonne partie de ses longues frontières avec le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Labrador, même auprès de sa population de souche, et devrait déployer des ressources considérables afin de tenter de minimiser la contrebande et les déplacements transfrontaliers…

    • Dans les 200 derniers référendums tenus dans le monde et portant sur l’indépendance, les Québécois sont la seule nation dans le monde ayant dit ‘non’ deux fois.

      Un peuple qui préfère les mamelles tutélaires à la fierté de la responsabilité autonome.

      Le monde a pris note.

    • @ zduc (commentaire « 30 janvier 2014 23h15 ») :

      Vous avez écrit : «Ouf, vous devriez écrire de la politique fiction mon ami, vous semblez avoir une imagination fertile ! »

      Premièrement, précisons une chose : je ne suis pas « votre ami », et je ne comprends pas pourquoi vous utilisez une telle expression condescendante dans un commentaire destiné à un internaute que vous ne connaissez pas.

      Deuxièmement, mon scénario de politique-fiction vaut bien celui de bien des indépendantistes, qui nous présentent le projet de l’indépendance du Québec comme une panacée qui conduirait à une sorte de « nirvana collectif » au sein de la « nation québécoise ».

      Par ailleurs, si vous possédez des données vérifiables en ce qui concerne la comparaison entre le coût et l’efficacité des forces armées canadiennes, et le coût et l’efficacité des forces armées de pays comparables en dimension et en population, n’hésitez pas à les partager avec nous sur ce blogue…

      Si possible, donnez-nous aussi des exemples de ratios (ou pourcentage) entre le nombre réels de combattants et l’effectif total des forces armées avec lesquelles vous êtes familier…

      Vous allez peut-être avoir des surprises si vous faites des recherches à cet effet.

      En ce qui concerne la contestation de l’autorité du gouvernement d’un Québec indépendant par sa propre population, cette contestation ne se limiterait pas qu’aux autochtones amérindiens et aux « immigrants » (qui ont le statut de citoyens eux aussi).

      Cette contestation se manifesterait aussi chez les francophones de souche, dont une proportion importante ne veut rien savoir du projet indépendantiste québécois.

      Pourquoi diable la population francophone du Québec embrasserait-elle avec enthousiasme un projet fondé sur la division et le sectarisme, dont une bonne partie des supporteurs sont des anglophobes et des xénophobes, et qui résulterait inéluctablement en une réduction des droits et libertés des citoyens du Québec, dont le droit de se déplacer sur le territoire de la fédération canadienne ?

      Et pourquoi les francophones qui gagnent leur vie grâce au gouvernement fédéral, en particulier dans l’Outaouais québécois, mais aussi dans d’autres régions du Québec, iraient-ils se tirer dans le pied en appuyant un projet qui menace leur gagne-pain, et qui risque de les faire ostraciser par les zélotes séparatistes ?

      En ce qui concerne votre dernier point, soit le scénario de la partition du Québec, je crois qu’il est important que vous sachiez que Jacques Parizeau lui-même a indiqué publiquement qu’il transférerait au gouvernement fédéral du Canada la responsabilité pour les Mohawks « indociles » de la région entourant Montréal.

      Des extraits de cette entrevue, diffusée par l’émission « Breaking Point » de la CBC le 30 octobre 2005, peuvent-être visionnés dans le clip vidéo YouTube dont voici le lien :

      http://www.youtube.com/watch?v=EAlzJnaETg0

      Si ça vaut pour les Mohawks « indociles » de la région de Montréal, cela vaudrait également pour les autochtones amérindiens d’autres régions du Québec, qui n’ont absolument rien à gagner de votre projet indépendantiste…

    • Vous nous demandez, M. Lavoie, si M.Couillard est bien l’homme de la situation. Ça dépend du point de vue qu’on se place. Son style va très probablement permettre au PQ de devenir majoritaire aux prochaines élections. Pour les péquistes il est donc l’homme de la situation. Alors que pour les libéraux il ne l’est pas (ce qui vous inclue).

    • @candela

      30 janvier 2014
      16h49

      Vous avez écrit:

      “Voici la répartition des transferts du fédéral pour 2014-2015 :

      Montant alloué par habitant…je vous fait grâce de la liste…”

      Comptabiliser la péréquation par tête de pipe est totalement ridicule. Si cette méthode était adoptée, le Québec recevrait presque 100% de la péréquation Canadienne…Une chance que le ridicule ne tue pas!

    • Notre-Dame-du-Béton qui s’en va-t-investir dans le ciment à Port-Daniel maintenant? Bof! à combien le sacré ciment de Notre-Dame-du-Béton reviendra-t-il dans la sainte poche de votes démocratiques à Mtl finalement? Deux lampions? Trois lampions intercultûrels pour des contribuables neutres, peut-être?

    • @SuperCass
      Correction, je n’ai jamais écris ou mentionné que vous étiez militaire.

    • @pager
      Bon mon problème, avec des trigger happy comme toi, réside dans le fait que même en te fournissant tout cuit dan’l bec un lien confirmant les montants de péréquation, (mentionnés par @candela) suis vraiment, mais vraiment pas certain que tu puisses les comprendre…anyways!

      http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-fra.asp

    • @ pager (commentaire « 31 janvier 2014 07h49 » ) :

      Voici le site du ministère des Finances du gouvernement fédéral qui donne les montants du soutien fédéral aux provinces et aux territoires, pour la période de 10 ans allant de l’exercice financier 2005-2006 à l’exercice financier 2014-2015 :

      http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-fra.asp

      Les principaux transferts incluent ce qui suit :

      - Transfert canadien en matière de santé
      - Transfert canadien en matière de programmes sociaux
      - Péréquation
      - Accords sur les ressources extracôtières
      - Formule de financement des territoires
      - Autres paiements

      Les montants « par habitant » (« per capita ») fournis par l’internaute « candela » sont basés sur l’ensemble du soutien fédéral, et pas seulement sur la péréquation.

      Ceci étant dit, il n’est pas surprenant que les séparatistes utilisent le montant « par habitant » pour comparer le Québec aux autres provinces et territoires.

      En effet, cela leur permet de souligner que le Québec reçoit bien moins par « tête de pipe » que des provinces petites, peu peuplées et « pauvres »,comme l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, ou que les vastes territoires du Grand Nord, qui n’ont parfois que quelques dizaines de milliers d’habitants permanents…

      Cela permet aussi de façon commode de mettre en arrière-plan que le Québec, une vaste province comptant plus de 8 millions d’habitants et dont l’économie est supposément diversifiée (secteur des ressources, secteur manufacturier, secteur des services, etc.), a une dépendance permanente à la péréquation (ce qui n’est pas le cas de l’Ontario) et recevra une somme colossale de plus de 9,286 milliards de paiement de péréquation pour l’exercice financier 2014-2015, soit 1,453 milliard de plus (ou 18,6 % de plus…) que pour l’exercice financier 2013-2014…

    • @ cotenord_7 alias Fritz-2/ 07h32

      Je vous ai déjà dit que ce combat ne vous concerne pas, étant de culture germanique et né en Allemagne vous avez refusé de composer avec le peuple québécois qui est le Premier peuple fondateur d’une grande partie de l’Amérique du Nord, et vous insistez pour qu’il continue à être colonisé par les anglo-saxons, leurs institutions et leur reine coloniale.

      Ainsi vous vous excluez de la Nation Québécoise, qui vous a pourtant accueilli à bras ouvert et offert son coeur.

      Cependant dans un Québec souverain, il y aura aussi de la place pour vous.

    • Quand je parlai de Dame de Béton, j’ai oublié de citer Mme Houda Pépin, la Dame de Ciment du Parti Libéral !

      En fait, la vraie Dame de Béton du Québec est aussi une Dame de Coeur, et a fait plus pour le Québec en un an, que les libéraux en 9 ans !

      Finalement les libéraux pour leur réalisation ne sont pas difficile à battre, ils furent les champions des déficits, ont dressé la population les uns contre les autres pour des raisons bassement politique (la crise étudiante créée artificiellement par Charest) ils ont laissé la mafia nous voler des milliards sans réagir, et nous ont donné la peste et le choléra en même temps !

    • @ cotenord_7 08h39

      Votre analyse c’est du bidon !

      Vous oubliez de mentionner combien le fédéral a versé à l’industrie automobile en Ontario , des milliards / Québec : 0

      Vous oubliez de mentionner combien le fédéral a versé pour l’industrie pétroliére en Alberta : encore des milliards / Québec = 0

      Le fédéral fait tout son possible pour embêter les québécois en investissant sur le seul projet fédéral au Québec d’importance en ce moment : le Pont Champlain en lui dictant même la facon dont il devra fonctionner ! le ministre Lebel est plus un probléme, qu’une solution !

      Et puis vous savez si on était indépendant, on n’aurait pas besoin de péréquation, puisque tout notre pognon resterait ici, chez nous, et notre fierté avec !

      Une Nation n’a pas d’affaire à mendier l’argent de ses impôts, envoyé chaque année aux colonisateurs.

    • …Suite de mon message du:
      31 janvier 2014
      07h49

      Si le Québec recevait le même montant par tête de pipe que l’Ile du prince Édouard, le Québec recevrait 30 milliards de $ en péréquation. Or, le Fédéral donne au total 16,4 milliards aux provinces et territoires. (Calcul 30 G$=3735$X8 054 756):

      ET C’EST L’ARGUMENT DES SÉPARATISTES!…PAS FORT!

    • @les dretteux qui “détestent” le fédéralisme “rentable” mais dont ils veulent rester dépendants :

      Qu’est-ce que la péréquation?

      ■La péréquation est le programme de transfert du gouvernement du Canada qui traite des disparités fiscales entre les provinces. Les paiements de péréquation permettent aux gouvernements provinciaux moins prospères de fournir à leurs résidents des services publics sensiblement comparables à ceux d’autres provinces, à des taux d’imposition sensiblement comparables.

      ■L’objectif du programme est inscrit dans la Constitution canadienne depuis 1982 :
      « Le Parlement et le gouvernement du Canada prennent l’engagement de principe de faire des paiements de péréquation propres à donner aux gouvernements provinciaux des revenus suffisants pour les mettre en mesure d’assurer les services publics à un niveau de qualité et de fiscalité sensiblement comparable. » (paragraphe 36(2) de la Loi constitutionnelle de 1982)

      ■Les paiements de péréquation sont inconditionnels – les provinces bénéficiaires peuvent les utiliser à leur discrétion selon leurs propres priorités.

      ■Le gouvernement du Canada fait en sorte que la péréquation continue de croître en fonction de l’économie.

      Comment fonctionne la péréquation

      ■Les droits à péréquation sont établis en mesurant la capacité des provinces de générer des revenus, ce qu’on appelle la « capacité fiscale ».

      ■Avant tout rajustement, le droit à péréquation par habitant d’une province est égal au montant qui manque à sa capacité fiscale pour atteindre la capacité fiscale moyenne de l’ensemble des provinces, ce qu’on appelle la « norme de 10 provinces ».

      ■Les provinces reçoivent le plus élevé des deux montants suivants : le montant qu’elles recevraient en excluant la totalité des revenus des ressources naturelles ou le montant qu’elles recevraient en excluant 50 % des revenus des ressources naturelles.

      ■La péréquation est rajustée de manière à assurer l’équité entre les provinces tout en permettant aux provinces bénéficiaires de continuer à recevoir un avantage fiscal net pour l’exploitation de leurs ressources équivalant à la moitié de leurs revenus de ressources par habitant.

      ■La péréquation est également rajustée de façon à ce que les paiements pour l’ensemble du programme continuent d’augmenter en fonction de l’économie. Cette augmentation est fondée sur la moyenne mobile de croissance du produit intérieur brut (PIB) sur trois ans. Cela favorise la stabilité et la prévisibilité tout en permettant de tenir compte de la croissance économique.

      ■Le programme fait aussi en sorte de maintenir les avantages accordés à la Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador aux termes des Accords atlantiques. En 2007, les deux provinces ont eu le choix de continuer de fonctionner selon l’ancien système de péréquation ou d’adhérer de façon permanente au nouveau programme, et ce, à n’importe quel moment avant l’expiration des ententes sur les ressources extracôtières. Ayant choisi le nouveau programme, la Nouvelle-Écosse est assurée de bénéficier d’un traitement au moins aussi favorable, à titre cumulatif, qu’en vertu de la formule appliquée lorsque l’Accord a été signé. Terre-Neuve-et-Labrador n’est plus admissible à la péréquation.

      Assumez-vous !

      HéHéHé

    • @cotenord_7

      31 janvier 2014
      08h39

      Vous avez parfaitement raison, mais…Vous m’avez enlevé les mots de la bouche!

    • @silenceondort

      31 janvier 2014
      08h37

      C’est vous qui ne savez pas calculer ou encore qui continuez à utiliser la désinformation pour vos fins politiques.
      Lisez le message de Cotenord_7 (31 Janvier 8:39) et le miens 31 Jan 9:15 et vous allez alors cesser de nous parler de péréquation par tête de pipe!

    • • candela
      30 janvier 2014
      16h49

      J’ai essayé de vous fournir les commentaires ci-dessous hier, mais il semble que le modérateur n’aimait pas quelque chose dans mes commentaires.
      Je m’essaie donc de nouveau.

      Attention, il faut faire une distinction entre les transferts fédéraux aux provinces et la péréquation. Les transferts fédéraux comprennent tous les transferts fédéraux, y compris ceux pour la santé et la péréquation, peu importe la richesse de la province.
      Les transferts fédéraux pour la santé sont versés aux provinces peu importe leur richesse. En d’autres mots, les provinces les plus riches en reçoivent.
      Par contre, la péréquation est versée aux provinces moins riches pour leur permettre de fournir des services sociaux équivalents à ceux des autres provinces.
      Voici les versements en péréquation pour l’année 2014/2015. Cette liste est très différente de celle que vous avez présentée.
      Le premier chiffre est la péréquation totale, alors que le deuxième chiffre est la péréquation pour chaque citoyen de la province en question.

      Terre Neuve 0$
      PEI 360 $ millions en péréquation totale 2 479 $ péréquation par citoyen
      Nouvelle Écosse 1 619 $ millions en péréquation totale 1 720 $ péréquation par citoyen
      Nouveau Brunswick 1 666 $ millions en péréquation totale 2 203 $ péréquation par citoyen
      Québec 9 286 $ millions en péréquation totale 1 138 $ péréquation par citoyen
      Ontario 1 988 $ millions en péréquation totale 146 $ péréquation par citoyen
      Manitoba 1 750 $ millions en péréquation totale 1 383 $ péréquation par citoyen
      Saskatchewan 0 $
      Alberta 0 $
      Colombie Britannique 0 $
      Yukon 0 $
      Le fédéral va verser pour l’année en question 16,7 $ milliards aux provinces. Le Québec recevra 55,7% de ce montant.

      Comme vous le voyez, les chiffres sont vraiment différents de ceux que vous avez présentés.

    • cotenord_7

      31 janvier 2014
      07h32

      Désolé de vous avoir froissé mon cher monsieur, ce n’était pas le but recherché.

      Si vous avez des exemples sérieux du projet d’indépendance du Québec transformé en “nirvana” collectif, vous pouvez nous les présenter ici, ça aiderait peut être au recrutement qui est assez bas par les temps qui court !

      Pour ma part, j’ai toujours pensé que ce projet ne serait payant qu’après un travail acharné.

      Pour ce qui est de votre armée canadienne, le budget tourne autour de 20 milliards de $$$$ pour un effectif entre 90,000 et 100,000 dont 25,000 réservistes. Il faut aussi ajouter 25,000 civils qui y travaillent.
      Ces chiffres sont comparable à d’autres pays de population et de richesse comparable.

      Mais ce qui l’est moins, c’est le ratio énorme de 40 % de grade de commandement qui est nettement disproportionné. Ce qui dénote un très faible rendement

      En Angleterre et en France, on parle de 20 %
      Dans le US Marine Corp, on parle de 10 %

      Je n’ai malheureusement pas le chiffre des combattants effectifs dans l’AC ( je comptais sur vous pour nous renseigner à cet effet ) mais d’après les infos que j’ai pu glaner au cours des années, il est très faible.

      Pour résumer, l’armée canadienne est un très faible instrument de combat comparé à son coût et il serait difficile de faire pire avec une armée québecoise dans le cadre d’un Québec indépendant. À condition bien entendu de ne pas bâtir cette armée à partir de cadres canadiens !

      Pour ce qui est de votre vision du soutien ou du rejet du projet indépendantiste après un éventuel référendum gagnant par certaine portion de le population, je vais vous laisser avec vos illusions. Mais rassurez vous, ce projet est encore très loin d’être envisageable.

      Quant à Parizeau, il faut vraiment solliciter son entrevue pour en arriver à dire qu’il aurait demander le transfert des mohawks sous controle canadien.
      Il ne faisait que réfléchir à haute voie à cette idée parfaitement ridicule par ailleurs.

      M. Duclos

    • ligulaire le 29 janvier 2014à 15h42…

      Moi, ce que j’apprécoe c’est l’ironie, le sarcasme et parfois la moquerie.

    • @ candela 09h15

      La Charte des Nations-Unies pour l’accessibilité des peuples à leur indépendance dit entre autres ceci :

      Articles :

      2. Tous les peuples ont le droit de libre détermination; en vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel.

      ▬► 3. Le manque de préparation dans les domaines politique, économique ou social ou dans celui de l’enseignement ne doit jamais être pris comme prétexte pour retarder l’indépendance.

      4. Il sera mis fin à toute action armée et à toutes mesures de répression, de quelque sorte qu’elles soient, dirigées contre les peuples dépendants, pour permettre à ces peuples d’exercer pacifiquement et librement leur droit à l’indépendance complète, et l’intégrité de leur territoire national sera respectée.

    • M. Lavoie,

      C’est sûr que le style Couillard ne brise pas des records…Mettons que question marketing, il devra s’engager un conseiller et vite. Car en politique, si tu pogne pas, t’es fait. Parlez-en à Bernard Landry. Quoique dans son cas, il collectionnait aussi les bourdes. Non parlez-lui en pas, il pogne les nerfs vite pis en latin le Bernie.

      Mais c’est sûr c’est sûr (comme dirait Mario Tremblay) que M. Couillard a un problème d’image. Il devra rajuster son tir et vite.
      Et parlant de style, analysons maintenant celui du gouvernement Marois:

      - Diviser la population au sujet d’un foulard . (Avouons que c’est tout de même moins pire que si c’aurait été des bobettes).

      - Faire une Commission niaiseuse et baillonnée au sujet d’un problème inexistant. Faut cependant dire que sans cette Commission, on n’aurait jamais eu le bonheur de connaître la famille Pineault-Caron, du bin bon monde hein Artémise…

      - Mettre des bâtons dans les roues du fédéral qui veux construire un pont…Pont qui, en passant, appartient au fédéral ! …et blâmer le fédéral au sujet de retards sur cette construction. Ça faut l’faire.

      - Avoir implicitement (mais sans le dire) inventé deux nouveaux ministres:

      Ministre de la Propagande : Jean François Lisée.

      Ministre de l’Information et de la mise en place du Plan: Bernard Drainville.

      A cela s’ajoute 2 ministres du look. Oui oui, du look (pour l’image j’imagine):

      Réjean Hébert. Lui, ce sont ses lunettes design, assorties de cravates et chemises aux coloris hors norme. J’imagine qu’il se trouve cool et que ça pogne chez les mémés en chaises roulante : ‘’ Yé donc cute notre ministre qui s’occupe tellement fort de nous autres, hein Églantine…’’.

      Yves-François Blanchet : lui c’est le look vaguement latino avec sa barbe non rasée par exprès depuis 3 jours. Ça pogne chez les petites minettes du Cegep local. Chanceux và.

      Et toute cette machine péquiste qui pogne ici au Québec. Facile, quand tu as 50% de la population qui est analphabète-fonctionnelle, des p’tites vites, tu peux leur en passer un méchant paquet.
      Il ne nous reste plus qu’a inviter tout ce beau monde (à tour de rôle sinon ça aurait trop l’air d’un coup monté…) à la Grand Messe dominicale animée par Guy-A Lepage et son Fou qui, en passant, est platte, pis la boucle est bouclée.

      Pauvre Québec incrédule va!

    • Carbone-l4 est un fumiste
      Vendeur de saucisses
      Pour la machine à pékystes
      De Chandella le bottiniste.
      Rien à cirer des bétonistes
      Et encore moins des potinistes.
      Coulons donc les pékystes
      Dans leur machine à saucisses.

    • p.s.: au sujet de mon dernier blog, à ma dernière phrase, je voulais dire Pauvre Québec CRÉDULE và.
      C’est Mme Caron de la famille Pineault-Caron qui m’a déconcentrée.

    • @fauconcanadien
      Vous essayez de faire la démonstration de quoi au juste? La réalité étant, qu’il s’agisse de péréquation et de paiements de transferts le Québec reçoit moins “per capita” que ÎPE, NB, NÉ, Ma, TNE, Y.
      Que le total de la péréquation du Québec, de par sa population, arrive à 55% ne change absolument rien au fait des tableaux proposés par Candela et du site fédéral dont j’ai maintes fois mis en lien, ici sur ce blogue, et que vous n’avez jamais osez contester tellement il est clair.
      Maintenant si vous reveniez au “devoir” que j’ai proposé à *pager, et d’expliquer l’évolution sur 10 ans de ce même tableau vous arriveriez à la même conclusion que c’est l’ exploitation du pétrole qui a tout bouleversé, point!

    • @fauconcanadien
      Sans oublier dans le cas de l’Ontario et du Québec la crise de 2208 pas encore terminée la déstabilisation de tout le secteur manufacturier par la délocalisation. L’Ontario au prise avec des coûts énergétiques très élevés.
      À ce sujet j’ai toujours été en faveur de nouveaux corridors électriques ÎPE, Québec, Ontario avec les investissements requis.

    • Pour en finir avec la péréquation:

      Le Québec compte pour 24 % de la population Canadienne et reçoit 55% de la péréquation (Que l’on nomme en Anglais (Equalization)…Mais il semble que ce n’est pas encore assez pour les séparatistes!

      P.S: C’est à tout coup qu’ils nous servent leur foutu montant …Par tête de pipe!

    • @ zduc alias boston 09h55

      Votre analyse c’est du bidon !

      Le Québec a droit à 25% de l’effectif militaire canadien en devenant indépendant, car il l’a déja payé !

      De plus nous hériterions d’une armée coloniale d’opérette ! qu’on devrait complétement transformer pour en faire quelque chose de sérieux.

      Malgré tout, cette armée canadienne est insuffisante à protéger ses frontiéres sur 360 degrés ! dans les eaux et dans les airs également.

      Voila pourquoi une armée québécoise devrait s’allier avec les USA ou bien la France, car nous hériterions d’effectifs qui serait plus un cauchemar qu’une aide. Si on regarde des sous-marins incapables de plonger, des hélicoptéres datant de 50 ans, etc…

    • À noter que si Mtl se sépare du Kebec, nous n’aurons plus besoin de péréquation du tout si la tendance se maintient; et le phénomène étant dû au fait que 50 % des pékystes ne paient plus d’impôts du tout depuis des lunes déjà, d’où l’origine réelle et non pas seulement virtuelle de leurs déficits chroniques, ils auront beau gratter un peu partout comme les poules pour se trouver quelque pitance en vue d’une nouvelle gouvernance, mais il ne leur restera plus rien d’autre que de nouvelles cartes de crédit pour couler Notre-Dame-du-Béton les deux pieds dans le ciment des déficits sans plumes directement au fond du Saint-Laurent. Voilà!

    • play_moutte

      Personne ne vous oblige d’écouter ” tout le monde en parle”

      Vous devez être du genre Le Banquier, aucun doute

    • A 10h53 j’ai oublié de mentionner que je me suis trompé en parlant de ceux qui ne payaient plus d’impôt, en omettant de citer tous ceux qui ont des comptes dans des paradis fiscaux à l’étranger.

      Ces fiers canadiens millionnaires et milliardaires, ne sont pourtant pas des indépendantistes québécois !

      N’oublions pas non plus que des banques canadiennes ont un pied à terre également dans des paradis fiscaux à l’étranger !

      On est bien loin des québécois qu’on accuse à tort d’être des BS qui ne payent pas leurs impôts !

      Des préjugés qui comme un arbre, cache la forêt !

    • La terre est plate,
      Les déficits sont plates,
      Et le Cardinal Lisez-Moi
      Est super Plate!

      Que dire de plus vrai mes chers-z-amis?

    • @anthrax

      31 janvier 2014
      10h40

      Incroyable ce que vous écrivez et sans vergogne en plus!

      “Le Québec a droit à 25% de l’effectif militaire canadien en devenant indépendant, car il l’a déja payé !”

      1) Le Québec ne paie pas grand chose car il est cassé comme un clou!

      “De plus nous hériterions d’une armée coloniale d’opérette ! qu’on devrait complétement transformer pour en faire quelque chose de sérieux.”

      2) Apprenez monsieur que l’Armée Canadienne est l’une des meilleure au monde. Les faits d’armes sont très nombreux (Vimy, Casa Bérardi (où Paul Triquet a gagné une croix Victoria), Corée, bataille de l’atlantique, on a même un soldat qui a libéré une ville de Hollande à lui seul…)

    • Philippe Couillard devra apprendre à marteler son message. Quand on lui parlera de la charte, au lieu de dire

      « Vous connaissez notre position. Mais nous, nous voulons parler d’économie »,

      il devra dire

      « Vous connaissez notre position : le Parti libéral est pour la liberté, le PQ est contre. Mais nous, nous voulons parler d’économie ».

      Philippe Couillard devra comprendre qu’on ne met pas un terme à un débat par le simple fait de se taire.

      - Robert Lemieux

    • Philippe Couillard est-il l’homme de la situation?
      Couillard est une transition. Pour le PLQ, il est le meilleur candidat pour passer le dure moment de la comission Charbonneau. L’avenir est racé : il perd la prochaine élection et il n’aura pas l’occasion d’en perdre une deuxième.

    • @fauconcanadien

      09h50

      Vous avez mal lu.

      Jamais je n’ai parlé de péréquation, mais de “transferts du fédéral”.

      Les chiffres que j’ai fournis sont exacts,

      Et vous défoncez une porte ouverte.

      Meilleure lecture et compréhension la prochaine fois.

      HéHéHé

    • @pager

      “P.S: C’est à tout coup qu’ils nous servent leur foutu montant …Par tête de pipe!”

      Bin oui mon pit, c’est comme ça que cela se comptabilise, pas au kilomètre carré, ni au nombre de roues de chars, encore moins en poteaux de téléphones, de noirs, de blancs, de McDo, de béciques, ni de tondeuses qui t appartiennent. PER CAPITA! Point!

    • @fauconcanadien, pager et alii

      Allez lire mon commentaire du 30 janvier 2014, 16h49.

      Maintenant dites-nous où vous lisez le mot “péréquation alors que je donne les chiffres des transferts du fédéral. C’est au pluriel, c’est clair et net !

      Maintenant, expliquez-nous par quelle diffraction mentale, vous avez vu le mot “péréquation” et n’avez pas compris la signification de “transferts du fédéral”.

    • @fauconcanadien

      Correction «corridors électriques Terre Neuve Labrador, Québec, Ontario.»

    • @ zduc (commentaire « 31 janvier 2014 09h55 ») :

      Merci pour votre réponse et pour les éclaircissements que vous avez apportés.

      Nous sommes au moins d’accord sur une chose : je crois aussi que le projet d’indépendance du Québec exigerait un travail acharné. Cependant, je ne crois pas que le Québec y gagnerait beaucoup au bout du compte.

      Si vous suivez encore ce billet, pouvez-vous m’indiquer quelle est la source des pourcentages que vous citez, en ce qui concerne le ratio entre les grades de commandement et les effectifs totaux de ces forces armées (y compris les grades subalternes) ?

      Je suis curieux de savoir quelle est votre source, et s’il s’agit d’une source sérieuse et crédible.

      À mon avis, il n’y a pas de différence significative à cet égard entre les Forces canadiennes et celles de la France et du Royaume-Uni.

      Quant au ratio entre les forces combattantes (« boots on the ground ») et l’ensemble des forces armées, il est généralement de 30-35% au sein des pays occidentaux, quelles que soient les forces armées. En d’autres mots, pour 30-35 militaires dont le rôle est de combattre sur le terrain, il en faut 65-70 qui assurent le soutien logistique, l’entretien et la réparation de l’équipement, l’administration, les communications, la formation du personnel, etc. Cela ne signifie pas que les 65-70 % de militaires affectés à des tâches de soutien ne sont pas aussi formés pour combattre, mais sans le soutien que ces militaires assurent, les forces combattantes risquent de perdre beaucoup d’efficacité.

      Le U.S. Marine Corps peut peut-être présenter un ratio supérieur en ce qui concerne les forces combattantes (« boots on the ground »), mais ce ratio est en bonne partie artificiel, car le U.S. Marine Corps dépend de la U.S. Navy du point de vue logistique, de la U.S. Air Force pour le transport rapide des effectifs (transport stratégique ou tactique via des avions C-17, C-5 et C-130, ou des hélicoptères Chinook), et parfois aussi de la U.S. Army pour une partie du soutien logistique sur le terrain (je crois que c’est le cas en Afghanistan et que ça l’a été en Irak).

      Les États-Unis sont dans une classe à part, en ce sens que les forces armées de ce pays reçoivent du soutien d’un imposant cadre de fonctionnaires civils du Department of Defense, et peuvent aussi compter sur des centaines de milliers de spécialistes civils qui travaillent pour des organismes et entreprises d’expertise-conseil privés ou semi-privés qui sont jusqu’à un certain point une « fonction publique parallèle » (SAIC, The Aerospace Corporation, Booz Allen Hamilton, etc.), et sur des centaines de milliers d’employés de firmes privées qui collaborent étroitement avec les forces armées.

      Le ratio des forces combattantes (« boots on the ground ») varie aussi selon l’arme concernée (le « service ») et la technicité des moyens : armée de terre (relativement élevé), marine de guerre, armée de l’air (« aviation »). Comment calcule-t-on le ratio des forces combattantes dans le cas de la flotte de sous-marins nucléaires de la U.S. Navy ? Dans le cas de l’ensemble des flottes de la U.S. Navy ? Dans le cas d’une escadre de bombardiers stratégiques (B-52, B1 ou B-2) ? Dans le cas d’un escadron d’avions-ravitailleurs ? Et dans le cas des équipes hyperspécialisées qui contrôlent les missiles nucléaires intercontinentaux de la U.S. Air Force ?

      Du point de vue doctrinal et organisationnel, les Forces canadiennes sont très proches des forces militaires américaines et des forces militaires britanniques, et plus largement des autres forces militaires de l’OTAN.

      Mais le Canada n’est pas une superpuissance comme les États-Unis, qui, si l’on considère sa marine de guerre seulement, déploie en permanence 4 à 5 groupes aéronavals opérationnels (en Atlantique, en Méditerranée, dans le Pacifique, en océan Indien ou dans le golfe Persique), qui a des bases militaires un peu partout dans le monde, et dont les avions circulent en permanence un peu partout dans le monde, au même rythme qu’une grande entreprise de transport aérien…

      Le Canada n’a pas non plus besoin de maintenir un effectif militaire semblable à celui de la France ou du Royaume-Uni, deux pays qui sont plus susceptibles d’utiliser la force militaire en Afrique (ex. Mali ou République centrafricaine pour la France) ou dans les régions limitrophes à leurs territoires d’outre-mer (guerre des Malouines dans le cas du Royaume-Uni).

      En ce qui concerne la critique de la bureaucratisation des forces armées et de la tendance à l’inflation au sein du groupe des officiers supérieurs (généraux et amiraux), cette critique est exprimée dans tous les pays occidentaux, et même aux États-Unis.

      Je vous recommande à ce propos deux billets du blogue américain « Fabius Maximus », qui s’intéresse à cette question :

      • « Do we need so many and such well-paid generals and admirals? », billet en date du 9 septembre 2012, lien :

      http://fabiusmaximus.com/2012/09/09/generals-admirals-43121/

      • « How bad is our bloat of generals? How does it compare with other armies? », billet en date du 10 septembre 2012, lien :

      http://fabiusmaximus.com/2012/09/10/american-military-force-changed-43153/

      Bonne lecture et bonne journée !

    • Puisque ce blogue est écumé, aux frais des contribuables, par un bon nombre de membre de l’Armée Royale Canadienne (l’ARC), avec comme chef de propagande le Capitaine Bonhomme de la cote_nord, mes commentaires risquent d’en défriser plus d’un…
      Considérant que l’«ARC» est à la fois une succursale des USA et de la Mère Patrie de la divine Elizabeth…
      On en a la preuve puisque que le nombre de pertes de soldats canadiens en Afghanistan est, per capita, 4 plus grand que le France e l’Allemagne réunies…
      Serait-ce parce que les soldats canadiens servent de «guinea pigs» pour débusquer les «booby traps» des rebelles ?
      Poser la question c’est y répondre…
      Considérant que l’«ARC» a gaspillé des milliards de dollars des impôts des citoyens pour l’achat de sous-marins, d’hélicos, d’avions de chasse qui ont fait preuve de l’incompétence de l’ARC à s’armer comme de l’allure…
      Considérant les scandales qui éclaboussent l’ARC depuis quelques années et plus récemment encore..
      Considérant que le Capitaine Bonhomme veut nous faire croire que les USA ne s’impliqueraient pas si des terroristes décidaient d’opérer (sic) au Québec et que l’on serait mieux protégés par l’ARC est assez loufoque…
      Sauf si l’on prend les terroristes pour des imbéciles qui choisiraient Montréal (un secteur de méchants séparatissses bien sûr) plutôt que Toronto ou New York comme impact médiatique…
      Considérant que la guerre, et donc l’armée, est un «business« pensez-vous un seul instant que les USA laisseraient la porte «ouverte» à la «compétition militaire » venant de France (qui est à proximité avec St-Pierre- Miquelon) à titre d’exemple) pour «protéger le Québec»…?

      Si des pays aussi peu populeux que la Norvège, la Suède, le Danemark, le Portugal… etc. peuvent se débrouiller avec une «Armée de fonction», êtes-vous en train de nous dire, mon Capitaine B., que (comme c’est votre habitude), les québécois sont moins intelligents …?
      Conclusion ?
      «Capitaine Bonhomme, part en voyage..» (air connu)
      Robert Alarie

      P.S. À suivre….. les histoires du Capt. Bonhomme et de ses sous-fifres concernant les frontières

    • @carbone-14 31 jan. 12h09
      «…Que dire de plus vrai mes chers-z-amis?»

      Ben que t’es plate…; voilà c’est le «plus dit»..
      Ou, si tu préfères, la version latine: «Beati pauperes spiritu !»
      Au plaisir mon johnbull…

      Robert Alarie

    • En réponse au message du membre de l’ARC * qui a écrit à 12h29…
      Soldat pager, je présume que c’est intentionnellement que tu as oublié l’un, si non le plus grand des héros de guerre Québécois, le Général Dollard Ménard, qui a été victime d’ostracisme par ses supérieurs parce qu’il avait osé voté «OUI» au référendum de 1980 pour défendre les intérêts des soldats Québécois et francophones du ROC victimes de discrimination… ?
      Diantre, il aurait honte de toi et du Capitaine Bonhomme de la cote_nord et de ses sous-fifres qui applaudissent béatement ses «copier-coller» pour impressionner une bande de naïfs !
      Robert Alarie
      P.S. ARC* = Armée Royale Canadienne…

    • Mon message de 14h11… Québécois avec majuscule bien sûr…

    • @pager -12h29-

      Vous avez raison, la vérité a ses droits.

      Merci de nous rappeler nos hauts faits d’armes: la prise de la crête de Vimy, les exploits de nos gradés, Dollard Ménard, Jean-Victor Allard, Paul Triquet et tous leurs valeureux hommes qui se sont illustrés sur les champs de bataille.

      L’armée canadienne n’en a pas été une d’opérette, mais d’opérations bien articulées.

      Et depuis Lester B.Pearson, notre expertise militaro-diplomatique faisait l’admiration et l’envie de tous.

      Dommage que le gouvernement actuel n’ai pas conservé la même ligne de conduite que tous les gouvernements qui l’ont précédé.

    • pager

      Marois a mentionné, il y a déjà quelque temps, suite à une question qui lui fut posée justement en regard avec une armée dans ce nouveau pays que serait un Québec indépendant, qu’il y en aurait une toute québécoise.

      Sic : ” Une armée pacifique. ”

      Doit-on comprendre qu’en cas d’attaque d’un ennemi potentiel, nos braves soldats répliqueraient avec des salves de canons emplis des bouquets de fleurs des champs ? :-)

    • @Anti-Collabo-Liberal 31 janvier 2014 10h11

      “Le manque de… préparation”

      Continuez de nous faire rire!

      Les sécessionistes sont toujours en manque de quelque chose.

      Ils vivent tous les jours une profonde mélancolie.

      La soupe péquiste a eu 45 ans de préparation.

      Après tout ce temps, la soupe et la casserole péquistes sont bonnes pour les vidanges.

    • • silenceondort
      31 janvier 2014
      10h26
      J’essaie d’expliquer qu’il ne faut pas confondre les transferts à la santé et autres transferts similaires avec la péréquation. Les transferts fédéraux, à l’exception de la péréquation, sont basés sur des ententes fédérales-provinciales où le gouvernement fédéral s’est engagé à payer une partie des coûts du programme social en question.

      Évidemment, ces transferts sont X $ par citoyen. Plus la population est élevée, plus la province en reçoit. Dans un cas semblable, c’est évident que l’Ontario va en recevoir plus que les autres provinces, car c’est la plus populeuse des provinces.

      Dans ces cas, la richesse des provinces n’entre pas en considération dans le calcul du montant des transferts.

      Par contre, dans le cas de la péréquation, les provinces riches ne reçoivent rien, alors que les provinces moins riches reçoivent de la péréquation. Le but de la péréquation est de permettre aux provinces moins riches d’offrir des services équivalents aux provinces plus riches. En d’autres mots, la péréquation augmente directement l’assiette fiscale des provinces moins riches.

      C’est pour cette raison que Terre-Neuve, la Saskatchewan, l’Alberta, la Colombie-Britannique et le Yukon ne reçoivent de la péréquation. Leur assiette fiscale est suffisamment large pour qu’elles puissent subvenir à leurs besoins de revenus.

      Malheureusement, les autres provinces ont des assiettes fiscales trop petites pour leurs permettre de s’offrir des services semblables à ceux des autres provinces. C’est le cas de PEI qui reçoit 360 $ millions ; de la Nouvelle-Écosse avec 1,6 $ milliards ; du Nouveau-Brunswick avec 1,7 $ milliards ; du Québec 9,3 $ milliards ; de l’Ontario avec 2,0 $ milliards ; du Manitoba avec 1,7 $ milliards.

      Le Québec rafle donc 55,7% de toute la péréquation fédérale. C’est un titre peu enviable. Cela veut dire que l’économie du Québec devrait être taxée davantage (de l’ordre de 10 $ milliards) pour s’offrir les services que la province offre. Le problème est que nous sommes déjà la province la plus taxée.
      Les séparatistes vont dire que les Québécois paient des taxes au fédéral. C’est vrai, mais ils reçoivent des services pour ses taxes. Ces services comprennent les forces armées, le service diplomatique, la pension de vieillesse, le supplément de revenu, les services gouvernementaux (les ports, les aéroports, le financement des infrastructures, l’aide à l’industrie aéronautique entre autres), la participation fédérale aux services sociaux, etc. Finalement, la péréquation est le résultat de taxes payées par les provinces plus riches pour aider les provinces moins riches.

      La péréquation est le BS fédéral versé aux provinces. Il n’est donc pas vrai d’affirmer que les Québécois ont payé une partie des taxes qui reviennent sous forme de péréquation. Si c’était le cas, ce serait comme si le récipiendaire du bien-être social au Québec disait qu’il a le droit de recevoir du bien-être du Québec, car il l’a payé avec ses impôts. Selon lui, il ne fait que recevoir les taxes qu’il a payées. Tous les contribuables savent que le récipiendaire du bien-être social ne paie pas d’impôts ni au provincial, ni au fédéral.

      J’espère que cela va être suffisant.

    • J’allais oublier: selon R-C,« l’ARC* pourrait être mise sous tutelle …»
      Et le Capitaine Bonhomme de la cote_nord et ses sous-fifres qui veulent nous faire peur et nous impressionner pour qu’on reste dans leur Canada au cas où on se ferait attaquer par des terroristes…fin qu’ils nous défendent…
      Pas fort l’ARC *…
      Robert Alarie
      P.S. ARC* = Armée Royale Canadienne

    • @silenceondort

      31 janvier 2014
      13h27

      Vous avez écrit:

      “…c’est comme ça que cela se comptabilise…(vous dites per-capita)”

      Vous ne semblez pas avoir lus tous mes messages. Pour vous aider, je vous répète mon message donné à titre d’exemple(que tous semblent avoir compris sauf vous):

      …Suite de mon message du:
      31 janvier 2014
      07h49

      Exemple:

      Si le Québec recevait le même montant par tête de pipe que l’Ile du prince Édouard, le Québec recevrait 30 MILLIARDS de $ en péréquation. Or, le Fédéral donne au total 16,4 milliards aux provinces et territoires. (Calcul 30 G$=3735$X8 054 756):

      3735$= Montant calculé per-capita à l’Ile du Prince-Edouard.
      8054756:= Population du Québec.

      EST-CE ASSEZ CLAIR POUR VOUS?- Cet exemple démontre bien le ridicule de votre argumentation.

      Figurez vous donc que la péréquation ne se donne pas pat tête de pipe mais bien par province. Lisez donc aussi le message de Cotenord_7. QUI EST ENCORE PLUS EXPLICITE QUE LE MIENS!

      Message de Cotenord_7:

      —-Ceci étant dit, il n’est pas surprenant que les séparatistes utilisent le montant « par habitant » pour comparer le Québec aux autres provinces et territoires.

      En effet, cela leur permet de souligner que le Québec reçoit bien moins par « tête de pipe » que des provinces petites, peu peuplées et « pauvres »,comme l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, ou que les vastes territoires du Grand Nord, qui n’ont parfois que quelques dizaines de milliers d’habitants permanents…

      Cela permet aussi de façon commode de mettre en arrière-plan que le Québec, une vaste province comptant plus de 8 millions d’habitants et dont l’économie est supposément diversifiée (secteur des ressources, secteur manufacturier, secteur des services, etc.), a une dépendance permanente à la péréquation (ce qui n’est pas le cas de l’Ontario) et recevra une somme colossale de plus de 9,286 milliards de paiement de péréquation pour l’exercice financier 2014-2015, soit 1,453 milliard de plus (ou 18,6 % de plus…) que pour l’exercice financier 2013-2014…….—

      Voila…Est-ce assez clair!

    • @l-f-k 31 jan. 14h58

      Soldat l-f-k,
      En vous moquant d’une «armée pacifique», vous ne faites pas honneur à la glorieuse époque des Casques Bleus canadiens, respectés à travers le monde et qui faisaient honneur au Canada ..!
      Dites-nous, soldat, pourquoi des «ennemis potentiels» attaqueraient-ils les Québécois en particulier ?
      Pour justifier votre présence et faire peur aux naïfs qui croient vos histoires de Capitaine Bonhomme cote_nord ?
      J’attends une réponse plus intelligente de votre parte que celle donnée à pager… si vous en êtes capable, bien sûr, ce dont je douterais…
      Robert Alarie

    • @i-f-k

      Dans le meilleur des cas , nos soldats “sécessionistes” auraient eu une fleur au bout de leurs canons. Et la plupart seraient blessés dans le dos.. Normal, ils se seraient sauvés. J’ai un beauf qui a fait la guerre. Officier responsable du nettoyage au pays bas la fin de la guerre car il y avait des soldats allemands qui ignoraient que la guerre étaient terminée`. Il a rencontré le Général Ménard à plusieurs reprises et dans le cadre du 11 novembre et il m’a certifié que si le Gén. Ménard était nationaliste, ce n’étaient pas un sécessionniste. Ce n’était surtout pas un admirateur du chanoine Groulx et de nombreux nationalistes de l’époque appuyés par le clergé dont le chef suprême était le pape Pie XII , grand sympathisant nazi. La guerre, disaient-ils ne les concernaient pas. Il est vrai que la démocratie et la liberté étaient des valeurs qui répugnaient au clergé et à une frange importante des nationalistes québécois.

      G. Michaud

    • Oups, j’aurais du écrire “aux Pays Bas”
      G. Michaud

    • Re oups! j’aurais du écrire ” auraient été blessés

    • @ cotenord_7

      31 janvier 2014
      13h59

      L’information provenait d’un site spécialisé dans les affaires militaires.

      Malheureusement, je ne me rappelle plus lequel car j’ai navigué pas mal pour trouver cette info.

      Pour finir sur ce sujet, je dirais que, pour ma part, le gouv canadien a fait une erreur en essayant d’augmenter la puissance offensive de l’AC.

      Ça coute très cher pour pas grand chose de plus et je pense vraiment que le Canada avait une meilleure image à l’époque ou l’AC se spécialisait dans les missions de paix.

      Ça faisait peut être moins Rambo mais c’était plus efficace à long terme au point de vue stratégique.

      Le guerre au terroriste style US que Harper a adopté avec enthousiasme ne sert qu’à consommer des $$$$$$ inutilement.

      La politique intérieur du PC n’est ni moins pire ni mieux que celle des prédécesseurs mais pour ce qui est de sa politique extérieur et en particulier le soutien aveugle aux intérêts israéliens, je considère ça comme un désastre

      M. Duclos

    • Message au Miniminiministre Lebelc et ses brebis écarlates…Ah la péréquation; moi j’aime bien !
      Si l’on peut siphonner le ROC jusqu’au trognon et jusqu’à l’os, comme le Québec s’est fait siphonner dans le passé pour «péréquationner» le ROC moi je dis yesss sir … !
      Lalalalalère.. (dixit Foglia, un fier souverainiste)
      Robert Alarie
      P.S. Thank you very much suckers….

    • souverain

      31 janvier 2014
      18h17
      C’est votre droit absolu de vouloir siphonner le ROC comme vous dites. C’est un choix questionnabe, mais c’est votre choix. C’est aussi le choix de la plupart des récipiendaires du BS Québécois de siphonner le reste des Québécois.

      C’est aussi le meilleur choix pour demeurer pauvre.

    • souverain

      Pauvre vous.

      Cela n’existe pas une armée PACIFIQUE sinon cela ne s’appelle pas une armée. Et le voilà qui me cause des Casques Bleus !

      Monsieur, il entre dans les fonctions d’une armée de mener des missions pacifiques, de maintien de l’ordre ou d’y veiller, des missions que l’on qualifie de ” paix “, des missions de sauvetage, d’aide lors de catastrophes de tous genres.

      Les armées n’ont pas des tanks, des flottes de bateaux de guerre, des missiles, et tout le bazar technique et technologique pour aller aider les sinistrés d’inondations ou de séismes.

      L’armée a comme première fonction de veiller à la défense de son pays et d’assister ses alliés, par la force des pactes et des conventions qui les relient, en cas d’agressions. Agressions par des forces ARMÉES. En êtes-vous surpris ?

      Alors , la prochaine fois, pour ne pas faire une folle d’elle-même, Marois pourra sans problème parler d’une armée. Point. Sinon, au mieux , qu’elle invoque une garde nationale. Et encore !

      Cela vous va, mon Général ?

      PS Vous en savez quoi , vous, de ce qui peut arriver chez nous dans cent, cent cinquante ans ?

      Si tu veux la paix , prépare la guerre ? Cela ne s’applique qu’aux autres ?

      On serait pas mal mieux de se ” greiller ” de saprés bons alliés avec de vraies armées si jamais le cas se présentait où les colonnes de notre pays du Québec se feraient ébranler le moindrement.

    • @ zduc (commentaire « 31 janvier 2014 18h07 ») :

      L’image des Casques bleus (missions de paix de l’ONU) est marquée dans l’imaginaire des Canadiens, mais cette image ne reflétait qu’une partie de la réalité.

      Jusqu’en 1993, les Forces canadiennes ont maintenu une importante présence en Allemagne, à Lahr (armée de terre) et à Baden-Soellingen (aviation de chasse).

      Voyez ce reportage de Radio-Canada concernant la fermeture de ces deux bases :

      http://archives.radio-canada.ca/guerres_conflits/operations_paix/clips/4683/

      Les militaires qui servaient sur ces bases étaient constamment entraînés pour participer à un conflit majeur en Europe, de concert avec leurs alliés de l’OTAN, contre les forces du Pacte de Varsovie.

      À la même époque se tenait au Canada, à tous les ans ou à tous les deux ans, un important exercice divisionnaire de l’armée de terre, portant le nom de code Rendez Vous, qui impliquait des milliers de soldats provenant des groupes-brigades mécanisés de l’armée de terre qui étaient basés dans l’ouest canadien, en Ontario et au Québec et dans la région atlantique. Encore une fois, le scénario de l’exercice était un conflit majeur contre les forces du Pacte de Varsovie.

      Ces exercices de préparation pour un conflit majeur ont eu lieu autant lorsque les libéraux étaient au pouvoir que lorsque les conservateurs étaient au pouvoir…

      À la même époque, l’Aviation canadienne s’exerçait à intercepter et neutraliser des bombardiers Bear provenant de l’URSS, et la Marine canadienne participait à des exercices majeurs dans des formations navales de l’OTAN de grande dimension, qui s’exerçaient à intercepter et neutraliser des navires de surface et des sous-marins soviétiques.

      Le Ministère de la Défense nationale a fait beaucoup de publicité avec les opérations de maintien de la paix inspirées par Lester B. Pearson, mais la préparation à un conflit armé majeur a toujours été à l’avant-garde.

      Et puis, dans les années 1990, en Somalie et en ex-Yougoslavie, les opérations de paix elles-mêmes ont subi une transformation profonde. J’ai des copains qui ont servi en ex-Yougoslavie dans la période la plus dure de ce conflit de type « guerre civile », et qui ont constaté une énorme différence par rapport aux opérations de maintien de la paix à Chypre et même dans le Moyen-Orient (région du Sinaï) à la fin des années 1970 et dans les années 1980.

      En conclusion, je crois fermement que l’image idyllique que les Canadiens ont de l’époque des Casques bleus ne reflète pas fidèlement la réalité du travail des Forces canadiennes avant le 11 septembre 2001…

    • M. Lavoie,
      je tiens à m’excuser pour une phrase satirique que j’ai écrite dans mon dernier commentaire. En la relisant j’ai pensé être “censuré”. Elle est injuste pour ceux et celle qui ont bravé les forces du mal et défendu la liberté pendant la guerre 39-45. La colère est une bien mauvaise conseillère.

      G. Michaud

    • @cotenord_7

      Vous écrivez: «En conclusion, je crois fermement que l’image idyllique que les Canadiens ont de l’époque des Casques bleus ne reflète pas fidèlement la réalité du travail des Forces canadiennes avant le 11 septembre 2001…»

      Au regard de votre connaissance et de ce que vous écrivez, c’est sas doute vrai, mais je trouve que c’est bon pour l’imaginaire collectif de conserver en mémoire que le Canada a été une moyenne puissance respectée de tous et à qui on songeait en premier pour préserver la paix.

      L’épisode de l’ex-Yougaslavie montre les limites d’opérations menées sous l’égide de l’ONU.

      Les forces onusiennes avaient le droit d’utiliser la force pour libérer l’un des leurs ou pour redonner sa liberté à une personne détenue contre son gré.

      J’ai encore à l’esprit une photo publiée notamment dans le Globe and Mail ou l’on montrait un militaire menotté à un lampadaire.

      Questionné par l’opposition quant à savoir pourquoi les forces armées n’utilisaient pas la force nécessaire pour le libérer, le ministre de la défense nationale d’alors, David Colenette, eut cette réponse suave pour justifier l’inaction: «Il n’est pas détenu, il est en restriction de mobilité».

      Le Rwanda est, au moins à l’échelle humaine, encore pire.

      Le général Roméo Dallaire avait l’ordre de n’ouvrir le feu que pour se défendre et encore.

      Il a assisté impuissant au massacre des populations civiles et de soldats belges, ce qui l’a conduit au bord du suicide et lui a valu une accusation d’homicide en Belgique.

      Un grand homme que Roméo Dallaire.

    • silenceondort

      31 janvier 2014
      10h34

      L’Ontario au prise avec des coûts énergétiques très élevés.
      À ce sujet j’ai toujours été en faveur de nouveaux corridors électriques ÎPE, Québec, Ontario avec les investissements requis.

      Malheureusement, le Québec a voulu être trop gourmand dans cette équation. De sorte que le fédéral va aider Terre-Neuve a contourné le Québec.

    • «C’est votre droit absolu de vouloir siphonner le ROC comme vous dites. C’est un choix questionnabe, mais c’est votre choix.» >fauconcanadien 21h10
      - – - – - – - – - – - – - – - – - -

      Donc tous les Québécois sans exception, sont donc des BS du Canada, surtout fédéralistes compris, puisqu’ils restent ici à chiâler et profitent des transferts du fédéral au lieu de déménager.

      QED

      HéHéHé

    • @ candela (commentaire « 1 février 2014 09h58 » ) :

      Dans votre commentaire, vous êtes aveuglé par le fait que vous souhaitez vivement que les fédéralistes quittent le Québec.

      Mais le fait que les fédéralistes critiquent ou déplorent l’état de dépendance financière de la province de Québec ne les oblige pas à quitter leur province d’origine.

      D’autre part, si les fédéralistes quittaient en grand nombre le Québec, cela ne ferait qu’aggraver l’état de dépendance financière du Québec, puisque la situation fiscale et financière du Québec ne s’améliorera pas si la province perd sa main d’œuvre instruite, qualifiée et productive, et doit de plus en plus compter sur des gens qui ont la mentalité de profiteurs et de prestataires permanents du BS…

    • candela

      1 février 2014
      09h58
      Tous les Québécois qui ont une mentalité de siphonner le plus possible les ressources des autres Québécois et des Canadiens en général ont une mentalité de BS. Ces gens-là ne cherchent pas à créer de la richesse; ils veulent vivre au-dessus de leurs moyens tout en tirant profit de la richesse des autres.

      Comme Côtenord_7 vous a indiqué, si les fédéralistes quittaient le Québec, le Québec serait davantage appauvri. En effet, les gens mobiles sont en général plus instruits que les gens moins mobiles. Cela signifie nécessairement que l’assiette fiscale du gouvernement du Québec serait plus petite qu’elle ne l’est actuellement. Comment le Québec paierait-il pour ses fameuses vaches sacrées, ou si vous préférez ses programmes sociaux trop riches pour ses moyens?

      Ce n’est certainement pas en gardant au Québec les gens sur le bien-être social (J’EXCLUS ICI LES GENS QUI LE MÉRITENT) que l’assiette fiscale du gouvernement du Québec va s’agrandir. Au contraire, les gens du bien-être social (J’EXCLUS ICI CEUX QUI LE MÉRITENT) ne sont que des pique-assiettes. Ceux, qui ne le méritent pas, sont des gens peu instruits, peu ambitieux, peu mobiles, des parasites quoi, mais capables de travailler et trop paresseux pour se lever le matin.

      Ayant dit cela, je supporte le fait qu’un gouvernement doit aider financièrement ceux qui ont un handicap physique ou mental qui les empêche d’obtenir un emploi, mais pas nécessairement l’emploi qu’il désire occuper.

    • Bienvenue sur le blogue des fonctionnaires fédéraux avec et sans uniformes…
      Messieurs les membres de l’ARC*, à vous lire, force est de constater que vous voulez tellement nous ««protéger»(sic) contre nous-mêmes, que vous seriez prêts à faire intervenir l’ARC* pour empêcher toutes manifestations démocratiques faisant la promotion de la souveraineté du Québec…
      Comme «échantillon» de votre «dévouement » pour votre cause, combien d’entre vous ont suggéré de faire intervenir l’ARC* pour «régler le cas des étudiants» lors du «printemps érable»…?
      Quant l’un d’entre vous suggère «que pour avoir la paix il faut préparer la guerre» cela nous en dit long sur votre attitude belliqueuse à l’égard de vos propres concitoyens qui sont reconnus comme l’un des peuples les plus pacifiques et les plus tolérants au monde !
      Quand le redondant Capitaine Bonhomme de la cote_nord nous inonde de ses sornettes militaires confirmant la supériorité militaire des british (justifiant ainsi notre soumission au conquérant) ou déterre un membre de la diaspora «canadienne français» opérant un commerce de tatouage quelque part au Tibet pour nourrir sa loufoque propagande fédéralistes, cela nous confirme que le ridicule ne tue pas !
      Robert Alarie
      P.S. ARC* = Armée Royale Canadienne

    • Monsieur Lavoie,
      Pensez-vous que flip flop Couillard a apprécié la déclaration fracassante de l’ex-juge de la Cour suprême Claire L’Heureux-Dubé qui s’inscrit en faux contre l’avis du Barreau sur la charte et qui a déclaré au Devoir 1 février 2014 :
      «Les femmes du Québec franchiront un jalon important dans leur longue marche vers l’égalité si les élus adoptent la charte de la laïcité, soutient Claire L’Heureux-Dubé. La juge à la retraite insiste : le projet de loi 60 — y compris l’interdiction du port de signes religieux pour les employés de l’État — ne porte pas atteinte à la liberté de religion.

      « Rien dans le projet de loi 60 n’entrave la croyance religieuse et la pratique de la religion », souligne Mme L’Heureux-Dubé.»…
      Et ….« Elle (la charte) n’en est pas moins légitime », soutient-elle vigoureusement.

      Mme L’Heureux-Dubé, qui a siégé au plus haut tribunal du pays de 1987 à 2002, conteste l’idée reçue selon laquelle une éventuelle charte de la laïcité serait à coup sûr invalidée par les tribunaux. Les juges appelés à se pencher sur la « loi 60 » pourront difficilement faire fi du contexte social propre au Québec dans lequel a été adoptée la charte, estime-t-elle.»
      Je m’arrête ici avant que les fédéralistes et, en particulier, notre papier carbon14, s’étouffent dans leur tasse de café instantané…

      Fiat Lux…. !

      Robert Alarie

    • @cotenord et faucon canadien

      Faites un chèque à l’ordre du gouvernement du Canada pour montrer que vous refusez cette assistance sociale.

      Vos bottines ne suivent pas vos babines, comme toujours…

      Et comme vous le disait clairement Lucien Bouchard : «Arrêtez de vous plaindre, pis travaillez, bande de paresseux !»

      HéHéHé

    • souverain

      1 février 2014
      12h47

      Vous devriez être très prudent avant de fanfaronner.
      Ce n’est pas l’opinion d’un juge qui compte ou d’un juge à la retraite peu importe sa notoriété.

      Il faut se rappeler que devant un juge, la moitié des avocats ont torts. Devant la cour d’appel, souvent le juge de première instance a tort en plus des avocats. Même à l’intérieur de la cour d’appel, il peut y avoir un juge dissident parmi les trois juges.

      Finalement, à la Cour suprême, il y a neuf juges. Très souvent, les décisions reflètent le point de vue de la majorité, soit cinq juges en faveur de, et quatre contre, la décision. En outre, la décision de cette Cour souvent vient infirmer la décision de la cour d’appel et du juge de première instance, sans oublier tous les avocats qui ont été contredits.

      Alors, il faut attendre que la charte en question ait été devant la Cours suprême et que celle-ci ait rendu une décision avant de claironner.

      J’ai l’impression qu’il va y avoir beaucoup de « ballounes » pétées après une décision de la Cour suprême si cette charte devient légale.

    • souverain

      ” Quant l’un d’entre vous suggère «que pour avoir la paix il faut préparer la guerre» cela nous en dit long sur votre attitude belliqueuse à l’égard de vos propres concitoyens qui sont reconnus comme l’un des peuples les plus pacifiques et les plus tolérants au monde ! ”

      C’est votre esprit tordu qui en arrive à cette conclusion.

      Et quand on ne veut retenir qu’une infime partie de l’ensemble d’un commentaire.

      Il n’y a pas un pays au monde de plus de 500 000 habitants qui n’a pas une force militaire disponible en son sein, sans compter les forces alliées. Pour missions défensives et/ou pacifiques, de reconstruction en cas de séismes, et ainsi de suite.

      Vous allez faire quoi, vous, avec votre peuple tolérant, neutre et pacifique quand viendra le temps de voir à protéger son autonomie territoriale pour quelque raison que ce soit. Violation des zones maritimes, des territoires du Nord du Québec avec ses richesses souterraines. Vous vous croyez à l’abri de quoi , exactement ? Un pays avec une population vieillissante , un peuple dont le taux de natalité se situe toujours autour de 1,70 enfant par famille ( femme ), la force de travail active réduite et endettée par-dessus la tête, un peuple gentil, tout doux, tolérant quand pas bonasse ?

      Voici ce que vous auriez dû retenir de mon commentaire :

      ” On serait pas mal mieux de se ” greiller ” de saprés bons alliés avec de vraies armées si jamais le cas se présentait où les colonnes de notre pays du Québec se feraient ébranler le moindrement. “

    • @ souverain

      1 février 2014
      12h47

      Pour moi, il s’agit d’un faux débat.

      Si cette loi passe, cela signifiera qu’elle a été adopté par l’Assemblé Nationale et quelle est donc pleinement valide.
      Les anciennes lois et chartes seront ajusté en conséquence.
      Comme pour n’importe quelle autre loi.

      Quant au coran canadien ( la charte à Trudeau ), il est bien entendu intouchable, comme il convient à un document religieux. Il y a d’ailleurs une assemblée de 9 juges qui veillent en permanence à l’interprétation de ce nouveau talmud.

      Mais le Québec n’ayant jamais signé la constitution, personne ici n’est tenu de se conformer à la NBC ( Nouvelle Bible Canadienne ).

      Et pour les problèmes purement légaux pouvant se présenter, la clause dérogatoire est là justement pour ça.

      Donc, pour moi, tout ce débat sur la légalité de la charte n’est que du verbiage inutile tout juste bon pour une thèse de droit à McGill ( assumant que quelqu’un à Mc Gill s’y connaisse en droit québecois, ce qui est douteux ).

      M. Duclos

    • @ candela (commentaire « 1 février 2014 13h01 ») :

      Vous pouvez être rassuré.

      Une très grande proportion de mes revenus sont redirigés vers le gouvernement du Canada et vers le gouvernement du Québec, et les fonds versés servent, entre autres, à subventionner des programmes de répartition de la richesse comme le programme de la péréquation…

      Je crois que la citation que vous attribuez à Lucien Bouchard est inexacte, même si cette citation est régulièrement reprise par les intellectuels et imitateurs de la gauche caviar qui fréquentent l’émission « Dessine-moi un dimanche », animée par Franco Nuovo, à la Première Chaîne de Radio-Canada.

      Mais vous pouvez là aussi être rassuré. Je n’ai jamais cessé de travailler et n’entrevois pas le moment où je prendrai ma retraite.

      De ce point de vue, je crois avoir un rôle utile à jouer dans ce Québec profondément endetté qui, à cause de sa situation démographique actuelle, va perdre dans les deux prochaines décennies une bonne partie de la main d’œuvre active qui assure ses recettes fiscales.

      Et vous, suivez-vous fidèlement l’adage que vous attribuez (avec une grande licence littéraire) à Lucien Bouchard ?

      En d’autres mots, hors de votre présence sur les blogues de La Presse, travaillez-vous afin d’assurer à l’état canadien et à l’état québécois des rentrées fiscales qui correspondent à ce que vous retirez de ces états ?

    • zduc

      1 février 2014
      14h35
      Je suis étonné que vous puissiez penser une minute que les professeurs de droit à McGill n’enseignent pas le Code civil du Québec.

      Je puis vous dire en connaissance de cause que tous les étudiants en droit de McGill doivent apprendre le Code civil et le droit commun. Ce qui fait que ces étudiants sont extrêmement recherchés sur le marché de New York car ils connaissent le droit commun et le Code civil et ils sont en général bilingues.

      Donc, ils peuvent travailler aux États-Unis et en Europe.

    • cotenord_7

      1 février 2014
      17h22

      @ candela (commentaire « 1 février 2014 13h01 ») :

      (…)
      En d’autres mots, hors de votre présence sur les blogues de La Presse, travaillez-vous afin d’assurer à l’état canadien et à l’état québécois des rentrées fiscales qui correspondent à ce que vous retirez de ces états ?
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

      Et vous ?

      HéHéHé

    • candela

      1 février 2014
      13h01
      Je peux vous assurer que je verse en impôts fédéral et provincial plus que ma part des impôts. Je subventionne les gouvernements fédéral et provincial, et indirectement les pique-assiettes de la société.

      J’ai toujours travaillé depuis ma sortie de l’université. Je pense que je serai encore plusieurs années à travailler et à payer des impôts. Par contre, je ne suis pas certain que je vais continuer à payer des impôts au gouvernement du Québec. D’ailleurs, je n’ai pas toujours payé des impôts au gouvernement du Québec, car je demeurais dans une autre province.

      Si tous les Québécois en payaient autant, je suis certain que le Québec n’aurait pas de déficits, et ne recevrait pas de péréquation.

      Pouvez-vous en dire autant?

    • Et, contre les injustices, les pressions indues, les coups fourrés, il y a, pour nos fédéralistes larbins , l’article 33, la clause dérogatoire, aussi appelée la clause ‘nonobstant’.

      HéHéhé

    • @fauconcanadien 18h001

      Devant un tel autoencensement de votre part, je vous laisse toute votre gloriole de plaignard qui verse plus que sa part d’impôts !!!

      Changez donc de comptable !

      Il est évident que du haut de votre suffisance, votre fatuité ne peut que jeter un regard méprisant sur ceux qui ne partagent point l’autoévaluation de votre si grand sacrifice dont vous aimez étaler la suffrance.

      HéHéHé

    • @ fauconcanadien

      Pour ce qui est de Mc Gill, je plaisantais… à moitié.

      Une de mes connaissances, un médecin, me disait dernièrement que les finissants de Mc Gill, dont 75% ne pratique jamais au Québec, sont surtout formés pour passer l’examen médical américain plutôt que celui de leur pays. D’ou leur piètre performance à l’examen du Québec comparé aux autres facultés de médecine.

      Devant mon étonnement, il m’a expliqué que presque la moitié vont pratiquer aux USA.

      On se posaient alors la question de savoir pourquoi nos impots servaient à former des médecins qui ne pratiqueront jamais ici.

      De là à penser que ça pourrait être semblable pour le droit, l’idée m’est effectivement venu.

      M. Duclos

    • zduc

      2 février 2014
      00h02
      Il y a une différence dans le droit. Les avocats sont membres du barreau du Québec et du Canada. Ils peuvent donc pratiquer au Québec et au Canada.

      Cependant, la plupart sont bilingues. Ils connaissent le Code civil (le Code Napoléon) et le droit commun. Le Code Napoléon est appliqué en Louisiane et en Californie, au Mexique, en Espagne et en France. Le droit commun est appliqué dans le reste des États-Unis, en Angleterre. Les avocats formés à McGill ont donc un avantage comparatif pour travailler dans les bureaux d’avocat se spécialisant dans les affaires internationales.

      Ainsi ils se retrouvent à New York, Paris et Londres.

    • zduc

      2 février 2014
      00h02
      Les étudiants en droit de l’Université d’Ottawa sont dans la même situation.

    • zduc

      2 février 2014
      00h02 « On se posaient alors la question de savoir pourquoi nos impots servaient à former des médecins qui ne pratiqueront jamais ici.»

      Tout simplement parce que les frais de scolarité sont trop bas.

    • Jean Charest a séparé Hydro-Québec en 5 pour pouvoir monter le prix de L’ÉLECTRICITÉ.Une loi ne permetttait pas de monter les prix si Hydro faisait des profits.Supposons que Paul Desmarais il y a quelques années achète des actions d’hydro et qu’il sait que Charest va monter le courant,il sait que ses actions vont prendre de la valeurs.
      Les spéculateurs vous volent le fruit de votre travail,Hitler voulait débarrasser l’Allemagne des spéculateurs,ils n’auraient jamais du nommer de race,il aurait du dire,je vais vous débarrasser des vautours,de ceux qui font de l’argent sans travailler.

    • @ fauconcanadien

      Les frais de scolarité sont bas ici.
      Sont ils peut être même un peu trop bas. ?
      La question reste ouverte pour l’instant.

      Mais d’un autre coté, pourquoi financer une université comme Mc Gill dont la majorité des étudiants n’apporteront jamais rien à la collectivité québecoise ?

      Le dossier est complexe mais la question aurait du être posée voila très longtemps.

      M. Duclos

    • zduc

      2 février 2014
      17h34

      Je ne suis pas d’accord avec votre raisonnement.

      Je préfère largement une situation où les frais de scolarité sont plus élevés, mais qui laissent les étudiants décider où ils veulent travailler que l’inverse.

      S’ils travaillent au Canada, ils paient des impôts au Canada. S’ils décident de travailler à l’extérieur du Canada, ils auront payer une partie plus importante de leurs frais de scolarité.

      Lorsque j’étais à l’université, les frais de scolarité représentaient environ 20 % des coûts de scolarité. Aujourd’hui, ils représentent environ 13 % des coûts de scolarité.

      Dans mon cas, j’ai demeuré plusieurs années à l’extérieur du Québec, bien que j’ai étudié au Québec. Donc, je payais des impôts provinciaux dans une autre province. Actuellement je demeure au Québec, mais je ne sais pas pour combien de temps.

    • @ fauconcanadien

      Je ne dis pas que je suis d’accord avec des frais de scolarité à bas prix.
      En fait, en ce qui me concerne, toute cette affaire des frais de scolarité devrait être réexaminé entièrement.

      Mais l’éducation étant une dépense provincial, je ne vois vraiment pas pourquoi le Québec financerait une université dont la plupart des finissants ne travailleront jamais ici.

      Je n’ai rien contre Mc Gill, mais vu l’état de nos finances publiques, elle devrait être financée au pro rata du nombre de ses finissants qui travaillent ici au moins 5 ans.

      Comme toutes les autre institutions d’enseignement supérieur d’ailleurs.

      M. Duclos

    • zduc

      3 février 2014
      09h37
      Désolé d’indiquer mon profond désaccord avec votre proposition. Les parents de des étudiants de McGill paient des taxes et des impôts au Québec. Ils ont donc droit d’obtenir le même genre de services de l’état. Si, une fois les études terminées, ces étudiants quittent pour aller travailler, c’est que le Québec ne leurs offre pas de bonnes occasions d’emplois.

      De plus, McGill est l’université canadienne qui possède la meilleure réputation à travers le monde.

      Je suis diplômé de McGill et d’autres universités situées au Québec.

      Lorsque j’ai terminé mes études, ils n’y avaient pas de grandes possibilités d’emplois dans mon domaine au Québec. Les grandes banques et autres sociétés canadiennes déménageaient discrètement leur siège social à l’extérieur du Québec. C’est comme cela que j’ai quitté le Québec.

      Votre proposition d’obliger les étudiants à travailler au Québec est dangereuse. Cela me fait penser au dirigisme des pays communistes. Regardez dans quelle mxxde le régime communiste a placé ces pays.

    • J’ai beau me relire, il ne me semble pas que j’ai dit qu’il fallait obliger les étudiants de Mc Gill à travailler au Québec.

      Ce que je dis par contre c’est que le financement public des université devrait être basé, en partie, sur la participation de leurs diplomés à la collectivité après les études.

      Par exemple, s’il y a 75 % des diplomée de Mc Gill en médecine qui ne pratiquent jamais au Québec, pourquoi nos impots serviraient ils à financer leurs études autant que les finissants de l’U de M par exemple ?

      Je donne ici des chiffres fictifs pour illustrer:

      Mc Gill, 25 % de finissants faisant carrière au Québec
      U de M, 75 % de finissants faisant carrière au Québec

      Donc, l’U de M devrait être financé 3 fois plus que Mc Gill pour ce module.

      Ou plutôt, Mc Gill devrait financé 3 fois moins que l’U de M !

      Vous avez écrit:

      Si, une fois les études terminées, ces étudiants quittent pour aller travailler, c’est que le Québec ne leurs offre pas de bonnes occasions d’emplois.

      Il me semble que, dans un choix de carrière, le taux de placement des diplomés se doit d’être examiné avant de se lancer dans de longues études.

      Selon votre logique, les innombrables étudiants en Histoire de l’art se devraient d’être “placés” par le gouvernement après leurs études ?

      M. Duclos

    • Je suis vraiment en désaccord avec votre idée. Je crois même quelle est dangereuse.

      Que fait-on avec les étudiants en histoire, anthropologie, arts, qui ne trouvent pas d’emplois et à l’occasion se retrouvent sur le bien-être social? Devrait-on hausser les frais de scolarité de façon à décourager les études dans ce domaine?

    • J’ai quelque misère à vous suivre.

      Vous me demandez si on devrait hausser les frais de scolarité.

      Mais précédemment, vous dites que les frais de scolarité sont trop peu élevés.

      Pour ma part, je préconiserais un système ou les frais à l’extérieur du contingentement serait effectivement plus élevé.

      Exemple, si le gouv. juge qu’il a besoin de 50 prof d’histoire par année pour répondre à la demande, les 50 meilleurs à postuler auraient droit à un tarif à bas prix, genre le tarif actuel.
      Mais les autres auraient à payer un tarif plus élevé.

      Ou mieux, même tarif plus élevé pour tous mais bourse pour les 50 premiers.

      Même chose pour tous les autres secteurs.

      Je pense que nous avons tous droit à l’éducation supérieur mais il y a un coût rattaché à ce grand principe ( ce que nous oublions souvent au Québec ).

      Pourquoi dépenser une fortune pour former 1000 étudiants en communication par année quant il y a une demande pour 50 ?

      Il y a une différence entre étudier pour gagner sa vie ou étudier pour se cultiver.

      Ou étudier pour justement ne pas travailler.

      J’ajouterais que je ne crois pas à une société ou tous auraient un bach ou une maitrise.

      Les études supérieurs ne sont pas pour tous.

      C’est bien dommage mais c’est comme ça.

      Qui ramasserait vos ordures sur le quart de nuit ?

      M. Duclos

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité