Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 26 janvier 2013 | Mise en ligne à 12h22 | Commenter Commentaires (44)

    Les gérants d’estrade

    Ma chronique de ce matin: faut-il blâmer les gérants d’estrade?
    À vous la parole….
    ——–

    Au rythme où vont les choses, la commissaire France Charbonneau pourra sympathiser avec Michel Therrien, le nouvel entraîneur du Canadien de Montréal. Jour après jour, Mme Charbonneau est portée aux nues quand sa commission fait des bons coups, et critiquée lorsqu’elle commet des faux pas.

    Lors de la reprise des audiences publiques, cette semaine, les gérants d’estrade et même Pauline Marois lui ont rappelé son devoir de rigueur. On lui reprochait les contradictions de Martin Dumont, son témoin vedette de l’automne, dont les allégations ont mené à la démission du maire Gérald Tremblay de Montréal.

    La plupart des observateurs ont statué que l’affaire Dumont avait entaché la crédibilité de l’enquête. La commission a «merdé» a même écrit une chroniqueuse respectée. Sur le coup, Gérald Tremblay nous est même devenu plus sympathique. Interrogée par les journalistes à Québec, Pauline Marois a du se défendre de l’avoir «largué».

    Mercredi, le vent a tourné. Le témoignage de l’ingénieur Michel Lalonde a confirmé l’essentiel des propos de Dumont : Union Montréal, le parti du maire Tremblay, touchait une cote de 3 p. cent en argent liquide sur les gros contrats de la ville.

    Simultanément, Dumont est devenu plus crédible. Son avocate, Me Suzanne Gagné, a plaidé avec brio que la façon dont les enquêteurs de la commission l’avaient cuisiné, le 11 décembre, ne respectait pas ses droits fondamentaux. Après des échanges corsée avec l’avocate, la commissaire Charbonneau a du lui donner raison.

    s.t. Maudits journalistes ?
    France Charbonneau n’avait pas l’habitude de subir les opinions en temps réel des gérants d’estrade dans ses anciennes fonctions à la Cour supérieure. Les chroniqueurs judiciaires relatent les faits, les témoignages entendus et attendent généralement les jugements avant de tirer des conclusions.

    Mais la commission Charbonneau n’est pas un tribunal. C’est une enquête publique réclamée depuis longtemps par la population en raison des scandales qui ont entaché la réputation des politiciens et des administrations municipales au cours des dernières années.

    Tout le monde sait que le témoignage du jour ne décrit pas nécessairement la réalité. La mémoire des témoins n’est pas parfaite, et comme l’a dit Mme Charbonneau, la commission n’est pas à l’abri de faux témoignages. Mais qu’ils soient véridiques ou non, les témoignages font la manchette de l’heure et sont commentés sans délais.

    On pourra toujours reprocher aux médias d’analyser ces témoignages et le travail de la commission en temps réel, comme dans un match de hockey, mais ce serait ignorer la réalité de nos nouvelles technologies de communication.

    Ce ne sont pas les journalistes qui ont créé Twitter, Facebook et les réseaux d’information continue comme RDI, LCN, Newsworld et CNN. La mise en place de tous ces outils de communication a forcé tout le monde à «nourrir la bête», la bête était l’appétit insatiable des consommateurs qui ne veulent plus attendre au bulletin de 18 heures ou le journal du lendemain pour savoir ce qui se passe.

    Dans ce processus, les commentaires prennent souvent la place de l’information. Même l’ancienne juge de la Cour du Québec, Suzanne Coupal, commente les travaux de la Commission Charbonneau à RDI. Pendant la commission Bastarache, c’est l’ancien procureur en chef de la commission Gomery, Bernard Roy, qui tenait ce rôle.

    Au hockey, on fait appel aux anciens entraîneurs pour analyser le jeu. Quand le tricolore gagne, les gérants d’estrade applaudissent. Quand il perd, ils chialent.
    Le problème, c’est que la commission Charbonneau n’est pas un sport…

    Tags: , , , , ,


    • J’inclus aussi les journalistes d’opinion dans la catégorie gérants d’estrades.

    • Largue Tremblay,franchement si le Mme.Marois et son gouvernement n avait pas agit comme ils ont agient eh bien la ca aurait ete inaproprie,depuis le temps et tout ce qu on a entendu est grandement suffisant a mon avis,j ai vraiment hate qu on soit rendu au PLQ,je n en peu plus d attendre,ces grands democrate a la Fournier et co…….Alain Legault

    • L’oubli de Martin Dumont
      Qu’est ce qui importe, l’oubli ou la présence de Gérald, c’est ça la vraie question…
      Gérald l’incompétent et le complice semble primer sur le tout des crapules…

    • Très beau commentaire, la seule chose que je reproche a Mme Charbonneau c’est sa douceur, l’impression qu’elle ne contrôle pas la situation, se laisse dicter sa conduite , elle subi au lieu d’avoir le gros bout du bâton, il me semble qu’elle devrait ( câler les shots)!! Me tromperais-je?

    • On peut prétendre avec raison que cette commission semble être un tribunal populaire ou sont jugés sur la place publique ceux qui s`y présentent. Sauf que le spectacle est d`une tristesse sans fin et il faudrait maintenant s`arrêter à ce qui importe le plus .

      Qui donc s`affaire à mettre en place des structures et des facons de faire qui vont empêcher ce genre de stratageme ? Je sais bien que la commissaire va émettre un rapport et des recommendations mais je ne crois pas qu`il faille attendre cette seule source de rectitude avant de se prendre en main .

      Je crois que la commissaire Charbonneau fait un tres bon boulot et que si des menteurs et des criminels tentent de sauver leurs peaux , il fallait s`y attendre un peu. Le problême vient surtout du fait que la corruption était profondément systématique et que ceux qui parlent sont ceux qui veulent sauver le peu de meuble qui va leur rester.

      Quant à l`aspect médiatique de la commission, j`ose à peine penser à l`autre option qui aurait permis aux cravatés corrompus de s`en sortir secretement. C`est pas beau à voir ni agréable mais honnetement vous attendiez vous à autre chose ?

      Ce défilé de cravatés heureux qui viennent se dénoncer et stooler les copains est un cirque ou nous nous sentons l`invité du diner de cons. Ils vont s`entre -tuer et se poursuivre ad nauseam mais pendant ce temps le manege se poursuit et des acteurs importants de ce constat sont encore en action. C`est toute une génération qui doit se faire tasser qu`elle le veuille ou non. Des politiciens municipaux et provinciaux,des fonctionnaires,des ingénieurs,des entreprenneurs ,des amis du systeme et ce n`est pas tout! On a même pas touché au MTQ, aux syndicats et aux pusher de matéraiux de construction ! Reste que les victimes coupables et innocentes seront nombreuses et qu`il faudrait passer au cycle grand nettoyage dès maintenant.

    • Il ne faudrait pas non plus que cette commission soit gérée par une firme de communication sinon on va tomber dans le ridicule. Normal que tout ne soit pas parfait. Ce sont des avocats, pas des entrepreneurs ou des docteurs.

    • ..@GL: «Le problème, c’est que la commission Charbonneau n’est pas un sport…»

      En effet, ça n’est pas un sport mais c’est devenu quasiment une émission de divertissement, un divertissement assez déprimant, voire presque morbide par moment mais si c’est ça le Québec, autant le savoir. Quant à pouvoir vraiment nettoyer ces écuries d’Augias, c’est une tout autre affaire. On verra bien.

      S’agissant de «l’affaire Dumont», je suis 100% du bord de Me Suzanne Gagné. Le procureur Gallant sachant, avant de l’interroger la première fois, que Dumont avait fait un «ajout» à sa déclaration initiale relativement au maire Tremblay, a quand même laissé faire. Et après il revient jouer les vierges offensées et faire le Pit-bull. Bien content que Me Gagné l’ait remis à sa place.

      Et les trous de mémoire de Dumont et ses efforts pour trouver de la cohérence dans tout ce fatras de délinquance ne relèvent pas, a mon humble avis, du faux témoignage délibéré. On parle ici d’événements qui remontent à plusieurs années. Il est plus que possible qu’une personne en perde des bouts et amalgame des événements similaires mais survenus à des dates différentes.

      Par exemple, l’enquêteur en chef ne se souvenait même pas que l’interrogatoire de Dumont qu’il avait mené en décembre 2012 avait eu lieu le matin et non l’après-midi. C’est vous dire. Les enquêteurs, au lieu de pavoiser et de rouler des mécaniques face à un témoin laissé sans avocat, feraient mieux de faire attention à leur image de marque. Ils sont chanceux d’être devant une commissaire qui freine les ardeurs d’une avocate de calibre supérieur comme Me Gagné (Ad.E.) car en d’autres circonstances, ils trouveraient le temps long.

      Et vous savez quoi? Comment se fait-il que la Commission se soit contentée d’une «gang de juniors» au lieu de garnir ses rangs de plusieurs Suzanne Gagné après le départ de son procureur chef Lussier? Ça peut bien aller mal. Pour rester dans la métaphore sportive: «Avec une équipe comme ça, on est loin de la Coupe».

      Comme le disaient si bien les RBO: «À suire».

    • La commission n’est pas un procès, mais assigne des témoins. Lors d’un procès comme d’une commission certains témoins disent blanc et d’autres noir et des fois je m’en souviens plus. Certains témoins aiment ça en mettre plus que le client en demande mais c’est le propre de beaucoup d’humains. Oubliez-pas que les avocats à la commission ne sont pas là pour trouver la vérité mais bien leurs vérités. Me Gagner tente de sauver les meubles de son client et marque des points, l’autre avocat de la commission essaie lui aussi de sauver les meubles mais pas les mêmes, c’était ceux de la crédibilité de la commission. Voilà le lendemain un ingénieur qui vient dire que le système des ristournes à 3% fonctionnait très bien depuis longtemps. Tout ça change de perspective.

      Bref à la lumière de tout ce que nous avons entendu, ça sera à la juge et à son commissaire de départager le tout. Au fond le travail de la commission c’est de faire des recommandations pour éviter ce genre de répétition.

    • Le problème, c’est que la commission Charbonneau n’est pas un sport…

      donc ce n est pas important que le publique réclame qu elle fasse son boulot concencieusement

    • Si vous vous promenez dans les appartements de vieux, ils n’écoutent que cela du matin au soir!

    • Quelle belle société, quelle belle élite, tous ces représentants du peuple élus avec l’argent des taxes. Quelle belle élite produite par l’école polytechnique de Montréal qui ont engendrés ces firmes de génies conseils, cette belle élite admiré et salué lors des galas de l’excellence,imaginé par Roger D Landry en 1984 et qui déclarait lors du film tourné (documentaire) le temps des bouffons de Pierre Falardeau Applaudissont-nous ”we are magneficient”.
      C’est cette glorification de l’élite d’un pays par les médias et leur représentants dont certain journalistes qui fait en sorte que cette élite dévergondée puisse agir en toute impunité.

    • Des gérants d’estrade, c’est ce que nous sommes tous ici. C’est leur notoriété et leur accès aux médias qui fait que certains devraient être plus prudents dans leurs propos.

    • Pourquoi accorde –t-on de l’importance aux paroles ? Évidemment ce n’est pas une chose sérieuse à dire à un journaliste qui en fait son gagne pain mais les parole n’ont d’importance que par la valeur symbolique qu’on leur prête…
      Si quelqu’un que je trouve épais sur le bord de la rue me traite d’idiot je n’aurai probablement pas de réaction et l’enverrai C … par contre si il le fait en public je risque de vérifier rapidement si les gens le croient si non j’en rirai si ils ont l’air d’approuvé j’aurai un réflexe de défense car je percevrai son geste comme une agression …ce genre de réaction dérive directement de Cro Magnon qui devait luter pour survivre …L’homme ne pouvait survivre qu’en groupe( ne serai-ce que pour la reproduction ) et il devait également se faire accepter par le groupe . On peut camoufler sa génétique mais elle reste profondément ancré en nous …
      Si mon patron immédiat me traite d’idiot je risque fort de prendre les même paroles beaucoup plus au sérieux! Ou encore si une personne que tout le monde respecte se prononce j’accorderai à son opinion beaucoup d’importance…Même chose pour un média traditionnel ou qui a quelques centaine années de crédibilité ou un journaliste avec une bonne moyenne au bâton depuis 20 ans auquel j’accorderai plus de crédibilité qu’un ti-coune qui opinionne depuis peu sur le net ( et je m’inclus!) ce qui ne signifie pas pour autant que le ti-coune ne puisse pas avoir raison quand même …
      D’ailleurs dans le terme «gérant d’estrade» on accorde par le terme même arbitrairement une valeur morale et une crédibilité diminué à l’opinion exprimée en partant…
      Les expert peuvent se tromper et c’est ce qu’il font le mieux et très très souvent parce qu’ils baisse la garde en se croyant invulnérables aveuglés par la vanité et par la crédibilité qu’on leur prête!
      Mais c’est un mythe moderne de croire que la parole en soi est toute puissance… baliverne… c’est archi faux! Une fois dit il n’en reste déjà plus rien!
      Ce n’est qu’un outil de communication parmi d’autres et il ne faut pas confondre pas l’impact et l’outil. Elle n’a jamais tué personne et votre survie n’est jamais menacée. Mais puisqu’elle nous as permis de transmettre la connaissance et améliorer nos vie on lui prête un grand pouvoir. Mais des centaines de générations de vos ancêtres ont vécu avant même d’avoir développé un langage élaborés.
      Mais une chose est sur les gérant d’estrade votent et sont surtout entendus par un paquet de gens qui n’ont pas le temps d’analyser tout ce qui se dit occupé a gagner leur vie a autre chose et qui vont se contenter de suivre la foule ( ou le groupe auquel il appartienne et qui leur permet de survivre si on reste au niveau du Cro magnon) dans un société démocratique quand tous le monde finit par penser que c’est le temps de changer de gérant quand Cro Magnon version 2.0 dépose son I- Pad pour faire son X on est parfois mieux de l’écouter …
      La parole est un véhicule de la pensée et l’homme est un animal qui pense et demeure sensible à ce que les autres pensent …et même les gérant d’estrades son capable de penser…. malheureusement pour certains politiciens …
      D’ailleurs les échanges ne commencent elle pas toujours par : Qu’est que vous en pensez? ( oui mais …sauf en France ou on demande qu’en dites vous…. puisque en général les Français, c’est connu, parlent surtout pour ne rien dire ….et son contraire….)

      Mon père me disait : «dans la vie mon gars y a les «parleux» et les «feseux» vaut mieux le faire qu’en parler »…. espéront qu’a la commission y a pas juste des parleux…

    • “la commission Charbonneau n’est pas un sport…” Mais c’est une vraie télé-réalité. Rappelons nous la Commission d’enquête sur le crime organisé en 1972. Les gens étaient rivés a leurs écrans.

    • Les gérants d’estrade c’est tout comme ce brave Bob Ray qui tente de faire élire un candidat de gauche comme premier ministre en Ontario. Hello Bob! Encore un flashback du NPD, peut-être?

    • Dans l’esprit des petites gens dont je fais partie, les avocats(es) sont de grands acteurs. La voix, le ton, les pauses et même les mimiques sont une stratégie de leur part pour arriver a leur but, soit de faire sortir la vérité qui on le sait peut être multiple selon évidemment des individus mis en cause. Le même évènement rapporté par divers témoins peut avoir des variantes qui à la lumière du temps finissent par se recouper les unes par rapport aux autres. Il n’y a aucune surprise dans ces procédés, même en milieu juridique.

      La commission Charbonneau n’est ni un sport ni un show, c’est une vraie télé réalité en direct avec les déboires du direct justement. Elle n’a rien perdu de sa crédibilité, elle est toujours favorable et bien accueillie dans l’esprit du grand public tout autant par les petites gens qui savent l’apprécier.

    • Voyons ce qu’un criminel en pense. “Mon commerce illicite rapporte beaucoup d’argent. Mon problème c’est de remettre cette argent en circulation sans éveillé les soupçons. Les partis politiques ont sans cesse besoin d’argent pour “gagner” leur élections. Alors je leur en donne. Ensuite , grâce a une petite compagnie de construction je retrouve mon argent. Tous le monde est content, tous le monde garde leur job”

      Comment s’appelle ce processus décrit par notre charmant criminel?

    • Pourquoi s’en prendre aux journalistes ? Ce sont eux qui ont fait jusqu’ici la plus grande partie de la “job” pendant que policiers, vérificateurs et politiciens soit dormaient aux gaz, soit pigeaient dans l’assiète au beurre .

      Pendant ce temps, “bozo les culottes” travaille et se fait dévalliser pendant que le soir venu, éreinté, il abrutit sa fatique en regardant le CH ou une quelconque ânerie télévisée.

    • Les moyens de communiquer sont plus rapides mais le cerveau qui analyse les informations n’a pas changé.

      Dans nos sociétés, la perception du temps est grandement faussé par la télévision et le cinéma. Dans CSI tout se règle dans 1 heure (moins si on enlève la publicité). Parce que la commission Charbonneau est à la télévision on veut que cela se déroule comme à la télévision mais ce n’est pas arrangé avec le gars des vues, il ne faut jamais l’oublier.

      Pour moi, le cas de Dumont n’est pas une bévue. Il aurait du dire un très gros montant d’argent. Est-ce important que ce soit $600 000 ou $850 000? Les gérants d’estrade ne connaissent pas la notion d’ordre de grandeur.

      La commission Charbonneau fait une enquête. La vérité vient de la confirmation pas plusieurs personnes de faits. Il faut avoir la patience d’attendre plusieurs témoignages avant de se faire une idée. Les journalistes et les chroniqueurs devraient le savoir et éviter de réagir à chaud.

    • @mononke 15h39 “Pourquoi accorde –t-on de l’importance aux paroles ?” “C’est un mythe moderne de croire que la parole en soi est toute puissance… baliverne…”. Pour quelqu’un qui n’y croit pas, vous en usez abondamment.

    • @nousnoune 14h57 “dans les appartements de vieux, ils n’écoutent que cela du matin au soir!” Pour votre information, la commission ne siège pas le soir. Et “les vieux” n’ont pas que ça à faire, nousnoune.

    • Ici, on ne parle plus de gérants d’estrade: Raymond Bachand attaque Philippe Couillard en l’associant à Arthur Porter. Ça va saigner et les dommages ne seront pas collatéraux. Feue l’unanimité au PLQ.

    • @nousnoune
      Mais encore?

    • Qui, d’entre-nous, n’a pas “cashé sous la table”?….ou “n’a pas fait faire des travaux sous la table”..me semble qu’elle est là, la question!

      Pas moi!

    • @ jeanfrancoiscouture

      Et les trous de mémoire de Dumont et ses efforts pour trouver de la cohérence dans tout ce fatras de délinquance ne relèvent pas, a mon humble avis, du faux témoignage délibéré.

      Non mais quelle naiveté

      Le témoin Dumont admet sur la vidéo avec aplomd avoir carrément menti .

      Il retourne devant la juge et réitère ses mensonges ..comme on .

      Il s’est parjuré espérons qu’il seras poursuivi.

      Dumont :pour ce qui est du comptage d’argent…j’aurais tout simplement du dire la vérité.

      Je vous ferez remarquez en passant que devant la commission que Dumont avait prêter serment et jurer de dire la vérité….pas des j’aurais dû ,mais de dire la vérité .

      Si jamais vous aller en cours j’espere que vous ne ferez pas comme lui car cela s’appelle se parjurer et c’est grave .

      Dumont accuse devant la commission des personnes faussement ,se tourne de bord et avoue avoir menti avec aplomb aux enquêteurs .

      De qui se moque t-il ?

      Il revient devant la commission pour maintenir ses fausse déclarations .

      Pour vous Jean Francois Couture cela ne semble pas important de mentir devant un juge apres avoir jurer de dire toute la vérité.

      Il en vas du sérieux et de la crédibilité du systeme judiciaire qui ne doit pas laisser passer cela comme lettre a la poste.

      On peut pas lancer des noms en l’air sans preuves ,faire de fausse déclarations et fabuler sans qu’il n’y ai de conséquences quand on as jurer de dire la vérité devant un juge .

      Sinon rendu la n’importe qui dans n’importe quel cause ou proces vas pouvoir mentir sous serment sans conséquences .

      C’est pas un jeu contrairement a ce que vous semblez croire .

      Dumont s’est parjuré .

      Ses aveux il ne les as pas fait sous la contrainte mais avec un aplomb et une désinvolture incroyable.

      C’est quand il as réaliser les conséquences de son parjure qu’il as commencer a parler de ses droits. Le droit a la vérité il est ou?

      On dit parfois qu’une image vaut mille mots… une vidéo aussi .

      http://www.lapresse.ca/videos/actualites/201301/21/46-1-confronte-dumont-admet-son-mensonge.php/529dcc8c29d846c59f45f9cda2f4ee7a
      Coudont avez vous une poigné dans le dos ?

    • tendrement tu as tout compris !

    • Il est bien évident que les journaliste n’ont pas fondé twitter, facebook et autres puisque celles-ci ébranlent les entreprises de presses un peu partout dans le monde. Au Québec, le journalisme étant de moindre qualité, l’effet est encore plus grand. Bien sur, les blogues des entreprises de presses attirent beaucoup de lecteurs pour le moment mais pour combien de temps…?
      Malgré le respect que j’ai pour vous, si on devait faire une liste des 10 meilleurs commentaires, vous n’y seriez jamais présent!!?

    • Cette commission est juste bonne pour les gérants d`estrades et engraisser des avocats. Ha oui j`oubliais, vider les poches des payeurs de taxes et faire des bandits des héros nationals qui passent à la TV et émission de radio.

    • Les pires gérants d’estrade ont les journalistes,ça c’est un fait ,ils ont tellement le tour de faire croire n’importe quoi à n’importe qui comme de faire accroire aux gens que c,est le P”Q qui a fait démissionné le Maire Tremblay.
      Tout ce que le P”Q a dit c’est que le maire devait prendre SA décision et le plutôt possible.
      Et moi i j’ajoute que ce n”était plus tenable.Oui il devait décider ce qu’il devait faire.

      S’il n’avait rien à se reprocher il n’avait qu’à rester,mais il a décider de donner raison à Martin Dumont en quittant.

      Vous savez faut vraiment écouter sois-même comme il faut plutôt que de croire tout ce que les journalistes nous disent.
      Ils votent eux aussi et ils sont partisans de certains partis eux aussi.
      Donc notre opinion vaut autant que la leure.

    • Comme gérants d’estrade les champions ce sont les députés du NPD qui n’apporte rien de concret pour le Québec.

    • Monsieur Lavoie,
      Il est pathétique de constater que la Confrérie journalistique (Vous inclus) claironne sur toutes les tribunes que Martin Dumond est la principale cause de la déchéance de Gérald Tremblay.
      Étiez vous tous sur la planète Mars durant le règne de notre hurluberlu de maire qui ne ne voyait, n’entendait rien pendant qu’autour de lui sévissait une bande de crapules insatiable qui s’en mettaient plein les poches.
      Selon moi Le témoignage de Michel Lalonde était beaucoup plus percutant et ses révélations auraient à elle seules suffis à justifier la décision de Tremblay de tirer sa révérence. Ce n’était qu’une question de temps.
      On a préféré tirer sur le messager…..

    • Je pense que ce doit être pénible pour la juge Charbonneau. Nous sommes conditionnés à ne jamais critiquer les juges. On leur voue le même respect que l’on donnait aux évêques dans l’ancien temps. Bien des fois on leur laisse le droit de légiférer quand le dossier est délicat. Nos députés hésitent à voter des lois qui prêtent à controverse, ils s’en remettent aux juges. La charte des droits et libertés est première en tout et ce sont les juges qui la définissent. Se faire critiquer n’est pas une habitude chez les juges. Quant à madame Marois qui se défend d’avoir invité le maire Tremblay à démissionner, elle s’en tire par une pirouette de politicienne. Rien de bien nouveau à ce chapitre.

    • @lukos

      Merci pour le ”user” au lieu de ”abuser” …votre diplomatie vous honore!

      Je cherche une grosse brique sur l’art d’être bref….et j’y travaille sérieusement…

      C’est pas d’hier ma fille qui m’avait posé une question sur c’é quoi la couleur …et comme la réponse durait trop longtemps elle m’a rappelé brutalement … heil ! Papa tu sais j’ai juste quatre ans lol !

    • Avec les gérants d’estrade, ça peut aider à rendre les gens moins nonos. C’est toujours ça de gagné. Si ceux qui ont une tribune importante font dans la démagogie, ils vont se le faire dire. Là dessus on avance selon moi.

      Pour Dumont par exemple, ils ont bien vu que le jupon des avocasseries qui se spécialisent dans l’analyse des virgules sous tout les angles, ça pognait pas alors ils ont fait marche arrière. Et le témoignage dans son ensemble, était effectivement véridique.

      À ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune importante dans les médias de bien jouer leur rôle de chef d’orchestre car ça ressemble souvent à ça maintenant.

    • ..@vrouvroum,27 janvier 2013,03h07:

      Il se peut que, comme vous le dites, je sois naïf et que je sois trop indulgent à l’endroit du témoin Dumont, de ses trous de mémoire et des ses reconstitutions approximatives. Mais, s’il vous plaît, ne me prêtez pas d’intentions douteuses devant un tribunal. Les quelques rares fois où je fus cité comme témoin (dans des causes civiles), mon témoignage fut direct. Il n’est pas dans ma nature de fabuler ou «d’approximer». Et je n’ai aucune gène à dire «je ne sais pas». Il n’y a pas de honte à ne pas savoir.

      Quant au témoin Dumont, il revient aux autorités compétentes en l’espèce d’entreprendre les procédures idoines. Un procès en bonne et due forme sera sans doute le forum approprié pour en arriver à une conclusion judiciaire claire. Et cela se fera, j’espère, dans des conditions différentes de ce qu’on a pu voir jusqu’à maintenant, du moins dans son cas.

      En attendant, il va sans dire que vous avez droit à votre opinion tout comme j’ai droit à la mienne. Du moins je l’espère.

      Bon dimanche.

    • Il était une fois dans l’est une Commission du nom de Charbonneau (beaucoup plus doux que la Commission des Pourris) qui fait état de révélations, de corruptions et de collusions qui coûtent beaucoup de sous aux esclaves.
      Les pourris ne feront pas de prison et les esclaves ne se révolteront pas parce qu’en essence un esclave ça obéit et les esclaves assistent aux débats et donc avec le temps des esclaves de débats.
      L’ esclave est bien nourrit. L’opinion de l’incomparable et de ses sbires dont l’un fut jadis dans la fosse aux lions s’en donne à coeur joie, et qui répète ce qu’ils ont lu dans les différents quotidiens du matin et qu’ils interprêtent à leurs façons…….voilà pour la journée.
      Les gérants d’estrades sont là pour soutenir le système, pour en faire sa propagande et ils y excellent……Regarde autour de toi, à gauche, à droite, en avant, en arrière pas de sauveur en vue…….de la justice qu’on veut dites-vous???? Il n’y en a pas, il n’y en aura pas et en finale, le tout ne sera qu’illusion…..ça recommencera………à moins que l’esclave se libère.

    • Les analystes d’estrade sont légion et c’est très bien ainsi.

      La diversité des opinions est venues avec les nouveaux médias.

      Les entreprises de presse aiment les analystes d’estrade, ces derniers leurs permettent de se positionner avec plus de pertinence, dans leur marché.

      Les retours d’opinions et de commentaires venant du lectorat est une ressource précieuse pour les acteurs de ces événements.

      Vous donnez l’exemple de la commission Charbonneau, chaque journée d’audience est analysée et chacun y va de son évaluation personnelle.

      Les analystes d’estrade donnent leur opinion et influencent les acteurs de ces événements.

      Madame la Juge Charbonneau et les commissaires ont sûrement pris bonne note des commentaires qui se sont répandus dans les médias suite au témoignage de Martin Dumont et la prise de bec avec l’avocate du témoin, Me S. Gagné, et la façon que les enquêteurs interrogent les témoins.
      Le lendemain le procureur Me Gallant a émis des commentaires en précisant les objectifs visés par les travaux de la commission en rectifiant le tir.

      Jadis, les seuls analystes d’estrade, d’une certaine façon, étaient les journalistes qui écrivaient dans leurs journaux respectifs sans se faire contredire par un lectorat passif, qui n’avait pas les facilités d’aujourd’hui pour faire valoir leur divergence d’opinion.

      Les analystes / gérants d’estrade sont une bénédiction pour vous M. Lavoie et, votre confrérie professionnelle. Ils vous amène à vous surpasser … ;-)

      Il y-a plusieurs niveaux, le plus élevé dans cette hiérarchie est l’éditorialiste, ensuite les chroniqueurs, ceux qui écrivent des sujets pour susciter un débat et, les autres à différend domaine d’activité, pour remplir les cahiers.

      Les blogues donnent un aperçu de l’intérêt de l’ensemble des lecteurs et servent quelques fois d’exutoire.

      Par analogie, anciennement il y-avait le Roi, les Nobles, le peuple et les esclaves.

      C’était l’opinion d’un analyste d’estrade …

      Frank

      *

    • @nousnoune

      C’est quoi le rapport?

    • La commission Charbonneau a pour mission de faire la lumière pour le bénéfice du plus grand nombre. Les critiques ou les louanges des gérants d’estrade, qu’ils soient journalistes, analystes ou simples citoyens, sont finalement utiles par le simple fait qu’elles suscitent l’intérêt pour les travaux de la commission. Il ne faudrait pourtant pas perdre de vue qu’il s’agit davantage d’un marathon que d’un sprint. Au-delà des luttes de procédure, des prises de position politiques ou des personnalités impliquées, c’est l’accumulation des témoignages qui devrait permettre d’établir un portrait assez fidèle des pratiques de corruption.

    • D’ailleurs si tout le monde était du même avis partout et toujours, à quoi serviraient les blogues? Ce serait d’un ennui mortel, une sorte de passivité la bouche grande “ouvarte” comme des carpes qui se chauffent au soleil. Du moment que les commentaires sont pertinents et non injurieux, je suis à 100 % pour un débat ouvert, c’est sain et positif. Le lectorat des blogues de cyberpresse.ca est en général plutôt posé, c’est-à-dire franc et direct mais respectueux.

    • J’ai acheté une souffleuse certifiée Kasher samedi et j’ai sauvé 200$ grâce à ma carte spéciale. Mon cellulaire est utile seulement lorsque je magasine en ligne.

    • Si il y a une estrade, c’est bien parce qu’il y a un terrain où l’on se donne en spectacle, à la grande satisfaction des journalistes et du public.

    • Ma tante Charlotte ne varloppe personne, cependant elle en a gros sur le coeur avec le comportement actuel de nos anciens ministres fédérâleux du PLQ qui font toujours les “jars” aujourdhui, et dont il faudrait rabaisser le caquet aprés les avoir convoqué à la Commission Charbonneau pour venir nous expliquer pourquoi ils ont eu autant de laxisme pendant 9 ans de régne absolu alors qu’ils nous ont tous pris des valises à s’en arracher les cheveux sur la tête,tellement ils nous exaspéraient, comme le Ministre Fournier par exemple, qui chaque jour se payer notre tête avec un culot monstre ! Comment oublier ca !
      Il faudra venir expliquer l’origine de la provenance du $75.000 versé à l’ancien Premier Ministre qui se fait d’une grande discrétion ces temps ci.
      Oui, on le sait que ca vient du Parti Libérale ce montant, mais le PLQ l’a eu de qui ?
      Le PLQ ne devrait même plus existé, quelle honte.
      Signé : ma tante Charlotte

    • Bonjour,

      En avouant bien humblement, Monsieur Gilbert Lavoie d’avoir toutes les misères du monde à jouer les gérants d’estrade avec « NOTRE DAME DE BÉTON ». Car comme nous disons dans le langage des péquistes en bon gros joual : ARGORDEZ y donc la paire de mains et de poignets ainsi que les avants bras tout en étant bien framée des jarrets. Toute un femme du genre de ces bâtisseuses du Canada et encore MERCI pour avoir passée toute la gang de flancs mous de péquistes au batte.

      QUELLE CONSÉCRATION de voir Notre Dame en Béton arpenter les rues de Londres comme si cette Dame de Béton « ÉTAIT CHEZ ELLE ». Tout en admirant les beautés architecturales de la CITY, cette splendide ville de l’Angleterre. Encore une fois, nous les Canadiens qui pour la très grande majorité habitons la province de Québec, cette partie de l’Est Canadien étions fiers de cette ancienne nationaliste qui a enfin compris en ayant « totalement les deux yeux dans la graisse de binnes au gros lard en jasant avec les BRITISH ». En revenant de Montréal la nuit dernière dès Minuit, je pus entendre des nationalistes québécois « JOUANT LES GÉRANTS D’ESTRADE » en étant furieux du séjour de Notre Dame de Béton toute fière et HEUREUSE d’être en Angleterre comme un immense merci à ce pays qui permit aux québécois d’évoluer par la bande. Tout en jouant le gérant d’estrade, un grand merci à notre Dame de Béton d’avoir « FOULÉ LE SOL DE L’ANGLETERRE AVEC AUTANT DE FIERTÉ ». Et si des péquistes ont le feu pogné dans le Q, nous les Canadiens veillons au grain en nous sommes avec Vous pour les culbuter le Q par dessus tête………. Au plaisir, John Bull.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité