Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 23 janvier 2013 | Mise en ligne à 12h33 | Commenter Commentaires (108)

    Le salaire des médecins

    Malgré le rattrapage des dernières années, les médecins québécois gagnent environ 85 000 $ de moins que leurs collègues ontariens. Et ils sont parmi les moins bien payés au Canada.

    Sommes-nous chiches?

    À vous la parole. Voici d’abord les chiffres:

    Ontario: 340 020$

    Alberta: 349 655$

    Saskatchewan: 324 342$

    Manitoba: 304 165$

    Colombie-Britannique: 272 796$

    Nouveau-Brunswick: 264 299$

    Terre-Neuve-et-Labrador: 260 166$

    Québec: 253 539$

    Nouvelle-Écosse: 250 486$

    Île-du-Prince-Édouard: 235 768$

    Moyenne canadienne: 307 482$

    Tags:


    • Il y a une énorme faille dans ces données. C’est la rémunération horaire moyenne qui devrait être étudiée, pas la rémunération annuelle.

    • Nos médecins sont sous payés. Ils doivent quitter ou se désaffilier de la RAMQ. Mon père est médecin et on ne roulait pas sur l’Or. On dormait à 68F l’hiver bien emmitouflé parce qu’On avait pas les moyens étant une famille de 6.

    • Je ne comprendrai jamais comment les journalistes peuvent se limiter à comparer cenne pour cenne des salaires qui ne sont pas ancrés dans la même région.

      Le coût de la vie au Québec n’est pas le même qu’en Colombie britannique, alors ça sert à quoi de comparer les deux?

      Dans le cas des provinces maritimes, je me demande bien comment elles peuvent arriver par contre, compte tenu qu’elle n’ont pas les moyens de quoi que ce soit (sauf Terre-Neuve grâce à son pétrole).

      G. Mathieu

    • Difficile de commenter des salaires sans voir les données sur la productivité et l’organisation du travail.

    • La question est plutôt de savoir quelle situation vous préféreriez si vous deviez choisir entre les deux suivantes :

      1) Gagner 253 000 $ par année et devoir payer en moyenne 300 000 $ pour une maison moyenne.

      2) Gagner 340 000 $ par année et devoir payer 650 000 $ pour une maison moyenne.

      Le problème avec ce genre de statistique comparative, c’est qu’on ne tient jamais compte du portrait global de la situation…Ici, c’est pas seulement le salaire qui est important mais aussi la qualité de vie qu’on peut se permettre avec ce salaire. Selon moi, quand je regarde ce tableau, la qualité de vie des médecins du Québec est probablement supérieure à celle des médecins de l’Ontario et définitivement à celle des médecins de la CB si on considère le coût de la vie dans la province en question…

    • Le coût de la vie est moins élevé au Québec, donc ça s’équivaut.

    • Chiches? Je ne sais pas… par contre j’aimerais voir le diagramme du MSSS des autres provinces pour voir s’il y autant de dédoublement de directeurs, gestionnaires… bref la lourdeur de l’appareil administratif. Disons que ça aide à débloquer des fonds. L’étude ne parle pas de cela… c’est bien beau le salaire mais si l’argent est mal dirigé et que l’appareil administratif est hors de contrôle et lourd, ça enlève une certaine marge de manoeuvre…

      Comment fonctionne les autres provinces à ce sujet? Pas sur que le modèle québécois soit un exemple à suivre en terme d’administration…

    • Je n’ai pas vu dans cette étude, l’endroit ou ceux qui ont fait l’étude mettait les sommes gagnées avec le travail effectué. Un article paru sur le site de Radio-Canada la semaine dernière disait que les médecins Québécois offraient de moins en moins de services.

      Or moi ce qui m’intéresse ce n’est pas tellement le salaire des médecins mais si le service est donné et si on peut être un tant soit peu satisfait avec ceux-ci en tant que client obligé d’un monopole.

      C’est comme être assis pour regarder une partie du Canadien, si la prestation est bonne, j’imagine qu’on ne parlera pas tellement du salaire des joueurs. Mais si on perd tout le temps et qu’on voit des joueurs avec des salaires élevés et qui nous donnent un but par année… Là on va vouloir jouer les gérants d’estrade et changer deux ou trois petites choses.

      La prestation du système de santé au Québec est inadmissible dans un pays civilisé. Tout ça à mon humbe avis évidemment…. Si les péquistes répondent, ce serait bien qu’ils commencent tout de suite à être indépendants des salaires donnés aux médecins canadiens d’autant plus qu’il parait que des gens près de la frontière de l’ontario traversent pour aller se faire soigner, vite et bien dans “leur home”

    • Un peu comme le salaire des professeurs, même combat… Notre appareil MELS est lourd et a tellement de tentacules… ça te vide des fonds comme un habitué de la taverne…

    • Et combien pour leurs frais de scolarité?
      Ha! oui, tiens donc…

    • Salaire moyen, médian? Est-ce que ça inclut tout les types de médecin. Les médecins ne sont-ils pas payés à l’acte? Combien d’actes en moyenne?

    • Les médecins devraient être payés au moins autant qu’en Saskatchewan ou au Manitoba, ou le cout de la vie est très comparable avec le Québec ( immobilier etc), et cela sans mentionner que les taxes et impots au Québec sont plus élevés que dans les autres provinces Canadiennes.

      Ils ont investi beaucoup d’années en études et ont payé de longues études, donc ils méritent pleinement une rénumération adéquate et compétitive. Aux USA, ils gagneraient beaucoup plus, et paieraient beaucoup moins de taxes et impots, donc arrangeons nous collectivement pour les garder.

      Claude Poirier

    • Pour avoir un salaire égal, il faudrait commencer par avoir le même système de santé. Or, ce n’est pas le cas.

    • Nous nous comportons en péquenots, ayant évacué toute notion de travail, tout principe de mérite. Nous nous plaignons de la médiocrité de nos soins de santé, mais refusons d’ouvrir les goussets de notre bourse. Nous nous contentons d’être nés pour un petit pain, blanc, mou et tranché, de préférence.

    • Une province pauvre engendre de mauvais salaires. Point à la ligne. D’après moi, si on met en ordre le PIB de chacune des provinces, on va avoir un ordre très semblable à celui du salaire des médecins. Mais il y en aura toujours pour dire qu’à 50 000$ et plus par année on est riche. Alors on prêche dans le désert.

    • Bonjour M. Lavoie

      Difficile de répondre à cela. Les salaires des médecins sont payés par la RAMQ sauf pour les actes médicaux non-couverts par le régime public des soins de santé. Cela doit dépendre en grande partie de notre capacité à les payer. [Un bémol cependant: n'y aurait-il pas des frais administratifs inutiles à la RAMQ?]

      Les médecins, en plus d’avoir une formation qui leur demande à la fois une grande intelligence et une capacité de travail supérieure à la moyenne méritent d’avoir un revenu supérieurs à la moyenne. J’ajoute que les médecins (et les infirmières aussi!) font preuve d’un grand dévouement dans l’exercice de leur profession.

      Mes deux parents sont octogénaires et l’automne dernier, les deux ont dû recevoir des soins médicaux importants. Ma mère a été opérée à cœur ouvert à l’Hôpital Laval de Québec (avec succès!). Les médecins et les infirmières de cet hôpital sont comme des queues de veaux du matin au soir. Les chirurgiens qui ont opérés toute la journée sont de retour au bouleau dès le matin et comme ça chaque jour. Pas de place pour les paresseux ou les traîne-savates dans les hôpitaux.

      Il y a deux ans j’ai du faire appel aux services médicaux à l’hôpital St-Sacrement: j’y ai été traité non seulement avec professionnalisme mais aussi avec politesse, dévouement et humanité. Vous savez même quand ça saigne pas ça fait mal quand même… Je suis un nobody et j’ai été traité par tout le personnels médical ou pas comme un V.I.P. Oui, c’est vrai, j’ai attendu à l’urgence. Et alors? Il n’y a pas que cela qui doit servir à évaluer nos services publics de santé. Parce qu’après l’attente, j’ai été très bien soigné: “gratos”.

      Ne méritent-ils pas, en plus de notre reconnaissance, un revenu conforme à leurs compétences et à leur travail acharnés? Je pense que oui.

      Bonne journée (et bonne santé à tous)

      Claude LaFrenière
      Québec, Qc, Canada

    • Bonjour M. Lavoie, en ce qui me concerne, on devrait ramener les salaires dans la moyenne canadienne. Si on perd des médecins formés au Québec au profit des autres provinces, ça nous coûte dans les faites encore plus cher. Que les médecins gagnent en moyenne 300000$ ou plus, quel est le problème. Pas certain que les problèmes du système de santé au Québec soit la rémunération des médecins. Plus de 20 milliards de dollars en santé au Québec, les salaires des médecins quel pourcentage de ce montant? Un ou deux pourcents?

    • Nus ne sommes pas chiches, nous sommes pauvres.

    • Il faudrait faire une proportion de leur salaire avec le salaire moyen de chaque province… c’est «normal» qu’un médecin d’une province riche gagne plus qu’au Québec

    • Et le coût de la vie au Québec, de combien est-il plus bas que dans les autres provinces?

      Pourquoi des médecins feraient le meme salaire que dans les autres provinces, quand le coût de la vie ici est moindre?

      Ce sont des arguments de comparaison sans tenir compte des autres facteurs, comme vous le faites dans ce post, qui rendent le débat stupide.

      <>

      Qu’est-ce que ca donnerait? Que les médecins d’ici deviendraient les plus riches du pays,en pouvoir d’achat.

      Comparer des pommes et des oranges, ca rend le débat stupide.Exactement la meme chose que les frais de scolaité:Les gens veulent les augmenter, parce qu’ailleurs ils paient plus cher.
      Mais ils paient 50% moins de taxes,ailleurs.Nos taxes paient déja les frais de scolarité, en les augmentant, ca double le paiement(taxes+frais).

      Faites la comparaison coût de la vie/salaire, avant de venir comparer juste le salaire.

    • Je trouve la logique de la comparaison complètement tordue. Pour ma part, dans mon métier, j’aimerais avoir le salaire d’employés ontariens ou albertains (par exemple) qui occupent un poste équivalent au mien. Je sais que ce n’est pas possible, puisque le niveau de vie n’est pas le même. Selon les chiffres de Statistiques Canada, il est nettement plus couteux de vivre en Alberta, en Colombie Britannique ou encore en Ontario (allez voir le coût des logements et des maisons à titre d’exemple). Pourquoi en serait-il autrement pour les médecins?
      GTremblay
      Montréal

    • Il faudrait voir, combien de clients passent-ils par jour, combien d’heures travaillent-ils par semaine? Ailleurs qu’au Quebec, peu être qu’on en fait un peu plus! Combien le gouvernement paie t’il par visite dans chaque province? Faudrait comparer les conditions de travail, et pas juste le total gagné.Nos médecins sont- ils pognés avec des syndicats non productifs! C’est gros comme comparaison.

    • Nous ne sommes pas chiches, nous faisons partie des provinces pauvres du Canada. Malheureusement, malgré notre pauvreté relative, il faut s’assurer d’offrir des salaires compétitifs si l’on veut les meilleurs.

      Ce qui est surprenant dans ce relevé est le fait que la Colombie-Britannique semble chiche.

    • Pour bien répondre il faudrait savoir si nous en avons pour notre argent, votre journal publiait une étude il y quelques jours qui révèlait qu`avec l`augmentation, substentielle, de salaire le nombre de patients moyen rencontrés avait diminué.

    • Le Québec n’est pas chiche, il n’a juste pas la capacité de payer le prix des Ontariens et des Albertains. Ce n’est pas si grave en soi de payer moins, le hic c’est que ça siphonne la main d’œuvre…
      Là où ça blesse, c’est quand on refuse de reconnaitre les compétences acquises hors-pays par nos ordres professionnels. Après tout, nous sommes tous de la même espèce, non?
      Nous ne pouvons nous permettre ces deux choses là en même temps. C’est LA cause de notre pénurie en santé.
      Soit Québec paie plus cher en santé (difficile ces temps-ci) soit il met son pied à terre et demande un plus grand effort des ordres professionnels.
      M. Millaire

    • «Sommes-nous chiches?»

      Non, on est cassé à cause du modèle Québecois(l`Ontario, c`est pas mieux, ils sont dans le trou ben raide)

      Et on est trop cabochon pour exploiter le gaz et le pétrole au Québec. Pourtant au US de notre champion gauchiste Barack Obama, ils exploitent le pétrole et le gaz de schiste et ça provoque une révolution industrielle.

    • La publication de ces chiffres a tous les caractéristiques d’une campagne de publicité orchestrée par des spécialistes du marketing.

      On ne peut prétendre que des comparaisons de rémunérations puissent être pertinentes sans indiquer les temps consacré au travail, sans ajuster les revenus au pouvoir d’achat respectif et indiquer la richesse relative de chaque société.

      Pour vous donnez une idée un médecin m’expliquait qu’il travail de 5 a 6 jours par semaines et a près de 1,600 patents. Qu’un autre, que je connais, en a plus de 2,200, un gros travailleur totalement passionné. Mais d’autres se contente 500 mais sont tout de même réputés travailler à temps plein… Autre détail, au Québec la norme pour qu’une semaine soit réputée être à temps plein elle doit compter 28 heures de travail, dans le reste du Canada c’est 32 heures, juste là il y a près de 15% de différence!

      Ensuite, peut-on avoir les chiffres de l’OCDE sur le sujet pour y voir la place du Canada?

    • Peut-être travaillent-ils moins? Moi, je ne connais pas un seul médecin spécialiste qui travaille plus de trois jours par semaine. Faut dire qu’il y a les quotas du gouvernement pour faire baisser les coûts (au détriment des malades). Il y a aussi notre excellent taux marginal de 49.97% d’impôt qui n’incite certainement pas le médecin à “faire” une 4e journée alors qu’il peut simplement profiter de la vie. Faut pas juste comparer les salaires.

    • Ils manquent 4 informations cruciales pour donner le début d’une évaluation qui ait un peu de sens:

      1) Combien d’heures par année travaille le médecin moyen des différentes provinces. Il ne faut pas se surprendre qu’un médecin qui travaille 20 % moins d’heure gagne 20 % moins.

      2) Combien de patients par année le médecin moyen rencontre-t-il dans les différentes provinces?

      3) Quelle est la proportion de médecins qui consacrent leur temps à la recherche et à l’enseignement?

      4) Quelle est la proportion de médecins de chaque province qui est salariée (type médecin de CLSC, etc.)?

      Je ne serais pas surpris si les médecins québécois travaillaient 10 ou 20 % moins que les médecins des autres provinces. Trois choses sont sûres:

      1) le médecin femme moyen travaille moins que le médecin homme moyen;

      2) la proportion de médecins femmes la plus élevée au Canada se trouve au Québec;

      3) Il y a une forte proportion de médecins qui consacrent leur temps à la recherche et à l’enseignement au Québec parce que le Québec est très fort en recherche biomédicale et en enseignement de la médecine. Les médecins qui font de la recherche gagnent moins d’argent que les médecins qui n’en font pas, malgré que leur travail soit beaucoup plus exigeant, difficile et compétitif.

    • Il manque quelques chiffres.

      Combien doivent-ils débourser pour leur formation?

      Quel est le coût de la vie relatif à chacun des endroits mentionnés?

      Est-ce que les coûts relatifs à la pratique médicale sont les mêmes (ex. assurances, loyer etc)?

      Jean-Maxime Leroux

    • Pourquoi toujours se comparer a l’Ontario?

      Si c’est ce que vous viser, allez donc y vivre! En plus c’est a 2h de char de montreal

    • CorrigéIl manque 4 informations cruciales pour donner le début d’une évaluation qui ait un peu de sens:

      1) Combien d’heures par année travaille le médecin moyen des différentes provinces? Il ne faut pas se surprendre qu’un médecin qui travaille 20 % moins d’heures gagne 20 % moins.

      2) Combien de patients par année le médecin moyen rencontre-t-il dans les différentes provinces?

      3) Quelle est la proportion de médecins qui consacrent leur temps à la recherche et à l’enseignement, pour chaque province?

      4) Quelle est la proportion de médecins de chaque province qui est salariée (type médecin de CLSC, etc.)?

      Je ne serais pas surpris si les médecins québécois non chercheurs travaillaient 10 ou 20 % moins que les médecins des autres provinces. Trois choses sont sûres:

      1) le médecin femme moyen travaille moins que le médecin homme moyen;

      2) la proportion de médecins femmes la plus élevée au Canada se trouve au Québec;

      3) Il y a une proportion relativement forte de médecins québécois qui consacrent leur temps à la recherche et à l’enseignement parce que le Québec est très fort en recherche biomédicale et en enseignement de la médecine. Les médecins qui font de la recherche gagnent moins d’argent que les médecins qui n’en font pas, malgré que leur travail soit beaucoup plus exigeant, difficile et compétitif.

    • Ces données sont très incomplètes. Elle ne donne pas le nombre d’heures travaillés et/ou le nombre d’actes effectués. Il y a beaucoup de médecins québécois qui choisissent la qualité de vie avant la bourses, et passe donc moins de temps à gagner de l’argent.

    • Pour évaluer la situation dans son ensemble, nous aurions besoin d’autres données, par exemple sur le mode de rémunération (à l’acte ou non), le nombre de patients rencontrés, la différence entre les monis et les spécialistes, etc.

      Advenant une augmentation de salaire, il faut considérer et faire attention à l’effet de revenu (à salaire équivalaent, un médecin peut se permettre de travailler moins) ce qui ne profiterait pas à l’ensemble de la population.

    • “Sommes-nous chiches?”

      Absolument pas, c’est tout le contraire.

      Les médecins sont biens payés, peu importe la province, leur salaire est comparable. De plus, les medecins ontariens ont eu une baisse de salaire depuis ces statistiques, alors que les medecins du Québec vont avoir encore d’autres hausses.

    • Je crois qu’en effet, nous sommes chiches. Ces gens sont nos vrais héros, ceux qui sauvent des vies à l’année (et je suis un droitiste)!

      J’augmenterais leur salaire, ou bien j’ouvrirais d’avantage le travail au privé les soirs et les fins de semaine.

    • Le salaire tel que présenté ne me dit rien. Toute comparaison avec ces chiffres est futile.
      Sont-ils tous payé à l’acte? Si oui, combien l’acte (à acte équivalent)? Est-ce que c’est parce qu’ils posent moins d’actes qu’ils sont moins bien payés?
      Quels sont les coûts accessoires pour les médecins par province (frais de clinique, collège, formation, etc.)?
      Quel est le pouvoir d’achat après impôts et avantages sociaux?
      On peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres… il suffit de choisir ceux qui font notre affaire.

    • Ma conclusion serait: les médecins gagnent trop cher partout au Canada.

    • Les médecins de l’Alberta (qui arrivent au premier rang des meilleurs salaires) sont-ils plus compétent parce qu’ils gagnent plus cher que leurs acolytes des autres provinces du Canada?
      Je ne croirais pas!

      À l’inverse, si l’on augmentait le revenu des médecins québécois, seraient-ils plus compétent qu’ils le sont présentement? Réponse: J’espère que non!

      Finalement avoir un boulot qui t’assure un revenu annuel de 250 000$, je trouve que c’est ben en masse pour t’offrir une belle vie. Un moment donné, ça prend un plafond salariale.

    • non, juste pauvres

      et ça empire

      mais non on ne veut pas développer le Nord, pas de gaz de schiste, pas de pétrole, pas rien!

      peuple de branleux

    • Non nous ne sommes pas pingres. Ils sont très bien traités. Si vous regardez les rémunérations par province, vous verrez tout de suite que c’est surtout l’Alberta et la Saskatchewan, deux producteurs de pétrole, qui tirent les salaires vers le haut avec l’Ontario. Sauf que présentement, l’Ontario se mord les doigts de sa trop grande générosité envers les médecins.

      Mettez ensuite ça en lumière avec la chronique de votre collègue Boisvert de ce matin. Et voyez avec quelle complaisance leurs erreurs médicales fatales sont traitées.

    • Soyons sérieux: est-ce normal de gagner plus de 200 000$ par année pour une profession? Les ambulanciers, les infirmières, les pompiers sauvent aussi des vies, ont aussi des connaissances spécialisées mais gagnent beaucoup moins. Qu’est-ce qui justifie des salaires aussi élevés?

      Regardez le reportage à Enquête qui a été diffusé récemment. Il n’y a qu’en Amérique du Nord que les médecins soient si bien rémunérés. En France, un médecin gagnent autour de 75 000 euros (en moyenne) ou 100 000$. C’est un excellent salaire, qui permet de vivre très confortablement, mais qui ne correspond en rien à ce que gagne un médecin au Canada ou aux États-Unis. Pourtant, le système de santé y est efficace en France, les médecins ont un réel souci de leurs patients, contrairement à ici.

    • J’habite Gatineau, et la question est très débattue ici, puisque l’Ontario nous siphone plein de ressources en santé (infirmières, médecins, etc). Il paraît que surtout les jeunes médecins y sont attirés, alors j’ai fait le calcul. Bien que les impôts sont moins hauts en Ontario, ce $85,000 est beaucoup moins dans les poches, peut-être $55,000 net en réalité.

      Une garderie à Ottawa est $1,200 par mois. C’est $140 au Québec. Avec deux enfants qui iront à la garderie pour 4 ans, c’est $100,000-105,000 DE PLUS à débourser pour le médecin ontarien. Pas siii pire quand on fait $55,000 de plus par année, mais quand même.

      Si le/la médecin d’Ontario veut prendre un congé parental, il/elle recevra beaucoup plus de la RQAP que de l’assurance-emploi!

      Enfin, le plus important. Si l’enfant veut faire des études en droit à Toronto, ça sera $30,000-35,000/année pour le médecin déménagé en Ontario. Pour le médecin québécois, ça sera environ $5,000 à Montréal. Si les deux enfants font des études, l’un devra payer $240,000 (4 ans un bacc en ontario), l’autre $30,000.

      Donc juste garderie et un baccalauréat, pour deux enfants, c’est $315,000 de plus. Et là, on ne parle même pas si le médecin veut envoyer ses enfants à une école secondaire privée, on parle de $20,000 par année vs $3000 au Québec.

    • Le salaire minimum d’un joueur de la LNH sera de 550,000$ en 2013-2014…
      Que dire de plus?

    • Avons-nous pris en compte le coût de la vie dans chacune des provinces avant de critiquer le régime salarial du Québec ?

    • Non je ne pense pas que nous soyons chiches. Ils sont payés selon les critères établis par le gouvernement et les contribuables ne peuvent faire plus. Les médecins travaillent beaucoup et bien, mais ils ne font jamais des semaines de 35 heures. Dans les hopitaux, ils travaillent au mois et les gardes définies. Ce qui signifie qu’ils travaillent environ 2 semaines par mois soit environ 1200 heures.

      Bien sur que si on compare aux salaires des joueurs de hockey ou des présidents d’Hydro Québec, c’est très peu, mais les PDG des sociétés publiques québécoises sont, de toute facon, surpayés et surévalués. Tierry Vandal ne mérite pas son salaire de 4 millions par année. C’est voler les Québécois ben raide de lui donne run tel salaire. Même chose pour Loto Québec. C’est trop bienpayé pour ce qu’ils font.

    • Non, c’est bien connu, le Québec est une province pauvre. Tout le monde qui a voyagé un peu le sais.

      Mais la masse de ‘nés pour un p’tit pain’ vont sans-doute venir dire que 250k par an, c’est en masse. En attendant, les médecins, eux, déménagent dans des endroits mieux payés et moins taxés.

      T. Rightman.

    • M. Lavoie,

      Tenez, un petit lien pour mettre le tout en perspective…

      http://www.rbcbanqueroyale.com/hypotheques/avg-canadian-housing-prices.html

    • Comment font-ils pour dépenser cela en une année????
      Lorsque je travaillais l’année où j’ai gagné le plus (1989) ce fut 23,000$ et j’avais pu alors m,acheter un véhicule vieux de seulement 5 ans WOW! j’étais riche.
      Gilles Ménard

    • Ca rechigne sur les frais de scolarité…et ensuite ,ca chiale encore pour qu’on les paye plus….Il est ou le “retour d’investissement”de la societé pour les études abordables ????

    • Pantoute. Ils font moins d’heures. ILS TRAVAILLENT moins parce que la profession est féminisée

      Au fait, ils gagnent presque le triple des médecins français. Mais ca ils ne le disent pas.

    • Mettons les choses en perspectives, surtout dans les grandes villes : à Toronto et Vancouver, les médecins font un peu plus mais une maison banale leur coûte le prix d’un palace en banlieue montréalaise. Les médecins québécois y regagnent donc largement sur une des variables majeures du coût de la vie, i.e. le toit.

      PT

    • Il serait important de comparer les salaires en fonction des heures travaillées pour faire une comparaison valable. Peut-être pourriez-vous, M. Lavoie, nous informer à ce sujet.

    • @ gasston:

      J’étais médecin. Des spécialistes, j’en connais des dizaines, de tous les âges et de toutes les spécialités. Le seul que je connaisse qui travaille trois jours par semaine maximum est un radiologiste de 81 ans. J’imagine qu’il faudrait exiger qu’il fasse son 60 heures par semaine pour vous satisfaire? Non, mais, ça va faire dire des niaiseries.

    • @ honorable, merci d’avoir détaillé mon commentaire, j’étais trop paresseux pour le faire, bien dit, va t’on avoir des détails maintenant, ? il y a surement quelqu’un qui a des statistiques. Il y a toujours quelqu’un qui connait tout ici,

    • Si on comparait le salaire moyen des médecins du Québec avec le salaire moyen des autres travailleurs d’ici, on pourrait peut-être répondre à la question.

    • @ gillesmenard
      14h49

      Tu étais riche à 23000$ parce que tu ne payais pas d’impôt et que c’est tous les autres citoyens respectables qui payaient les infrastrcuctures et services dont tu bénéficiais.

      Autoroutes, police, CLD, Hôpitaux, etc, etc.

    • tiens une nouvelle classe de défavorisés, pas mal d’itinérants changeraient de place avec eux.
      Bernard Ouellet

    • Quelle part de la tarte des montants consacré à la santé recoivent en salaire les médecins pour chaque province nous donnerait une meilleure perspective … et quelle part dans chaque province disparait en frais divers et administration et ne sert pas en soins à la population …

      Et comme le mentionnaient des participants quel prestation en temps et en service recoit on pour ces montants?

      Cette information existe certainement mais quel politicien aurait le courage de nous dévoiler les vrais chiffres de manière simple nette et précise sur un chiffrier que tous le monde comprend!

    • @tiplon
      C’est vous qui avez écrit le commentaire le plus pertinent. Bravo.

    • Nous devrions faire le nécessaire pour régler la situation. En tant que juif libéral, je pense que l’argent peut jouer un grand rôle chez un individu alors il m’apparait important que le salaire de nos médecins soient à la hauteur.

      Moshe Levy

    • Depuis la création du Parti Québecois, les entreprises fuient la province de Québec. C’est un secret de polichinelle.
      La ville de Toronto a depuis longtemps remplacé, et de loin, Montréal comme capitale économique et culturelle du Canada.
      Comme l’a répété le chef de la CAQ, le Québec est devenu l’avant dernière province parmi les plus pauvres et la plus endettée du Canada.
      Si les médecins d’ici veulent gagner plus d’argent ils savent quoi faire.

    • Salaire moyen des médecins en France: 86,300 euros soit 120,000 piasses

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/23/01011-20090423FILWWW00476-medecins-revenu-moyen-de-86300.php

    • Pour savoir si nos médecins sont payés convenablement, il faut tenir compte de la charge réelle de travail, pas juste du salaire total. Plusieurs préfèrent travailler moins et profiter de la vie.

      D’autre part, il est normal que nos médecins soient moins généreusement rémunérés que dans le reste de l’Amérique du Nord parce que les études de médecine sont plus généreusement subventionnées dans nos universités.

      Les médecins québécois ont pas mal moins de dette que les autres à rembourser, à la fin de leurs études. (le gel des frais de scolarité, ça vous dit quelquie chose ?)

    • @gillesmenard
      Comment font-ils pour dépenser cela en une année????

      C’est assez facile et en plus ça fait rouler l’économie.

    • C’est la faute du fédéral, du ROC, qui veulent ainsi encore nous humilier, nous pôvres petits Québécois. Vivement, un Pays Indépendant ! Ce sera la panacée, six médecins pour chaque citoyen de la Patrie.

    • Simple question de priorité nous on préfère payé plus cher pour l`asphalte .Électoralement ces plus payants.

    • En page A7 du Devoir d’aujourd’hui: “Les médecins de famille québécois ont vu leurs revenus bonifiés de 35 % en cinq and. Mais le nombre d’actes facturés à la RAMQ, lui, a diminué de 5 %. Chez les spécialistes québécois, la rémunération a bondi de 45 % en cinq and, alors que le nombre d’actes médicaux est stable.”

    • .
      M. Lavoie,

      Un tel sujet amène deux choses et je trouve cela vraiment triste :
      1) soit on fait le procès de nos médecins … ce qui est démotivant pour eux !
      2) soit on fait le procès du système … et les politiciens dépenses plus en frais administratifs et “hiérarchie” pour avoir des statistiques et répondre à la grogne populaire.

      J’ai l’impression qu’en France et autres pays européens, les citoyens ont compris que vivre en santé ne dépend pas du médecin, mais de soi-même … ce que les américains, qui nous influencent, n’appliquent pas réellement … juste à voir les problèmes d’obésité et la multiplication des interventions chirurgicales.

      On a un problème d’attente, autant pour se trouver un médecin de famille, que pour une intervention chirurgicale …. par contre, quand on est pris en charge par le système de santé, la grande majorité convient que le service est excellent !

      Le problème est quasi philosophique …. une question de valeur ! …. On en prend conscience quand on voit des personnes âgées étirer leur vie sans qualité … ça fait mal à voir !

      …. Et l’État qui a peur des fumeurs, des gens sans ceinture dans leur auto, …
      L’État s’ingère dans la vie des gens pour contrôler les risques en se justifiant par les impacts potentiels ou réels sur les coûts de santé !

    • À ces données il manque les heures travailler cette profession s’est féminisé au Québec et tous savent que les femmes travail moins que les hommes les femmes s’absente lorsque un membre de la famille est souffrant lorsqu’elle accouche et puis il y a le congé de maternité et une productivité a la baisse une semaine par mois.

    • Donc les joueurs du Canadien devraient faire moins d’argent que ceux des Canucks?

    • L’arugment du cout de la vie me fait rire.

      Pensez-vous que la bouffe, le linge, le services publics sont ben ben plus cher en Alberta et en Ontario qu’au QUébec?

      Le principal élément de différentiation, c’est le logement. Et savez-vous quoi? Quand le Torontois vend sa maison de Toronto pour 3M et qu’il s’en vient au Québec, son pouvoir d’achat est pas mal plus grand que quand le médecin d’Outremont vend sa maison pour s’établir a Mont-Royal.

      Les taxes municipales sont un peu plus chères et ca coute un peu plus cher d’intérêt? So what, ca prend des taxes et des intérêts en ta… pour combler un écart de 80 000 $.

      Et les frais de scolarité, please…

      Offrez-ceci aux médecins: un rattrapage salarial annuel immédiat et permanent (carrière de 30-40 ans), et en contreepartie, ils doivent rembourser l’écart des fairs de leur scolarité (quelques milliers de dollars par année) pour la durée de leurs études, 5 a 10 ans. Ils vont vous demander ou signer, sans poser de questions.

      Come on les amis, soyez sérieux. Les médecins restent ici par inertie, attachement à leur famille ou au francais, mais ils se font shafter pas a moitié.

    • Contrairement à ce que certains semblent insinuer, il y a, dans le réseau public, mille fois plus de plaintes sur l’organisation des soins, la vétusté des équipements, les conditions de pratique, l’accès aux plateaux techniques (endoscopie, salle d’opération…) que sur la rémunération.
      Ceci étant dit, comparer de telles données seules est futile et ne mène nulle part.

    • @larousse est douce, bonjour.

      Savez-vous combien cela prend de moyenne générale en sciences pures au CEGEP pour entrer en médecine à l’UdeM?

      Réalisez-vous a quel point les médecins représentent l’élite intellectuelle et de perfomance au Québec?

      300 000 $ c’est des pinottes. Je connais plein de crétins qui font 1M par année a vendre des titres a la bourse, vendre de l’assurance vie, et flipper des burgers. Comptons-nous chanceux que les médecins ne savent pas compter.

    • Je suis medecin d’origine quebecoise pratiquant en ontario.Comme plusieurs lecteurs l’on signale beaucoup plus d’informations sont necessaires pour avoir une image juste de la situation.
      Ces chiffres sont des revenus bruts AVANT depenses ,taxes et impots. Ces montants varient d’une province a l’autre et d’une region a l’autre. Un radiologue de Toronto peut avoir des depenses de 60 % de ses revenus tandis qu’un medecin de famille de Laval peut avoir des depenses de 30%.
      Le nombre d’heures travaillees par semaine, en moyenne, au quebec est ,selon toutes les etudes, beaucoup moindre au Quebec que dans les autres provinces .
      Pour les specialistes les tarifs pour la majorite des procedures sont plus bas
      au Quebec que de l’ensemble des autres provinces. Les tarifs pou les visites medicales chez les omnipraticiens sont souvent comparables d’une province a l’autre.
      Essentiellement les medecins quebecois ont un revenu moindre mais l’analyse de cette situation n’est pas simple.
      PS Un revenu brut n’est pas un salaire. La moyenne des depenses est d’environ 40% ie $250 000 = 150 000 de salaire .

    • Ce genre de comparaisons est tuant: les frais de scolarité pour un étudiant en médecine au Québec sont dérisoires par rapport aux autres provinces. Une fois établi et père ou mère de famille, le médecin aura droit pour ses enfants aux garderies à 7$/jour, à l’école publique gratuite et au cégep très accessible. Que signifient ces chiffres farfelus? Quelqu’un essaie-t-il de nous faire croire que nos médecins sont à plaindre?

    • Le salaire d’un médecin est un chiffre d’affaire! Le médecin doit payer son loyer, ses secrétaires, Hydro, Bell, assurances etc Lorsque tout ça est payé il reste 100k. Enlevez 22500 de REER + 50% d’impôt il reste même pas 40k. Le salaire d’un médecin québécois n’a rien à voir avec celui d’un médecin US. Je connais un médecin qui a 500 patients en bonne santé. Il leur chacun 1000$ cash et leur donne son no de cell. IL a pas de bureau et de secrétaire à payer. 500K net net net ça c’est payant.

    • Un médecin moyen, c’est tout comme un journaliste moyen; tout dépend en fait du PIB moyen de son employeur; et à comparer avec Cuba, c’est tout de même vachement bien. Et encore mieux qu’en Haïti, toutes proportions gardées. Une autre preuve de plus que les statistiques sont insignifiantes 9 fois sur 10.

      Tout comme dans le beau comté de Ouestmont, où les revenus nets des gens en haut de la track, combinés à ceux des gens de la Pointe St-Charles tout juste en bas, donnent grosso modo un revenu moyen de 69, 000$ pour tout le monde également. Qui dit mieux?

    • Le docteur julien ne chiâle pas pour son salaire et en plus il fait du bénévolat.
      Être médecin c’est pas un métier c’est une profession.
      Gilles Ménard

    • Ça serait stupide de commenter ces chiffres hors de leur contexte. Alors je m’abstiens.

    • @ jean_yves

      “La publication de ces chiffres [sans contexte] a toutes les caractéristiques d’une campagne de publicité orchestrée par des spécialistes du marketing.”

      Bingo !

    • C’est assez absurde ce genre de comparaison quand on sait que les autres provinces songent justement à diminuer la rémunération des médecins. Les médecins au Canada sont trop payés:

      http://www.lactualite.com/societe/carole-beaulieu/la-juste-part-des-medecins

      Les médecins français gagnent beaucoup moins – rappelons que leur système de santé est considéré comme le meilleur au monde.

      http://sante.lefigaro.fr/actualite/2009/02/02/9410-ce-que-gagnent-medecins-france

      Il est temps de mettre fin à cette course aux salaires dans le milieu médical. On doit à l’augmentation de salaire assez conséquente obtenue par les spécialistes notre belle taxe santé On vient piger dans la poche des Québécois sans que cela ne contribue en rien à améliorer les soins de santé. Juste le niveau de vie déjà très confortable des médecins spécialistes.

    • Est-ce que nos médecin gagnent moins parce qu’ils travaillent moins?

    • @allonsvoyons
      j’ai fait le même calcul que vous, mais mon résultat donne l’inverse complet de vous
      si un médecin gagne 55000$ de plus par année, sur supposons une carrière de 20 ans ce qui semble réaliste, alors 55000*20 = 1.1M$ de plus sur sa carrière.
      Supposons maintenant que ça coûte 1500$ par mois de plus par enfants pour 4 ans : 1500*12*4*2
      On ajoute les frais pour études d’avocat, supposons 35000/an sur 10 ans
      On retranche les frais s’il était au Québec (30000$ total)
      Ajoute la garderie privée, même si c’est un choix pas une obligation 12 ans d’études à 17000$ par an *2 enfants
      donc : 1 100 000$ – 144 000$ – 350 000$ + 30 000$ – 408 000$ = 228 000

      finalement, le médecin, même en payant des tarifs exhorbitants pour tout arrive quand même à un salaire positif de 228k$ sur 20 ans, tout cela, sans compter les augmentations de salaires 1% de 100 000$ étant mieux que 1% de 50 000

    • Voilà un sujet fort intéressant.

      Il est aussi fort intéressant de comparer les données provenant d’autres sources.

      Le site Internet de Ressources humaines et Développement des compétences Canada héberge une série de pages qui présentent des indicateurs de mieux-être au Canada.

      L’une de ces pages porte sur la difficulté à se trouver un médecin de famille au Canada :

      http://www4.hrsdc.gc.ca/.3ndic.1t.4r@-fra.jsp?iid=9

      On trouve sur la page un graphique et un tableau qui présentent des données de 2011 sur le poucentage de personnes qui sont incapables de trouver un médecin de famille, selon la région.

      Voici la transcription du tableau de données :

      Canada 15 %
      TNL 9 %
      ÎPE 13 %
      NÉ 7 %
      NB 8 %
      QC 26 %
      ON 9 %
      MB 14 %
      SK 20 %
      AB 20 %
      CB 14 %
      YN 21 %
      TNO 64 %
      NT 85 %

      La différence entre le Québec (QC, 26 %) et l’Ontario (ON, 9 %) est remarquable…

      Les Territoires du Nord-ouest (TNO, 64 %) et le Nunavut (NT, 85 %) ne sont pas des exemples à imiter, mais il est quand même surprenant de constater que le Yukon (YN, 21 %) est en meilleure posture que le Québec (QC, 26 %), selon ces données.

    • @tiplon et superunivers7,

      vraiment? Et si nous parlions de la durée d’une carrière dans l’un et l’autre emploi? Et si nous parlions des risques de l’un et l’autre? Le médecin subit rarement des mises en échec dans la pharmacie de l’hôpital risquant une commotion cérébrale ou bien de se massacrer une articulation qui mettrait fin à sa carrière abruptement.

    • Pour ceux et celles que cela pourrait intéresser, le site Internet de l’Association médicale canadienne (AMC) héberge une série de tableaux qui présentent des données statistiques sur les médecins canadiens :

      http://www.amc.ca/informations-statistiques-medecins-canadiens#3

      Je vous présente ici deux ensembles de données provenant de deux de ces tableaux, que vous pouvez consulter en ligne.

      A) DONNÉES DE L’AMC SUR LE NOMBRE DE MÉDECINS (TOUTES CATÉGORIES CONFONDUES) PAR 100 000 HABITANTS, PAR PROVINCE ET TERRITOIRE, ANNÉE 2011

      Lien pour le tableau des données (qui couvre la période 1986-2011) :

      http://www.amc.ca/multimedia/CMA/Content_Images/Inside_cma/Statistics/12-Phys_per_pop.pdf

      Canada 209
      TNL 231
      ÎPE 178
      NÉ 240
      NB 213
      QC 231
      ON 195
      MB 198
      SK 181
      AB 216
      CB 212
      YN 201
      TNO 88
      NT 42

      B) DONNÉES DE L’AMC SUR LE NOMBRE DE MÉDECINS GÉNÉRALISTES PAR 100 000 HABITANTS, PAR PROVINCE ET TERRITOIRE, ANNÉE 2011

      Lien pour le tableau des données (qui couvre la période 1986-2011) :

      http://www.amc.ca/multimedia/CMA/Content_Images/Inside_cma/Statistics/14-FP_per_pop.pdf

      Canada 106
      TNL 123
      ÎPE 97
      NÉ 122
      NB 113
      QC 114
      ON 95
      MB 105
      SK 100
      AB 111
      CB 117
      YN 169
      TNO 65
      NT 33

      Dans ce cas-ci, l’écart entre l’Ontario n’est pas très élevé, et les données semblent indiquer que le Québec est favorisé :

      • Médecins (toutes catégories confondues) : 231 par 100 000 habitants au Québec, contre 195 par 100 000 habitants en Ontario (facteur de (231 / 195) = 1,19 en faveur du Québec)

      • Médecins de famille : 114 par 100 000 habitants au Québec, contre 95 par 100 000 habitants en Ontario (facteur de (114 / 95 ) = 1,2 en faveur du Québec)

      En comparant ces données de l’AMC avec celles de RHDCC (Ressources humaines et Développement des compétences Canada) que j’ai présentées dans mon commentaire précédent, il est paradoxal de constater qu’alors que la disponibilité de médecins est en apparence plus grande au Québec (selon les données de l’AMC), il y a en moyenne environ 2,9 fois plus d’habitants qui sont incapables de se trouver un médecin au Québec qu’en Ontario selon les données de RHDCC (26 divisé par 9 donne en effet 2,9)…

    • je gage que la plupart ne savent pas patiner de reculon et tourner des deux bords

    • Les autres provinces ont-elles un réseau de garderies a 7$ a entretenir ? Un programme d’assurance-médicament ? Un régime d’ assurance-parentale ? Ça peut expliquer que les médecins du ROC soient mieux rémunérer.

    • Arretez donc de nous casser les oreilles avec ca. Les salaires sont moins eleves au Quebec c’est tout. Les programmeurs, ingenieurs, statisticiens et professeurs gagnent moins au Quebec. On entend jamais parler qu’il faut augmenter le salaire des ingenieurs; on dit la verite a la place, il faut juste en former plus.

      Je peux juste parler pour moi, mais la raison pour laquelle je n’ai pas envie de revenir au Quebec c’est l’assurnace maladie, pas le salaire plus bas. Selon moi, les medecins gagnent assez cher pour le service mediocre qu’ils offrent, et le systeme pourri qu’ils defendent.

    • Il faudrait parler d’honoraires plutôt que de salaires. Et prendre en compte les frais généraux qu’ils ont à assumer. Ils ne sont pas à plaindre mais, considérant leurs longues études et leurs lourdes responsabilités, ils ne sont pas non plus exagérément privilégiés.

    • quand John F Kennedy a demande au congres de l’argent pour envoyer un homme sur la lune, il a termine en disant ceci :

      This decision demands a major national commitment of scientific and technical manpower (…). It means a degree of dedication, organization and discipline which have not always characterized our research and development efforts. It means we cannot afford undue work stoppages, inflated costs of material or talent, wasteful interagency rivalries, or a high turnover of key personnel.

      New objectives and ****new money cannot solve these problems.**** They could in fact, aggravate them further–unless every scientist, every engineer, every serviceman, every technician, contractor, and civil servant gives his personal pledge that this nation will move forward, with the full speed of freedom, in the exciting adventure of space.

    • La cause principale de cet ecart est le francais.Peu de medecins Quebecois ont le courage d’ameliorer leur sort a cause de la langue et le gouvernement le sait.Les chiffres sur les departs des finissants de Mcgill est eloquant a ce sujet.Le Quebec cree des tit-homards pognes dans leur tite cage.

    • En lisant les commentaires sur ce blogue on se demande comment les gens hors Quebec font pour boucler leurs budgets!Pourtant le Quebec est en queue de peloton au canada au niveau de la richesse!

    • @cote nord

      Y’a plus de médecins par habitants au Québec qu’au Canada et aux États-Unis
      Ce qu’on ne dit jamais (parce que c’est un peu tabou), les médecins travaillent moins au Québec.
      La raison? La féminisation de la profession.

    • La médecine est essentiellement une profession de compassion et de service. Il faut traiter les médecins d’une façon à ce qu’ils se sentent émotivement près de la population qu’ils desservent. L’écart entre leur rémunération et celle de la moyenne des gens les place-t-elle pas dans une bulle d’embourgeoisement et de désensibilisation? Et le travail d’équipe? Avez-vous déjà essayé de travailler en équipe avec une personne qui se prend pour un Dieu, qui reçoit quatre fois votre salaire et que tout le monde met sur un piédestal?

    • Un autre tableau de l’Association médicale canadienne (AMC) qu’il est intéressant d’examiner, c’est celui du bilan migratoire interprovincial des médecins canadiens pour la période 1990-2011 :

      http://www.amc.ca/multimedia/CMA/Content_Images/Inside_cma/Statistics/22-Interprov_mig.pdf

      On y constate qu’au cours de cette période, le solde migratoire interprovincial des médecins québécois a presque toujours été négatif (les années 1993 et 2011 étant les deux seules exceptions sur cette période de 22 ans).

      1990 -13
      1991 -67
      1992 -30
      1993 +14
      1994 -26
      1995 -19
      1996 -36
      1997 -70
      1998 -52
      1999 -78
      2000 -48
      2001 -40
      2002 -12
      2003 -50
      2004 -9
      2005 -8
      2006 -33
      2007 -32
      2008 -6
      2009 -37
      2010 -8
      2011 +30

      Par contraste, les bilans migratoires interprovinciaux de l’Ontario, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique, que je ne reproduirai pas ici mais qu’on peut examiner dans le tableau, ont été dans l’ensemble très positifs.

      De toute évidence, il y a eu, pendant cette période de 22 ans, des facteurs qui ont incité des médecins québécois à quitter le Québec de façon relativement soutenue, et des facteurs qui ont incité des médecins d’un peu partout au Canada à s’installer en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique, de façon relativement soutenue…

    • @dcsavard
      un joueur de hockey sauvera combien de vies dans sa carrière???

    • Le coût de la vie au Québec et les multiples services de L’État Québécois compensent cette différence de salaire………..comme la différence de salaires de la plupart des emplois d’ailleurs.

    • “On dormait à 68F l’hiver bien emmitouflé parce qu’On avait pas les moyens étant une famille de 6.”

      lol……..68F, c’est suffisamment chaud pour bien dormir…………si ce n’est pas trop chaud même……….

    • @keebee Je n’avais compté que les dépenses, pas le revenu supplémentaire. Mais en lisant les interventions des autres, je me rends compte que c’est encore pire. Le chiffre donné par M.Lavoie est un revenu brut qui ne compte pas les dépenses pour le cabinet de pratique du médecin, donc loyer, secrétaires, hydro, téléphone, etc. L’immobilier est plus cher en Ontario, les salaires aussi, l’électricité… Donc peut-être que ce $55,000 sera encore plus petit.

      Enfin, si le médecin veut une maison équivalente à ce qu’il a au Québec, il devra dépenser 75% de plus, mettre ça sur hypothèque, intérêts, etc. D’ailleurs, ici à Gatineau, on voit plusieurs Ontarien venir s’installer ici; ils sont à proximité du centre-ville d’Ottawa, les services sont excellents, leurs enfants vont être bilingues (si les parents décident de les envoyer dans le système francophone), les écoles privées sont abordables, les taxes foncières sont beaucoup plus basses, mais surtout, les maisons sont presque la moitié du prix de celle d’Ottawa (pour la même grandeur, terrain et proximité du centre-ville d’Ottawa).

    • Ya vraiment quelqu’un qui a pitié de la mafia médicale? Ils gagnent 2 fois plus qu’en France. La plupart font leur métier pour l’argent et le prestige et non par vocation. That’s it.

      Tout le système de santé tourne autour d’eux, ce sont des donneux de pilules et des coupeux de chair. C’est pas plus compliqué que ça. La médecine est une technique comme une autre et beaucoup étudient autant qu’eux dans d’autres domaines et ne gagnent pas le quart de ça. Combien de fois sommes-nous mal servis par eux.

      C’est fini le temps des bons médecins de famille qui soignaient à crédit, ils sont devenus comme des joueurs de hockey. Cette mafia doit être dénoncée, laquelle est la pire: la médicale ou celle de la construction?

    • On paye ce qu’on peut, si ils ne sont pas content, qu’ils ailent travailler ailleurs comme les autres. Il y a toujours bien un bout a satisfaire tout le monde. Tout ceux qui recoivent un salaire du gouvernement pensent que les fonds sont illimités.

    • Faux débat. Travailleurs du Québec ce sont des salaires incomparables avec une partie du ROC.
      Alors les médecins itou. Question de budget….???…ou question de au Canada on a un accès plus facile au médecin de framille….tant qu’à analyser faisons la part des choses.

    • D’entrée de jeu, précisons une chose : à 253000$ par année de salaire, il n’y a pas nécessairement de quoi se plaindre et un médecin québécois peut vivre très confortablement. Là où le bat blesse, c’est que ça rend le Québec beaucoup moins compétitif pour la profession médicale. Si on prend en considération les ratés du système, ça noircit encore plus les perspectives.

      De deux, à tout ceux qui parle du coût de la vie… Je veux bien croire que c’est plus bas au Québec, mais ce n’est très certainement pas 90000$ par année plus bas!

      @ sebasduf
      Concernant le prix des maisons, n’importe qui ayant une maîtrise primaire en calcul 101 choisira la maison à 650000. À 90000$ de plus par année dans les poches du médecin, la différence de prix de 350000 pour la dite maison est épongée en quatre ou cinq petites années (considérent les intérêts associés à la durée de l’hypothèque). Après ce temps, c’est une différence nette positive de 90000$ par année. Sur une carrière médicale de 30 ans (les médecins ont tendance à pratiquer jusqu’à un âge avancé), c’est une différence positive nette de presque 3 million dollars. Considérant que le marché immobilier est constamment à la hausse, au bout de 30 ans, la maison à 650000$ vaudra encore pas mal plus chère que la maison à 350000$. Bref, il n’y a que des avantages, dans la situation présente, à choisir la maison la plus dispendieuse.

    • M.Lavoie,
      Nonobstant le fait qu’un médecin pauvre risque d’être un pauvre médecin par manque de ressources personnelles pour lui-même ou pour ses proches, je crois qu’on fait fausse route en tentant de «calibrer» l’aspect monétaire comparatif pour juger du «bonheur» de différentes professions, particulièrement quand on parle de «vocations», comme c’est le cas pour la plupart des médecins, des infirmières, des préposé(e)s aux malades ou même des enseignant(e)s.
      Les évaluations psychométriques ont depuis longtemps confirmé que le salaire n’est pas le premier critère de satisfaction chez un travailleur, quelle que soit la profession !
      À ceux qui prétendent que les médecins quittent le Québec pour un meilleur sort hors Québec, ce cher Dr.Barette a lui-même avoué qu’il y avait à peine 4% des finissant en médecine qui quittait le Québec, et que de ce 4%, 75% revenaient au Québec moins de 4-5 ans plus tard à cause de la qualité de vie…
      Quant aux fédéralistes qui, avec leurs complexes de minus habituels sortent leurs bistouris pour charcuter le gouvernement péquiste, j’aimerais leur rappeler que les gaspillages et les scandales suivants sont l’héritage de Charest et sa bande d’incompétents :
      -le CUSM nage dans le scandale avec Porter (un pote à Couillard)
      -le CHUM a gaspillé 200.$ millions pour des études de faisabilité…lequel CHUM, selon TOUS les experts (sauf la tête de nœud à Couillard par opportunisme politique) , devait plutôt être érigé ailleurs…
      -l’informatisation des dossiers médicaux est en retard de 4 ans avec le triple des coûts informatiques (une enquête est requise)
      Additionnez ces centaines de millions gaspillés et vous auriez eu de quoi bonifier quelques salaires : d’abord celui des infirmières et des préposées et en troisième lieu celui des médecins….
      Conclusion ? Que ce soit au niveau de l’éducation, de la santé, des infrastructures ou de la gouvernance, grâce aux fédéralistes et à leurs réélections de Charest et sa bande d’incompétents, nous sommes en effet plus pauvre et dans le caca pour un bout de temps.
      Au lieu de faire les pisse-vinaigrede et de vous comporter en colonisés irresponsables, ayez au moins la décence de contribuer à réparer les dégâts: vous-mêmes et vos proches serez les premiers à en profiter !
      Robert Alarie

    • @douz
      24 janvier
      09h41

      Tout à fait d,accord avec toi !!
      Je connais quelques bons médecins qui prennent le temps d’écouter et soigner les personnes malades mais un grand nombre de médecin sont vraiment des pushers de pillules et qui font leur travail à la chaîne avec les malades sans parler de leur proximité douteuse avec les compagnies pharmaceutiques.

      À mon avis les médecins sont surpayés si on compare à ce que font comme salaire les autres travailleurs de la santé, comme les infirmières, les auxliaires, les préposées aux malades, etc
      Il faut arrêter de les considérer comme des dieux ou des génis et aussi la population paye par leurs taxes et impôts une grande partie de leurs études …. Ils sont très gâtés et privilègies .Ils gagnent plus que la Premiere ministre du Québec…

    • Bonjour,

      Bien sûr, même avec la grande Charité venant d’Ottawa, le Québec est pauvre et même très pauvre. Soyons lucide ! Le Québec n’a jamais eu les moyens de ses ambitions et ce, même avec la générosité du Canada qui essaie tant bien que mal « de boucher des trous au Québec » car cette province de Québec est Canadienne avant tout et il ne faut pas que ce Québec nous fasse honte avec ses « vieux haillons de quêteux montés à joual » comme affirmait le brillantissime Monsieur Oierre Elliot Trudeau.

      Car tout à fait normal car 44 % de la population du Québec ne paient pas une maudite cenne noire d’impôt. Et dans ce groupe de pauvres, la presque grande majorité des nationalistes québécois. Pas étonnant que les péquistes aux pieds plats avec La CAUSE ont toutes les misères du monde à se mettre un pied en avant de l’autre. Mais OÙ EST ON RENDU AVEC LA CAUSE, VOUS LES PÉQUISTES de tout crin et de quelques Ti Poils en arrière seulement ?

      Et comme disait ce matin un Vrai indépendantiste de Québec Solidaire, surtout pas un péquiste en affirmant : ARGORDE BEN LA PATENTE : On est quand même chanceux d’avoir des routes en asphalte même si ça fait dur en tabarnak……. Bien à vous, John Bull.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité