Gilbert Lavoie

Archive du 18 décembre 2012

Mardi 18 décembre 2012 | Mise en ligne à 15h11 | Commenter Commentaires (44)

L’examen de conscience

Ma chronique de ce matin dans LE SOLEIL. Pour alimenter vos réflexions.
GL
—————

Tout le monde a souri aux propos de Jean-François Lisée, la semaine dernière, quand le ministre a dit avoir suivi la voix de sa conscience en renonçant à son salaire différé et à sa pension de l’Université de Montréal pendant qu’il touche son salaire de ministre. Mais quand on y pense bien, Lisée n’est pas seul à faire son examen de conscience sur le tard.

En fin de semaine, Louise Harel a annoncé qu’elle présenterait une motion à l’Hôtel de ville de Montréal proposant que les élus municipaux cotisent à parts égales avec la ville dans leur régime de retraite, soit 50 %. Actuellement, les élus de toutes les municipalités du Québec ne contribuent qu’à 25 %. Leurs contribuables, dont la plupart n’ont même pas de régime de retraite, assument le reste de la facture.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, Mme Harel a déclaré que les politiciens doivent «faire preuve de transparence et d’exemplarité» au moment où ils s’apprêtent à demander des efforts supplémentaires de la part des employés municipaux pour renflouer les coffres des régimes de retraite.

Que voilà de bien beaux mots ! Mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de les prononcer ? Mme Harel a siégé à l’Assemblée nationale pendant plus d’un quart de siècle où elle a acquis un confortable régime de retraite. Elle a été ministre des Affaires municipales. Elle siège à l’Hôtel de ville de Montréal depuis 2009. Elle est bien au fait des déficits actuariels des régimes de retraite des employés municipaux depuis longtemps. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de prêcher par l’exemple ?

Son intervention s’inscrit dans le contexte de l’étude des régimes de retraite confiée au groupe de travail présidé par Alban D’Amours.

S’il faut dorénavant prêcher par l’exemple, le rapport de M. D’Amours devrait également se pencher sur le vécu de nos élus. Tous nos élus.

La semaine dernière, les libéraux ont bien rigolé de l’examen de conscience de Jean-François Lisée. Mais ont-ils vérifié ce qui se passe chez eux ? Les caquistes se sont-ils posé les mêmes questions ? Les policiers à la retraite comme Guy Ouellet, Robert Poeti et Jacques Duchesneau touchent-ils une pleine pension en plus de leur salaire de l’Assemblée nationale ? C’est le cas de M. Duchesneau ; on ne sait pas pour les autres.

L’ancien recteur de l’Université Laval, Michel Pigeon, a touché sa pension de cette institution pendant qu’il était député de Charlesbourg, entre 2008 et 2012. Légalement, il y avait droit. Mais aurait-il du s’en abstenir pendant qu’il touchait son salaire de député ? La question est lancée.

Il ne s’agit pas ici d’ostraciser des gens en particulier, mais plutôt d’établir des règles applicables à tout le monde.

Lorsque Lucien Bouchard a été élu premier ministre du Québec, il a renoncé à sa pension fédérale. Jean Charest s’est senti obligé de l’imiter, mais le PLQ l’a compensé en lui versant un salaire secret de 75,000 $ par année.

Depuis plus d’une décennie, les fonctionnaires à la retraite qui reprennent du service à un emploi supérieur se voient déduits de leur salaire, un montant équivalent à la moitié de leur rente de retraite versée par le secteur public. Cette règle ne touche pas les élus.

Il y a beaucoup de disparités dans les régimes de pension du secteur public. Et encore plus, si on se hasarde à faire une comparaison entre le public et le privé.

À Ottawa, le gouvernement Harper a fait adopter cet automne une loi portant à 50% la part des députés dans leur régime de retraite, mais à partir de 2017.
Il est bon de voir nos élus vouloir prêcher par l’exemple avant de demander des sacrifices aux contribuables. Mais ils auraient pu agir un peu plus tôt au lieu d’attendre que les régimes de retraite soient saignés à blanc par des privilégiés.

Lire les commentaires (44)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité