Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 17 décembre 2012 | Mise en ligne à 19h04 | Commenter Commentaires (40)

    La morale de cette histoire est…

    Question à choix multiples:

    -ne pas faire l’amour dans un motel?

    -ne pas faire l’amour sous un luminaire dans un motel?

    -ne pas faire l’amour dans un endroit où vous n’êtes pas couvert par une assurance responsabilité civile?

    -ne pas faire l’amour du tout?

    Voici l’histoire. Le texte est de l’agence Associated Presse.

    ———–

    Une fonctionnaire australienne qui s’était blessée en ayant une relation sexuelle durant un voyage d’affaires pourra recevoir une compensation de la part de ses assurances professionnelles.

    La Cour fédérale s’est rangée du côté de la femme, dont l’identité ne peut être révélée, et a débouté l’assureur du gouvernement australien, mettant ainsi un terme à une bataille juridique de cinq ans.

    En 2007, la dame avait été hospitalisée après s’être blessée en faisant l’amour avec un ami dans un motel de la ville de Nowra, à environ 160 km au sud de Sidney, son lieu de résidence.

    Durant les ébats, un luminaire en verre suspendu au-dessus du lit s’était détaché du plafond pour s’écraser sur le visage de la femme, lui infligeant des blessures au nez et à la bouche. Elle a plus tard fait une dépression et été incapable de reprendre le travail.

    Sa demande de compensation pour les problèmes physiques et psychologiques découlant de l’incident a d’abord été approuvée par Comcare, l’assureur du gouvernement, puis rejetée au terme d’une enquête plus approfondie.

    Une cour administrative a donné raison à Comcare, qui affirmait que les blessures subies par la plaignante n’étaient pas liées à son travail puisque l’employeur n’avait rien à voir avec sa décision d’avoir une relation sexuelle.

    Ce jugement a été infirmé par la Cour fédérale en 2012, le juge John Nicholas ayant rejeté l’argument voulant que la dame ne pouvait être indemnisée que si le gouvernement l’avait encouragée à coucher avec son amant.

    «Si la demanderesse s’était blessée en jouant aux cartes dans sa chambre de motel, elle aurait eu droit aux compensations sans que l’on puisse dire que c’est son employeur qui l’avait poussée à se lancer dans cette activité», avait tranché le magistrat.

    Cette décision a été maintenue par l’audience plénière de la Cour fédérale le 13 décembre.


    • Poursuivre le motel pour avoir mal installé ses luminaires.

    • Personne se soucie du luminaire !

      A-t-il été très endommagé ? A-t-on dû le remplacer ?

      Bon, pour être encore moins sérieux, si l’amant en question avait été son PATRON ? Est-ce que ça aurait pu passer pour un accident de travail ?

      En passant, ça devait ” souigner ” en ta pour faire débarquer le luminaire du plafond !!! Et autre question, pour que la madame reçoive le machin dans le visage … euh, comment dirais-je, disons que si c’eut été la position du missionnaire, c’est le gars qui se serait taper une méchante entaille su’l derriêre du bulbe. Disons que je me comprends !

      Salut.

      PS Jouer aux cartes , c’est plaisant aussi et beaucoup moins dangereux en général. À moins d’y jouer assis sur un rail de chemin de fer !

    • Excellent sujet pour interrompre votre congé !!

    • Considérant que l’amant de la défenderesse ne pratiquait vraisemblablement pas la position du missionnaire…. on se serait attendu de votre part surtout après une période de repos a une questin de Jésuite à double sens du genre: Mais ou l’amant avait -t-il la tête lorsque c’est arrivé?

    • «Si la demanderesse s’était blessée en jouant aux cartes dans sa chambre de motel, elle aurait eu droit aux compensations sans que l’on puisse dire que c’est son employeur qui l’avait poussée à se lancer dans cette activité», avait tranché le magistrat.

      Elle avait tout simplement un mauvais avocat !

    • Le congé n’a pas été trop long avant de revenir au galop, avec une rubrique des chiens écrasés!!!

    • Faudrait voir ce que dit la loi talmudique en situation d’adultère. Les lois civiles sont si libertines que les gens en viennent à perdre tout jugement de valeurs.

    • J’ai cru lire aujourd’hui que vous preniez une pause de blogue M. Lavoie? Il y a de ces sujets…La morale de cette histoire: Ne jamais mêlé vie sexuelle et vie professionnelle. Parlez-en à un certain Bill Clinton!

    • La morale c’est que rien de mieux qu’un sujet comme celui-là pour sortir de son congé.

      LOL

    • La morale de cette histoire est que l’assureur doit honorer son contrat de protection-dédommagement couvrant l’employé lors de ses déplacements effectués pour le compte de son employeur tel que stipulé dans la police consentie de gré à gré?

    • Pardon, j’avais lu trop rapidement votre autre sujet, je pensais que c’était un congé pour la période des Fêtes. Non, c’était celui de la fin de semaine.

    • Pas de quoi en faire une dépression…

    • La morale de cette histoire est vive le “no-fault” au Québec. Si le luminaire au-dessus du plafond est tombé, je doute fortement que cela ait été causé par les ébats sexuels de cette femme sauf si c’était une acrobate. Il est fort probable que le luminaire lui serait tombé dessus de toute façon.

      Un enquêteur probablement un avocat a lancé une contestation qui a couté beaucoup d’argent à cette dame et à son employeur pour arriver à un résultat raisonnable.

    • Monsieur Lavoie
      Tant qu’à faire discuter le monde sur un sujet aussi ridicule, prenez donc de l’avance. Demandez à vos blogueurs qui disent n’importe quoi sur votre blogue ( exemple John Bull ), de donner leur évaluation et leur opinion sur le BYE BYE 2012 qui n’a pas eu lieu.
      Ou bien, donnez-leur donc encore un ” congé de devoir ” pour les vacances des Fêtes.

    • Après le port du condom, santé canada recommande aussi le port du masque de goaler!!

    • Selon les lois en santé et sécurité du travail, un accident de travail est un évènement soudain et imprévisible qu,une personne subie dans le cadre ou a cause de son travail etc. …
      Dans ce cas madame est à cet endroit à cause de son travail
      Il s,agirait peut être de savoir vibrations produites lors de l’orgasme ont été telle pour causer la chute du luminaire ou si ‘était un bris causé par une mauvaise installation du luminaire
      Mouhahahahha

    • ajout : savoir SI LES vibrations …

    • M.Lavoie
      Prudence dans vos déplacement et voyages dans le cadre de votre travail ….
      Mouhahahaha

    • Il y a la morale comme dans Lafontaine…la morale de cette histoire…mais il y a la morale de ce qui peut être acceptable moralement. Je joue au hockey, tombe, hôpital, soluté, infirmière met dans mon soluté le puisant médicament du lit à côté, le lendemain, parti les reins, le foie et un poumon.

      Miracle, un parent devant son enfant de 25 ans décédé décide de faire ‘don’ de ses organnes.

      Logiquement tu soutires près d’un million au service de la santée. Moralement tu ne peux pas à la réception du don suprème, ultime que te fait ‘gratuitement’ ces parents, te retourner, car désormais vivant , et faire une grosse piastre.

      Je n’ai pas encore entendu une personne en sachant l’erreur, qui ne m’a pas dit, puis tu les a poursuivi au max, j’espère. Hé bien non, en l’honneur de ces parent, ces nombreux parents, qui dans le pire moment de leur vie ont choisi de donner gratuitement, ca m’était absolument impossible pour moi, pour les greffes-transplantations en moi, d’avoir plus.

      Je trouve farfelu la plupart des poursuites qui a pour but ultime de profiter de la moindre erreur, ceux-là même qui se sachant fautif, vont écoeurre les policiers, les sevices, leurs voisins…

    • M.Lavoie
      Je me suis réjoui trop tôt vendredi dernier……
      Vous êtes vraiment sorti de vos vacances pour nous pondre un commentaire
      sur une histoire de baise ……..Vraiment vous vous surpasser et moi qui croyait que vous avez déja touché le fond du baril…….Vraiment vous êtes dû pour des vacances…

    • Ma tante Charlotte l’affirme :
      - cette histoire n’a ni queue..ni tête !
      Signé : ma tante Charlotte

    • Un jugement de cour est toujours très long alors je présume que certains passages importants ont été escamotés. J’essaie de les supputer. Probablement que l’avocat de la défense a établi que sa cliente jouait aux cartes au strip-poker ce qui de fil en aiguille a amené les joueurs de cartes à profiter de leur situation mutuelle du peu de vêtement qu’il leur restait pour faire un pierre deux coups.

      M. Lavoie, je ne déteste pas vos sujets légers de temps à autre car cela empêche certains blogueurs de s’injurier quoique il y en qui réussissent quand même à prendre ce sujet comme prétexte pour trouver une raison de déblatérer.

    • Oyez oyez ,l infidelite ne paie pas, le ciel peut vous tombez sur la face. Ca aurais fait des eclats (verre) sur you tube. Tiens je crois que je vais aller decrocher mon lustre….

    • Il me semble que les indemnisations auraient dû être défrayées par l’assurances du motel. Cet accident se serait produit pour n’importe qui, qui aurait eu la malchance de se trouver à cet endroit à ce moment, qu’il soit dans un contexte de travail ou pas.

    • Ça dépend, si l’amant était un collègue, peut-être la dame travaillait-elle à l’avancement de sa carrière? Donc accident de de travail…

    • Plus sérieusement, même si cette histoire semble farfelue, elle pose des questions importantes pour les travailleurs qui ont a voyager pour le travail.

      Lorsqu’on n’est pas en déplacement, c’est beaucoup plus facile de déterminer où et quand fini le travail et qu’est-ce qui fait parti de notre vie privé.

      En déplacement, lorsque l’employeur paie les repas et l’hébergement, où commence et où termine le travail? Et quelles restrictions peut imposer l’employeur?

      Si un accident à l’hôtel, payée par l’employeur, est considéré comme un accident de travail, est-ce que l’employeur peut imposé des restriction sur les activités pratiquées par ses employés pour se protéger?

      Ici même au Québec, je connais une compagnie qui pour ses employés en déplacement, interdit la consommation d’alcool et,interdit l’utilisation des installations sportives des hôtels (parce-que non surveillés, pas de sauveteurs, etc.), et ce pour se protéger, invoquant sa responsabilité. Pourtant, l’employé n’est pas payé quand il est au restaurant ou à l’hôtel.

      Ce genre de décisions qui considère comme un accident de travail quelque chose qui survient dans la vie privée pourrait avoir des conséquence inattendues et justifier ce contrôle de la vie privée des travailleur par les entreprises, au nom de la responsabilité de l’employeur en cas d’accident.

    • Un accident de travail se définit par “un évènement imprévu et soudain survenu lors du travail”.

      Recevoir un luminaire sur la tronche alors qu’on fait l’amour lors d’un voyage d’affaires, c’est assez imprévu et soudain!

      Si elle n’avait pas été en voyage d’affaires , elle ne se serait pas retrouvée dans ce motel . Donc elle était dans cet endroit dans le cadre de son travail alors qu’un évènement “imprévu et soudain” est arrivé , les assureurs devraient payer.

      Ça aurait pu être pire. On a qu’à se rappeler de la fameuse affaire Bobbit et s’imaginer ce qui serait advenu si elle avait été en train de faire une pipe à son partenaire…

      Dans ce cas on aurait sûrement parlé de dommages collatéraux!

    • M. Lavoie
      bon sujet pour nous déstresser un tant soit peu en ces jours de tension subie. Depuis vendredi, on a pas eu beaucoup de répit. On ne peut être insensible à cette tuerie d’enfants !

    • Tout dépend du moment de l’incident. Si le plafonnier s’est décroché avant l’orgasme, alors il y a perte de jouissance. Si c’est pendant l’orgasme, je trancherais qu’il y a agrément supplémentaire, et même que l’hôtel pourrait poursuivre la dame soit pour enrichissement sans cause soit pour dommages causés au biens de l’hôtelier si les hurlements de la dame sont à l’origine de l’incident.

    • Salutations Monsieur Lavoie,

      La morale de cette histoire est:- Si tu dois te blesser en faisant l’amour durant un voyage d’affaires, arrange toi pour ne pas que cela arrive au Québec car la CSST et ton employeur vont dépenser une fortune en frais d’avocats et vont contester.

      Jean Bottari
      Montréal

    • Y’a un truc que je ne comprends pas : était-elle obligée de spécifier ce qu’elle faisait exactement au moment où le luminaire est tombé ? Simplement dire : «Je dormais quand le luminaire est tombé» n’aurait pas suffi ?

    • Y baisent fort en Australie !

      On appelle ça baiser comme un kangourou.

    • La morale de cette histoire est:”Astérix pogne encore quand Jean Drapeau nous donne des leçons de démocratie!”

    • La semaine du sauve-qui-peut avec Obama, le charmeur de serpents et sa chanson dans le sang!

    • La morale de cette histoire?

      J’ai comme l’impression qu’il y a un juge australien qui souhaite être invité à titre d’accompagnateur lors d’un éventuel et à venir voyage d’affaires; bien entendu, une fois que madame aura repris du service.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • @respectable

      Amusant que tu parles du talmud… Normalement, tu envoies tes élucubrations sous le nom de Mosche Levy quand tu veux jouer sur ce terrain.

    • @ma-tante-charlotte
      18 decembre 2012
      06h23

      ”cette histoire n’a ni queue..ni tête ”

    • ajout : ça ressemble à une histoire à la johnbull
      Mouhahahhah

    • Dieu a parlé à la madame par l’intermédiaire du luminaire.

      Il a voulu lui faire réaliser sa faute et soudain , elle a vu la Lumière !

      Bonne journée.

    • Bonjour,

      Bien sûr, cette situation quoique pénétrante mais pénible démontre aux nationalistes québécois comment cette gang souvent opportunistes sont chanceux de vivre à l’intérieur du Canada. Voilà l’extraordinaire chance pour nos péquistes de constater comment ils ont le Q béni de vivre tout comme les Australiens aussi en faisant partie du Commonwealth, ce qui signifie en français BIEN COMMUN et SANTÉ du SYSTÈME SOCIAL aussi. La Cour Fédérale Australienne démontre dans cette décision toute la chance que nous avons de vivre à l’intérieur du COMMONWEALTH…… You Kappish la gang des péquistes….. Bien à vous, John Bull.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité