Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 10 décembre 2012 | Mise en ligne à 17h21 | Commenter Commentaires (48)

    Pourquoi la neige?

    Chers amis blogueurs,

    À ceux d’entre vous qui m’ont accusé d’avoir publié un post «insignifiant» en parlant de l’hiver, sachez que ça m’a fait du bien.

    J’ai beau gagner ma vie comme chroniqueur politique, il m’arrive de faire une indigestions de certains commentaires dénonçant Pauline Marois, accusant les libéraux d’avoir la peste, critiquant la CAQ, ou demandant à Amir Khadir de retourner dans son pays d’origine.

    Bref, si la bordée de neige qui vient de nous tomber dessus a refroidi les esprit, c’est bien tant mieux, d’autant plus qu’à l’approche des Fêtes, il faut se calmer un peu, non?

    Tags: , , , ,


    • La neige permet de profiter de l’hiver; alors j’adore. Je fais du ski tous les jours. Malheureusement, dans la région d’Ottawa, nous recevons plus que notre part de pluie verglaçante ou de pluie. La pluie ne sert absolument à rien sauf regarder la télévision.

    • Est-ce à dire que votre bien être (et votre mal être) passe uniquement à travers votre travail? Ce que je veux dire par là : vous êtes un blogueur politique, et non d’humeur, comme Laporte et Lagacé. Votre humeur est donc totalement hors propos ici. Pourquoi user de cette plateforme comme thérapie personnelle? Si vous aimez tant la neige, sortez dehors, faites un snow angel, je sais pas. Mais ne nous importunez pas avec votre vie privée, À MOINS que ce ne soit en lien avec le thème de votre blogue…

    • Sus à Lavoie !! Les péquistes prenez par la gauche, les caquistes par la droite, les libéraux par en avant et les solidaires par en arrière, on va le cerner et le rôtir pour Noêl

    • Pourquoi la neige ? Pour le plaisir !!

    • De quoi parlez-vous? De la neige? Mais, il pleut. C’est triste à mourir. Aura-t-on comme l’an passé un hiver de pluie et de glace?

    • Moi j’évite de lire des sujets qui fâchent, il me semble que c’est pas compliqué.
      Bon, je dois admettre que ces temps-ci ça limite un peu le champ de lecture…

      Comme j’en ai ras-le-bol du guano annuel (51 ème hiver) je n’ai donc pas lu votre chronique :))))

      Luc P.

    • Vous avez raison ,comme je l,ai déjà dit cela nous fait ralentir car nous allons trop vite et en plus ça nous calme car nous sommes trop stressés.Vive c’est quatre mois de décroissance qui ne peuvent qu’être bénéfiques pour les va trop vite.
      Si j’avais détesté l’hiver j’aurai ‘’scraper”le quart de ma vie.
      Gilles Ménard

    • … J’ai beau gagner ma vie comme chroniqueur politique, il m’arrive de faire une indigestions de certains commentaires dénonçant Pauline Marois, accusant les libéraux d’avoir la peste, critiquant la CAQ, ou demandant à Amir Khadir de retourner dans son pays d’origine. …

      M. Lavoie est humain, je n’en ai jamais douté! En effet, votre travail ne doit pas toujours être une sinécure. Vous avez sans aucun doute gagné votre place au paradis :-).

      Bonne Soirée.

    • De toute façon nos étés au québec sont rendu plus longue que l’hiver.
      Pourquoi s’énerver avec cette neige.
      Vive l’hiver et on oubli la politicaillerie.

    • Neige !! À peine un pouce qui a presque tout fondu avec la pluie qui tombe depuis 7 h ce matin à Drummondville. Ça fait que certains vont encore chialer…

    • Et vous avez bien raison de faire changer de conversation, il est temps de passer à autre chose que le négatif dans nos vies.
      La neige a ceci de positif et de rassembleur , c’est que tous doivent en subir les conséquences et la pelleter.
      Ensuite elle fait penser au temps des fêtes, joyeux pour certains, démoralisant pour d’autres selon l’année.
      La neige porte à réfléchir, à la manière de s’en débarrasser ou au fait de la laisser en place, enfin j’aime bien la neige, même, si je dois faire une trace pour aider mon chien à se rendre à sa litière.
      Bonne réflexion à tous,

    • Bonsoir,

      Bien sûr, la neige est un moindre mal qui sert à cacher toutes les imperfections du Québec, ce qui est un must de ne plus voir dans une tempête les rois de ci et de ça, surtout les rois de la poutine, le mets traditionnel des nationalistes au Québec. La neige finit toujours par calmer les ardeurs nationalistes car rien qu’à penser que la foutue Cause Nationale est pognée dans la glace, nos amis les péquistes ont plutôt tendance d’attendre au printemps qui donnera du SPRING à la pauvre Cause, espèrent on chez les péquistes. Toutefois, le grand danger vient par l’odeur de la sapine, cette odeur de sapinage qui ramène toujours dans un passé mythifié …….. Au plaisir, John Bull.

    • Bravo et bien dit M. Lavoie.

      Suggestion pour vous monsieur, vous pourriez parler des Canadiens de Mourial.

      Là, vous auriez des centaines de commentaires aussi.

      Just joking M. Lavoie lol

    • Bonjour,

      Depuis le temps que je lis les commentaires des gens sur le net, ‘mettons que j’en suis venu avec le temps par y découvrir une violence qui, selon moi, découle d’une paresse intellectuelle alimentée par un besoin de régler tous les problèmes le plus rapidement possible. En somme, aujourd’hui, l’attente n’a plus sa place.

      Un exemple : les drapeaux du Québec et du Canada.

      Je m’en rends compte, on est rares les Québécois à avoir pris le temps de bien les observer. Mais aujourd’hui, tout doit aller de plus en plus vite. Et un drapeau c’est quoi si ce n’est qu’un bout de tissu?

      Ce matin, dans les hauts de Bellechasse, c’était le délire. Le vent du Sud descendait à une vitesse folle de la montagne emportant avec lui un mélange de verglas et de neige fondante. J’ai failli prendre le clos à bord de mon véhicule. Il y avait du verglas sur la route. J’ai eu peur puis j’ai ralenti. Soudain, le véhicule que je conduisais est revenu au centre de la voie sur laquelle je roulais. Tout doucement, j’ai freiné. J’ai ralenti. Et je me suis rendu à destination.

      J’ai juste ralenti et je me me suis rendu à destination sans problème.

      Ça va vite aujourd’hui et parfois il m’arrive de me demander pourquoi aujourd’hui tout doit aller aussi vite. Mais quand ça ralentit, la violence éclate.

      Il ne faut pas rouler vite pour prendre le temps d’observer un drapeau.

      Ils sont beaux nos drapeaux. Je ne peux pas être Canadiens et Québécois?

      Mais il est vrai que d’assumer deux identités risque de ralentir la course.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • Tellement bien dit. Les gens sont souvent négatif car c’est le fruit des multitudes nouvelles négatives véhiculées dans tous les médias. Alors, sortir des sentiers battus et afficher du positif et un peu de légèreté, cela déstabilise les gens. J’ai apprécié votre article sur la neige. Joyeuses fêtes et bonne soirée M. Lavoie.

    • “J’ai beau gagner ma vie comme chroniqueur politique, il m’arrive de faire une indigestions de certains commentaires dénonçant Pauline Marois, ”

      Venez pas pleurer sur ce que vous semé
      peut-etre si vous etiez un peu plus nuancé dans vos billet…
      !

    • Monsieur Lavoie,

      Vous avez écrit :

      « Bref, si la bordée de neige qui vient de nous tomber dessus a refroidi les esprit, c’est bien tant mieux, d’autant plus qu’à l’approche des Fêtes, il faut se calmer un peu, non? »

      Mais il peut aussi arriver qu’une succession de bordées de neige produisent l’effet contraire et finissent par échauffer quelque peu les esprits.

      En voici un exemple :

      1) En français québécois de niveau « trrèèès » populaire:

      http://www.6bears.com/vivreQc.html

      ou encore :

      http://quebecblogue.com/index.php?s=marde+blanche

      ou encore :

      http://www.mortderire.info/envrac/51-56-1-s-installer-au-quebec.html

      2) En version très adaptée à l’intention des Français de l’Hexagone :

      http://www.christopher-jablonski.com/fr/kawaly-fr/canada.shtml

      3) En version adaptée mettant l’accent sur l’acquisition de connaissances et sur l’analyse de texte :

      http://www.ph-ludwigsburg.de/html/2b-frnz-s-01/overmann/baf4/quebec/hiver/complainte/index3.html

      Bonne lecture !

    • Ceux qui critiquent votre choix de sujet ont vraiment une petite vie minable. Il y a tant d’autres choses à faire si le sujet ne nous intéresse pas. Aller jouer dans la neige par exemple et s’enfantiser pour le plaisir !

    • Bien d’accord avec votre commentaire, même si je me trouve parfois grognon sur votre blogue. Maintenant pourquoi l’hiver, parce que l’hiver pour moi c’est la vie, c’est le yin et le yan, le froid et le chaud, le réconfort de la chaleur du foyer, être moins pressé, ne pas se sentir coupable d’être plus longtemps sur internet, aller au cinéma plus souvent, faire du patin ou de la raquette à -20, les nuits éclairées par la neige, le soleil étincelant sur une nouvelle neige, se sentir en forme et vivant. Je souhaite un vrai hiver cette année, les 2 dernières furent très moches. Pas de Floride pour moi, j’aime l’hiver, mais il y a un mais, je déteste les mois de mars et avril et comme tout le monde je suis bien content de l’arriver de mai et de l’été.

      M.Leduc

    • “si la bordée de neige qui vient de nous tomber dessus a refroidi les esprit, c’est bien tant mieux”. Elle ne nous les est a pas refroidis, elle nous les a aérés. Nous avons beau rêver des palmiers, il y a du normand, de l’homme du Nord en nous. Et, si on regarde ce qui se passe ailleurs, nos esprits ne s’échauffent pas tant que ça.

    • @davor-suker “Pourquoi user de cette plateforme comme thérapie personnelle?” Les saisons et leurs variations font partie, pour parodier une bourde de Justin Trudeau, “de nos gènes”. C’est pour ça qu’on en parle. Et la saison des Fêtes invite à des propos plus légers. La trêve des Fêtes n’est pas de trop.

    • M.Lavoie,
      Considérant tout ce que vous devez vous «farcir» comme insignifiances…
      Considérant tout ce que vous devez censurer pour éviter à Gesca de passer pour un média «complice» de la propagande haineuse de certains «British Fruit Cakes fédérâleux » vivant au Québec…
      Considérant que Noël approche…
      Considérant qu’à un moment donné, quelqu’un fera cuire une dinde dans votre entourage, regardez le bon côté des choses : johnbull et boston, comme des Laurel et Hardy de la gastronomie canayenne, vous fournissent de quoi farcir un élevage complet de dindes…
      Je sympathise avec vous, puisse la VRAIE la neige QUÉBÉCOISE «blanchir» vos moments de détente….
      Robert Alarie
      P.S @fauconcanadien 10 décembre 2012-17h37
      Pas surprenant que dans la région de la décapitale nationale d’Ottawa, vous receviez tant de pluie verglaçante ou de pluie, les Newborn Christians de Harpeur s’attirent les foudres du ciel….mouhahaha

    • @denis825 17h41 Je préférerais une oie. Plus dodue et moins intelligente. Monsieur Lavoie est sûrement de cet avis. “on va le cerner et le rôtir pour Noêl”. Être attaqué de tous les côtés est une forme de reconnaissance.

    • @johnbull “la neige est un moindre mal qui sert à cacher toutes les imperfections du Québec”. Que cache-t-elle ailleurs? “Bonsoir…Au plaisir”. Ça, c’est bien. Le reste est du charabia.

    • Du temps de la Nouvelle-France, l’hiver et la neige furent souvent les grands alliés de nos ancêtres français et canadiens, et de leurs compagnons autochtones, dans les conflits qui les opposèrent aux militaires et colons britanniques du nord-est de l’Amérique d Nord.

      Voici quelques exemples de cette alliance insolite mais efficace :

      1) L’expédition de la baie d’Hudson de 1686, dirigée par Pierre de Troyes (le chevalier de Troyes), qui a commencé à Montréal au mois de mars 1686 (donc vers la fin de l’hiver), et qui a nécessité un long périple de 1 200 km sur la rivière Outaouais, le lac Témiscamingue, la rivière Abitibi et la rivière Moose.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_de_la_Baie_d%27Hudson_(1686)

      2) La bataille de Fort Albany et les batailles subséquentes (automne 1688 et hiver 1689), dans lesquelles Pierre Le Moyne d’Iberville vainquit ses opposants anglais à la baie d’Hudson.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Fort_Albany

      3) La Campagne de la péninsule d’Avalon, à Terre-Neuve, dans laquelle Pierre Le Moyne d’Iberville et ses hommes s’illustrèrent à nouveau, et qui eut lieu pendant l’automne 1696 et l’hiver 1697.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Campagne_de_la_p%C3%A9ninsule_d%27Avalon

      4) Les raids contre Casco, Salmon Falls et Corlar en Nouvelle-Angleterre, qui ont eu lieu pendant l’hiver 1690 et qui ont nécessité des déplacements sur de très longues distances, dans des conditions hivernales difficiles :

      http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/Nlle-France-raids_1690.htm

      5) La capture et L’occupation de York Factory (Baie d’Hudson) par Pierre LeMoyne d’Iberville et ses hommes, pendant l’automne 1690 et l’hiver 1691.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Capture_de_York_Factory

      6) Le Raid contre la colonie anglaise de Deerfield, Massachusetts, mené par Jean-Baptiste de Hertel et ses hommes (surtout des Abénakis, des Iroquois catholiques alliés aux Français, et des Canadiens), en février 1704.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Raid_contre_Deerfield

      7) La première des deux « batailles en raquettes », qui eut lieu le 21 janvier 1757, près du Fort Carillon, à l’extrémité sud du lac Champlain (maintenant Ticonderoga, New York) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_on_Snowshoes_(1757)

      8) La deuxième des deux « batailles en raquettes », qui eut lieu le 13 mars 1758, encore une fois près du Fort Carillon, à l’extrémité sud du lac Champlain (maintenant Ticonderoga, New York) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_on_Snowshoes

      9) En septembre 1759, l’approche de l’hiver a presque permis à la ville de Québec de ne pas tomber aux mains de l’armée de James Wolfe (tout au moins cette année-là…). Lorsque Wolfe a décidé (le 11 ou le 12 septembre) d’effectuer un débarquement à l’Anse-au-Foulon dans la nuit du 12 au 13 septembre, il ne lui restait que quelques jours avant que l’amiral Saunders, craignant l’arrivée de l’hiver qui aurait mis sa flotte en péril, ordonne aux navires de sa flotte de retourner en Angleterre avec la force d’invasion… Le débarquement en secret a été un succès et les troupes de Wolfe ont vaincu celles de Montcalm sur les plaines d’Abraham, le 13 septembre 1759.

      10) Plus tard, lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis, ce sont les difficiles conditions hivernales qui ont empèché l’armée des rebelles américains de capturer la ville de Québec. Le général Richard Montgomery, un des commandants des forces rebelles américaines, est même mort lors de la bataille de Québec, le 31 décembre 1775 :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Qu%C3%A9bec_(1775)

      Quand on pense aux conditions difficiles dans lesquelles nos ancêtres ont vécu et se sont déplacés, lors des hivers rigoureux des 17e et 18e siècle (époque dite du « Petit âge glaciaire »), nous pouvons relativiser les petites misères que les hivers contemporains nous infligent…

    • Entièrement d’accord avec vous M. Lavoie.
      Les insignifiants, ce sont eux.

    • Bonsoir M. Lavoie

      «…à l’approche des Fêtes, il faut se calmer un peu, non?» Oui. Et jouer dehors en hiver évacue le surplus d’agressivité, aère les poumouns et chasse les idées noires: pas le choix avec la goutte au nez!

      Je me souviens de la “tempête du siècle” les 3 au 4 mars 1971: 50 cm de bonheur (quand on est pas pris sur la route). J’était sorti dehors pour regarder passer les bourrasques au dessus du Fleuve.

      Je me souviens aussi de la tempête de verglas alors que ma famille habitait en Montérégie en plein milieu du “triangle du verglas”. Mes parents en voyage en Espagne nous avaient prêté leur maison pour la durée de la “crise”…

      Je me souviens quand je suis allé cherché les deux chats chez-moi, en pleine nuit, sans lumière artificielle mais un décors lunaire avec des reflets métalliques et le silence total sur l’autoroute 10. Malgrés les ennuis que le verglas pouvait causer, le spectacle était magnifique et inoubliable.

      Ne sommes-nous pas descendants de gens qui ont réussit à passer des hivers inconnus en Normandie, en Bretagne ou au Languedoc? Les “hivernants” qui sont devenus les “habitants”?

      L’hiver n’est-il pas plein de significations pour un peuple nordique?


      Claude LaFrenière

    • moi aussi c est ce que j aime des tempêtes ça calme tout le monde

    • Les québécois sont des critiqueux. C’est un compliment que de se faire critiquer par un québécois surtout les idiots de cyberpresse.

    • ..Les médias dits «sociaux» sont parfois, (souvent?) infréquentables. Lorsque squattés par des malpolis, ils deviennent rapidement imbuvables. Injures tenant lieu d’arguments; raisonnements creux; faits tronqués; et combien d’autres tares.

      Cyberpresse est en moyenne de meilleure tenue mais franchement, il y a des fois où il faudrait vraiment que j’aie besoin de mettre du beurre dans mes épinards pour me taper ce genre de corvée. Je comprends donc les déprimes occasionnelles qui peuvent frapper un titulaire de blogue qui aspire à une certaine qualité.

      Bon hiver. Et bon blogue.

    • Enfin le retour de cette belle neige propre. Moi, c’est pas compliqué, je préfère de beaucoup l’hiver à l’été, mais ne le dites pas à personne car cela fait plus de place et d’espace pour nous dans les aires de jeux.

      D’abord pour le sport comme le ski alpin, le ski de fond, le patin, la raquette, le hockey bottine, les grandes marches au Mont St-Bruno et au parc Michel Chartrand de Longueuil, etc..
      Toutes ces activités se pratiquent à l’air pur, sans crainte des piqûres de guêpes et de maringouins.

      De plus, cette neige nous remonte le moral juste à regarder dehors pour voir nos terrains blanchis qui contribuent à éclairer nos chez-soi. Et le soir venu, le foyer allumé, pour regarder notre émission préférée allongés sur le canapé; ……que voulez-vous de plus?

      Laurier Boivin,
      Longueuil

    • Pour couvrir d’un manteau blanc le fiel quotidien que déverse JohnBull. Mais pour bien le couvrir, il faudra quelques tempêtes du sciècle.

      G.Duquette

      Pourquoi la neige, pour les plaisirs innombrable de l’hiver.

    • Bonjour,

      Bien sûr, la neige nous fait oublier que nous habitons le province de Québec car nous apercevons beaucoup moins de nationalistes l’hiver car ceux ci sont plutôt frileux pour la grande majorité en étant des personnes âgées de la première mouture avec Ti Poil.

      Finalement, ayons une bonne pensée pour la Cause Nationale qui semble pognée dans la glace et même pas un avorton pour la sortir de son hibernation qui dure depuis quelques années. En cette période de festivité, les nationalistes québécois doivent faire attention aux odeurs de sapinage qui leur ramène dans leur passé victimaire. Les odeurs de sapine mettent toujours un coeur de nationalistes à l’envers surtout si ceux ci entendent parler de l’arbre de vie. Au plaisir, John Bull.

    • Moi, je ne lis plus les commentaires car il y en a trop qui sont sans intérêt. On se cache lâchement derrière un pseudo ou un faux nom pour dire n’importe quoi…

      À Mtl, la neige cache les nombreux déchets laissé par des citoyens sans civisme, surtout dans les ruelles, notamment par les promeneurs de chiens qui ramassent religieusement les crottes de leur chien, mais qui laissent par terre les sacs les contenant… Trop paresseux pour les déposer dans les poubelles pourtant situées à quelques pas…

      Alors je dis à mon tour: enfin la neige!

      Nicholas Ninousky

    • Et pourquoi pas …si vous aviez le gout de répondre….. ”à la Pelle” de la nature…

    • Sapristi monsieur Lavoie ! : « qui sème le vent …. «

    • Le passé mythifié n’existe pas pour le souverainiste.

      Seul l’avenir compte. L’avenir d’un Québec libre et prospère.

      Que Jean Charest frappe et défonce la jeunesse de mon pays…que Pauline Marois s’enfarge dans les fleurs du tapis…que les oppositions marchent avec les lacets noués…peu me chaut…

      Il faut vivre avec son temps. L’Indépendance du Québec ne sera toujours qu’une étape dans l’histoire de notre peuple. Un peuple qui croupit encore sous le mensonge fédéraliste. Un peuple à qui l’on tente de faire peur, avec les vieilles menaces de nature économiques.

      Allé Madame Marois, faites nous la démonstration que l’Indépendance du Québec est indispensable à son essor économique. Ainsi vous ferez taire les menteurs !

      Sur ce, je retourne aux plaisirs de l’hiver…comme la neige a neigé….

    • Bonne question !
      J’ai pas voté pour ça, moi !
      Mais côté transparence, c’est blanc. On peut pas se plaindre…

    • asavaria, 20h16

      Si vous aviez continué votre lecture, vous auriez lu que M. Lavoie écrivait AUSSI: ” (…) accusant les libéraux d’avoir la peste, critiquant la CAQ, ou demandant à Amir Khadir de retourner dans son pays d’origine.”

      M. Lavoie a qualifié également les trois partis, dans la même phrase, mais vous avez choisi de ne voir que ce qui touchait Pauline Martois.

      On connaît bien votre aveuglement habituel pro PQ, mais votre commentaire cette fois-ci est plus qu’aveuglement, il fait carrément preuve de malhonnêteté intellectuelle malsaine de votre part. Sans rancune, allez vous faire soigner, ça urge!

    • Quel blogue rafraichissant (s’cusez le jeux de mot) !
      Il doit être assez démoralisant pour vous de lire toutes nos sottises parfois !
      Il a neigé également beaucoup dans mon coin perdu de campagne profonde.
      Les sapins sont en beauté ce matin.
      Les Durbecs, les Jeais Bleus, les Mésanges à tête noire et les Sizerins sont affamés et mes mangeoires se font piller !
      J’aimerais pouvoir vous envoyer quelques minutes de mon silence.
      Robert Duquette
      Bellechasse

    • Pour nous faire apprécier le gazon et l,été

    • Monsieur Lavoie, comme je comprends votre fatigue, votre “écoeurite” et votre goût de vous reposer. Cette blancheur (aucune neige ici), cette tempête que l’on attend avec impatience pr
      ns reposer de toutes ces histoires d’horreur malheureusement vraies… cette lumière, bientôt les jours plus longs d’un pas d’oie, ce cadeau de la nature est bien ce que nous avons de plus précieux en ces temps de surconsommation dans laquelle trop de monde s’est piégée. Comme
      ils étaient beaux nos Noëls avec un bas rempli de bien peu de choses, sinon d’amour, ce qui en faisait un trésor, la glissade même si le “frette” était de la partie. Tout est si facile mtnt que l’on ne sait plus apprécier mais à vous je dis : Vous êtes La Voie… à nous de vous suivre…

    • Le secteur ou je me trouve depuis cette année possède une superbe patinoire exterieure – je crois même qu’elle est de dimension o;ympique. J’ai bien hâte qu’il y ait de la glace pour aller jouer au hockey dehors!

    • @cotenord_7 10 décembre 2012-21h40
      Décidément, cher serviteur de la Royal Canadian Army, vous n’êtes jamais en «permission» ?
      Vous écrivez: «…Du temps de la Nouvelle-France, l’hiver et la neige furent souvent les grands alliés de nos ancêtres FRANÇAIS ET CANADIENS (les majuscules sont de moi pour signifier votre pléonasme de canadian…)
      Dois-je vous rappeler que SEULS, les français étaient canadiens et que votre colonisatrice et sa bande de colonisés que vous chérissez tant ont usurpé notre «identité» de «canadien» comme ils ont usurpé le reste !
      «Le débarquement en secret a été un succès et les troupes de Wolfe ont vaincu celles de Montcalm sur les plaines d’Abraham, le 13 septembre 1759»…
      Encore aujourd’hui, ça vous fait plaisir de l’écrire mon colon ?
      Pour les leçons d’histoires «sélectives» à la gloire du colonisateur, vous repasserez…
      Merry Christmas my canadian friend, enjoy your Plum Pudding and God save your beloved Queen….
      Robert Alarie

    • @ souverain (commentaire « 11 décembre 2012 19h33 » ) :

      Herr «souverain», fidèle disciple du chanoine Lionel Groulx et de son concept de pureté raciale de la société canadienne-française (ou québécoise), je vais exceptionnellement donner suite à votre manifestation outrancière de déficit d’attention et présenter une réponse à vos divagations.

      Du temps de la Nouvelle-France, une distinction s’était déjà établie entre Français et Canadiens.

      On utilisait le nom de « Canadiens » pour désigner les habitants de la Nouvelle-France qui étaient nés au Canada. La plupart, mais pas tous, étaient d’origine française (je reviendrai là-dessus un peu plus loin).

      On utilisait le nom de « Français » pour désigner les résidents de la Nouvelle-France qui étaient nés en France métropolitaine, surtout s’il s’agissait de dirigeants coloniaux qui étaient destinés à retourner en France plutôt qu’à s’installer au Canada.

      Ainsi, pendant la Guerre de Sept ans, les officiers supérieurs Montcalm, Bourlamaque, Bougainville, Lévis, de même que le malfamé intendant Bigot, étaient considérés comme des Français.

      Le dernier gouverneur de la Nouvelle-France, Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial, est quant à lui considéré comme un Canadien, car il est né à Québec.

      De même, Michel-Jean-Hugues Péan, un officier corrompu qui obéissait servilement à l’intendant Bigot au point même de lui « prêter » sa légitime épouse, la fort charmante (selon ce qu’on en a dit) Angélique Renaud d’Avène Des Méloize, était aussi un Canadien, puisqu’il est né au manoir de Contrecœur et a été baptisé à Saint-Ours. Et la séduisante Angélique Renaud d’Avène Des Méloize, qui a réussi à approvisionner secrètement son ripoux de mari alors qu’il était emprisonné à la Bastille (jusqu’à l’issue de son procès) après la Guerre de Sept ans, était elle-même une Canadienne, puisqu’elle est née à Québec.

      Quant au concept de pureté raciale des Anciens Canadiens, auquel vous semblez souscrire avec naïveté ou enthousiasme, il s’agit au moins en partie d’une illusion.

      Bien que la majorité des colons de la Nouvelle-France aient été issus de France et aient été catholiques, il y a eu des exceptions et il y a aussi eu du métissage interethnique bien avant la prise de Québec par les Britanniques.

      En voici quelques exemples :

      • Abraham Martin (1589-1664), premier propriétaire des plaines d’Abraham, était fort possiblement d’origine écossaise :

      http://www.biographi.ca/FR/009004-119.01-f.php?id_nbr=455

      • L’explorateur et militaire Henri de Tonty (vers 1649 à 1704) était d’origine italienne :

      http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=1130

      • La famille canadienne-française des Aubry descend de l’Irlandais Tec Cornelius Aubrenan (O’Brennan), établi en Nouvelle-France dans le milieu du 17e siècle :

      http://sadp.wordpress.com/category/tec-cornelius-aubrenan/

      http://www.fanette.ca/?p=1240

      • Nicolas Dasilva dit Portugais (1698-1761) était le fils de Pedro Dasilva, originaire de Lisbonne au Portugal :

      http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=1299

      • Des dizaines d’Européens germanophones, — Allemands, Flamands, Hollandais, Autrichiens, Suisses alémaniques, Alsaciens et Lorrains — ont gagné la Nouvelle-France entre 1621 et 1749, ou ils ont souvent servis comme militaires :

      http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/28851/patrimoine-genetique-du-sang-allemand-chez-des-quebecois

      • Tout comme les Huguenots (protestants français), les Juifs n’avaient pas le droit de s’installer en Nouvelle-France. Nous savons cependant qu’au moins une Juive, Esther Brandeau, a tenté de s’installer en Nouvelle-France en 1738, mais qu’elle a été expulsée de force vers la France après avoir refusé de se convertir au catholicisme :

      http://grandquebec.com/multiculturalisme/juifs-au-quebec/

      • Cependant, le réputé anthropologue Pierre Anctil, dans son ouvrage « Trajectoires juives au Québec » (PUL, 2010), nous apprend qu’il est fort possible qu’au moins une famille canadienne-française de souche, celle des Gélinas (premier ancêtre Étienne Jullineau arrivé en Nouvelle-France en 1658) descende de Juifs espagnols convertis de force au catholicisme (des conversos) :

      http://books.google.ca/books?id=32RfFGxz34MC&pg=PA11&lpg=PA11&dq=Pierre+Anctil+AND+conversos&source=bl&ots=kJYlc5tDsf&sig=0BYseiRnjY0AAxTERqrfbP2afXs&hl=fr&sa=X&ei=kPvHUPKpLLDG0AG9nIDQDA&ved=0CD8Q6AEwAw#v=onepage&q=Pierre%20Anctil%20AND%20conversos&f=false

      • Il ne faudrait pas oublier non plus que la Nouvelle-France a compté une petite population d’esclaves noirs d’origine africaine ou antillaise, et qu’il est plausible de croire que des relations amoureuses ou des relations sexuelles forcées aient pu produire des enfants métissés. Parmi ces esclaves noirs, il y a eu entre autres Marie-Josèphe Angélique, qui a été accusée d’avoir causé l’incendie de Montréal de 1734 et qui a été exécutés la même année :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Jos%C3%A8phe-Ang%C3%A9lique

      • Il ne faudrait pas non plus oublier les Canadiens français ou Québécois qui descendent des 25 captifs du raid franco-indien sur Deerfield (1704) qui, sur un total de 102 captifs, demeurèrent ultimement en Nouvelle-France plutôt que de retourner en Nouvelle-Angleterre, et qui dans la plupart des cas unirent leurs destinée à des Canadiens ou à des Amérindiens iroquois ou abénaquis. Parmi les patronymes canadiens-français dont il est ici question, il y a celui de Chartier (Carter) et celui de Stébenne (Stebbins) :

      http://www.babcock-acres.com/Misceallaneous/deerfield_captives_of_1704.htm

      http://moniquevigneault.chez.com/ville_deerfield.htm

      https://papyrus.bib.umontreal.ca/jspui/handle/1866/5180

      • Enfin, il ne faudrait pas non plus oublier le métissage entre Français ou Canadiens d’une part, et Amérindiens d’autres parts, que ce métissage ait été le résultat de mariages religieux consacrés, de mariages à la mode du pays, ou encore d’unions de courte durée :

      http://www.ledevoir.com/non-classe/196951/quebec-au-temps-du-scorbut-les-mariages-entre-francais-et-sauvages-a-quebec

      http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1043339/7909ac.pdf

      En conclusion, chanoine « souverain », s’il est vrai que la plupart des colons de la Nouvelle-France étaient originaires de France, il est assez évident que le paradis de la pureté raciale dont vous êtes nostalgique n’existait pas au cours de cette période, et n’est donc qu’un rêve qui ne peut être assouvi…

      Mais cela ne vous empêche nullement de continuer de faire partie du fan club du chanoine Lionel Groulx ou de celui de Joseph Arthur de Gobineau, si tel est votre souhait…

    • @cotenord_7 11 décembre 2012-23h39
      La pureté de la race que vous me prêtez est entre vos deux oreilles qui retiennent votre képi !
      Vous avez travaillé très fort pour tenter de «dépeluredebananiser»votre obsession de militariser «britishement» la conquête que vous applaudissez avec une joie de conquis-heureux-de-ne-plus-avoir-besoin-de-se-tenir -debout !
      Allez en paix, vos discours de capitaine Bonhomme devraient vous valoir une ficelle de plus à votre pyjama canayen…
      Répétez après moi: God Save her Majesty the Queen and her Kwébek loyal colonised servants in uniforms !
      Robert Alarie
      P.S. Soldat Boston vous attend dans son carré de sable pour jouer aux GI Joes…

    • Bonjour,

      A vrai dire, la neige cache toutes les nombreuses imperfections du Québec avec ses nombreuses chiottes qui ne devraient jamais se retrouver dans un paysage à nous faire honte, par manque de pensée urbaine, par l’absence d’urbanisme.

      Et que dire d’un noyau de ses habitants fortement nationaliste qui au lieu de se remettre en question et si possible se péter la tête sur les murs pour réfléchir, cette grande tribu continue de PENSER PAR LES RACINES faute de matière grise…… Au plaisir, John Bull.

    • @johnbull lol comme si le nationalisme fonctionnait avec les saisons lol -_-

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité