Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 septembre 2012 | Mise en ligne à 21h21 | Commenter Commentaires (109)

    Jean Charest

    Pas facile la vie politique, mais pas facile de la quitter.

    Jean Charest a annoncé sa démission dans un climat très chargé d’émotivité, et avec beaucoup de dignité.

    Que retiendra l’histoire de sa gouverne? Les historiens sont généralement moins critiques que l’actualité quotidienne.

    Et vous?

    Tags:


    • BON DÉBARRAS !

    • Je remercie Jean Charest pour son travail qui a procuré de nombreuses années de paix et de prospérité. Il est un des plus grands premiers ministres qu’ait connu la province de Québec.

    • Cet homme a consacré 28 années de sa vie à servir ses concitoyens du Québec et du Canada. La plupart de ceux qui ne peuvent reconnaître çela et le remercier n’ont probablement jamais donné méme 28 heures de bénévolat pour leurs concitoyens ou ce sont des bornés politiques comme ceux du Métropolis qui l’ont hué hier !

    • Je pourrais bien parler de ses beaux coups. Faut avouer qu’il y en a eu plusieurs à travers sa carrière politique. Mais que l’homme parte en disant ne rien regretter enlève le peu de respect qu’il conservait à mes yeux. Le gars va être enterré et il portera encore ses lunettes roses.

      Je préfère donc me taire.

    • J’ai un profond respect pour tous les politiciens. La chose politique est difficile et le job (au Québec) s’avère nettement sous-payé. Par contre, je retiendrai de monsieur Charest qu’il a d’abord été le chef du PLQ plutôt que le premier ministre de tous les québécois…

    • Les historiens du futur auront les archives de la Commission Charbonneau et les témoignages de la Commission Bastarache.

      Jean Charest va passer à l’histoire comme le chef du gouvernement québécois le plus corrompu depuis les belles années de Maurice Duplessis et Gérald Martineau !

      P.Bédard
      Mtl

    • Un bon règne qui a assurément fait avancer le Québec surtout côté économique et stabilité et pour aussi nous faire reconnaître comme un peuple entrepreneur et capable de faire sa marque. Dommage que beaucoup d’énergies ont été perdues lors des affrontements partisans du PQ à l’Assemblée Nationale… On avait pourtant tellement encore à faire pour continuer d’avancer…. Il a assez donné… Qu’il prenne une pause bien méritée et qu’il rebondisse dans ce qu’il affectionne…la politique encore une fois ?… Une carrière à l’international ? Un rôle de père et grand-père à plein temps ?… Mais sans doute la bête politique qu’il est prendra le dessus un jour ou l’autre. Il nous remerciait de lui avoir donné le privilège d’être notre premier ministre mais nous avons été privilégiés de profiter de son expérience, de sa fougue et de sa combativité.

    • Ce que je retiendrai de Charest, pour qui j’ai voté en 2003 dans l’espoir d’une “réingénierie de l’État”, c’est qu’il n’a même pas essayé de tenir cette promesse qui était pourtant centrale pour son élection.

      Manque de courage devant les syndicats, acceptation évidente d’un très certain degré de collusion, copinage, corruption dans son parti, et cette inadmissible attente, ce deux ans et demi pendant lesquels il s’est posé en obstacle devant une commission d’enquête qui s’imposait d’elle-même.

      S’il avait bougé avec cette commission quand il était temps, il aurait passé à l’histoire comme celui qui s’est élevé contre la corruption et qui a aidé à poser les balises d’une façon plus saine de faire de la politique, quitte à perdre quelques amis. Mais il n’a pas ordonné une commission d’enquête, il s’est tout juste ôté de son chemin, lui faisant même une jambette au passage.

    • dans l’histoire du québec le nom de jean charest tronera fièrement au coté de celui de maurice duplessis…….

    • L’histoire de Jean Charest en politique n’a pas encore de fin. Il va devenir premier ministre du Canada avec le PLQ federal.

    • On pourra dire de lui qu’il fut l’un des meilleurs Premier-Ministre que le Quebec ait connu,sinon le meilleur.

    • Il part avec une pension à vie du fédéral et aussi du provincial et une grosse job l’attends dans un cabinet d’avocat…. J’ai beaucoup plus de sympathies pour les travailleurs qui souvent se retrouvent devant rien.

    • Maintenant que M. Charest n’est plus le Premier Ministre du Québec, on peut se permettre d’attendre la commission Charbonneau. On peut se permettre le luxe de la présomption d’innocence.

      La place de M. Charest dans l’histoire dépend de la commission Charbonneau. M. Charest a fait beaucoup de choses positives mais sa façon d’agir pour la corruption était suspecte. Mais au Québec, on n’est pas dur, on a trouvé du positif avec M. Duplessis.

      On va peut être avoir un téléroman sur M. Charest dans quelques années.

    • Bonjour,

      Je suis historien : Jean Charest aura été le pire premier ministre du Québec depuis Maurice Duplessis. Comme lui, la corruption aura marquée et terni son mandat. Comme lui, il a laissé l’entreprise privée, souvent étrangère, profiter de nos ressources naturelles à rabais. Comme lui, il a choisi de réprimer les mouvements sociaux par la violence, la force policière et par des lois spéciales utilisées de façon inique, choisissant de démoniser l’adversaire à des fins électoralistes. Comme lui, il aura été démagogue, populiste, menteur, magouilleur, mais toujours avec un bon sens de l’humour. Un vrai politicien.

      À la différence de Duplessis, cependant, il laisse les finances publiques du Québec dans un État lamentable, un climat social délétère, et il aura été, rappelons-nous, détesté du début à la fin de son règne, le taux d’insatisfaction à son égard étant grimpé à 70% dès 2005, pour ne plus jamais redescendre plus bas.

      C’était un politicien retors, combatif, qui a fait le délice des journalistes, chroniqueurs et férus de joute politique, mais qui a fait du tord à tous et qui laisse un souvenir très amer à tous.

      Étienne Côté

    • Meme si je ne suis pas un partisan du plq et que j’ai pu deverser mon fiel sur les blogues envers le gouvernement libéral – Jean Charest restera un premier ministre …. il aura su rester debout dans l’adversité – il aura su imposer une vision ( qu’on soit d’accord ou pas ) du québec – et jusqu’a la fin il a tenu ses troupes au combat avec une fierté inébranlable! Chapeau

      Le Roi est mort, Vive le Roi

      Alexandre Dumas

    • Pas du tout de regret. J’ai détesté le voir se moquer et narguer Mme Marois, se moquer des étudiants quand il voulait les envoyer dans le nord, l’entendre répéter ses demi-vérités lors des débats durant cette dernière élection, l’entendre défendre l’indéfendable Tomassi. Ouste!

    • En tout cas, pour l’instant, voici mes prédictions pour le conseil des ministres du Parti Québécois :

      PAULINE MAROIS
      Première ministre

      BERNARD DRAINVILLE
      Vice-premier ministre
      Ministre de la Gouvernance
      Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques et de l’Accès à l’information

      NICOLAS MARCEAU
      Ministre des Finances

      VÉRONIQUE HIVON
      Ministre de la Justice
      Ministre responsable de la région de Laval, de la région des Laurentides et de la région de Lanaudière

      RÉJEAN HÉBERT
      Ministre de la Santé et des Services sociaux
      Ministre responsable de la région de l’Estrie

      ALEXANDRE CLOUTIER
      Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport
      Responsable des dossiers jeunesse

      BERTRAND ST-ARNAUD
      Ministre de la Sécurité publique
      Ministre responsable de la région de la Montérégie

      STÉPHANE BÉDARD
      Président du Conseil du trésor
      Ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation
      Ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la région de la Côte-Nord

      MAKA KOTTO
      Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

      ÉLAINE ZAKAÏB
      Ministre du Travail

      MARIE BOUILLÉ
      Ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale

      ALAIN THERRIEN
      Ministre du Revenu

      SUZANNE PROULX
      Ministre des Transports

      PIERRE DUCHESNE
      Ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles

      AGNÈS MALTAIS
      Ministre de la Famille
      Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

      JEAN-FRANÇOIS LISÉE
      Ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne
      Ministre responsable de la région de Montréal

      MARIE MALAVOY
      Ministre des Relations internationales
      Ministre responsable de la Francophonie

      MARTINE OUELLET
      Ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs

      STÉPHANE BERGERON
      Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire
      Ministre du Tourisme

      FRANÇOIS GENDRON
      Ministre des Ressources naturelles et de la Faune
      Ministre responsable du Plan Nord
      Ministre responsable de la région de l’Outaouais, de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec

      PASCAL BÉRUBÉ
      Ministre responsable des Affaires autochtones
      Ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et de la région du Bas-Saint-Laurent

      DANIEL GOYER
      Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

      NOËLLA CHAMPAGNE
      Ministre responsable des Aînés
      Ministre responsable de la région de la Mauricie

      DIANE DE COURCY
      Ministre déléguée aux Services sociaux

      GAÉTAN LELIÈVRE
      Ministre délégué aux Finances

      YVES-FRANÇOIS BLANCHET
      Ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et de la région du Centre-du-Québec

      NICOLE LÉGER
      Whip en chef du gouvernement

      Total : 25 ministres + 1 whip. 16 hommes, 10 femmes (11 en incluant Marois)

    • Son plus grand exploit resteras l’élection de 1998 qui donnas un coup dur au PQ et a Lucien Bouchard et empêcha un troisième référendum en obtenant la majorité de vote avec 43,55% des votes

    • Moi, ce que je retiens, c’est que malgré une couverture médiatique exécrable depuis des mois, il a fait un score des plus honorables. Il est le véritable gagnant de mardi soir.

      J’espère que les Conservateurs ont pris des notes et sont maintenant conscients que les avis donnés par André Pratte ne valent pas grand chose.

    • Bon matin,

      En politique comme ailleurs il y a la porte d’entrée et la porte de sortie. Il faut savoir quand partir avant de se faire mettre dehors. La commission Charbonneau nous dira si les Québécois avaient raison d’être aussi insatisfaits de M. Charest.

      Gaston Langlais – Gaspé.

    • Pour l’instant, une phrase peut tout résumer de Jean Charest: “A legend in his own mind”, comme on le dit si bien dans la langue des Canadiens.

      Je suis d’avis que Jean Charest a dirigé le Québec au meilleur de ses capacités mais, il faut ici en convenir, l’être humain quel qu’il soit ne peut pas dépasser le niveau de carences et de ses turpitudes. L’ancien maire de Montréal, Jean Drapeau, qui considérait Montréal comme sa chose à lui, avait lui aussi fait un discours très émotif lors de son départ. Pourtant depuis lors, beaucoup considèrent son règne régalien et passéiste comme le début du déclin de la métropole québécoise. Le passage de Jean Charest à la tête du Québec sera considéré au mieux comme neuf années perdues pour le pays qui n’est pas encore et au pire comme le déclin consentant et accélérée de sa province au sein de la fédération canadienne.

    • John James Charest pour moi:

      Celui qui divise pour régner, un faible.

      Louise April(Laloue)

    • Bonjour,

      De ce que je retiens de Jean Charest, premier ministre du Québec pendant 9 ans?

      Avec Charest, on s’est davantage intéressé à ce qui se passe au Québec plutôt qu’aux interminables conflits entre Québec et Ottawa (et c’est sans doute pour cette raison qu’il sait fait larguer).

      Et que le Québec ne se limite pas qu’à la vallée du St-Laurent.

      Pour ce qui est de la corruption, c’est pire ici au Québec qu’ailleurs au Canada? En tout cas, on reste avec cette impression mais il faudra bien un jour ou l’autre qu’on nous le prouve.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • Comme tout politicien, il a fait de bons coups et de moins bons. Un bilan de gouverne donc mitigé. Depuis quelques années, Jean Charest a pris des décisions qui ont amené une perte de confiance de la part d’une bonne partie de la population. Il y avait rupture entre lui et bien des Québécois. Entêtement, suffisance, complaisance, défaut de jugement, je ne le sais exactement, mais rupture il y avait. Sa défaite dans son comté de Sherbrooke en est une autre preuve. Remercions donc Jean Charest pour ses bons coups! Laissons surtout à l’histoire le soin de juger sa gouvernance.

      Michel Lebel

    • Une grande perte…
      Un homme malmené dans les dernières années. Il incarnait une force qui faisait peur à bien des gens. Il a fait beaucoup de choses pour les Québécois qui croient encore à la place du Québec dans le Canada. Quoiqu’on en dise,il a voulu que le Québec génère sa propre richesse au lieu de le voir quêter à Ottawa, afin de nous permettre davantage des programmes sociaux très avantageux, réclamés à grands cris par tous ceux qui n’en ont jamais assez et qui croient que l’argent est toujours dans les poches des autres. Les médisances et les calomnies de certains cherchant à abattre un géant ont gagné et c’est malheureux! Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage!

    • .
      Excellent orateur, …. animal politique !
      Une carapace imperméable à la critique !

      Je ne crois pas qu’il a été un politicien corrompu, par contre, il acceptait trop bien la critique ce qui, selon moi, l’a rendu négligent. Il n’a pas agit en bon leader (pas assez exigent) auprès de ses troupes et cela a entraîné beaucoup de manque d’éthique/apparence de conflit d’intérêt et aussi du …. copinage !
      Je crois que le manque de rigueur (sous sa gouverne) dans les préparatifs des dossiers de l’état (ré-ingénierie, suroît, mont Orford, gaz de schiste, étudiants, …) est venu à bout de sa crédibilité et que tous ces échecs lui a enlevé l’autorité pour réellement faire un redressement des finances publiques !

      Il est vrai qu’il a toujours agi en grand démocrate … mais on peut se demander s’il a su bien s’entourer !

      Pour le Plan Nord, son action a 2 bonnes conséquences :
      1- L’exploitaton des richesses naturelles fait maintenant l’objet d’un débat public et d’experts
      2- Plus on publicise nos richesses, plus les minières sont nombreuses, plus il est essentiel d’avoir des bonnes règles d’exploitation.

      Je lui souhaite le meilleur pour son après-carrière politique !

    • Je lui souhaite d’être aussi heureux … qu’il nous a rendu heureux …

    • Un homme public qui a fait de som mieux pour diriger un des peuples le plus difficile a comprendre..un peuple qui a eu peur…qui a peur et qui aura toujours peur…un peuple qui ne sais pas vraiment ce qu’il veut un peuple qui prend le gouvernement pour une vache a lait et qui veut toujours en avoir un peu plus en n’en faisant toujours un peu moins… le déclin d’une nation dans le fond!

    • M,Lavoie
      Le nom de Jean Charest sera toujours associé a un gouvernement qu’il a dirigé avec toutes ses allégations de favoritisme et de corruption, il est marqué au fer rouge ce politicien a tout jamais ,que penser de cette pétition de 250,000noms de québécois qui voulaient sa démission. mais il a été trop lâche pour être chef de l opposition ..vous les journalistes vous oublié facilement mais non nous qui sont les victimes de leurs décisions , il ne faut pas oublier aussi qu’il a augmenté la dette de plus de 30% tout un héritage pour ce grand politicien..

    • Moi j’attends les résultats de la Commission Charbonneau avant de le monter au ciel.

    • @etienne11 5 septembre 2012 23h12

      Vous vous dites historien. La lecture de votre texte me laisse croire que vous êtes un «loser» et probablement un sans emploi, plein de hargne à l’endroit de la société. Des gens comme vous sont à éviter.

    • bon débarras !!!
      M Landry

    • Il faillait qu’il paie pour ce qu’il a fait

      Il ne pleurera jamais assez de larmes pour moi

    • Respect pour tant d’années dans le même milieu..

      Désolé, mais zéro respect pour le gamer, le politicien. Jamais un PM n’a misé sur le cynisme comme il l’a fait. Il a amené cette facon de faire de la poliitque à un autre niveau.
      Si ça a fonctionné dans les faits et que les Médias le suive toujours et encore comme si la politique était une game de hockey, dans le concret, l’histoire est déjà écrite comme étant un des pire PM.
      Il passera à l’histoire vu la longévité. Ce ne sera pas positif. Pas que négatif pour sûr, mais loin d’être positif.

      Son départ m’enchante. Non par intérêt politique mais bien pour notre grand bien.
      Il est temps qu’on s’éloigne de ce genre de façon de faire la politique…
      Ce n’est pas demain que ça changera complètement, mais ce départ nous y aidera.

      Un faux démocrate, ayant joué avec la démocratie.

      Mais bon,nous sommes le premiers responsables de notre cynisme et désintérêt politique. Il n’a que misé là-dessus et poussé le bouchon très loin.
      Tout ça à l’aide de cette “aile sectaire” qu’a été ce Parti sous son règle…

      Alors non, j’ai du respect sur la plan politique pour des Bourassa, Lévesque, Parizeau, Lesage…..mais Charest ne peut pas se retrouver dans ce bateau-là. Il n’arrive pas à leur cheville.

      La conjoncture et sa longévité fera qu’on en parlera encore dans quelques années.
      Si j’ose être optimisme, on regardera ces années-Charest et on se dira “c’est pas possible d’avoir toléré cette façon de faire, cette corruption, ces retours d’ascenceur flagrant”.

      Commission Charbonneau ou pas, faisons un peu comme si on était capable de réfléchir également…
      C’Est trop….beaucoup beaucoup beaucoup trop…de coincidences..

      J’ai adoré le discours de Legault hier à ce propos…de Marois également…
      Si ces deux Partis veulent réellement être responsables et régler ça, ils le peuvent!
      ET ça, c’est une très belle nouvelle pour notre bien.

      Non, aucun respect pour le politicien. Ça ne s’oublie pas…à commencer par le “nous sommes prêts” et toutes les promesses intenses et impossibles à suivre…dont le milliard d’impôts…ou la fois où il a regardé la caméra et a affirmé que l’attente sera réglé en santé..
      Je veux dire, le gars savait déjà qu’il ne baisserait pas les impôts de 1 milliards…il savait déjà pour l’attente en santé….il m’a quand même regardé dans les yeux via la caméra en me prenant pour un imbécile….
      Que 2 exemples….mais on pourait écrire des pages et des pages et des pages sur cette façon de faire de la politique…

      Si des médias et des membres de l’ “aile sectaire” de ce Part apprécie et a apprécié dans le sens où ça apparait normal et bon cette façon de faire puisque ça permet une réélection, de mon côté, et du côté de la majorité plurative des Québécois, ce n’est pas normal.

      Le pire PM de l’ère moderne pour nous…Un des pires de notre histoire pour sûr..
      C’est comme ça.
      On ne réécrit pas l’histoire; brailler à la télé ne change rien à nos faits et gestes…

      Bonne retraite quand même et respect pour 28 années dans un milieu, peu importe ce que ça aura donné.

    • Bonjour monsieur Lavoie,

      Un peu trop tôt pour faire une analyse impartiale et juste de sa « gouverne », selon moi. Actuellement, les gens auront tendance à le juger à partir des évènements récents qui ont marqué le contexte social du Québec.

      Ainsi, dans mon cas personnel, j’associe de trop près monsieur Charest au « scandale » de l’Amphithéâtre de Québec. Ses interventions quant à la venue des Nordiques durant les derniers jours de la campagne m’ont ulcéré. Je suis trop émotif et aveuglé; mon jugement sera biaisé. Ce serait injuste envers monsieur Charest.

      Mais hier, j’écoutais Peter Mansbridge à CBC News. Il a présenté un court mais intéressant reportage sur le parcours politique de Jean Charest depuis sa première élection comme député à l’âge de 26 ans. Ce genre de reportage aide à remettre « l’homme » dans une perspective plus honnête, plus juste. Ce qui me fait dire : « attendons que les cendres retombent sur terre ».

      Ce qui a attiré particulièrement mon attention, c’est le témoignage de son chef de cabinet ou conseiller politique. Ce dernier a déclaré que monsieur Charest ne resterait pas longtemps sur les « lignes de côté » (sidelines). Que l’on pouvait s’attendre à le voir revenir sur la ligne de front d’une façon ou d’une autre car Jean Charest est avant tout une « bête politique ».

      Donc je dirais … à suivre, même si l’époque de sa « gouverne » est terminée.

      Un dernier point. J’ai trouvé CBC particulièrement correct envers monsieur Charest lorsqu’ils ont été cherchés les commentaires de Thomas Mulcair et de Bob Rae. Cela a permis d’offrir une perspective plus large et complète de la contribution politique de monsieur Charest.

      RDI aurait avantage à s’inspirer de CBC … mais serait-ce trop leur demander?

      Bonne journée.

    • Pour moi il s’agit d’un être probablement d’une intelligence supérieur avec des capacités de chef de parti indéniable et d’organisateur. Mais le Monsieur s’est avéré incapable d’inspirer la confiance à chaque fois qu’il s’adressait à la population. Incapable de regrouper les gens ordinaires et de les mobiliser vers un projet commun car il les prend tous pour des imbéciles. Quitte dans la controverse qu’il n’a cessé de cultiver tout au long de son règne. Il semble inconscient de cette controverse. Content de son départ. On pourra se concentrer sur des choses plus constructives que ses mensonges, ses tartuferies, ses magouilles et ses cachotteries.

    • kobayashi,5 septembre 2012,22h33:

      Entièrement d’accord avec vous.
      Charest retourne au fédéral.

      Des heures de plaisir:-)
      Imaginez Charest PLC / Mulcair NPD……ayoye du fun noir!

      Les jeux de coulisses sont certainement commencés depuis le printemps….
      Mais aussi une grande partie de l’automne 2011.
      Cela expliquerait peut-être son attitude si arrogante, suffisante avec les étudiants.
      Il s’en foutait, sachant qu’il partirait de toute façon.

      Je me rappelle très bien avoir dit à mon monde….
      “Johnny dit dit oui à une Comm.d’enquête….il part.”

      Je ne crois pas du tout à son départ de la politique.
      De toute façon Charest a toujours été un politicien canadien.
      Louise April(Laloue)

    • Animal politique, JJ Charest a fait une job décente sauf pour ce qui a trait à la corruption (son traitement de). Pour ce qui est de son départ, il a fait ce qu’il aimait et il a été bien payé. Il recevra 2 pensions, une du fédéral et une du provincial. J’ai hâte de voir ce qui va arriver lors de la Commission Charbonneau. Même si je suis en faveur d’une hausse des tarifs (garderies, scolarité). Je crois qu’il s’est servi de la crise étudiante pour détourner l’attention de la corruption endémique de ce gouvernement.

      Favoriser les petits amis (garderies (permis), port d’arme, collecteurs de fonds qui pouvaient le rencontrer à l’Assemblée Nationale, construction = on paie de 20 à 25% trop cher pour des infra-structures constamment à refaire) c’était son but ultime!
      @babylone, je suis retraité de l’entreprise privée (25 ans de gestion des ventes) et j’abonde dans le même sens que @étienne. Pour ce qui est d’être un l’oser, voyez votre miroir de salle de bain.

    • Jean Charest est un génie, tout comme les publicitaires qui nous ont convaincue
      d’acheter de l’eau en bouteille,( faut le faire ) Jean a convaincu 31 % de la
      population a voter pour un gouvernement corrompue. BRAVO !

    • Jean Charest etait un leader, un excellent orateur et surtout quelqu’un avec ses qualites et ses defauts comme tout l’monde!

      Je lui souhaite le meilleur pour l’avenir.

      Un grand merci Monsieur le Premier Ministre pour vos 9 annees passees au gouvernement qui n’ont pas toujours ete faciles.

      Vous allez me manquer!
      MCFilion

    • veuillez lire “expliquez” et non “expliqué” dans ma dernière phrase.

    • Bonjour,

      Encore une fois, au risque de me répéter, enfin pourrais je voter pour le Parti Libéral au Québec. Étant un fier Libéral du Natural Governing Party du Canada, j’eus de la misère depuis le virage nationaliste imposé par Feu Robert Bourassa à voter libéral au Québec. Car depuis 1998, en n’étant pas fort sur les transfuges venant de la gang de mangeux de hot dogs qui appuyèrent le Libre Échange avec les Yankees, soit les nationalistes québécois et leur P’tit Gars de Baie Comeau ainsi que Monsieur Jean Charest, je suis resté sur la touche.

      Monsieur Jean Charest fut un habile politicien depuis que Monsieur John Parisella le transforma en Jean Boubou Charest. Feu Robert Bourassa fut le plus grand politicien du Québec en sachant fort bien battre le chaud et le froid avec les nationalistes québécois, ces pauvres petites bêtes fragiles qui ont toujours besoin d’être rassurés. OUI, d’être rassurés et d’être bien sûr que le Chef, y l’aime donc, son p’tit Québec d’amour ! Voilà le rôle ingrat d’un chef du Parti Libéral au Québec pour têter les nationalistes frissonnants et tremblants dans leurs culottes.

      En terminant, ce qui justement fit cette force de Monsieur Jean Charest en bon Canadien, c’était de rassurer les nationalistes québécois tous les jours en leur démontrant son amour pour la Fleur de Lys et cette dépendance affective qui le motive ainsi….. Surtout envers une fleur qui pue et ne fleure pas la Rose rouge d’Angleterre….. Au plaisir, John Bull.

    • laloueapril
      6 septembre 2012
      05h38
      John James Charest pour moi:

      Celui qui divise pour régner, un faible.
      ___________

      Que pensez-vous de Mme Marois, de Khadir ou David, qui veulent séparer le Québec du Canada, diviser le Québec entre séparatistes / fédéralistes, francos / pas francos?

      La démocratie est une question de majorité. C’est impossible d’avoir unanimité. Dans quelle fantasie vivez-vous?

      -Arnold Malefroy

    • Qu’allez-vous faire chers commentateurs avec la démission de monsieur Charest ? Vous devrez vous trouver un autre bouc émissaire aux maux qui vous affligent.
      Personnellement je rends hommage aux qualités humaines et la passion politique de cet homme.
      Avec sa profession de foi sur les valeurs libérales de mardi soir je crois qu’il est du pour la chefferie de ce parti au niveau Canadien.
      Merci Monsieur Jean Charest
      Ps. Je n’ai jamais voté Libéral
      Christian
      Sherbrooke

    • @etienne11
      Bravo et encore bravo pour votre analyse de la carriére de ce politicien qui va passer a l’histoire comme avoir fait pire que Maurice Duplessis …

    • Pas grand chose !

      Jean Charest a toujours été enfermé dans son optique bouchée de fédéraliste.

      Finalement il a repris à son compte, une foule de projets, qui ont été concoctés par les professionnels de la fonction publique.

      Le concept du Plan Nord, par exemple, date de l’époque d’Eric Gourdeau du Secrétariat des activités gouvernementales en milieu amérindien et inuit (SAGMAI). Nous sommes alors en 1978, sous René Lévesque. Jean Charest n’a rien inventé.

      Le cas du Labrador est aussi un exemple éloquent de l’esprit flasque et pâteux de ce premier ministre, enfermé dans son fédéralisme aveugle. Plus nul, ça ne se fait pas !

      Et puis, tout récemment = les revendications des étudiants québécois, matraqués par les policiers au service du gouvernement libéral. Charest s’est alors offert cet os, alors qu’il n’avait plus rien à gruger !

      Et c’est pas fini…la liste des infamies de ce premier ministre servile et fantoche, n’en finit plus !

      Jean Charest a tout fait pour enfermer le peuple québécois dans la camisole de force du fédéralisme canadien.

      Ce genre d’individu, ne sera satisfait que lorsque les francophones ne seront plus qu’une minorité, ici, au Québec.

      Il pourra alors glousser, en anglais : “Mission accomplish”.

    • L’héritage de Jean Charest, c’est:

      - L’explosion de la dette publique
      - L’explosion du nombre de fonctionnaires
      - La corruption érigée en système
      - La couardise – souvenez-vous de son écrasement devant les syndicats en début de mandat
      - Et le pire: être parvenu à se faire qualifier de néo-libéral, alors qu’il, au contraire, transformait le Québec en État-bonbon

      Alors SVP ne venez pas me faire pleurer.

    • L’image que je garde de Jean Charest est gravé dans ma mémoire depuis trés longtemps.
      Ce fut le jour où il démissionna comme député conservateur à la Chambre des Communes, alors que Jean Chrétien le convoqua en entrevue à son Burau. La caméra le surpris gravissant les escaliers comme une gazelle pour aller rejoindre le Premier Ministre libéral. Il s’enferma dans son Bureau pendant une heure et on n’a jamais su ce que Jean Chrétien lui avait dit, mais on peut le deviner. Jean Charest vint alors sur la scéne provincial comme libéral provincial, et on connaît la suite.
      Je retiens aussi cette absence créve-coeur, à La Rochelle en France,alors qu’on fêtait le 400 éme anniversaire de la Nouvelle-France, alors qu’il avait discrétement cédé sa place à l’ambassadeur canadien, pour aller flâner à Bordeaux. Tout à fait inacceptable.
      Je n’ai que de la rancoeur pour ce personnage qui a raté l’histoire et s’est applati comme une crêpe devant Ottawa depuis 9 ans.
      En conclusion,Mr Charest, bon débarras.
      Un gaulois de la vieille France, 66 ans, qui se souvient.

    • mafioso4

      amen.

      Quant à Etienne qui se dit historien, je le suis également (à la retraite), mais j’essaie d’avoir un meilleur français surtout lorsque je me présente avec mes diplômes . Vous deviez marcher dans la rue ce printemps au lieu d’apprendre votre français.

      “Comme lui la corruption aura marquée (sic) …” marqué

      “…finances publiques du Québec dans un État (sic) lamentable…” état . Ici on ne parle pas de l’État du Québec, mais de la situation.

      “… mais qui a fait du tord (sic)….. tort

      Robert Lesage

    • Selon moi, l’Histoire retiendra l’équivalent de ce qu’elle retient de Jean Chrétien. Quelqu’un qui a bénéficié de la division du vote pour être réélu, du vote de départ de 20% même si on mettait une poubelle rouge mais surtout la corruption qui gravitait aux alentours. Même si ce n’est jamais démontré hors de tout doute, cela demeura. Quand j’en entend dire que les 31% de lundi sont exceptionnels, ça me donne la nausée.

      Le premier commentaire est le plus convenanble.

    • Jean Charest, politicien exceptionnel, premier ministre médiocre.

      @matelot2

      “On pourra dire de lui qu’il fut l’un des meilleurs Premier-Ministre que le Quebec ait connu,sinon le meilleur”

      À hurler de rire.

    • La vie de politicien n’est pas une vie “normale”, ils vivent dans l’oeil de la camera a l’annee longue sans repit, mais aussi, tous les membres de leur famille vivent ce stress constant, et imaginez toutes les ramarques blessantes que lui, mais aussi ses enfants et sa femme ont eu a subir, ne pensez qu’a toutes ces allegations sur le financement des partis politiques par exemple, et que je trouve fortement exageree.

      Avoir vecu 28 ans dans cette jungle mediatique est en soi un exploit, pas juste pour lui, mais aussi pour sa femme et ses enfants.

      Pour l’histoire, il est trop tot pour juger, ca depend du futur du plan nord et de la commission Charbonneau, entre autre.

    • Jean Charest

      Plus

      1. Premier gouvernement paritaire
      2. Bonne représentation à l’international
      3. Démocrate
      4. Excellent orateur

      Moins

      1. Continuité de la tradion libérale de copinage (probablement le gouvernement le plus corrompu depuis L.-A. Taschereau)
      2. Retour au déficit systématique
      3. Absence de vision et de projet de société
      4. Infiltration du crime organisé dans l’économie légale et le politique

    • Je retiens qu’il aurait dû être premier ministre non pas de 2003 à 2012, mais de 1998 à 2012. En 1998, le parti libéral dirigé par Jean Charest avait obtenu 0,7 % plus de voix que le PQ. Mais c’est Lucien Bouchard qui est devenu premier ministre, à cause d’un système électoral qui défavorise systématiquement le parti libéral.

    • @babylone (7h52)

      Etienne11, que vous vilipendez, apporte des faits comme le bond prodigieux que Jean Charest a fait faire à la dette publique du Québec, que tous auront à payer un jour. Quant à vous, vous ne savez étaler que votre mépris et vos préjugés envers ceux qui ne pensent pas comme vous. Ce sont les gens dans votre genre, jouant à l’autruche, qui sont à éviter et à ignorer.

    • Je pense également que l’histoire sera plus juste que l’actualité à son endroit.

      Je me souviendrai surtout de l’homme, qui s’est fait élire en promettant de grandes réformes, s’est buté à une résistance énorme et qui a eu pour effet que le modèle québécois n’a pas bougé d’un poil. Nous nous rappelerons entre autres les divers affrontement avec les grandes centrales syndicales et avec le mouvement étudiant.

      Son règne incarne bien le paradoxe d’une société qui réclame du changement mais qui monte aux barricades lorsque ce changement frappe à sa porte.

      Je pense tout spécialement aux étudiants, qui étaient pour la plupart très jeunes lors de l’élection de 2003. La plupart d’entre eux ont forgé leur opinion politique seulement sous la gouverne des libéraux. L’avenir fera probablement dire à plusieurs d’entre eux que, plus ça change, plus c’est pareil et que finalement c’était un moindre mal.

      PS : Je ne pense pas que la commission Charbonneau viendra à ce point ternir son héritage car, le genre de magouilles politiques qui se cachent souvent derrière cela, sont souvent orchestrées afin de tenir le chef à l’écart de ce qui pourrait l’incriminer. Souvenez-vous, Paul Martin et Jean Chrétien ont été blanchis des accusations à leur endroit lors du scandale des commandites.

      @etienne11
      Votre billet n’a rien d’une revue historique. À mon avis, il s’agit plutôt d’un torchon empreint de partisanerie politique.

    • Surveillez bien Mme Marois qui va se gonfler le torse avec le Plan Nord.

      C’est Jean Charest qui a développé ce Plan encensé par les analystes en développement durable à travers le monde. Il laisse le Québec avec un taux de chomage historique et un budget équilibré.

      Mme Marois se propose de geler les tarifs de la majorité des services au Québec, on verra bien comment elle va équilibrer le budget; facile d’augmenter les impôts; tout le monde peut faire çà.

      Personne n’est parfait; Jean Charest avait ses forces et ses défauds. On verra bien comment Mme Marois va gérer les radicalistes de la rue et ceux de son parti. Elle qui avait déposé une loi spéciale, aussi dure que la Loi 78, contre les dangereuses infirmières. Facile de critiquer les autres.

    • Monsieur Lavoie,

      J’aurais eu envie d’écrire quelque chose, mais après avoir lu votre texte suite au départ de Jean Charest, que pourrais-je écrire d’autre? Vous reflétez parfaitement ma pensée.

      Ce que je retiens de Charest, c’est qu’il a réussi à faire vivre le modèle québécois 9 ans de plus, mais qu’il aurait bien voulu le réformer davantage pour le rendre plus durable. Là-dessus, il a échoué. Ceux qui l’ont fait échoué, PQ et syndicats, sont maintenant au pouvoir.

      Alors on verra ce qu’ils savent faire de mieux. Si le passé est garant du futur, ils préféreront nous faire sombrer de jour en jour dans la médiocrité plutôt que de revoir les acquis de ce modèle qui profitent à leurs alliés.

    • 28 ans de vie publique est certes à souligner. Là-dessus je lui lève mon chapeau, ainsi qu’à sa femme Michèle. Ce n’est pas une vie de famille ordinaire.

      Mais Jean Charest est un politicien très… “politicien”, si vous voyez ce que je veux dire. Je crois que ce qui branchait Jean Charest c’était la “game” politique, les jeux de coulisses, les stratégies parlementaires. Je ne l’ai pas vu développer une vision cohérente et encore moins inspirante de ce que devrait être la société québécoise. Pour lui le Québec est une caisse enregistreuse qui doit balancer à la fin du mandat. Rien de mal à ça, mais c’est assez mince disons, surtout que la caisse ne balance pas tellement finalement. Bref, quand on le compare à Lesage, mettons qu’on y va pas mal fort…

    • Les gens qui ont le courage de se lancer dans l’arène politique méritent un minimum de respect, ce que plusieurs ne comprendront malheureusement jamais, bien assis dans leur salon!

      Quant à Charest au Québec, il aura donné tout ce qu’il avait à essayer de gérer une province difficile à gérer et une population qui veut du changement mais pas vraiment.

    • À lire absolument …La Chronique de Lysiane Gagnon dans La Presse d’aujourd’hui :
      http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/lysiane-gagnon/201209/05/01-4571415-un-depart-et-un-vide.php

      Tout est là!
      Merci M.Charest pour votre excellent travail et ce malgré une pluie d’accusations qui n’ont jamais été prouvés!!!

    • On dit que le pouvoir enivre au point d’étouffer peu à peu la conscience, quand on en a une. Hier, John James Charest a enfin retrouvé la sienne. C’est pour ça qu’il a versé une larme en public.

      Comme au bon vieux temps des retraites paroissiales d’un Québec profondément religieux, ce même John James Charest devrait faire une bonne confession générale avant d’obtenir l’absolution, puis faire sa pénitence pour recevoir ensuite l’Eucharistie.

      Yvon Turcotte

    • @ laloueapril
      Un référendum… une provocation directe avec une loi qui veut interdire les étudiants francophones à fréquenter un cegep anglophone.et si moi je veux aller dans un cegep chinois!De quel droit peut on enfreindre la liberté des gens de la sorte? Diviser les francophones entre eux ,diviser les familles une fois de plus….et réinstaurer ce racisme absurde envers nos frère et soeurs …qu’ils soient de n’importe quel race ,couleur ou langue!
      Ça c’est diviser pour mieux règner!!! Et C’est ce que Pauline Marois nous offre….
      Claude Pierre

    • L’histoire se souviendra favorablement de Jean Charest, surtout maintenant que Marois est aux commandes. Irais-je jusqu’à dire qu’on s’en ennuiera? Probablement.

    • Jean Charest, un bagarreur, un chef politique qui inspirait ceux qui avaient choisi de lutter à ses côtés. Moi. j’admire cet homme qui avait une vision pour faire rayonner le Québec au Canada d’abord, mais aussi au niveau international. Que ses adversaires se soient opposés à ses politiques c’est de bonne guerre mais qu’ils en aient presque fait un «bandit» et aient ainsi terni volontairement sa réputation en martelant pendant 3 ans à chaque ouverture de la période de questions qu’ils étaient des corrompus lui et ses députés, je ne l’ai pas accepté, c’est pour moi inaceptable d’accuser, juger quelqu’un sur la place publique sans preuves, sans qu’il n’y ait eu de procès d’aucune sorte ni d’accusation formelles appuyées de faits et de noms. J’ai trouvé qu’on a fait preuve de beaucoup de cruauté pour tenter d’anéantir la carrière d’un homme, de démoniser celui de qui on voulait le poste. J’espère que la Commission Charbonneau puisse enfin réussir à faire la lumière sur toutes ces allégations de corruption et sur ce triste épisode de la politique québécoise qui au final a fait beaucoup de tort à toute la classe politique, tous partis confondus. Cet épisode nous aura rendus méfiants nous les électeurs, les spectateurs impuissants et que l’effet obtenu n’est peut-être pas celui souhaité au départ par ces chicanes et ces accusations qui n’ont pas encore été prouvées: celui de nous rendre plus suspicieux, soupçonneux et cyniques envers les «hommes/femmes politiciens. Parfois, lorsqu’on crache haut et loin, il faudrait peut-être s’attendre à ce que le «vent…..!?» nous retourne le tout en pleine figure et, qu’à notre tour on soit éclaboussés par notre propre venin.
      Je préfère au final conserver de Jean Charest le souvenir d’un homme qui a permis au Québec de rayonner de par le monde, un homme qui aimait sans aucun doute sa province, notre province à tous, mais qui l’aimait dans un Canada uni. Il est un homme de caractère, flamboyant excellent orateur,(ce n’est pas la qualité première de notre nouvelle première ministre), un leader charismatique. Il a su rester debout dans la tourmente (je n’aurais jamais été capable de supporter aussi stoïquement le 1/10 des insultes qu’il a subies).
      Bonne chance pour l’avenir M.Charest, je suis triste de votre départ mais je sais que maintenant vous pourrez regarder en spectateur attentif la suite des choses au gouvernement avec la venue de vos adversaires, les péquistes qui ont promis de faire tellement mieux que votre parti. À eux aussi, je souhaite bonne chance d’ailleurs, l’avenir du Québec en dépend.
      Je souhaite à M.Charest un retour en politique fédérale après une pause pour se refaire une santé physique et mentale . Il a le talent, l’énergie, la fougue et la passion nécessaires pour relever de nouveaux défis. Je ne dis pas bonne retraite, je dis BONNES VACANCES MÉRITÉES.

    • CETTE ELECTION AURA RIEN PROUVEE, a part le depart de JEAN CHAREST, qui etait previsible vu la defaite du parti, mais qu’elle defaite au juste ?????les pequistes ne peuvent pas faire les gorges chaudes, quel est leur mandat reelement ????? ils sont minoritaires…. voila la realite,…. je le repete le Quebec est confu, la gauche en demande encore plus et toujours plus, car seul L’etat leur doit… on a maintenant une extreme gauche avec des idees farfelues… et on a rejettee la droite aurait fait le menage dans les finances publiques… alors on merite ce qu’on a…. une REPUBLIQUE BANANIERE , AVEC UN DEFICIT DE 250 MILLIARDS … BRAVO GENS DU PAYS.

    • Bonjour M Lavoie,

      Je suis certain qu’en tant qu’homme Jean Charest est une personne qui a un grand sens de l’humour et doit être très affable et humain. En tant que premier ministre par contre je n’ai aucune espèce de sympathie pour lui. Ses réalisations(!?) en neuf ans ne valent même pas une ligne dans un livre d’histoire.

      Jean Bottari
      Montréal

    • Voici pour les vierges pures du PQ:

      La corruption, je me souviens…

      Par David Descoteaux, ANTAGONISTE.NET

      A lire au complet. Qui sont les plus corrompus?

      Si vous êtes comme Jean-François Lisée, vous pensez probablement que la corruption au Québec a débuté il y a 9 ans, avec l’arrivée de Jean Charest. Les gens un peu plus intelligents auront sans doute déjà compris que la corruption est aussi vieille que le Québec. Voici une série de billets sur des histoires de corruption qui ont été oubliées … et qui aident à comprendre les événements actuels …

      Selon vous, à quand remonte la toute première mention de Tony Accurso dans les médias ? N’en déplaise à Jean-François Lisée, Tony Accurso a construit son empire bien avant que Jean Charest ne devienne premier ministre…

      La toute première mention de Tony Accurso que j’ai pu retrouver dans un quotidien québécois remonte au 11 octobre 1992. Un texte publié dans La Presse et ayant pour titre… « le syndicalisme, c’est ma vie » ! Ce texte était un extrait de la biographie de Louis Laberge qui a été président de la FTQ de 1964 à 1991, de même que le président fondateur du Fonds de solidarité FTQ.

      Et Accurso dans tout ça ? On apprend dans ce texte qu’il est un partenaire de carte de Louis Laberge de qui il dira:

      « Louis sait comment jouer au jeu de la vie, qui inclut les cartes… Il a du caractère: si tu lui passes un bluff, il va t’en passer un. C’est un bon comédien: ses airs, ses mimiques… L’ambiance est décontractée, on discute en jouant et Louis est plein d’esprit. On a beaucoup de plaisir. Ça finit normalement quand il commence à faire clair… »

      Le deuxième texte mentionnant Accurso, le 23 octobre 1992, fait état d’un contrat obtenu sans appel d’offres. Le troisième texte mentionnant Accurso, le 14 septembre 1993, parle d’un appel d’offres manigancé au ministère de l’Environnement. On connaît la suite…

      Dans un article daté du 28 octobre 1996, publié dans La Presse, on peut lire cet extrait très révélateur et annonciateur des événements à venir:

      « Le promoteur du projet est Tony Accurso, président de la firme Louisbourg Construction, qui récolte une bonne partie des contrats de travaux publics des Villes de Laval et Montréal, ainsi que du gouvernement du Québec. »

      En 1992 et 1993 Robert Bourassa était premier ministre, en 1996 c’était Lucien Bouchard qui succédait à Jacques Parizeau…

      Mais pour le moment, concentrons-nous sur les liens entre Accurso et la FTQ.

      En novembre 1996, le magazine L’actualité a publié un article ayant pour titre « La vérité sur le Fonds de solidarité ». Dans cet article, on apprend que Tony Accurso était « le favori des favoris » du Fonds de solidarité. « Un père pour moi » dira Accurso de Louis Laberge dans ce texte…

      Voici quelques-uns des investissements du Fonds de solidarité dans les entreprises d’Accurso tiré de cet article:

      4,4 millions de dollars pour acheter un concurrent sur le point de fermer (1990).

      16 millions de dollars dans les Galeries Laval (1993).

      17,7 millions de dollars pour la construction du siège social de la FTQ (1993).

      Dans les années 90, le Fonds de solidarité a même acheté 50% des parts du bar Le TOPS de Laval, ouvert par Tony Accurso…

      Le 3 août 1999, Le Devoir nous apprend aussi que le Fonds de solidarité a aidé des entreprises appartenant à Tony Accurso à acheter… Simard-Beaudry ! De cette transaction le porte-parole de la FTQ dira:

      « Le geste d’hier donne une bonne idée de la position du Fonds. Ce que l’on veut faire avec le regroupement entre Hyprescon, Louisbourg [appartenant déjà à Accurso] et Simard-Beaudry, c’est créer la troisième entreprise d’ingénierie civile en importance au Québec. »

      Ainsi, avec la main de la FTQ, tous les éléments tombaient en place pour faire de Tony Accurso un homme incontournable au Québec…

      Somme toute, on peut dire sans se tromper que l’empire Accurso n’aurait probablement jamais vu le jour sans l’aide de la FTQ…

      Jean Charest a un peu « scoopé » mon billet dans le débat d’hier soir en parlant du rapport Moisan, mais puisque je le prépare depuis le 10 août, parlons-en maintenant !

      Dans mon premier billet sur Tony Accurso, j’ai présenté les liens qui existaient entre cet homme d’affaires et Louis Laberge, qui a été président de la FTQ de 1964 à 1991, de même que le président fondateur du Fonds de solidarité FTQ. J’ai conclu ce billet en disant « Qui dit FTQ dit aussi… PQ » !

      Voici donc une vérité qui dérangera sans doute les péquistes…

      La compagnie Construction Marton qui est la copropriété de Marcel Mélançon et de Tony Accurso, a vu le jour dans les années 90; « Mar » pour Marcel et « Ton » pour Tony. Retenez le nom de Marcel Mélançon, nous y reviendrons plus tard.

      Construction Marton est mentionné pour la première fois dans nos médias dans un reportage du magazine L’actualité, publié en novembre 1996. Dans cet article on y raconte que c’est Construction Marton qui a construit le siège social de la FTQ.

      Construction Marton a aussi défrayé la manchette en février 2000, dans un article publié dans La Presse. Dans cet article, on apprend qu’en 1997, le consortium J.E. Verreault et Construction Marton a été choisi, sur invitation, pour la construction de 12 centres hospitaliers de soins de longue durée, un contrat de 110 millions de dollars. À l’époque, il avait fallu un décret du Conseil des ministres pour que les règles normales d’attribution de contrats gouvernementaux soient suspendues. Ce décret avait été justifié sous prétexte qu’il fallait agir rapidement dans ce dossier.

      Toujours dans La Presse, dans un article publié en mars 2000 et ayant pour titre « Une odeur de patronage à Québec », on apprend qu’en plus de la construction, la gérance des projets avait été accordée au consortium J.E. Verreault et Construction Marton. Voici ce que disait l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec:

      Les ingénieurs du gouvernement du Québec réclament une enquête sur les importants dépassements de coûts survenus dans un contrat accordé par la Corporation d’hébergement du Québec, il y a deux ans, pour la gestion de la construction de 12 centres de soins de longue durée au même consortium. Le groupe Verreault-Marton, qui avait obtenu le contrat à l’automne 1997 et qui prévoyait 2,7 millions de dollars pour la gestion de la construction, se retrouve trois ans plus tard, au fil des ajouts suivant l’appel d’offres initial, avec un mandat atteignant 15 millions de dollars.

      En passant, à cette époque c’est Pauline Marois qui était la ministre de la Santé…Un journaliste pour la questionner là-dessus ?

      Finalement, Construction Marton se retrouvera une nouvelle fois dans l’actualité en juin 2006 lors de la publication du fameux rapport Moisan… Dans cet article intitulé « Les acteurs du rapport Moisan », on revient sur l’implication d’un certain Marcel Mélançon, j’espère que vous n’avez pas oublié ce nom… Voici un extrait de cet article:

      Ami de Guy Chevrette et de Bernard Landry, Marcel Mélançon est un entrepreneur. Sa compagnie, Marton Construction, a obtenu d’importants contrats pour la construction de centres de soins de longue durée, des mandats relevant du réseau de la Santé, peu après l’arrivée au pouvoir du Parti québécois, en 1994. Proche de la FTQ, il a déjà été l’associé d’un autre entrepreneur de Laval, Tony Accurso. Sous Jacques Parizeau et sous Lucien Bouchard, M. Mélançon a joué un rôle central dans les opérations de financement du PQ auprès des entreprises.

      J’ai besoin d’en dire plus ?

      Force est de constater que ce n’est pas le PLQ qui a corrompu le gouvernement, mais le gouvernement qui a corrompu le PLQ. Quand Charest est devenu premier ministre, l’empire Accurso existait déjà et il avait fait de très bonnes affaires avec le PQ.

      Si les journalistes ont été très durs avec le PLQ sur les questions de corruption, force est de constater qu’ils ont été plutôt complaisants avec le PQ, pour preuve, plus personne ne se rappelle des liens unissant Accurso au PQ. Voulait-on protéger des amis ?

      Une question se pose: si les médias avaient été aussi durs avec le PQ qu’avec le PLQ sur la corruption, aurait-on pu enrayer ce cancer plus rapidement et ainsi faire économiser aux contribuables des milliards de dollars ? Probablement que oui, mais ce faisant les journalistes auraient pu asséner un coup mortel à leurs amis péquistes…

    • Bon débarras John James,il a fait assez de tord au Québec.Même si il y a des gens qui ne le voit pas encore.
      Le plus drôle ce matin c’était de voir Simon Durivage qui parlait du départ de Charest,on aurait dit qu’il était à deux doigts de pleurer.Vraiment C’était très drôle.
      CHarest n’a jamais été un bon P.M non.Il était un bon chef du parti libéral.C’est très différent et beaucoup de gens ne font pas la différence.

    • Voici pour moi ce qui différencie un vrai dirigeant dévoué d’un petit politicien:

      - Être capable d’élever le débat au dessus des bassesse et de la partisanerie pour servir les citoyens avant ses propres intérêts

      Raté!

      - Avoir assez d’humilité et des respect pour comprendre que nos adversaires politiques sont des élus de la population également qui sont là pour représenter leurs idées. Donc travailler avec eux pour le Québec.

      Raté!

      - Ne pas tremper dans la collusion, la corruption et les petites bassesses politiques pour se concentrer à servir l’ensemble des québécois et non seulement les amis du parti.

      Raté! Raté! Raté!

      - Ne pas être mesquin, arrogant et prétentieux face aux médias même si le jeu est souvent rude pour défendre ses décisions en publique.

      Raté!

      Bref, tous ceux qui veulent nous dire ici que Jean Charest a été un grand premier ministre, svp expliquez moi votre vision par rapport aux points que je viens d’énumérer.

      Simon Gagné

    • wow….j’entend des louanges éxagérées. un règne douteux, plein de promesses non tenues. Pas de courage de s’en tenir à sa réingénirie de l’état. Il a tout fait pour ne pas avoir de commission sur la corruption et le copinage. Ses gouvernements, teintés de corruption et d’allégation de financement illégal. Tomassi et Normandeau, la mafia italienne dans leur shorts. Il y a tellement de mauvais souvenirs que c’est difficile de se rappeler des bons coups. Une dette galopante, des programmes sociaux certe valables mais impossible à financer. Remarquez que j’ai pas plus d’espoir de voir les choses s’améliorer sous la Castafiore Marois. Le courage c’est pas de se lancer dans la politique mais de garder ses promesses et de tenir un discours cohérent, répondre de ses gestes (pas du verbiages sans réponses donc Charest en était le champion). Rarement détester un PM autant que lui, j’appréciais pas sa mauvaise manie de prendre le monde pour des caves.

      Mon verdict: BON DÉBARRAS

    • Que tous ceux qui étaient contre le Plan Nord et qui ont bavé et lancé leur fiel sur Jean Charest, vont se retrouver avec le Plan Nord pour des décennies, car la Marois n`aura pas d`autres choix que de continuer l`oeuvre de Jean Charest. Elle ne pourra pas faire ce qu`elle entendait faire à propos des minières, car ces dernières vont faire exactement ce que les grosses entreprises font à François Hollande, qui dans ce temps-ci est tranquille et son projet politique prend l`eau. Il est bien d`en demander plus aux entreprises, mais les entreprises ne sont pas simplement des bailleurs de fonds pour les gouvernements, ils y a des actionnaires et ils faut des résultats.
      M. Charest a été un batisseur pour le Québec, ce que les premiers ministres péquistes, sauf René Levesque, n`ont jamais été capable de faire à cause de leurs options qui a canalisé ce parti.

      Bravo à M. Charest et bonne chance pour votre futur.

    • J’ai beaucoup de respect pour monsieur Charest, comme d’ailleurs comme pour tous ceux qui ont occupé la fonction de premier ministre du Québec, à trois exceptions près:

      a) Antonio Barrette, qui n’était nullement qualifié pour la fonction;

      b) Jean-Jacques Bertrand, dont la principale force était son épouse, Gabrielle Giroux et

      c) Pierre-Marc Johnson, premier ministre péquiste qui a refusé de faire campagne lors du référendum de 1995.

      Les plus grands, chronologiquement: Honoré Mercier, Maurice Duplessis, Jean Lesage, Daniel Johnson père, René Lévesque et Robert Bourassa, à compter de 1985.

    • Dommage! Il aurait pu être un grand premier ministre.

    • Avec le départ de Mr Charest, le monde politique perd son meilleur jouteur.
      Jean Charest, c’était un peu pas mal le Dale Hunter de la politique.
      Avec sa “belle personnalité”, Mr Charest pourrait se lancer dans une
      carrière d’humoriste. Il pourrait passer du rôle de premier ministre à
      premier humoriste du Québec. Il a assez de talent pour ça…

      Après une dizaine d’année de manipulation fédéralisante,
      l’assemblée nationale change de mentalité:
      PQ + QS (et ON) sont souverainistes (56: 40%)
      CAQ est nationaliste-autonomiste (19: 27%)
      PLQ est fédéraliste (50: 31%)

      Il ne reste qu’un seul parti foncièrement fédéraliste.
      C’est la pensée nationaliste, voire souverainiste
      qui reprend désormais le contrôle de l’assemblée.

      J’ose soumettre une hypothèse particulière:
      Le tandem Marois-Legault va-t-il réussir à bien manipuler
      le bon peuple et l’amener à opter pour l’indépendance?

      Bonjour chez-vous!

    • Le seul bon commentaire que je ferai sur Jean Charest est de saluer le fait que quelqu’un consacre 28 ans de sa vie à la politique.

      Pour le reste, il n’y a pas de mots polis assez forts pour exprimer mon dégoût pour cet homme et tous ceux qui l’ont suivi aveuglément jusqu’à sa plus récente campagne électorale de peur.

      Maintenant, dégage Charest!

    • @youbablue
      9h56

      Vous ne semblez pas savoir que la dette du Québec, en termes de pourcentage de PIB, est sensiblement la même que lorsque Charest a pris le pouvoir.

      En termes relatifs, le Québec ne s’est pas endetté par rapport à sa capacité de payer. De plus, le Québec est l’un des endroits qui s’est le mieux défendu contre la crise économique.

      Le bilan économique de Charest est sans faute. Trouvez autre chose.

    • Je n’ai jamais aimé Jean Charest, mais force est d’admettre qu’il est un politicien et un communicateur redoutable. Son vieux 45 tours usé (pas de référendum, pas d’instabilité, pas de chicane, tout le monde à genoux, c’est la faute du PQ, etc.) a d’ailleurs encore fonctionné cette fois-ci.

    • M. Charest est un grand homme. J’ai beaucoup de peine. Son apport
      pour le Canada et le Québec est remarquable.

      Merci Madame Lysiane Gagnon pour un texte admirable.
      L’avant-dernier paragraphe est très juste.

    • Monsieur Lavoie,

      Je note que vous n’avez pas publié mon commentaire de ce matin (8h11). Il n’a pourtant rien d’offensant ni de déplacé. Est-ce un « glitch » du système? En tout état de cause, je tente ma chance. Le voici.

      M. Bernard

      _______________________________________________________
      Bonjour monsieur Lavoie,

      Un peu trop tôt pour faire une analyse impartiale et juste de sa « gouverne », selon moi. Actuellement, les gens auront tendance à le juger à partir des évènements récents qui ont marqué le contexte social du Québec.

      Ainsi, dans mon cas personnel, j’associe de trop près monsieur Charest au « scandale » de l’Amphithéâtre de Québec. Ses interventions quant à la venue des Nordiques durant les derniers jours de la campagne m’ont ulcéré. Je suis trop émotif et aveuglé; mon jugement sera biaisé. Ce serait injuste envers monsieur Charest.

      Mais hier, j’écoutais Peter Mansbridge à CBC News. Il a présenté un court mais intéressant reportage sur le parcours politique de Jean Charest depuis sa première élection comme député à l’âge de 26 ans. Ce genre de reportage aide à remettre « l’homme » dans une perspective plus honnête, plus juste. Ce qui me fait dire : « attendons que les cendres retombent sur terre ».

      Ce qui a attiré particulièrement mon attention, c’est le témoignage de son chef de cabinet ou conseiller politique. Ce dernier a déclaré que monsieur Charest ne resterait pas longtemps sur les « lignes de côté » (sidelines). Que l’on pouvait s’attendre à le voir revenir sur la ligne de front d’une façon ou d’une autre car Jean Charest est avant tout une « bête politique ».

      Donc je dirais … à suivre, même si l’époque de sa « gouverne » est terminée.

      Un dernier point. J’ai trouvé CBC particulièrement correct envers monsieur Charest lorsqu’ils ont été cherchés les commentaires de Thomas Mulcair et de Bob Rae. Cela a permis d’offrir une perspective plus large et complète de la contribution politique de monsieur Charest.

      RDI aurait avantage à s’inspirer de CBC … mais serait-ce trop lui demander?

      Bonne journée.

    • Jean Charest à fait de son mieux avec ce qu’il avait,il a donnédes congés pour les nouveaux parents, et d’autres avantages sociaux, on peut le détester, c’est notre choix,la plupart des premiers ministres qui ont eu à gérer cette difficile province se sont détester quand ils ne donnaient pas des bonbons aux contribuables, Mdame Marois avec toute sa bonne volonté n’y échappera pas si elle ne donne pas à tous ceux qui quémandent les affaires qu’elle leur
      promis pour gagner les élections..les chefs passent,mais la population reste la même,, merci marie michel

    • ,,,se sont fait détester…

    • @etienne11

      Vous êtes historien? Ah oui? Vous écrivez : « il laisse les finances publiques du Québec dans un état lamentable »

      D’abord, le Québec est à quelques mois de l’équilibre budgétaire. Ensuite, je vous invite à jeter un coup d’oeil sur la dette du secteur public en pourcentage du PIB :

      2000-2001 77,2 %
      2001-2002 76,0 %
      2002-2003 73,2 %
      2003-2004 72,1 %
      2004-2005 69,5 %
      2005-2006 68,5 %
      2006-2007 68,9 %
      2007-2008 67,1 %
      2008-2009 71,1 %
      2009-2010 73,0 %
      2010-2011 74,0 %

      http://www.etatquebecois.enap.ca/docs/ste/finances_publiques/a-dette-fp.pdf

      Enfin, le taux de chômage s’établissait à 7,6 % en juillet dernier.

      Vous échouez de la test de la vérité dans les passages de votre texte qui peuvent confrontés à la mesure quantitative. On devine que vous errez aussi dans le reste de vos attaques. Votre diplôme d’ « historien » ne vaut pas grand-chose.

      - Robert Lemieux

    • M.Charest fut un grand premier ministre…Bravo…Merci et profitez enfin de la vie en paix hors de

      ce monde cruel de la politique !!!

    • yvandesr 5 septembre 21h52 >>J’endosse pleinement votre commentaire. Les huées proviennent du parti qui compte le plus grand nombre de mal élevés…

    • le depart de charest bon débaras.

    • @arnolde qui dit (sans gêne aucune):
      “Le bilan économique de Charest est sans faute.”

      Charest avait en main tous les outils pour faire baisser la dette. il ne l’a pas fait, préférant les baisses d’impôt à court terme pour les nantis. Ses directives à la caisse de Dépôt lui ont fait perdre quarante milliards de dollars. Pour soutirer maladroitement quelques dizaines de millions de la poche des étudiants, il déclenche un mouvement de protestation qui lui en coûte le triple en frais de police! Quel manque de vision, quelle suffisance et quelle arrogance! Comme parcours sans faute, j’ai déjà vu bien mieux. Vous voulez rigoler, sans doute… Sortez la tête de votre trou, mon vieux!

    • moiseulement

      6 septembre 2012
      11h31

      Voici pour les vierges pures du PQ:

      Wow quel long texte pour finir en disant que certaines personnes se connaissaient, et que Melancon recueillait des dons… on est très loin d’une commission Charbonneau. Dans une petite semaine ça va commencer…

      En parlant comme ça, pourquoi avoir omis de parler de nathalie normandeau sur qui la commission Moisan s’arrête pourtant assez longuement… vice première ministre…

      Et charest, qui est allé souper chez des collecteurs de fonds qui ont été mis en accusations, et arrêtés par Marteau…

      Le PQ a remboursé tous les montants qui ont été invoqué par le rapport Moisan. Ce qui clos le débat. Pas d’arrestations, aucune accusation criminelle.

      Attendez, juste une petite semaine… les 75,000$ de salaire consenti au premier ministre par son parti, à l’encontre des règles de l’assemblée National semblera un bien petit morceau dans ce casse-tête chinois!

    • @arnolde,6 septembre 2012,08h45
      @cpierre, 6 septembre 2012, 10h49:

      M.Pierre /Arnolde Malfroy…..ben la…..?????
      C’est pas mieux d’un bord comme de l’autre……

      Je vous fais remarquer que le sujet était Jean Charest.
      Alors, j’ai donné mon opinion sur Jean Charest.

      Louise April(Laloue)

    • Un excellent politicien, un “debater” hors pair que tous les partis politiques auraient voulus avoir dans leur équipe et qui était capable de frapper l’adversaire là où ça fait mal. Ces derniers mois, il a été victime d’attaques vicieuses orchestrées par un petit groupe de gens qui ne pouvaient s’imaginer le voir être reporter à nouveau au pouvoir face à une Pauline Marois qui ne faisait pas le poids. Les syndicats, les artistes séparatistes et quelques journalistes à l’éthique de travail très douteuse (Pierre Duchesne) ont collaborés avec les étudiants de mauvaise foi dans leurs négociations pour créer une crise sociale et rendre la réélection du PLQ presque impossible. Ce fut une histoire montée en épingle par les médias qui souvent, aiment mieux faire du sensationnalisme facile au lieu de faire de la vraie information. Merci M. Charest! Dans une autre province vous auriez réussi de grandes choses, mais ici au Québec, on aime mieux rester pauvre, jouer à la victime et rester médiocre…

    • Lorsque je lis autant de mesquinerie, ah que je détesterais que les frontières de mon pays se rétrécissent… j’aime mieux être 1/24 000 000 de canadiens que 1/8 000 000 de je ne sais trop quoi auquel je n’aime pas ressembler.

      MERCI M. JEAN CHAREST!

    • Jean Charest avec Pierre Trudeau auront été les plus déplorables éteignoirs des temps modernes de l’idée de l’indépendance du Québec.

      Les historiens retiendront de ces deux noms comme les fossoyeurs du peuple québécois au même titre que Lord Durhum alors gouverneur du Bas et haut Canada en 1838 (vous vous rappelez, celui qui disait dans son rapport que nous étions un peuple sans histoire et sans
      culture).

      Je pense qu’avec le départ de Charest, un nouveau et grand jour se lève pour le Québec. Je recommence à avoir espoir.

      L.Boivin, Longeuil

    • Jean Charest a été sans aucun doute un véritable leader non seulement de ses troupes libérales mais également de tous les Québécois qui croient à l’ouverture aux autres et au monde. Son discours le soir du 4 septembre nous rappelant les valeurs fondamentales qui doivent animer une société démocratique était d’un grand humaniste.

      Bravo M. Charest.

      Mettons nous à l’oeuvre maintenant pour débusquer toute forme de discrimination, de manipulation, de mépris, de démagogie et de mensonges.

    • Il était sans contredit le meilleur politicien canadien de sa génération. Après tout ce qui s’est passé, le PLQ aurait dû être rayé de la carte et ses adversaires auraient dû le pulvériser lors des débats, ce qui ne s’est pas produit et le résultat qu’il a obtenu pour le PLQ est absolument spectaculaire dans le contexte.

      La faiblesse de ses adversaires expliquent cela en partie, mais pas en totalité.

      Cela dit, il ne suffit pas d’être un politicien ou un communicateur hors du commun.

      Qu’est-ce qu’il a réalisé au juste? Le plan Nord, peut-être. On verra.

      Mais pour le reste? La dette a beaucoup augmentée, peut-être pas en % du PIB mais quand même, il n’a pas réussi à accomplir ce qu’il voulait dans le domaine de la santé ou quant à la taille et à l’organisation de l’État, les dépenses ne sont pas sous contrôle et il ne semblait pas avoir une vision particulière de l’avenir du Québec.

      Le plus ironique, s’est qu’il s’est fait accuser d’être néo-libéral…

      Puisqu’on en parle, je trouve qu’il a été très démonisé et peinturé beaucoup plus sévérement que la réalité. Comme l’écrit Mme Gagnon: “Mais le plus odieux, ce fut le discours méprisable (hélas fort répandu) des ultra-nationaleux qui l’ont rebaptisé John James, manière de l’accuser du pire des crimes, celui d’être, derrière son patronyme français, un «Anglais», trop fédéraliste, trop proche du Canada et trop bilingue pour être un «vrai Québécois»…”

      La Commission Charbonneau va nous permettre de se faire une idée du caractère injuste (ou pas) du traitement qui lui a été réservé.

      On dira que le Québec s’en est mieux tiré que d’autres juridictions sur le plan économique, mais était-ce vraiement grâce au PLQ?

      Sans doute en partie, mais la crise de 2008 était avant tout de nature financière, et il me semble que ce qui nous a aidé, c’était surtout le caractère plus conservateur de la réglementation fédérale en la matière, Lle secteur manufacturier était moins vulnérable parce que de plus petite taille, etc.

    • Avec la défaite de l’invraisemblable ex-futur-possible ministre de la maladie Gaétan Barrette, celle de Jean Charest est celle qui m’a le plus réjoui. Hier ses larmes de crocodile m’ont fait plutôt sourire, c’était davantage le numéro du gars à qui on a pris son beau joujou que des remerciements sincères à tous les candides qui ont cru qu’il travaillait plus pour eux que pour sa clique de parvenus de Versailles-en-Sagard et de boys patentés et cooptés des clubs genre St-Denis. Servir ou se servir?

      Que nous avons donc la mémoire courte! 50 libéraux élus mardi après tous ces scandales de favoritisme, de corruption, ce mépris envers la classe moyenne, les moqueries mesquines envers les étudiants, l’échec en santé des deux ministres-docteurs libéraux, etc… Je n’en reviens pas. Vraiment nous avons un côté maso qui ne cesse de me surprendre. C’est à croire qu’encore trop de gens ici ont encore besoin de Harpère fouettard et de sa condescendance. Peut-être ne sommes-nous tout simplement pas assez matures, et que réclamer notre dû nous convient mieux que de le prendre?

      Pouvoir minoritaire, donc, pour le PQ. À ceux qui disent, comme je l’ai entendu, que Madame Marois n’aura eu qu’un tiers des votes des Québécois mardi, et est peu légitime, là encore, mauvaise mémoire ou mauvais esprit : Jean Charest en 2008, avec seulement 57% de votes exprimés, n’a gouverné qu’avec, au plus, 25% de Québécois vraiment derrière lui!

      Donnons la chance à cette coureuse de fond qui, en 36 ans de service public, n’aura pas une seule fois dérogé comme tant de ses collègues (y compris Jean Charest jadis conservateur) de ses convictions. C’est de cela que nous avons besoin : d’affirmation et de convictions. Bonne route, Madame.

    • @youbablue

      Les économistes, ceux qui s’y connaissent (pas comme vous à ce que je vois), regardent toujours le poids relatif de la dette. On ne s’est pas endetté par rapport à la capacité de payer, il fallait investir dans les infrastructures qui tombent encore en morceaux, investir dans la santé à cause des coupes du PQ, etc. C’était nécessaire. Tout le monde s’entend pour le dire, sauf vous.

      Le gouvernement n’a pas droit de regard sur les placements de la Caisse. Henri-Paul Rousseau a été choisi par le PQ et nommé par Mme Marois. C’est lui qui est responsable de la perte.

      Ce n’est pas soutirer des millions des étudiants. L’étude est un investissement qui rapporte beaucoup plus que ce qu’il ne coûte, même avec la hausse des droits. De plus, des mesures compensatoires étaient en place pour aider les moins nantis.

      Sa vision, c’est un Québec responsable qui se paie les services qu’il est en mesure de se payer. Le Plan Nord, c’est la génération de richesse provenant du Nord québécois, qui permettra d’améliorer ou maintenir le haut niveau de service actuel de l’État québécois. C’est une vision ça.

      Visiblement vous êtes un/une ignorant(e)

      Arnold Malefroy

    • Charest, un homme qui a fait passer sa carrière politique avant les intérets du peuple québeccois.

    • correction : québecois

    • Bonjour,

      Enfin ! Bien que je voue un profond respect pour Monsieur Jean Charest, comme bien de mes amis Canadiens habitant la province de Québec, nous retournerons voter pour le Parti Libéral du Québec. Bien sûr que cela fait légèrement pédant et puriste sur les bords, notre situation de fiers libéraux du Natural Governing Party nous permit de nous abstenir car un fossé idéologique sépare les deux entités. Le Parti Libéral du Canada, ces fiers descendants des Patriotes de 1837-1838 en ayant passés par les GRITS sont les fondateurs du Canada actuel empreint de compassion et de justice sociale……. Avec plaisir, John Bull.

    • Pour avoir voté pour les libéraux il fait etre malade dans la tete, et avoir perdu la mémoire.

    • Tout comme Jean Chrétien, Jean Charest fait partie de cette répugnante race de politiciens pour qui la fin justifie les moyens !
      Tout comme Trudeau, ils ont compris que diviser les Québécois leur permettrait d’obtenir la bénédiction du Roc pour rester au pouvoir !
      Avec Trudeau, on a eu les mesures de guerre ;
      Avec Chrétien on a eu le référendum volé et le scandale des commandites ;
      Avec Charest (ce misérable ministre des jeunes), on a eu l’échafaudage d’une dégoûtante manipulation tentant d’assimiler notre jeunesse à des terroristes !
      Ne vous trompez pas, Charest n’a jamais versé de larmes pour personne d’autre que lui-même et les larmes de crocodiles que vous avez vues, il les a versé parce qu’il se sentait humilié, POINT !
      Quelle douce revanche quand de voir que c’est un «bloquiste» qui nous a débarrassés du visage à deux faces à Charest…
      Héhéhéhéhéhéhé !
      Robert Alarie

    • - Il aura confondu les poches de l’État avec celles de la Grande Famille Libérale

      - Il se sera entourée de béni oui-oui tout le long de sa carrière québécoise

      - Il aura refusé pendant trois ans une commission d’enquête qui était demandée par à peu près toutes les institutions civiles

      - Il aura tenté de privatiser un parc national (le mont Orford)

      - La loi 78 aura été dénoncée par les juristes québécois et par l’ONU. Elle était inapplicable par les policiers qui lui ont préféré des règlements municipaux.

      - En fait, à bien y penser, le véritable héritage de Don Charest se trouve sur le site de Libéraux.net.
      .
      - Attendons les conclusion de la commission Charbonneau avant de conclure définitivement sur l’héritage de Don Charest.

    • @laloueapril. Seriez-vous aveuglée? Vos commentaires ont toujours été très biaisés et ça continue.

    • Curieux tout de même. Ceux qui se gargarisent de la fierté d’être QUÉBÉCOIS dégobillent (quelques-uns ici devraient se reconnaître) sur un QUÉBÉCOIS qui a donné le meilleur de lui-même avec ses valeurs. Un admistrateur ultra-compétent avec un rare talent particulier pour les relations humaines! Même GND lui a rendu hommage en dépit d’un différend majeur. Je n’ai pas endossé automatiquement ou aveuglément chacune de ses décisions ou de ses choix stratégiques. Lorsque ce fut le cas, le plus souvent je buggais sur certaines modalités d’application. Quel ridicule de l’affubler du prénom John James alors qu’il n’a jamais utilisé ce prénom dans sa vie publique. Sans doute une autre affabulation de nos vieux boomers, sempiternels séparatistes frustrés. J’ai bien hâte de voir à l’oeuvre votre Pauline maman doudou surprotectrice qui s’enfarge dans ses mots, rendue à la 3ième phrase qu’elle prononce! Oubliez pas la belle pension de 80 000$ à son Clo-Clo de mari!

    • Bonsoir,

      Tout comme Notre Dame du Cap autrefois dans le temps de L’Union Nationale veillait sur les nationalistes québécois, aujourd’hui nos descendants de l’Union Nationale que nous nommons péquistes carburent à l’affirmation nationale tout en étant bien plus Mou que dans le temps béni de Feu Maurice Duplessis.
      Car présentement nos amis de la talle de péquistes sont devant la triste réalité de s’être menti effrontément depuis les 17 dernières années en se faisait des accroires sur le référendum volé parait il ? Pauvre gang de zoufs, d’éternels chiqueux de la guénille nationale au lieu des grenoilles de bénitier du temps passé……

      En terminant, Notre Dame des Sept Douleurs ainsi que Notre Dame de Béton, veillez donc prendre soin de nos péquistes en les ramenant les deux pieds sur Terre, ces pauvres intoxiqués de la Fumée secondaire de Ti Poil qui les convertit aux shows de boucane comme dans les tribus primitives….. Au plaisir, John Bull.

    • @johnbull,
      Un BLOQUISTE a flanqué à la porte ton idole Charest…
      Comme dirait ton autre idole Jean Lagaffe Chrétien :
      «Que voulez-vous, quand tu reçois un bloc sur la tête, veut veut pas, ça défrise le canayen…»
      Mouhahahahaha…
      Au plaisir…
      Robert Alarie

    • Échangisme:- Charest au PLC et Trudeau au PLQ…plus rien ne me surprends en politique !!!

      Jean Bottari

    • bedardphilippe

      5 septembre 2012
      22h03

      Vous avez stupidement écrit:

      “Jean Charest va passer à l’histoire comme le chef du gouvernement québécois le plus corrompu depuis les belles années de Maurice Duplessis et Gérald Martineau !”

      Fournissez donc des preuves…Un seul jugement de cour déclarant coupable un seul député libéral?

      Tellement facile de salir lorsqu’on est bien caché derrière son clavier d’ordinateur ou que l’on jouit de l’immunité diplomatique à l’assemblée nationale!

    • @patrickbachand 6 septembre 01h33
      Je suis incapable de m’arrêter de rire tellement je trouve loufoques certaines de vos prévisions d’affectations à un job de ministre.
      La meilleure des meilleures: Agnès Maltais ministre de la Famille. Si je vous ai bien compris, vous souhaitez un moratoire sur le taux de natalité…Ohohohohoh MDR LOL

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité