Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 mai 2012 | Mise en ligne à 15h45 | Commenter Commentaires (73)

    Pendant ce temps-là…

    -Le régime syrien continue sa répression. Plus de 10 000 morts, et ça continue.

    -Le gouvernement Harper enlève le droit de grève aux employés du CP.

    -Le gouvernement Harper change unilatéralement les règles de l’Assurance emploi.

    -L’étude des crédits du dernier budget Bachand passe totalement inaperçue. Etc…

    Vous avez pas l’impression que le conflit étudiant a occupé tout l’espace médiatique et a permis à d’autres de faire tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes?

    Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes…

    Tags: , ,


    • Ben… oui!

      B. Boyer

    • Non non, c’est ma faute si 9 de vos 10 derniers sujet de blogue traîte du conflit étudiant…

    • Quand les classes de maternelle se mettent à faire de la politique à la place des experts en opinions, il est tout naturel, pour ne pas dire presque cul-tû-rel, que le diable soit maintenant aux vaches, mais ne le prenez pas trop personnel s.v.p, puisque tout ça c’est encore la faute des Autres comme d’habitude…

    • J’imagine qu’on aurait pu éviter tout ça s’il n’y avait pas eu la grève étudiante.

    • Bonjour,

      Le boycott des cours par les étudiants dans les trois derniers mois servit à occulter bien des nouvelles infiniment plus importantes. Mais les québécois aiment bien regarder la TIVI et faire du balconville. Toutes les nouvelles concernant le boycott des cours et les nombreuses manifestations ont servies de VASELINE pour badigeonner les bulletins de nouvelles continues et ainsi passer en douce des mesures qui autrement auraient soulevées des tollés de protestation.

      En terminant, tout comme l’oximore, l’oximoron de la pseudo souveraineté-association sert de vaseline pour enfirouaper la bande de dupes que sont les nationalistes québécois. Afin de leur enlever la douleur de quitter le confort douillet de la Fédération Canadienne….. Et pour résumer concernant cette fraude monumentale, la souveraineté-association est tout simplement de la vaseline, un concept vaseline………

    • Ce n’est pas la faute des journalistes.
      J’ai le sentiment qu’à prime abord, le gouvernement libéral et son têtu de chef ne se sont pas occupés du sort des étudiants pendant au moins les 10 premières semaines. Ce qui a occupé l’actualité et leur a permis de se faire du capital politique sur leur dos et nous en passer des petites par la porte d’en arrière. En plus de faire cheminer son controversé Plan Nord en catimini.
      Mais voilà que le vent a changé et leur sale loi les as mis dans le trouble, oupss, faut faire quelque chose, la cote de popularité descend.
      Pas grave la situation des étudiants, selon eux, on va les étirer jusqu’à ce que les argentiers se plaignent de perdre de l’argent à cause des manifestations. Vite, vite, faut régler, l’économie est prioritaire, par-dessus les facteurs humains. Je suis tellement déçu.
      Va-t’on s’en souvenir aux prochaines élections? Je compte sur vous, les journalistes pour le rappeler à tous le moment venu.

    • À qui la faute sinon? Ce n’est pas la faute des médias et des journalistes si la une des journaux n’est occupée que par le conflit depuis les 100 derniers jours et même plus?

    • Nous sommes capables de suivre l’actualité régionale, nationale et mondiale en même temps et même si l’indignation nous habite devant de tels actes, le degré diffère par rapport à la situation. Il ne faut pas croire qu’on se limite à lire le journal local mais nous sommes aussi “branchés” sur les quotidiens(leurs sites internet) mondiaux. Il y a toujours la fameuse tirade : “Quand on se regarde on se désole mais quand on se compare on se console”. Il faut garder les choses en perspective mais cela n’empêche pas que l’on doive accepter les injustices même si elles semblent mineures par rapport à d’autres, sinon c’est le nivellement par le bas qui nous attend tous.

      Un journaliste ne peut couvrir l’ensemble de l’actualité à lui seul. Le journaliste ne choisit pas toujours ce qu’il doit couvrir, ce sont habituellement ses patrons qui décident.`

      À lire certains commentaires de personnes qui pensent de façon binaire, je peux comprendre votre boutade qui laisse deviner que vous avez déjà eu des remarques semblables de ces mêmes personnes.

      De mon côté, je ne jette pas la pierre aux journalistes. Toutefois je leur demanderais plus de rigueur qu’ils n’en démontrent parfois. C’est tout.

      Merci de nous laiiser l’occasion de nous exprimer.

    • «Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes…»

      Euh… Attendez que je regarde, non, je n’ai pas été promu à la tête de la salle de rédaction de La Presse, donc oui, si autant d’attention est accordée à la grève étudiante, c’est de la faute aux médias… Regarder les nouvelles est maintenant d’un ennui mortel, toujours la même chose, une manifestation par ci, une autre par là…

    • Tout à fait,
      Une vrai joke ce long et pénible Vaudeville pour…. $39 de réduction par année sur la hausse prévue initialement !!!!?????
      Si c’est le cas, clap, clap, clap aux étudiants manifestants…. On peut bien faire rire de nous partout !
      J’ai hâte de voir d’autre chose qu’une bande de moutons tapper sur des chaudrons ou les trois têtes à claque des fédération dans l’actualité…..
      E. Beauchemin

    • Ça aurait changé quoi ? Face à la Syrie le Québec est impuissant. Face à Harper le Québec est minoritaire. Face à Bachand, les québécois, pour changer les choses, doivent se battre comme des fous quand la cause n’est pas partagé par la majorité (frais de scolarité) et lorsque les gens partagent à la majorité une opinion (comme pour la commission d’enquête sur la construction), on en a pour des années de luttes. À quand un débat sur la privatisation d’anticosti ? Avez-vous vu le site http://liberaux.net/ où plusieurs aberrations libérales sont dénoncés ? Les médias en ont-ils fait des scandales ? Pourtant, ces aberrations ne se sont pas toute faite dans les trois derniers mois. Le problème c’est pas tant les journalistes que les gens qui sont mous et apathiques.

    • L’orage d’hier à Montréal c’est aussi la faute aux étudiantes et étudiants.

    • «Ben» oui, Monsieur Lavoie….votre confrère Monsieur Gagné l’a déjà écrit avec son «Les m….journalistes»
      Vous êtes certes aux faits que, pour certains patrons du monde des médias, la nouvelle se DOIT d’être d’ordre de business….genre de marchandise permettant de mousser LA vente. Plus de ventes de nouvelles dites «fraîches»…plus d’annonceurs…plus d’entrée de $$$ d’où une certaine course effrénée vers LA nouvelle…dite le «Scoop».
      Nous, les «consommateurs» de nouvelles, y portons aussi notre responsabilité. À la vitesse où presque TOUT se déroule et l’évacuation que nous faisons de «LA» nouvelle…une n’attend pas «l’autre»…la banalité ou plutôt la banalisation nous lance des clins d’oeil. Difficile alors de faire UN bon choix de «bons» journalismes et de journalistes. Jusqu’à ce jour, vous êtes de mes «favoris(es)»…demain, je verrai sauf que j’ai confiance que le choix persistera…que je persisterai. Je souris…
      Excellente fin de journée à vous!
      Gaston Bourdages
      Simple citoyen – écrivain publié «en devenir»
      Saint-Valérien de Rimouski

    • Bien considérant que c’est principalement en vous lisant qu’on s’informe, il est évident que les journalistes sont en partie responsable de cela.

      Chaque journaliste de la Presse devrait relire tout ce qu’il a publié depuis 3 mois, en ordre chronologique. Il va vite réalisé qu’il aurait pu traiter du conflit 1 journée sur 3 et ça l’aurait eu le même impact. Toujours les mêmes choses qu’on relisait des mêmes journalistes, jour après jour.

      Après ça essaie de nous faire accroire qu’on sera moins bien informés s’il y a moins de journalistes au Quebec.

    • “Vous avez pas l’impression que le conflit étudiant a occupé tout l’espace médiatique et a permis à d’autres de faire tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes?”

      Depuis quand Harper et Al-Assad rendent-ils des comptent à qui que ce soit ???

    • “…et a permis à d’autres de faire tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes?”
      N’est-ce pas ce que le gouvernement Charest fait depuis plus de 9 ans?

      Effectivement le conflit étudiant mais aussi le réveil des citoyens face à l’ignoble loi 78 nous a tenu éloigné des autres nouvelles. Vous n’avez pas à vous en sentir coupable ni, non plus, à vouloir culpabiliser les gens de cet état de fait.

      Quand la casserole déborde dans sa cuisine c’est pas le temps d’aller prendre des nouvelles des voisins!
      R. Boisvert

    • Vous avez raison… ça fait l’affaire de Harper qu’on ne s’occupe pas trop de lui. Sa loi omnibus est un vrai scandale, presqu’autant que la loi 78. Le reste du Canada va devoir sortir ses casseroles!! Sans blagues… il ne faut pas arrêter de se battre pour nos acquis!

    • La meilleure façon de détourner l’attention c’est de créer un ennemi qui attirera toute l’énergie du bon peuple. John James en bon conservateur l’a compris il y a belle lurette et c’est pourquoi le conflit étudiant lui a été profitable. Mais je ne crois pas que Harpeur avait besoin de cela pour pousser son propre agenda néo-libéral. Harpeur pousse tout ce qu’il peut pour, comme il avait dit changer le Canada d’une telle façon que nous ne le reconnaitrions pas. Pour cela, bravo…….et il a encore plus de trois ans en avant de lui pour le faire. :0(

    • Remarquez M. Lavoie que la moitié de vos commentaires portent sur la grève étudiante…

      Et c’est normal. Le Québec est actuellement en crise. Une résolution de crise sera toujours la priorité pour tout le monde, c’est pourquoi on appelle cela une crise.

      C’est Harper qui doit être content. Pendant ce temps, le Québec ne se scandalise pas de ses politiques rétrogrades qui détruisent le Canada que nombreux Québécois aimaient tant.

      Les réformes de l’assurance-emploi sont passés dans le beurre. Pourtant, ces mesures auront de graves conséquences pour le Bas St-Laurent, la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-madeleine. Les temps seront dur pour ces régions pas particulièrement prospères.

    • «Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes…»

      Bien sûr que non: les journalistes n’ont aucune responsabilité, aucun compte à rendre à personne et peuvent dire et écrire n’importe quoi. Y sont même payés et ceux qui les payent non rien à dire quelles que soient les circonstances. Pire il y en a qui sont payés par les fonds publics comme à la SRC et qui peuvent servir d’organe de communication non-stop à un seul point de vue pendant trois mois et personne ne leur demande de compte.

      Le journalisme est devenu le refuge de la paresse intellectuelle et la plupart de vos collègues sont des imbéciles sans espoir. Si vous voulez des noms faites-moi signe…

      Bye


      Claude LaFrenière

    • En gros, et si on vous comprend bien, vous reprochez aux gens de faire trop la couverture du conflit étudiant dans les médias? C’est bien cela? Nous n’aurions décidemment plus besoin de vous je pense alors.

    • Les journalistes: on peut leur reprocher leur manque de neutralité, on peut leur reprocher de négliger un sujet rapport à l’autre (c’est subjectif d’accord) mais on peut leur reprocher leur acharnement comme dutritus le fait rapport à Dubois et d’élever Léo créant une sorte de compétition. Et Desjardins c’est aussi une leader. Chacun son rôle.

      On se demande si le fait de contester le dégel des frais par exemple et le rapport de force démesuré du gouvernement rapport aux étudiants fait en sorte que le quatrième pouvoir de la façon qu’il traite a un penchant en premier lieu pour le gouvernement ou son patron…..on parle d’éditorialistes et certains chroniqueurs……toutefois les “faiseux d’opinions” qui commentent souvent à la radio font des chroniques qui disent une chose et son contraire dans la même phrase.

      Maintenant….la révolution Syrienne……les jounaux anglophones et principalement Uniens en parlent……que peut-on dire sauf nos états d’âmes et nos sympathies aux victimes et sachant d’avance que l’histoire retiendra que les américains ne se sont pas mêlés de leurs affaires encore une fois….tout comme en Égypte et “kossa donne”.

      Harper….en temps normal on ne parle pas du Canada aux nouvelles parce que dans les faits le Canada et le Québec sont des étrangers….sauf pour l’armée qui vient de temps en temps recruter nos jeunes qui se font descendre en Afghanistan (du moins lorsqu’on combattait)…..lesquels combattants sont morts pour rien…..ah ça les journalistes ne le disent pas.

      Harper, lorsque j’écoute les nouvelles en anglais ils en parlent mais pour moi ce sont des nouvelles de l’étranger, comme pour des nouvelles de l’Angleterre. J’ai cessé de croire aux canadiens lors du référendum de 1995 lorsque ces derniers sont venus nous dire combien ils nous aimaient et qu’aujourd’hui ils nous reprochent la péré”kekchose”.

      Et puis est-ce qu’on nous parle d’Haiti….comment sont administrés les sommes recueillies, comment s’en sortent-ils les Haitiens, les drames, leurs tragédies…….beaucoup plus intéressant que les grévistes du CP qui refusent de sa battre. Et hommage aux étudiants qui se sont battus et qui devront se battre encore sans appuis des journalistes de tendances libérales.

    • Veuillez nous excuser, mais nous venons tout juste de nous réveiller. Un problème à la fois. Celui qui occupe notre esprit est d’une extrême importance. Il faut montrer au gouvernement que sa majorité ne lui permet pas de faire ce qu’il veut prétextant que c’est la démocratie de voter plus tard pour signaler notre désaccord. C’est beaucoup d’énergie pour des citoyens habitués de plier devant des dirigeants gouvernementaux. Manifester dans la rue, je n’aurais jamais pensé faire cela il y a encore quelques mois. Bien sûr que nous suivons ce qui se passe dans le monde ; ça n’arrive pas à nous distraire des problèmes chez-nous. Alors, pour le moment, notre persévérance va du côté des revendications que vous connaissez. Ensuite, nous allons nous tourner avec autant d’énergie vers d’autres horizons. C’est parti !

      M-D Turcotte

    • Non, ce n’est pas particulièrement la faute des journalistes. C’est cependant un peu de la faute de leurs employeurs qui jugent que la population est incapable de suivre deux sujets en parallèle. Il y aurait eu des victoires des Canadiens, une tempête de neige en avril, un père de famille qui tue ses enfants, des accomodements «déraisonnables» et on aurait pas plus parlé de la Syrie ou de Harper que maintenant. Avez-vous déjà regardé les infos françaises? Ça déborde de sujets internationaux avec des topos de 2-3 minutes. Ici, à la place, on va jaser aux nouvelles des caprices météo ou de deux vitrines cassées pendant 15 minutes et reléguer à un clip de 3 minutes tout ce qui se passe dans le reste du monde, peu importe l’importance des événements.

      C’est aussi un peu la faute à Charest, qui est incapable de faire une offre satisfaisante aux étudiants. Tout le monde est tanné de cette crise mais ce n’est pas en offrant rien de significatif qu’on va sauver la saison touristique montréalaise.

    • « « Vous avez pas l’impression que le conflit étudiant a occupé tout l’espace médiatique et a permis à d’autres de faire tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes? » »

      Ché pas monsieur Lavoie mais me semble que ça surtout permis à une méchante gang de bloguer tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes.

    • C’est ben trop vrai ça…dire qu’on aurait pu régler la question Syrienne au lieu de manifester pour les frais de scolarité…on est donc niaiseux de pas y avoir pensé!
      Tous à Damas!
      Philippe Tremblay

    • Pour Harper et sa démagogie, on le savait. Mais on y peut quoi?
      Ils l’ont élu, qu’ils l’endurent.

    • Harper va bientôt entendre le son des casseroles dans les Maritimes, au Québec et dans certaines parties de l’Ontario.

    • “Vous avez pas l’impression que le conflit étudiant a occupé tout l’espace médiatique et a permis à d’autres de faire tout ce qu’ils veulent, sans avoir à rendre des comptes?” Oui et c’est en grande partie la faute de l’information “en drect”, dans laquelle les images repassées en boucle ad nauseam auraient pu être remplacées par de vraies nouvelles.

    • Dans ce cas très précis, je crois que c’est effectivement la faute des journalistes. Depuis le temps que vous vous dites être les chiens de garde de ce qui se passe dans l’actualité, vous avez tous focussé (jusqu’à l’écoeurantite) sur cette “crise étudiante”.

      Vous vous attendiez à quoi exactement? Les journalistes sont payés pour faire exactement ça: Nous donner DES nouvelles, pas une seule, en boucle.

    • Vous savez, M. Lavoie, ce n’est pas parce que vous ne parlez que du conflit étudiant que les gens ne se tiennent pas au courant.

      D’ailleurs, saviez-vous que ce soir, partout au pays, des Canadiens allaient taper sur leurs casseroles non seulement en appui aux étudiants et aux Québécois contre la loi 78, mais aussi pour exprimer leur propre ras-le-bol de ces gouvernements qui ne nous écoutent pas?

      De rien. Dire que je ne suis pas grassement payé pour suivre le fil de la PC. *soupir*

      Jacques Boivin

    • Vous êtes dans le mille … les journalistes, éditorialistes, colomnistes, blogistes … nommez-les … parcourez la Presse, le Soleil, le Journal de Montréal et de Québec, le Devoir … effectivement la nouvelle est le conflit étudiant … on gueule, on rouspète, on dégueule mais on analyse très peu … les journalistes sont imbus d’eux-mêmes regardez autour de vous : Richard Martineau, Claude Poirier,Jean-Jacques Samson, André Pratte et cie … tous du même bord et tous démagogues dans une certaine mesure … sans parler des Stéphane Gendron, Jeff Fillion, André Arthur et cie … wow toute une gente journalistique … la réalité on la voit, on l’entends, on la lit … tous les jours … continuez votre beau travail éducatif … très enrichissant …

    • Peut-être qu’un trait d’union entre «temps» et «là» serait une bonne idée…

    • @claude_lafrenière “Le journalisme est devenu le refuge de la paresse intellectuelle et la plupart de vos collègues sont des imbéciles sans espoir”. Comme vous y allez! Seriez-vous meilleur?

    • @frerejacques “Richard Martineau, Claude Poirier,..sans parler des Stéphane Gendron, Jeff Fillion, André Arthur et cie … wow toute une gente journalistique “. Aucun d’eux n ‘est journaliste. Ils sont des commentateurs. Grosse nuance.

    • Mmmmm… pas sur de ca moi que la population aurait vu tout cela… quand on se preoccupe d’un trait d’union dans le titre, me semble que ca veut tout dire! hein @patatoconcombre??
      Pathetique!!

    • En pratique votre affirmation est juste mais que deviez vous faire d`autre ? Ceux qui nient l`ampleur de la crise sont des moutons indécrottables pour qui leur petit confort nombriliste prime sur ce qu`ils devraient être vraiment. Pour plusieurs avoir est plus important qu`être.

      Il fallait donner le temps au temps afin de vivre et disséquer la crise sous tous ses angles .Faut admettre qu`il y a eu de nombreux rebondissements sur lesquels il était important de débattre.
      Je crois qu`on s`est juste occuppés de nos affaires pour une fois. Je crois que cette crise aura permis de polariser les québécois et de faire sortir les mous des deux camps ce qui,démocratiquement est tres sain. Reste à voir la suite car au dela de ce conflit ,il restera de nombreuses plaies à panser. Le Québec d`il y a trois mois n`est plus.

      Mais dites moi donc , n`étais ce pas le boulot de Jean Charest de défendre les intérêts québécois face à la loi 38 ? Ou peut-être que 30 minutes à une table de négociation en 3 mois c`est assez ? La vérité c`est que Charest ne veut rien avoir à faire avec Harper pour pouvoir regner dans son royaume sans brasser de m…à l`extérieur.

      La Syrie c`est catastrophique. Mais disons les vraies choses ca doit détendre l`atmosphere quand ils voient arriver ti-coune Harper dans le débat.

      Ce dernier légifere sur tous les conflits de travail plutôt que de participer à l`harmonie en milieu de travail. À chaque fois c`est pour protéger l`économie canadienne ,comme quoi quand il est question de cash…
      Disons que cette fois la loi est accompagnée d`un médiateur ce qui en bout de ligne va forcer les deux partis à s`entendre. Des centaines de milions de profit au CP et les employés vont contribuer à les faire augmenter ? Ca c`est du capitalisme sauvage. De l`autre coté c`est un autre exemple que le domaine des relations de travail est en train de payer pour des décennies d`abus syndicaux.

    • Pendant ce temps là…
      Deux experts indépendants de l’Organisation des nations unies sur les questions de libertés fondamentales et de liberté d’expression ont aujourd’hui fait part de préoccupations face aux actes de violence survenus au Québec lors des manifestations du 24 mai, qui ont mené à la détention de 700 manifestants, a fait savoir l’ONU dans un communiqué transmis mercredi.
      Québec province de banane!

    • Non non, c’est de la faute de…de…de…de…

      Ben coudonc’! C’est pas de la mienne certain!

      On a pas assez de l’autre zouf d’Influence Communication venir nous dire qu’on fait dur parce que les médias parlent de tel ou tel sujet, maintenant les médias eux-mêmes emboîtent le pas.

      Faut l’faire!

    • … Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes…

      Bonjour M. Lavoie, on a sur Cyberpresse, on ne parle que de ce conflit entre les étudiants et le gouvernement, on va sur RDI et oh surprise, on ne parle que de ce conflit entre les étudiants et le gouvernement … A un moment donné, si vous voulez qu’on parle et commente sur autre chose, il faudrait parler de cet autre chose.

      Dans ce conflit, les médias ont fait des super vedettes les trois têtes des associations étudiantes. Un peu de sens critique des médias dans ce conflit aurait été plus que bienvenue. Les associations étudiantes ont dit et fait des énormités et personne pour les critiquer. J’entendais encore en fin de semaine celle qui va prendre la tête de la FECQ dire que tout était de la faute du gouvernement et Madame Latraverse n’a pas dit un mot: SVP un peu de sérieux. Un gouvernement élu démocratiquement prend une décision et un groupe d’étudiants décident qu’on ne peut dire ‘non’ aux enfants-rois et les médias ne trouvent rien à redire. On est très critique, avec raison, contre M. Charest et son gouvernement, mais on aurait dû planter les étudiants sur bien des points depuis trois mois.

    • “Pendant ce temps là”, RDI flushe Les Grands Reportages pour du verbiage cotes d’écoutes.

    • Effectivement, plusieurs pseudo-journalistes (Lagacé, Lortie, Ouimet) font des chroniques pro-étudiantes à répétition sur une pseudo crise sociale pour mettre de la pression sur le gouvernement.

      Quelques centaines de personnes à Québec et quelques milliers à Montréal sur 8 millions de québécois et on parle de crise sociale. Quand on regarde les vraies crises dans le reste du monde, les casseroles du Québec sont bien insignifiantes…

    • @sena – 30 mai 2012 – 20h29
      En effet, cette crise est d’une insignifiance consommée. Des gens qui en sont à perdre un 4ième mois pour sauver quelques centaines de dollars: get a life! Pendant ce temps, on ne parle pas d’une situation extrêmement grave qui se passe en Syrie … misère …

      En tout cas, dans ce conflit, je n’ai pas été impressionné le moins du monde par l’intelligence des étudiants en grève, mais ils méritent un gros BRAVO pour avoir mis les médias dans leur petite poche. Sans les médias, ce conflit serait terminé depuis longtemps. Voilà ce que ça donne l’obsession des cotes d’écoutes, à genou devant les étudiants, rien pour les froisser pour qu’ils soient toujours disponibles pour des entrevues …

    • Harper se fout de nous

      Pendant que le Québec est plongé dans un conflit sans précédent et qui a fait la une de l’actualité pour près de trois mois, le gouvernement majoritaire de Stephen Harper en a profité pour se foutre de nous. En effet le gouvernement conservateur s’est servi de sa majorité pour limiter la durée des débats aux Communes sur le projet de loi C-38 de mise en œuvre du budget.

      De ce fait le projet de loi omnibus déposé comprend une soixantaine de projets de loi qui n’ont rien à voir avec les mesures annoncées dans le budget fédéral du 29 mars et englobe un grand nombre d’autres mesures. La portée de ce projet de loi est sans précédent car il y a recul au niveau des évaluations environnementales.

      En plus le projet de loi concrétise le retrait du Canada du Protocole de Kyoto sur les changements climatiques, accorde des pouvoirs à l’Office national de l’Énergie et au ministre responsable pour accélérer le processus d’évaluation environnementale et donner le feu vert à tout grand projet de pipeline. Changement au niveau de l’assurance emploi.

      De plus certaines mesures introduites feraient en sortes que la Loi de protection des consommateurs du Québec ne s’appliquerait plus aux banques à charte du Québec.

    • Pendant ce temps-là le plq, charest et ses mitaines, se moquent éperdument des étudiants et par ricochet d’une grande majorité de québecois.
      35$ de réduction des frais de scolarité après 15 SEMAINES de boycott, une insulte, point.
      Les leaders étudiants auraient intérêt à tasser le mur érigé par le plq et surtout d’être extrêmement prudents de subir des croc-en-jambe planifiés du plq qui espère les avoir à l’usure comme au 5 mai dernier.

    • Ce qui est amusant c’est que les meilleurs amis des boycotteurs, Chine, Russie et autres pays voyous appuient ce régime meurtrier.

    • Bonsoir Monsieur Lavoie,

      Il est vrai que vous, les journalistes vous en avez parle beaucoup de cette greve, pardon je voulais dire BOYCOTT.
      Et voila, qu’aujourd’hui le 31 mai, ces chers etudiants BOYCOTTENT encore!
      Ils sont tetus pas a peu pres!
      Quand vont-ils apprendre que negocier ce n’est pas toujours le meme qui met de l’eau dans son vin, eux aussi doivent en mettre.
      Et qu’est-ce qu’ils ont mis depuis de debut? RIEN!
      Ca me fait l’impression que les etudiants ne veulent rien savoir a part le GEL des droits de scolarite alors, a quoi bon negocier avec des tetes de mules semblables.

      Et tout ce qu’on trouve a faire c’est “taper sur des casseroles”, non mais ca s’peux-tu!

      Ils veulent tuer l’economie et le tourisme a Montreal, ils sont bien partis pour ca!
      Donc, continuons de boycotter et de taper sur nos casseroles et le dernier qui partira, fermera les lumieres!

      Mais en attendant, j’ai bien hate qu’un journaliste se leve et leur parle dans la face a ces etudiants, assez, c’est assez!

    • Je seconde sena.

      Beaucoup de chroniqueurs dans les médias ne sont en fait que des activistes politiques. Ils s’en sont donnés à cœur joie pendant cette grève étudiante. Une réflexion s’impose pour les médias. De quel droit un chroniqueur peut-il justifier de monopoliser l’espace médiatique s’il n’apporte pas de faits, pas de recoupements avec des événements antérieurs, s’il a exactement le même discours qu’un parti politique.

      Je ne nommerai pas le journaliste, mais il y a un cas flagrant à Radio-Canada. Il apparaît aux Coulisses du pouvoir.

    • Bien sûr que les journalistes sont responsables et surtout ceux de l’information en continu. Presque 24heures sur 24 sur le sujet. La télévision a servi de plate-forme promotionnelle à nos trois étudiants. Les journalistes, ne parlons pas des chroniqueurs qui ont toute latitude pour dire n’importe quoi, ont perdu toute leur distance par rapport au conflit jusqu’â nous rapporter les messages twittés par Martine Desjardins comme des vérités absolues. On nous a montré en boucle pendant une bonne heure le genou éraflé (ouch, maman !) d’un jeune homme en short tombé dans la rue. Un massacre en Syrie ? Quelle importance à côté de cela ? Il faut faire dans la proximité.

      On parle beaucoup des émissions de téléréalité durant lesquelles des inconnus deviennent vedettes d’un jour . J’ai quelque fois l’impression que nos intellectuels des médias ont trouvé leurs vedettes et ne veulent pas lâcher le morceau.

      Par ailleurs, les nouvelles internationales ne tiennent pas beaucoup de place dans nos médias même en temps normal. Quelle est la proportion des lecteurs ou auditeurs qui s’y intéressent ? Combien d’étudiants ont entendu parler de la Syrie avant d’obtenir leur diplôme ?
      Je n’aime pas beaucoup les comparaisons, mais dans mon jeune temps, dans le cours de géographie, on devait tracer tous les continents, y situer tous les pays et tous les fleuves et connaître les capitales. Disons que nous avions dès le primaire de bonnes bases pour nous intéreser au reste du monde.

      Ajoutez à cela une bonne dose de nationalisme et on se retrouve à la limite du nombrilisme et du narcissisme.

    • Voici mes points…Il faut toujours revenir à la base;

      1) Le gouvernement décide d’augmenter les frais de scolarité et il en a parfaitement le droit, car, qu’on l’aime ou pas, il a été élu démocratiquement;

      2) Le gouvernement n’a pas à négocier avec des groupes de pression lorsqu’il prend une décision. Il n’a donc pas à négocier avec les étudiants;

      3) Les associations étudiantes, aidées par les syndicats, font à chaque jours des manifestations qui dérangent toute la population, qui occasionnent des coûts exorbitants et risquent de mettre à mal des événements comme “Le Grand Prix du Canada”, “Festival de Jazz”, et autres…Coûts actuels approximatifs = 200 Millions $. Mais, les coûts réels peuvent être en bout de ligne, beaucoup plus élevés. Imaginez, perte du grand prix, perte de touristes important…etc

      4) Toutes ces manifestations sont devenues des prétextes pour n’importe lequel groupe de créer du grabuge.

      5) Le gouvernement est face à un problème énorme qui peut coûter cher au Québec. Il doit donc agir en stoppant ces manifestations ipso facto. Pour ce faire, il dispose de plusieurs moyens qui aboutissent finalement à interdire toute manifestations au Québec. Ces moyens sont d’abord la suspension du droit de manifester pendant un certain temps en utilisant entre autre la clause nonobstant de la charte Canadienne des droits. Une fois que la loi est passée, le gouvernement doit cependant prendre les moyens pour l’appliquer;

      5) Mais ce gouvernement est faible et son comportement est à la source de beaucoup de nos problèmes (Inutilité de la loi 78 puisque non utilisée).

      6) Si le gouvernement plie, imaginez les conséquences. À chaque fois qu’un groupe ne sera pas content vis à vis d’une loi, n’aura qu’à aller manifester sans arrêt…Imaginez les 450 000 employés de l’état qui manifestent tous les soirs jusqu’à ce que le gouvernement leur donne ce qu’ils veulent;

      Pour ceux qui sont assez vieux, rappelez vous le “JUST WATCH ME” de PE Trudeau.

      En passant, M. Lavoie, Monsieur Harper a été aussi élu démocratiquement et il a parfaitement le droit de changer les règles de l’assurance emploie, enlever le droit de grève aux employés du CP, …etc

      Les médias sont coupables de faire un spectacle avec les manifestation d’une minorité d’étudiants. J’ai nommé principalement LCN et RDI qui nous repassent en boucle les mêmes images pendant 24 heures!

    • @sena
      Tout à fait d’accord avec vous. Notre système référentiel est devenu bien petit prp à ce qui se passe ailleurs sur la planète. On est devant une “trallée” de pseudo-journalistes supposément au sommet de leur art avec un sens critique développé devenir soudainement déconnectés de la réalité que vivent des milliards de personnes dans le monde. À les écouter, le québec est actuellement gouverné par des fascistes qui écrasent le bon peuple et bafouent sa liberté. Je rêve ou quoi!!! C’est tout simplement une insulte à l’intelligence humaine et plus particulièrement à toutes les populations qui ont VRAIMENT connu un régime de terreur. Le québec est tout simplement une société ingouvernable et on vient de le prouver à la face du monde. On se dit démocratique mais on descend dans la rue pour renverser une décision d’un gouvernement élu – au lieu d’attendre quelques mois la prochaine élection et laisser Pauline nous régler tout ça en cueillant de l’argent dans les arbres. PITOYABLE.

    • «Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes…»
      Non, ce n’est pas de la faute des journalistes si les carrés rouges ont monopolisé 95% du temps d’antenne… et la plupart des pages de journaux. Je le croyais avant de décider de mettre fin à mes abonnements de journaux et de changer de poste de télévision. Quand je m’ennuie du conflit, je relis mes anciens journaux, je passe à RDI ou LCN, le temps de me remémorer l’écoeurantite qui m’habitait et pour réaliser que je n’ai rien perdu de LA NOUVELLE. Lise Moga

    • @A,Arcand il faut faire l’autruche pour ne pas entendre qu’il y a trois point majeures sur la table.
      « trois éléments qui, pour nous, sont très importants », a indiqué M. Bureau-Blouin. « Notre objectif, c’est qu’on parle de droits de scolarité, on veut parler des enjeux périphériques et ensuite de la loi spéciale. On ne veut pas commettre le processus et [on veut] discuter de l’ensemble des bases de discussions »,
      http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/30/negociations-gouvernement-etudiants_n_1557598.html?ref=greve-etudiante
      Enjeux périphériques cest ben large et cest loin de se restreindre aux frais comme l,avis dit Mme Beauchamps. Ils ne veuelent pas régler sur les frais de scoalrité ils n’aident en rien la sortie de crise. Je rajouterai les syndicats ont créer cette crise pour avoir des élections pour revenir en arrière sur le placement syndical et la commission Cahrbonneau ils ont bien des amis qui commencent a se faire arrêter par les enquêtes leur tour s’en vient. Les représentants étudiants sont la pour représenter les intérêts de l’alliance syndicale et non ceux des étudiants. Ceux qui refusent de le comprendre vont être déçu. Dailleurs lorganisation viens de la coalition opposée a la tarification et a la privatisation des services publiques elle est pan cananidenne. Ce sont eux qui organisent les manifestations.
      ”Des choix, le gouvernement en a ! Allez consulter les 17 alternatives fiscales que nous lui avons soumises à l’automne 2010”
      http://www.nonauxhausses.org/2012/03/09/gestes-a-poser-en-contexte-de-greve-etudiante-pour-le-retrait-de-la-hausse-des-frais-de-scolarite/
      Il faut avoir la tête vraiment dure pour ne pas comprendre. Quel sont les relations avec les syndicats des gens qui a travaers le Canada aujourdhui font une manif de la casseroles? Évidement les fonfons syndiqués de RDI sont là pour diffuser toute l’information et désinformer les naifs. Quand Harper va t-il se réveiller et fermer cette station au service des syndicats?
      Dure dure pour les séparatistes de prétendre que les canadiens veuelent qu’ils se séparent et nimporte quoi pour essayer de faire croire qu’il y a de l,aversion. Les provinces les plus près sont éviement Colombie Britanique, Ontario, Maritime mais on est belle et bien dans un beau grand pays d’une côte a l’autre les citoyens sont sensible a ce qui s’y passe. Ah bennn

    • Pedant ce temps là, les étudiants démontrent en parlant trop qu’ils ne connaissent rien à la diplomatie. À se demander quels zoufs les conseillent.

    • Les négos vont fouairer. Je peux pas croire que 150 000 étudiants peuvent runner le Québec à leur guise. On est 8 millions au Québec et on se laisse avoir par eux. C’est par normal.

      It will be a long hot summer. Tout va fouairer. Les hommes d’affaires ont raison d’avoir peur de l’été. C’est la catastrophe.

      Faur régler au plus vite. Et si les journalistes arrêtaient de parler de la crise des étudiants, tout le monde s’en porterait que mieux. Ca fit 4 mois qu’ils font les front pages et qu’on leur consacre des heures et des heures d’antenne, me semble que ca va faire.

      Pendant ce temps-là, Harper nous en passe des petites vites. Tous les chomeurs vont aboutir sur le BS parce que perdre une job à 50 ans, c’est la catastrophe. Après le chomage vient l’aide sociale. Avez-vous idée combien ca va nous coûter?

    • @M. Lavoie,
      Évidemment le projet de loi de Harper est horrible, allez-y élaborer.

      @apocalypse
      Vous dites:” Les associations étudiantes ont dit et fait des énormités et personne pour les critiquer”
      Pratte et Dubuc s’y sont pourtant donné à coeur joie de façon aussi ridicule que malhonnête.

      @sena
      Vous dites:”Quand on regarde les vraies crises dans le reste du monde, les casseroles du Québec sont bien insignifiantes…”
      Traditionnellement au Québec, on évite la chicanne, on rouspette un peu mais on avale et on reprend nos activités tranquillement. Pour que le monde sortent en masse depuis autant de temps de façon continue pour manifester, c’est parce qu’ils en ont plein le cul. Vous voulez le nier, bien à vous, remettez votre tête dans le sable et attendez tranquillement votre retraite payé par des ex-étudiants endetés jusqu’à la gorge, bienheureux que vous êtes.

    • Au lieu de répéter la propagande occidentale et sioniste concernant la Syrie, vous feriez mieux de vous informer un peu mieux sur les médias sociaux pour comprendre que les rebelles sont financés par la CIA, Mossad, MI16, frères musulmans et même Al-Qaida (créé par la CIA) …
      Le massacre de Houla arrive comme par hasard au moment ou le chef des forces de maintien de la paix onusiennes, le général Robert Mood, devait faire un compte rendu de mission devant le CSONU sur les avancées du plan Annan.

      Pourquoi Bachar El Assad aurai interêt a donner des ordres ou soutenir ces propres troupes ou soit disant milices a tués des gens voir des enfants sachant que cela ce retournera contre lui ?

      Guerre médiatique de l’OTAN: le gouvernement syrien blâmé pour des atrocités commises par les escadrons de la mort soutenus par les Etats-Unis. Les évènements de Houla prouvent que les vieux trucs sont toujours ceux qui fonctionnent le mieux !

    • Il fallait s’y attendre, “occupy” s’inspire maintenant de cette crise qui, soyons francs, a largement dépassé le sujet des hausses des frais de scolarité. L’internet est ici et partout, pour le meilleur et pour le pire.

    • @ sena … De kessé que tu veux et peux faire pour les meurtres d’enfants en Syrie ? Et autres abominations et injustices ailleurs ? J’enteds ta réponse = rien ! Fa que, on commence par essayer par ici ?

    • “-Le régime syrien continue sa répression. Plus de 10 000 morts, et ça continue.”

      Les Québécois, comme les Américains, sont pas mal isolationistes, ce qui se passe ailleurs, ca les intéresse pas vraiment, surtout si c’est loin, Europe, Moyen Orient…

      “-Le gouvernement Harper enlève le droit de grève aux employés du CP.

      -Le gouvernement Harper change unilatéralement les règles de l’Assurance emploi.”

      Les Québécois, dans leur racisme latent, s’intéressent peu a ce qui se passe a Ottawa, le premier ministre c’est un anglais, si les Conservateurs avaient un francophone du Québec comme chef, les Québécois lui auraient donne plus que 5 députés, dommage parce qu’a date Harper fait une sacrée belle job.

      “-L’étude des crédits du dernier budget Bachand passe totalement inaperçue. ”

      Les Québécois s’intéressent pas a ca les finances publiques en autant que quelqu’un quel part paye pour leurs programmes sociaux; la dette ? les déficits ? pfff un détail ca voyons.

    • quelqu’un, quelque part paye pour leurs programmes sociaux

    • Bonjour M. Lajoie,

      On est tellement pas habitué a des situation comme celle-ci qu’on pense que c’est extraordinaire. 100 Syriens civils innocents violemment tués n’est rien en comparaison a une hausse de frais de scolarité de $325 par année. Et en plus, c’est nous qui recevons une réprimande de l’ONU!

      Je me souviens des deux référendums, de la crise d’octobre 1970 (Quand le ministre Pierre Laporte a été assassiné par le FLQ) et l’arrivée de l’armée. Je pense que la présente “crise” est loin d’être aussi importante que ceux la.

    • Bonjour,

      « Évidemment, vous allez me dire que c’est de la faute des journalistes… »

      – — –

      C’est plutôt que l’humain tend plus à chercher des coupables que des solutions (je le sais, je suis humain).

      Là, les coupables, ce sont les journalistes; tantôt, les coupables, ce seront ceux qui lisent les nouvelles.

      Finalement, la solution : se trouver un coupable pour ne pas avoir à trouver de solution à un problème.

      Daniel Verret (nadagami)

    • Un silence assourdissant.

      Au cœur de la période actuelle, tandis que les politiciens, avec l’arrogance qui leur est coutumière, convaincus qu’ils sont, de leur impunité et de leur non-imputabilité… poursuivent leurs manœuvres de diversion, je me pose une question, probablement la plus sérieuse qui soit, et à laquelle ni le public ni les médias ne semblent accorder de place :

      L’évasion fiscale des grandes banques canadiennes, qui volent des milliards de $$$ au peuple, avec, bien évidemment la complicité des politiciens, qui sont leurs valets.

      Il existe une excellente étude accessible en ligne, à l’UQAM :

      http://www.cese.uqam.ca/pdf/rec_08_evasion_fiscale.pdf

      Si la question de l’évasion fiscale se réglait, nous vivrions dans un monde honnête, juste, équitable, donc un monde dans lequel le Parti Libéral du Québec, illustre pour ses magouilles, ne tiendrait plus la route. Et la gratuité, nécessaire et légitime pour l’éducation, ne poserait plus de problème.

      Trop de gens broutent à ce râtelier pour espérer des résultats rapides. Mais au moins, d’en parler, cela révèlera l’ampleur de la corruption qui règne dans certaines officines du pouvoir, tant fédéral que provincial.

      En attendant, on voit le mépris avec lequel ce Parti Libéral du Québec aborde les rencontres avec les représentants de la jeunesse québécoise, l’espoir de l’avenir, d’un avenir plus juste et plus équitable.

      Faudra-t-il que le mouvement “Anonymus” s’empare de cette question, comme la révélation de la collusion pouvoir-argent dans Charlevoix, pour attirer l’attention du peuple ???

      Restons optimistes, au moment où tous ceux qui devraient se porter garants de notre avenir collectif ne semblent intéressés que par leur nombril, si petit et méprisable. Et que les étudiants sont notre seul espoir d’éclaircie équitable ! Avec le soutien “casserolier” de la population, bien évidemment, qui semble commencer à se réveiller. Il était grand’ temps.

    • Pendant ce temps-là,la droite hypocrite et fourbe, passe des coups fourrés à la population. Au Québec elle pousse l’audace jusqu’à nous dire que c’est pour notre bien qu’elle nous fesse dessus. On a même des cocos qui reprennent ce discours en choeur sur les blogs et dans les radios de Québec.

    • Si cest pas de la dictature syndicale. On veut abolir le droit de lockout mais pas celui de grève et on me censure sur tout les sites. Mes commenstaires dérangent pas pour le netiquette que je respecte mais les liens que je démontre. La démocratie est en train de disparaitre pour laisser la place a la dictature syndicale. La liberté d,expression n’existe plus. Le seul discours qui est toléré cest la diffusion des idéologies syndicales. Le gouvernement aura beau essayer de régler avec les étudiants ça ne changera rien, les syndicats veuelent le renverser point a la ligne.La seuele sortie possible est un réféérendum ou les citoyens devront se prononcer sur les propositions claires et faire les choix de société. Autrement la dictature syndicale va s’imposer. Vite on doit développer des coops si on ne veut pas voir toutes les entreprises fermer et se ramasser a la merci du placement et de l’ingérance des syndicats dans tout les domaines. Le mur assuré.

    • Si cest pas de la dictature syndicale. On veut abolir le droit de lockout mais pas celui de grève et on me censure sur tout les sites. Mes commenstaires dérangent pas pour le netiquette que je respecte mais les liens que je démontre. La démocratie est en train de disparaitre pour laisser la place a la dictature syndicale. La liberté d,expression n’existe plus. Le seul discours qui est toléré cest la diffusion des idéologies syndicales. Le gouvernement aura beau essayer de régler avec les étudiants ça ne changera rien, les syndicats veuelent le renverser point a la ligne.La seuele sortie possible est un réféérendum ou les citoyens devront se prononcer sur les propositions claires et faire les choix de société. Autrement la dictature syndicale va s’imposer. Vite on doit développer des coops si on ne veut pas voir toutes les entreprises fermer et se ramasser a la merci du placement et de l’ingérance des syndicats dans tout les domaines. Le mur assuré.

    • Peu importe le mouvement étudiants ou pas Harper va faire a sa tête parce qu’il est de la graine de dictateur, qu’il est étroit d’esprit et qu’il est le pire des premiers ministres canadiens depuis le début de cette confédération travestie en fédération au fil du temps.
      Le plus grand des dangers actuellement , pour le Canada et le Québec, c’est la présence malheureuse de ce parvenu a la culture droite américaine avec son idéologie religieuse et fanatique du parti républicain . C’est a nous de se regrouper politiquement pour se débarrasser le plus tôt possible de ce tortionaire de la démocratie.

      Fernand Turbide

    • Pendant ce temps-là, saviez-vous qu’une corporation voulait acheter Hydro-Québec et se faire financer par la caisse de dépôt. Autrement dit cette corporation voulait se faire financer par le fonds de pension des déposants qui devenaient en même temps ses clients. Des bandits j’vous dit. Comme de bien entendu c’est secret. Alors sauriez-vous le nom de cette corporation qui veut frauder les québécois?

    • J’imagine que le gouvernement syrien ne pourrait agir en toute impunité sans la grève étudiante…

    • « C’est la faute aux journalistes… »
      Peut-être pas, mais s’il était possible de faire l’exercice suivant, je me demande comment tourneraient les choses.
      Voici mon idée:
      Que tous les médias, sans exception (TV, radio, journaux, blogues, réseaux sociaux, etc., etc.) cessent de couvrir le conflit étudiant, sous toutes ses formes, pour deux semaines; 14 jours.
      Je me demande si les leaders étudiants continueraient encore bien longtemps… sans publicité !
      Ce n’est peut-être pas la faute aux journalistes, mais…

      Madeleine Léger
      Ste-Agathe

    • On parle toujours du même sujet, que ce soit en Syrie ou à Ottawa, ou ici.
      Pour les décideurs c’est donc fatigant des humains. Ils ont de besoins, des idées, qui souvent ne sont pas les mêmes. Imaginez que ces mêmes humains ont parfois des espoirs, l’envie de changer leurs vies,pour mieux. On conçoit que pour la Syrie ont est à un autre niveau, mais le fond…

      L’endettement est quand même une des meilleurs formes de répression… l’argent faisant foi de tout.

    • Parlant d’autres sujets. Je crois que la fête de Jackie à Sagard serait un sujet très intéressant, juste un peu plus mondain. Qu’en pensez-vous… une belle fête non…voir M.Rousseau s’empiffrer de petits fours, comme s’il avait un grand trou à remplir…40milliards je crois.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité