Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 19 mai 2012 | Mise en ligne à 11h07 | Commenter Commentaires (215)

    Ce conflit qui nous divise…

    Ma chronique de samedi….

    Prochaine modération, lundi.

    Bonne fin de semaine.

    ————————-

    La note me vient d’un ancien camarade de travail, très apprécié. Appelons le Maurice, pour les circonstances.
    «Oui Gilbert, c’est le père de famille qui décide. Que fait-on quand le père de famille n’est plus crédible, n’est plus responsable comme c’est le cas présentement pour le gouvernement Charest? La DPJ intervient et lui retire les enfants. Ce gouvernement qui trempe dans l’illégalité lui aussi avec la mafia et les scandales qui se multiplient. J’aime mieux l’ensemble de la jeunesse que la gang à Charest. Malheureusement, ça ne semble pas être ton cas. Je t’aime quand même».
    Maurice
    ——
    Moi aussi je t’aime quand même, Maurice. Mais ton courriel m’a touché droit au cœur : le conflit étudiant nous divise ; il divise tous les Québécois comme c’est pas possible. Si ça peut te consoler, même ma cousine m’a réprimandé pour me dire à quel point elle est belle cette jeunesse, à quel point il faut lui donner sa chance de changer le monde.

    Mais tu vois, ce n’est pas tout le monde qui tombe en pamoison devant les étudiants, ou qui détestent «la gang à Charest» au point de donner raison automatiquement à tous ses critiques. Il y a plein de gens qui n’acceptent pas de voir cette belle jeunesse paralyser Montréal, casser des vitrines, lancer des briques aux flics, et chanter le «printemps québécois» comme si on était en Syrie.

    Je veux bien comprendre que la révolution armée est parfois nécessaire, mais c’est ailleurs, pas ici. Au Québec, c’est avec la Révolution tranquille qu’on a fait un grand bond en avant. Et ensuite avec l’élection de René Lévesque. Mais pas avec le FLQ et les bombes ! Et puis je suis bien obligé d’admettre que ça m’irrite de voir les leaders étudiants agir comme s’ils avaient obtenu un mandat populaire pour dicter leur loi.
    Je suis chroniqueur politique dans un système parlementaire où ce sont les élus du peuple qui gouvernent, pour le meilleur et pour le pire. Quand c’est pour le pire, on leur fait la job aux élections suivantes. D’ailleurs, j’ai croisé Léo Bureau-Blouin et Martine Desjardins, jeudi, dans les galeries de l’Assemblée nationale. Ils écoutaient la période de questions. Je leur ai dit que c’est là qu’ils doivent se faire élire s’ils veulent changer le Québec, pas dans la rue. Je les soupçonne d’avoir cette ambition et ça, c’est légitime !

    Mais en attendant, au lieu de sortir de force les étudiants des campus, ils pourraient peut-être les diriger vers les boîtes de scrutin. Une étude faite pour le Directeur général des élections en 2009 a constaté que seulement 41 % des 18-24 ont participé au scrutin de décembre 2008 qui a réélu Jean Charest. Ce pourcentage atteint 67 % chez les 45-54 ans, et 74% chez les 65 ans et plus. Et on se demande, après ça, pourquoi les boomers ont de l’influence sur les politiques du gouvernement…
    ——
    Alors voilà où on est rendu avec ce conflit. Des familles divisées, et des amitiés ébranlées. Je ne me souviens pas d’avoir vu le Québec aussi polarisé autour d’un enjeu. Même la bataille référendaire de 1995 n’a pas attisé les passions à ce point. Tu devrais voir les commentaires haineux que j’envoie à la poubelle sur mon blogue, tellement ils sont impubliables. Et même ceux que je publie dépassent parfois les bornes. Alors tu comprends que même si c’est moins passionnant que le sport… ça finit par m’atteindre, ce conflit étudiant, même si mon métier de chroniqueur politique me demande de rester au dessus de la mêlée.

    Alors la pause qu’a décrétée Jean Charest, mercredi soir, je l’ai accueillie avec soulagement. Mais je suis bien conscient que ça risque de reprendre au mois d’août. C’est pourquoi j’espère que Michelle Courchesne profitera de ce petit répit pour tenter de trouver un compromis avec Léo Bureau-Blouin et Martine Desjardins. Quand à Gabriel Nadeau-Dubois, j’ai plus de misère à l’imaginer dans une solution négociée. Il fera un excellent leader syndical capable de tenir tête au boss, quitte à fermer la shop s’il le faut. Mais c’est justement ça qui me dérange chez lui : il est capable de la fermer, la shop, au nom des grands principes et sous prétexte que «le boss est un écoeurant».

    Tags:


    • Bonjour Monsieur Lavoie,

      Juste un mot pour vous remercier de votre lucidité (et j’utilise ici ce terme sans aucune connotation péjorative) soutenue dans toute cette histoire. De grâce, continuez d’exposer la situation de cette même manière claire et, à mon humble avis, impartiale qui caractérise votre propos depuis le début du conflit.

      Merci encore et bonne longue fin de semaine.

      N. Marchildon

    • Ce qui me surprend le plus depuis le début de cette crise c’est que nous en faisons l’affaire des étudiants.

      Qui paie pour la plupart du temps une partie des études, les étudiants ET leur parent. Qui sera le plus affecté par cette hausse ? Les étudiants ET les parents de la classe moyenne comme d’habitude.

      Les étudiants les plus démunis recevront une bourse. Les étudiants des parents à l’aise financièrement n’ont pas à s’inquiéter… et les étudiant des parents de la classe moyenne auront encore à se serrer la ceinture, à prendre des prêts, à travailler comme des dingues.

      Pendant ce temps nous baissons l’impôt des banques, nous augmentons l’endettement des ceux qui démarre dans la vie et nous critiquons les jeunes qui gagnent en moyenne 12 000 $ par année en les traitant de tous les noms.

      belle logique et belle société.

    • En 1982 sous le gouv. Lévesque, après 3 semaines de boycot et de grève on nous a imposé une loi spéciale nous forçant le retour au travail moins 20% de salaire. Mme Marois était alors ministre à la condition féminine.

      Dire que la loi spéciale des libéraux encadrant les manifestations pour empêcher les débordements que nous avons connus et de favoriser le retour en classe sont pires.
      Ben voyons ! .

      Amir Quadir et Nadeau-Dubois vous appelez à la révolte, vous êtes deux fous furieux. La démocratie a parlé, tous, avons été très patient avec vous. Si vous n’êtes pas content alors exprimez-vous aux prochaines élections.

      D. Chartrand (ex-péquiste)

    • Votre billet devrait plutôt s’intituler «Ce gouvernement qui nous divise». Il y avait mille et une façons de hausser les frais de scolarité. Le gouvernement a choisi la pire en étant trop gourmand et il s’est étouffé. On reconnaît les grands leaders dans la façon et la vitesse avec lesquelles ils règlent les conflits. Inutile d’en ajouter.

      Pour ce qui est de Gabriel Nadeau-Dubois, vous faites le jeu du gouvernement, M. Lavoie, ce qui n’est pas du tout en votre honneur, en le démonisant. Pour reprendre votre analogie, dans un syndicat ayant le même fonctionnement que la CLASSE, GND n’a pas le pouvoir de fermer la shop. Si la shop ferme, c’est que tous les employés vont en avoir décidé ainsi. C’est affligeant qu’on ait encore à vous expliquer ce point après 15 semaines. LBB et MD, eux, toutefois, ont ce pouvoir. Ils ne l’utilisent pas et c’est tout à leur honneur. Évidemment, dans cette mauvaise fois ou cet idéologisme qui est devenue vôtre, M. Lavoie, vous omettez de dire que c’est M. Charest qui l’a fermée, la shop. Mais on commence à être habitués. Cela dit, c’est votre blogue, c’est vous qui décidez de son contenu, et si vous souhaitez non mettre en valeur votre côté «mouton» et celui des Québécois, mais le revendiquer fièrement, c’est évidemment votre droit.

      Je terminerai en citant votre collègue Foglia :

      «Dans 1984, le chef d’oeuvre d’Orwell que vous devriez ABSOLUMENT relire (quitte à lire moins les journaux), dans 1984, il y a des affiches partout qui avertissent: Big Brother vous regarde. Big Brother ne vous regarde plus: il vous filme dans le métro. Quand vous vous mettez un doigt dans le nez, vous êtes filmé. Il ne reste plus qu’à filmer celui qu’on vous met dans le cul depuis si longtemps que vous ne le sentez même plus.»

    • M. Lavoie, votre commentaire est exact et démontre bien que Jean Charest a atteint son but: diviser, tel que le veut la “wedge politics” qu’il pratique.

    • Les drettistes libertariens québécois, qui développent de l’urticaire à la simple mention du mot «état», sont apparemment ravis de l’adoption d’une loi qui autorise le gouvernement et la police à venir fouiner jusque dans leurs comptes Twitter. Voilà qui ne manque pas d’ironie…

    • Le Québec est entrain de sortir du Québec.

      Entre les animateur de CHOI, Martineau, Lepage, Durivage, Dufour , le gouvernement, stratèges policiers, Barreau… (Soit médias, gouvernement et judiciaire unis -ce qui est la première chose qu’on apprend lorsque l’on cherche a définir un certain système)

      et les “gamins” de 21 ans que sont les leaders étudiants, on constate la différence de profondeur dans la réflexion, les niveaux de langue et le courage.

      Il y a plusieurs années OKA avait fait le tour du monde, et montré une image qui fut difficile à effacer pour le Québec.

    • Je suis très impliqué dans la société depuis des années: bénévolat, ensemble vocal, ligues de hockey et de balle, en plus d’avoir un réseau professionnel élaboré. Je dois dire que ma position personnelle dans le conflit (j’appuie le gouvernement à 100%) m’a permis de conserver beaucoup plus d’amis et d’en acquérir de nouveaux que d’en perdre…Nul besoin d’un sondage pour évaluer que la population en général appuie la nouvelle loi…Les nombreux analystes présents dans les grands médias ne reflètent pas l’opinion publique. Si ‘était le cas, 66% des interventions publiques applaudiraient à la loi.

    • Bonjour, la loi spéciale ne me dérangera pas dans mes habitudes de personne âgée.
      Bien d’accord que la jeunesse est belle mais pas toute nue dans la rue. N’avoir rien à cacher c’est bien mais dans la parade, plusieurs auraient pu faire montre de modestie.
      Un touriste était aux anges de voir tellement de peau sans payer en plus. Belle image de la Métropole du Québec.
      Les vieux que nous sommes ont déjà donné et nous donnons encore, si j’ai besoin d’aide, je dois payer quelqu’un qui ne me donnera pas de reçu, c’est un bénévole.
      La loi doit et va remettre de l’ordre dans la société, plusieurs ont honte de leur Québec ,et bien pas moi , le grabuge et les dommages ont assez duré.
      Si les jeunes veulent une société évoluée, honnête, pure et intègre, ils n’ont pas à se déshabiller dans la rue.
      Ils ont seulement, finir leurs études et ensuite ils pourront aspirer à diriger la province qu’ils auront contribué à rendre meilleure.

    • Vous avez tout à fait raison. Dommage que plusieurs critiques en oublient ce que veut dire une société démocratique. Le droit de manifester est une chose. Lorsqu’on abuse de ce droit sous prétexte d’une liberté fondamentale et qu’on pousse l’exercice de ce droit au détriment de l’ordre public, on laisse alors place au chaos et à l’anarchie; deux conséquences qui doivent nécessairement être contrôlées dans un état de droit (loi spéciale?). La rue ne doit pas décider à la place du gouvernement. Il y a plusieurs qui se sont réfugiés derrière l’excuse que ce sont des casseurs externes au mouvement qui causent les débordements et partant, refusent d’assumer une quelconque responsabilité. Il s’agit là d’une erreur. Je pense que ça fait l’affaire d’une grande majorité (c’est pas moi, c’est sa faute à lui…) de profiter du climat ainsi créé en espérant que le gouvernement revienne sur sa décision. La violence et l’atteinte au bien public deviennent alors justifiées pour ces individus. Le plus déplorable, c’est que ces groupuscules ont en fait créé un faux problème qui accapare l’attention de tous et fait en sorte qu’on omet de s’occuper des “vrais” problèmes. Ceci laisse entrevoir de durs lendemains à la société québécoise déjà beaucoup plus appauvrie et endettée que ce que ces manifestants pourraient croire.

    • Ce conflit ne nous divise pas tant que ça….
      On l’a vu encore ce matin avec les sondages qui confirment encore et encore que la population est aux 2/3 pour cette hausse, et aussi pour cette loi, qui veut tout simplement permettre à ce 2/3 de la population de pouvoir reprendre possession de leurs lieux publics, comme c’est censé être dans toute société libre…
      Il est seulement temps que cette majorité trouve le moyen de se faire entendre, parce qu’actuellement, tout ce qu’on entend, c’est le criage dans la rue… et les envolées lyriques, les pseudo dramatiques et les masturbations d’opinion de nos grands intellectuels qui devraient arrêter de se faire aller la trappe…
      Ça aiderait sûrement à ramener la paix sociale, et cette loi ne serait pas être pas nécessaire…

    • PHILO # 101

      Si les verbalistes par rapport aux verbeux devenaient un jour égales aux verbomoteurs dans la toute petite République des mots d’Uquanisthan, la Liberté des unes linguistes par rapport aux autres mauvaises langues aurait tôt fait de devenir absolument garantie tout partout à Mtl, même dans la toute petite colonie artistique du Plateau à vélo assurément. Et alors?

    • En 2008, 41% des 18-25 ans ont exercés leurs droits de vote alors que de mémoire, la hausse des frais de scolarité apparaissait dans le programme libéral. Pourquoi les étudiants ne se sont pas mobilisés à ce moment? Les jeunes comme les plus vieux ont le devoir de se renseigner sur le programme des partis et de se présenter aux urnes pour voter pour le parti qui répond le mieux à leurs attentes. En 2008, 3 jeunes sur 5 n’ont pas fait leurs devoirs.

      Dans cette crise, plusieurs blâment Jean Charest, les policiers et même les journalistes. Faudrait peut-être commencer à culpabiliser ceux qui ne se rendent pas voter.

    • Cette protestation a au moins le mérite de questionner la population sur la place de l’éducation et sa valorisation dans une société moderne comme le Québec. Mais elle attire aussi d’autres revendications et frustrations qui n’attendaient qu’un prétexte pour ressortir au grand jour.

      Si on ne parle que des bémols, on a l’embarras du choix car il y en a des deux côtés !

      On arrive à la limite d’un système qui a peut-être été utile dans le passé mais qui semble craquer de partout aujourd’hui alors une réforme s’impose tant au niveau du gouvernement que de l’éducation.

      Je voudrais bien penser autrement mais tout les signes pointent vers quelque chose d’obsolète qu’il faut mettre à jour car il ne répond plus aux besoin de la collectivité.

    • Je dirais que c`est pire que la division, c`est la polarisation.
      Il n`y a plus de place pour quelqu`un qui ,comme moi, juge illogique de geler les frais dans un monde ou tout est indexé périodiquement mais qui ne peut justifier une augmentation de 75 % .
      Question à tous: que feriez vous si demain votre proprio vous disait que votre loyer d`ici 5 ans augmentait de 75 % ou que votre banque vous contactait pour vous aviser que le montant de votre hypotheque d`ici 5 ans augmenterait de 75 ? La réponse à cette question hypothétique illustrent bien les choix auxquels les étudiants sont confrontés.

      Alors le gouvernement me donne l`exemple et dans le fond ne me donne que deux options. De celles là puisqu`on parle ici d`avenir et de jeunesse j`y vais donc du coté du gel.

      Au dela de cela je ne peux accepter que des droits fondamentaux de notre société soient manipulés par le PLQ. Je n`aurais jamais pensé vivre tel scénario jamais. Je souhaite donc des élections au plus sacrant et que d`ici là tout se passe paisiblement mais j`ai des doutes.
      De la bouche de Julius Gray que je ne pensais jamais citer de ma vie ,la désobéissance civile fait partie d`une société qui veut imposer le totalitarisme. Les extremes ,le blanc le noir,action-réaction. Ca ne saurait tarder.

    • Je suis bien d’accord avec vous, Monsieur Lavoie. On peut bien abreuver Jean Charest de tous les péchés et d’avoir mal géré ce conflit, de ne pas avoir rencontré les porte-paroles étudiants, d’avoir été intransigeant. Mais on ne peut pas dire que les étudiants ont bougé beaucoup depuis le début de cette crise. C’était: on est contre la hausse et on veut le gel. La CLASSE c’était pire: on veut la gratuité, point final. Alors voilà où on en est aujourd’hui. Et je trouve cela bien triste d’en être arrivé là. Je ne sais pas quand et comment on va retrouver un climat serein au Québec. Peut-on retrouver la raison et essayer de faire la paix! En tout cas, même si j’étais pour la loi (peut-être moins drastique) ça ne veut surtout pas dire que je vais voter pour Jean Charest. Je pense qu’il vient d’enfoncer son dernier clou.

    • Si on élève un peu l’analyse, le Québec a, au cour des décénies développé une société avancé, tant dans son économie que dans ces services envers ses citoyens. Pour la question des frais de scolarité, si une personne décide d’inverstir dans sa formation en vu d’obtenir une rémunération suppérieure à la moyenne, je crois qu’il ne peux pas demander aux autres de payer ces frais.

      Pour ce qui est du respect de la démocratie et de nos façons de vivre, je crois que nos gouvernents doivent être capable de reconnaitre les extrémistes qui mettent en danger la sécurité public. Il faut parfois adopter des mesures temporaires qui permettent de reprendre le contrôle de la situation. Même si l’opposition en profite pour faire de la démagogie et de la désinformation, le gouvernement doit avoir ce que ont appel LE COURAGE DE GOUVERNER ce qui n’a pas été toujours le cas pour les autres parties et leurs leaders.

    • J’aimerais vous faire part de ma réflection suite aux événements que nous venons d’être témoins ces derniers jours chez nous (au Québec). Dans les propos que nous entendons on fait souvent allusion à l’attitude du père de famille et des ses enfants.
      Pour ma part, c’est un portrait de ce que nous sommes aujourd’hui en tant que société, une photo dans l’album de famille Québécoise en 2012. Et le constat est bien triste.
      Ne sommes nous pas atteint d’une maladie et qui grandit de jour en jour , un peu comme le cancer atteint le corps. Ou s’arrêtera-t-il ? Posons nous la question
      Attendre aux prochaines élections ? or nous le savons tous que le temps joue contre la maladie, nous le constatons tous les jours.
      Alors quoi faire?
      Qu’ est ce que je peu faire moi en tant que citoyen pour remédier à la situation ?

      Puisque notre société est malade je suis malade moi aussi puisque j’en fais parti moi aussi alors il me faut consulter un médecin ?
      En l’occurance qui peut-il bien être, encore faut-il savoir de quoi je suis malade ?
      à suivre, car je doit vous quitter. au revoir

    • Monsieur Lavoie,

      Permettez-moi de commencer en disant que ce qui manque le plus dans ce conflit, c’est le sens de la mesure. Les étudiants et leurs supporters qui parlent de régime autoritaire n’ont pas encore totalement raison. Par contre, lorsque vous parlez de “révolution armée”, c’est, à mon sens, une exagération grossière. On parle de quoi? Au pire, de pétards fumigènes, de balles de billard, de pavés, d’un côté… On pourrait aussi parler d’instruments de musique, de déguisements, de pancartes et de slogans qui sont infiniment plus présents que l’ “arsenal” que je décrivais tantôt, mais ça ferait nettement moins peur. De l’autre bord, il y a des casques, des matraques, des boucliers, des fusils à balles de plastique, parfois des gaz lacrymogènes… En fait, les policiers sont beaucoup plus armés que les manifestants. Ne craignez rien, le régime n’est pas menacé, dans sa forme actuelle.

      J’aimerais vous inviter à venir voir de vos propres yeux une manifestation nocturne à Montréal. Tant que les policiers n’y sont pas, il ne se passe généralement rien d’inquiétant. Et, croyez-moi, je suis loin d’être un brave parmi les braves…

      En tout cas, que vous veniez ou non, s’il-vous-plaît, remettez en question la machine de transmission de la peur… Ce qui est menacé, peut-être, ce sont les fondements idéologiques du régime: l’économique devrait-il avoir primauté sur le reste du citoyen? Les marcheurs pensent que non.

      Bien à vous,

      Nicolas Cousineau
      Montréal

    • C’est à espérer que la prochaine élection attire les jeunes à voter enfin. C’est en s’impliquant pleinement à la vie démocratique qu’ils pourront faire valoir leurs droits. A mon avis , ce n’est pas cette loi qui va régler le conflit. Le gouvernement devrait reprendre les négociations avec les étudiants dans le cadre d’une médiation avec des intervenants neutres acceptés par les parties.
      Ce serait même souhaitable que M. Charest y assiste pour le plus grand bien de notre société.

    • Vous avez bien raison. Moi ce qui me désespère, c’est qu’aucun compromis ne soit possible, car ce que Léo Bureau-Bloin a présenté in extremis en est loin. Accepter cette proposition donnait aux étudiants le contrôle des universités, rien de moins, avec la complicité des syndicats.

      J’ai trouvé que R.-C. avait donné pas mal plus de temps d’antenne aux porte-paroles étudiants vendredi soir : plus de 17 minutes pour la FECQ et la FEUQ, et près de 6 minutes à la classe, alors que M. Bachand a eu un peu plus de 6 minutes, et je trouve ça inquiétant. Je suis persuadée que si on n’avait donné moins de visibilité à ces personnes, cette histoire aurait été réglée plus vite.

      J’espère sincèrement que la majorité des étudiants qui seront de retour sur les bancs d’école en août finiront par faire entendre raison à la petite minorité qui a tenté de dicter sa loi à la population durant ces derniers mois.
      S. Bergeron

    • Je changerais votre titre: Ce gouvernement qui nous divise!

    • Je partage tout à fait le constat que vous faites ici. Je constate la division et ça me rend triste. Moi, je suis de l’autre bord. Je suis d’accord avec les revendications étudiantes. Comme votre ami, je crois aussi que c’est au père de famille de décider. Je suis ok avec ça même si c’est Jean Charest qui doit le faire.
      Si dès le début il avait été franc, si j’avais vu qu’il est prêt à perdre un petit peu personnellement pour le bien de tous, s’il s’était assis avec les gens pour parler, j’aurais avalé ma pillule ainsi que la hausse. J’accepte même Harper calvaire!

      Mais comme gouvernement, c’est LUI qui doit nous garder unis, en paix. Pas les groupes de pression. De mon point de vue il a travaillé exactement pour le contraire. Je ne veux pas savoir qui des rouges et des verts ont raison: je veux d’abord et avant tout que le PM travaille à ce qu’on se reconnaisse tous dans ce pays. On vote intelligemment (citoyennement) parce qu’on s’intéresse à quelque chose, pas parce que ça nous écoeure et qu’on est en réaction. Les états-uniens en sont là. Une grande partie des électeurs voteraient pour un étui à crayon comme président s’il se présentait pour leur parti. Ils sont tellement fâchés et divisés que TOUT ce que leur parti fait est ok, RIEN de ce que l’autre fait ne l’est.

      On accepte les règles aussi parce qu’on se reconnait dans les institutions. Aujourd’hui, quand un électricien me communique sa soumission, elle vient avec le prix au noir et le prix déclaré. Je pense que tous ceux qui pensent, à tort ou à raison, s’être fait manquer de respect dans ce conflit seront encore plus enclins à la fraude, au découragement, au repli sur soi, au syndrome pas dans ma cour, etc. Et ce n’est pas la faute des étudiants, même s’ils avaient tort.

      Finalement, une phrase anodine de votre texte me fait beaucoup réfléchir. “Je veux bien comprendre que la révolution armée est parfois nécessaire, mais c’est ailleurs, pas ici.” Évidemment je ne crois pas qu’on en soit là. Par contre, je ne pense pas que beaucoup de révolutions armées aient été de la faute d’un seul côté. Si 1000 gestes irrespectueux et égoïstes nous séparent d’un conflit nucléaire, est-ce que les 1000ième est pire que le 1er?
      L’assurance de votre “ailleurs pas ici” est parfois ce qui fait que l’on se paie l’économie d’une réflexion sur le 1er mauvais geste posé.

      J’espère que le goût du compromis et le désir de vivre ensemble nous reviendront vite après la bouette dans laquelle les libéraux nous ont entraîné.

      Christian Pouliot

    • Votre ami Maurice vous interroge : “Que fait-on quand le père de famille n’est plus crédible, n’est plus responsable comme c’est le cas présentement pour le gouvernement Charest? La DPJ intervient et lui retire les enfants. Ce gouvernement qui trempe dans l’illégalité lui aussi avec la mafia et les scandales qui se multiplient. ”

      Encore une fois, vous éludez la question de fond pour critiquer les étudiants.

      Pierre Mayers

    • Bonjour M. Lavoie. “Maurice” a raison, le gouv. Charest est un gouv. corrompu ! Mais, vous aussi, vous avez raison, il est grand temps que nous allions en élection. Pour enfin se débarasser de la “gang” à Charest ! Vitement des élections !

    • C’est l’opinion de Maurice que je préfère personnellement. Elle dit tout en peu de mots.

    • M. Lavoie, vous m’épatez; vous avez vraiment une “plume” intelligente et juste. Même si je n’ai pas eu la chance de faire des études universitaires, je me suis très bien débrouillée, sans aucune aide ni du Gouvernement ni d’un syndicat. Je ne me suis jamais sentie aussi “agressée” par un conflit que maintenant. J’ai toujours trouvé injuste et anti-démocratique d’être obligée de payer une cotisation syndicale à un syndicat que d’autres ont choisi à mains levées. J’imagine la même frustration chez les étudiants envers une association qui les embête plus q’autre chose.

      Il me semble qu’on pourrait régler beaucoup de problèmes si le Gouvernement ordonnait aux employeurs de cesser la retenue à la source des cotisations syndicales. Le climat pourrait difficilement être plus mauvais et, peut être, à la longue, que ce pouvoir quasi mafieux serait grandement diminué. Après tout, c’est le Gouvernement que l’on élu pour diriger, pas les syndicats et encore moins les étudiants.

    • Je pense que les étudiants ont été bien mal servis en s’associant à des groupes radicaux réunis sous la CLASSE. Le conflit aurait pu à mon avis se régler sans appel à une loi spéciale si les représentants de la FEUQ et de la FECQ avaient eu davantage confiance en leurs propres capacités. Dès les premières interventions de Gabriel Nadeau-Dubois, je me suis demandé : C’est qui, lui? Pour qui se prend-il? Il n’a aucune leçon à donner en matière de démocratie. Les votes de grève dans les cegeps ont été pris en l’absence d’une majorité d’étudiants qui ne voulaient pas y prendre part pour ne pas se faire intimider. Les chiffres avancés à la télé par sa collègue, Jeanne Reynolds, disant que plus de 300 000 étudiants avaient voté en faveur de la grève, sont faux. C’est donc une autre clause que j’aurais ajoutée à la loi spéciale, l’obligation de suivre un cours sur la véritable démocratie.

    • Vous résumez très bien ce que pense beaucoup de québecois comme moi mais qui n’avons pas la tribune pour l’exprimer. C’est inconcevable de vivre un tel conflit à cause d’une minorité qui ne comprend vraiment pas la définition du mot démocratie sauf si elle leur est favorable.. Petite question au sujet d’Amir Khadir. Est-ce qu’il a le droit en temps que député élu de demander à la population de réfléchir à la manière de désobéir à la loi spéciale et en appuyant Gabriel-Nadeau Dubois.Je vois cela comme une incitation à la désobéissance civile. Pourquoi a loi ne s’appliquerait pas pour lui. Pour terminer je vous félicite car contrairement à beaucoup de vos confrères vous êtes plus impartial.

    • Une société démocratique mise en péril par un groupe d’anarcho-comunistes et paralysée par des actes terroristes à visées « non létales », on n’a pas vu ça depuis au moins un demi-siècle. Non en fait, ça n’a même jamais existé !

      Encore une première pour le Québec !
      On n’est pas juste une société distincte, on est carrément sur une autre planète.

      PS. J’écris ceci tout en réaffirmant mon allégeance et ma soumission absolue à notre leader démocratiquement élu et à sa bienveillante majorité de supporteurs, devant qui je m’incline bien bas, tel le misérable ver de terre qu’on estime que je suis.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous. Les gens comme votre ami ne semblent pas tenir compte du fait que 68% de la population appuie la hausse des frais de scolarité et qu’une majorité appuie aussi une loi spéciale parce qu’ils «en ont assez du chaos» ! Je ressens cela comme du mépris de sa part ! Il croit que l’opinion de cette majorité, souvent celle de gens ordinaires (qui doivent travailler dur pour joindre les deux bouts et qui n’ont pas l’espoir de gros salaires dans le futur, eux), ne vaut rien et qu’ils sont trop bêtes pour comprendre quoi que ce soit !

      Je ne vous demande pas de quel parti se réclâme votre ami, j’en ai une bonne idée ! On les sent frétiller d’impatience de se retrouver au pouvoir ! Mais comment se fait-il que le PQ ait si peu d’avance dans les sondages avec tout ce qui se passe et un gouvernement aussi pourri ! Serait-ce parce que les gens ne leur font pas plus confiance qu’aux libéraux!

      S’il n’y avait pas eu la CLASSE, je crois que les négociations auraient commencé plus rapidement et qu’on serait peut-être arrivé à une entente car les deux autres sont «parlables»! À quoi ça sert de continuer à négocier quand on sait fort bien que rien ne satisfera la CLASSE. Si on leur offre un moratoire de 6 mois, ils voudront 2 ans. Si on leur accorde le gel des frais de scolarité, ils voudront la gratuité ! La majeure partie des actes de violence reprochés à des étudiants sont dûs à des membres de la CLASSE.

      Je crois aussi que les professeurs d’université auraient dû enseigner à leurs étudiants l’importance d’aller voter, d’exprimer démocratiquement leur opinion plutôt que l’anarchie. À moins que ces mêmes enseignants se servent des étudiants pour manifester à leur place sans perdre un sou, en étant même payé à ne rien faire ! Brillant !

      Toutes les personnes comme votre ami contribuent à ce que le chaos se poursuive ! Ils ne tiennent pas compte des aspirations des Québécois! Ils sont tellement envahis par la haine qu’ils sont aveuglés .

      Ont-ils pensé aux plus de 700 cours abandonnés à l’Université Laval seulement ! À tous les élèves qui ont décroché à cause des troubles. À l’impact que cela aura sur la vie de certains autres comme les quatre arrêtés pour les bombes fumigènes dans le métro qui se retrouveront avec un casier judiciaire ? À tous ces millions que nous devrons payer en taxes à cause des actes de violence ! Au lieu de faire la leçon aux autres, ils devraient se regarder dans le miroir et se demander si tous ces sacrifices humains étaient nécessaires sachant que, dans moins d’un an, nous nous retrouverons en élection ! À moins qu’eux-mêmes soient passé du côté de l’anarchie… et veulent un coup d’État. Il devrait se rappeler que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre !

      En terminant, merci M. Lavoie pour votre façon pondérée et responsable de traiter la situation ! On voit bien que vous n’êtes pas en faveur des libéraux, mais vous savez faire abstraction de cela pour faire place à l’objectivité et au bon sens. C’est refraîchissant de vous lire à travers tous ces journalistes en quête de sensionalisme. Ça me réconcilie… un peu… avec les médias !

    • M. Lavoie, je partage votre point de vue: si on souhaite changer le Québec ou empêcher un gouvernement de gouverner il existe un forum pour cela et il se nomme “les élections”. Malheureusement, dans ce conflit les opinions sont si polarisées que les fans (ce qu’il convient presque d’appeller les polarisés) regardent le spectacle en noir et blanc, incapable de discernement à propos des erreurs de “son” équipe et des bons arguments de l’autre. Le gouvernement ainsi que les étudiants et leurs supporteurs ont fait des erreurs dans ce conflit.

    • Passer par Maurice et la cousine pour expliquer qu’après réflexion s’il y en a eu le constat de division se donne une raison (par exemple un journaliste parlementaire démocratique et tutti quanti) et que Blouin, Desjardins doivent se faire élire pour changer les choses…..

      Mais non, il y a ce qu’on peut appeler des difficultés, des drames, des tragédies partout. Suffit de se cacher derrière son état de “gras dur” de fermer les yeux, de regarder ailleurs de se trouver des raisons qui sont les siennes compte-tenu de son état, que d’accepter que cette société doit changer. Et la relève doit faire son chemin. Et la relève est la jeunesse et ils étouffent par la dette qu’on lui laisse (ils savent compter) ils choisissent de ne pas se laisser faire et avant qu’il ne soit trop tard ils exigent que leur fardeau soit partager.

      Dire “présente-toé si t’es pas content” tient d’une conversation entre deux verres. Et là parce qu’il y en a un qui dérange (Nadeau-Dubois) tous veulent sa tête à commencer par Dutritus, parce qu’il ne s’avoue pas vaincu et qu’il ne lâche pas.

      Tous ces ministres qui ont fait des déclarations fachistes n’ont pas été dénoncé. Même les journalistes parlementaires ou commentateurs ont obéi en ne dénonçant pas mais en rapportant, mais les leaders étudiants y ont goûté en rapportant et en dénonçant. Il est ou le rapport de force (200,000 dans la rue pacifique) et cela a rien donné.

      Ils ont rapporté en précisant que le gouvernement avait fait des concessions mais jamais ils ont dit que les étudiants avaient apporté des nouvelles façons d’administrer ($3000.00 de moins en Ontario par étudiant) les universités québécoises coûtent plus cher en moyenne pour la recherche que les universités canadiennes et dénoncer cela aurait pu aider les étudiants mais non, ils n’ont pas insisté, même pas vérifier et dénoncer. Ils ont plutôt faviriser les déclarations des débiles qui lors d’un questionnement répondent en passant par Paris et dès lors la réponse la question est évitée.

      Les voyages, les frais, juste qu’il ne fallait pas entrer sur les conseils d’administration des collèges et des universités car on aurait trouver des mensonges et des “erreurs” administratives et qui aurait pu mener à trouver de l’argent. Et de là appliquer cela aux autres ministères il n’y aurait eu qu’un pas: la preuve, le vérificateur général et son équipes trouve chaque année des centaines de millions d’erreurs ($) pour ne pas dire mensonge.

      Enfin l’arrogance du genre de JJC manifesté par cette loi absurde et injuste (qui attire la désobéissance civile) est effectivement la loi qui divise. Mais mieux vaut passer pour un incompris que de passer du temps à s’expliquer. C’est un signe des temps, car lorsque l’on a défendu avec force et écriture la démocratie, et que l’on voit l’aboutissement du frisé nous servir une loi anti-démocratique en toute vérité l’on déchante et s’expliquer là-dessus veut dire à tout le moins que l’on est déçu pour ne pas dire perdu.

    • Moi, il y a une choce qui m’agace souverainement. C’est cette campagne de salissage envers le parti Libéral…Pourtant je ne vote pas Libéral.Je suis Adéquiste depuis 14 ans.

      Il n’existe aucune preuve qu’il y a association entre le parti Libéral et mafia…Et pourtant, c’est ce qui circule abondamment!

    • …suite

      À part Tomassi dont la conduite n’a rien à voir avec le parti Libéral, à ce que je sache, personne n’a pu apporter quelque preuve que ce soit contre qui que ce soit dans le parti Libéral. Je pense que toutes ces allégations proviennent d’une campagne de salissage savamment orchestrée pour discréditer Charest.

      Personnellement, ce que je reproche à Charest, c’est tout simplement de ne pas avoir tenu ses promesses ie réingénérie de l’état, diminution de la fonction publique, paiement de la dette… En somme, il a fait exactement le contraire de ce qu’il avait promis…Je pense qu’il est là le problème de crédibilité de Charest et c’est ce que les Québécois ne lui pardonnent pas. Pour ma part, je pense que dans la présente crise celui-ci a très bien mené le dossier face à une bande de jeunes qui pensent qu’ils peuvent renverser un gouvernement élu démocratiquement juste en descendant dans la rue!

    • M.Lavoie, bizarre, pas un mot sur les mesures répressives de cette loi sur la liberté d’expression qui vise non seulement les étudiants mais L’ENSEMBLE des Québécois curieux ce silence tout de même. Qui ne dit mot consent …. vous cautionnez ces abus M.Lavoie ???

    • Nous pourrions parler de la jeunesse d’aujourd’hui qui est très différente des générations précédentes. Combien de fois j’ai vu, dans une réunion familiale, des adultes devoir se la fermer pour laisser parler un enfant de 4 ou 5 ans. C’est comme cela que nos jeunes sont élevés de nos jours. Je fait juste imaginer Nadeau-Dubois à 4 ans…Il devait être une machine à parler ambulante! Lorsque j’étais jeune, on disait “La parole est d’argent mais le silence est d’Or”…Aujourd’hui c’est le contraire!

    • Eh bien je vois que le père (M. Charest) a mis ses culottes Maurice. Ce n’est pas son fils qui va lui montrer comment faire. Oui le fils a droit à son opinion mais c’est là que ça s’arrête. Quand il sera papa un jour il comprendra ce que son papa a fait en 2012. Ce n’est certes pas facile. Je ne dis pas que c’est idéal mais compte tenu des circonstances…Le papa était exaspéré de l’attitude de son gars y compris ses amis. Nous sommes parents et croyez- nous qu’il y en a eu des conflits à cause de divergeances d’opinions.

    • Que l’on aime ou non la Loi 78, il faut vivre avec.
      Comme dirait l’autre: « Moé, ça m’dérange pas! »

      Je me demande comment le PLQ pourra réussir à
      gagner la prochaine élection générale…

      D’ici là, il ne lui reste qu’à profiter du systême
      et à en faire profiter les petis amis libéraux.

      - – – pensée profonde – – -
      L’avenir nous dira ce que le futur nous réserve. (Norman Rochefort)

    • Non M.Lavois ca marche pas votre affaire,oui les etudiants sont alle loin,mais admettez que la facon que le premier ministre du PLQ et son gouvernement on laisse pourrir la situation pour des gains electoral,,completement ferme au dialogue,une simple mediation aurait certainement debloquer la situation,non disons que c est un autre fiasco de John James et son gouvernement……………Ils en paieront le prix le etudiants qui ne votaient pas vont maintenant vote BYE BYE L ARROGANT…..Alain Legault

    • Nous divise?! Au contraire, je crois que la grande majorité est très unie et d’accord avec le gouvernement Charest…On voit plus ceux qui manifestent tout simplement justement car ils manifestent! Tenez un référendum sur n’importe quelle question portant sur ce conflit et vous verrez que le côté gouvernemental gagnera..en fait j’en suis tellement sûr que je pense que les Libéraux gagneront les élections grâce à ce conflit. A. Tanguay

    • M. Lavoie, me semble que vous étiez dans le bois ce week-end d’après votre dernière chronique !!! Avez-vous retrouvé votre chemin au retour ? Vous lancez un autre blogue aujourd’hui ??? Bref… Bon week-end et à lundi.

      Ma conjointe, moi, notre fille et son chum partons sous peu pour un souper champêtre avec parents (pour le peu qui restent), mononcles (idem), matantes (idem), cousins, cousines. C’est la coutume annuelle du samedi avant la Fête de la Reine, DDO, Patriotes, what ever U can call it…

      D’habitude on est environ 60 personnes incluant les enfants et petits-enfants. Des fois 40, des fois 100, ça dépends des années.

      Notre joke depuis hier… car, nous communiquons régulièrement avec notre parenté via email est la suivante : « Doit-on aviser la police pour ce rassemblement si on est 50+ ? », « Donnez notre trajet 8 heures à l’avance ? » La rencontre est à 19h00 et il est présentement 15h30 ???

      Alors ma conjointe et moi avons décidé ceci afin de faire rire les autres ce soir, notre fille et son chum n’ont pas voulu embarquer dans cette histoire en passant :

      Nous aurons 6 carrés de couleurs sur nous :

      - Rouge : contre la loi 78
      - Vert : contre les rouges
      - Blanc : les neutres (nouveau depuis cette semaine)
      - Bleu : les tous nouveaux qui s’en viennent
      - Noir : pour faire le deuil sur le carré rouge depuis hier
      - Brun : … notre invention… Imaginez un peu ce que cette couleur représente ?

      Nous tous parleront du sujet car il est de l’heure, mais comme on se connaît tous dans la famille, on va vite changer de sujet et de parler de :

      - Des nouvelles des autres membres de la famille
      - S’amuser, rigoler de la vie
      - De s’embrasser
      - D’avoir enfin la PAIX pendant plusieurs heures car nous avons tous décidés, comme d’habitude de louer d’avance un hôtel pour prolonger le long week-end et ce, sans l’aide gouvernementale !

      Et… nous avons tous conclus une chose (à date) : de ne pas parler de ce sujet du conflit plus qu’une heure… Pas plus… On est tous écœurés !

      Alors, M. Lavoie, à Lundi.

      POUR CEUX qui n’ont jamais vu ou jamais compris le film de 1984 (ou Big Brother)
      , ben allez le louer ou le télécharger… Vous réaliserez que nous sommes rendus là. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_%28film,_1984%29

    • Monsieur Lavoie,

      Voyez-vous, ce qui me dérange dans ce que vous dites ou plutôt ce qui nous différencie, c’est le rapport que vous semblez accorder aux convictions. Quand vous dites que Gabriel Nadeauu ferait ferait fermer un shop…. Quand on a des conviction on ne recule pas. On gagne ou on gagne! On ne perd pas. Vous n’êtes pas un révolutionnaire. Une révolution ne peu se permettre d’être fatiguer. Il faut être tenace. Et c’est pourquoi les révolutions sont faites par des jeunes qui ont des rêves. Les vieux n’ont pas de rêve. Ils sont fatigué et ne veulent plus se battre. N’oubliez pas que les vieux fatigués d’aujourd’hui sont les revolés des années 60 et 70 qui se battent pour la liberté. Vous vous vous souvenez de la fusillade de l’université Kent en 1970? Où l’armée américaine à tirée sur des jeunes étudiants manifestant contre la guerre du Cambodge? Je vais avoir 51 ans bientôt et je n’ai jamais changé mon capot de bord. Je suis têtu et je me bat pour les travailleurs de l’établissement où je travaille, délégué syndical, dans une université. Pour moi les gens sont divisés par leur convictions. Certains en ont et d’autres sont des langues brunes qui ont toujours peur de revendiquer ce qui leur appartien. Et le bosse s’en amuse énormément. Diviser pour résigner c’est ce que Charest a fait. Et au lieu de faire l’autruche, si tout le peuple se serait derrière notre jeunesse le conflit serait terminé. Car Charest n’a jamais lever le petit doigt pour négocier une entente. Il s’est contenté de dire NON!

    • Moi aussi je suis du même avis que votre ami Maurice.

      Le gouvernement de Jean Charest est un gouvernement en décripitude. Il est rendu au bout de sa corde et les élections sont pour bientôt. Tout le monde sait que les libéraux sont heureux lorsqu’ils sont au pouvoir et non quand il sont dans l’opposition. Alors pour espérer gagner les élections, il faut trouver autre chose de le ” plan Nord ” et surtout faire oublier tous les scandales qui ont été révélés et qui le seront avec la Commission Charbonneau. Et comme tous les dirigeants qui sont menacés de perdre le pouvoir … il faut trouver un coupable, semer le désordre, le provoquer même pour être en mesure de se déclarer ” champion ” et ” gardien de l’ordre public “. On a déjà connu cela au Québec et au Canada en 1970. Certains pays d’Europe l’ont subi durant les années 30 et 40 …

      Dans le conflit actuel ce sont les étudiants qui servent les ” intérêts électoraux ” de Jean Charest.
      Jean Charest n’a même pas daigné rencontrer les leaders étudiants pas au début de la crise ni avant la loi spéciale. Il a réussi à diviser la population comme vous l’avez si bien dit ! La jeunesse contre les ” boomers “. Il faut avoir lu différents ” blogs ” pour voir qu’il a réussi ! Certains souhaitent l’intervention de l’armée pour rétablir le calme ( espérons que ce n’est pas pour tirer sur les manifestants ). D’autres les qualifient d’épithètes plus insultants les uns que les autres.

      Voilà où nous en sommes rendus par la faute de QUI ??? Des étudiants qui ” méritent un bonne fessée ” ou du Gouvernement Charest qui mériterait un bon coup de pied lors des prochaines élections. Il est bien évident qu’il ya a eu des écarts lors des manifestations et que ça dérange le train de vie quotidien des citoyens, surtout ceux de Montréal.

    • C’est vrai que ce conflit divise. Je me permets d’émettre des commentaires là où c’est convenu de le faire comme suite à des éditos publiés par vous ou vos confrères. Cependant j’étais sur un site qui ne se prête pas du tout à la diatribe. C’est un site de généalogie où l’on échange de vieilles photos, de vieilles annonces etc. Certains se permettaient d’y faire du prosélytisme en faveur des étudiants et des carrés rouges. Désolé pour eux, mais il y a une place pour faire valoir ses opinions politiques et lorsque ça se produit dans des lieux inapropriés et bien ça fait en sorte que des gens vivent des froids. Je dois vous dire que j’ai fait le ménage de ceux qui étaient supposés être mes amis. Faut dire que sur Facebook, l’amitié est rapide et superficielle. ;o)

    • Effectivement le vote est le droit le plus démocratique qui existe! Je ne parle pas du vote à mains levées des étudiants, mais bien un vote secret, où les gens sont confortable d’aller voter. C’est vraiment bizarre que cette couche de la société qui a très peu voté lors des dernières élections fasses tous ces problèmes. On entend pas la démocratie de la même façon! Et Léo qui veut contester la loi, avec sa chorale d’avocats! Je travaille avec des avocats à tous les semaines et c’est comme dans tout autre domaine, il y en a des bons et des pas bons, il y en a qui sont prêts à tout pour se créer un peu de crédibilité! Bonne Chance Léo mais….. La majorité silencieuse a aussi ses droits!!

    • si charest avait fait sa job durant les premieres semaines du conflit,nous n’en serions pas là….mais
      je crois qu’il a laissé pourrir ce conflit car pendant que les journalistes se préoccupaient de la grève il ne parlait pas de la corruption mur a mur au sein de ce parti….
      et la population qui semble se ranger du bord des libéraux,misère……………
      nous sommes un peuple de masochistes et on aime ça en plus

    • .
      - Le PLQ a vraiment fait une mauvaise gestion des affaires publiques, de l’État au cours des dernières années.
      - Je crois cependant qu’une hausse des droits de scolarité fait partie de …. du …. gros bon sens.
      - Les jeunes ont raisons de se soulever contre le PLQ, les babyboomers et le pouvoir gris …. la retraite sera plus tard, les règlements à leur égard sont plus sévères qu’auparavant …
      - Quant à moi la question des droits de scolarité est devenu un prétexte pour contester un peu tout et n’importe quoi !

      - Même si les recteurs ne sont pas toujours de bons gestionnaires, … je ne crois pas que l’ajout de quelques étudiants sur un comité va améliorer la gestion des universités.
      - C’est vrai qu’il y a de l’abus dans les dépenses et salaires de plusieurs dirigeants, …. combien cela représente ?
      …. Mais, après tout cela,…. on dirait qu’il n’y a plus de logique, ni d’un bord, ni de l’autre.
      Et Charest ne démissionnera pas et ne déclenchera pas des élections si ça donne l’impression qu’il capitule.
      …. Donc, on se calme et on prépare une alternative pour la gouvernance de l’État !

    • Moi aussi je suis du même avis que votre ami Maurice.

      Le gouvernement de Jean Charest est un gouvernement en décripitude. Il est rendu au bout de sa corde et les élections sont pour bientôt. Tout le monde sait que les libéraux sont heureux lorsqu’ils sont au pouvoir et non quand il sont dans l’opposition. Alors pour espérer gagner les élections, il faut trouver autre chose de le ” plan Nord ” et surtout faire oublier tous les scandales qui ont été révélés et qui le seront avec la Commission Charbonneau. Et comme tous les dirigeants qui sont menacés de perdre le pouvoir … il faut trouver un coupable, semer le désordre, le provoquer même pour être en mesure de se déclarer ” champion ” et ” gardien de l’ordre public “. On a déjà connu cela au Québec et au Canada en 1970. Certains pays d’Europe l’ont subi durant les années 30 et 40 …

      Dans le conflit actuel ce sont les étudiants qui servent les ” intérêts électoraux ” de Jean Charest.
      Jean Charest n’a même pas daigné rencontrer les leaders étudiants pas au début de la crise ni avant la loi spéciale. Il a réussi à diviser la population comme vous l’avez si bien dit ! La jeunesse contre les ” boomers “. Il faut avoir lu différents ” blogs ” pour voir qu’il a réussi ! Certains souhaitent l’intervention de l’armée pour rétablir le calme ( espérons que ce n’est pas pour tirer sur les manifestants ). D’autres les qualifient d’épithètes plus insultants les uns que les autres.

      Voilà où nous en sommes rendus par la faute de QUI ??? Des étudiants qui ” méritent un bonne fessée ” ou du Gouvernement Charest qui mériterait un bon coup de pied lors des prochaines élections. Il est bien évident qu’il ya a eu des écarts lors des manifestations et que ça dérange le train de vie quotidien des citoyens, surtout ceux de Montréal.

      Le plus pitoyable dans tout cela c’est que Jean Charest aura réussi , encore une 2e fois, à diviser les québecois et les familles comme il l’a si bien fait lors du Référendum en 1995. Le plus pitoyable c’est de constater que Jean Charest s’est servi des étudiants pour ses fins électorales. Le taux d’insatisfaction de son gouvernement a toujours dépassé le 70 % depuis 2007. Les mêmes personnes qui ont toujours été insatisfaites de son travail de 1er ministre … seront ceux qui vont tomber dans son piège et qui le reporteront au pouvoir pour 4 autres années de scandales lors des prochaines élections.

      Voilà comment on est au Québec … on vote avec tout sauf avec sa tête. C’est désolant de voir que que Jean Charest aura, une autre fois, réussi à tromper les Québecois. Il est vrai que les jeunes votent moins que les ainés. J’espère qu’ils feront mentir les chiffres et qu’ils seront en très grand nombre à voter lors des prochaines élections.

    • En espérant que le Québec ne refera pas l’histoire.
      L’État Kent fusillades-également connu comme le 4 mai massacre ou le massacre de Kent State [2] [3] [4] -a eu lieu à la Kent State University dans la ville américaine de Kent, Ohio , et a impliqué la prise de vue des étudiants du collégial désarmés par l’ Ohio de la Garde nationale sur le lundi 4 mai 1970. Les gardes ont tiré 67 coups sur une période de 13 secondes, tuant quatre élèves et en blessant neuf autres, dont l’un a subi permanente paralysie . [5]

    • ,bon. A quoi servent des degrés universitaires si nos étudiants n’ont aucun respect pour nos lois ,pas plus que de la volonté de ceux qui ont décidés de ne pas faire de boycottage et de demeurer en classe. Je ne sais pas ce que leur professeurs ont réussis à leur enseigner,mais je sais par exemple que ca n’augure rien de très encourageant pour le futur.L’esprit révolutionnaire et la voie dans laquelle les étudiants se sont engagés nous rappelle que beaucoup d’entre eux souhaitent un changement de régime et que plusieurs jeunes gens rejettent toute autorité qui selon eux porterait atteinte à leur liberté.Je crois aussi que nombre de ces jeunes dissidents ne veulent rien d’autre que la zizanie,et prône même la désobéisance civile. Alors oui à la loi spéciale !

    • Il n’est pas nécessaire d’être en pamoison devant les étudiants pour être outré de cette loi fasciste.

      Les étudiants ne font que ce qu’on leur enseigne à l’école. C’est ça l’éducation, avoir le sens critique et être capable de contester pour faite valoir son point.

      Jean Charest n’est qu’un pleutre incapable de d’affronter l’adversité. Magouilleur, manigancier, il ne fonctionne que pour sa gloriole politique. Et ça se dit ministre de la jeunesse…pouah!!! quel minable et sinistre personnage. Cet homme n’est pas et n’a jamais été un homme d’état. Il est un requin-avocat de la pire espèce. Il est Iznogood qui est devenu calife à la place du calife.

      Daniel Laflamme

    • Mr. Lavoie, hier quelqu’un vous accusait d’être pro libéral, il y a quelque temps j’avais envie de lâcher votre blogue, car je trouvais que vous étiez trop anti-libéral! J,en conclu donc, que vous faites du bon travail! Je vais donc rester a vous lire avec plaisir, je n’en dirai pas autant de certains de vos blogueurs.

    • M. Lavoie, l’absence de regard critique et un tant soit peu distancié des éditorialistes de cet autrement vénérable canard qu’est La Presse n’est rien de moins qu’abyssale, et à la limite suspecte. Je respecte votre droit de penser différemment de moi et apprécie de le lire parfois, mais pas cent pour du temps.

      Heureusement que vos chroniqueurs et journalistes rachètent (encore) le déséquilibre de la partie éditoriale, parce que l’unanimité du groupe éditorial m’inquiète. Qu’a La Presse à gagner à embarquer à pieds joints et sans aucun discernement dans la novlangue gouvernementale, et à relayer fidèlement la ligne dure du PLQ? Est-ce votre contribution afin de tenter de faire oublier les relents mafieux d’un gouvernement usé et à la veille d’être enquêté par la commission Charbonneau? Pour vous faire pardonner pour des enquêtes par vos journalistes qui ont (trop bien) fouillé sur le PLQ récemment? Expliquez-moi svp, parce que franchement, je ne pige pas…

      La couverture éditoriale n’est rien de moins que caricaturale depuis un bon moment. Juste le choix du sondage à la une de ce samedi en dit long… Un sondage sans marge d’erreur, avec moins de 1000 répondants sur un sujet chaud dont les tenants n’étaient pas bien compris encore, EN GROS À LA UNE, ça ne fait pas sérieux, allons…

      Pour ce qui est de la division, elle est l’oeuvre des politiques de division du gouvernement Charest (et importées par Harpeur des extrêmistes américains ) et qui est grosse comme une église catholique. Mais ça, ça n’est jamais dénoncé par votre vertueuse équipe éditoriale.

      Comment se fait-il que l’absence de gouvernance de Charest n’est jamais dénoncé dans vos pages? Qu’attendez-vous pour dénoncer l’abus des “wedge politics” par la droite autoritaire qui nous gouverne ces jours-ci…? Comme d’autres, je me questionne beaucoup sur ma fidélité de lecteur ces jours-ci, laissez-moi vous dire, et je n’exclus pas de voter avec mes pieds avant longtemps.

    • Samedi, 19 mai 2012, 17h31.

      – — –

      Bonjour,

      Fait beau. Chaud. Au Québec, ça brasse.

      Le conflit étudiant, ce que j’en pense?

      Bof! Ou bien Charest annonce la tenue d’élections dans les jours qui suivent ou bien il démissionne.

      Mais comme il semble ne pas vouloir démissionner, fin août on ira voter.

      Et ce ne sont pas les Anglo-montréalais qui le reporteront au pouvoir mais bien les électeurs de la grande région de Québec.

      Daniel Verret (nadagami)

    • Je suis déçue du peuple du Québec qui approuve cette loi. Je suis déçue de vivre au Québec. Alors que d’autres peuples se font tués dans les rues de leurs capitales pour leur droit de s’exprimer librement, une majorité de gens ici ( selon un sondage) se rangent derrière un gouvernement corrompu parce qu’ils ont peur de jeunes gens qui parlent fort.

      Oui il y eu des dérapages mais il s’agit de groupuscules profiteurs. La grande majorité des contestataires sont pacifiques et ont raison de contester. Je conviens qu’un hausse des frais de scolarités soit possible mais ça n’empêche pas ceux qui voient les choses autrement puissent manifester leur désacord.

      Tout est lié. Quand je vois le peuple se rangé derrière ce gouvernement de béniouioui…je ne vois pas comment un jour nous puissions être fier d’avoir notre pays, le Québec.

    • M. Lavoie,

      très très très beau texte…….

      merci.

    • Votre ami a raison .. vous êtes triste à mourir à embrasser le discours officiel et suivre les ordre de vos patrons… Pensez donc a la chanson de Dan Bigras .. “Tue moi ”

      S gervais

    • Qui divise qui ?

      C’est ce gouvernement, qui n’a à présent plus besoin d’être qualifié, qui est le principal responsable d’une division, voire d’une fracture sociale, qui oppose jeunes et moins jeunes, les citoyens de Montréal et ceux des régions, et d’autre part des étudiants très majoritairement opposés aux politiques gouvernementales, mais divisés sur les moyens à utiliser dans cette opposition.

      La stratégie de division mise en place par un PLQ en déroute politique et morale est déjà en train de se retourner contre ses auteurs.

      Yves Claudé

    • vous avez au moins un ami qui est doté d’une bonne tête. Pour août oubliez cela, ça va perdurer tout l’été. En passant les casseurs ne sont pas étudiants. Mais Power a un pouvoir incroyable sur ceux qui doivent donner leurs opinions. Aussi, votre journal et le torchon sont solidaires sur une loi absolument démentielle, même pas foutu de voir l’iniquité qu’elle charrie. Pauvre de vous, comme je vous ai déjà dit, vous êtes ce que l’on appelle un pleutre.
      Bernard Ouellet

    • « Il y a plein de gens qui n’acceptent pas de voir cette belle jeunesse paralyser Montréal, casser des vitrines, lancer des briques aux flics, et chanter le «printemps québécois» comme si on était en Syrie. » Bravo, vous mettez la jeunesse dans le même bateau que les casseurs. Bin alors avec le même raisonnement tordu, je peux vous mettre dans le même bateau que les libéraux et la mafia.

    • M. Lavoie,

      J’apprécie vos chroniques et vos analyses. Seulement, et je ne vous encourager pas à le faire, bien évidemment, mais si par hasard vois croisiez une manifestations de soir comme celle d’hier à Montréal, vous verriez que les étudiants et les très nombreux citoyens ordinaires, travailleurs et retraités qui les accompagnent n’ont vraiment, mais vraiment rien à voir avec le FLQ ou avec quelques groupuscules violents que ce soit.

      On a plutôt affaire à monsieur et madame tout le monde, jeune et moins jeunes, qui trouvent que les frasques de ce gouvernement ont assez duré, qu’il faudrait négocier un règlement avec les associations étudiantes pour que, justement, cette division cesse.

    • POUR CEUX QUI CRIENT TOUT LE TEMPS AU MEURTRE

      C’est effrayant. Au Québec, dorénavant, on n’aura plus le droit à des manifestations spontanées. Ça se peut tu être brimé de même. Obligé d’avertir la police 8 heures avant. La manifestation. Cela n’a pas de bon sens.

      Que ouie-je?

      En Europe, cela prend un permis pour manifester alors qu’ici, il suffit d’avertir la police. À New York, il faut avertir les autorités 5 jours d’avance pour une manifestation. Pire, 20 jours d’avance à Paris. Je n’ai pas entendu la gauche du Québec nous parlé de ce qui se passe dans les autres pays. Pourtant, on nous a trouvé les pays où il y a des universités presque gratuites.

      Mais au Québec, on est distinct, des pas pareils.

      Pierre Tremblay

    • Dans une republique bananiere ,il y a toujours deux tribus qui se battent pour elire le chef……..ici dans notre beau QUEBEC ,REPUBLIQUE BANANIERE par excellence en Amerique du Nord, nous retrouvons, les gauchistes, et les droitistes….voila ou on en est rendu…..une gau-gauche a 5 cents qui en demande encore plus avec les NOUVEAUX ASPIRANTS ….tel que les Gabriel Nadeau Dubois de ce monde…mais l’etat est epuise la dette publique est la plus elevee au Canada…………..dites moi les petits malins et les casseurs ou va -t-on trouver l’argent……mais c’est pas grave…. les coffres seront regarnis par de nouvelles taxes….c’est ce que les QUEBECOIS VEULENT ….bientot il ne restera que 20 % de votre paye le 80% aura paye les bonbons des nouveaux enfants rois ……………grace aux surtaxes de tout acabit..qu’il est beau notre Quebec socialiste……..

    • Le québec est divisé et ça fait l’affaire de mister Charest. Il a maintenant 50% de la population qui l’appui. Mais par sa loi, il va crée de la disidence qui sera clandestine. Au Québec, on ne règle pas ce genre de conflit par ce genre de loi. S’il avait voulu regler, il aurait au moins rencontré les jeunes. Ce conflit fait son affaire et il doit être dénoncé, même si mister est outré.

    • Maintenant, le SPVM déclare qu’il va appliquer la loi avec discernement…….
      Quoi? D’habitude, qu’est-ce qu’ils font?

    • Une chose dont vous ne semblez pas tenir compte dans votre calculite aigü sur la participation à l,électorat des jeunes.C’est que même s’ils votaient en plus grand nombre ils sont ici devenus une minorité.
      Je suis boomer(58 ans) et dans ma jeunesse des années 70 nous étions la majorité et même en votant pas plus nombreusement qu’aujourd’hui nous surpassions les vieux qui crevaient à la pelle à rarement plus de 75 ans.
      Notre société aux valeurs vieillardes ne leurs convient simplement plus.
      Nous ferions mieux de se méfier car dans 10 ans nous Tous devenus vieux devrons dépendre des soins que ceux-ci voudrons bien nous accorder.
      Il y en a surement une bande qui nous enverrons promener,arrange toé pépère tu t’es calicer de moé maintenant c’est mon tour.
      Gilles Ménard

    • Monsieur Lavoie votre Maurice (Robert) avait raison
      20 mai 2012

      Le retour de la grande noirceur

      La crise 2012 provoquée par le premier ministre du Québec Jean Charest me fait penser à la période de la grande noirceur qui a duré 15 ans s’étendant de l’Après-guerre (1945) jusqu’au décès de Maurice Duplessis (1959) qui en fut la figure dominante. Le Québec doit cette appellation peu flatteuse au climat qui règnait, à l’atmosphère qui étouffait les éléments les plus progressistes de la société.

      Comme aujourd’hui, les artistes, qui voulaient sortir le moindrement des sentiers battus, plus souvent qu’autrement étaient remis sur le droit chemin, forcés de s’exiler ou, pis encore, ignorés.

      Il apparait qu’à l’époque la tension, entre les forces du changement (les modernes) et celles de la tradition (plus anciens) fut à l’origine du qualificatif de la Grande noirceur. En effet comme la nouvelle intelligentsia, issue des universités et des mouvements sociaux essaya de s’imposer à la tête de la société québécoise.

      De ce fait, malgré toutes les embûches, une certaine forme de contestation fit son nid et sema les germes de la Révolution tranquille des années 1960.

      Est-ce que Jean Charest sera l’artisan d’une nouvelle révolution qui marquera définitivement l’histoire du Québec 2012?

    • La population est plus qu’écoeurée de ce conflit, de l’obstination des étudiants, de leur refus de négocier de bonne fois (demander un moratoire au lieu d’un gel ce n’est pas un compromis…), et surtout de leur violence hargneuse non seulement contre l’autorité mais contre la population d’en son ensemble.
      À quoi ça sert de bloquer les ponts, pourrir la vie des gens, lancer des cocktails molotovs, paralyser le métro, brutaliser les honnêtes citoyens? Ça fait avancer le débat? C’est productif ces manifestations spontanées quotidiennes qui dégénèrent systématiquement?
      Je n’ai pas vu de manifestations positives et pacifiques sans arrestations ce dernier mois…

      Il faut que les étudiants cèdent, le peuple n’est pas une poule aux oeufs d’or qu’on peu égorger à volonté.

    • Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est que des médias prétendument sérieux et professionnels fassent confiance à une firme de sondages aussi peu professionnelle que CROP au point de publier les résultats de ses sondages qui sont généralement contredits de manière spectaculaire par des firmes sérieuses et reconnues pour la qualité et la neutralité de leurs enquêtes.

      Le dernier sondage de CROP ( largement publicisé jusqu’à l’abus par nos médias ) prétend que 60% des Québécois sont derrière le gouvernement, alors qu’un autre sondage, mené de manière scientifique par des vrais professionnels et passé inaperçu démontre au contraire que plus de 60% des Québécois appuient les étudiants.

      Il est donc faux et malhonnête de prétendre que le gouvernement corrompu de John James Charest reçoit l’appui d’une majorité de nos concitoyens.

      Je suis surpris et profondément déçu qu’un journaliste professionnel et crédible comme vous contribue de manière aussi évidente à la propagande gouvernementale et à la désinformation qu’elle engendre.

    • Ceux qui divisent la société depuis 50 ans, ce sont les souverainistes de gauche. Ces derniers ont tout détruit: notre économie, notre langue, notre histoire,notre avenir, nos finances publiques, la paix publique, etc. Ils ne viendront pas me faire brailler avec leurs faux pacifisme à la noix.

    • En effet, nous sommes divisés. Nous sommes habitués à “tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil”. Surtout ne pas faire trop de vagues. Les vagues parfois fessent fort et nous ramènent de la merde sur la plage. On la voyait pas, mais elle était là tout de même. Depuis la Révolution Tranquille, on regardait nos petits téléromans, métro, boulot, dodo. Soudainement, la jeunesse nous sort de notre létargie. Cela ne fait pas de tort, parfois, de subir un électrochoc, question de nous réveiller un peu. Non à la violence, mais oui aux revendications, aux questionnements, aux remises en question. La vie n’est pas “un long fleuve tranquille”. Parfois notre corps social a une petite tumeur qu’on aimerait mieux ne pas voir. On ne veut pas d’évaluation, pas de diagnostic, juste continuer comme c’était avant. Avant est déjà passé, le futur pas encore arrivé. Il nous reste le présent. Que fait-on avec?

      Yvan Lepage
      Montréal

    • M.Lavoie,
      Supposons que votre petit-fils, appelons-le Vanier pour les circonstances, était parmi les jeunes qui manifestent pacifiquement et qu’on l’accuse d’être un terroriste (alors que ce seraient des casseurs professionnels qui lanceraient des briques ou casseraient des vitres)…
      Supposons toujours que la police savait cela mais que vous, en grand-papa responsable, tentiez d’obtenir la liste des casseurs pour prouver que votre fils n’en fait pas partie et que la police refuserait d’acquiescer à votre demande parce que la police aurait reçue ordre de cacher la liste pour que ce soit votre petit-fils et ses copains qui soient accusés afin de justifier une loi matraque pour fin de stratégie électorale, que feriez vous ?
      Que feriez-vous si des vieilles folles traitaient votre petit-fils et ses copains de terroristes parce que l’hypocrite à Charest aurai fait en sorte que lesdites vieilles folles soient ainsi manipulées, parce que lesdites vieilles folles représentent, avec les anglos et les allophones, la clientèle cible de Don Charest ?
      Ne vous donnez pas le trouble de me répondre, je connais déjà la réponse !
      Bonne fin de semaine à vous et à vos petits-enfants, en espérant que le jour venu où ils fréquenteront l’école, de vieilles folles ou un gouvernement corrompu à l’os soient disparus du paysage .
      Cordialement,
      Robert Alarie

    • Mon cher Gilbert, j’ai ton âge ou à peu près et moi je suis à la pêche………………… Je ne critique surtout pas les jeunes, qui ce sont enfin réveillé. Ils peuvent inventer toute sorte de trucs que tu ne peut même pas imasginer pour contrer la loi de fou qu’ils viennent de promulguer. Non je suis à la pêche et je leur fait confiance. Oublie le 15 aôut, leur travail est déjà commencé. Wiki manif, anonymous ect. Un petit conseil, va donc chercher Vanier et va à la pêche car tu n’est plus dans le coup. Moi non plus, mais je l’admet et je soutient la relève. Surtout que c’est eux qui vont payer pour mes rentes……:)

    • Pour fermer des shops on n’a pas vraiment besoin de Gabriel Nadeau-Dubois, les patrons savent très bien le faire eux-mêmes…à tous les jours, par milliers et par millions. Pas pour la justice sociale ou l’équité, non ce serait trop noble, pour seulement remplir les poches des actionnaires qui débordent déjà et qui continueront à faire avancer leurs idées libérales de privatiser tout, la santé, la médecine, l’école pour que les déficits soient encore payés par les plus pauvres et qu’eux engrangent plus de profits. J’en ai mal au ceour, j’avoue. Victoire de la CRÉPUQ qui pourra continuer à ne voir aucun problème de gestion, c’est vrai qu’ils n’en ont pas eux, leurs salaires augmentent pareil, ils ouvrent encore des pavillons inutiles, leur mauvaise gestion est assumée par le peuple qu’ils piétinent avec un grand sourire niais (revoir celui de M.Zizian à la conférence de presse). Que l’on se substitue au système judiciaire, qu’on abolisse les droits constitutionnels de tous les citoyens, que l’on renverse le fardeau de la preuve, que l’on abolisse le droit d’association juste pour faire taire Gabriel Nadeau-Dubois (pour qui on a conçu une clause tout spécial dans cette loi)…c’est beau d’haïr quelqu’un mais faut en revenir! Je le suggère encore, que chaque étudiant demande un permis de construction ou de minière, il aura alors accès à tout ce beau monde du parti libéral, et aux déjeuners gratuits, incluant M.Charest du haut de sa grandeur, c’est pas rien! Février que la grève a débuté, avril que le gouvernement a proposé aux médias quelque chose, comme ils ont entendu!

    • Monsieur Lavoie, Il y a plein de préjugés dans votre billet. Vous dépassez les bornes au sujet de Gabriel Nadeau-Dubois. Vous en faites une fixation comme les membres du gouvernement qui ne souffrent pas d’être remis en question. C’est trop dérangeant, alors on frappe.

    • Bonne leçons d’humiliter pour les fanatiques du carré rouge que je suis. Soyez rassurez M. Lavoie, vos laissez paraître une neutralité. Neutralité qui est trop à droite pour la gauche et vice versa. Ça me fait penser aux élections en France où on se déchire entre la gauche et la droite et où le centre n’a même pas 10% au 1er tour des présidentiels.

      Et je suis pourtant un jeune très partisans qui a fièrement grèver 9 jours, mais je vous respectes plus que les autres personnes à qui je m’identifies car vous m’avez fait respecter ceux qui n’appuie pas les étudiants.

      Pas juste comprendre (comme avec tout les autres que j’ai entendus) en me disant que la personne n’a pas tout compris, vous m’inspirer le respect.

      Vous êtes un chroniqueur qui est tout l’inverse de M. Martineau. Vous êtes ce qu’un chroniqueur doit être : transparent, convaincu tout en restant rigoureux sur la logique appuyant votre position.

      Vous porter le regard sur les jeunes que les jeunes porteront sur leur enfant dans 40 ans.

      Vous me donnez confiance que nous pourrons tous rétablir des ponts entre nous après le conflit.

      Désolé M. Lavoie, mais en attendant on veut chager le Québec… Et vous en faites parti!

    • OK, cette question, d’abord, du premier ministre que d’aucuns eussent aimé voir agir tel un « bon père de famille ».
      Il se trouve qu’être premier ministre n’est PAS être père de famille, justement. « La société n’est pas une famille », comme l’explique le livre ayant ce titre. Un chef d’État n’est pas un chef de famille, comme inversement un chef de famille n’est pas un chef d’État. Pas plus que le gouvernement n’a à être un gouvernem’man, un gouvernep’pa ou un gouverne-pas.

      Concernant l’obéissance à la loi maintenant ou la censée primauté (’absolue’ ou prépondérante) du droit, allègue-t-on, eh bien, cela non plus, ce n’est pas exact :

      1. « « Le théologien allemand Josef Ratzinger, qui, à l’époque du concile Vatican II, fraternisait avec le théologien suisse Hans Kung, a déclaré : « La conscience est le tribunal suprême et ultime de la personne humaine, même au-dessus de l’Église officielle, et c’est à elle que nous devons obéir. » » (in Le Devoir du 15 mars 2008, Jean-Paul Lefebvre, Essayiste. Extraits d’une communication présentée ce jour-là au colloque «L’Église et la liberté des modernes» au Centre culturel chrétien de Montréal).

      2. Julius Grey, éminent homme de loi, s’il en est, a dit, quant à lui, à L’Itinéraire (no du 15 juillet 2009), que « nous avons l’obligation d’exprimer notre opinion. Nous avons un devoir de ne pas nous conformer aux règles généralement acceptées lorsqu’elles vont à l’encontre de notre conscience. »

      3. Enfin, puisqu’on est, plus encore, en politique, qu’en dirait ou qu’en eût dit Trudeau père ?
      Ceci : « la conscience est notre seul guide, et si la loi viole notre conscience, je crois que nous devons désobéir à la loi. » (La Tribune, 25 août 1971, p. 7)

      Denis Beaulé
      Montréal

    • Excellente analyse, j’espère que votre message a été entendu par les 2 jeunes.

    • J’suis pas divisé moi. Un gouvernement avec 1 ou 2 mandats de trop tant qu’à moi.

    • Samedi 19 mai 2012, article Cyberpresse intitulé “Manifestation illégale, mais tolérée”…”La manifestation a été déclarée illégale, mais est tolérée tant qu’elle se déroule pacifiquement, dit le SPVM.”

      La police n’applique pas la loi.
      Des mesures disciplinaires s’imposent contre le SPVM.
      On a pas le choix, il faut appeler les militaires pour rétablir l’ordre.

    • « Le conflit étudiant nous divise ; il divise tous les Québécois comme c’est pas possible. » J’imagine que vous auriez écrit les mêmes mots lors du référendum de 1995.
      « C’est triste. Mais… »
      En 1937, pour la Loi du Cadenas de Duplessis. C’est triste, mais…
      En 1942, lors de la crise de la conscription. C’est triste, mais…
      En 1949, à Asbestos. C’est triste, mais…
      En 1972, lors de l’incarcération des chefs des syndicats. C’est triste, mais…
      « Mais » tout cela est légitime ?
      - Mon cousin s’est sauvé de la conscription. Il a été incarcéré.
      - Le « libre-penseur » a vu sa librairie fermée.
      - Le travailleur a été battu, son camarade tué.
      - Le droit des travailleurs a été aliéné.
      C’est triste. Mais…
      C’est voté par un gouvernement légitimement élu !
      Les ministres déjeunent avec la mafia. Les députés vivent sur le crédit des contributeurs du parti. Les juges sont nommés par post-it. C’est triste, mais…
      Les journalistes n’ont pas accès aux informations d’Hydro-Québec. C’est triste, mais…
      N’en aurez-vous jamais assez de votre suffisance ou de votre insuffisance ? Vous qui n’avez que votre réputation pour influencer l’opinion publique ?
      Heureusement qu’il reste un certain nombre de journalistes (assez restreint) qui font leur travail d’enquête. Qui exercent encore cette noble profession.
      L’État québécois est muselé. C’est triste, mais…
      Je comprends Maurice.

    • J’ai publié un commentaire tout à l’heure. Et voilà, tous les commentaires qui apparaissaient ne sont plus disponibles. Je suis à la case “départ”. Toute une censure. Pourtant, mon commentaire était de vous féliciter monsieur Lavoie. C’est la première fois que ça m’arrive. Il y a peut-être une autre raison…

      Gaëtan Grondin
      La Pocatière

    • ”ce conflit étudiant, même si mon métier de chroniqueur politique me demande de rester au dessus de la mêlée”

      Au-dessus de la mêlée? Vous croyez vraiment ce que vous venez d’écrire, M. Lavoie?

    • C’est du grand Québec 101,patrie du téléroman et du drame aux émotions surexploitées.

      Tout ce grand dérangement pour presque rien…

      Faut croire que les deux dernières défaites référendaires auront laissé leurs traces.

      Suis-je le seul à penser que derrière les masques des étudiants,se cache le désir refoulé de la révolution indépendantiste?

      Parce que cela dit entre nous,péter une coche aussi intense pour seulement 1600$ par mois,faut admettre qu’il y a quelque chose qui cloche,non?!

    • 1600$ par année,cela va sans dire…

      Et pourquoi ne pouvons-nous pas corriger nos textes une fois envoyés,mais non publiés?!

    • Ce conflit qui nous divise est la conséquence de la nature de Jean Charest: conservateur dans l’âme, roublard mais balourd.

    • “ça m’irrite de voir les leaders étudiants agir comme s’ils avaient obtenu un mandat populaire pour dicter leur loi”. Moi aussi. Mais ce qui m’irrite le plus, c’est la récupération démagogique et electoraliste, tous partis confondus, qui alimente cette crise.

    • “seulement 41 % des 18-24 ont participé au scrutin de décembre 2008 qui a réélu Jean Charest”. La démocratie, ça commence pourtant par l’exercice du droit de vote. J’ai toujours voté depuis que j’en ai eu l’âĝe, et je continue à ne pas comprendre que des citoyens ne votent pas. En AUSTRALIE,

      depuis 1924, le vote est obligatoire lors des élections nationales.

    • Je suis on ne peut plus d’accord avec vous … le Québec n’est pas la Russie des tsars, nous n’avons aucune idée de ce que c’est que de manger de la M… au cube comme ce fût le cas pour les Russes d’abord sous les tsars puis à la suite de la révolution sous les bolchéviques … vraiment aucune idée … il ne faudrait surtout pas que le Québec devienne comme la Russie des bolchéviques aux mains de gens comme Amir Staline Khadir et Gabriel Lénine Nadeau-Dubois.

      Le Québec nest pas non plus l’Iran des Ayatollas, pays d’origine de ce foutu Amir Khadir, où il devrait retourner pour y apporter ses grands talents de dénonciateur de corruption et de redresseur de torts … ce serait un beau défi pour lui, et ça lui permettrait de constater à quel point son Iran natal est dans la très grosse M … à quel point elle baigne dans la corruption et la violence … en Iran les manifestants son réprimandés à coup de vraies balles de vraies armes â feu, les contestataires disparaissent quand ils ne sont pas tout simplement assasinés par l’état … ce bon Dr Khadir serait certes plus utiles en Iran qu’ici, un défi à sa mesure because à comparer, ce qui se passe ici en termes de corruption c’est de la foutue petite bière, que notre système permet tôt ou tard de mettre à jour, pas en Iran. Mais voilà, en Iran le Dr Khadir risquerait de prendre des claques, sinon des souliers en pleine gueule et il ne bénéficierait pas des confortables rêmunérations qu’il touche ici en tant que médecin et (ou) parlementaire.

    • Je me balade en Europe depuis le 15 avril mais je suis néanmoins ce qui se passe au Québec.

      N’y étant pas, je n’ai pas réellement idée de la division au Québec. Je sais, cependant, que des commentateurs politiques et sociaux patentés s’amusent comme des fous à propager la haine des étudiants dans la population. Tiens, Charest devrait passer une loi spéciale pour qu’ils se la ferment pendant 1 mois, ce qui serait moins pire que de les accuser, au criminel, de propagande haineuse.

      Je sais que des acteurs politiques et sociaux ont demandé à ce même Charest de se calmer le ponpon et de décréter un moratoire. Conservateur portant le masque libéral (il a le droit de porter un masque continuellement?), il n’a pas daigné même accuser réception de leur suggestion. Il a même sacrifié sur l’autel du pouvoir une Line Beauchamp qui ne faisait, pourtant, qu’appliquer contre son gré les directives du Think Tank du Fabuleux Frisé.

      Bien sûr que les frais de scolarité ne sont que l’élément secondaire de toute cette pagaille. L’élément essentiel, et la dessus je tire mon chapeau aux leaders étudiants d’avoir allumer cette lumière, c’est la non-imputabilité de la gestion universitaire envers la population.

      Le boute-feux Martineau et son sosie Duhaime qui n’ont que le mot “gaspillage” dans la bouche devraient peut-être arrêter de déblatérer et de potasser les Rapports annuels de toutes les universités du Québec et de se les faire expliquer par des vrais économistes. Ils vireraient peut-être leur capot de bord.

      Monsieur Lavoie, à 59 ans, mon parti pris pour le mouvement étudiant me vient aussi de l’écoeuratite aiguë à me donner de l’urticaire de la presse jaune de la droite la plus abjecte qui divise la population.

    • gillesmenard

      19 mai 2012
      19h33

      Une chose dont vous ne semblez pas tenir compte dans votre calculite aigü sur la participation à l,électorat des jeunes.C’est que même s’ils votaient en plus grand nombre ils sont ici devenus une minorité.
      Je suis boomer(58 ans) et dans ma jeunesse des années 70 nous étions la majorité et même en votant pas plus nombreusement qu’aujourd’hui nous surpassions les vieux qui crevaient à la pelle à rarement plus de 75 ans.
      Notre société aux valeurs vieillardes ne leurs convient simplement plus.
      Nous ferions mieux de se méfier car dans 10 ans nous Tous devenus vieux devrons dépendre des soins que ceux-ci voudrons bien nous accorder.
      Il y en a surement une bande qui nous enverrons promener,arrange toé pépère tu t’es calicer de moé maintenant c’est mon tour.
      Gilles Ménard

    • Un signe de ras le bol. http://www.youtube.com/watch?v=fvPpAPIIZyo&feature=related

    • Je suis à l’aube de la soixantaine, je travaille depuis 39 ans pour gagner ma croûte et je vis dans la relative opulence que nous permet notre système peut-être un peu rétrograde mais…..Qu’on veuille changer les choses, va. Pourquoi alors utiliser des tactiques syndicales d’une époque que l’on espérait révolue pour le faire. Respect et violence ne sont pas synonymes. C’est louable d’avoir des idéaux d’équité sociale, de se dire que tout serait bien mieux si….La réalité est cependant la suivante. Tout ces programmes sociaux qu’on veut à peu de frais voire même gratuits doivent être financés. Le Québec n’a pas les moyens de soutenir un système d’éducation à la moitié du coût comparativement à nos voisins. Pas plus que les garderies subventionnées et autres programmes du genre presque gratuits pour les contribuables. Si on veut changer des choses, qu’on le fasse de façon ordonnée et démocratique, dans le respect de l’autre. Nous sommes présentement pris en otage dans une province qui nous en donne plus que ce que nos voisins reçoivent. Une loi spéciale vient d’être adoptée pour encadrer le droit de manifester. Elle vise entre autres à rétablir une certaine paix sociale et à permettre à l’économie de se remettre sur les rails. Vous n’êtes pas d’accord ? Allez voter, pas besoin de faire de la casse et de l’intimidation. Des votes de protestation, ça existe. Le Québec en a fait la preuve le 2 Mai 2011 en élisant des inconnus sans expérience aucune à titre de vote de protestation contre le gouvernement Harper. Ça s’est fait DÉMOCRATIQUEMENT.

    • Je tiens à faire remarquer à tous que la casse n’a commencé que lorsqu’on
      a ignoré et refusé de négocier un compromis avec les étudiants pendant des semaines et
      des semaines. On a poussé les jeunes à l’exaspération c’est évident.

      S’il y a des ‘pots cassés’ le blâme va directement au Premier Ministre Jean Charest
      et le gouvernement Libéral. Ce gouvernement a été capable de mettre en place la
      commission Bastarache en très peu de temps, formée d’une batterie d’avocats, procureurs et juge payés à coup de millions avec l’argent des contribuables dans le but de sauver la réputation du Premier Ministre.
      Mais quand il s’agit des intérêts des étudiants peu fortunés, on les ignore, aucune concession, même pas une rencontre personnelle avec les leaders étudiants, un entêtement indigne et pour terminer, une loi matraque révoltante et ignoble. Même le porte-parole des Verts l’a dénoncée, une loi justifiée justement pour eux afin qu’ils aient accès aux études. C’est tout dire…

      Il est difficile de croire en la sincérité de ceux qui osent dire que c’était une loi nécessaire à moins
      d’avoir à se conformer une certaine ligne de conduite…

    • Et dire que Jean Charest avait PEUR de la turbulence à Pauline Marois.Il devrait partir,ol n’a plus de légitimité pour gouverner ou déclencher des élection MAINTENANT.

    • Justement , si l’on veut un changement aux prochaines élections , il faut dès lors sensibiliser les jeunes à” c’est quoi un gouvernement qui ne respecte pas une démocratie” et c’est bien ce qui se passe présentement . Contester, c’est déranger ,et si le gouvernement n’a pas d’oreilles, il appelle à plus encore … Tout cela sert Charest , il va sans dire , ça sert à noyer le poisson quand des résultats de la commission Charbonneau commenceront à sortir et qu’il sera éclaboussé, le baillonnement sera toujours effectif et vous devinez le reste !!!

    • Vrai que le dernier référendum même, du 30 octobre 1995, n’avait pas été aussi divisif que l’actuel «dossier» étudiants vs gouvernement. L’autre par contre, si! Celui d’il y a 32 ans aujourd’hui même. Lors de celui-là, ç’avait brassé rare. Au point qu’il en est qui ne se sont plus jamais reparlé après.

      Or, justement, c’est là, à la faveur d’événements semblables, qu’on peut discerner qui a de l’allure de qui n’en a pas. René Lévesque, homme de sens et de coeur, véritable ‘honnête homme’ – d’État, avait su, lui, apaiser, se faire rassembleur, par son attitude et sa parole. Alors que Parizeau (30 octobre) ou Charest actuellement, eux, n’auront jamais su ou voulu faire/être autre que rien que chef de ‘gang’. Toute une différence !

      Essayez de trouver, ne serait-ce qu’UNE fois, où l’actuel censé premier ministre se sera comporté comme tel, cette dernière décennie. On n’aperçoit point cela. En tout cas, ça ne se rappelle pas.

      Ah, bien sûr, «on» dit que des étudiants ne sont/font pas mieux. Pis après?! Eux, au moins, ont l’excuse de l’âge, de la jeunesse. Mais PAS le ministre de la jeunesse, premier citoyen du Québec. Lui, à son âge, et, plus encore, en raison de sa/ses fonction(s), serait censé pouvoir et vouloir se comporter en adulte, responsable, et “fair”. Avoir à coeur, plus que quiconque d’autre, de favoriser, maintenir ou restaurer l’unité, plutôt qu’entretenir ou susciter la pagaille et le ‘chiaure’. Niet! ‘Monsieur’ préfère pagaille et ‘chiaure’. Pour ce, pas de rapprochement par voie de médiation/médiateurs extraordinaires ; pas de sursis général à la pagaille qu’il a lui-même engendrée (alors qu’il serait censé être le tout premier à vouloir/tendre à l’inverse) ; pas question même, jamais, au grand jamais, de daigner seulement parler avec qqn de cette jeunesse, dont il s’est pourtant autodésigné ministre. Trois fois rien.

      Bref, on va s’en souvenir de ce PM-là. Un ‘ESpécimen-marleau’ comme il n’y en a pas gros.

      Enfin, qu’on ne vienne surtout pas dire qu’il a l’appui du Souverain, i.e. du peuple. Seule une majorité l’appuie. Et une majorité, ça vaut ce que ça vaut, i.e. pas grand chose. Ce ne sont pas des ‘majorités’ qui font avancer, évoluer. Comme disait Untel, ainsi que Zarathoustra, ce sont, au contraire, quasi toujours de petites minorités, sinon des individus seuls, des «forceurs», des transgresseurs qui contribuent le plus à l’avancement de la science, de la civilisation, des peuples. Qui arrachent ceux-ci à l’erreur, à l’ignorance, à la violence, à l’injustice ou au primitivisme-primaire. Ce n’est pas la masse, le peuple, qui a reconnu ou fait reconnaître que la terre n’est ni plate ni au centre de l’univers. Mais bien, d’abord, une couple de ‘gars’ «tu seuls». Incidemment, le peuple, aujourd’hui, ou sa ‘majorité’, avec «sa» «”démocratie”», serait redevenu/e la tête enflée qu’il ou qu’elle était naguère. Ce qui fait dire à l’un (B. L.) que le peuple ne se trompe jamais, lui ; et à l’autre (G. D.) que le peuple aussi se trompe parfois, mais n’en aurait pas moins quand même tous les droits, ’s.v.p.’! Mais quelles têtes enflées! Désolé mais le peuple erre, comme tout le monde… Et surtout, surtout, n’a jamais eu, n’a pas et ne saurait jamais avoir tous les droits. Misère…
      denis beaulé

    • Faudra-t-il attendre d’avoir un régime aussi pourri qu’en Syrie pour manifester pacifiquement son mécontentement? Si j’étais Bachar Al-Assad, j’aurais ces mots plein de sagesse pour ceux qui réclament la fin de mon régime: «La Syrie n’est quand même pas la Corée du Nord!!!»

      Aussi, puis-je me permettre de vous souligner que l’amalgame entre les étudiants contestataires et le FLQ est tiré par les cheveux. Quoiqu’en alimentant la crise pour en tirer le maximum de bénéfice, le gouvernement usé et corrumpu (oui, j’ose le dire, même si on est pas en Syrie, car mes standard son plus élevés que les vôtres) de Jean Charest fomente des militants prêt à mettre leur avenir immédiat en péril.
      Nos gouvernants, lorsqu’ils sont usé et impopulaire, peuvent-ils légitimement nous monter les uns contre les autres simplement pour sauver leur siège? Entre 0 et 75% d’augmentation, il y a un choix de compromis trop évident pour ne pas considérer le gouvernement Charest comme le grand responsable de la dérive actuelle. Si ça prend un mort avant de se rendre compte que les frais de scolarité peuvent être simplement indexé, ce sera au moins ça compris!

    • M. Lavoie,

      Le plus désolant est que ce conflit devrait au contraire nous rassembler. Ben non au contraire, la majorité des payeurs de dettes sont derrière ce gouvernement qui les floue depuis dix ans. Ça démontre bien ce que nos bons gouvernements réussissent à faire très bien, diviser pour régner.

      On en est rendu, en plus des fonctionnaires, des policiers, des médecins et des BS et autres groupes à haïr maintenant les jeunes.

      Définition: En politique et en sociologie, diviser pour régner est une stratégie visant à semer la discorde et à opposer les éléments d’un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir pour les influencer. Cela permet de réduire des concentrations de pouvoir en éléments qui ont moins de puissance que celui qui met en œuvre la stratégie, et permet de régner sur une population alors que cette dernière, si elle était unie, aurait les moyens de faire tomber le pouvoir en question.

    • Monsieur Lavoie,
      Laissez-moi me confesser un peu. Québécois de souche, j’ai perdu l’âme québécoise. Je ne me sens plus partie prenante de nos drames et déchirements. J’ai eu la chance de vivre ailleurs ces dernières années et me suis rendu compte qu’on peut très bien vivre hors-Québec, dans les autres provinces canadiennes notamment, aux Antilles aussi, en anglais, en espagnol autant qu’en français. Je me dis ces temps-ci que je pourrai m’en aller loin des tireurs de briques et des allumeurs de feux de coins de rue. Et revenir au Qc en touriste quand le simple gros bon sens aura prévalu.
      Cl. Dufour

    • Ceux qui diront que le gouvernement à attendu trop tard pour décréter une loi spéciale, mais voyons donc, le gouvernement à été très patient avec ces pseudos-révolutionnaires et il a espéré que les étudiants puissent négocier avec respect et non avec un rapport de force qui laissait sous-entendre qu’ils allaient tout cassé, que nous payeurs, allions encore et encore payés pour les pots cassés de ces petits incompris.

      Bravo à M.Charest pour ce geste impopulaire mais que trop bien nécessaire. La loi encadre le droit de manifester, C’EST QUOI LE PROBLÈME ! !……Ces enfants vont aller pleurer à Matante Pauline parce qu’ils ne peuvent plus rien cassé ?

      La nouvelle mode de taxation pour le payeur de taxe que je suis est utilisateur-payeur mais qu’en est il de ces étudiants qui nous coûtent 29,000$ ?
      Je suis d’accord pour aider à leur éducation mais si je fais le calcul, je dois sûrement payer plus cher qu’eux en taxe pour leur propre éducation. ÇA VA FAIRE !

      Je répète, comme tout le monde, ils doivent contribuer à l’effort sociale et n’oublions pas qu’il y en a beaucoup la dedans qui ne finiront jamais leurs études et que beaucoup se traîne le derrière sur les bancs de classe.

      J’ai quand même découvert une chose intéressante que le noyau dûr de la CLASSE m’a appris. Noyauté par au moins sept groupuscules de gauche, Karl Max prêchait pour une révolution prolétarienne (ben oui, il n’y avait pas d’université) et Gabriel Nadeau-Dubois par la révolution étudiante-populaire. Comment faire ? Muselé les médias et y avoir le contrôle, terrorisé la population Québécoise et enfin prendre le contrôle de nos institutions.

      CONTINUONS LE COMBAT ! , scandait Nadeau-Dubois. Mais quel lâcheté de sa part de ne pas vouloir contribuer à l’effort collectif….vaut mieux terrorisés nos vieux et payeurs de taxe. Il était temps que quelqu’un mette de l’ordre dans ce bordel.

      Denis Chartrand (ex-péquiste)

    • Mrs. Lavoie votre amie à raison et je ne comprend pas pourquoi vous dite que vous voulez-vous tenir au dessus de a mêlée alors que depuis le début vous vous collez à la position du gouv. vous prenez de temps en temps quelque petites réserves mais si petite. Vous savez au départ j’étais plutôt pour une hausse des frais de scolarité, mais suite au arguments des étudiants j’ai changé d’idée et ce qui m’a fait vraiment changer d’idée c’est la mauvaise fois, le mepris et la condescendance de ce gouv. face au étudiants avec cette attitude le gouv. libérale se discréditais
      pour le reste du conflis.

    • tien, pour une fois, je suis encord avec vous…

    • Je pense que le taux de participation des jeunes sera plus élevé aux prochaines élections.
      On pourra en attribuer le mérite à Jean Charest et sa façon hautaine de gérer la crise.

    • J’ai beaucoup de difficultes a comprendre certains arguments pour les etudiants, comme:

      Il faut une solution negociee, alors que les etudiants ont fait des contre-offres… avec un gel. Ils n’ont meme pas bouger d’un poil de leurs positions du debut. Devant leur intrasigeance, c’est normal que la nouvelle ministre ait mis un terme aux rencontres et adopter une loi pour sauver la session d’hiver.

      Negocier quoi? les etudiants ne sont pas des employes, mais des clients face a un organisme sans but non lucratif qui manque d’argent. Ce dernier doit ecouter et imposer son prix. Les clients qui ne sont d’accord avec le prix du service, qu’ils s’abtiennnet.

      Plusieurs melange education et etude universitaire, qui un un privilege, non un droit. On n’a pas besoin d’un bac pour gagner sa vie. Actuellement je fait un DEP en contruction. Je suis certain de me trouver un job et faire plus d’argent que les boycotteurs en sc. politiques, art plastiques, philosophie, etc…

      Les leaders sont beaux et intelligents? peut-etre, mais Gabriel est un petit con. Il incite a la desobeissance civile. Il est grand responsable de la violence et de l’intimidation actuellement et dont le prix de ce conflit.

      Une loi matraque? pas pour ceux qui manifestent pacifiquement. Il est adopte pour ceux qui utilisent la violence et l’intimidation, que beaucoup de supporteurs d’edudiants on de la difficulte a denonce.

      Une augmentation de 75%, c’est eleve. Mais la faute rien aux politiciens d’avant. On ne peut revenir dans le passe. Les etudiants ont fait un mauvais pari avec un une association radicale en tete, la CLASSE. Jamais une une position radicale et intrasigeant n’a mene a une solution negocie. Si les leaders avaient negocier un augmentation et non rester dans le gel, on ne sera peut etre pas la.

    • M. Lavoie j’admire votre grande sagesse et votre honnêteté à bien nous informer. On dit que c’est la plus grande crise sociale que la Québec à connu. Cependant on oublie que les médias sociaux n’existaient pas dans les autres crises que le Québec a connu. Je crois que c’est amplifié parce qu’on peut rejoindre rapidement plusieurs centaines de personnes pour le meilleur mais , ces temps- ci , pour le pire. Je crois aussi que les médias ont abusé de l’information à outrance de ce boycot et qu’ils ont créé un monstre. J’avoue également que le PQ qui veut être le prochain gouvernement à laissé tombé les jeunes qui voulaient étudier en portant ce carré rouge . Ils ont oublié qu’un gouvernement doit représenter tout le monde et être neutre. J’en conclus que c’est de l’opportuniste en vue de gagner des votes! Je ne parlerai pas des artistes qui sont descendu bien bas dans ce dossier, eux aussi n’ont pas tenu compte des gens qui payent pour aller les voir afin de se faire divertir et non le contraire . On est capable de se faire une opinion politique sans leur aide! Le Québec à perdu la paix sociale qui le caractérisait si bien , triste bilan pour justement l’avenir de notre belle jeunesse!!

    • M. lavoie, votre ancien camarade n’a pas beacoup d’argument.

      Acurso, Zampino et autres se font arreter, c’est grace a Charest. La loi sur l’evasion fiscale par le minister Seguin en 2004 et qui devient de plus en plus efficace. Qu’a fait le PQ avant, on t-il arreter du monde pour la corruption. Ont-ils fait de quoi pour combattre l’evasion fisacle? La reponse est NON!

    • Souder le couvercle d’une marmite en ébullition est loin d’être une bonne idée….

    • Vous avez raison, monsieur Lavoie. Peut-on rappeler aussi que les deux tiers des étudiants ne sont pas en grève? Que leur demande de gel perpétuel est exagérée ? Que la gratuité c’est demander aux autres qu’aux étudiants de payer tout ? Au terme de l’augmentation les diplômés devront payer 17% des frais de leurs études, est-ce une abomination, une demande exagérée ? Je veux bien avec l’ensemble des contribuables payer 83% de leurs études qui leur donneront de bons emplois. Mais une contribution de leur part ma parait normale. Le fond de la question c’est que les étudiants veulent ne rien payer. Une demande corporatiste et qui se moque des contribuables. Le ras le bol des citoyens, leur approbation massive de la loi 78 elle vient de là. La rhétorique des leaders étudiants est vide.

    • Je viens de lire votre publication avec beaucoup d’attention et à mon avis, la division existait et conflit l’a faite éclater au grand jour. Je m’explique: je suis chargé de cours depuis 1999 à McGill University. J’ai une maîtrise avec moyenne de 3,7 et un doctorat avec moyenne de 4,3. J’ai enseigné dans cette institution pour la somme de 3 500 la session jusqu’il y a 18 mois. Pour nous convaincre de l’inutilité de nous syndiquer, l’Université a jugé bon de nous accorder une hausse de salaire qui est passé en 2011 à 5 000 et en 2012 à 7200$ en janvier. C’est ça de pris, mais ce n’est pas suffisant: nos conditions de travail demeurent inférieures à celles des chargés de cours qui sont syndiqués. Pendant plus de 10 ans je n’ai jamais eu le droit à la carte de bibliothèque jusqu’au premier jour de classes, c’est-à-dire que je devais préparer les cours sans aucune assistance de l’institution : je n’ai jamais eu un bureau pour laisser mes bottes d’hiver et mon manteau mouillés avant d’aller en salle de classe, ni un téléphone. Par contre, j’étais soumise à une évaluation au même titre et avec les mêmes exigences qu’un professeur titulaire et c’est quand même avec notre effort – celui des 8000 chargés de cours- que McGill forge sa réputation jour après jour. De plus, nos cours comptent pour 135 heures assurables, c’est-à-dire que les 675 heures accumulées en durant l’année ne nous ont jamais donné le droit à l’assurance chômage. Notre employeur n’a jamais trouvé la manière de nous donner 10 heures assurables de plus par cours, même si nous étions obligés à participer comme jury des examens de synthèse dont la charge (lecture du portfolio et présence à la soutenance) dépasse largement les 10 heures. Conclusion, moi, mère monoparentale et mon fils trouvions les étés longs. Personne ne voulait engager une femme de mon âge, « trop qualifiée » même pas comme serveuse. Nous sommes pauvres malgré mes études : nous n’avons pas de condo ni de char et parfois nous avons à peine de quoi manger.
      Comme malgré tout je crois quand même à l’effort, à l’éducation et à la culture, je paie les études de mon enfant avec les allocations familiales. Mon fils étudie dans une école privée, a une excellente moyenne et sort manifester. Sans iPad, sans iPhone et sans iPhode. Avec seulement une sensibilité, une lucidité, une connaissance de la réalité socio-économique de notre pays et une intelligence peut être trop grandes pour ses 15 ans. Et il rentre tôt, parce que le lendemain, avant d’aller à l’école, nous allons livrer les journaux pour arrondir nos fins du mois. Comme il l’a toujours fait depuis qu’il a 8 ans. Méchant bébé gâté d’école privée, n’est-ce pas?
      Alors, e n’ai jamais manifesté, ni manqué une journée de travail ni promu aucun désobéissance. Mais j’étais déjà divisée. Mon fils aussi. Nous étions à des années lumières de ce que ce gouvernement représente, de ce que les managers à la Donald Trump de nos universités représentent, de ces postes d’enseignement qui ne s’ouvrent plus depuis dix ans parce qu’un prof est devenu matériel jetable. Ce conflit, je vous disais, n’est pas venu nous diviser. Nous étions –nous sommes- plusieurs millions à sentir une malaise profonde, mais nous aimons mieux pas le savoir. Je vais terminer avec le commentaire d’un humoriste québécois que dit que la société québécoise est en rogne avec les étudiants parce que … « quand je me fait fourrer, je n’en veut pas celui qui me fourre, mais celui qui vient me mettre dans la face un miroir pour que je remarque la position humiliante dans laquelle je me trouve ».
      Au plaisir de vous relire.

    • Monsieur Lavoie,

      Je retire mon commentaire d’hier. J’ai écrit de bonne foi, mais je constate que les manifestations ne sont plus ce que j’ai décrit.

      Nous ne serons probablement jamais d’accord… Bien des gens de l’extérieur vont clamer que ce sont les voyous, les casseurs, les jeunes etc qui ont foutu le feu aux poudres. Je crois, et plusieurs marcheurs avec moi, que ce sont, en définitive, les policiers.

      En faisant le tour des nouvelles de ce matin, je vois que personne dans les médias ne donne une version qui ressemble à ce que j’ai vu hier, de chez moi, ni à ce que j’ai constaté avant-hier, en personne.

      Dommage. Et la situation est lamentable.

      Nicolas Cousineau
      Montréal

    • Il n’y aura aucune inscription de la part de l’Union des Étudiants Verts à l’UQUANISTHAN cet automne. Non plus d’ailleurs que dans aucun collège encore sous la dictature de la CLASSE ou de mon ASSE. De nouvelles unions indépendantes vont bientôt se créer pour les Verts dans toutes les petites écoles de pensée de la Belle Province durant l’été, et ils auront ainsi une vraie liberté de choix eux aussi à n’en point douter…

    • Le débat sur les frais de scolarité a évolué et je crois que le gouvernement en est entièrement responsable. Le gouvernement a toujours eu l’appui de la majorité des québécois dans ce dossier mais il a adopte une attitude méprisante à l’égard des associations étudiantes. Cela a nourrit le mouvement et maintenant la contestation dépasse largement le dossier des frais de scolarité. Ce conflit oppose maintenant le gouvernement Charest à ses opposants. Et ils sont nombreux lorsque le taux d’ insatisfaction se situe à 70%.

      De façon générale La Presse et Le Soleil et le Groupe Quebecor ont soutenu la ligne dure dans leur page editoriale appuyant cela sur la légitimité du Gouvernement qui a été élu pour gouverner et sur la non légitimité du mouvement étudiant. En premier lieu les deux groupes sont légitimes chacun selon les regles qui les gouvernent. Mais gouverner ce n’est pas imposé la volonte de la majorite, gouverner c’est l’art du compromis que ce soit en père de famille, en chef d’entreprise ou en maire d’une municipalité. Ignorer la minorité ce n’est pas gouverner et cela à la fin nous amène dans le cul de sac actuel auquel M. Lavoie vous avez contribué. Dans vos commentaires sur cet événement, qui est loin d’etre terminé je n’ai pas détecté jusqu’à maintenant votre sensibilité habituelle.

    • Monsieur Lavoie,
      Vous ne comprenez décidément rien! Ça me désole….. C’est justement le déni de démocratie qui fait que tant de personnes sortent dans les rues On ne sait plus quoi faire pour faire entendre raison à ce gouvernement pourri. Il n’écoute personne…. La dernière fois que je suis descendue dans les rues c’est quand j’étais au Cegep en 68: règlement en quelques semaines parce qu’on avait un gouvernement responsable.
      Depuis ce temps mon mari et moi avons travaillé et fait de nos quatre enfants des adultes responsables. Arrêtez de me faire croire à la démocratie du vote aux quatre ans, pis après on attend encore quatre, même cinq ans. Quand un sinistre PM décide lui-même de la “fenêtre” idéale, sachant très bien que plus tard certaines révélations pourraient nuire à sa réélection. Comment pouvez-vous défendre cette pseudo-démocratie. Vous avez, Monsieur, un devoir d’objectivité. Ce gouvernement est peut-être dûment élu, mais un doute raisonnable laisse croire à son immoralité et sa corruption. On a le droit de tout savoir avant les élections, on a le devoir de ne pas lui laisser faire n’importe quoi, on a le devoir le lui dire haut et fort les bienfaits de la discussion de l’écoute et de l’humilité.
      Quand à Léo et Martine, quelle hérésie de leur dire de telles choses. Laissez-les décider eux-mêmes de leur avenir. Ils n’ont surtout pas besoin de ce paternalisme moralisateur. En ce moment, ils utilisent les armes dont ils disposent. Ne croyez-vous pas à l’éducation pour leur dire ainsi d’abandonner leurs études pour se faire élire. Quand leurs études seront terminées, le Québec sera dégarni non seulement de ses richesses naturelles mais de la richesse de sa jeunesse désabusée et muselée. Cette jeunesse aspire à autre chose qu’au mercantilisme éhonté style chambre de commerce.
      Quant à Gabriel, pour qui vous prenez-vous pour juger ainsi de sa valeur? Vous n’êtes pas le juge suprême du bien ou du mal. Un certain George Bush a dérapé dans ce sens en décrétant l’axe du bien et du mal en 2001. On a vu où cela nous a mené. Désolant…. Je resterai polie pour ne pas que vous jetiez mon courriel à la poubelle, mais…….
      Ces propos viennent d’une bonne-femme de 61 ans qui marche tous les soirs avec ces “écoeurants”. Je vois de l’intérieur qui a le monopole de la violence…et vous savez quoi? Je n’y répondrai pas….. “L’essentiel est invisible pour les yeux” de ceux qui parlent à travers leur chapeau, qui parlent à travers le prisme défigurant des médias.
      Bien à vous mon cher monsieur.

      Lise Hamel, 2850 Neuville, Brossard.

    • Ils auront beau faire sortir tout les syndiqués dans les rues de Montréasl et aengager des casseurs pour nous impressionner, il sagit toujours d’une minorité. La majorité silencieuse doit parler il faut quon fasse un référendum sur la question des droit de scolarité. GND (lémulte de Michel Arsenault) veut transformer les associaitons étudiantes en groupe anarchistes. Assez cest assez. Ils ont utilisé une minorité d’étudiant pour imposer un boycott a la majorité et détruire la paix sociale en faisant de la désobéissance civil `ca nest pas ça la démocratie.
      Il est temps que reviennent la paix sociale. Les syndicats utilisent le mouvement étudiants pour transformer les asspsiations étudiantes en mouvement anarchique pour faire la révultion et imposer la dicatature des syndicats via l’élections des carpettes péquisses qui se sont toujours pliées a toutes leurs demandes nous envoyant impunément vers la faillite. Que Monsieur Charest fasse un référendum sur la hausse et impose le respect de la société démocratique de droit en faisant respecter les lois. Un referendum sur la question et on va cesser d’utiliser les étudiants pour promouvoir la grogne des syndicats qui veuelent ravoir le placement syndical. Le pouvoir à la majorité de choisir et non a des groupuscule qui utilisent ,Intimidation et la violence. Les syndicats ne doivent plus avoir le pouvoir dimposer leur volonté en démocratie ce sont les citoyens qui doivent avoir le pouvoir de choisir, vite un référendum et quon mettent fin aux chantage des syndicat qui utilisent les étudiants pour essayer de faire plier le gouvernement sur le placement syndical et lobliger a tenir des élections. Il reste 18mois pour faire le ménage Monsieur Charest profitez en pour décrasser le systeme du pouvoir syndical et faite respecter le choix de la majorité des citoyens en faisant un référendum et faites respecter nos lois et nos valeurs pour maintenir la paix sociale. Les syndicats ont utiliser des éléments anarchique et se proposent maintenant de transformer les associations étudiants en mouvement anarchique. Assez cest assez.

    • Ce conflit nous divise mais…à 2 contre 1 contre les étudiants et pour le gouvernement..

    • Je suis bien d’accord avec vous, monsieur Lavoie; ce conflit divise le Québec et ce qui est le plus troublant ou triste, il divise les familles, comme ce père et ses 3 filles. Désolant!

      C’est pourquoi, selon moi, les leaders étudiants doivent faire une trève des manifestations, parce que de plus en plus de gens sont écoeurés de la situtation et que cela deviendra de plus en plus explosif et dangereux pour la sécurité de tout le monde. Comme leaders, comme citoyens, ils ont aussi des devoirs et pas seulement des droits, au niveau de la société.

      Si les leaders étudiants ne font pas cette trève, plus que nécessaire, ils cautionneront encore toute cette violence, tous ces méfaits aux commerçants, tous ces cocktails Molotov, ces bombes fumigènes, ces vitres brisées, ces feux incendiaires… En fait, j’ose même dire qu’en ne faisant pas de trève, ils font en sorte que tous les contribuables paieront une note très salée, mille fois supérieure à la hausse des droits de scolarité; en fait, ils cautionneront le saccage de Montréal et refileront la facture de tout ce désordre aux contribuables, toute classe confondue.

      Je l’ai déjà dit, sur différents blogues, si les leaders étudiants croient vraiment à leurs revendications, le meilleur choix n’est pas dans la rue, mais sur la scène politique. Ils peuvent appuyer le parti qui les appuie et se mobiliser pour faire en sorte que les libéraux perdent leurs élections. Ou, encore, et peut-être mieux, pourquoi ne pas former leur propre parti, soit le PARTI ROUGE et aller confronter leurs idées sur la place publique, la vraie place pour changer les choses? Et, soyez assuré que je suivrai le tout avec une belle ardeur démocratique ou patriotique.

      Ça, on appelle ça “utiliser des moyens démocratiques et honnêtes” pour se faire entendre, et “respectueux” envers la population.

    • Donc si je vous comprends bien, un coup qu’on a voté, on ne peut rien faire pendant 4 ans et le gouvernement peut faire ce qu’il veut?

      Et moi qui croyait que nous vivions dans un état démocratique…

    • M. Lavoie,

      Excellent commentaire, d’ailleurs dans la même direction que le papier du docteur spécialiste du diabète chez les jeunes qui paraissait dans La Presse hier.

      Je suis moi-même parent de 5 enfants, qui ont tous fait le secondaire au public. Je constate que nos 3 leaders étudiants ont tous fréquenté le secondaire privé (2 à Regina Assumpta), secteur hautement subventionné au Québec (plus que partout ailleurs au Canada). Comme société, il est plus que temps de siffler la fin de la récré à cette partie de la population que est privilégiée, et ce à même nos impôts, alors que d’autres jeunes n’auront jamais la chance de se rendre aussi loin, autant à cause de problèmes de santé pour lesquelles nous manquons de ressources financières qu’à cause de l’état lamentable de plusieurs institutions secondaires du réseau plublic. L’égalité des chances, elle se crée bien avant l’université. Par contre, le PLQ, avec plusieurs ministres qui ont envoyé leurs jeunes au privé, se trouverait lui-même en position de conflit d’intérêt s’il voulait ne cèder qu’un pouce devant les demandes des étudiants.

      Pour finir, ma petite théorie à moi, c’est que Pauline Marois s’y est déjà pris à 2 reprises sans succès avec des motions de non-confiance, alors peut-être la rue pourra-t-elle y parvenir…Il faut par contre faire bien attention, car le pouvoir de la rue ne se calme pas de sitôt, peu importe qui serait au pouvoir…

    • Je crois mr Lavoie que il n’y a pas de solution …..Moi je suis vraiment en désolation devant ce qui se passe. Vous savez on commences à nous comparer à la Grèce dans les reste de l’amérique….si c’est vrai il faudrait peut-être prendre une grande respiration tout le monde et regarder ce qu’on est en train de détruire….tout le monde ensemble au Québec.
      Peu importe si vous êtes un vert ,un blanc ou un rouge…..si on veut tous le bien du Québec il faudrait peut-être se regardez les uns les autres et constatez que on est en train de se détruire ….et au final on en paiera tous la note peu importe ou est votre allégeance……
      Il est grand temps de prendre une pause ,si vous aimez votre Québec il faut se regardez dans le miroir et prendre une grande respiration…..et ensuite se comprendre…..
      sinon le Québec ne s’en remettra jamais…..
      Merci et bon dimanche à tous

    • “Alors la pause qu’a décrétée Jean Charest, mercredi soir, je l’ai accueillie avec soulagement.”

      C’est dommage pour vous, mais ça ne sera pas aussi simple. Il n’y aura pas de pause durant l’été. Vous l’avez bien vu samedi soir. Plus de répression = plus de colère. Les policiers qui gazent les terrasses, les arrestations arbitraires. Jean Charest a échoué lamentablement. Il devra se retirer ou déclencher des élections. Ses basses manoeuvres pour créer et attiser la crise apparaissent de plus en plus clairement au yeux du peuple. Le monde change et c’est bien ainsi.

      Jean-Philippe Villemure

    • votre titre me rappelle la division profonde entre l’opinion de la page éditoriale de La Presse et celle des chroniqueurs comme Michele Ouimet, Pat Lagacé, Vincent Marissal , Pierre Foglia .
      Le dernier édito du Devoir a été signé par l’équipe éditoriale du quotidien…ce qui exclut- évidemment- Denise Bombardier.
      Je dois dire candidement que j’aurais de la difficulté- comme chroniqueur-à contredire la page éditoriale..J’irais travailler ailleurs…même si la paie est moindre .
      yves graton

    • bien sur les estudiants ont leur tort de ne pas plier . et le boos nes pas toujours ecoeurant mot de la langue quebecoise mot des plus laids .. avec le mot petit .. surutilise .

    • M. Lavoie, que cette loi soit bonne ou non n’a plus raison d’être discuté.

      Le gouvernement nous promet que cette loi va ramener la paix sociale au Québec et à Montréal.

      Nous verrons si ce gouvernement a les neurones nécessaire pour régler la situation.

      Il ne sert à rien de mentionner qu’une négociation aurait été plus adéquate puisque le gouvernement répond à chaque fois que les étudiants ne voulaient pas négocier, donc que le gouvernement ne négocierait pas. Drôle de logique mais…Nous verrons la suite des évènements.

      Il est évident cependant que si cette loi spéciale peut garantir la paix sociale, selon le gouvernement, et qu’elle n’y parvient pas, nous ne pourront pas dire que ce sera la faute des étudiants. Ce sera l’erreur du gouvernement. C’est le côté “risqué” d’une décision drastique et incontournable.

      André Lefebvre

    • Une pause dans le conflit cette loi? Pas sûr. Le chemin de la médiation aurait été moins pénible pour les québécois, tout en étant plus pénible pour les libéraux.

      Bertrand Toupin.

    • M.Lavoie
      Si tu es un grand donateur pour le parti libéral et que tu es accusé de fraude de plusieurs millions , tu peux en retour recevoir comme récompense des centaines de millions en contrat.
      Mais un pauvre étudiant qui porte un masque dans une manifestation et qui n’est pas un donateur a la caisse des libéraux tu es passible d’emprisonnement ….au plus vite des élections pour les foutre dehors ces libéraux…

    • “La loi spéciale stimule la colère, selon la CLASSE”.

      Pas de surprise ici. La loi tout court stimule les anarchistes, DONT la CLASSE.

    • Ben oui, les grands défenseurs de Charest sont à Québec on le sait. Je vis à Montréal et je ne suis aucunement tannée des manifs. Je suis vieille aussi et j’ai connu lemFLQ et la révolution tranquille et c’est ce qui se produit maintenant. J’aime mieux des vitrines cassées que de me faire voler par mon PM. Inquiétez-va pas, les jeunes vont aller voter mais il faudrait aussi que les vieux évoluent. Vous n’êtes pas tanné d’être dirigé par un chef corrompu? vous savez quoi, j’allais à Québec tous les ans et j’adorais, c’est fini je ne veux plus rien savoir des gens de Québec citi.

    • Parlant de négociation, je me demande sérieusement si un gouvernement responsable devrait avoir essayé de négocier avec GND qui a démontré à plusieurs occasions qu’il n’était pas crédible, poser la question c’est y répondre. Pour ce qui est de négocier avec les deux autres, ça n’a pas été plus évident, étant donné qu’ils ne voulaient négocier à la condition de ne pas exclure la CLASSE. Donc ils ont mis le gouvernement dans l’impasse .

    • Mon commentaire précédent faisait référence à votre phrase ci-dessous.
      ”Quand à Gabriel Nadeau-Dubois, j’ai plus de misère à l’imaginer dans une solution négociée. Il fera un excellent leader syndical capable de tenir tête au boss, quitte à fermer la shop s’il le faut.”

    • Je pensais que c’était maintenant connu que Gabriel Nadeau-Dubois n’est pas le leader de la CLASSE, mais bien le porte-parole. Ce n’est pas lui qui va à la table des négos.

      Et puis je me demande bien comment vous avez pu être soulagé lorsque Charest a déposé sa loi 78, une ”pause” comme il aime bien l’appeler. Dès que le spectre de la loi spéciale s’est mis à circuler, j’ai tout de suite compris que ça n’allait pas refroidir la marmite, mais bien la faire déborder. Et c’est ce qui est en train d’arriver. C’était pourtant facile à prévoir. Je ne sais pas comment Jean Charest a pu réellement penser calmer le jeu avec cette loi oppressive et dangereuse pour la démocratie.

      À moins que son but n’est pas réellement de calmer le jeu, mais bien de faire exprès pour que la colère et la violence se fassent plus nombreuses et radicales, et en tirer profit pour attirer son électorat. Ce qu’il fait depuis le début, en fait.

      Jean-François Téotonio, étudiant en grève.

    • Monsieur Lavoie,
      Vos propos sont pondérés dans un contexte qui ne l’est plus du tout. Je crois qu’il faut en revenir là, à la pondération, même si – je dois l’avouer – je partage peu votre lecture des faits. Cela aura au moins le mérite de pouvoir écouter ce que l’autre à a dire, ce qui, ce me semble, est le un aspect important de cette démocratie dont on parle tant ces jours-ci.
      Je dois bien l’avouer, cette loi m’est restée dans la gorge. Je ne peux qu’être outré, en colère. Comme un très grand nombre de personnes et organismes. Pour toutes les raisons que les intellectuels, spécialistes du droit, commentateurs et penseurs ont décrites avant moi. De l’autre côté du spectre, la peur qu’ont les gens de ses images que l’on voit sans cesse à la télé, le sang, la violence, le trouble montréalais. La peur et le ras-le-bol ne peuvent être rationnalisés. Pas plus que ma colère ou mon dégoût. Reste qu’il va bien falloir arriver à questionner un système qui permet d’adopter une loi que l’on sait à l’avance inconstitutionnelle et contre les droits fondamentaux garantis dans la démocratie.
      Il n’y pas pas de solution miracle. Mais l’on peut, au moins, enlever au premier ministre la possibilité de déclencher les élections et les mettre à date fixe. Ce ne sera pas une panacée, mais cela pourra, au moins, enlever l’odeur de souffre électoraliste qui plane sur cette loi matraque.
      Je vous laisse avec les mots d’un homme bien plus grand que moi. Écrits il y a près d’un siècle, ils me semblent encore très actuels : “La réforme des institutions vient trop tard, lorsque le coeur des peuples est brisé.” (Georges Bernanos)

    • Bonjour M. Lavoie,

      J’ai lu avec intérêt votre chronique. J’aurais quelques éléments qui me chicote et dont je voudrais vous parler. Je comprend votre soulagement, on n’aime pas vraiment ça la chicane ici. Cependant, en tant que gestionnaire, voici une analogie :

      si mon adjoint venait me dire, dans un premier temps, que les employés sont mécontents, je lui demande de régler. Il revient 5 semaines après et qu’il me dis qu’il est très content puisqu’il a réglé la crise. Je suis bien content, mais je lui demande quelle crise, car au début, les employés étaient mécontents. Il me dit que c’est la crise qui a dégénéré parce qu’il n’a pas su gérer le mécontentement. Et le mécontentement est réglé? non. Alors, je le vire illico.

      La loi de Charest va plus loin que toutes les lois que les fonctionnaires ont pu subir. Car elle s’applique à toute la population, contrairement à toutes les autres versions antérieures par tout autre gouvernement.

      Il a créé un mécontentement car la question de l’accès à l’éducation, c’est un enjeu social depuis toujours. Qui dit enjeu social dit consultation. Quelle fut la consultation sur cet enjeu? Nulle. Ce qu’on sait, c’est que des centaines de millions de dollars sont engloutis dans un îlot Voyageur, des dizaines de millions dans des campus périphériques où les universités se cannibalise une clientèle décroissante. Et les salaires des recteurs sont supérieurs à ceux d’un premier ministre (comme ceux de plusieurs PDG d’organisations, mais c’est un autre débat).

      La Régie des rentes s’est livrée à une consultation tout azimut il n’y a pas très longtemps sur le design du régime. On a fait les gorges chaudes sur une modification de l’ajustement actuariel des prestations de retraites anticipées. Je vous invite à lire les évaluations sur les modifications de rentes. C’est des broutilles. Et pourtant, on a consulté. Pourquoi pas sur un enjeu aussi important.

      On ne peut se rabattre sur le fait que tout le monde doit payer. Un pacte social qui existe depuis 1960 fait que les parents paient pour les enfants par l’impôt. En 1960, Gérin-Lajoie voulait rendre l’éducation universitaire gratuite. En effet, le secondaire professionnel est gratuit, et le CEGEP profesionnel aussi. Pourquoi diable pas l’université??? Les gens qui en sorte ont en général des revenus plus élevés et donc un taux moyen d’imposition plus élevé. Ils ont des salaires plus élevés sur des périodes plus courtes de leur vie. C’est un exercice qui mérite, qui doit être fait.

      Nous ne sommes que 22 000 Québécois par année à obtenir un bac. Nous n’avons pas intérêt à ce qu’un jeune qui fait son DEC mais qui pourrait faire son bac regarde ça et se dise : je peux m’amuser dès maintenant, avoir un bon salaire, pas de dettes, et là, je ferais le con pour m’endetter, attendre 5 ans de plus pour travailler, pis pas être sûr de me trouver un boulot? No way. Nous voulons devenir une société du savoir? (En fait, avons -nous vraiment le choix?) Alors il faut voir une baisse des frais universitaires comme un investissement public, pas comme une dépense. Les centaines de milliers d’ingénieurs chinois qui graduent chaque année nous attendent de pied ferme.

      Car au départ, le mécontentement, ce qui doit être réglé, c’est bien les frais de scolarité. Non?

      Au plaisir!

    • Merci monsieur Lavoie, vous savez les extrémistes n’acceptent pas les opinions qui ne sont pas similaires à leurs opinion, et je suis entièrement derrière votre raisonnement, la majorité silencieuse aussi. Merci encore, et tenez tête aux extremistes…

    • On veut bien faire le procès du gouvernement, on veut bien une commission d’enquête, on veut bien discuter de gratuité scolaire…mais pas avec des petits morons comme juges. Je suis très heureux de savoir que les représentants de “notre plus grandes richesse, notre avenir…” n’ont rien d’autre à faire que de foutre le feu dans les rues et se promener avec des cocktails molotovs. Bravo les étudiants, mais arrêtez de nous parler de démocratie. Clowns.

    • Bonjour M. Lavoie, Je dirais que en gros, je suis d’Accord avec votre position et je dirais à votre ami que oui, peut-être que les libéraux donnent l’impression de nager dans la corruption et les scandales, mais en attendant le verdict de la commission Charbonneau, on se doit d’éviter de condamner avant les faits.

      Ce n’est pas parce que les carrés rouges sont un mouvement gauchiste et appuyé par les souverainistes et des anarchistes que ça justifie un renversement de gouvernement. Il a été élu démocratiquement et a le droit de gouverner jusqu’à l’échéance de son mandat. D’ailleurs, pourquoi vouloir tant se presser ? Pourquoi y a-til urgence? et Pourquoi tout casser en attendant des élections ?

      Je pourrais en nommer des situations où les citoyens en désaccords avec les positions souverainistes du PQ auraient pu eux aussi justifier un renversement de gouvernement sous prétexte que le PQ voulait nous séparer du Canada. Quand le PQ a mis en retraite des milliers de médecins et d’infirmières, pourquoi le peuple n’a pas sortie dans la rue et pendus aux poteaux les René Lévesque, Pauline Marois, et tous les ministres péquistes de l’époque ? Quand le PQ a dilapider les fonds publics pour sauver des entreprises moribondes ou créer de sociétés d’état innefficaces, pourquoi le bon peuple n’est pas sorti dans la rue et n’a pas mis Montréal à feu et à sang pour mettre fin à ce gaspillage ?

      Personne n’a le droit de se faire justice ! Et comme vous dites, ce n’est pas tout le monde qui déteste les libéraux et veulent leur départ. Si on commence à justifier et à appuyer un tel mouvement anti démocratique c’en est terminé du Québec.

      Regardez tous les mouvements qui s’opposent de part le monde, il y a des endroits où ça joue plus soft mais d’Autres où c’est l’enfer. Si vous permettez à des groupes d’extrême gauche de favoriser le renversement ou encore de faire régner leur lois dans les rues, vous verrez apparaitre des groupes d’extrême droite qui s’occuperont de contre balancer ce pouvoir. C’est comme ça partout dans le monde, chaque force a son vis à vis contraire, c’est l’équilibre des force, et plus on va dans les extrêmes dans un sens, plus son opposé s’empresse d’atteindre l’équilibre en adoptant des mesures similaires.

      Dire que tout ça a commencer avec une augmentation raisonnable sur 5 ans des frais de scolarité. Mêm votre ami n’est plus là aujourd’hui, il parle de corruption, de légitimité, etc.

      Votre ami a beau dire qu’un père de famille qui s’occupe mal de ses enfants se les fait retirer par la DPJ. Peut-être, mais pas avant plusieurs démarches légales et encore. Mais dans ce cas ci, votre ami semble oublier que ce n’est pas tous les jeunes qui sont comme les siens, beaucoup ne contestent pas et c’est leur droit les plus légitimes.

      Du côté des pros-carrés rouges, des annarchistes , des anti capitalistes, et des anti Charest, on devrait prendre du recul et cesser d’emmerder le reste de la société avec leurs manifs nocturne. À défaut, il finiront peut-être par faire réélire les Libéraux. Est-ce ce qu’ils veulent. Pour ma part, je voulais voter CAQ, mais si je vois que le PQ va rentrer, je revote stratégiquement pour les libéraux car le PQ m’a mis en rogne avec son appui inconditionnel aux carrés rouges. Ils auraient pu afficher un carré vert pour montrer qu’ils ne discrimineraient personne, mais non…

      Oui ce conflit nous divise tous, on a beau ne pas être tous de la même opinion, mais il y a une chose qu’on doit préserver, le refus de recourir à des méthodes anti démocratiques pour atteindre ses buts. Des gouvernements ça se remplacent aux élections et pas ailleurs.

      Émotif oui, irrationnel non !

    • Je tiens a féliciter le service de police de la ville de montréal pour leur profesionnalisme et la qualité de leur travail. Surtout dans la soirée de dimanche, ils ont pris le controle de la situation avec la fermeté nécessaire. Beau travail, il ne faut pas laisser certains extrêmsites qui montent les groupes a commettre nimporte quoi pour faire avancer leur cause au mépris du respect des droits des autres. Ne laissons pas ces extrêmistes démolir notre société de droit qui est tant envié partout dans le monde.

    • La paix sociale N’est pas négociable. S’ils ont des choses a dire qu’ils aillent sur le net, sur les blogue, qu’ils lancent des discussions, des pétitions qu’ils influencent les caucus des partis politiques. Les manifestations sont l’opportunité pour les casseurs de faire du trouble. Alors la question se posent que font dans la rue ceux qui ont vraiement un mesage et non la volonté de faire de la casse ou de se porter complice en fournissant l’opportunité aux casseurs de faire de la casse. Tout a coup ces gens n’ont plus de vie? Tout ce uqi les motivent cest marché dans la rue? Ils doivent prendre concience des conséquences et cesser de prétendre quils ne comprennent rien. Les intentions individuelles ne comptenent pas ils fournissent le contexte pour la violence et l’instabilité. Faudra t-il faire un couvre feu? Que faut-il faire pour faire comprendre aux gens qu’ils sont aussi resposnables que les casseurs parce quils leurs fournissent lopportunité de se cacher dans les attroupement? Les médias jouent un role pervers en rapportant continuellement le discours de la liberté dexpression. On est pas la. Il y a une série dévènements violent qui dure depuis 3 mois. et il faut y mettre fin. ceux qui ne font pas de case restez donc chez vous le temps de ramener la paix sociale. Cest si difficile a comprendre? La tolérance a des limites et la patience de ceux qui subissent ces manifs a répétition vont finir par aller affronter ceux qui manifestent. Vous avez quelque chose a dire faites le avec des mots sur intenet. Ça na pas moins dimpact que de marcher dans la rue si on veut entrez chez vous. Vous etes surpris quils faillent durcir les loi et contribuer par votre négligence a entretenir la casse et serez les premiers a crier a linjustice sil faut prendre des moyens encore plus drastiques comme le couvre-feu, larmée pour ramener lordre. Il faut ramener lordre mais a voir les manifestant ça les stimule ça leur donne lopportunité dagir en délinquant cest pour ça quils sont là, il ny a rien de pacifique la dedans.

    • “«Fuck you Quebecor». Dit par des extrémistes, mais un signe que le conflit dépasse maintenant largement la question des frais de scolarité. Le gouvernement et ses amis financiers récoltent peut-être maintenant ce qu’ils ont semé à travers les années. Mais c’est nous tous qui en paierons le prix. En attendant un gouvernement qui tentera de réparer les pots cassés et qui se fera, comme le gouvernement Obama, blâmer pour les erreurs de son prédécesseur.

    • Se désaffilier de la Crasse de la Classe de mon ASSE serait une excellente façon pour les verts de se libérer de cette petite mafia syndicale qui voudrait maintenant s’installer à demeure chez les petits camarades d’UQUANISTHAN, et cette Union des étudiants Verts qui en résultera, en plus de leur donner accessibilité aux cotisations auxquelles ils auront droit plus tard cet automne, leur permettra certainement aussi de défendre leurs droits pour leurs membres et non pas ceux des agioteurs, des agitateurs et autres casseurs qui s’imaginent faussement pouvoir remplacer un jour le bordel de la rue par celui des Ti-Culs. À vos plumes citoyens! Nous allons atomiser les petits kamarades de . com, de / con.con.con # nous aussi.

    • Quand c’est pour le pire, on leur fait la job aux élections suivantes.
      ***********

      C’est bien beau ça, mais c’est comme une permission de nous voler pendant quatre ans donnée au gouvernement. En 2009 une étude indépendante nous apprenait que les travaux d’infrastructure coûtaient de 20 à 30% de plus au Québec que partout ailleurs au Canada.
      Le rapport Duchesneau nous en a ensuite donné la raison ; un vaste réseau de collusion-corruption basé sur le financement des partis politiques gangrène l’état.

      On fait quoi alors ? On laisse un gouvernement corrompu nous voler durant quatre ans sous prétexte qu’ils sont élus ? On laisse des individus indignes de la confiance de l’électorat décider de l’avenir de notre jeunesse?
      Quand des élus qui ont occupés et occupent présentement les plus hauts poste de nos administrations municipales sont accusés de fraude et de corruption à Mascouche, à Boisbriand et à Montréal et on sait tous que ce n’est que la ponte d’un gros iceberg , on fait quoi?
      On les laisse se remplir les poches pendant quatre ans ?

      La violence qu’on vit hélas présentement est le résultat direct de ces gouvernements incompétents corrompus et profondément malhonnêtes qui ont détournés la démocratie .
      Il faut nettoyer les écuries , mais personne hélas n’a le mode d’emploi surtout qu’elle s’attaque aux postes supposément les plus “honorables” de la société comme, des hauts fonctionnaires, des firmes d’ingénieurs, des bureaux de comptables et d’avocats .

    • Aujourd’hui le 21 mai, j’aimerais souligner le travail des policiers qui, dans des situations à la fois délicates et dangereuses, est tout à fait remarquable.
      Après avoir ignoré des injonctions, j’estime que le gouvernement n’avait plus le choix. Il ne s’agit pas d’une Loi parfaite mais bon, il n’y a rien de parfait en ce bas monde. Les policiers ont arrêté les premiers émeutiers et certaines des dispositions de cette Loi devraient être mises en application. Des amendes salées et un pourvoi devant les tribunaux par les «popistes» juridiques.
      Finalement, ne pas avoir vu ou entendu l’anar Nadeau-Dubois de la fin de semaine, il est censé nous revenir vers 15h30 cet après-midi avec sa collaboratrice, Bonnie Parker! On doit donc s’attendre à du grabuge ce soir; ils sont plutôt hargneux du côté de la Classé. Ça pourrait lui coûter combien à ce petit con pour incitation à la violence? Beaucoup plus qu’une augmentation des frais de scolarité!

    • Qu’est-ce qui se passe? Vous dormez ou vous ne voulez pas que mon commentaire soit dans les premier à être lu?

      Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Donc je vous laisse écrire vos opinions sans les commenter à partir de maintenant. Vous discuterez l’actualité sans moi. Éventuellement, vous pourrez en discuter avec tous ceux qui sont de votre avis. Bonne discussion.

      André Lefebvre

    • En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que ça fait dur. Ça fait pitié. Rare. Ne serait-ce qu’eu égard à l’amoncellement de bavardage engendré à propos de cela depuis trois mois. S’ajoutant à l’excédent de manifestations de rue, à l’excédent de casse, à l’excédent de (coups de) matraques, à l’excédent de coups de gueule – violence, cela aussi, plume et parole pouvant blesser autant voire plus encore parfois que bâton.

      Or, comment, pourquoi en est-on arrivés là? Pourquoi rien n’évolue-t-il? Devinez.

      Pour se battre ou s’ostiner, il faut être (au moins) deux. Mais pour que cessent bataille ou pagaille, conflit ou ostinations, un seul suffit. Or, QUI, mieux que le gouvernement, QUI, mieux que le PM, pourrait être cet unique qui ferait arrêter tout ce bazar? Or (re-bis), il ne le fera pas. Il va, plutôt, persévérer à alimenter, à ENTRETENIR le feu. Qui le sert si bien. Paraît.

      Vous avez vu comment agissent, d’année en année, les membres de ce gouvernement libéral? Tels des carpettes. Tels les militaires-à-Nathalie (Normandeau avait nommé ainsi une bonne fois les militants du PLQ). Tels ces assidus «délinquants» que sont les membres du gouvernement ou du caucus libéral québécois. Eh, quoi!, vous en doutez? Ne vous souvenez-vous pas de cette ovation monstre qu’ils avaient manifestée, en chambre même à part ça, ce lieu saint, à l’endroit de Tomassi!? Auriez-vous oublié, aussi, qu’eux seuls, les plquistes, s’avèrent capables de condamner, du haut de leur chaire, à l’unisson, quelque innocent, et de ne jamais, au grand jamais, s’en excuser, se rétracter ou s’en «repentir», comme de ‘vilains-méchants’ péquistes, eux, au moins, peuvent avoir la décence et l’honnêteté de le faire? Eh bien, c’est ce qu’ils ont fait, tous, sans exception, à propos d’Yves Michaud. Essayez de «battre» ‘ça’. Essayez… Essayez de trouver gens plus dangereux que les libéraux de Jean Charest. Quoi! Vous ne connaissez pas les expériences de Milgram? Qui ont montré qu’il n’est rien ni personne plus dangereux que qqn obéissant invariablement et aveuglement à l’autorité, comme le font systématiquement-et-invariablement (à une exception près*) les gens du PLQ, les militaires-à-Nathalie. (* Philippe Couillard ‘jadis’ – lors du dossier CHUM).

      Voyez, bref, comment ça fonctionne au sommet de ce gouvernement plquiste. Le numéro un, qui n’a jamais voulu parler aux représentants ou porte-parole du groupe social en cause en la présente affaire. Et la numéro deux,’ qui, elle, ne voulait pas parler avec le plus ‘important’ d’entre eux. On va aller loin avec un gouvernement de même. Aussi adulte, mature, responsable et conséquent. Éminemment loin.
      denis beaulé

    • Monsieur Lavoie,
      vous admettrez que de continuer de parler de conflit étudiant ici est quelque peu saugrenu. L’enjeu n’est plus la hausse des frais de scolarité. La crise n’est plus seulement autour du conflit étudiant. La crise, elle est sociale. La crise est directement dirigée envers ce gouvernement. Le problème, c’est que trop de gens ne l’ont pas vu venir, dont votre collègue Pratte qui a mis 2 mois avant d’appeler le phénomène une crise. Le danger est d’être déconnecté et de ne pas voir ce qui s’en vient. Si vous vous promenez dans les manifs, à Montréal, bien sûr, vous allez constater assez rapidement que les manifestants ne sont pas tous des étudiants. C’est un ras-le-bol complet d’une partie de plus en plus importante de la population qui en a marre de l’oeuvre de ce gouvernement et qui descend dans la rue pour signifier son ÉCOEUREMENT profond. Certains l’expriment violemment, d’autres en scandant des slogans. Demain, mardi, vous serez en mesure de le constater davantage. Pourquoi les gens feraient-ils confiance à un gouvernement sous enquête?

    • Lors de la prochaine élection, les québécois vont sortir Charest (SVP, SVP!!!) et, souhaitons-le, porter Legault au pouvoir. Il se pourrait fort bien que ce dernier (oh le méchant) confirme l’augmentation des frais de scolarité, ayant fait campagne en partie sur cet enjeu, et les citoyens ayant voté pour ça.

      Eh bien, mes amis, ceci serait une décision anti-démocratique! Oh oui!

      Mais qui sont ces gens, dites-vous, pour qualifier d’anti-démocratique le vote libre du peuple québécois? Laissez-moi vous les présenter :

      Il s’agit de membres de groupuscules syndicalo-anarchistes appuyés par nos grands syndicats. Voici comment ils fonctionnent : ils noyautent quelques associations étudiantes; ils radicalisent le débat; lors d’assemblées des étudiants, ils monopolisent les micros et intimident leurs adversaires; ils font durer les assemblées jusqu’à ce que les étudiants « normaux », excédés, aient quitté la salle; et à ce moment précis, ils votent à main levée. Si le vote va contre eux, on invoque une entorse aux procédures et on reprend le débat jusqu’à ce que le vote soit de 51% pour le boycott, et hop, c’est réglé.

      Oui, vraiment, ceci sont les gens qui nous font des leçons de démocratie! Avec l’appui enthousiaste des activistes de La Presse et de Radio-Canada!

      G. Lalande

    • RECHERCHÉ!

      GRAND SAGE QUÉBÉCOIS, NON PARTISAN, CAPABLE DE SE SITUER AU-DESSUS DE LA MÊLÉE
      PORTEUR D’UNE PAROLE PACIFIANTE ET RASSEMBLEUSE.

    • Bonjour!
      C’est à se demander pourquoi Mme Beauchamp a démissionné. Peut-être ne voulait-elle pas porter l’odieux de cette loi spéciale? Tant qu’à Jean Charest, il s’est tenu loin de cette bataille et le jour où il ose enfin agir après des semaines de tourmente, c’est en imposant cette loi….pas fort.
      Vivement des élections pour qu’on décide qui pourra le mieux gérer cette crise.

    • Voici la jeunesse que donne l,élevage dans les garderies a 7 piastres.

    • C’est exact que le débat est terriblement tranché dans la population. Ce n’est pas simple. Ce gouvernement qui ne donne ni ne donne quelque respect que ce soit a réussi à foutre le feu à la baraque. Faut dire que ça fonctionne bien: durant ce temps on ne parle pas de la corruption de la Familia. Et nous sommes désormais très loin du débat sur les frais de scolarisation.
      Quand je regarde un peu ce que ce gouvernement donne aux banques et grandes corporations, à quel point il est à genoux devant ses vrais patrons, il y a de quoi devenir enragés collectivement de se faire prendre pour des idiots à ce point.
      Vous me permettrez d’être en profond désaccord avec vous: il n’y a pas de pause en cette Loi Matraque. Il y a huile sur le feu. Idem pour Tremblay, inénarrable pseudo-maire de Montréal qui en rajoute avec son règlement sur les masques.
      La situation va empirer parce que les gens – et pas juste les jeunes – en ont assez de se faire emplir de conneries. Oui, il y aura des élections, mais entre temps il y a surtout la Loi du plus tordu qui est le plus fort.
      Jacques Pruneau.

    • Voilà où il est le gros problème de cette escalade. Le gouvernement libéral n’a plus aucune crédibilité dans une grosse partie de la population et la confiance n’y étant plus, c’est dans la rue que s’exprime toute cette frustration. Votre ami Maurice a bien raison. Quand on trempe dans l’illégalité avec la mafia et que les exemples de corruption se multiplient, comment voulez-vous qu’on respecte les lois votées par un tel gouvernement. Pourtant, je suis un modéré qui n’a plus l’âge pour aller se promener dans les rues pour faire valoir mon point de vue, mais je ne suis plus capable de faire confiance à ce gouvernement. Le conflit dure depuis trois longs mois et jamais notre premier ministre, responsable en plus du Ministère de la Jeunesse, n’a daigné rencontrer les leaders étudiants, ni même leur serrer la main.
      C’est du mépris inacceptable.
      J’en arrive à penser que le tout a été prévu et délibérément programmé pour remonter dans les sondages en vue des prochaines élections….

    • Lors de l’entrevue du ministre Pierre Moreau par Larocque&Lapierre, ces deux ratés effrontés et impolis, ce dernier a répondu à Larocque que les étudiants ont eu la possibilité de négocier avec la ministre de l’éducation Line Beauchamp, puis avec la ministre par intérim Michelle Courchesne, et qu’à chacune des rencontres, les leaders étudiants prévenaient la ministre en question:
      1- Il y a deux parties dans une négociation;
      2- Malheureusement, une des deux parties va mourir iciet heureusement, ce ne sera pas nous…
      Y a-t-il seulement moi qui ai entendu cela??? Et personne ne réagit??? Alors vous êtes en accord avec G.N.-D., M.D, et L.B.-B., quand ils lancent de pareilles menaces à des gens élus démocratiquement???
      Certaines personnes accusent le gouvernement de n’avoir pas voulu négocier? Des petits baveux comme ça se prennent pour qui pour menacer la ministre de l’éducation? En effet, Charest n’avait aucune obligation de négocier avec eux… la seule chose que je reproche à la loi 78, c’est qu’elle manque de dents….des amendes salées, ce n’est pas suffisant, cela aurait dû être assorti avec des peines d’emprisonnement pour les plus coriaces…

    • « Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante »
      d’après George Orwell. Ce conflit ne fait pas que nous diviser, il nous déchire intérieurement! Il faut être d’un côté ou de l’autre, plus de place pour le jugement. Au départ pour les étudiants, parce que 75% d’augmentation c’est dur à prendre pour n’importe qui. Puis, pour le gouvernement, un bon geste et plus équitable avec la bonification de l’accessibilité. Mais pas tout àfait la bonne chose! Finalement, cette loi spéciale si dure qui galvanise les troupes et donne des ailes aux extrémistes! Effectivement, on n’est quand même pas en Syrie, quoique certains semblent le croire! Cela méritait-il un tel combat de part et d’autre, au nom de la démocratie dont chacun a sa propre définition!

    • C´est pas plus brillant de la part de cette personne de demander l´intervention des Forces Armées. J´ai pas encore vu de AK-47 dans les rues de Montréal. Si jamais Jean Charest demande à Harper l´intervention de l´Armée (scénario catastrophe) c´est qu´il encore plus incompétent que nous le pensions. La demande pourrait venir d´un autre incompétent c´est à dire le le Maire de Montréal. Le Québec c´est quand même pas la Syrie.

      The Army is a broad sword, not a scalpel. ( Général William Devreaux) – The Siege (1998)

    • Dites a Gabriel Nadeau Dubois de faire une contre proposition écrite voté par les associaitions pour régler le conflit et il refusera. POurqoi? Il n’en veut pas de sortie de crise il la créé avec les syndicats et ne veut rien dautres que des élections. Alors quon sait pertinement quils ne respecteront jamais la démocratie ni ses lois. Ce quils veuelent cest mettre la carpette du pq au pouvoir pour controler le gouvernement et nous envoyer dans le mur.

    • Quand j’ai gradué de l’école en 1993 on en aurait eu de raison de protester. Il y avait un paquet de gens fraîchement gradué de l’école incapable de se trouvé un emplois tout court et encore moins dans leur domaine. Tu regardais les journaux à cette époque et c’est pas des farces, il n’y avait pratiquement rien dans la section emplois. C’est sûre, notre dette pour financer nos études étaient plus basses mais quand tu repaies ta dette avec un salaire à 6,50$ de l’heure… Aujourd’hui, il y a plein d’emplois disponibles. Des jeunes gradués en éducation se trouve des emplois dans leur domaine immédiatement après leur étude chose impensable à l’époque, même chose pour les infirmières, technicien génis civiles et j’en passe. Par example, j’avais un copain diplomé en génil civi à la même époque. Il n’a jamais travaillé dans son domaine… ainsi que la plupart de ses confrères consoeurs gradués.
      C’est quoi payés un peu plus pour ses études quand t’a une job décente qui t’attends. C’est sûre que si t’aime mieux te promener dans la rue au lieu de travailler, à vouloir changer le système en cassant tout ben vous aller inévitablement renconter sur votre chemin des membres d’autres générations qui malgré les différentes adversités propres à chaque époque ont su tirer malgré tout leur épingle du jeu.
      Vous voulez changer les choses et bien faites vous élir quand le temps sera venu, et tenter de changer le système de l’intérieur.
      Vous êtes bien chanceux de pas être comme en Chine par example. La place Tien amen, c’a vous dis quelques choses?En passant ,y’a pas juste en Chine ou l’on traite dûrement ce genre de défiance du gouvernement en place. Le seul résultat que vous aller gagner en prenant la rue et en voulant apporter des changements de la façon actuel, c’est une radicalisation des gens et du gouvernement contre vous.

    • Les membres des associations étudiantes n’ont jamais voté pour mandater Gabriel Nadeau Dubois pour commander des interventions par rapport a la lois 78. Il faut que les membres puissent annuler leurs membership et sortir de ces associaitions pour ne pas se ramasser solidairement respeonsable des actions de ces représentants anarchistes. Le Narcissique Nadeau Dubois dehors. Il ne sert pas le conflti étudiant nest nullement intéressé a discuter avec la ministre il veut juste entretenir l’ananrchie. Démocratie mon oeil, incitation au crime cest passible de quoi?

    • En somme, le gouvernement a eu tort de négocier avec les profs, les infirmières etc? Ces gens-là n’avaient qu’à avaler et attendre les prochaines élections. C’est n’importe quoi. Ainsi donc, si les étudiants qui s’opposent à la grève ne sont pas contents, ils n’avaient qu’à se rendre aux assemblées générales de leurs associations étudiantes? Votre argument est non seulement fallacieux, mais en plus vous ne l’appliquez pas à la démocratie étudiante.

      C’est triste de voir à quel point vous manquez de rigueur intellectuelle. Si vous étiez conséquent, vous auriez au moins l’honnêteté d’appliquer votre réthorique douteuse aux étudiants qui ne se sont pas mobilisés.

      Mathieu Verreault

    • Bonsoir, j’aimerais par ces quelques ligne rendre hommage à la majorité silencieuse…tout d’abord à ceux qui ont tranquillement terminé leurs cours et leur session et qui seront aptes à entrer sur le marché du travail (pour l’été ou de facon permanente) ou d’accéder à un niveau d’études supérieures.A vous tous, je vous dit BRAVO! Tandis que d’autres on FAIT LECHOIX de faire du sur place (dans leur cheminement personnel) et de causer des torts énormes à leur compatriotes ( qui eux aussi peuvent être touchés par la cause initial du conflit: $1625 dollars d’augmentation sur 5 ans ….mais qui jugent qu’il n’y avait pas matière à ce que ce conflit dégénère à ce point)Je suis d’accord avec cette hausse mais contre la facon dont le conflit a été géré. Des milliers d’étudiants ont pris d’assaut les rue de Montréal,mettant à feu et à la casse cette ville qui ne leur appartienne pas (payez vous des taxes foncières ? moi oui!) Qui ont entravé jour après jour les déplacements de travailleurs qui eux paient de forts impots et qui devront couvrir les frais de casse et temps supplémentaires des professeurs et des policiers pour vos ”conneries”.Plusieurs d’entre vous ,j,ensuis certaine, n’ont jamais voyagé et n’ont aucune idée de la VRAIE pauvreté et VRAE oppression. Moi oui.Saviez vous que dans certains pays ,on se prive de manger pour avoir la possibilité d’aller à l’école?Si vous en étiez conscients ,vous ne seriez pas dans la rue en brimant les droits des travailleurs, des usagers en général du transport en commun,des commercants,des services touristiques, des passants etc..Vous agissez en ”enfants gatés”égoistes.Ou étiez vous lors des dernières élections provinciales, municipales et scolaires(eh,oui il ya des élections pour les commissions scolaires avec environ 8% de particpation…!)???Surement absents…Alors,dégagez ,rentrez chez vous et attendez aux prochaines élections pour renverser le gouvernement (ce sera à vous de ”faire sortir le vote”..cela sera en fait un noble défi)et faire élire un des votres si ca vous chante.C’est ca la démocratie.De plus, ceux qui ont tranquillement terminé leurs session et ceux qui aspirent à la terminer le plus tôt possible seront certainement nos leaders de demain!!! C’est à souhaiter.

    • Gabriel Nadeau Dubois a du cahrisme et séduit les jeunes de son age qui sont trop naifs pour voir ou il sen va. Il veut l’anarchie. Les éelctions pour élire des carpettes qui vont se plier et perdre le controle encore plus. L’anarchie cest ce quil vise. Il ne veut pas de r“glement.
      Toute personne qui a des connaissance en psychologie comprend quon oppose pas un chef a une personne inflexible omnubilé par son objectif au point daller en prison. Le faire serait lexposer a l’échec ce que veut la classe et donc ainsi établir une dictature basé sur lintimidation et la violence.
      Des élections ne meneront pas a lissu du conflit car si cest charest qui reste il continuera, si cest la marois il lui fera perdre toute autorité en moins de 2.
      Il faut se tenir debout devant se genre d’individu, utiliser les lis, la démocratie pour imposer lordre social.
      Sans loi ni ordre PERSONNE nest libre. Cest la loi du plus fort et les armes et la violence et labsence de sens des responsabilités ni culpabilité poussent tout le monde a agir nimporte comment. Donc personne nest libre.
      Quand il y a des limites de vitesse sur lautoroute on a moins de chance davoir des accidents parce plus le nom a des nombre de personnes qui respectent les regles est élevé plus on peut circuler librement sans risque.
      Ceux qui font de la désobéissance civile nous contraingne a resserrer les regles pour protéger le plus grand nombre. Plus il y aura de manifestations, plus on donne aux criminels les opportunités d’user de violence, plus on devra resserre les lois et moins on sera libre. cest exactement la meme logique avec les ados. Pour jouir de la liberté tu dois respecter les r`gles cest la base de la conficance. Si tu ne respectes pas les regles je nai pas confiance donc tu as moins de liberté moins de lattitude.
      En société cest pareil plus les gens sont respectueux des regles moins les regles doivent etre sévères pour que la population soit en sécurité. Ce que les anatchistes veuelent cest enlever les sentiment de sécurité et forcer les gens a user de violence pour se protéger. Sil y a des manifestations et quil ny a pas de policiers il va arriver quoi? L’anarchie totale. Pourqui, parce que labsence de balise creér chez les individus irresponsables, incapapbles de sen fixer eux meme la recherche des limites. Comme on dit que les limites sont faites pour etre dépassée il faut laisser un petit peu de lattitutde au delà mais très court. Donc si vous voulez dune société ou cest un état policer aller mainifester et ainsi fournir loccasion aux anarchistes de faire de la casse. Si par contre vous voulez vivre dans une xociété plus libre, il faut respecter les r`gles ,dénoncer ceux qui ne les respectent pas et ne pas fournir par votre comportement lopportunité daller se cahcer dans un groupe pour faire de la casse. Pourquoi cest différent a Montréal parce que les casseurs et les radicaux y sont rassemblé et font le tour des établissements., Ils sont allés a Alma, mais on a pas toléré leur présence longtemps et les a découragé dy retourner. Parmi ses radicaux on trouve évidement plusieurs profs. Il faut faire des aarrestations et des congédiements, des rencvoies des institutions. Ça prend des sanctions. Une sanction pour etre efficace doit priver de quelque chose auquel lautre tient. Si ce nest que de largent et quil ne la pas il ne sera pas necessairement conscient du risque. La liberté, le drit daccès aux études, le travail, limposition de conséquence devrait toujours impliquer des gestes de réparation. Si on ne répare pas on est moins conscinece des tords causé. Aller remplacer les vitres cassée. Refaire les terrasses. Faire du communautaire. Un grand changement quil y a eu dans la société québécoise cest le bris du lien avec la communauté. Etre quelquun et servir a quelque chose faire quelque chose dimportant dans la vie des autres. Les gens sont isolé, leur vie na de sens ni pour eux ni pour personne, quand on a rien a perdre, quand on est perdu, les limites de la violence, de la perte dune vie sont beaucoup plus loins
      Il faut leur donner un sens en les faisant participer et ainsi comprendre que la société nest pas laffaire dun seul groupe mais de plusieurs qui sont a la base des individus et quil y a des raisons pour avoir des gouvernements et des lois, que ça vient avant les droits. Tout doirt saccompagne dobligation et de responsabilité. L’anarchie nest utile a personne, les élections ne feraient que donner plus de pouvoir au mouvement anarchique il ne respecteront pas davantage un autre parti au contraire, ils se sentiraient beaucoup plus fort. Est-ce que la tete de la ministre Beauchamps les a instabilisé? Pas le moins du monde ils ont pavoisé. GND a LCN dans les minutes qui ont suivi décivait ça comme un trophé de chasse. Jamais il ne faut plier devant les terroristes jamais. Au contrire, avez-vous déjà eu affaire a un intimidateur? Si vous baisser les yeux… il frappera. Alors se tenir debout est plus que jamais important. Resserrer la vis et utiliser la démocratie pour imposer la volonté du plus grand nombre en resserrant les lois et les applicants. Si vous avez un enfats qui casse des chaises il faut lisoler jusqua ce quil arrete de tout casser et lui permettre de la liberté dans la mesure ou il respecte les règles. Il faut le casser. Ce nest pas dans le nord quon va lenvoyer cest dans larmée.Personnification? Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la amchine qui est derrière lui celle des syndicats qui connaissent toutes les tactiques pour amener un groupe a prendre une position précise dans un vote. ? Lendurance, la patience, les émotions, lexemple, le dénie des conséquences, la sososo, et les fausses idéologies. La démocratie ce nest vraiment pas comme ça que ça marche. Des réunions de 6heures debout dans des gynasses, lintimidation, peu de temps dintervention pour les autres opinions, marteler, le msessage, puis lintimidation empecher le maximum de monde de venir voter et les obliger a voter a main levée prendre des photos de ceux qui sont contre, leur enlver le droit de vote sils ont fait une demande dinjonction? Cest illégale. Si tu ose faire valoir tes droits on va retirer ton droit de vote dans lassociaition pour lequel tu nas meme pas eu le choix de payer? Les prfos qui disent aux étudiants de ne pas se présenter, quand on sait quils pourront les couler. Ils doivent etre mis dehors ceux qui ne respectent pas les décisions de leur employeur et bloquent lacces aux bénéficiaires qui ont payés pour revoir les cours pour lequels ils sont payés mais refuse de donner. la porte.

    • @simonmathieu

      21 mai 2012
      19h14

      C’est vous qui ne comprenez rien. Le gouvernement n’a le devoir de négocier seulement avec ses employés et ce, dans des cadres de discussions bien précis.

      Quand est-ce que vous allez comprendre que le gouvernement n’a pas à négocier avec des groupes de pression lorsqu’il décide de passer une loi. Il peut consulter dans le cadre de commission parlementaire ou autre…mais rien ne l’oblige à négocier de quelque manière que ce soit.

    • @tague

      19 mai 2012
      15h47

      Vous avez raison, les sondages donnent 66 – 68% pour Charest dans ce bras de fer avec les étudiants! (Pas mal pour un gouvernement qui est sensé être impopulaire à 70%)

    • Voici le comnentaire que j’avais placer ici et qui a fait basculer tous les commentaires et je me suis retrouvé à la case “dépar”. Plus aucun message et cela a persisté jusqu’à ce soir.

      Avez-vous remarqué l’accusation gratuite de Maurice à l’endroit de son ami Gilbert Lavoie ? “J’aime mieux l’ensemble de la jeunesse que la gang à Charest. Malheureusement, ça ne semble pas être ton cas. Je t’aime quand même».
      Et la réponse de monsieur Lavoie est empreinte d’une objectivité qui, il me semble, fait la part des choses. Je crois qu’elle est d’une grande sagesse. Il a toute mon appréciation et mon estime. Si la population ne veut plus du Parti politique qui gouverne actuellement, c’est lors des prochaines élections qu’elle doit se manifester. Nous vivons dans une démocratie.

      Gaëtan Grondin
      La Pocatière

    • @ pager

      «À part Tomassi dont la conduite n’a rien à voir avec le parti Libéral, à ce que je sache, personne n’a pu apporter quelque preuve que ce soit contre qui que ce soit dans le parti Libéral.»

      Tomassi, «rien à voir» avec le PLQ? Euh… non, ce n’est pas vraiment ça. C’est à titre de Ministre de la Famille que M. Tomassi a été démis de ses fonctions parce qu’il utilisait la carte de crédit d’une compagnie privée. Il était aussi au centre d’une controverse autour de l’attribution de permis de garderie à des amis du PLQ. Voulez-vous que l’on parle de Nathalie Normandeau maintenant?

    • Quelqu’un pourrait me dire c’est qui ou quoi, “la classe”? De qui tiennent-ils un mandat ? Montréal doit grouiller de paranos genre CIA, ces jours ci.

    • Bravo! à GND de la part d’un papi de soixante ans.
      Gilles Ménard

    • @lagentefeminine. Madame, votre opinion aura beau être valable, elle ne sera pas très lue si elle est plus longue que le billet. Cordialement.

    • 00h31, correction: Cordialement, Lukos. Faut être poli, quand même.

    • Je crois qu’à un problème, vient de s’en ajouté un autre. Dans le débat sur les frais scolaire, il y a des arguments valables des deux côtés… A mon avis le gouvernement n’a pas négocié de bonne fois ! Mais ce que je trouve inacceptable , en tant que citoyen c’est la loi 78. Cette loi s’applique à l’ensemble de la population, et non pas seulement aux étudiants. Cette loi est décriée par le barreau du québec, comme étant dangereuse pour la démocratie. Advenant que le gouvernement s’en serve à bon escient, elle pourrait ensuite servir de précédent à un gouvernement très mal intentionné dans 20 ans ! C’est de cette façon qu’une démocratie se transforme en dictature…toujours pour les bonnes raison au début. Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de l’allemagne au 20 iemme siècle ou pour ceux qui sont moins friand d’histoire, Palpatine dans Star Wars, vous direx que le contexte est différent mais c’est toujours comme ça que ça commence. On brime des droits individuels et collectif au lieu de chercher des pistes de solution. Venant d’un gouvernement très ébranlé par les scandales de corruption et qui cherche une réélection, je trouve ça presque illégitime. Il ne faut jamais accepté des lois du genre, qu’elle viennent de n’importe quel parti. Certains disent qu’il fallait faire quelque chose…Peut être, mais pas ça ! En ce qui me concerne le conflit étudiant passe au second rang…Non à la loi 78 !!!

    • @pager

      «Combien de fois j’ai vu, dans une réunion familiale, des adultes devoir se la fermer pour laisser parler un enfant de 4 ou 5 ans.»

      en effet, combien de fois avez-vous vu ça? passez-vous votre temps chez les autres?…

      «Lorsque j’étais jeune, on disait “La parole est d’argent mais le silence est d’Or”…Aujourd’hui c’est le contraire!»

      aujourd’hui il y a le web… la génération de GND a grandi avec le web… elle l’a bien intégré dans son mode de vie et elle est parfaitement consciente de son immense pouvoir… et qu’il peut faire changer les choses…

    • Il y a des familles qui ne se parlent plus parce qu’ils n’ont pas voté OUI ou NON aux 2 référendums. Cela n’arrivera pas pour les frais d’école. Un bon truc pour ne pas choquer faites le caméléon. À Rome on fait comme les Romains? Bon bien, quand je suis avec des séparatistes je le deviens et je fais de la maïeutique. “Oui mais que va-t-il arriver à nos obligations d’épargne? etc Amusez vous à écouter les réponses.” Pissant.

    • Oui, il y a des élections où nous pouvons mettre dehors ceux qui ne correspondent pas à nos attentes. Mais en attendant, faut-il les laisser agir comme ils le veulent sous le prétexte qu’aux prochaines élections, nous pourrons exprimer notre désaccord ? Tant et aussi longtemps que les lois passées ne briment pas les droits fondamentaux, on pourrait attendre….mais même là je n’en suis pas certaine.

      En ce qui concerne le problème étudiant, je ressens un profond malaise quand j’apprends que le premier ministre ayant les représentants étudiants à proximité ne daigne même pas les saluer. Quand on ignore quelqu’un,dans un cas comme celui-ci, je me questionne. Pour moi, c’est un indice de mépris qui demande que je m’intéresse à la question plus profondément. Depuis l’adoption de la loi spéciale, je me sens concernée. Si certains sont soulagés, pas moi. Ce soir, je serai de la manifestation.

    • Ce conflit qui nous divise de moins en moins selon le dernier sondage:
      Les temps changent monsieur Lavoie et les sondages aussi. L’appui á Charest a diminué et sa loi spéciale en a perdu aussi dans les sondages.
      Mais les temps changent encore plus monsieur Lavoie, des citoyens (pas juste des étudiants) á partir de 20 h00 hier soir sont descendus sur les trottoirs dans leur quartier (Villeray, Verdun, Hochelaga, Plateau, etc) avec leur casseroles et ont fait du bruit pour contester la loi 78, on ne semble pas en parler dans la Presse je pense. Le manège des casseroles devraient se reproduire tous les soir á 20 h00. Ce mouvement citoyen a duré plusieurs heures coin Jarry/St-Denis mais aucun média n’en parle.
      Les temps vont changer monsieur Lavoie la commission Charbonneau commence aujourd’hui!
      Un appel sur Tweeter est lancé pour boycotter la Presse!.
      Nous étions plusieurs milliers hier pour la manif de la journée des Patriotes, le peuple sort de sa longue dormance.
      Vous ne sentez pas encore le vent de changement monsieur Lavoie?
      R. Boisvert

    • Un petit exemple des casseroles surla rue Fabre
      http://www.youtube.com/watch?&v=oIwZIncC-uQ
      R.Boisvert

    • @pager: Oui, d’ailleurs je crois que l’article devrait porter sur ce conflit qui nous unit tant…C’est ridicule de penser que pour chaque mesure l’on sera uni. D’ailleurs, si une faible minorité d’individus à le “droit” de se comporter de façon si incivilisée pcq elle n’est pas d’accord, on ne s’en sortira jamais! Moi aussi je vais sortir dans les rues quand on augmentera mes impôts, les tarifs etc…

    • Développement intellectuel chez homo quebecensis boycotticus.

      7 ans: on ne m’obéit pas, donc on n’est pas à l’écoute.

      8 ans: Je manifeste, donc j’ai raison.

      9 ans: je suis en colère, donc j’ai raison.

      10 ans: notre association rejette la loi de la gravitation universelle, car elle a été décrétée sans négociation.

      11 ans: je ne paie pas d’impôt, donc on doit obtenir mon approbation avant de dépenser les impôts des autres.

      12 ans: nous sommes 0,1 % de la population à manifester, donc nous avons raison et les 99,9 % ont tort.

      13 ans: notre manifestation est non violente, donc elle est pacifique.

      14 ans: nous boycottons nos cours, donc nous sommes en grève.

      15 ans: nous sommes démocrates car nous imposons à nos membres la dictature de la majorité.

      16 ans: Nous violons le droit et l’accès à l’éducation de dizaines de milliers d’étudiants, au nom du droit et de l’accès à l’éducation.

      17 ans: la loi 78 est liberticide et autoritaire parce qu’il faut donner un avis de 8 heures pour manifester à 50 ou plus, alors qu’à New York il faut un avis de 5 jours pour manifester à 20 personnes ou plus.
 A Paris, il faut un avis de 30 jours. A Bruxelles il faut un avis de 10 jours pour toute manifestation à caractère revendicatif.

      18 ans: « l’enfer, c’est les autres » (Sartre) (merci à mes profs de philosophie et de sociologie), donc ma liberté prime sur celle d’autrui, et mes caprices priment sur ceux des autres.

      19 ans: « je pense, donc je suis » (Descartes), mais je n’ai jamais lu Descartes, ni d’ailleurs Montesquieu ou De Tocqueville, car mon professeur de sciences politiques à l’UQAM (Francis Dupuis-Déri) préfère me faire lire « Bases préliminaires pour une grève générale illimitée victorieuse », signé par Force étudiante critique.

      20 ans: j’aime étudier, et je le démontre en boycottant mes études pour une durée illimitée.

      21 ans: la qualité et l’excellence d’une éducation ne doivent jamais primer sur les frais de scolarité. Il faut savoir sabrer dans recherche et excellence à l’université afin de réduire mes frais de scolarité sans diminuer le montant de la cotisation à mon association étudiante. Le diplôme est un contenant dont le contenu est peu pertinent.

      51 ans: j’ai confondu meutocratie et démocratie en 2012. J’ai été induit en erreur par des activistes manqués qui se sont massivement recyclés dans le journalisme et dans l’enseignement de la sociologie, des sciences politiques, de la philosophe, et de l’éducation. Ils ont abusé de ma naiveté en changeant le sens des mots. Je comprends maintenant que moins on insiste sur la qualité et l’excellence dans le journalisme et l’enseignement collégial et universitaire, plus ces activistes manqués occupent une large place et une trop large liberté d’endoctrinement.

    • M.Lavoie , vous oubliez une chose … Il y a des vieux qui sont jeunes, il y a des jeunes qui sont vieux et des vieux qui sont vieux , ceux-ci ont perdu la mémoire et sont plus nombreux qu’on pense et c’est eux qui iront voter , pour qui pensez-vous ?… Alors les élections ne règlent pas tout , vaut mieux ne pas prendre de chance et laisser parler les jeunes qui sont jeunes et dieu merci voient clair !!!

    • @mouton (R. Boisvert)

      Ce que vous rapportez commence à sentir la pseudo-révolution populaire. Il y a aussi dans les quartiers énumérés beaucoup de populisme rouge, le tout étant souvent favorisé par la présence d’immigrants issus de pays qui ont été sous la botte de véritables dictatures, je fais ici référence à plusieurs pays latinos (je suis un ancien résident de Villeray, alors je connais un peu…). A contrario, je connais une personne qui a fuit le joug communiste d’un ancien satellite de l’URSS, la Roumanie pour ne pas la nommer, qui commence à s’inquiéter. Elle a quitté son pays il y a plus de 20 ans et a trouvé ici une véritable liberté, celle que les communistes lui ont refusée durant sa jeunesse. Avec ce qui se passe actuellement au Québec, et selon de sombres prévisions de ce qui pourrait arriver, elle commence à craindre. Elle m’a dit que ce serait terrible d’avoir fuit une dictature communiste pour se retrouver à nouveau sous l’emprise des rouges, même si cela se produit dans un autre contexte. Ce qui ne l’est pas est cependant cette “dictature du peuple” préconisée par tant de penseurs communistes depuis la fin du 19e siècle. Je mets donc en garde tous les jovialistes qui “trippent” en sentant l’odeur de la révolution se répandre comme la brume au ras du sol, en pensant que ce sera mieux par la suite. La réalité des choses nous montre que ce n’est jamais mieux par la suite, malheuseusement.

    • @chenapan

      22 mai 2012
      01h09

      Vous voulez changer quoi, au juste? Et le remplacer par quoi?

      P.S: Sachez que la sagesse des plus âgés a toujours sa place et est même essentielle dans une société…En dépit du web etc…

    • @astyanax

      22 mai 2012
      00h06

      Ce à quoi Tomassi est accusé n’a rien à voir avec votre supposé scandale des garderies…De toutes façons, nous verrons bien la suite?

    • 225$ millions en 5 minutes pour les millionnaires du hockey et les Romains de Québec VS 6 mois de conflit et 3 de répression policière brutale pour grappiller quelques millions sur le dos des étudiants???

      L’ex-ministre Beauchamp qui reçoit des mafiosi en salon privé pour du financement VS la ministre de l’Éducation qui refuse de rencontrer tous les représentant des associations étudiantes???

      Ce conflit ne nous divise pas, il sépare les moutons des hommes libres, comme dans le Meilleur des Mondes de Huxley.

      Quoiqu’en dise les éditorialistes, c’est un fait AVÉRÉ, VÉRIFIABLE, que la hausse des frais de scolarité post-secondaire a eu et aura une incidence négative sur la fréquentation scolaire post-secondaire. Charest et Bouchard se posaient il y a 20 ans en champions indécrottables de la gratuité scolaire pour cette raison. C’était avant que l’argent n’étouffe leurs neurones.

      Pierre Tremblay

    • Ce gouvernement qui nous divise et nous enrage !!!
      Ca ne prend pas beaucoup de lucidité pour comprendre que la loi 78 vient heurter de plein front ce qui nous est déja garanti par la Charte des Droits et Des Libertés canadienne et québécoise en voulant se substituer illégalement à certains de leurs Articles garantis également par la Constitution canadienne !
      En respectant les principes de ceux-ci on deviendrait illégal, avec la loi despotique de Jean Charest ?
      Non..mais…ca va pas la tête ?
      Peuple québécois, Jean Charest continue à vous prendre pour des valises, vous devez faire confiance à la Charte des Droits et des Libertés canadiennes et québécoises, qui ont préséance sur les élucubrations législatives de Jean Charest qui essayent de les contraindre illégalement par le poids de sa majorité à l’Assemblée Nationale du Peuple Québécois.
      Les libéraux savent trés bien que des articles de la loi honteuse 78 sont anti-démocratiques et illégaux, mais comme pour les contester ca prendra beaucoup de temps, ca leur laisse donc le champs libre pour affronter les prochaines élections en manipulant l’opinion publique et en donnant au corps policier le droit de vie ou de mort sur votre droit d’opinion et de manifester,car ce sont eux qui décideront pour vous ce que vous devez faire alors que vos droits garantis par la Constitution seront baffoués.
      Espérons qu’aux prochaines élections, les québécois seront enfin guéris une fois pour toute de l’amnésie qui les frappe à chaque fois.
      Le monde entier nous regarde en ce moment !

    • GND l’a dit ce matin en entrevue a 95,1 ou participait aussi Dubuc. Les élections ne donneront rien. Il prétend que la sorti se trouve dans le dialogue et demande au gouvernement de faire une offre. Pour avoir travaillé dans l’immobilier, le développement. A ce point ci le gouvernement n’a pas a faire d’offre. Il en a fait plusieurs et malgré que dans les fait ils acceptent tout les points ils veuelent plus mais ne se commettent pas en faisant une contre-offre parce quils ne veuelent pas mettre fin au conflit.
      ALORS Monsieur Nadeau-Duboiis vous dites vouloir un r`glement? Allez chercher un consensus sur une contre-offre claire et précise voté par tout vos membres et présentez la au gouvernement. Il pourra faire une contre-offre sil y a des points qui accrochent mais comme vous faites des revendiactions dans tout les sens et reculer sur tout une fois lavoir obtenu on ne peut vous faire confiance et faire durer le niasage plus longtemps. Vous vous en sortez toujours en disant que la décision ne voius reviens pas. Effectivement. Alors mettez vous a table et préparez une contre-offre raisonnable, faites la voter par vos memebres et si elle a vriament lassentiment de vos membres vous la présenterai au gouvernement. Mais sans engagement perécis de vos membres a accepter un r`glement, les négociations sont inutils. Un conseil faites la voter aussi par tout les membres des autres associations sans quoi inutile de parler plus longtemps.
      Alors quel seraiet la proposition de COMPROMIS acceptable par tout les partis qui pourrait être voté et signé par tout les parti? Un brain storming la dessus.

    • Permettez-moi de citer un extrait de votre texte M. Lavoie;

      « D’ailleurs, j’ai croisé Léo Bureau-Blouin et Martine Desjardins, jeudi, dans les galeries de l’Assemblée nationale. Ils écoutaient la période de questions. Je leur ai dit que c’est là qu’ils doivent se faire élire s’ils veulent changer le Québec, pas dans la rue. Je les soupçonne d’avoir cette ambition et ça, c’est légitime ! »

      Changer le Québec vous dites !

      Lorsque je regarde les parlementaires québecois se chicaner comme des enfants à l’Assemblée nationale à Québec je ne suis pas vraiment certain que ces échanges font avancer les politiques du Québec.

      ****

      Oui, le conflit divise et démontre comment, le gouvernement est usé et, impopulaire dans l’ensemble de la population.

      Le bon québecois ne se révolte pas si facilement que cela et la révolution tranquille est déjà très loin derrière nous, avec plusieurs kilos en plus, qui a rendu amorphe ce québecois née autour de l’après guerre.

      Analysons les dernières années seulement de ce gouvernement libéral de Jean Charest.

      Début 2007 il est élu minoritaire, ensuite J. Charest veut les deux mains sur le volant, décembre 2008 le parti de J. Charest élu majoritaire avec un gros mensonge, dont Mario Dumont avait tenté de mettre en garde les québecois, le MEGA déficit (pertes énormes) de la Caisse de dépôt du Québec.

      Les Québecois sont-ils sortis dans la rue pour ce genre de politique servie par Jean Charest, ce dernier savait très bien que la Caisse de dépôt réaliserait des pertes sans précédent, mais il a préféré ne pas le dévoiler, avant son élection, aux bons québecois.

      Pourtant, 40 milliards de pertes (sur papier je veux bien mais ..) à cause d’investissements qualifiés de toxiques et hautement risqués et surtout non quotés par les agences de quotation renommées comme Std & Poors.

      Ensuite, la corruption dans l’attribution des contrats de construction des infrastructures québecoise.
      Heureusement, les médias et le journalisme d’enquête ont mis en avant scène le trafic d’influence des politiciens et de certains fonctionnaires avec les firmes d’ingénerie du Québec, qui s’attribuent de lucratifs contrats avec des primes de 20 à 30%, sans honte.

      La nomination des juges, selon le mérite des grands collecteurs de fonds qui influencent le procureur général et surtout Jean Charest qui prend la décision finale sur les nominations, stratagème mis au jour par Me Marc Bellemare lors de la pseudo-commission Bastarache.

      Combien de mois plus tard le Jean Charest décide finalement d’instituer la Commission Charbonneau avec pouvoir réduit dans un premier temps et, ensuite modifiée pour que la commissaire puisse contraindre à faire comparaître les méchants reliés au parti libéral et autres magouilleurs affiliés.

      Cela en a pris beaucoup pour réveiller la fibre révolutionnaire du bon québecois amorphe, qui n’aime pas la chicane et, préfère parloter en prenant sa bière avec le beau-frère sur la terrasse de son bungalow, pardon, maintenant il est passé au cottage.

      Je crois que le Québec était dû pour un grand brassage, en voyant à la TV les révolutions en Afrique du Nord, Tunisie, Égypte, où nous avons vu les jeunes adultes ( Y ) prendre le devant des mouvements, tout en ralliant une bonne portion de la population.

      Sommes-nous présentement à l’aube d’un jour nouveau et d’une deuxième révolution tranquille, qui étant initiée par la rue, est un signe d’un profond malaise de notre société.

      Démission de la Ministre Lyne Beauchamp, Jean Charest sort sa loi spéciale, les forces policières doivent interpréter la loi et faire preuve de jugement dans son application, car les dispositifs de cette loi qualifée d’abusive, amènent les citoyens à passer du côté de la désobéissance civile.

      En effet, ce conflit à saveur révolution 2012 divise et, fait réfléchir sur les changements à venir et ce changement n’est pas seulement d’aller mettre son X sur un bulletin de vote et, après, satisfait d’avoir accompli son devoir démocratique, retournant vaquer à son train train sans se soucier comment le prochain gouvernemnt va nous administrer, non, le temps du grand dérangement est venu et le modèle québecois doit être revu et améliorer surtout, adapter à ceux qui veulent continuer à bâtir cette société, en progressant avec les autres sociétés modernes du 21 ième siècle.

      Que de choses il-y-a, dans les frais de scolarité …

      Frank

      *

    • Une hausse annuelle de $175 est adoptée à l’université St. Thomas de Fredericton. Le tout, sans manifestation ni pathos.

      http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2012/05/20120518-184454.html

    • les Québécois ne sont pas divisés. La majorité de Québécois veulent un moratoire et une reprise des négociation.

    • Autre point que les Québécois ne sont pas divisés. Ils sont en grande majorité insatisfaits du gouvernement libéral.

    • @mouton

      “L’appui á Charest a diminué”

      Journal de Montréal de ce matin: augmentation de 1% d’appui au PQ, augmentation de 3% au PLQ depuis le 1er mai (Sondage Léger/Léger); où prenez-vous vos infos. Un autre journal à boycotter, mouton?

    • La preuve que Jean Charest est allé trop loin avec sa loi

      Sondage de ce matin dans un autre journal 53% des personnes questionnées disent que Charest est allé trop loin et qu’une majorité 70% demande de reprendre les négociations.

    • Monsieur Pierre Paradis a été chaudement applaudi hier á la manifestation de la jounee des Patriotes lorsqu’un orateur l’a cité comme seul député libéral n’ayant pas voté pour la loi 78.
      Pour ça,mais aussi pour bien d’autres raisons qui ont fait qu’il a été relégué sur les bancs arrières par Charest, ne ferait-il pas un excellent remplaçant á Charest quand le peuple s’en sera débarrassé?
      R. Boisvert

    • Mr.Lavoie,
      En bon citoyen, payeur de taxes , je déplore les saccages multiples que l’on voit sur nos écrans de télévision et je dois dire que je n’ai pas vraiment de sympathie pour les casseurs style ( black block) mais comme plusieurs le disent ce conflit vient principalement du ras de bol des citoyens vis à vis un gouvernment corrompu dirigé par un premier ministre suffisant, fourbe, arrogant , fuyant et hypocrite.
      Pourquoi avoir nommé Mme. Courchesne comme médiatrice quand on connait sa responsbilité dans le scandale des garderies. Mr.Charest n’est pas un premier ministre mais un chef de parti.Décidemment vivement des életions.

    • Quand il devient évident qu’une loi est imposée par opportunisme politique, il est du devoir de chaque citoyen de s’y opposer et de la constester devant les tribunaux. Je n’ai jamais vu en 50 ans une loi si effrontément partisane, qui n’ont seulement nie des libertés civiles mais alimente dangereusement la désobéissance civile. Un bidon d’huile sur le feu. Un geste irresponsable d’un gouvernement identifié par la majorité de la population à des évidences de favoritisme, de collusion et même de corruption. Un cocktail social explosif crée de toute pièce par un premier ministre qui n’a pas la carrure d’un homme d’état. Un très petit politicien…

    • Gérald Tremblay, le grand chum de Frank Zampino, qui demande aux policiers de se montrer plus durs envers les manifestants! On s’étouffe devant tant de crédibilité…

    • La loi 78 est loin d’être pire qu’en 1982 où on obligeait, moyennant une coupure de salaire de 20%, une petite partie de la population de travailleurs à payer l’épicerie de tous pendant que les élus se votaient, une semaine plus tard, une augmentation salariale leur permettant le caviar, puisqu’eux le méritaient. Pauline Marois, ministre à l’époque, n’avait pas été outrée de cette action puisque c’était “son parti” qui l’avait instituée.
      1996 a aussi connu son despotisme… ils ont puisé dans la caisse de retraite d’employés devant cumuler 35 ans de service pour en bénéficier eux-même d’avantages permettant à qui le voulait, de prendre une retraite précoce afin de sauver l’état de la faillite.
      1999, les infirmières ont dû subir les foudres de ce parti, économie oblige, alors que les programmes sociaux s’extentionnaient.
      2003, juste avant que le PLQ entre en action, on a vu un Claude Blanchet se faire transmuter une prime de séparation de 43 000$ en pension “à vie”, après 6ans de performance plus ou moins performante… pas grave puisque “la familia” y trouve avantage.

    • Je suis d’un groupe de plus de 55 ans qui marcherons et désobéirons.
      Les baby boomers ne sont pas tous des béniouioui,résistons comme ça fait 40 ans que nous le faisons.
      GDN deviendra-t-il un héros?OUI.
      Gilles Ménard

    • 22 mai 2012

      Les 100 jours d’une incompréhension

      Les cents jours de crise que le Québec vit aujourd’hui ont germés lors du discours budgétaire du ministre des finances de Raymond Bachand prononcée à l’assemblée nationale le 17 mars 2011 dans lequel il annonçait une augmentation du budget des universités.

      En effet dans cet énoncé budgétaire le ministre des finances spécifiait que l’augmentation du budget des universités québécoises serait de 25% au cours des 6 prochaines années et permettrait de répondre au sous financement des universités. Pour y parvenir il devait répartir équitablement la contribution des partenaires, de maintenir l’accessibilité du système universitaire aux étudiants québécois à faible revenu et finalement d’établir des ententes de partenariat afin d’assurer la bonne utilisation des nouvelles ressources.

      C’est à ce moment que le gouvernement a décidé d’augmenter les droits de scolarité à compter de septembre 2012 à raison de 325 $ par année pendant cinq ans. La hausse totale s’élèvera à 1625 $, faisant passer la facture des étudiants à 3793 $ en 2017.

      Il faut se rappeler que, même si c’est à Montréal que s’est tenue la plupart des manifestations c’est à Québec que la grève générale illimités a débutée. En effet à minuit une, le 13 février les étudiants en service social et ceux des cycles supérieurs en sociologie de l’Université Laval tombent en grève générale illimitée.

      Par contre l’incompréhension, la violence de ces 100 jours de grève étudiante et l’instauration d’une loi matraque a divisé davantages l’opinion publique et provoqué des déchirements internes.

      Il faut rétablir les discussions le plus rapidement possible, faire preuve de maturité et admettre qu’il y a un de l’incompression et des erreurs des deux côtés.

    • En résumé, Je ne vois pas Pauline Marois gérer cette crise. J’aime cent fois mieux Jean Charest. Il est le seul à se tenir debout. Même François Legault, il se cache. Pour ce qui est de l’image du gouvernement, eh bien le trouble il est là. Je suis cependant certain que ce gouvernement n’est pas pire que n’importe lequel qu’il y a au Canada. Le Québec, malgré tout ne s’en tire pas si mal, même mieux que certaines provinces supposément plus riches. Arrêter d’être négatifs…….

    • @lagentefeminine

      Vos billets ne sont pas assez longs.

      Il faudrait que vous preniez encore plus de temps et d’espace pour clarifier les confusions dans vos non-dits et vos sous-entendus dont on perd continuellement apèrs quelques lignes, le fil conducteur.

      Moi , j’ai décidé de ne plus vous lire parce que c’est ben trop court…

    • Pas d’élections, il faut que tous apprenne a respecter les r`gles de la démocratie. des élections a date fixes pour la fin du mandat. Et un référendum pour que toute la population prenne postion sur cette question uniquement.
      Pas question de noyer ça dans une campagne électorale et de permettre a des arrivistes de se faire élire sur la crise quils ont créer. Autrement il y aura une crise chaque fois quune minorité sera fachée et ils voudront avoir des élections la dessus. Référendum et élections a la fin du mandat. On doit respecter les r`gles de la démocratie.

    • @mouski

      Jean Charest le seul à se tenir debout

      Justement quand on est le seul à avoir le pas il y a un maudit problème

    • @l.moga

      22 mai 2012
      13h02
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

      Vous chiquez de la vieille guénille qui date de 30 ans.

      Vous croyez tirer des larmes de ceux qui n’étaient pas encore nés, et qui vivent leur propres drame aujourd’hui.

      Cessez de vous contempler le nombril en essayant de jouer la victime pour attirer attirer la pitié.

      Vous êtes un croulant social.

    • @ gillesménard

      Plus naif que ça, tu meurs…….J’imagine que c’est une farce….

    • @ Claire VanH

      Bravo! Quelqu’un capable de décrire la totale injustice de sa situation, sans pourtant verser dans les injures.

    • michelhugueslemay 22 mai 2012 11h52:

      Et les opportunistes politiques qui rencherissent sur la <>, vous les oubliez?

      Pas d`élection; ce serait comme lutter dans la boue avec un cochon. Tout le monde se salit, mais le cochon s’amuse!

      R Deschambault

    • @carbone14. “’UQUANISTHAN”. L’enflure verbale ne mène à rien.

    • @toutes les brebis libérales..
      Très drôle de vous voir faire dans votre froc à l’idée de faire des élections …
      La Commission Charbonneau va faire avec John James Don Charest la même chose qu’elle a fait avec Jean Lagaffe Chrétien: « Le plusss meiilleeurr cimetière ! »
      Bye bye les magouilleux libéraux !
      Robert Alarie

    • @pager

      «Vous voulez changer quoi, au juste? Et le remplacer par quoi?»

      les règles peut-être… vos vieilles règles… vos sages règles? … c peut-être ça la nouvelle démocratie… le peuple devrait se ranger derrière les étudiants au lieu de les critiquer… si la majorité de ce peuple qui a élu Charest démocratiquement embarque avec les étudiants, il serait destitué tout aussi démocratiquement qu’il a été élu non!?… ah! c vrai! il y a les règles à respecter, sinon c pas démocratique… ce qui fait qu’une minorité de la population qui a élu Charest (42%) peut continuer d’imposer son gouvernement, ses vues, son régime corrompu à une très forte majorité de la population qui n’en veut plus… c ça que ça donne vos sages règles… maintenant, laissez donc faire vos sages conseils sur la démocratie aux leaders étudiants… ils n’ont pas de leçons à recevoir de vous…

    • @respectable

      «Bon bien, quand je suis avec des séparatistes je le deviens et je fais de la maïeutique. “Oui mais que va-t-il arriver à nos obligations d’épargne? etc Amusez vous à écouter les réponses.” Pissant.»

      pissant pour les pisseux fédéralistes oui! …

      le plus drôle, c que ceux que vous croyez être séparatistes comme vous dites, sont vraisemblablement des fédéralistes hypocrites comme vous qui se font passer, comme vous, pour des séparatistes… et eux aussi vous trouvent pissant… n’avez vous rien d’autre que votre annecdote poche et pathétiquement pathétique comme argument? c de ça qu’est fait votre rempart contre les séparatistes… pissant!!!

    • @lagentefeminine

      la prochaine fois, prenez donc une petite verveine avant de commencer… en tout cas GND fait bien moins de fautes que vous…

    • …attendez voir si j’me rapelle bien, Mme Pauline Vanier épouse de M.Georges Vanier qui fut

      nommé gouverneur général le 1er août 1959, le premier Québécois et premier francophone à

      occuper le poste. Il meurt en 1967, avant la fin de son mandat.

      Pauline disait de la jeunesse du temps…humm humm la mienne, qu’elle aimait voir chez les

      jeunes, un regard un peu troublé, qui réfléchit sur le devenir du monde dans lequel il vit,

      que les jeunes du “paraitre” avant tout, la plasticine un peu trop de mise, et les passages a

      vide sur leur visage.

      M. Lavoie cette dame venait d’exprimer a un gars en Rhétorique… z’étions en élément latin

      et qui écrivait dans le p’tit journal de l’école, qu’il en pouvait plus de voir la face des jeunots

      qui déambulait dans les corridors, l’air un peu perdu …nous qualifiant de lazy bum arfff la

      vie lui en a mis plein la figure , et vous savez qui pas tres loin de lui toujours chez les paraitre

      …qui C que j’apercois. l’actuel Ministre de la Sécurité Publique…ouep en personne

      alors “STOP” descendez de votre haut-dessus de la mèlée, pratiquer le Stage dive…

      et soyez témoin vivant de votre temps ou rentrer dans les rangs et rejoindre les “GRANDS” de

      ce monde(Pratte)

    • lukos

      22 mai 2012
      19h36
      @carbone14. “’UQUANISTHAN”. L’enflure verbale ne mène à rien.

      lukos

      le carbone maintient son moteur a bas régime, basse vitesse, lé lour et carboniser

      a développer un grand sens chez les low profile, les Snipers arfff T’sé veux dire….man

    • zuttt fluttttttttttt… “lé lourd” y voy accostarme

    • Bonjour,

      Le Québec divisé ? Plus que jamais. Et même nos amis les nationalistes québécois ! Surtout eux autres qui sont pognés dans une grosse chicane à l’ombre de leur drapeau, les séquelles à venir ne sont pas étalées au grand jour. Une ou deux semaines de plus en conflit, les étudiants sauront bientôt s’approprier les foules du Festival de Jazz, les foules de la Francophonie ainsi que les différents festivals et fêtes de l’été qui sera HOT, très HOT……. Au plaisir, John Bull.

    • Monsieur Lavoie,
      Regarder cette jeunesse à travers nos paradigmes est une erreur, elle en a des différents. Ces manifestations à répétition sont surtout l’expression des frustrations et de la prise de conscience de citoyens jeunes, mais aussi moins jeunes, face à un Gouvernement corrompu. Les frais de scolarité ne sont que la pointe de l’iceberg des décisions qui nous font reculer. Si quelques pierres devant la brutalité policière vous impressionnent c’est que vous ne regardez pas au bon endroit. Vous ne voyez pas le courage de ces jeunes qui tentent de nous réveiller de notre long sommeil. On n’aime jamais se faire réveiller brusquement. Papa accepte difficilement d’admettre qu’il s’est trompé et a peut-être trahi ces rêves de jeunesse.

      Et de grâce qu’on ne se moque pas de mon intelligence ! Bien naïf qui croit que voter aux 4 ans est un geste démocratique. Réfléchissez un peu ! Vous pourriez mettre une croix n’importe où, et le résultat serait le même. Et vous devez endurer 4 ans un Gouvernement qui vous vole, qui enrichit ses amis riches et nous serre la ceinture encore plus. À cause de ce système complaisant, le prochain Gouvernement fera de même quelque soit son programme.

      Acceptons humblement de nous réveiller de notre torpeur. Arrêtons d’accepter la manipulation de la peur et levons-nous pour exercer véritablement nos droits de citoyens. Nous devons regarder en avant ; réfléchir et réformer le système politique, réformer l’éducation et la santé. Les politiciens ne le feront pas. Ils ont trop peur à leur job. Le système présent craque et son effondrement risque de faire mal si on reste complaisants et qu’on refuse de voir.

      La collectivité a besoin d’une meilleure répartition des richesses ; plus d’intégrité de la part de ses leaders ; la recherche d’une vision globale des besoins de la collectivité et un plan d’action à court, moyen et long terme, et non les décisions à la va-vite qui ne font que boucher des trous creusés par les extorsions à outrance. Et surtout pas la vente de nos richesses aux étrangers en échange de quelques jobs afin de se faire réélire. Si on laisse faire on regrettera amèrement lorsqu’on verra des mines vides, des routes devenues inutiles, de la pollution, des profits envolés vers d’autres cieux, et qu’on aura dépensé les quelques dollars gagnés. On mérite mieux que ça. Quel héritage horrible pour nos jeunes !

      Les jeunes ont démontrés qu’ils ne sont pas parfait mais ils réfléchissent, cherchent, se renseignent, découvrent des irrégularités, pensent à des solutions, des vrais solutions. Il faut les étudier ces solutions. Pas s’assoir quelques jours et garocher des miettes pour leur fermer la bouche. Ils ont aussi cette passion et cette fougue qui déplace des montagnes. Si Charest est si dur et inflexible c’est qu’il a peur, très peur de cette jeunesse délurée, intelligente et pas corrompue. Cette jeunesse qui veut construire un nouveau monde. La révolution tranquille a construit et les successeurs grugent peu à peu en détruisant lentement mais sûrement. Nous avons accepté la corruption sans protester. Laissons cette jeunesse réparer nos méfaits ! Donnons-leur les outils dont ils ont besoin et cessons de les étouffer ! Ils ne sont pas dupes comme nous l’avons été.

      Je suis prête à donner mon vote à cette jeunesse disparate et complémentaire, diversifiée, éduquée et consciente des problèmes et qui refusent de fermer les yeux, comme nous l’avons fait trop souvent. Je rêve d’un paradis dans notre beau Québec. Le paradis est possible autant que son contraire, l’enfer. C’est notre choix. J’aime la vision du paradism.org. Peut-être si on accepte de se retirer, cette jeunesse sera capable de créé quelque chose de semblable au paradis, pour le bien de tous, et non pour seulement 1% de la population.

      Sara Léha
      De Montréal, 69 ans et jeune de cœur
      et confiante en cette jeunesse dynamique.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité