Gilbert Lavoie

Gilbert Lavoie - Auteur
  • Gilbert Lavoie

    Chroniqueur au SOLEIL, Gilbert Lavoie est également publié dans les pages du quotidien Le Droit d’Ottawa, dont il a été le rédacteur en chef avant d’occuper la même fonction au SOLEIL de 1994 à 2001.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 1 mars 2012 | Mise en ligne à 7h35 | Commenter Commentaires (151)

    La grande manif des étudiants

    La grande manifestation étudiante devant l’Assemblée nationale fera-t-elle reculer le gouvernement? «Non!» répète depuis des semaines la ministre de l’Éducation Line Beauchamp. Si elle tient la ligne, elle fera une exception à la règle. Parce qu’à l’exception de Claude Ryan, presque tous les ministres ont fini par craquer devant le lobby étudiant. Malgré ce fait, les étudiants auraient tort de tenir la victoire pour acquise : une fois au pouvoir, tous les partis politiques ont tenté d’augmenter les frais de scolarité et rien n’indique que la situation est appelée à changer.

    Voyage dans le temps.

    1996:
    Pauline Marois, qui dénonce aujourd’hui les hausses de frais décrétées par le gouvernement Charest, avait évoqué publiquement la possibilité d’un dégel des frais de scolarité à l’automne 1996, lorsqu’elle était ministre de l’Éducation. En réaction, les leaders étudiants avaient claqué la porte du Sommet sur l’économie et l’emploi convoqué par Lucien Bouchard, parce que le gouvernement refusait d’écarter le dégel de ses réflexions.
    Ironie du sort, Jonathan Sauvé, le président des jeunes libéraux du temps, défendait alors la cause des étudiants, tout comme les jeunes péquistes. Mme Marois a capitulé à quelques jours du congrès de son parti en novembre 96.

    1984:
    Pauline Marois n’était pas la première ni la dernière à plier devant le lobby étudiant. En 1984, le gouvernement de René Lévesque avait lui aussi courbé l’échine devant les étudiants après avoir évoqué la possibilité de lier les frais de scolarité à l’inflation. Profitant de la proximité des élections, Robert Bourassa s’était empressé de promettre un gel des frais de scolarité pour la durée du mandat suivant s’il était porté au pouvoir. Une fois élu, son ministre de l’Éducation Claude Ryan avait tenté de dégeler ces frais, mais Robert Bourassa l’en avait empêché.

    1989:
    Ce n’est qu’en 1989, après un gel de 20 ans, que M. Ryan a pu aller de l’avant, avec une hausse de 140 %.

    1993:

    Le gouvernement Bourassa prévoyait une autre augmentation de 50 % dans son budget de 1993, mais il a battu en retraite et limité les hausses au taux d’inflation de 1,9 % pour l’année budgétaire suivante.

    1994:
    En 1994, Jacques Parizeau a réinstauré le gel des frais. Et c’est en vain, comme nous l’avons vu plus haut, que Pauline Marois a jonglé avec un dégel en 1996.

    2001:
    Que les gouvernements soient péquistes ou libéraux, ils n’ont jamais obtenu la paix pendant très longtemps avec les étudiants. En novembre 2001, le gouvernement Landry s’est attiré leurs foudres lorsqu’il a tenté de revenir sur sa promesse d’ajouter 200 millions $ dans le budget de l’éducation. C’est Pauline Marois, alors ministre des Finances, qui avait proposé ce virage. Aux cotés de Sylvain Simard, alors président du Conseil du trésor, elle avait pris le micro au congrès du PQ pour faire battre une résolution forçant le gouvernement à respecter sa promesse. Bernard Landry avait alors comparé l’attitude des jeunes à celle d’un adolescent qui réclame une trottinette pour Noël à son père en chômage : «Quand le malheur et le chômage frappent la famille, est-ce qu’on va avoir de l’admiration pour l’enfant qui va dire : «Je veux! Je veux! Je veux! Tu avais dit à Noël, ça va être à Noël!»».

    2002:
    En janvier 2002, François Legault, qui venait de prendre la relève de Pauline Marois à l’Éducation, a également subi les foudres des étudiants, lorsqu’il a évoqué la possibilité d’un dégel dans un troisième mandat du PQ. Pauline Marois a rapidement fermé la porte à la suggestion de son collègue. Et qui d’autre s’est alors porté à la défense du gel des frais? Jean Charest! Tout comme Pauline Marois aujourd’hui, M. Charest avait promis de maintenir le gel pendant un premier mandat libéral, et de tenir un grand débat sur le financement du système d’éducation.

    2005:
    Porté au pouvoir en 2003, Jean Charest n’a pas tardé lui aussi à s’attirer la colère des étudiants. Le premier accrochage est survenu en 2005, lorsque son gouvernement a tenté de transformer en prêts une partie des bourses d’études pour une somme de 103 millions $. Quelque 230 000 étudiants ont pris la rue et forcé le gouvernement à battre en retraite.

    2007:
    À l’été de 2005, les jeunes libéraux se sont prononcés en faveur du dégel des frais, mais Jean Charest s’y est objecté. Il a fallu attendre 2007 pour voir les libéraux décréter des hausses de 50 $ par session universitaire.

    2011:
    Et ce n’est que dans le dernier budget, en mars 2011, qu’on a finalement pris le risque de se lancer dans une grande opération de rattrapage qui doit entrer en vigueur l’automne prochain. Lors de la présentation de ce budget, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a fait valoir que les frais de scolarité avaient été gelés pendant 33 des 43 dernières années.

    2012???
    Qu’en sera-t-il de l’avenir? Libéraux et caquistes s’entendent sur la hausse des frais de scolarité. Tout comme Jean Charest en 2002, le PQ promet de maintenir le gel jusqu’à ce qu’on en vienne à un terrain d’entente avec les étudiants. Si le passé est garant de l’avenir…

    Tags: , , , , , , ,


    • Sans oublier de mentionner que tous les gouvernements ont aussi geler les frais de scolarité en incluant le Parti libéral (2003). Nos gouvernants sont donc assez impoli merci en souhaitant doubler les frais de scolarité maintenant.

    • Hola !…quelles recherches monsieur Lavoie !
      Mais je m’attarderai juste à votre derniére phrase : “Si le passé est garant de l’avenir” car comme vous le savez la vie est un éternel recommencement !
      Et l’avenir, ce sont nos jeunes aujourdhui, comme nous autres ils ont droit à l’erreur, c’est comme ca qu’on grandit !
      J’ai toujours était du côté des jeunes, souvent ce sont eux qui nous motivent,nous..les “vieux” !
      Et puis il y a des pays qui ne chargent aucun frais de scolarité à leurs étudiants,même pas l’université,bien au contraire ils leurs donnent de l’aide financiére pour atteindre leurs études afin que les jeunes n’aient aucun souci. Chaque société est différente,la nôtre est capitaliste et endette les jeunes à la fin de leurs études,pour la vie, en ayant en plus le culot de charger des taux d’intérêts usuraires,ce qui fait que beaucoup d’étudiants ne font que payer les intérêts de leurs dettes pour avoir la paix,alors que le gouvernement avait malicieusement voté une loi pour les empêcher de déclarer faillite,ce qui malheureusement n’a jamais été contesté, je crois,devant les tribunaux.

    • La chose que j’apprécie des Conservateurs est celle d’aller au bout de leur programme, même si je ne suis pas d’accord avec plusieurs de leurs projets et lois. Ceci dit, pour moi, il importe que l’actuel Gouvernement du Québec ne recule pas devant le lobby étudiant qui cependant ont le droit de manifester et de faire la grève. La gratuité et le moindre coût, pour tout et en tout, ça suffit !

    • Je vais être contre toutes les hausses tant que le gouvernement ne fera pas le ménage. Le système est pourri, une augmentation des revenus du gouvernement veut seulement dire qu’il y aura plus de gaspillages. Des viaducs qui coûtent plus du double de ce qui a été soumissioné? Bah c’est pas grave. Des millions pour fabriquer des toilettes en or? Bah pas grave. Des cols bleus et blancs qui se pognent le cul? Bah pas grave. etc…

      Ce n’est pas en allant chercher des revenus dans la poche des étudiants, des automobilistes, des nouveaux propriétaires, des honnêtes travailleurs, etc.. que le gouvernement sera en mesure de compenser pour ses excès. La Norvège devrait être un exemple pour tous les gouvernements du monde. Après tout, les ministres ne sont que des gestionnaires, ils n’ont pas besoin de bureaux en marbre et de limousines.

      Alors, même si j’ai fini l’université depuis 10 ans, GO GO les étudiants. Il faut fermer l’aspirateur et les obliger à changer de sac.

    • Ont nous à tellement habitué au Québec a avoir tout gratuit ou presque avec le moindre effort….donc comment blâmer les jeunes qui se font dire oui oui par leurs parents depuis leur naissance d’être pour une augmentation de frais de scolarité ….hey les parents ce matin il est plus que temps de vous regarder dans le miroir…mais je suis convaincu que beaucoup de parents sont pour le gel pour pouvoir continuer a faire leur petit voyage dans le sud sur le bras de l’état vache a lait!

    • Votre article est un peu simpliste et quelques différences existent entre cette année et les gouvernements précédents. Premièrement, le gouvernement libéral de 2011 a mis dans son budget les modifications aux frais de scolarité. Ce n’était pas le cas dans d’autres précédents. Il faudrait donc qu’il revienne sur cet engagement budgétaire. Remarquez que ce n’est pas impossible, loin de là. En 1994, le gouvernement de Parizeau n’avait pas intérêt à se mettre à dos le mouvement étudiant, à l’aube d’un référendum. De plus, l’offre politique n’est pas la même qu’à d’autres occasions. Le PLQ peut se faire déborder par la droite si le parti casse devant les étudiants. Quant au PQ, Pauline Marois était pour la hausse en 2007 quand elle est devenue chef. J’aimerais bien voir ce qu’elle ferait avec ce dossier si elle devient PM. Les étudiants, dans ce cas-ci, se collent à une personne qui pourrait les renier une fois au pouvoir.

      Il se peut aussi que le gouvernement recule si l’on considère que le seul moment de hausse important est survenu à la fin des années 1980 lorsque le mouvement étudiant était complètement désorganisé. Disons que cette fois-ci, les associations sont structurées.

      Il est tôt pour savoir qui va l’emporter. Autant le gouvernement que les associations ne bougent pas de leur position. Il serait très surprenant que les associations puissent accepter une quelconque forme de hausse. À ce moment, le gouvernement a le beau jeu de refuser de négocier considérant que l’autre parti n’est pas prête à mettre de l’eau dans son vin.

    • S’il y a un gouvernement susceptible de reculer c’est bien celui de Charest où la bêtise et l’incompétence semblent en compétition avec un agenda caché pour favoriser tout ceux qui gravitent autour du parti Libéral.
      On a qu’à se rappeler le Suroît, le mont Orford, les garderies libérales de Tomassi , le refus d’une commission d’enquête pendant deux ans etc…

      Sans compter que le plus gros recul qui nous coûte collectivement des dizaines de millions est d’avoir laissé le système de collusion et de corruption décrit par le rapport Duchesnau s’implanter , ce qui nous vaut des travaux publics qui nous coûtent 30% de plus que partout ailleurs au Canada.

      Les 300 millions que représentent la volonté du gouvernement de saigner les étudiants est une goutte d’eau pour le trésor public, quand on la compare à son refus d’exiger de justes redevances des secteurs miniers et énergétiques et de revoir la fiscalité pour resserrer les règles qui permettent l’évasion fiscale des plus riches.

      Il semble pourtant couler de source qu’un investissement en éducation facilitant l’accès à l’université , permet à une plus grande partie de la population l’accès à de meilleurs salaires et par le fait même plus d’impôts qui entrent dans les coffres du gouvernement.

    • Oui monsieur Lavoie la plupart des gouvernements ont répondus aux demandes des étudiants pour le gel des frais étudiants ou pour une hausse en deçà du coût de la vie.

      Je suis pour le gel parce que c’est assuré une plus grande accessibilité aux études et de toute façon plus tard sur le marché du travail ils en paieront le prix.

      Arrêtons de vouloir copier les autres qui favorisent l’enseignement à ceux qui ont les moyens de se payer des diplômes.

      Les animateurs de radios X crient au scandale mais qui a payé leurs études??

    • @Gilbert Lavoie

      définition de lobby: Le lobbying désigne la pratique de ces pressions et de ces influences qui s’exercent sur des hommes politiques, sur des pouvoirs publics et, plus largement, sur des décideurs.
      Le lobbying est un mode d’action discret et souvent indirect, par opposition aux manifestions de masse, notamment syndicales, qui mobilisent un grand nombre de personnes.

      … on ne parle pas de lobby étudiant. Un journaliste devrait maîtriser davantage le français.

      Ce qui est également dérangeant, sur une autre note, est qu’on parle toujours de frais de scolarité gelés.
      Premièrement, ils ne le sont déjà plus depuis quelques années, avec des hausses successives de 50$ par session et deuxièmement, la question de l’explosion des frais afférents est toujours laissée sous le tapis.
      Ça fait quelques années que j’ai quitté l’université mais je payais 200$ de plus par session au bout de trois ans, jamais vu un “gel” quelconque.

      C’est un peu comme prendre l’avion: les prix sont gelés!!! Ils diminuent même.
      Oui, mais voilà ta surcharge de carburant, ton extra pour ta première valise (parfois), pour la deuxième, on te fait payer ta bouffe si le vol est moins de 4hres, ils vendent les écouteurs, les taxes d’aéroports augmentent, etc.

      Alexandre Turmel

    • @mafioso4 Ont nous à tellement habitué au Québec a avoir tout gratuit ou presque avec le moindre effort….

      vous devez faire parti du 55% qui ne paie pas d impôt car moi je trouve pas que tout est gratuit

    • A ceux qui se gargarisent de raisonnement d’économistes.

      “Si le gouvernement devait assumer la totalité, effectuer la totalité de l’investissement, parce que c’est bien d’un investissement dont il s’agit, il obtiendrait à terme un rendement de 800%. 250 000$ par diplômé. Chaque année, environ 50 000 étudiants quittent l’université avec un diplôme de premier cycle en main. Je vous laisse le plaisir troublant du calcul…”

      Mais dans ce débat il n’est pas question d’argument rationnel il est question d’idéologie.

      On tente de nous convaincre que le meilleur moyen de financer les études c’est d’imposer des frais à l’entré du système alors que les étudiants sont au plus pauvre plutôt que de les faire payer après les études alors qu’ils sont au plus riche. C’est illogique et nuisible.

    • @Affliction
      En fait en Norvège l’école est gratuite jusqu’à la fin du Lycée, ensuite pour les études supérieur les étudiants ont droit à des prêts. C’est pas mal comme ici. Par contre je sais pas de combien sont les coûts. Je vais faire quelques recherches.

    • Et quel sera le premier gouvernement qui songera à l’avenir à long terme du Québec au lieu de se contenter de mesures simplistes? Je suis pour le dégèle des frais de scolarité… vers la gratuité. Il va bien falloir que quelqu’un les payes les impôts plus tard!

    • Si on commençait par cesser le BS corporatif, si on arrêtait de payer des tableaux blancs parce que des amis du régime vendent des tableaux blancs (lu dans votre journal ce matin), si on ne construisait pas de routes pour des compagnies qui vont nous vider de nos richesses naturelles en créant quelques “jobs” (0,01$ la tonne pour les ressources, tant qu’à y être!), on aurait peut-être les moyen de se payer un système post-secondaire gratuit, un système qui rapporterait grâce à l’impôt progressif…les libéraux sont en train de vider le Québec de ses ressources au profit des compagnies et nous, béatement, on regarde ça passer. Et ça, c’est rien comparativement à ce que notre cher M. Harper fait depuis quelques années…c’est honteux! Ce ne sont pas les étudiants qui devraient être dans la rue, c’est tous ceux qui travaillent et qui se font laver jour après jour…

    • Je ne suis pas d’accord avec le gel, parce que l’universalité c’est ce qui coute une fortune parce qu’on paie collective (sur la carte de crédit parce qu’en fait on a pas les moyens) pour les frais des riches et des irresponsables. On dois charger le vrai prix. Un prix suffisament élevé pour que les universités soient capables de s’autofinancer. De l.autre côté subventionner les utilisateurs à la hauteur de leurs besoins. Ce qu’on entend des étudiants c’est qu’une bonne partie d’entre eux n’ont pas droit au prêts et bourse.
      Premièrement créer plus de programmes coop. Avec des stages payés comme c’est très populaire dans les autres provinces. Je considère que c,est aux parents que revient la responsabilité de payer les études de leurs enfants, mais sait tr`s bien qu’ils sont nombreux a ne pas assumer leurs responsabilités et se paient des voyages au lieu d,épargner pour les études de leurs enfants. Sans mettre tout le monde dans le même sac, il y en a en masse aussi qui n’ont tout simplement pas les moyens. Assumer les frais de subsistance et essayer de prévoir pour la retraite sont déjà inconciliable. Pour ceux qui me lisent a l’occasion vous savez que je répète souvent qu’on doit augmenter les salaires a un niveau ou les gens qui travaillent doivent avoir les moyens de bien vivre et assumer leurs resonsabilités individuelles mais aussi collectives paiement d’impôts pour participer a l’aide de ceux qui n’ont pas les moyens ou les capacités de les assumer.
      Donc en ayant plus de programmes coop au lieu de s’endetter ils pourraient acquérir de l’expérience en gagnant suffisament d’argent pour assumer leur frais de subsistances. Des résidences d’étudiants coopératives (dans des bâtiments autosuffisants durable) accessible financièrement a peu de frais, avec des cuisines collectives et des services de garde et de soutient à la réussite des études. En améliorant le programme de prêt et bourse aussi pour qu’il puisse répondre efficacement aux besoins sans intérêts durant toutes les années ou ils travaillent ici et au taux courant des banques s,ils travaillent ailleurs.
      Un jeune ne doit pas se faire barrer l’acc`s aux études parce que c’est parents qui ont les moyens ne valorisent pas les études. Ils doivent a ce moment pouvoir réclamer un statut d’étudiant autonome et avoir accès aux érisdences, aux programmes coops et aux prêts et bourse. Quitte a ce que l’état se vire de bord et faire payer aux parents une partie des frais. Mais on ne doit pas créer de situation d,abus, donc en mettant jusqu’a 21 ans au lieu de 25ans la responsabilité des parents.

    • on devrait leur donner une pelle à chacun. ben quoi… ils auraient une meilleure visibilité et la population serait touchée de leur aide!

    • La hausse des frais passerait mieux chez les étudiants, si le gouvernement ne prévoyait pas rendre les élèves de 2017 les plus pauvres de l’histoire du Québec.

      Le gouvernement veut ramener les frais de scolarité aux coûts réels de 1968. Pourquoi 1968? Parce que ce fût l’année la plus onéreuse de l’histoire du Québec à matière de frais de scolarité. On y rajoute le prix de l’épicerie/logement/essence qui a augmenté bien plus que l’inflation et jamais aucun étudiant au Québec n’aura été plus pauvre que ceux qui s’en viennent dans 5 ans.

      Pendant ce temps, l’on apprend que les tableaux blancs que le gouvernement prévoit implanter à coûts de centaines de millions aux écoles primaires et secondaire du Québec a un lien avec les amis de Charest… Quelqu’un en est surpris?

    • Les bonobos semblent tout aussi intelligents que les politiciens finalement
      et des chercheurs américains ayant découvert qu’ils pouvaient eux aussi se commander
      des guimauves sur leur clavier pour fair plaisir à leurs amis, il ne faudrait plus trop présumer des promesses en l’air de leurs cousins.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bonobo

    • en perdant cette session, ça va leur coûter plus cher que $325 par année

    • Petit article pour vous tous.

      @vpourvendetta Justement si les gouvrenements précédents n’avaient pas reculé par le passé nous ne serions pas dans cette situation.

      @ Affliction On vous attache pas allez-y en Norvége

      @dumontier d’accord avec vous. Le “Gouvernement” sert à “Gouverner”, prendre des décisions difficiles pour le bien être de la colectivité que nous dirigeons. Malheureusement ils sont trop occupés à faire leur PR pour s’assurer une réélection et leur beau salaire.

      Le gouvernement du plusse beau pays du monde ne fait pas l’unanimité mais au moins il fait sa job

    • Bonjour,

      Souvenez vous bien de cette belle mère qu’est Monsieur Bernard El Latino Landry qui affirmait candidement que les mamans des oiseaux nourrissaient et prenaient soin beaucoup mieux de leurs petits oiseaux que les mamans québécoises ne prenaient soin de leurs petits salopiauds de péquiste. Serait ce que ces étudiants d’aujourd’hui sont ceux de qui Monsieur Bernard El Latino Landry en étant capté par un micro inquisiteur de Radio Canada ? Et dire encore une fois que le matriarcat trône encore au Québec serait un euphémisme……

      En tous cas, l’important est toujours d’en avoir pour son argent. Maintenant, peut on dire que les étudiants universitaires québécois en ont pour leur argent quand beaucoup d’entre eux suivent des cours universitaires qui ne passent la rampe comparativement aux universités européennes ? Nous devons admettre à la décharge des étudiants que si tu ne manifestes pas maintenant, tu n’auras plus le temps APRÈS. Faut bien le dire ! Au plaisir, John Bull.

    • Je serais curieux de voir combien il en coûte de maintenir le programme de prêts et bourses, par rapport à ce qu’il en coûterait d’offrir la gratuité scolaire, et en gardant en tête les revenus accrus en impôts des salariés de niveau universitaire.

      S’il réduit l’accès à des études universitaires, le gouvernement ne se tire-t-il pas lui-même dans le pied, en réduisant ses propres revenus en impôts; on a alors affaire à un beau cercle vicieux.

      Le fait est qu’on a une pénurie de main d’oeuvre universitaire actuellement, et celle-ci ne fera qu’empirer dans les prochaines années, puisqu’on approche d’un creux historique en termes d’étudiants admissibles à de telles études (les cohortes actuelles en 6ième année et au début du secondaire sont les plus petites jamais vues il me semble).

      Et ne me donnez pas l’argument du gaspillage par une poignée d’étudiants qui perdent leur temps dans des programmes à faible perspective d’embauche, car il existe une solution simple à ce problème. De la même manière qu’il est possible de contingenter les programmes de haut niveau comme la médecine et le génie, on peut aussi le faire dans les programmes d’arts et lettre, de sciences sociales, etc.

      J’appuie à 100% les étudiants, et préfère me fier sur des études telles que celles produites par l’IRIS que sur des éditoriaux visiblement biaisées qui sur-utilisent des préjugés mal appuyés.

    • Des tableaux interactifs dans les classes de primaire : 240 millions. Voir les articles de LaPresse à ce sujet.

      C’est à peu près ce le montant que le gouvernement Charest va aller chercher dans les poches des étudiants et de leurs parent, sous prétexte qu’il n’y a “pas moyen de faire autrement”.

      Ce n’est pas que les étudiants ne veulent pas faire leur part. D’ailleurs ils la font déjà: c’est cher, l’Université et les livres obligatoires, et pour votre gouverne, ceux qui travaillent paient déjà des impôts, et en paieront encore davantage plus tard, un fois diplômés.

      Dans ce cas-ci, la “juste part” qu’on demande aux étudiants, c’est la part des amis du parti, des fournisseurs de produits et services cotés en bourse.

    • *parents
      * une fois

    • @yomaurice
      J’espère que vous parler pas de 50 000 personnes qui gagne 250 000 par année?

    • Une société qui se respecte ne devrait jamais endetté sa jeunesse et l’hypothéqué pour des années, même avant d’avoir fini les études et trouvé un travail !
      Des jeunes sont pris à la gorge à la fin de leurs études ,incapables de rembourser la dette que la société capitaliste leur a imposé. Incapables de rembourser, mais aussi incapables de se trouver rapidement un emploi !
      Et le gouvernement pour mieux les étouffer avait voté une loi interdisant à vie aux étudiants de déclarer faillite pour une dette d’études !
      Alors que chaque citoyen a pourtant ce droit s’il est mal pris !
      Je me demande pourquoi tant de gens ont si peu de compréhension envers les jeunes, et que ce que je viens d’énoncer ne les révolte aucunement.
      Notre société est à refaire, et c’est nous les “vieux” bien nantis, avec retraite “blindée” qui sommes responsables de mettre des “bâtons” dans les roues avec égoïsme à nos jeunes alors que nous devrions être d’une grande générosité à leurs égards.

    • Faut pas non plus oublié qu’en Norvège ils font beaucoup de leur argent avec leurs pétroles.
      Ici c’est impossible.

    • Cette fois-ci il se peut que le gouvernement tienne son bout, mais on ne sait jamais, il sont tellement habituer de plier. Ce gouvernement a tellement matraqué qu’il ne plierait pas qu’il serait politiquement coûteux de ne pas tenir fermement sa position.

      En tout cas il y a une chose que l’on ne peut reprocher aux conservateurs chez les fédéraux, c’est leur constance et leur fiabilité dans l’accomplissement de leurs promesses électorales. Si on pouvait avoir une fiabilité semblable au Québec, ça nous aiderait sûrement à réduire le cynisme qui augmente dans la population.

      On s’en fout qu’on aime ou qu’on aime pas certaines politiques gouvernementales, mais au moins quand tu décide quelque chose, rends-toi au bout, arrête de plier et de changer d’idée. C’est comme ça en affaires, tes clients demande que tu leur livre ton travail dans un temps donné avec une qualité convenue, si tu ne respecte pas ton engagement, tu ne restera pas en affaires longtemps.

      Pas étonnant que l’on soit dirigé en majorité par des avocats. Cette profession a de particulier qu’elle oblige constamment celui qui la pratique à faire des pirouettes de toutes sortes pour qu’il gagne sa cause, peut importe que la pirouette soit acceptable moralement ou pas, il doit gagner pour satisfaire son client. De là l’habitude des pirouettes de tous genres qu’ils nous servent oralement ou administrativement pour nous imposer leurs vues. Ce n’est pas important pour eux que ça nous satisfasse ou pas, l’important c’est qu’ils ont gagné peut importe la pirouette utilisée.

      Ça risque d’être pareil avec les étudiants, on se fera dire s’ils plient qu’ils ont trouvé des sommes dans le budget et patati, patata… Mais en fin de compte, c’est qui qui va payer ? Nous de la classe moyenne. Les étudiants nous disent qu’ils paieront des impôts plus tard et que c’est là qu’ils feront leur part. Qui nous dit qu’ils ne fouteront pas le camps dans une autre province ou un autre pays rendu là sous le prétexte que nos impôts sont trop élevés.

      Moi je vous le dis « méfiez-vous des avocats qui nous gouverne ». Il est là le principal obstacle à l’amélioration de notre démocratie.

    • Sur la surface de jeu les règles sont claires……En plein milieu de la “game” on change les règles. Il n’est pas nécessaire d’avoir 45 et plus pour être un croulant……en fait les “baby-boomers” ont remplacé les croulants d’autrefois……et maintenant des baby-boomers croulants bien peinard et qui ont taxé l’avenir de leurs enfants veulent faire payer les étudiants alors que pour eux c’était gratuit.
      Bravo aux étudiants…….le révolution d’octobre c’est en mai cette année, y’en a marre de se laisser faire part des croulants….remplaçons-les ces marioles.

    • @zaro

      Quand on ne sait pas, mieux vaut s’informer AVANT, ça évite de faire dans la désinformation ou d’écrire des sottises. Il suffit pourtant d’une recherche de 30 secondes sur google…

      http://www.norvege-fr.com/portail_norvege.php?id=31

      Les universités publiques sont gratuites.

    • @ Tous

      Les pays qui ont des université gratuite ont aussi des contingentement très très fort. Il est impossible d’aller à l’université sans avoir des résultats scolaire de qualité. Est-ce vraiment ce que vous voulez?

      De plus, j’entend plusieurs dire que ces étudiants vont repayer le coût de leurs études dans le futur… Mais en quoi est-ce différent de payer des impôts ou de payer un prêt? Vous pensez que vous paierez moins avec des impôts? Et si c’était l’inverse? Here’s the deal : les impôts ne financent plus les université, celle-ci est gratuite mais à la fin de vos étude, on vous remet une dette qui est l’équivalent du coût total de vos études. Comme ça vous allez payer exactement ce pour quoi vous payez! N’est-ce pas merveilleux?

    • M. Lavoie, vous citez Pauline Marois comme ministre de l’éducation a avoir désiré dégeler les frais de scolarité. Il faut dire que ce n’est pas la première et la dernière fois qu’elle parle des deux côtés de la bouche celle-là. Et dire que nous nous apprêtons à lui donner le pouvoir. Mais, à vous lire, il me vient un autre commentaire. Il semble que peu importe qui est au pouvoir et malgré leurs promesses d’élections, les politiciens nous mentent effrontément. Les gouvernements gèrent très mal l’argent des contribuables que nous sommes étant incapables de réellement sabrer dans leurs dépenses et négocier des contrats. C’est pourquoi, ils doivent constamment augmenter les tarifs. Dans les cas des étudiants, puisque ce sont eux qui consomment le service qui leur procurera des meilleurs salaires plus tard, il est normal que ce soit eux qui payent. Car moi, je ne veux plus payer plus que je paye en taxes et impôts pour les services que les autres utilisent. Ils étaient 230000 étudiants dans le rue, dîtes-vous! Et bien que dirait le gouvernement s’ils s’en trouvaient 500000( minimum )contribuables comme moi qui sont pour la hausse des frais de scolarité et qui sortiraient dans la rue pour l’exiger? Cette année, je vais payer mon 200$ pour la taxe santé en sus de mes impôts pour un service dont je me sers rarement mais qui pourrait bientôt me servir car je me sens frappé d’une écoeurantite aigüe à lire et à entendre certaines choses.

    • Tous ces apitoiements et revirements en disent long sur la stature de la classe politique québécoise. Plus mou et électoraliste que cela, tu meurs! Et des gens de cette même société québécoise osent croire à l’indépendance! Parole, parole comme chantait Dalida! Nous avons produit depuis plusieurs décennies une société essentiellement individualiste, hédoniste et consumériste. Par leur corporatisme, déguisé ou pas, les étudiants suivent le courant. Triste spectacle!

    • @Dranem71

      Si vous appeler ça faire sa job que de nous avoir fait renouer avec les déficits – après des années de surplus sous les Libéraux -, avoir gaspillé 1 milliard pour le G20 en détournant une partie des fonds publics à des fins frauduleuses, nous faire acheter des f-35 qui risquent de nous coûter la peau des fesses et se révéler inadéquat pour des missions dans le grand nord – tous les acheteurs ont reculé, même le gouvernement américain, sauf le nôtre – on peut peut-être appeler ça faire la job, si on est de mauvaise foi. C’est vrai que c’est bien aussi de voir notre réputation entachée au niveau international pour faire plaisir au lobby des sables bitumineux…

      Je vais vous dire dans quelle situation nous sommes. Des petits technocrates qui se sacrent pas mal de la qualité de l’éducation ont pris la tête des universités, et les gèrent comme des entreprises, et non plus comme des temples du savoir. Dès lors, l’important, c’est de croître. Faut attirer plus d’étudiants, construire de nouveaux locaux, rayonner et faire concurrence aux autres universités dans le monde, même si ça veut dire obliger les professeurs à pisser des articles sans intérêt juste pour être publié dans les revues universitaires prestigieuses et occuper le terrain. La recherche là-dedans? Sans intérêt, sauf si ça génère beaucoup de publications ou si c’est de la recherche appliquée et que l’on peut aller chercher de l’argent chez des commanditaires privés.

      Ça donne la saga de l’ilot Voyageur, ou HEC qui essaie de jouer à la grenouille aussi grosse que le boeuf en cherchant à concurrencer la Harvard Business School, même pas vraiment réputée pour la qualité de son enseignement. C’est pour cette raison que l’on a créé un cursus en anglais.

      Beaucoup de gens comme vous parlent sans savoir, et prennent pour argent comptant ce qu’on leur raconte sur les universités. L’argent que l’on va piger dans les poches des étudiants n’ira pas à l’amélioration de l’enseignement, mais pour que les recteurs puissent continuer à jouer à « c’est moi qui a la plus grosse ». On va investir dans le béton et dans l’ajout de profs prestigieux – mais pas nécessairement de bons profs – pour accroître le prestige et le rayonnement de ces universités et faire concurrence aux universités américaines.

      C’est ça, le fameux sous-financement. Je ne vois pas comment des gens qui travaillent à la dégradation de l’enseignement et de la recherche dans les universités se mettraient, magiquement, à faire le contraire parce qu’ils disposent de plus d’argent. Foutaises.

    • @ Dranem71
      «On vous attache pas allez-y en Norvége»

      Wow, ça c’est uen réponse intelligente…
      On peut vous retourner la politesse. On vous attache pas, allez-y dans les provinces où les frais sont plus élevés. Allez-y aux É-U. Vous allez voir, à moins que vous gagniez 100 000 – 200 000 $ par année ou plus, la qualité de vie est meilleure ici.

    • JE SUIS POUR L’UTILISATEUR PAYEUR DONC D’ACCORD POUR LA HAUSSE DES FRAIS

      PÔVRES PETIS ENFANTS ROI DEVENU ADULTES OU PRESQUE… C’EST PAS FACILE HEIN…OBLIGÉ DE COUPER DANS LES PLAISIRS ET LE FUN POUR SUBVENIR À LEURS BESOINS…

    • La gratuité scolaire.

      Ma mère avait une santé très fragile et a élevé seule 3 jeunes garçons «sur le BS».
      Mais nous habitions au Québec, alors:

      L’un d’entre eux est maintenant fiscaliste dans un prestigieux cabinait de droit.
      Un second est maintenant entrepreneur.
      De bons payeurs de taxes et d’impôts qui ont remboursé depuis longtemps ce qu’ils ont coûté.

      Le 3e, moi, me suis ramassé sans le sous en entrant au CÉGEP en sciences pures.
      Mes notes ont chuté.
      Puis en 97-98 les incitatifs à la réussite (taxes à l’échec) de la Marois se sont appliqués à moi et m’ont rongé tout mes prêts & bourses et m’ont forcé à décrocher.
      J’ai erré de boulots d’un merde sous-payés à l’autre. Sans diplôme. Sans spécialité.
      Alors que je perdais de vue mes amis qui avançaient dans leur vie, moi je stagnais.
      je les ai tous perdu de vue. et mon entourage est devenu progressivement moins «recommandable».

      J’ai 36 ans et je suis de retour sur les bancs collégiaux pour une technique.

      Les frais déguisés de la Marois (croyez-vous que je voterai pour elle maintenant?) m’ont éloignés de la carrière en science dont je rêvais.

      Demandez-moi si je suis pour une hausse des frais de scolarité?

      Je sais que notre système d’éducation n’est pas gratuit. Mais je sais aussi que les étudiants qui accèdent aux études collégiales et universitaires gagneront plus et payeront en principe plus de taxes et d’impôts leur vie durant.

      Qu’on foute la paix aux étudiants. Notre société a trop besoin d’eux. Ils paieront bien leurs études après coup de toute façon.

      La grève.

      En ce qui concerne la grève, je ne vois pas ce que de se priver de cours peut apporter de constructif.
      Dans une entreprise, une grève coupe les revenus, paralyse les activités et pourrit l’existence de la direction. L’effet de levier est évident.
      Une grève étudiante par contre ne fait de mal à personne d’autre que les grévistes eux-mêmes.
      Ça prive les étudiants de ce qu’ils prétendent défendre et ça augmente stupidement le fardeau des contribuables.

    • La situation est différente cette fois-ci.
      Primo ,le gouvernement a l´appui d´une bonne partie de la population.
      Deuxio ,cette grève ne fait pas du tout l´unanimité chez les étudiants , il y a des facultés et des cégeps qui sont même contre.
      Tertio ,si le gouvernement plie il perdra des voix dans son propre électorat.Ce n´est pas le moment à la veille d´une possible élection

    • Nous sommes arrivés à un moment où les “Frais de scolarité” doivent être augmentés pour tenir compte des coûts reliés à l’éducation qui ne peuvent uniquement être épongés par les taxes et les impôts. Les étudiantes et étudiants doivent aussi mettre la main à la pâte et contribuer davantage. L’Éducation au Québec est à toute fin pratique un phénomène sociétal qui exige que tous les Québécois doivent participer à l’enrichissement des budgets de l’Éducation.

      Jusqu’à présent, les étudiantes et étudiants ne semblent pas comprendre l’enjeu dans l’augmentation des frais de scolarité qui doit être obligatoirement exigée afin de maintenir le système à flot dans les meilleures conditions et surtout dans la valorisation des valeurs de la diplômation.

      Espérons que le Gouvernement va garder ses culottes et ne reculera pas parce que sinon, ce problème n’arrivera jamais à trouver de solutions et les contribuables devront encore se saigner à blanc jusqu’à ce qu’ils ne soient plus en mesure de payer même le café au Premier ministre.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Bravo aux étudiants des CEGEP qui on voter non à la grève.

    • On est une province de chialeux et de pelleteux en avant.

      Que les étudiants se la ferme et retournent dans leur classe. Pauvre petits chatons. Ils sont tellement à plaindre.

      La classe moyenne perd déjà environ 60% de son salaire quand on additionne taxes et impôts et autres frais XYZ.

      Pendant ce temps, les étudiants paient 1600$ par session universitaire. Quel drame. Je serais curieux de savoir combien coûte réellement une session, par étudiant. Mais ça, les syndicats étudiants s’en foutent. Les travailleurs ont juste à payer pour eux.

      Pendant ce temps, les étudiants étrangers paient jusqu’à 4x plus cher que les étudiants Québécois, pour 1 session au Québec. Où sont les syndicats étudiants pour dénoncer cet injustice??

      En fait, juste de dire syndicat et étudiant dans la même phrase, ca me donne des nausées.. Encore à l’école, encore le nombril vert, et déjà syndicaliste, à manifester pour conserver le gel des frais de scolarité qui est, en soit, une aberration dans la réalité économique et sociale de 2012.

      Retournez dans vos classes pour étudier et préparer votre avenir, les jeunes.

    • Cette hausse est une taxe cachée et, venant du gouvernement le plus corrompu de l’histoire du Québec, elle devient un autre symbole de cette nouvelle droite populiste, parvenu, anti -culture. Je souhaite aux étudiants une grève longue, festive et gagnante. Ils sont jeunes, instruits et assez courageux pour marcher dans la rue afin de dénoncer les mensonges du gouvernement. Ils ont déjà beaucoup avancé.

    • Gratuité par ci, par là, privé par ci, par là. Formule moitié-moitié et quoi encore? L’allemenagne fait ceci, la France fait celà. Au Danemark leur formule est la suivante, les droits miniers du Chili sont les suivants etc etc etc.

      À quand une véritable reflexion nationale sur la fiscalité qui devrait prévaloir au Québec? Pour déterminer le prix à payer , par qui et dans qu’elle proportion pour les services du gouvernement.

      Nous ne faisons que de la catalogne (patchwork) en fiscalité: sans vision, sans valeurs, sans identité ni direction. Ce néant affecte tous les secteurs de l’économie et de la gouvernance de l’État. L’enseignement public/privé, le financement des institutions, la recherche, l’exploitation des richesses, les garderies, les soins hospitaliers, la recherche médicale etc etc.
      Sinon les plans quinquénaux ne seront toujours que des plans électoraux. Allons nous en sortir un jour du vide intellectuel ?

    • Un peu ridicule comment les politicien ont en fait pas vraiment d’opinions politique…

    • Les étudiants donnent la Norvège comme exemple. Mais savent-ils que c’est le pays au monde où il coûte le plus cher de vivre. L’indice Big Mac, donnant le prix d’un Big Mac par pays, indique que c’est en Norvège que le prix d’un Big Mac est le plus cher au monde, le double des USA. Mon frère est déjà aller en Norvège et il en revenait pas comment le coût de la vie est élevé.
      La Norvège a peut-être les moyens d’offrir l’université gratuite avec tous les revenus qu’elle retire du pétrole, mais avec un coût de la vie qui est le double du Québec, les étudiants québécois sont encore très gagnants, même en payant leurs études universitaires.

    • Frais de scolarité – Déclaration universel des droits de l’homme

      Pour ceux et celles qui veulent toujours monnayer le droit à l’éducation.

      But de ce traité: Gratuité progressive à tous les niveaux d’éducation (niveaux supérieurs inclus)

      Signé en 1976 par le Canada:

      International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights
      Adopted and opened for signature, ratification and accession by General Assembly
      resolution 2200A (XXI) of 16 December 1966
      entry into force 3 January 1976, in accordance with article 27

      Article 13
      1. The States Parties to the present Covenant recognize the right of everyone to education. They agree that education shall be directed to the full development of the human personality and the sense of its dignity, and shall strengthen the respect for human rights and fundamental freedoms. They further agree that education shall enable all persons to participate effectively in a free society, promote understanding, tolerance and friendship among all nations and all racial, ethnic or religious groups, and further the activities of the United Nations for the maintenance of peace.
      2. The States Parties to the present Covenant recognize that, with a view to achieving the full realization of this right:
      (a) Primary education shall be compulsory and available free to all;
      (b) Secondary education in its different forms, including technical and vocational secondary education, shall be made generally available and accessible to all by every appropriate means, and in particular by the progressive introduction of free education;
      (c) Higher education shall be made equally accessible to all, on the basis of capacity, by every appropriate means, and in particular by the progressive introduction of free education;

      Merci d’en prendre connaissance.

    • LES FRAIS SCOLAIRES : POUR OU CONTRE L’AUGMENTATION

      Tous les arguments semblent bons, tant d’un côté comme de l’autre. Mais jamais on ose parler de la nécessité d’avoir tant d’universitaires. Ce sujet est tabou, même chez des journalistes. Pourtant, ce sont ces mêmes journalistes qui parlent de la liberté de presse!!!

      J’écoutais les deux représentants à l’émission de Denis Lévesques (oui, je suis du bas peuple, ). À un certain moment, celui prônant la monter des frais invoquait un remboursement payant suite à l’obtention d’un diplôme universitaire. L’autre jeune, qui prône le gel, avança tout « the go » : « Aie, pas trop vite, qui vous dit que les étudiants qui ont fini leu BAC travaillent dans le domaine où ils ont étudié et ainsi gagne un bon salaire? ». Et même Anne Marie Dussault n’a pas voulu embarqué sur le sujet, pourtant une supposée intellectuelle!!!

      Et voilà la vraie question qu’il faudrait se poser :

      Est-ce que notre société québécoise a tant besoin d’universitaires?

      Mais l’argument contre : on ne peut empêcher personne de faire son université. C’est semble-t-il, un droit. Mais je n’ai pas vu nulle part où était écrit un tel droit. Mais, on ne veut pas brimer personne, ni déplaire à qui que ce soit. Selon un sondage, les gens sont pour le gel des frais de scolarité mais ne veulent pas en faire les frais. « PAS DANS MA COUR »

      Et là est le problème de la société québécoise. Comme c’est la société qui paie, c’est elle qui devrait avoir des droits. Voici la problématique :

      EXEMPLE;
      1-
      On produit 100 géographes mais le Québec n’a de travail que pour 10 d’entre eux. Ces derniers vont pouvoir recevoir de bon salaire et ainsi rembourser leur prêt. Que fait-on avec les 90 autres? Ils vont aller travailler à très bas salaire et ne pourront presque pas rembourser leur prêt. Qui paie dans de tel cas? LA SOCIÉTÉ.

      MALHEUREUSEMENT, et je dis bien malheureusement, il faudrait contingenté les différentes facultés. Et il n’est pas nécessaire que tous les 6 millions de Québécois aient fait leur université. Regardons ailleurs dans le monde : il y a des pays où il y a beaucoup d’universitaires mais qui n’ont pas de travail. Donc ils doivent émigrer. C’est payant pour qui à ce moment là?

      L’autre partie du problème : comme il n’y a pas de contingentement, plusieurs recteurs d’université gère leur campus comme une compagnie qui doit grandir et devenir grosse. On ouvre des pavillons à différents endroits pour essayer d’avoir le plus d’étudiants possibles, et ainsi, comme les crédits en argent leur sont octroyés par le gouvernement par tête de PIPE, on se sacre si l’étudiant va se trouver un emploi après ses études, l’important ce sont les subventions.
      J’ai connu un gars qui a fait un BAC en finance. Mais faute de travail dans sa branche, il remplace un employé sur la livraison de croustilles. Puis gradue comme facteur temporaire jusqu’à un poste des technicien de bureau au gouvernement. Combien en a-t-il coûté à l’état?

      2-
      Mon neveu a fait un BAC en psychologie, puis une maîtrise en administration à l’ENAP. Il n’a pas pu se trouver de travail dans son domaine. Il a suivi un cours en dessein technique d’une durée de 6 mois et travaille présentement pour un sous contractant de bombardier. Combien en a-t-il coûté à l’état dans son cas?

      Et ainsi de suite…
      Mais la question demeure : si on veut que les étudiants remboursent leur prêt, pourquoi ne pas contingenter plutôt que de rester sans décision?

      Donc, au personne qui vont interviewer les contestataires : demandez leur pourquoi laisser tout le monde étudier dans n’importe laquelle matière sachant qu’il ne trouveront pas tous du travail dans leur domaine?

      Gaspiller notre argent c’est bien mais j’aimerais mieux dans les hôpitaux. D’ailleurs, est-ce qaue l’université est un bar ouvert?

      Nous au Québec, quand on permet, on le fait à tout le monde. Et ça, c’est du socialisme. On a peur de dire non.

    • Pour la situation étudiante,

      le gouvernement annuel devrait

      1-Permettre des ententes secrètes entre les étudiants et hydro Québec
      2-Permettre des lookouts en assumant les couts
      3-D’aider les étudiants à aller faire du social à Sagar
      4-D’assumer les couts inhérents à tous ceux qui veulent habiter dans le grand nord
      5-De payer des bourses dès leur demandent aux étudiants et attendre 3 ans après la fin des études pour savoir s’ils étaient admissibles, et de défrayer le cout de leurs défenses.
      6-Donner en cours d’études des montants additionnels pour s’assurer qu’ils ne sont pas malpris dans leurs travaux.
      7-On pourrait demander une escouade spéciale à la police de st-jérome pour s’occuper des enquêtes et faire superviser le tout par un juge du nouveau brunswick, aller en cours suprême pour s’assurer de la constitutionnalité de cette démarche en embauchant de vrai avocats des grand bureau d’ottawa et toronto
      8-tous les dossiers sous enquête devrait d’abord être évalués par jean charest, avec l’aide de post-it pour accélérer le processus.
      9-Il serait par contre interdit de vérifier les comptes de banques des étudiants, ni d.identifier à quoi les bourses ont servi.

    • MAIS PLUS J’Y PENSE, PLUS…

      Pourquoi aller augmenter les frais étudiants? Augmentons les redevances minières, comme disait le représentant des étudiants.

      Pourquoi ne pas mettre plus d’argent dans les CHSLD? Augmentons les redevances minières.

      Pourquoi ne pas avoir plus de garderies? augmentons les redevances minières.

      Pourquoi ne pas payer plus les éducatrices dans les garderies? Augmentons les redevances minières.
      Et ainsi de suite. De ce temps ci, à toutes les fois que des groupes contestent leur coupures ou autre, on dit au gouvernement : “augmentez les redevances minières”

      Vous dites que je suis sarcastique? Pas du tout, c’est ,chacun à leur tout, la réponse que j’ai attendu à la TV. Donc en mettant bout à bout leurs réponses on obtient: augmentons les redevances minières. C’est une phrase à la mode de ce temps-ci avec le plan Nord de Charest. Donc , ce ne sont plus des redevances, cela va êtes du vol. À ce compte là, il n’y aura plus aucune compagnie minière qui va vouloir s’installer au Québec.

    • Non seulement je souhaite que le gouvernement ne recule pas, mais aussi qu’il poursuive les diverses associations étudiantes qui ont empêché ses employés d’entrer au travail il y a quelques semaines, au 600 Fullum. Ces employés ont été payés à ne rien faire pendant une demi-journée, normes du travail obligent. Les contribuables doivent récupérer cet argent.

    • Les pauvres petits étudiants, je les comprend de vouloir le maintien du gel des frais de scolarité….c’est que voyez-vous, une voiture, un portable, un téléphone intelligent, sans compter les beuveries de fin de semaine, ça coûte cher…plus moyen de payer les études si on augmente les frais….

      C’est vraiment dur la vie d’étudiants !!

    • @à tous ceux qui ne comprennent que par des chiffres et les $$$

      La hausse ne rapportera pas à l’État. Le gouvernement n’a pas calculé les crédits d’impôt plus importants (parce que les frais auront doublé). Bref, en compte des crédits d’impôt et autres coûts afférents de l’AFE, la réforme va coûter près de 80 millions $ au gouvernement.

      Vous savez la meilleure!? La gratuité scolaire totale coûterait 176 millions seulement, soit moins de 100 millions de plus que de doubler les frais comme Charest désire le faire.

      Les diplômes paient plus d’impôt par la suite dans leur vie. Ajoutons donc le point de yomaurice, plus haut dans ce blogue :
      “Si le gouvernement devait assumer la totalité, effectuer la totalité de l’investissement, parce que c’est bien d’un investissement dont il s’agit, il obtiendrait à terme un rendement de 800 %. 250 000$ par diplômé. Chaque année, environ 50 000 étudiants quittent l’université avec un diplôme de premier cycle en main. Je vous laisse le plaisir troublant du calcul…”

      Est-ce assez économique à votre goût? Même pas besoin de vous forcer pour comprendre le principe de collectivité et qu’une société plus éduquée augmente le niveau de la vie et la santé globale, réduit la pauvreté et le taux de criminalité. Mais ça, ce n’est pas écrit en $$$, désolé!

      Source : http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2012/01/20120123-181559.html (bonne lecture)

      A.Papineau

    • J’espère de tout coeur que le gouvernement ira jusqu’au bout. Nous sommes déjà les champions des taxes et des impôts en Amérique. Hier, nous avons “appris” ce que nous savions déjà, à savoir que le Québec est l’endroit dans toute l’Amérique, états et provinces confondus, où nous payons l’essence la plus chère, toujours à cause des maudites taxes. En demander davantage aux contribuables pour acheter la paix avec une bande de braillards serait tout simplement révoltant. Les études supérieures au Québec sont, et demeureront, une aubaine, même après la hausse. Les étudiants des facultés fortes (sciences de la gestion, médecine, économie, sciences pures, etc.) sont noyés par les étudiants en cinéma, en science politique, en arts plastiques et autres programmes qui apportent peu à la société à l’exception de lui causer des désagréments: bloquer les ponts et augmenter la pollution par l’explosion de l’industrie de la pancarte…

    • @johnbull “… la nôtre est capitaliste et endette les jeunes à la fin de leurs études,pour la vie, en ayant en plus le culot de charger des taux d’intérêts usuraires,ce qui fait que beaucoup d’étudiants ne font que payer les intérêts de leurs dettes…”
      Qu’est-ce qu’un taux usuraire pour vous? Vous pourriez vous informer, mes jeunes ont obtenu des prêts pour leurs études et le taux d’intérêt est en deça de biens d’autres prêts. De plus ils peuvent, lors de leur retour de déclaration d’impôt, obtenir une bonne partie des intérêts payés sur leur prêt.

    • on devrait éliminer l argent ça règlerait bien des problèmes

    • Tout ce débat mène à une question plus profonde: celle de la responsabilité. Lorsque les étudiants sortiront de l’école, est-ce qu’ils donneront leur salaire à la société? bien sûre que non (même s’il vont payer beaucoup d’impôts). Il le gardera pour lui et en fera ce que bon lui semble. Alors pourquoi n’accepteraient-ils pas ce petit effort supplémentaire alors qu’ils en seront les principaux bénéficiaires? Les étudiants se disent très solidaire, mais c’est tout le contraire que je perçois. Du moins, ils ne sont pas solidaire de la classe moyenne complètement égorgé par nos gouvernements.

    • C’est le propre du Québec depuis 40 ans les syndicats souhaite plus d’intervention de l’état ”réf: Claudette Charbonneau–francs tireurs” alors ça donne ce que ça donne des organigramme ministérielle incompréhensible des fonctionnaires à plus finir pis des services de cul. Le monde veut des enfants mais sans être capable de subvenir à leurs besoins alors on lève un impôt pour donner des services qu’on est pas capable de livrer parce qu’entre celui que le rend et le hand user il y a cinquante couche de directeur de si pis de fonctionnaire de ça! À la fin le tout est déficitaire et on redonne un ti-coup d’impôt ou de taxe…! La seule chose qui n’est pas sorti cette semaine c’est de rajouter une taxe sur l’essence en plus…! C’est bien connu posséder une voiture au Québec c’est d’être coupable de tout les mots: pollution, déforestation,transport en commun, dette…et j’en passe…ect!
      Vive les États-Unis…à la base le gouvernement crois à l’intelligence des citoyens qui sont capables de gérer leur paie et de la dépenser eux autres même sans devoir la donner pour fournir des services à une population de Grecs syndiqués et imbécile!
      By the way félicitation à Madame James pour les trois mois de vacances payés dans les garderies…ce qui coûtait 20$/jours il y a pas si longtemps sera maintenant de +/- 60$ bientôt donc à prévoir une hausse de 7$ à 12$ après les élections bien entendu!
      Suggestion votez tous pour Québec Solidaire comme ça on ira plus vite en faillite et le supplice sera moins long!

    • L’enjeu est-il vraiment la hausse des frais de scolarité ou de réduire le rôle historique des universités qui est de moins en moins indépendant des pressions économiques, politiques, etc., en quête de savoirs pour les rendre plus adéquat au marché du travail, d’être que des portes tournantes pour le marché du travail. Le mandat historique des universités ont toujours été un rôle de mise à distance critique envers les acquis des savoirs, mes aussi des pouvoirs politiques du moment. Les étudiants vont de plus en plus financer les universités? C’est cela que le gouvernement propose. Si on procède avec l’approche utilitarisme des savoirs rien ne nous empêche avec le bon gros bon sens de fermé les départements qui ont peut de valeurs de rentabilité économique. Nous pourrions plus faire des recherches sur rien. Nous pourrions même plus avancer inventé comme concept le paradigme scientifique puisque les savoirs seront atomisés par le jeu de l’offre et de la demande ?

    • @arnpit “On y rajoute le prix de l’épicerie/logement/essence qui a augmenté bien plus que l’inflation et jamais aucun étudiant au Québec n’aura été plus pauvre que ceux qui s’en viennent dans 5 ans.”

      Justement, ceux qui sont appelés à fournir l’instruction gratuite doivent payer à la hausse, l’épicerie, les taxes, l’essence etc… et cela même après avoir contribué pour les études de leurs propres enfants. De plus, avec 85% de ce que nous leur payons, ils n’ont pas appris à compter. Ex: un collège dessert 4 000 étudiants, 1 600 se sont prévalus de leur droit de “grève”. 797 ont rejeté la grève et 803 l’a accepté. Le mouvement compte maintenant 4 000 “grévistes de plus. J’aimerais que cette logique prévale pour mes finances personnelles.

    • On devrait récupérer les 30% que le gouvernement paye en trop pour ses contrats avant d’augmenter des frais aux plus démunis.
      Quand il s’agit de frapper sur les démunis les éduqués parvenus dans des conditions favorable n’ont peueueuere…!

    • Le Canada est dans le top 5 des pays de l’OCDE ou les coûts universitaires sont les plus onéreux. Les États-Unis mènent le bal. Pourquoi viser dans cette direction?

      Le gouvernement veut aller chercher environ $200M grosso modo avec cette augmentation, si on déduit la bonification ( supposée, c’est pas fait ) des prêts et bourses. Pourtant la richissime Alouette recevra un cadeau de $300M par année selon Pierre Fortin, parce qu’elle ne paiera son électricité que la moitié du prix de production …
      Personne s’indigne???

      Aperçu sur un autre journal :
      “Les prêts étudiants en souffrance au ministère de l’Éducation s’élèvent à plus de 800 millions de dollars.”

      Ils ont investi dans leur avenir et ont tout de même de la difficulté à rembourser … c’est vrai, les universités ne forment pas seulement des médecins et des MBA.

      J’appuie les étudiants, cette hausse nuira plus au Québec que les millions qu’elle rapportera.

      C’est purement idéologique!
      DJames Bérubé

    • Beaucoup de misere à trancher car même si on peut dire que la facture va être salée pour les étudiants ,le statu quo n`est pas réaliste non plus. Il n`y a rien de gratuit dans ce bas monde et le gel des couts est en contradiction avec la réalité qu`on trouve partout dans un monde d`adulte.
      Par ailleurs je me questionne sur la capacité qu`ont les jeunes d`aujourd`hui de faire des sacrifices pour arriver à leurs fins. Sans généraliser ou sortir des préjugés je ne fais que poser la question.

      Mais force est d`admettre que cet aspect de notre société est primordial et avec tous les scandales,les investissements questionnables et la toile de tits namis du pouvoir,je ne crois aucunement que cette augmentation va changer quoi que ce soit ou profiter aux étudiants et professeurs comme il se devrait afin de viser une plus grande qualité de l`éducation.

    • coutuju

      1 mars 2012
      11h08

      Les pauvres petits étudiants, je les comprend de vouloir le maintien du gel des frais de scolarité….c’est que voyez-vous, une voiture, un portable, un téléphone intelligent, sans compter les beuveries de fin de semaine, ça coûte cher…plus moyen de payer les études si on augmente les frais

      Et si l’été on les envoyait au travaux forcés est-ce que ça ferait votre affaire… tous les étudiants, les profs, les recteurs…
      Parce que leur situation est tellement extraordinaire, même M.Desmarais songe à vendre Sagar et retourner aux études…

    • A tous ceux qui nous servent pour la nième fois l’argument que des étudiants vont dans le sud et patati et patata. Je réponds que si vous trouvez que nous pouvons hausser les frais de scolarité tant qu’il y aura des étudiants capables d’aller dans le sud l’hiver, je vous dis que nous pouvons aussi hausser les impôts tant qu’il y aura des contribuables capables d’en faire autant. Tant qu’à dire des idioties, allez au bout de votre raisonnement débile. Bref, tant que nous verrons des BMW, des Mercedes et des Porsches circuler dans nos rues, c’est signe que nous pouvons augmenter les impôts.

      Maintenant, il en coûterait moins cher d’offrir la gratuité scolaire à l’université que de hausser les frais de scolarité. Une partie de l’argent de la hausse est détourné pour bonifier le régime de prêts et bourses pour permettre aux plus démunis de payer la hausse. En éliminant carrément les frais de scolarité, les montants des prêts et bourses seront réduits d’autant. De plus, l’objectif d’une société comme la nôtre qui doit baser son économie sur le savoir devrait être la gratuité scolaire et non l’inverse. Démographiquement, il y a un méchant paquet de boomers qui prendront leur retraite dans les dix prochaines années, le bassin de la population active sera réduit et si nous voulons maintenir le niveau actuel, ça veut dire que chaque citoyen actif doit rapporter plus. Ce n’est pas en limitant l’éducation et en alignant nos jeunes sur des emplois de chauffeurs de taxi qui nous atteindrons cet objectif. Dois-je rappeler que la qualité des soins aux boomers vieillissants et la santé de notre économie dépendent de l’éducation supérieure de la génération montante. Déjà que le taux de décrochage est inquiétant, y ajouter des mesures de restriction d’accès à l’éducation supérieure, c’est carrément débile. Ce gouvernement n’a AUCUNE vision. Il gouverne à court terme pour gagner les faveurs d’un électorat mal informé sur les enjeux du Québec de demain.

      Et comme l’ont dit d’autres intervenants: M. Lavoie, le lobby étudiant n’existe pas. Parlez du lobby de la construction, du lobby de l’industrie minière, de celui du gaz de schiste, de celui des médecins si vous voulez, mais le lobby étudiant est juste une vue de l’esprit. Sortez nous donc la liste des lobbyistes étudiants inscrits au registre du gouvernement puisque vous affirmez une telle chose.

    • @stridulation
      Vous avez raison, les études semblent presque toutes gratuites, excepté pour certain programme ou études spécifiques (qui ne sont pas nommé). Désolé!

      S’il est prouvé que la gratuité (pour les élèves, pas les contribuables) est rentable, je suis pour.

    • @meringue

      Ouf,un autre qui en sait pas faire une recherche sur google…

      http://www.lexpress.fr/actualites/2/la-norvege-1ere-a-l-indice-du-developpement-le-zimbabwe-dernier_933947.html

      Le niveau de vie des Norvégiens est très élevé. Payer son big mac plus cher ne veut rien dire quand on gagne un salaire nettement plus élevé, en moyenne, que dans les autres pays développés. Il faut tenir compte à la fois du coût de la vie et des revenus pour évaluer un niveau de vie, vous savez… Celui des Norvégiens est nettement plus élevé que le nôtre.

    • Au moins on peut donné à la CAQ d’avoir une position claire, même en étant dans l’opposition… Est-ce que chaque partie une fois au pouvoir voit que le gel n’est pas une option? Félicitation à la CAQ de se tenir debout dans ce débat et de pas en faire un capital politique comme tous les autres partis.

    • A ton besoin de 300 philosophes ? 200 docteur en histoire ? de centaines d’étudiants en arts plastique ? … Non !

      Je suis contre l’augmentation des frais scolaire SI et seulement SI les programmes pour grano disparaissent ou absorbent à eux seuls les coûts demandé par le gouvernement Charest.

      Encourageons la relève dans des programmes concrets, laissons faire les programmes de vents.

    • En fait j’ai dit “s’il est prouvé que c’est rentable”, mais surtout est-ce qu’on peut se permettre la gratuité scolaire. Il faut qu’on trouve un moyen de se sortir de notre gouffre financier.

    • Hum, votre intervention ne sent pas du tout la frustration… Ah ces jeunes !

      À votre place, je me préoccuperais moi aussi de l’avenir des jeunes. Ce sont mêmes jeunes qui vont payer des impôts pour que l’on s’occupe de vous quand vous serez vieux, et qui vont vous soigner. Je préfèrerais, à votre place, qu’ils soient assez nombreux pour le faire, et qu’ils n’aient pas eu à abandonner leurs études en chemin pour se prendre une jobine.

      Peut-être verrez-vous alors plus loin que votre poche, mais il sera peut-être trop tard. Du moins, si des gens à courte vue comme vous décident de leur avenir – et du vôtre.

    • PQ= parti communiste socialiste a la Cubaine!

      Pour les etudes nous devrions prendre le meme principle que la saaq avec son permis de conduire:
      Tarif de base semblable a celui existant aujourdhui sauf que si tu as de suer bonne note pas d’augmentation l’année suivante mais sit tu as de mauvaise note parceque tu es pas serieux ou que tu etudies pas ton année suivante te coute plus chere.
      Plus ta note est mauvaise plus grand sera ton cout d’inscription

    • http://www.iedm.org/fr/57-compteur-de-la-dette-quebecoise

      Pour les grands reveurs de l’égalité sociale et du partage de la richesse.
      On partage la richesse donc on partage les dettes, faites votre part les étudiants…

    • Le gouvernement devrait faire comme Reagan qui avait congédié plus de 12,000 contrôleurs aériens: on me flanque ça dehors cette bande de divas-là.

      Quand ils seront menacés de perdre les quelques milliers de dollars que leur session leur coûte s’ils ne rentrent pas illico en salle de cours, ça va changer d’avis assez vite.

      Les fauteurs de troubles qui empêchent ceux qui n’en ont rien à cirer de ce boycott devraient tout bonnement être expulsés. Et les bloqueurs de ponts devraient être tenus légalement responsables de leurs actes. Ça leur apprendrait un nouveau mot: RESPONSABLE.

      Les jeunes accusent toujours ceux qui les ont précédés de pelleter leurs problèmes dans la cour de ceux qui les suivent. Ils pensent qu’ils font quoi là en voulant garder le prix de leur éducation au même tarif qu’il y a 40 ans? On devra inévitablement le quadrupler d’un seul coup un jour.

      Y’a des maudites limites!

    • @apapineau

      Calcul erroné s’il en es. Vous voyez, j’ai un ami qui à passé près de 10 à se chauffer les fesses dans les universités, en littérature, poésie, ect… maintenant il fait cuire des oeufs dans un restaurant de petit déjeuner de quartier. Il a couté beaucoup plus qu’il ne rapporte, et ils sont beaucoup comme ça. Sur tout les diplômés, combien rapporte vraiment autant d’argent que vous le dites, sans compter que ceux qui en font plus trouve toujours les moyens de payer le moins d’impôts possible. Bref théoriquement c’est bien jolie mais en pratique c’est du n’importe quoi.

    • Je pense que les étudiants doivent prendre leur part de responsabilité. J’avoue que c’est plate de finir ses études avec des dettes moyennes de $30,000-$40,000, mais l’éducation c’est un investissement en partie collectif, oui mais avant tout c’en est un personnel. Faut faire des sacrifices quelques fois dans la vie. Mes parents en on fait pour payer leur études, ma femme et moi aussi on a dû travailler dur et on s’attend à ce que nos futurs enfants en fassent de même.

      Cependant… oui cependant il faudra s’assurer que l’argent que le gouvernement recevra dû au hausse de frais de scolarité sera dépensé de façon adéquate et contrôlée pour en maximiser son rendement. Pour ça, on a bien du ménage à faire malheureusement… :(

      Martin Brosseau

    • En tant qu’étudiant, je crois que nous avons raison de manifester. Tout d’abord, avant d’aller chercher l’argent dans les poches des étudiants qui s’endettent (dont je ne fais pas partie, heureusement, car mes grands-parents paient mes études), le gouvernement devrait aller piger ailleurs. L’argent se perd dans des paradis fiscaux et dans une mauvaise gestion des différents services gouvernementaux (ce ne sont que 2 exemples parmi tant d’autres…)

      Ensuite, l’arguement du Iphone est complètement stupide. Qu’est-ce qui vous dit que ceux qui possèdent des Iphone sont ceux qui s’endettent? Il y a beaucoup d’étudiants qui ne paient pas leurs études mais qui, par solidarité, se battent aux côtés de ceux qui en ont réellement besoin. De plus, dans une société où la surconsommation n’a jamais été aussi grande, je trouve ça ironique d’entendre cet argument.

      Finalement, j’entends et je lis des commentaires des gens de la classe moyenne affirmant que ce sont encore eux qui devront payer, advenant l’instauration de la gratuité scolaire. Ne préférez-vous pas savoir que votre argent sert à rendre accessible l’école à tout le monde, plutôt qu’à acheter des F-35, ou à combler le vide laisser par des subventions accordées à des multi-nationales?

    • @coutuju:
      Trop facile de généraliser. Jài deux jeunes dans mon entourage qui travaillent des fois 2 jobs, dont un qui revient de T-R le week-end parceque son travail est à Montréal, alors quand on a rien comme argument on se la ferme. Des examples comme ¸ça je peux vous en sortir d`autre….
      En passant les beuveries ça date de l`antiquité alors….

    • Je pense que non seulement il faut reculer sur l’augmentation des frais de scolarité mais il faut les abolir complètement. L’éducation devrait être gratuite et accessible à tous. Dans un Québec souverain ou on aura plus besoin d’envoyer notre argent au Canada, on pourra alors financer convenablement notre système d’éducation. Faisons payer les riches et les compagnies qui ne paient pas d’impôt.

    • @oxide30

      “PQ= parti communiste socialiste a la Cubaine!”

      Wow, quelle analyse politique, toute en nuances.

    • Anonymous 99.

      Je lis parfaitement l’anglais.

      OÙ st-il indiqué qu’accessible à tous signifie que la société doit payer? Ou que ça doit être gratuit pour tous?

      Le métro m’est accessible, je dois néanmoins PAYER pour y accéder. Même quand les tarifs augmentent de façon ridicule.

      Merci d’en prendre note.

    • Les frais de scolarité auraient toujours dû suivre l’inflation au fil des ans, sans déroger sous aucun prétexte: nous n’en serions pas au point de la menace de grève chaque fois que le gouvernement au pouvoir en parle…
      Les étudiants ne veulent pas payer plus cher qu’en 1968 mais ils vivent dans des conditions très, mais alors très différentes de celles que vivaient les étudiants à cette époque…
      La hausse des frais de scolarité devrait obligatoirement suivre l’inflation!!!

    • renko

      1 mars 2012
      12h18

      A ton besoin de 300 philosophes ? 200 docteur en histoire ? de centaines d’étudiants en arts plastique ? … Non !

      As-t-on besoin de nonos…oui laissons les voter.

    • Fascinant!
      En lisant quelques commentaires ici, plusieurs disent aux étudiants d’arrêter de boire ou qu’ils ont des Iphones, des chars, qu’ils ne s’habillent pas au village des valeurs même … Ce ne sont pas des arguments, vous ne faites que perroqueter les démagoduhaime-radiojambons.

      Pour votre culture, l’institut de recherche et d’informations socio-économiques ( IRIS ) a produit une publication sur le sujet des frais universitaires et du financement des universités.
      Très intéressant!

      http://www.iris-recherche.qc.ca/publications/faut-il_vraiment_augmenter_les_frais_de_scolarite

    • @stridulation Je n’ai jamais dis que j’étais d’accord avec tout ce qu’il fait ce gouvernement mais il prend des décision difficiles dans certains cas…JE suis d’accord avec vous les f-35 c’est de la m@rde mais pensz-vous que nos soldats arrive en afganistant avec des habits de camouflage d’hiver? D’accord aussi avec vous qu’il y a trop de gestionnaires “milliardaires” qui dépence pour des conneries ou mal justement s’il faisait leur job plutôt que de pensé aux cadeaux qu’ils pouront recevoir nous serions pas mal mieux…Des quais chauffant sur une ligne de train est complètement inutile mais faut croire que certain ont des amis qui vendent du chauffage radiant.

      @tonyverdechi Justement Arrêtez de nous comparer à la Norvége et autre pays ou c’est gratuit ou presque Même avec l’augmentation nous seront bien en dessous de bien d’autre province et pays. Au lieu de vous désolez, consolez vous. La situation économique et les réalités de ses pays sont différents

      Vous en connaissez-vous des produit et services que vous payez le même prix qu’en 1968???

      Qu’ils ne soient pas contents, qu’ils manifestent, qu’ils sèchent les cours ça passe, qu’ils empêchent les gens de se dépacer, d”aller travailler (pour payer leurs impôts, qui paie pour l’université de ces même manifestant) et qu’ils fasse de la casse, ça ce ne sera jamais acceptable

    • C’était il y a 2 jours dans un MC Do.(qui n’est pas encore sujet à la taxe sur l’obésité), une petite bonne femme 11 ou 12 ans qui avait un cell. Je me suis dis, faudrait ajuster aussi les couts au niveau primaire afin de pas en faire une autre génération qui auront des autos, des ipods, des voyages et qui voudront étudier.
      Habituons-les à payer le plus jeune possible. Primaire, mais pas en garderie…

    • @zaro

      Non pas 50 000 personnes qui auront un salaire de 250 000$ mais 50 000 personnes qui rapporteront 250 000 dollars de plus en impôt durant leur vie active. Le texte me semblais clair, peut-être que la ponctuation portait à confusion.

      Et Comme le texte était entre guillemet, je ne disais pas; je citais.

    • C’est certain que nos étudiants québécois sont choyés avec les frais les plus bas en Amérique, et de très loin. On se demande de quoi ils se plaignent.

      N’empêche que j’espère qu’ils vont gagner, car il faut s’opposer à toute hausse de revenus pour un gouvernement libéral, quelle qu’elle soit. Car ce gouvernement corrompu aura vite fait de gaspiller ce bel argent sur de nouveaux programmes sociaux uniques au monde, ou encore pour enrichir ses tinamis. Voyez seulement ce que La Presse rapporte aujourd’hui au sujet des tableaux électroniques dans les écoles, une autre magouille libérale comme il y en an tant.

    • Aux tenants de l’université gratuite :

      Qui dit études gratuites dit augmentation des impôts. Et qui dit impôts élevés dit exode des cerveaux. Comment pouvons-nous être certains que les étudiants qui auront profité de cette gratuité n’iront pas travailler à l’extérieur du Québec pour éviter d’en subir les conséquences sur leur chèque de paye? On imite les collèges militaires et on oblige les diplômés à “servir” le Québec pour une période déterminée? J’ai l’impression que cette solution digne des pays communistes ne plairait pas trop à ces étudiants qui se disent de gauche, surtout quand on sait que beaucoup d’entre eux aiment voyager…

    • Vous voulez étudier gratuitement à l’université? Engagez-vous dans l’armée. En prime, vous serez même payés durant vos études! Évidemment, il y a quelques petits inconvénients…

    • @yomaurice
      Merci, j’avais compris finalement :)

      Je sais pas si la gratuité n’apporterais pas son lot de problème?
      Est-ce que ce serait illimité dans le vie de quelqu’un les années d’études gratuites?
      C’est un débat fascinant.

    • C’est justement, pour ma part, l’exception de CLAUDE RYAN que j’ai connu et la grève au Cégep juste avant…

      Pour ma part, j’avais voté contre la grève, parce que je mettais mes études en premier. Cela lors du premier vote, par contre au second vote, étant donné que l’on allait alors déjà manqué certains projets faits pour notre été… Pourquoi alors ne pas voter en faveur si on y tient vraiment au principe ?

      Moi, ce que j’ai vécu me donnait l’impression que les étudiants voulaient plus un congé qu’autre chose à cette époque là.

      De plus, c’est très beau l’idéalisme et on peut penser à un système avec des frais de scolarité très bas quoique je les metterais pas universels ou que l’on paye seulement rendus sur le marché du travail et en fonction de nos revenus sans s’endetter. Ce serait possible.

      L’idéalisme pour moi se doit d’être conjugué avec le pragmatisme. Si on veut des frais très bas, il faut alors faire une sélection plus rigoureuse des étudiants, contingenter plus à l’entrée. Sinon le contingentement va se faire À LA SORTIE et c’est déjà le cas… Les diplômes sont ainsi DÉVALORISÉS.

      On valorise plus alors l’Université et ceux qui y travaillent que les étudiants. Les intérêts de l’Université, des Profs, des syndicats et de la direction, c’est la même chose pour les hôpitaux.

      Autre point, ce n’est pas seulement l’accès aux Études Supérieures qu’il faut valoriser. Il faut aussi valoriser l’accès au SAVOIR POUR TOUS. Que le travail des Universitaires puissent servir à toute la population qui aurait le goût de s’éduquer et continuer à s’éduquer et sans nécessairement vouloir avoir un diplôme.

      Que l’on intéresse aussi des plombiers et des coiffeuses au savoir.

      Présentement ? Dans beaucoup de domaines, dès le diplôme obtenu, les gens se mettent à faire en pratique le contraire de ce qu’ils ont appris à l’Université. Et pire que pire, on promeut ces cancres à des postes de haute direction dans notre société.

      Les problèmes sont bien plus profonds qu’une histoire de hausses des frais.

      Et puis les droits de scolarité ne sont qu’une partie du budget qu’ont à défrayer les étudiants.

      Nous pourrions aussi nous inspirer autant de la gauche que de la droite pour trouver des solutions. Il y a beaucoup de COURS dans des programmes qui servent bien plus les besoins de l’Université que les besoins des étudiants individuellement. Il devrait y avoir plus de programmes sur mesure et d’étudiants libres.

      Et les futurs EMPLOYEURS devraient être bien plus engagés dans la formation des futurs travailleurs.

      Ah… La gauche n’aimera pas cela ? C’est qu’il faudrait aussi obligé et surtout les patrons et dirigeants quoique tout le monde à suivre par après des cours de PHILOSOPHIE, DE THÉÂTRE ou encore de SCIENCES afin de ne pas tout oublier et d’être dirigés par des incultes avec des fausses croyances !

      Cours de sciences obligatoires pour tous les Conservateurs et Républicains. Et s’il y a encore des gens qui croient que le créationnisme est quelque chose de plus qu’un mythe ou une légende, bien il faudra les classer comme des cancres finis !!!!

    • L’industrie forestière demandait la semaine dernière une aide de 750 millions de dollars au gouvernement. Combien d’autres industries ne survivent que parce que nous payons une partie significative des salaires parce qu’autrement ces entreprises ne seraient pas compétitives sur le marché international? Ce sont principalement les industries basées sur une main d’oeuvre peu spécialisée. Ne voyez-vous pas que notre économie ne peut continuer à renflouer les coffres de ces entreprises pour leur permettre d’être compétitives indéfiniement? Il vient de où l’argent pour financer ces entreprises et ces emplois-là? Oubliez ça de compétitionner les salaires des Mexicains et des Chinois, c’est un gouffre sans fond. Nous n’avons pas le choix de promouvoir une économie du savoir, là où les marges de profits sont élevées. Là où l’innovation permet de résoudre les problèmes concrets que le Québec de demain devra affronter. Avec une main d’oeuvre en diminution, il faudra nécessairement mécaniser et robotiser bien des emplois d’aujourd’hui pour maintenir un niveau équivalent dans le Québec de demain. Ce n’est pas avec du cheap labor peu qualifier que le Québec de demain survivra.

    • M. Duhaime est pour les étudiants alors je suis confuse. Quel camp choisir ?

    • Moi, je ne comprends pas comment un étudiant peut manquer d’argent.

      Je viens d’une famille aisée et je n’avais pas droits aux prêts et bourses. Cependant, je n’avais pas d’aide de mes parents. J’ai donc travaillé durant mes études. Et oui, 2 bacc complémentaires à temps plein et j’occupais un emploi à temps partiel ( souvent des chiffres de nuit car plus payant ).

      Avec les crédits d’impôt aux études, un étudiant-salarié ne paiera pas une miette d’impôt jusqu’à environ 20-22k de revenu. Ce fût mon cas et j’ai même fini mes études avec des placements.

      J’ai tombé de mon nuage lorsque je suis rentré sur le marché du travail à 32 000$ par année et que j’avais moins d’argent dans mes poches que lorsque j’étais étudiant à 20 000$ par année.

      Pourtant, mes chums sur les prêts et bourse ont maintenant 30 ans et remboursent toujours leurs prêts car eux, à la place de travailler, ont “profiter” de leur prêt.

      Morale de l’histoire : Donnez en plus et les gens vont juste en demander encore plus.

    • Lorsque l’on termine présentement ses études dans un domaine qui ne rapportera pas assurément (histoire, science religieuse, philosophie) ou qui ne rapportera que tu boulot à contrat (musique, littérature et arts), ce avec 35,000$+ de dettes (tel est mon cas, grâce au Fond de recherche sur la société et la culture, sinon le montant serait de 75,000$), et que l’on nous dit que les prochains seront endettés de 75,000$-125,000$ pour le même diplôme de doctorat, il y a un sérieux problème. Il n’y a pas que les frais de scolarité à prendre en compte, on ne peut pas travailler à temps plein tout en écrivant une thèses de 200 pages. L’étudiant rêve d’être un atout important à la société, on doit être fier de lui et non le jalouser.

      Quelle genre de société voulons-nous au Québec? Une société sans culture, où personne ne prend le temps de penser? Par la suite on se plaint qu’il n’y a pas de visions à long terme… Il y a d’autres choses dans la vie que: vroumvroum-boulot-manger-boulot-télévision-dormir.

      Il y a des grandes choses que nous pourrions accomplir si l’on réévaluait nos priorités, et rien ne changera tant que nous ne serons prêt à investir dans notre culture. Le “pire”, c’est que cela rapportera également d’un point de vue économique.

      Les allemands ont comprit cela depuis longtemps.

    • Une augmentation est résonnable et si vous n etes pas content des libéraux votez péquisses
      qui eux étaient en faveur d une augmentation en 1996 ( parlez-en donc a ma tante Pauline)
      Que c est donc facile de virer capot,hein les péquisses qui sont aujourd hui contre une augmentation.Nous n avons plus confiance a aucun politicien de quelque parti que se soit
      car ils changent d idée pour gagner des votes.

    • @ gasston:
      Pour toi, l’Amérique se limite à deux pays? Fais un peu de recherche tu vas voir qu’il y a beaucoup d’autres pays dans l’Amérique que les EUA et le Canada… Je suis au Brésil (et oui, un autre pays de l’Amérique… fascinant non?) où l’Université publique est gratuite.

      @ tout le monde:
      Voici la résolution adoptée par les professeur(E)s de droit de l’UQÀM
      de l’Assemblée Départementale
      du 15 décembre 2011

      RÉSOLUTION 11-DSJ-2118

      8. Mobilisation étudiante contre la hausse des frais de scolarité

      Proposition de Résolution sur la hausse des frais de scolarité et le mouvement étudiant

      Considérant la décision du gouvernement d’augmenter les frais de scolarité de 325$ par année à compter du trimestre d’automne 2012 ;

      Considérant que cette augmentation devrait se poursuivre jusqu’en 2016-2017, pour une augmentation totale de 1 625$ minimum ;

      Considérant que le gouvernement envisage ainsi de faire passer le montant des frais de scolarité de 2168 dollars (en 2011) à 3 793 dollars (en 2016) par an ;

      Attendu que cette augmentation s’inscrit dans une tendance à la marchandisation de l’éducation de par laquelle la société québécoise se déresponsabilise et remet sur les seules épaules des individus la tâche de s’instruire ;

      Attendu que cette tendance à la marchandisation est de plus en plus inscrite dans le vocabulaire technocratique universitaire qui a notamment remplacé le terme de « population étudiante » par celui de « clientèle étudiante », tendance qui a comme effet de transformer le rapport pédagogique entretenu avec elle ;

      Attendu que ce nouveau rapport pédagogique fait en sorte que les professeurs et chargés de cours sont de moins en moins appelés à rendre des services à la société en formant des citoyens, et de plus en plus à vendre des services aux étudiants-clients en fonction des seuls besoins du marché ;

      Attendu la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et notamment son article 26 selon lequel,

      1. Toute personne a droit à l’éducation. (…) [et] l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

      2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. (…).
      Attendu l’article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 en vertu duquel

      2. Les États parties au présent Pacte reconnaissent qu’en vue d’assurer le plein exercice de ce droit: (…)
      c) L’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité; (…).

      Attendu l’Observation générale n°13 sur le droit à l’éducation de 1999, du comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies, selon laquelle les États ont

      « L’obligation de prendre des mesures concrètes en vue d’assurer à terme la gratuité de l’enseignement secondaire et supérieur » (paragraphe 14, E/C.12/1999/10, 8 décembre 1999).

      Attendu l’Observation générale n°13 sur le droit à l’éducation et en particulier son paragraphe 7, relatif à la définition de l’expression « l’instauration progressive de la gratuité », selon lequel :

      « Les frais d’inscription imposés par le Gouvernement, les collectivités locales ou les établissements scolaires, et d’autres frais directs, sont un frein à l’exercice du droit et risquent de nuire à sa réalisation. Ils entraînent aussi souvent un net recul de ce droit ».

      Attendu la Résolution de la Commission des études de l’UQAM, intitulée Position de la Commission des études sur la hausse des droits de scolarité (résolution 2011-CE-11864) ;

      Attendu la Résolution du Conseil syndical du SPUQ du 9 novembre 2011 ;

      L’Assemblée départementale du département des Sciences juridiques de l’UQÀM

      Rappelle que l’instauration progressive de la gratuité des frais universitaires est non seulement un objectif à atteindre mais une obligation internationale depuis 1976 ;

      Soutient avec force et détermination le mouvement des étudiants-es dans sa lutte contre la hausse des frais de scolarité et pour la pleine réalisation du droit à l’éducation.

      IL EST PROPOSÉ PAR Martin Gallié, appuyé par Rémi Bachand

      Adopté à l’unanimité

    • @dcsavard “A tous ceux qui nous servent pour la nième fois l’argument que des étudiants vont dans le sud et patati et patata. Je réponds que si vous trouvez que nous pouvons hausser les frais de scolarité tant qu’il y aura des étudiants capables d’aller dans le sud l’hiver, je vous dis que nous pouvons aussi hausser les impôts tant qu’il y aura des contribuables capables d’en faire autant. ”

      En quoi ce dernier argument serait SENSÉ? Celui qui travaille demande-t-il à la société de payer pour ses besoins de base alors qu’il peut se permettre des loisirs ou des gadgets souvent très dispendieux? Quand on est pauvre, on coupe dans le gras… dans les choses accessoires. C’est ce que je fais, même si je travaille. J’ai aidé mes enfants à payer leurs études et je suis informée de la SI grande pauvreté de nos chers étudiants. Quand on est pauvre, on ne devient pas un vétéran du bac qui normalement se fait en 3 ans, ou un électron libre permanent pour occuper le rôle de représentant d’une formation syndicale.

    • @stridulation

      Vous narguez ceux qui ne se renseignent pas avant de parler, mais ce n’est pas vous qui aviez jugé le milieu artistique de Toronto en 2012 selon la visite que vous aviez effectué dans cette ville en 1980 ….??

      Un peu de retenu svp.

    • Les étudiants n’ont pas tout à fait tort de résister à l’augmentation des frais de scolarité quand on voit le gaspillage des deniers publics qui se fait gouvernement après gouvernement de quelque parti que ce soit. Chaque gouvernement a tendance à nourrir le système en place que ce soit dans la santé
      ou dans l’éducation. On s’occupe plus du système en place que de soigner le patient ou de donner la chance pour tous les étudiants d’accéder aux études supérieures. Augmenter les frais scolaires
      ne peut qu’accentuer le fait que bon nombre d’étudiants ne pourront poursuivre leurs études.
      A mon avis , il serait temps de remettre en question la structure des CEGEP tel qu’ils existent.
      Pourquoi un passage obligé au Cegep pour ceux qui se dirigent à l’université quand on sait qu’un tel système n’existe qu’au Québec. Pourquoi ne pas remettre en question une structure qui a fait son temps et qui coute très cher à la population. Pourquoi ne pas instaurer une structure similaire aux autres provinces au lieu de faire cavalier seul avec tous les problèmes de reconnaissance des acquis que cela entraine. Il me semble qu’on pourrait faire ici des économies d’échelle.
      Comment se fait-il qu’on paie les mêmes droits de scolarité pour toutes les disciplines, alors que certaines mènent à des emplois carrément plus rémunérateurs. Ces droits devraient, à mon avis être différents .

    • Les frais de scolarités en norvèges sont dans les plus faibles parmit les pays de l’OCDE. Le coefficient de Gini de la Norvège est par le fait même de 0.25 (un pays très égalitaire). D’un autre côté, les frais de scolarité très élevés des États-Unis font en sorte que le coefficient de Gini des STATES est de 0.40 !!! CE qui faits des États-Unis l’un des pays les plus inégalitaires de la planète! Le Canada est présentement à environ 0.30. La question des frais de scolarité en est une de société. Cependant, puisque la société québécois est controlé par des médias de droite (et oui de droite) je ne crois pas que la majorité de la population est au courant des enjeux réelles reliés à la question des frais de scolarité. Jean Charest est quand même au pouvoir depuis 2003.

    • Gang des paresseux futures syndiqués…..Un café par jour=les frais demandés par le Gouvernement…..Trop????Give me a break …

    • Bonjour,

      A Madame L Moga, ne confondez pas mon commentaire de 08.53 heure avec celui d’un olibrius qui emprunte mon identité épistolaire. Avec votre réplique à 11.53 heure, ne donnez pas cette importance à un pauvre nationaliste qui en a aucune, si ce n’était que vous lui avez porté attention. En vous remerciant de ne plus confondre…….. Avec plaisir, John Bull.

    • @onseclame

      Excusez-moi, mais aller dire que la scène culturelle à Toronto est plus étoffée qu’à Paris, c’est franchement du très gros n’importe quoi, et je persiste.

      La personne se basait justement sur son expérience personnelle, parce qu’il y avait beaucoup de spectacles à Toronto… Elle n’avait manifestement aucun point de comparaison.

      Je suis preneur pour toute source qui me démontrerait le contraire, mais la personne n’en avait pas, et pour cause.

      Ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup de salles de spectacle qui passent des comédies musicales et des concerts de rock que l’on peut parler de dynamisme culturel.

      Faut pas déconner quand même.

    • @modele59commeneuf “en passant les beuveries ça date de l’antiquité, alors…”
      ouf !! Vous sortez d’où ?? Quel âge avez-vous ? Suivez-vous l’actualité ?? Je travaille dans le milieu universitaire, alors je suis très bien placé pour entendre ces étudiants se raconter leur BEUVERIE de la fin de semaine. Désolé, je n’ai pas dit ça parce que je n’ai pas d’arguments !!

      Alors je vous retourne votre petite phrase “quand on n’a pas d’arguments on se la ferme” !! Quand on sait pas quoi dire, on peut se la fermer aussi !!

    • Pour ceux qui croient que le Québec est le royaume du socialisme: Sachez que les frais de scolarité au Québec sont supérieurs à la moyenne de l’OCDE. Allez en Europe et vous verrez qu’ils sont beaucoup plus socialistes que nous.

    • @L.Moga

      Je ne savais pas que l’enjeu était de faire vivre les étudiants… Eh ben, vous venez de m’en apprendre une.

      On parle de frais de scolarités ici, merci de ne pas tout mélanger. Les études ne sont pas un bien de consommation, mais ce qui permet à une société d’avancer. L’accessibilité aux études supérieures est une responsabilité sociale: ce sera grâce à nos futurs diplômés que nous pourrons demeurer une société développée. Augmenter les frais de scolarité, ce n’est pas priver des enfants trop gâtés d’un jouet, bordel !

      Nous sommes dans une économie du savoir. Il faut rendre ce savoir le plus accessible possible. Je n’ai rien contre le fait que les étudiants fassent leur part – ils vont en bénéficier eux aussi – mais songez que beaucoup d’entre eux vont payer des impôts plus élevés parce qu’ils seront diplômés, et que VOUS allez en bénéficier vous aussi.

      Faut savoir voir plus loin que le fond de sa poche des fois. Trop de gens, comme vous, pointent des étudiants qui sont pour la plupart loin d’être riches. Certains sont gâtés? Sans doute. La plupart vivent sur leur carte de crédit, et les bébelles qu’ils ont, ils ont de la misère à les payer.

      C’est drôle, à chaque fois que je lis des interventions comme la vôtre, je songe à cette fable de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste ». On condamne les étudiants dans leur ensemble parce que certains se paient des petits luxes, alors que d’autres ne paient plus leur part d’impôts depuis longtemps et abusent du système de toutes les façons imaginables. Ah oui, ces gens-là sont des créateurs d’emplois, alors ils peuvent tout se permettre…

      Vous en doutez? Lisez les livres de la fiscalistes Brigitte Alepin, je vous en conjure. Dégueulasse, y a pas d’autres mots. Étrangement, je n’entends jamais les gens condamner, par exemple, la famille Chagnon pour NOUS avoir vendu bien au-dessus de sa valeur, par l’intermédiaire de la caisse de dépôt. Pis vous savez le plus beau? La famille Chagnon a placé NOTRE argent, un beau milliard de dollars, dans une belle fondation supposément charitable, à l’abri des impôts. Je dis supposément charitable, parce que cette fondation ne redistribue pas beaucoup d’argent. Beaucoup moins que l’argent que nous devrions collecter en impôts dessus…

      Des exemples comme ça, il y en a à la pelle dans les livres de Mme Alepin. Nos entreprises reçoivent de généreuses subventions – près de 4 milliards par année, un record canadien – les amis du parti au pouvoir se sucrent allègrement, les compagnies minières et forestières ont un accès quasiment gratuit à NOS ressources, on donne NOTRE électricité, ou presque, aux alumineries – un petit cadeau de 2,5 milliards par année – et vous, vous vous indignez de voir des étudiants s’acheter un Ipad…

      Continuez de chiâler parce que vous payez des impôts trop élevés, vous méritez de vous faire voler. Vous n’êtes même pas foutue de vous rendre compte que ceux qui ont la main dans votre poche, ce ne sont pas les étudiants. Que ce sont ces mêmes étudiants qui vont payer pour que l’on prenne soin de vous sur vos vieux jours.

      Souhaitez qu’ils ne trouvent pas qu’ils ne vous considèrent pas comme un vieux gâté et qu’ils refusent de payer des impôts pour vous. Saviez-vous d’ailleurs que le taux de pauvreté des jeunes est nettement plus élevé que celui des personnes âgées? Si on acceptait votre logique, ils auraient bien plus de raisons de se plaindre de vous.

    • À TOUS CES GRANDS PENSEURS ÉTUDIANTS DU BLOGUE

      Vous nous casser les oreilles en nous disant constamment que c’est un problème de société. Et dans le cas où vos cours ne vous l’auraient pas appris, la société n’est pas composée seulement d’étudiants. Donc, vous devez tenir compte de toutes les personnes de notre société, surtout, vous en conviendrai, ceux qui paient de l’impôt, non?

      Donc la vrai question de société: êtes vous d’accord avec ce que demandent les étudiants et 2- êtes vous prêt à payer plus d’impôt et lâchez nous avec les redevances minières, svp

    • Méfiez-vous des élans d’appui de Mme Marois et de ses acolytes. Cette dame n’a pas hésité à mettre les ministères de l’Éducation, de la Santé, dans la merde. De plus elle a gelé, elle a dégelé les frais de scolarité et ce durant des années (toujours le oui et le non, le blanc et le noir; apprenez à la connaître). Elle a instauré tellement de programmes universels (congés parentaux, garderies à pris minimum, etc) qu’il n’en reste plus pour nos étudiants. Ha! pauvres petits vous devrez payer et j’espère que Charest ne reculera pas cette fois. Déranger les payeurs de taxes (ceux qui participent de par leurs impôts à payer une partie de la scolarité de nos jeunes) en bloquant les rues, c’est une preuve d’irresponsabilité. 325$ pas capables? Ah! non par exemple, trois mois de téléphone intelligent!

    • Les baby boomers qui chialent contre les étudiants devraient se rappeler que lorsque ceux-ci seront à la retraite, ce seront ces mêmes étudiants qui paieront pour eux. Si vous ne voulez pas que l’on vous coupe votre retraite (encore plus que ce qui risque de se produire très bientôt), vous feriez bien de réfléchir car personnellement, j’ai la mémoire longue…

    • je m’excuse on doit lire: à prix minimum et non pris!

    • Premièrement je tiens à préciser que je ne suis plus étudiant depuis quelques années.

      Certains justifient la hausse de frais de scolarité en disant: 325$ c’est rien, ils ont juste à prendre une bière de moins pis ça va se payer tout seul (Merci à l’éloquente(!), pertinente(!) Arielle Grenier pour cette intelligent (!) argument)….

      Alors prenons un étudiant de secondaire 5 cette année, l’an prochain à son entrée au cégep l’augmentation de l’admission à l’univ sera de 325, l’an suivant 650 et lors de sa rentrée à l’université 975, sa 2e année d’univ 1300 et finalement sa 3e année 1625… pour un total de 3900 en frais de plus. Prenons maintenant ce 3900 et divisons le par…11$ l’heure (je suis généreux avec les augmentations au salaire minimum!) On parle donc de 354 heures de travail, à 40 heures semaine… donc 8,9 semaines de travail à temps plein de plus… arrondissons à 9 pour faciliter le calcul! 3 semaines de travail par année à temps plein au salaire minimum…sans compter toutes les déductions fiscales etc prélevées sur le salaire… on peut donc ajouter facilement 25%… DONC, 4 semaines de travail à temps plein pour financer cette **petite** augmentation des frais.

      Connaissez-vous beaucoup de gens dans la 30aine (c’est mon cas), dans la 40aine, 50, 60 qui accepteraient sans broncher de se faire dire: Travaillez à temps plein un mois de plus par année pour payer X augmentation gouvernementale. ???

      BRAVO à ces étudiants qui se tiennent debout pour contester cette ridicule mesure du PLQ du super PM Charest, qui pendant ce temps débloque 240 millions pour faire acheter aux écoles des tableaux vendus par son ancien conseiller politique……. On va t’en faire un tableau blanc…. ROUGE!!!!!!!

    • Mesdames et messieurs: voici une nouvelle proposition pour renflouer les coffres de l’état:

      À compter de 2013, chaque personne possédant une voiture au Québec devra payer un supplément de 325$ par an, cumulé pendant 5 ans, pour arriver à un total de 1625$ par an en 2017 et les suivantes. Ils paieront donc une part plus juste de leur utilisation des routes… vous croyiez quand même pas que vos frais d’immatriculation couvraient la totalité des frais de la route? En plus cette nouvelle mesure permettra de remplir un peu plus les poches aux amis Libéraux ingénieurs et constructeurs……..

      Et pourtant les routes sont une dépense nette, alors que les études sont un investissement……

      Ça vous démontre mieux l’absurdité de la hausse des frais de scolarité?

    • Ouf… L’échantillon des commentaires sur ce blog est inquiétant. J’espère qu’aucun étrangers ne lira les sophismes et la bassesse de vos ordures, la honte.
      Vous donnez l’image un peuple d’ignorant par la faiblesse des arguments ( s’ils en sont vraiment) , par un manque de respect et votre manque de connaissance ( autant historiquement, linguistiquement et culturel.)
      Lancez la pierre aux étudiants, traitez les de «Pôvres petits enfant roi» pôvres?
      Lancez-vous dans la haine gratuite des gens incultes.
      Si seulement vos argumentaires étaient pertinent..
      Si, en dehors de votre petite personne, vous preniez en compte les enjeux sociaux et économiques réels, ils nous seraient impossible de lire vos bêtise.
      Pourquoi certains pays scandinaves proposent l’éducation post-secondaire presque gratuitement?
      Pourquoi un recteur universitaire gagne un salaire de 150 000$ et plus?
      Pourquoi certaines entreprises paient moins d’impôts qu’un citoyen?
      Pourquoi nos ressources, nos produits, notre main-d’œuvre sont-ils vendus ( pratiquement donnés au pays étrangers) tandis qu’on pourrait exploiter nous même, s’enrichir et offrir un système de santé plus performant, avoir de belles routes, des établissements scolaires en meilleurs état et une éducation digne dans l’intelligence d’une population.
      Le problème n’est pas tant le dégel que l’accablante maladresse gouvernementale.
      pourquoi ce serait aux étudiants de payer la facture parce que l’argent est mal investit, parce que l’argent disparait.. parce que les générations antérieurs ont ambitionné sur nos richesse?
      Enfin, la lecture de vos commentaire fait peur pour l’avenir du Québec et son bon maintient.

    • @yomaurice “Si le gouvernement devait assumer la totalité … il obtiendrait à terme un rendement de 800%. 250 000$ par diplômé. Chaque année, environ 50 000 étudiants quittent l’université avec un diplôme de premier cycle en main. Je vous laisse le plaisir troublant du calcul…”

      Un étudiant de premier cycle gagne 250 000 $ ? Où ça ? Quelle compagnie peut offrir un tel salaire ? C’est plus ce que gagne le premier ministre ! Et tes 50 000 étudiants qui sortent chaque année, tu penses sérieusement qu’ils vont tous : 1 – se trouver une job dans leur domaine ? 2 – gagner 250 000 $ en entrant sur le marché du travail ? Sérieusement, crois-tu que le Québec peut embaucher autant de diplômés de premier cycle à chaque année ?

      @yomaurice « Je vous laisse le plaisir troublant du calcul… » En effet, c’est troublant de compter comme tu le fais. On comprend mieux pourquoi tant d’étudiants n’arrivent pas dans leur budget s’ils suivent tous ton même raisonnement…

    • @adultaire

      Ça fait longtemps que mes études sont derrière moi pour ma part. ;) J’ai 47 ans.

      Non, je ne vois pas pourquoi on vous lâcherait avec les redevances des mines. On a fait des choix de sociétés douteux à notre place, celui de faciliter le plus possible l’accès à NOS ressources naturelles en échange de grosses jobs bien payées à court terme – parce que, voyez-vous, les ressources naturelles, ça s’épuise un jour ou l’autre.

      On parle de court terme et de long terme. On a choisi d’investir dans le court et le moyen terme. Une fois, les mines épuisées, les forêts rasées, l’argent s’est envolé ailleurs et y a pu de jobs, juste des terrains qu’il faut réhabiliter à NOS frais. Le gouvernement vient de débloquer 1 milliard à cet effet. 1 milliards qu’on aurait mieux fait d’investir dans notre avenir: l’éducation.

      Votre pseudo alternative, votre ou bien on fait payer les étudiants, ou bien on fait payer les contribuables, n’en est pas une. En réalité, on nous dit que l’on doit se serrer la ceinture pour que les entreprises continuent de payer de moins en moins d’impôts tout en étant de plus en plus subventionnées, tout ça pour créer des jobs, encore des jobs, mais pas de véritable richesse, parce que les profits s’envolent souvent ailleurs.

      Je suis tanné de cette logique électoraliste à deux cennes – des jobs, ce sont des votes – et de cette gestion à court terme et à courte vue, tout ça pour favoriser une minorité. En quel honneur devrions-nous nous serrer la ceinture pour que ceux-là continuent d’engraisser svp?

      Vous voulez que l’on coupe dans le gras? Je couperais dans toutes ces mesures qui ne font que créer des emplois à court et à moyen terme, jusqu’à ce que la compagnie décide d’aller là où on va leur donner plus – comme Electrolux par exemple – ou pour piller les ressources d’autres territoires, nous laissant nous débrouiller avec les problèmes qu’elles laissent derrière.

      Voilà pourquoi le Québec ne s’enrichit pas, et que l’on demande encore à la classe moyenne et aux étudiants de payer plus. Chacun doit contribuer à la mesure de ses moyens, et y en a qui ne le font plus depuis un bout. Si vous êtes trop naïf pour accepter cette situation inéquitable, moi pas.

      On en est rendu à justifier qu’une personne qui travaille paie plus d’impôts qu’une personne qui reçoit des dividendes de ses investissements. L’une est riche et s’en tire en ne payant quasiment pas d’impôts, l’autre a de la misère à joindre les deux bouts et doit payer toujours plus.

      Il est grandement temps que nous revenions à la situation qui prévalait avant les années 80. à cette époque, les universités ne manquaient pas d’argent. Demandez-vous pourquoi. Je doute cependant que vous le fassiez: on vous a tellement fait peur avec la dette que vous n’êtes sans doute plus capable de réfléchir et de vous demander comment ça se fait que l’on n’a jamais produit autant de richesse et que tout le monde est endetté, états et particuliers.

      Posez-vous des questions des fois, cibole.

    • @stefanerik

      C’est faite mon ami, avec la hausse du prix de l’essence annoncée, c’est environ ce que ça coutera aux automobilistes dans 5 ans, merci de la suggestion mais le gouvernement est plus rapide que toi.

      Let’s go les kids on retourne s’asseoir, vous comprendrez dans quelques années c’est quoi être étranglé par un état beaucoup trop présent.

    • @ADULTAIRE

      Seriez-vous (encore) prêt à donner plus d’impôts à ce gouvernement? À payer plus de frais (que ce soit une hausse de frais de scolarité, une augmentation de taxes ou d’impôts etc. …) et lui donner de l’argent pour qu’il ”gère” notre économie et veille à notre bien-être? Tant qu’à faire, visitez un CPE, donnez 100$ au propriétaire membre du PLQ sans rien demander en retour, visitez une aluminerie, une mine ou une firme d’ingénieurs et répétez.

      Si on était tous comme vous et qu’on ne se battait pas pour revendiquer nos droits et dénoncer la pègre libérale, eh bien, on avancerait pas. On stagnerait plus qu’on stagne en ce moment.

      J’ai bien hâte de voir c’est qui qui va être dans la rue quand M. Legault va se faire élire et qu’il décidera tout bonnement de rouvrir les conventions collectives.

    • ceux qui échouent ou qui on de mauvaises notes devraient payer plus mais il es temps qu,une augmentation se fasse c,est fini le temps ou tout devrait etre gratuit

    • @L.Moga,

      tas de clichés plus imbéciles les uns que les autres que votre commentaire. Sortez-moi donc le nombre d’étudiants sur les dizaines de milliers qui fréquentent les universités qui sont représentants d’une délégation syndicale? (Le mouvement étudiant n’est pas un syndicat) Vous généralisez de façon totalement gratuite et indue. Votre raisonnement ne vaut en conséquence rien.

    • La grève étudiante va s’essouffler au cours des prochaines semaines de relâche: beaucoup seront en vacances dans le Sud pour se reposer des manif!

    • “Connaissez-vous beaucoup de gens dans la 30aine (c’est mon cas), dans la 40aine, 50, 60 qui accepteraient sans broncher de se faire dire: Travaillez à temps plein un mois de plus par année pour payer X augmentation gouvernementale. ???”

      Vous voulez dire que j’aurais le choix???

      Je travaille de janvier à la fin juillet inclusivement pour payer plein de belles niaiseries gouvernementales “socialistes”. En taxes diverses et en impôts de toute sorte.

      ET je n’ai pas de médecin de famille, pas plus que d’enfants aux études dans le moment, donc pas non plus en CPE. Je n’ai pas eu de 3 essais à $15,000 “a pop” en procréation assistée, je paye pour les transports en commun de Montréal même si j’aimerais mieux crever que d’y mettre les pieds. En bonne santé et disposant d’une assurance personnelle au cas, je n’ai pas non plus les médicaments payés par la société.

      Ma taxe d’eau me coûte la même chose que le voisin qui a une piscine et une maisonnée de 8 contre la mienne qui en compte pas mal moins et qui prend un soin jaloux de l’eau.

      Ma taxe pour les déchets me coûte le même prix pour ma petite poubelle bi-mensuelle que pour les 3 bi-hebdomadaires du même voisin.

      Des exemples comme ça, j’en ai des tas. Je paye et je ferme ma gueule.

      C’est plate des fois la vie en société mais c’est comme ça. J’aimerais bien mieux le bon vieux utilisateur-payeur, ça me permettrait de mettre une petite fortune de côté pour mes vieux jours qui s’annoncent plutôt mal, vu qu’on veut faire porter le poids de l’incompétence et de la malhonnêteté gouvernementale aux aînés.

      On blâme les boomers quand ça nous arrange et quand ça nous arrange aussi, on refuse de payer notre juste part en pelletant le problème dans la cour de ceux qui nous suivront.

      Bra-vo!

    • Stefanerik 1 mars 2012
      17h16

      Désolée de vous couper votre effet, mais le gouvernement y a pensé avant vous!

      Les droits d’immatriculation nous coûtaient $35, les permis de conduire $15 et les assurances-automobiles avec un assureur privé autour de $300 par année. Et pas en 1925 svp! Puis le bon gouvernemaman a eu la bonne idée de mettre la main là-dessus et d’instaurer la notion de “no-fault”, puis d’indemniser elle-même les accidentés. Vos assurances privées ne vous coûteront pas plus cher qu’ils nous disaient. Ben oui… Demandez à quelqu’un qui a une voiture combien ça lui coûte, une petite trentaine d’année après cette lumineuse idée…

      Génial la SAAQ. Les coûts augmentent de façon exponentielle,en proportion inverse à la qualité des services. Sans parler de l’entretien des routes…

      Vous avez droit à un autre essai…

    • Bonjour,

      Selon François Legault, pour le gouvernement du Québec, il est possible d’augmenter les salaires des enseignants.

      Et selon Jean Charest, il est possible d’augmenter les frais de scolarité.

      Mais semble que 1 + 1 = 2.

      Et Pauline de dire : « Mais que mangent nos vieux ? »

      Ouin, y’a pas à dire : ça va me coûter cher tantôt… et avec cela, le litre d’essence qui devrait passer à 1,50$ dans le boutte de la St-Jean et le maire Labeaume qui ne veut plus que les jeunes fêtent la St-Jean à Québec. Ça va être beau talheure.

      Ça vous tenterait pas d’inviter Kim Kardashian plutôt que Madona sur les Plaines début septembre 2012? Ché pas mais Kim Kardashian a plus un profit Laurentides que Madona et que les Laurentides, vues de Lévis, ont sur la population en effet reposant.

      Daniel Verret (nadagami)

    • Tant qu’a être sarcastique, vous êtes vous promener près d’un stationnement d’un cegep ou université… Ouf!!! C’est peut être là qu’il faut couper…ça coûte cher une Honda “pimpé”

    • @coutuju…… Hé,hé je crois que je t’ai Piqué au bon endroit…. Tu devrais prendre un cours d’histoire. En passant j’ai l’âge d’avoir vu plusieurs générations de jeunes qui ont pris quelques bières en trop donc c’est pas une invention d’aujourd’hui. En passant pour un saoulon il y a 20 étudiant à leur affaires.

    • Pourquoi les gens ne croient plus que l’instruction est une richesse collective?

      Qu’est-ce qui s’est perdu en chemin, de 1968 à nos jours?

      Comment en est-on venu à considérer un bac comme un gros luxe (!) qui ne profite qu’à celui ou celle qui le détient?

      Quand tu proviens d’un milieu pauvre, financièrement ou intellectuellement, comment peux-tu t’en sortir sans diplôme?

      Comment peut-on s’indigner à l’idée d’un péage sur un pont et applaudir à une hausse de plus de 1 300$ pour des frais de scolarité?

      La grande majorité des étudiants qui manifestent le font pour ceux qui les suivront, parce que d’ici un ou deux ans, les manifestants auront terminé leurs études et n’auront pas à supporter une hausse important. C’est de l’égoïsme, ça?

      Je suis diplômée, j’ai étudié alors que les frais étaient encore raisonnables, et j’ai bien gagné ma vie. Je paie beaucoup plus d’impôts que la majeure partie des Québécois, et loin de m’en plaindre, je considère que c’est à ce niveau que je “redonne” à la société.

      Des taxes à la sortie tant que vous voulez, mais à l’entrée, il faut ouvrir les portes à tous. Il faut que le talent et l’effort individuels soient les deux seuls critères d’admission à l’université.

      On n’a pas les moyens, collectivement, de faire autrement.

    • @ Loubia
      Ce n’est pas à la société de payer, c’est à la banque centrale puisque c’est elle qui créé de l’argent à partir de rien (fiat monkey money) ! Vous ne le saviez pas encore que tout le système financier d’argent dette est basée sur la réserve fractionnelle des banques (ratio 30 pour 1 actuellement ? Faites vos recherches pour comprendre que tous les prêts des banques sont frauduleux car ils vous font signer un billet à ordre (actif) qu’ils échange à la banque centrale ou au Secrétaire du trésor, sans le billet à ordre, la banque n’a même pas l’argent qu’elle dit prêté ! On vit dans une belle matrice n’est-ce pas ?

    • @unpirate : je savais pas que les profits des pétrolières allaient directement dans les poches du gouvernement….nouveau concept? l’exemple que je donne est celui d’un hausse directe annoncée par le gouvernement, représentant 4 semaines de salaire à temps plein par année… non pas celle d’une hausse décidée aléatoirement des pétrolières, donc le gouv récolte les bénéfices de taxes indirectement.
      @ loubia : est-ce que l’augmentation du prix de l’immatriculation des voitures représente 4 semaines de travail à temps plein?… je penses pas que 128$ par an représente ça, à moins de travailler dans un sweatshop, mais bon, je me trompe peut-être………..

      Un exemple se veut un exemple….
      Appliquons donc ce principe de bénéficiaire des services-payeur à un autre service gouvernemental:
      facturons 325$ à toute peronne hospitalisée en 2013, 650 en 2014, 975 en 2015, 1300 en 2016 et finalement 1625 en 2017!!! Ben quoi? Ils faut bien qu’ils contribuent plus activement à leur juste part aux services de l’état qu’ils utilisent!!!

    • Chers étudiants il me semble que votre voyage à Québec coûte au mois 300.00$ ?
      Plus le temps perdu mais enfin c’est votre problème peut-être de SCAPER votre session.

    • J’étais précisément au collégial et à l’Université entre 89 et 94. Les haussent, je les ait subit. On annonçait l’apocalypse. Le retour à un système feodal. La chute du mur de Berlin. Un seul de ses trois évènements s’est produit, je vous laisse deviner lequel.

      Je ne suis pas mort. Je me suis débrouillé.

      Les jeunes d’aujourd’hui doivent arrêter de se plaindre. Ils vivent dans un monde où leur compétiteur s’appellera Inde, Chine, Brésil. Ce n’est pas avec quelques concepts de base enseignés par des chargés de cours médiocres qu’ils vont faire leur place. Ça prends des établissement de qualité avec des professeurs qui soutienne leurs étudiants. Et ceux là, on ne les attirent pas avec du vinaigre. Le nerf de la guerre, comme dans tout les domaines, c’est l’argent.

      Et laissez-moi rire avec les redevances du gaz de schiste et sur l’exploitation minière. Ces revenues sont très hypothétiques mais dans le concret le système d’éducation à besoin d’une injection d’argent neuf maintenant. Demain sera trop tard. Et les contribuables ne peuvent plus contribués.

      À vous de faire votre part. C’est votre monde.

    • Les termes grève et grévistes ont tellement aucun rapport avec les manifestations étudiantes, ça en est risible.

      C’est comme si les patients des hôpitaux décidaient de faire la grève, aucun rapport. Tu ne peux pas faire la grève contre un service qu’on t’offre. Tu peux boycotter au pire mais pas faire la grève.

      Si les étudiants peuvent faire la grève, sa signifie que les universités peuvent faire des lockouts. On ne veut pas que vous receviez nos services : Aucun sens.

    • Grande manif? Mais où ça, “grande manif”???

      Ils sont sensés être 100,000 étudiants en “grève” (en boycott de leurs cours serait un terme plus juste) mais à peine 1,000 devant le parlement…et encore…

      Ça prouve que leurs chiffres sont nettement exagérés et que seulement une misérable poignée d’agitateurs contrôle le reste.

      Pas fortiches nos z’étudiants…

    • @stridulation “Souhaitez qu’ils ne trouvent pas qu’ils ne vous considèrent pas comme un vieux gâté et qu’ils refusent de payer des impôts pour vous.”
      Ce serait tout en leur honneur! Il me semble que les vieux de maintenant ont payé beaucoup pour la génération future et qu’ils méritent mieux que ce qu’ils ont présentement et j’imagine qu’en travaillant plus de 6 mois par année pour l’état, qu’il en sera de même pour vous et moi. À moins que l’éducation familiale et sociale ait fait de nos jeunes de maintenant des sans coeur, des je-me-moi-istes… mais ça, ce serait la conséquence de notre irresponsabilité.

    • @loubia

      Pis vous êtes pas tanné de vous faire avoir? Vous en voulez plus?

      C’est drôle, chaque fois que je parle des abus de toutes sortes auxquelles se livrent les entreprises et les grands détenteurs de capitaux au Québec, silence de mort de la part de gens comme vous. Les assistés sociaux par exemple, et les étudiants, wow là ! Surtout qu’une petite minorité abuse vraiment des services offerts par la société, et que ces abus représentent un montant ridicule en comparaison de ceux dont j’ai fait mention.

      Je vous conseille vivement les livres de la fiscaliste Brigitte Alepin, ça devrait vous ouvrir les yeux sur les véritables abus dont vous êtes victimes. Je sais que vous ne le ferez pas, malheureusement. Les gens comme vous préfèrent continuer à dormir ben dur et à ne pas réfléchir – trop fatigant réfléchir. C’est plus facile de chialer contre les étudiants et les BS, contre le maudit état « socialissse » que de se mettre les yeux en face des trous pour se rendre compte que, depuis les années 80, nous sommes entré dans une ère où les corporations, les grands détenteurs de capitaux, ont acquis de plus en plus de pouvoir, et se sont servi de ce pouvoir pour payer toujours moins d’impôts, « externaliser » leurs coûts – eh oui, c’est un mot utilisé en gestion – et profiter, au Québec, d’un accès quasiment libre à nos ressources et de tarifs d’électricité préférentiels – le tarif L, vérifiez ce que c’est sur google et regardez après combien vous payez votre électricité – et combien on aurait pu vendre cette électricité aux Américains… On parle de milliards de dollars chaque année, perdus.

      Continuez de payer, c’est tout ce que vous méritez. On va vous demander de vous serrer la ceinture: serrez-la bien surtout. Grâce à des gens comme vous, les inégalités vont continuer de croître. Un jour, vous n’aurez plus que la peau sur les os, et vous continuerez à blâmer des gens tout aussi maigres que vous, alors que les « créateurs de richesse », bien gras, vont vous demander de faire une énième concession salariale… Pis même là, vous n’ouvrirez toujours pas les yeux sans doute.

      Misère…

    • pierre1510:

      Et vous, vous y êtes déjà allé? J’aimerais que vous me mentionnez quel stationnement d’université vous avez garé votre voiture, à quoi elle ressemble et comment un Baby-Boomers aurait affaire dans un stationnement d’une faculté universitaire?….

      Ca nous prouve seulement que vous parlez pour rien dire et que vous ne connaissez pas du tout ce la réalité. Vous prenez seulement un échantillon que vous impliquer dans un contexte global qui fait votre affaire…

      Pathétique!!!

    • Bonjour,

      Au moins, nous pouvons constater une mince relève au niveau de la contestation, ce qui signifie que le Québec n’est pas tout à fait mort. Au moins, les étudiants peuvent encore mobiliser un peu, ce qui encourage dans cette société qui se croit distincte.

      En conclusion, nous devons féliciter les étudiants pour leur implication car au moins, cela avait l’air d’une MANIF. Et non pas comme comme toutes les mobilisations organisés par de vieux croûtons concernant la présence de la langue française qui réussissent à mobiliser seulement une poignée de fanatiques et de malotrus qui hurlent dans le joual de la nation. Au plaisir, John Bull.

    • Si seulement ces jeunes allaient voter.Ce sont les jeunes qui votent le moins,mais quand c’est le temps de manifester ils veulent qu’ont les appuyent.Bougez vous le cul quand il y a des élections vous pourrez peut être gagner quelques choses.

    • Le 1 mars 2012 à 15h21 priére de ne pas confondre le commentaire de cet olibrius qui fait des ulcéres fédéralistes, avec mon pseudo qu’il a copié.
      Je suis fiére d’être nationaliste, et je me sens bien dans ma peau, tout en respectant les autres options.
      Il y aura toujours de la place dans un Québec souverain et démocratique, à ceux qui pensent autrement.C’est pourquoi mon cher sosie, nous vous gardons une place et des médicaments, pour soigner vos ulcéres fédéralistes.

    • province de tit-clins qui veut toute GRATISSE

    • Aux étudiants ne lâchez pas

      Est-ce que les policiers vont lancer du poivre de Cayenne aux autochtones qui vont bloquer la route 138 car ils veulent plus d’argent à ne rien faire.

      Jocelyn Boily

    • Nous avons les frais de scolarité les plus bas en Amérique du Nord et nous sommes pourtant l’endroit où le chômage est le plus élevé et la dette la plus importante par habitant… Nous sommes en faillite (voir rapport du vérificateur général) ! Le modèle québécois est à la veille de s’effondrer et nos jeunes illetrés économiques d’étudiants veulent la gratuite scolaire !!!! Comme les Grecs, nous allons nous effondrer. Dette réelle du Québec:235 milliards $ (section D du budget 2011-2012). Mon plan B: sitôt la faillite du Québec officielle, je fout le camp en Alberta. gens ayant quelques biens, préparez votre exil.

    • @modele59commeneuf
      Pauvre toi, si tu crois que tu m’as piqué c’est ton affaire…
      J’ai appris, à respecter les vieux qui pensent tout savoir… qui se permettent d’écraser les autres et de les insulter pour se valoriser…continue, t’as l’air bon dans ce domaine…serais-tu politicien ?

      À la prochaine chicane !!

    • Si le montant des frais de scolarité affecte tant l’admission des élèves, comment se fait-il que le taux de scolarité universitaire (certificat ou baccalauréat et +) soit plus élevé en Ontario qu’au Québec?

    • @ phiphile

      “nous sommes pourtant l’endroit où le chômage est le plus élevé”

      Faux, et tu le sais très bien. Terre-Neuve, l’Île du Prince Édouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau Brunswick ont un taux de chômage plus élevé que celui du Québec. Et l’Ontario est très près du Québec. Quant aux USA, 17 états ont un taux de chômage plus élevé que celui du Québec. En fait, le taux de chômage du Québec (8,4%) est très près de celui de l’ensemble des USA (8,3). Pourquoi mens-tu constamment?

      “Mon plan B: sitôt la faillite du Québec officielle, je fout le camp en Alberta. gens ayant quelques biens, préparez votre exil.”

      Pourquoi tu ne t ‘en vas pas avant puisque tout est foutu? Finalement, tu illustres bien cette expression bien de chez nous: grand parleur, p’tit faiseur…

      Au fait, les références de tes sept livres consacrés aux finances personnelles, c’est pour quand? Tu sais que nous sommes plusieurs à attendre cette information précieuse…

    • @Zazzie
      “La grande majorité des étudiants qui manifestent le font pour ceux qui les suivront, parce que d’ici un ou deux ans, les manifestants auront terminé leurs études et n’auront pas à supporter une hausse important. C’est de l’égoïsme, ça?”

      Ha quelle belle pensée vous avez là. C’est beau d’entendre dire les étudiants en public qu’il font ça de bon coeur pour nos générations futures. Par contre en privée c’est pas la même chanson qu’on entend. Ils ne veulent juste pas payer plus cher, point. Dans quelques années quand ces grèvistes seront sortie de l’université, et que le gouvernement voudra dégeler les frais, et que cette fois la facture montera de 550$ par session, ces anciens étudiants vont-ils monter au barricades? Je ne crois pas. J’ai même entendu dire par certains étudiants qu’ils n’en avais rien à cirer car eux ne serons plus là… En passant je suis pas un baby-boomer, je vis avec ma conjointe étudiantes et je les côtois au quotidien (dont des chefs d’asso étudiantes) et les beuverie hebdomadaires, les macs, i phone et autres, ce n’est pas qu’un préjugé, ce sont des faits établies. Merde je passe tout mon temps à travailler et ils ont l’air plus riche que moi.

    • @marc_g : totalement d’accord avec vous. On le voit déjà avec nos médecins qui étudient ici, car moins cher qu’ailleurs et qui vont ensuite pratiquer dans le ROC ou aux USA car mieux payés et moins de taxes.

      Quelques questions en vrac aux personnes en faveur de la gratuité :

      - A-t-on besoin que 100% de nos jeunes aient des diplômes universitaires ? (si oui alors à quand le bacc en plomberie ou la maitrîse en électricité ?)
      - Combien de jeunes sortant avec un diplôme universitaire en sciences politiques, histoire de l’art, sociologie, philosophie, etc. travaillent dans leur domaine ? Plus simplement, combien d’universitaires travaillent réellement dans le domaine où ils ont étudié ? combien d’entre eux ont du réorienter leur carrière pour devenir “employables” ?
      - Autre question : combien d’universités publiques, entièrement gratuites sont bien côtées et offrent des diplômes recherchés par les employeurs ?

      Le graphique qui circule un peu partout en ce moment sur les réseaux sociaux, qui montre les pays où les frais universitaires sont moins élevés qu’ici omet de mettre cette donnée en lien avec le taux de chômage, avec le coût de la vie, avec le taux d’imposition et surtout avec le taux d’employabilité de ces universitaires.

      C’est beau de vouloir envoyer tous nos jeunes à l’université mais encore faut-il que tout ce petit monde trouve à travailler après leurs études. Peut-être que des frais universitaires plus élevés permettraient seulement d’avoir les bonnes personnes à la bonne place ?

      Et puis, si les gouvernements avaient mis leurs culottes et augmenter les frais pour suivre l’augmentation du cours de la vie, la question ne se poserait même pas. Les frais seraient plus élevés que maintenant et personne n’y trouverait à redire !

    • qui va dire aux étudiants que presque tous leurs frais sont ou peuvent etre déduits quand ils font leurs rapports d”impots,,? qui va leur dire qu’ils n’ont qu “à aller se renseigner sur le site de Revenu Québec..juste à temps pour faire leur rapport d’impot 2011,,meme si ils ne paient pas d’impot ils doivent faire une déclaration si ils ont plus que 18 ans,,marie michel

    • @arnolde

      Tout simplement parce que les anglophones ont toujours valorisés les études supérieures plus que les Québécois, traditionnellement. Les parents épargnent de l’argent pour leurs enfants et les poussent à l’université. Ce n’est pas nécessairement un bon système d’ailleurs. Beaucoup d’autres pays ont des taux de diplomation plus bas que le nôtre et ne s’en portent pas plus mal, bien au contraire: l’Allemagne, les pays scandinaves.

    • @Isalyne

      L’idée n’est pas d’envoyer tout le monde à l’université, loin de là. Même que je pense, personnellement, que nous devrions cesser de nous rapprocher du modèle américain, qui vise un taux de diplomation élevé, pour s’inspirer d’autres pays qui ont crée des cursus professionnels en dehors de la filière universitaire, comme l’Allemagne par exemple. Tout le monde n’est pas fait pour de longues études universitaires.

      Non, l’idée est que l’argent ne soit pas un obstacle pour ceux qui ont le talent et la motivation nécessaires pour faire de longues études. Chaque fois qu’un étudiant décide ne pas poursuivre après un bacc par qu’il est déjà trop endetté, c’est un talent qui ne sera pas exploité à sa pleine mesure. Tout le monde y perd.

      Les pays parmi les plus prospères au monde, comme les pays scandinaves, ont adopté le système de la gratuité. Ce qui ne veut nullement dire l’université pour tous ! Simplement, on veut vous donner toutes les chances possibles d’exploiter votre potentiel. À voir les résultats, on ferait bien d’adopter leur modèle.

    • Pauvres étudiants si maltraités par le gouvernement!
      Il ne faut pas plier devant ces pauvres petits enfants gâtés.
      L’augmentation de $325. représente le prix de 10 caisses de bière par année.
      Il suffirait de se priver un PEU…d’aller moins souvent dans les PUB,
      de ne pas assister à une partie de hockey, ou de ne pas voir le
      spectacle de Madonna à $300.

      La gratuité est un mythe…nous payons la gratuité avec nos impôts.
      Les deux domaines SANTÉ, Éducation nous coûtent très cher.

      Le Québec est endetté de $234,000,000,000….
      faudrait pas devenir comme la Grèce….

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité