Gilbert Lavoie

Archive, septembre 2011

Vendredi 30 septembre 2011 | Mise en ligne à 14h27 | Commenter Commentaires (93)

Bravo à la Cour suprême!

Ça va sûrement déplaire à certains, mais personnellement, je pense que c’est la bonne nouvelle de la semaine, sinon du mois.

La Cour suprême donne raison à la clinique Insite de Vancouver qui combattait la décision du gouvernement Harper d’interdire les centres d’injection supervisées au pays.

Ces centres permettent aux héroïnomanes de recevoir leur drogue dans un centre propre et sécuritaire.

La Cour a statué qu’Insite, le premier centre du genre au Canada, a sauvé des vies.

De passage à Québec, Stephen Harper a dit être déçu, mais ajouté qu’il se conformerait à cette décision.

Lire les commentaires (93)  |  Commenter cet article






Jeudi 29 septembre 2011 | Mise en ligne à 15h33 | Commenter Commentaires (77)

Harper respecte sa promesse

Stephen Harper s’en vient à Québec ce vendredi, pour annoncer une entente sur la compensation de 2,2 milliards $ demandée par le Québec pour l’harmonisation de la TVQ et de la TPS.

Il n’aura peut-être pas le chèque en main pour le remettre à Jean Charest, comme on le fait pour un don à Centraide…, mais c’est de l’argent en banque.

Stephen Harper a tenu parole, avec un petit retard de 15 jours qui lui sera pardonné. Mais sa décision de venir en personne à Québec pour cette occasion a-t-elle une signification particulière?

Peut-être qu’il commence à nous pardonner la vague orange….

Lire les commentaires (77)  |  Commenter cet article






Jeudi 29 septembre 2011 | Mise en ligne à 8h07 | Commenter Commentaires (54)

Régis Berlusconi…

Question de vous divertir un peu, je vous offre ce texte de ma collègue Stéphanie Martin, concernant le rapprochement fait par une journaliste italienne entre le maire Labeaume et Sylvio Berlusconi.

Pour ceux que la comparaison pourrait inquiéter, je précise que le maire de Québec n’a pas les moeurs débridées du premier ministre italien. Mais sur le style de gouvernance, c’est peut-être vrai que l’élève a dépassé le maître.

Je me demande bien lequel des deux est le plus flatté…ou insulté par cette comparaison.

Voici donc le texte. Amusez-vous bien.
=========

Le maire Régis Labeaume apparaît dans le site Internet du réputé quotidien italien La Repubblica, où il est décrit comme l’élève ayant dépassé le maître Silvio Berlusconi grâce à l’adoption de la loi 204.

Sur le ton de l’ironie, la journaliste Marina Cappitti trace un parallèle entre le maire Labeaume et le président italien, Silvio Berlusconi. Son point de départ, la déclaration choc de Denis de Belleval, qui avait qualifié en commission parlementaire le projet de loi 204 de «loi à la Berlusconi».

«Après l’huile des Pouilles, le vin toscan et la mozzarella, un nouveau produit domine le marché nord-américain. C’est ce qu’on appelle la “loi Berlusconi”, écrit la journaliste napolitaine établie aujourd’hui à Montréal.

Elle poursuit en supposant que le maire de Québec s’est «inspiré» des tentatives du «Cavaliere» de se faire exempter de poursuites judiciaires en Italie. M. Berlusconi est accusé de corruption, de fraude fiscale et de détournement de fonds. En juin, les Italiens ont massivement rejeté par référendum la loi sur l’immunité pénale autorisant le président à ne pas se présenter devant les tribunaux.

«Le pire de notre politique»

«On a exporté le pire de notre politique à l’étranger», déplore Marina Cappitti au bout du fil. Pire encore, ajoute-t-elle, de ce côté-ci de l’Atlantique, la démarche visant à protéger l’entente de gestion de l’amphithéâtre entre Quebecor et Québec a porté fruit. «L’émule canadien de Silvio a obtenu le haut du pavé. Quand vous dites que l’élève a dépassé le maître. La politique de Silvio s’avère un produit à succès, au moins au Canada.»

Le ton ironique employé est volontaire, admet la jeune femme, qui a proposé son article à La Repubblica en présumant que le sujet trouverait preneur. Un texte qui, par ailleurs, comporte quelques erreurs factuelles, comme la contribution publique au projet d’amphithéâtre que la journaliste chiffre à 40 millions$. C’est plutôt 200 millions$ qui sont investis par le gouvernement provincial. Le reste de la facture sera assumé par la Ville.

«Non à 96%»

«Ce qui m’a étonnée, c’est qu’il y a eu des sondages au Québec et que les gens étaient d’accord avec le maire», alors qu’en Italie, les citoyens ont dit non à 96% à la loi sur l’immunité pénale pour Silvio Berlusconi. Ce que la gauche avait qualifié de «printemps de l’Italie», soulignant que le pays se réveillait en disant au gouvernement qu’il en avait assez, rappelle Mme Cappitti.

La journaliste estime que les démarches pour empêcher les contestations judiciaires sont déplorables. «Je suis d’avis que les politiciens sont élus par la population et qu’ils ont des responsabilités.»

L’article se trouve peut-être déjà entre les mains du président Berlusconi lui-même. Marina Cappitti le lui a envoyé, par l’entremise de son attaché de presse. «Il a plusieurs défauts, rigole la journaliste, mais il sait être ironique. Et il est narcissique. Le fait de voir sa politique appliquée au Québec, il va voir cela comme une chose positive.»

Lire les commentaires (54)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité