Le blogue de Joel Martel

Archive de la catégorie ‘Jeux vidéo’

Mercredi 24 avril 2013 | Mise en ligne à 18h01 | Commenter Un commentaire

Un coup de pouce pour A.N.N.E. ?

Il fut de l’aventure passionnante de Chrono Resurrection.

Pendant un moment, il fut aussi directeur artistique chez Beenox. Et puis, l’industrie du jeu vidéo étant  ce qu’elle est, Moise Breton se retrouva alors sans emploi, à la suite de coupures.

Père de famille et jeune propriétaire d’une maison, Breton aurait pu emprunter ensuite un chemin prudent. Mais comme les idées et les concepts de jeux sont légion dans la tête du jeune homme, celui-ci a plutôt choisi de réaliser le rêve de tous les aspirants développeurs indépendants : mettre sur pied sa propre compagnie et surtout, donner vie à un jeu qui répondrait totalement à sa vision personnelle.

Le jeu en question s’intitule A.N.N.E. et en quelques heures à peine, une grande partie de la faune vidéoludique salive déjà. Même le site américain IGN est sur le coup!

Ayant choisi le modèle de financement Kickstarter, Breton a déjà amassé près de 20 000 dollars. Son objectif de base est de 70 000$ et au moment d’écrire ces lignes, il reste encore 27 jours au fondateur de Gamesbymo afin d’atteindre cette somme.

Maintenant, je tiens à vous avertir. Dans les secondes qui suivent, alors que vous vous rendrez sur la fameuse page Kickstarter du projet, vous ne pourrez pas résister à financer ce projet. Vous aurez été avertis.

Alors voilà, ça se passe ici!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Dimanche 24 mars 2013 | Mise en ligne à 21h54 | Commenter Commentaires (2)

Luigi’s Mansion 2 : Dark Moon : La critique

Luigi’s Mansion 2: Dark Moon est un jeu pour la console Nintendo 3DS qui est sorti en magasin, dimanche le 24 mars 2013. Les fans du premier tome paru lors du lancement de la Gamecube seront-ils ravis?

C’est quoi ça?

L’un des plus grands perdants de l’histoire du jeu vidéo, Luigi, est quand même à la tête de l’un des titres les plus fantastiques des années 2000. Passé sous le radar de nombreux gamers, Luigi’s Mansion présentait un concept à la fois inusité et plutôt accrocheur. On y incarnait le frère de l’autre qui partait dans une chasse aux fantômes à l’aide sa lampe de poche et de son aspirateur.

C’est toujours le cas dans sa suite au 3DS et en plus, le gros fun sale est aussi de retour.

Cette fois-ci, dans Luigi’s Mansion 2: Dark Moon, on retourne à la chasse (ou plutôt au ménage) aux fantômes afin de réussir à mettre la main sur les cinq morceaux de la Lune Noire qui ont été égarés.

Un professeur nous aidera dans notre quête et tout au long de notre aventure, les gadgets se multiplieront. Bref, c’est comme fouiller dans un sac de bonbons sans fin où plus on fouille, plus on se bourre la face.

C’est bien beau tout ça, mais c’est quoi ça?

Disons-le, Luigi’s Mansion 2: Dark Moon est un jeu où action et aventure se combinent de façon très harmonieuse. Les séquences de casse-tête s’alternent à merveille avec les batailles bien rythmées.

Visuellement, il n’y a rien à redire. L’ambiance gothique des différents châteaux à explorer rappelle à la fois les fameux châteaux hantés de Super Mario Bros. et les jeux d’éclairage sont constamment mis à profit.

En ce qui a trait à la bande sonore du jeu, on ne peut nier l’influence d’un titre précédent qui a touché bien des gamers, soit Plants vs. Zombies. Car oui, c’est à croire que la bande sonore de Luigi’s Mansion 2 est un hommage à celle composée par Laura Shigihara pour PvZ. ici, il est aucunement question de plagiat mais plutôt d’inspiration bien sentie et sacrément aguichante.

Et qu’en est-il de la durée de vie? Tout d’abord, on peut compter plus d’une quinzaine d’heures afin de terminer le jeu de façon très sommaire. Ceux et celles qui désireront collectionner tous les fragments lunaires qui sont cachés un peu partout dans le jeu en auront pour de nombreuses heures supplémentaires. De plus, le mode multijoueurs a quelque chose pour plaire. En tant qu’individu qui n’aime vraiment pas ce type de mode, je dois avouer avoir eu du plaisir à m’y prêter.

Donc ça vaut la peine?

Über-oui. Oui oui. Oui oui oui oui oui. Et tellement à part de ça. On a eu un peu peur avant de mettre le jeu dans notre console car on n’avait pas oublié l’ennui et la frustration qui nous avaient accaparé lors de notre expérience avec le dernier Paper Mario sur 3DS. Mais bon, Nintendo a repris le droit chemin avec ce Luigi’s Mansion 2:Dark Moon. Alors oui, ça vaut vraiment la peine.

Seul bémol, j’aurais été très curieux de voir le même jeu sur Wii U. Qui sait, peut-être aurons-nous ce plaisir pour un éventuel troisième Luigi’s Mansion.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Vendredi 22 mars 2013 | Mise en ligne à 17h55 | Commenter Un commentaire

LEGO City Undercover : la critique

Nous l’attendions depuis plusieurs mois et maintenant, le voilà enfin.

Vous savez, ce jeu qui justifierait soudainement les centaines de dollars que nous avons investis dans l’achat de la Wii U? Car oui, disons-le sans hésiter, LEGO City Undercover est une vraie petite merveille.

C’est quoi ça?

LEGO City Undercover (LCU) consiste en une espèce de Grand Theft Auto, version chips et liqueur. Ici, oubliez les scènes de fusillade et les poursuites d’automobiles où des innocents se font frapper à la chaîne. Dans LCU, bien que l’on se batte à de nombreuses reprises, le sang ne coule pas à flot et les citoyens ont un fabuleux sixième sens afin d’éviter les collisions avec les voitures.

Maintenant, j’imagine les plus cyniques se dire: “Ça doit être plate à mourir d’abord?” La réponse est: tellement pas.

Ce dont LCU nous fait prendre conscience, c’est qu’un jeu de type monde ouvert n’a pas besoin de carburer à la violence pour devenir amusant. Mais surtout, on se rend compte qu’un jeu peut éviter toute forme de violence en ne tombant pas dans le piège de l’oeuvre incolore, inodore et sans goût.

Multipliant les références aux grands classiques du cinéma policier, LCU nous décroche de nombreux sourires et à plusieurs reprises, des répliques de personnages secondaires vous feront même rire de bon coeur.

C’est bien beau tout ça, mais c’est quoi ça?

LCU raconte l’histoire d’un flic, Chase McCain, qui reçoit comme mission de mettre le grappin sur un tyran local du crime, Rex Fury. L’enquête de McCain lui fera rencontrer bon nombre de personnages insolites et surtout, de situations criminelles très inusitées.

Jeu de type monde ouvert, LCU respecte aussi le modus operandi de la série LEGO. À peu près tous les éléments de décor peuvent être détruits et surtout, on ne meurt jamais dans un jeu de LEGO. Chaque mission contient une tonne d’objets secrets à collectionner et chaque classe de personnage donne accès à des zones bien précises.

Bref, celui qui désirera profiter à 100% de LCU en aura définitivement pour son argent. Après une vingtaine d’heures de jeu, je n’ai même pas encore atteint 20% de complétion. C’est dire.

Aussi, sachez que chaque quête, qu’il s’agisse d’une recherche au boeuf égaré ou d’une chasse au vilain, est tout simplement amusante. Et c’est sans compter les différents défis proposés aux joueurs tels que les sauts en chute libre et les trajets de parkour.

De la rejouabilité, en voulez-vous? Ben en v’là un truck!

Donc ça vaut la peine?

Tellement. Bien entendu, LCU n’a rien d’ultrarévolutionnaire, mais son utilisation des composantes de la Wii U est très intéressante. On s’amusera à jouer au détective en scannant avec notre Gamepad des discussions dans des bâtiments ou en “communiquant” avec des personnages à l’aide de ce dernier.

LCU ne changera peut-être pas votre vie, mais il risque fort bien de meubler des dizaines et des dizaines d’heures de votre existence. Et tout ça en gardant la conscience bien tranquille.

PS: Je vous invite aussi à lire la critique de mon collègue Yves Therrien ici.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2015
    D L Ma Me J V S
    « déc    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité