Le blogue de Joel Martel

Archive, décembre 2013

Lundi 2 décembre 2013 | Mise en ligne à 15h49 | Commenter Commentaires (11)

Lettre à Guy A. Lepage : Mais nous avons l’internet

Salut Guy,

tu dois bien t’en douter, je t’écris cette lettre en réaction à l’épisode de TLMEP qui a été diffusé hier.

Aussi, tu remarqueras que je me permets de te tutoyer, car  tu as énormément marqué mon imaginaire alors que j’étais jeune. Je l’ai déjà raconté à de multiples reprises, mais alors que j’avais 9 ou 10 ans, j’étais allé voir un spectacle de RBO et j’avais eu la chance d’avoir une place à la toute première rangée. À un moment du spectacle, vous étiez en train d’interpréter Le tour du monde et dans toute ma candeur d’enfant, j’ai cru à un moment que notre regard s’était croisé et j’en ai profité pour te saluer de la main. C’est alors que tu as fait un doigt d’honneur bien senti. Or, j’ai compris depuis longtemps que cela faisait probablement partie de la mise en scène et dans le cas échéant, recul aidant, je la trouve drôle en ciboulette. Bref, si je te tutoie, c’est pour ça et aussi parce que tu me suis sur Twitter. Je sais que ça aurait été beaucoup plus trippant pour toi de recevoir une lettre de Rabii Rammal, mais ça ne devrait pas trop tarder non plus.

Depuis plus d’un an, je consacre une bonne partie de ce blogue à ce qui se passe dans le paysage du web québécois. Auparavant, j’ai beaucoup écrit à propos de sujets chauds, mais à ma grande surprise, je n’ai jamais autant essuyé de critiques cinglantes de la part des lecteurs depuis ce temps. On remet sans cesse en question mon statut de journaliste, notamment car je donne une visibilité à ces “agitateurs du web”, et ce, dans un blogue hébergé par une machine médiatique reconnue. C’est donc sans grand étonnement que j’ai assisté au tollé ayant entouré l’annonce du passage de Gab Roy sur le plateau de TLMEP.

Ici, qu’on se comprenne, le but de cette lettre n’est pas de défendre qui que ce soit, mais bien de faire une critique que je juge pertinente.

Depuis de nombreuses années, un microcosme s’organise sur le web québécois. J’emploie le terme “microcosme», car à l’image de notre production télévisuelle, notre web se distingue énormément. C’est là un phénomène de société que je juge fascinant. Bien entendu, comme notre web n’est balisé que par une conception parfois très relative du gros bon sens, il arrive souvent que certains acteurs de cet univers en plein bouillonnement effectuent des sorties de route parfois très spectaculaires. Et ça, tu as bien su le démontrer lors de l’épisode de TLMEP hier.

Et c’est correct. Parce que c’est un fait indéniable et que ça serait ridicule d’en faire fi en espérant que personne ne s’en rende compte. Toutefois, le web québécois, c’est bien d’autres choses que des sorties de route et des dérapages moraux. Je ne t’apprendrai rien en te disant que les figures connues du web québécois ont, pour la plupart, créé leur propre étoile. À force d’expérimentations, d’audaces, d’essais et de nombreuses erreurs, ces visages bien connus de la communauté web ont rarement bénéficié d’une tribune traditionnelle afin de rayonner. Ils sont allés chercher leur public un à un et ils bénéficient rarement d’un encadrement, genre un gérant ou juste un ami sensé, qui leur dirait parfois : “Wô minute mon chum”.

Donc, en ce qui a trait au web-paysage québécois, on assiste en quelque sorte à deux solitudes. Car ça serait faux de prétendre que quiconque utilise internet en connaît les moindres rouages. Pour faire une image très poche, ce n’est pas parce que tu empruntes une autoroute que tu sais nécessairement où mène chaque sortie. Il y a beaucoup plus d’utilisateurs de Facebook qui savent fuck all qu’un paysage médiatique alternatif s’est construit sur le web québécois. Or, comme tu l’as dit dans l’épisode diffusé hier, il y a quand même près de 100 000 personnes qui sont abonnées à un personnage comme Gab Roy, ce qui laisse entendre qu’il y a bel et bien un auditoire considérable qui prête attention à ce microcosme.

Et c’est là que je trouve ça dommage. Parce que oui, c’était évident et même nécessaire que tu profites de la présence de Roy afin de le confronter en ce qui concerne certains de ses tristes faits d’armes. Cependant, j’ai eu cette impression que l’invitation de Simon Jodoin et de Mathieu Saint-Onge n’était qu’une excuse afin de justifier ce qui s’apparentait à une “intervention” auprès de Roy.

Une fois de plus, je qualifierai ce rendez-vous manqué de décevant. Non seulement on tenait là une occasion rêvée de faire connaître un univers et une communauté méconnue du grand public, mais en plus, on avait là devant nous des gens qui y prennent part activement et qui font un effort non négligeable afin de donner un certain sens à toute cette éclosion créative. Ici, je ne te parle pas des blogues populaires qui font découvrir des recettes ou des trucs comme ça mais bien de gens qui se servent du web afin d’établir une tribune alternative.

En ce lundi, j’ai ce sentiment que des centaines de milliers de téléspectateurs ont changé de perception quant à l’univers parallèle du web. Du coup, internet n’est plus qu’un simple ramassis de tuyaux dans lesquels circulent des photos “cutes” de chats et des recettes de tartes aux pommes. Non, à tout cela s’ajoute maintenant des “pas de classe” et des capotés qui s’excitent sur du contenu zoophile. Pas très reluisant.

Mais en plus, je trouve ça vraiment nul pour les autres invités. En fait, par pour tous les autres invités, mais notamment pour Les Survivantes. J’ose imaginer que cela n’était pas le but, mais si l’on regarde la dernière heure de cet épisode de TLMEP, on a presque l’impression d’assister à une mise en place sournoise d’éléments afin d’en arriver à un grand spectacle final. Comme si chaque invité allait ultimement servir à une confrontation qui, disons-le, a peu fait avancer les choses. Je trouve ça vraiment plate qu’aujourd’hui, on parle davantage du passage de Roy plutôt que de ces femmes qui ont eu à affronter la vie dans ce qu’elle a de plus cruel.

D’ailleurs, je me permettrai de te poser une question qui tue: “Si tu avais invité Roy la semaine passée ou la semaine suivante, celui-ci ne se serait donc pas retrouvé sur le même plateau que Les Survivantes. De ce fait, son passage à  TLMEP aurait-il suscité autant de réactions? ”

Enfin Guy, sache que si je consacre autant de temps à observer le web-paysage québécois, et surtout à écrire à cet effet, c’est qu’à une autre époque, j’aurais vraiment aimé écrire sur le rock n’ roll. Tu sais, à l’époque où on prétendait que le rock était ce qu’il y avait de plus subversif et qu’on l’associait au diable? L’émergence du web m’apparaît en quelque sorte comme une manifestation d’une nouvelle forme de contre-culture. Évidemment, cette contre-culture ne laisse pas sa place en matière de points critiquables et questionnables, mais j’ai foi que dans plusieurs années, nous regarderons cette époque en nous étonnant de la levée de boucliers en ayant découlé.

On se rappellera des prêtres et des curés qui ont condamné le rock.

Et on se rappellera de l’épisode d’hier de TLMEP.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives