Le blogue de Joel Martel

Archive, avril 2013

Mercredi 24 avril 2013 | Mise en ligne à 18h01 | Commenter Un commentaire

Un coup de pouce pour A.N.N.E. ?

Il fut de l’aventure passionnante de Chrono Resurrection.

Pendant un moment, il fut aussi directeur artistique chez Beenox. Et puis, l’industrie du jeu vidéo étant  ce qu’elle est, Moise Breton se retrouva alors sans emploi, à la suite de coupures.

Père de famille et jeune propriétaire d’une maison, Breton aurait pu emprunter ensuite un chemin prudent. Mais comme les idées et les concepts de jeux sont légion dans la tête du jeune homme, celui-ci a plutôt choisi de réaliser le rêve de tous les aspirants développeurs indépendants : mettre sur pied sa propre compagnie et surtout, donner vie à un jeu qui répondrait totalement à sa vision personnelle.

Le jeu en question s’intitule A.N.N.E. et en quelques heures à peine, une grande partie de la faune vidéoludique salive déjà. Même le site américain IGN est sur le coup!

Ayant choisi le modèle de financement Kickstarter, Breton a déjà amassé près de 20 000 dollars. Son objectif de base est de 70 000$ et au moment d’écrire ces lignes, il reste encore 27 jours au fondateur de Gamesbymo afin d’atteindre cette somme.

Maintenant, je tiens à vous avertir. Dans les secondes qui suivent, alors que vous vous rendrez sur la fameuse page Kickstarter du projet, vous ne pourrez pas résister à financer ce projet. Vous aurez été avertis.

Alors voilà, ça se passe ici!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 16 avril 2013 | Mise en ligne à 21h08 | Commenter Commentaires (3)

Boston et les voyages dans le temps

À peine quelques minutes après le tragique attentat de Boston d’hier, le web avait déjà mis en marche son département des rumeurs et des légendes urbaines. Après  tout, pourquoi s’en surprendre alors qu’il s’agit du propre de l’époque où nous vivons?

Parmi toutes les histoires erronées qui ont circulé dans les heures ayant suivi l’attentat (fausse photo de la petite fille en train de courir qui serait morte dans l’explosion ou l’épisode remanié de Family Guy qui aurait prédit avec exactitude la stratégie), c’est celle de la mystérieuse page Facebook qui m’a le plus saisi.

Et en quoi elle consiste cette histoire? Eh ben, selon la déjà-légende-urbaine, un internaute aurait découvert une page adressée à la mémoire et en support des victimes de l’attentat de Boston. Or, la page aurait été créée huit heures avant les événements. Et juste question de rajouter une bonne dose de mysticisme à toute cette histoire, la page aurait subitement disparu des internets quelques minutes après la découverte du pot aux roses. Bref, de quoi alimenter les adeptes de complots pour un bon moment.

L’histoire aurait pu demeurer ainsi. Tranquillement mais sûrement, elle aurait fait son bout de chemin pour ensuite réapparaître sporadiquement dans des discussions alcoolisées où les théories du complot auraient été au menu.

Toutefois, une seule question auprès des relations de presse chez Facebook et auprès d’un entrepreneur web auront suffi afin d’éclaircir le tout. Pas de quoi fouetter un chat… même pas un hamster.

Alors voilà. Et je vous avertis, c’est tellement simple que ça vous donnera le goût d’écrire un épisode de Columbo pour vous défouler. Donc la voici cette explication: la page a tout simplement été recyclée. Oui oui. La page a bel et bien été créée huit heures avant l’attentat mais l’administrateur l’a tout simplement éditée après l’attentat. Vous doutez toujours? Vous vous dites que “oui mais si ça et ça et…”?

Voici un exemple d’une page que j’ai créée. Vous remarquerez que non seulement j’y prédis avec exactitude la date de couronnement de Justin Trudeau mais que j’ai fait cette prédiction troublante en date du 27 juin 2012. Et pourtant, je ne dispose d’aucune méthode me permettant de voyager dans le temps. En fait, maintenant oui. Ne suffit plus qu’à éditer une vieille page Facebook dont on est administrateur.

Aux dires de Martin Gauthier, entrepreneur web et administrateur du très intéressant site Divertigeek, ce dernier a même déjà fait la découverte d’une annonce sur le site Kijiji où, selon toute vraisemblance, un homme avait annoncé avec exactitude la date du décès de Michael Jackson. Maintenant, vous le devinerez, le voyageur temporel a fort probablement utilisé la même méthode décrite un peu plus haut.

Toujours selon Martin Gauthier, le phénomène d’occupation de pages Facebook fantômes est de plus en plus répandu. En effet, des gens créent des pages Facebook en vue de leur attribuer une fonction plusieurs mois plus tard en vue de ce qui sera le plus en vogue dans l’actualité du moment. Et à quoi bon? Un seul mot: référencement. En effet, le moteur de recherche de Facebook priorise les pages plus anciennes et du même coup,  cela générera une tonne de “likes” et d’abonnements. Ne restera plus qu’à transformer cette page en un vecteur de publicités et de trucs du genre.

Eh oui. C’est finalement juste à ça que servent  les voyages dans le temps.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Dimanche 14 avril 2013 | Mise en ligne à 21h35 | Commenter Commentaires (11)

Ma vie en clubcolumbia-o-scope

C’était au milieu des années ‘90 ou en bon français, à cette époque pré-onzeseptembresque que j’aime appeler les nineties.

Mon père, que je ne voyais que très rarement et pour qui la moindre notion d’engagement relevait de la pure science-fiction, avait accepté de réaliser l’un de mes plus grands rêves en tant qu’enfant: m’inscrire au Club Columbia.

Pour les plus jeunes lecteurs qui n’ont pas eu la chance de connaître cette époque, un abonnement au Club Columbia nous permettait de mettre “gratuitement” la main sur un lot considérable de cassettes et de disques compacts, tout ça en échange d’un engagement à acheter ensuite une dizaine d’autres disques ou cassettes au cours d’une période X de temps. Maintenant, vous me pardonnerez le côté vague des détails quant aux nombres de disques et de cassettes ainsi que la période de temps mais la partition de mon cerveau qui gère mes souvenirs des nineties contient de nombreux secteurs défectueux.

Je me revois encore à décortiquer avec passion tous les petits catalogues promotionnels de Columbia que j’avais récoltés et à espérer mettre la main sur le filon du siècle. Je me souviens de ces longues semaines d’attente à souhaiter jour après jour que mon lot de cassettes soit arrivé. Mais surtout, je me rappelle dans les moindres détails du trajet que j’avais alors emprunté, ce jour où mes cassettes étaient arrivées chez ma grand-mère. Ça peut sembler con, mais je paierais très cher juste pour revivre l’excitation qui m’avait habité tout au long de la courte promenade entre la maison de ma grand-mère et la mienne. Ça aussi c’est con, mais je ne peux pas oublier la texture de la boîte de carton qui contenait toutes ces cassettes.

Et puis, c’est en ouvrant cette boîte que la magie a lentement commencé à se dissiper. Tout d’abord, de mes quatorze ans d’existence, et ce, malgré une sélection de titres étudiée et ultra-étudiée, j’avais fait de nombreux mauvais choix. En fait, un seul titre parmi la dizaine de cassettes me revient à l’esprit. Mais un sacré titre quand même et j’ai nommé The Downward Spiral de Nine Inch Nails.

Et qu’est-il advenu de ces autres cassettes? Elles ont été éclipsées par NIN. Tout simplement. Dans le lot, une seule a remporté la guerre et ce fut celle-ci.

Cette expérience m’a toutefois façonné en tant que mélomane. J’ai ainsi retenu que la musique, c’est un peu comme les amis. Quand bien même que tu en auras des milliers, tu ne pourras qu’apprendre à les connaître un seul à la fois. Bon, c’est limite craignos comme affirmation mais c’est pas faux non plus.

À l’époque où nous vivons, je sens que le temps me dépasse de plus en plus musicalement. Je n’ai plus la curiosité suffisante pour vouloir entendre tout ce qui vient de sortir. En fait, j’ai tellement l’impression d’être inondé que j’ai de plus en plus peur de plonger. Je me sens dans un syndrome de Columbia perpétuel. C’est épeurant.

Est-ce de la faute du web et de ses milliers d’opportunités de promouvoir la musique? Est-ce qu’il faut maintenant user de discipline afin d’être un mélomane accompli? Existe-t-il une méthode efficace afin de séparer le bon grain de l’ivraie? Devrais-je payer mon collègue André Péloquin afin de m’imposer l’écoute d’un nouveau disque chaque semaine?

Va falloir que je bosse sérieusement là-dessus.

Je ne souhaite surtout pas m’emprisonner dans les mêmes 8 disques jusqu’à la fin de ma vie.

Alors, je commence par quoi? C’est quoi le nouveau truc qui est bon?

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives