Le blogue de Joel Martel

Archive du 16 décembre 2012

Dimanche 16 décembre 2012 | Mise en ligne à 22h13 | Commenter Aucun commentaire

Sing Party : Éveiller le mauvais chanteur en soi

Il y a quelques semaines, un moment de télé unique prenait vie devant nos yeux.

Vous aurez évidemment deviné qu’ici, je fais référence à cet épisode de M.Net où mon collègue Laurent LaSalle s’est prêté à l’exercice périlleux de faire une démonstration publique du jeu Sing Party à la Wii U. Son interprétation de Lionel Ritchie restera à jamais gravée dans la mémoire de ceux et celles qui ont eu la chance d’assister à cet instant télévisé.

Or, il y a quelques jours, le Big N m’a prêté Sing Party. J’en ai donc profité afin d’initier ma famille à la Wii U. Inutile de vous dire que l’esprit était à la fête. Il y avait quelque chose de magique dans l’air ce soir-là. En fait, c’était la toute première fois que j’allais officiellement partager ma passion pour les jeux vidéo avec mon kid de deux ans et demi ainsi que ma blonde.

Dès les premiers instants, l’opération était un succès. Le choix de tounes plaisait à ma blonde et tout le décorum autour du micro fascinait carrément mon kid.

Et puis on a débuté les festivités avec une interprétation du tonnerre de Y.M.C.A. C’était mon premier duo vocal avec ma blonde depuis cette fameuse soirée où notre performance sur Sensualité d’Axelle Red m’avait valu un « toé mon chum t’es barré du karaoké à partir d’à soir » de la part d’un doorman outré par ma médiocrité.

On a chanté deux autres chansons tout en tapant des mains et en regardant mon gars danser. Le party était presque pogné dans la place.

C’est là que les choses se sont compliquées. On est comme entrés en mode plus sérieux et là, j’ai chanté en solo Flashdance… What a Feeling. Ici, je crois qu’il est important de préciser que je partage ma vie avec ma blonde depuis bientôt dix ans, et en une décennie, j’ai rarement vu ma blonde me regarder avec autant de mépris que ça. C’était particulièrement médiocre. J’aurais voulu faire pire et j’aurais juste fait mieux.

Le plus désolant dans tout ça, c’est qu’un peu plus tard, ma blonde est partie faire des commissions et j’ai tenté ma chance à nouveau. « Là, on va faire un classique mon gars. I Want You Back des Jackson Five. Ça fait des années que je la chante et watche ben ça, que j’ai dit à mon kid. »

Bien qu’il ne soit âgé que d’une trentaine de mois, mon gars a été rapidement en mesure de juger que la scène dont il était le spectateur était d’une atrocité hors du commun.

Je sais que je ne chante pas comme un dieu dans la vie. Mais fouillez-moi pourquoi, Sing Party a ce quelque chose de magique qui fait ressortir chez vous le pire chanteur. À cet effet, je ne m’étendrai pas trop sur la prestation de New York, New York de ma blonde mais disons que c’était plutôt spécial.

Une chose est certaine, j’ai enfin compris les 50 minutes de télé qui ont précédé le test de Laurent LaSalle à M.Net. Le gars savait dans quel engrenage il était piégé. Il savait qu’il s’en allait directement à l’abattoir. Et c’est probablement pour cette raison qu’il a choisi d’interpréter Dancing on the Ceiling de Lionel Richie. Tant qu’à faire mal à son amour-propre, autant y aller avec Lionel tsé…

Maintenant, est-ce le fun?

Si vous êtes un gamer, à la quête constante de trucs à déverrouiller et bla bla bla, oubliez ça. Parce quand dans Sing Party, mis à part des défis peu excitants du style Jouer pendant un total de plus de dix minutes, le mode solo ne comporte pas une aventure en soi. Même pas un semblant. Sinon, le mode party pourra vous faire conscience de votre petit côté pathétique si vous êtes seul à jouer.

Autrement, j’ose imaginer que le jeu peut remporter un certain succès dans les partys de famille. Jusqu’à quel point? Bonne question. Tout dépend du niveau d’ébriété de vos oncles et de plusieurs facteurs du genre.

Soulignons que le choix de chanson est particulièrement intéressant. J’ai rarement vu un si bel équilibre. Il y en a pour tout le monde. Vraiment.

Et enfin, ai-je le cœur gros à l’idée de remballer Sing Party et de le renvoyer à Nintendo. Disons que je continuerai à vivre sans difficulté. Toutefois, je m’en ennuierai dans le temps des fêtes, alors qu’un oncle ou un cousin tentera d’animer un party en organisant un rallye. Secrètement, j’imaginerai tout le monde se livrer à des performances vocales et oui, là, ça me manquera.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité