Le blogue de Joel Martel

Archive du 1 décembre 2012

Samedi 1 décembre 2012 | Mise en ligne à 21h31 | Commenter Commentaires (5)

Netflix: des sous-titres avec ça?

Il fut une époque où ma conception du septième art était limitée par ce que les clubs vidéo de ma ville avaient à m’offrir. L’histoire que je vous raconte date de si longtemps qu’en ce temps, Canal D diffusait des grands classiques du cinéma.

Évidemment, dans cette vision distordue du septième art avec laquelle je vivais, Hollywood vibrait essentiellement au son de la voix d’Alain Zouvi, d’Yves Corbeil et des doubleurs immortels tels que Med Hondo.

Certes, internet venait d’entrer dans nos chaumières à cette époque, mais ce qui nous rapprochait le plus d’une probable utopie comme la vidéo en ligne était Shockwave. Je me rappelle que dans ces années d’or, j’avais dû attendre plus d’une heure afin d’entendre un extrait audio de 24 secondes du single à venir de Beck qui était Tropicalia. J’avais un modem 28.8 et surtout, j’avais la vie devant moi. D’ailleurs, je vous écris ça et je me sens comme lorsque mon grand-père me racontait sa jeunesse, alors que l’électricité était encore un luxe. Et pourtant, ça ne fait que seize ans. Le temps a longtemps passé vite et désormais, avec les technologies, il se plie.

Bref, c’est notamment grâce à l’apparition du support DVD que j’ai alors pris conscience de tout ce qui se perdait dans le processus de doublage des films. Or, je m’en confesse, je souffre d’un léger problème de déficit d’attention lorsqu’il est temps pour moi de regarder un long-métrage et même un épisode d’une télésérie. Je ne peux vous expliquer la cause exacte, mais après une quinzaine de minutes à être passif devant un document vidéo d’un langage autre que le français, mon cerveau se met curieusement en mode veille.

Tout ce long détour laborieux pour en venir au fait que tous les six mois, je tente à nouveau mon coup avec Netflix depuis son arrivée au Canada. Et chaque fois, je comprends que le projet d’intégrer plus de contenu francophone à leur catalogue relève davantage des contes féériques. Certains me diront que récemment, certaines séries de Radio-Canada se sont retrouvées sur Netflix, mais compte tenu de ce qu’offre Tou.tv, qu’est-ce que ça peut bien changer dans nos vies si notre adresse IP nous permet déjà de profiter amplement du fabuleux Tou.tv?

Pour sa part, je sais que Netflix a expliqué à quelques reprises que l’absence de contenu francophone était principalement la conséquence d’importants coûts financiers quant aux droits de cesdites versions. D’un point de vue business, je comprends absolument ça.

Mais bon… est-ce que je vis dans un monde imaginaire uniquement peuplé de dauphins ou bien, de simplement offrir aux utilisateurs de Netflix des sous-titres francophones pourrait être un pas pire compromis? Je demande ça comme ça…

Me semble que des sous-titres, ça doit coûter moins cher non? Et puis, entre une version doublée et une version avec des sous-titres, je vous avouerai, très égoïstement, que cette deuxième option me séduit beaucoup plus.

J’ai tenté de poser la question à deux reprises auprès de Netflix et mes approches sont restées courriels morts. J’imagine qu’ils se sont perdus dans les méandres du web 1.0.

Sans niaiser, c’est très rare que je tripe sur mes idées, mais celle-là, je ne la trouve pas si mal que ça. Un peu plus et je me partirais une pétition, mais bon… rendons-nous à l’évidence, je ne suis pas aussi intense que ça.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2015
    D L Ma Me J V S
    « déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité