Le blogue de Joel Martel

Archive du 19 novembre 2012

Lundi 19 novembre 2012 | Mise en ligne à 16h56 | Commenter Commentaires (9)

#YOLO (Vivre ou acheter)

Il fut un temps où chaque mardi, tel un robot, je me rendais à ma boutique de jeux vidéo afin de me procurer l’une des toutes nouvelles parutions de la journée. Non seulement, j’éprouvais de l’excitation à découvrir un nouveau jeu mais aussi, je ressentais une certaine fierté d’être l’un des premiers à poser les yeux sur ces univers fraîchement sortis des studios.

J’ai roulé comme ça pendant longtemps. Même qu’il m’est souvent arrivé d’acheter des jeux à l’aveuglette dans l’espoir de mettre la main sur LA découverte. Et là, on ne parle pas des jeux à 3 piastres sur l’App Store. Non non, on parle de gros jeux AAA. Du moins, des jeux à des prix de AAA.

J’aurais pu continuer comme ça pendant de nombreuses années encore. Vraiment. Et puis, comme on dit dans le monde de la course d’endurance, j’ai pogné mon mur avec Neverdead.

En fait, quand Dieu a inventé le monde, l’un des plus grands défis devant lequel il se retrouva fut de façonner le pire jeu de l’histoire. C’est d’ailleurs un étrange mélange de fierté et de honte qui le hanta lorsqu’il prit connaissance des premières critiques de Neverdead, son anti-chef-d’oeuvre par excellence. Récit d’un démon ayant la faculté de se démembrer, Neverdead est tout simplement dangereux. Le genre de jeu qui fait saigner du nez d’ennui.

C’est alors que je suis entré dans une période de ma vie que je comparerais au segment classique des biopics où par exemple, un chanteur populaire est en désintox. Le bout où on a chaud et froid et qu’on réalise que notre vie n’avait plus de sens. Ben là, c’était pas aussi intense mais reste que ça m’a permis de réaliser que ça n’avait juste pas de bon sens d’acheter des jeux AAA dès leur sortie de façon hebdomadaire.

Parce qu’on ne se le cachera pas, pour au moins 60% des AAA qui sortent sur le marché, leur prix chute de façon drastique après seulement quelques mois, voir même quelques semaines parfois.

Et ça, c’est si dans l’année qui suit, le jeu n’est pas tout simplement offert gratuitement à l’occasion d’une promotion de PlayStation Plus.

C’est moins fréquent pour les AAA mais pour ce qui est des jeux en téléchargement, combien de 20 dollars par ci et par là aurais-je sauvé si j’avais fait preuve de patience?

Sans exagérer, 3 jeux sur 5 que j’achète en téléchargement finissent par être gratuit sur le PSN. Ça calme les ardeurs au final.

C’est donc à la sauce 2004 que je terminerai ce billet en vous posant une question: Outre le plaisir de jouer immédiatement, y a-t-il un avantage à se procurer un jeu au plein prix lors de sa sortie?

La personne qui me fournira la meilleure réponse gagnera 60 points d’expérience pour le jeu de son choix.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité