Le blogue de Joel Martel

Le blogue de Joel Martel - Auteur
  • Joël Martel

    Joël Martel est journaliste au Quotidien/Progrès-Dimanche depuis septembre 2012
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 9 novembre 2012 | Mise en ligne à 1h15 | Commenter Un commentaire

    Murphy Cooper: De détesteur à déniaiseur

    Au cours de l’été 2009, un mystérieux personnage s’ajoutait à la faune des blogueurs anonymes. La Clique du Plateau dominait alors sur la blogosphère québécoise et celle-ci n’avait pas encore livré sa désastreuse intervention à Christiane Charrette. Mais tout ça, c’est une autre histoire. Nous y reviendrons un jour.

    C’est donc sans crier gare que Le Détesteur est atterri sur le web. En quelques semaines à peine, Le Détesteur réussissait à se tailler une place parmi les blogueurs les plus influents au Québec et tout ça, en créant une ambiance de paranoïa. Car à la différence de La Clique du Plateau, dont les couleurs commençaient à se laisser deviner, tout un chacun ignorait quelle serait la prochaine cible de l’énigmatique blogueur. En fait, nul ne semblait à l’abri du Détesteur.

    Pendant un peu plus d’un an, Le Détesteur a donc fait régner un climat de terreur de par sa plume vitriolesque et sa répartie s’apparentant curieusement à l’essai littéraire postmoderne. Enfin, avant même qu’Hugo Dumas ne puisse dévoiler son identité à la fin d’une de ses chroniques, le personnage sortait de l’anonymat de par son propre chef. Les lecteurs découvrirent que derrière Le Détesteur se cachait le copropriétaire du site hiphopfranco.com Murphy Cooper.

    Au cours des dernières années, Cooper a laissé aller sa plume (toujours plus aiguisée bien que plus anglicisée) sur le succulent (et feu) lolcommetuveux.com pour ensuite démontrer que son argumentaire coup de poing n’était pas un superpouvoir associé à l’anonymat. En effet, en redonnant vie à son personnage de Détesteur, sans bénéficier cette fois-ci du statut incognito, Cooper n’a rien perdu de ses aptitudes à mettre en lumière ce qui nourrit sa haine au sein de la collectivité.

    À ce parcours mouvementé de blogueur, Cooper a ajouté récemment une fonction à son cahier de charge déjà polyvalent. Chaque soir, Le Détesteur cède sa place à un projectionniste des temps modernes ayant comme mission de faire en sorte que les internautes se couchent moins niaiseux. La nature et le nom de ce nouveau projet : une page Facebook intitulée  Crisse-esti, un docu avant d’aller dormir, jeune idiobécile.

    Murphy Cooper a bien voulu nous raconter les origines de cette initiative, qui après un peu plus de trois mois, compte déjà près de 1200 abonnés. «La prémisse à tout ça, c’était la fermeture de MegaUpload. Je suis un gars qui adore énormément fouiller et c’est un peu pour ça que je suis nostalgique du vieux web. Maintenant, tout est trop disponible et trop bien structuré. Alors quand ils ont fermé MegaUpload, je me suis retrouvé à ne plus avoir autant l’embarras du choix. J’ai commencé à regarder les alternatives qu’il y avait et je me suis rendu compte que c’était peut-être une bonne chose d’avoir moins l’embarras du choix.  J’étais juste porté à plus fouiller. Comme alternative, les gens ont commencé à mettre des documentaires complets sur YouTube. Dans la foulée du conflit étudiant, j’avais envie de continuer à m’enrichir et de tout le temps en savoir davantage. En voyant qu’il y avait des documentaires comme ça sur YouTube, j’ai voulu en publier sur Facebook, juste un soir comme ça. J’ai décidé de faire ça assez tard dans le soir parce que je ne voulais pas gosser les gens. C’est lourd quand même de soumettre aux gens un long documentaire sur Facebook. De toute façon, il n’y a personne qui ne fait ça à part KONY 2012 (rires). Alors le premier soir où j’ai posté un documentaire vers minuit trente, j’ai eu quelque chose comme genre 20 likes et je me suis dit : « Oh my god! ». J’ai répété l’expérience le lendemain et la réaction a été aussi bonne. Je ne pensais pas qu’il y avait une demande pour ça alors j’ai créé la page. »

    Cooper ne s’en cache pas, sous ses allures pédago-ludiques, Crisse-esti… implique un constant travail de recherchiste. « Ça me stimule d’arriver à la fin de ma journée et de me rendre compte qu’il arrive onze heures. Ça me donne des étincelles en dedans de moi juste à l’idée de devoir aller fouiller sur YouTube pour trouver un documentaire intéressant. Je fais vraiment mes recherches chaque jour. »

    C’est donc un documentaire d’une moyenne de 90 minutes que Cooper publie sur une base quotidienne. La question est idiote, mais on ne peut résister d’interroger le principal intéressé, à savoir s’il a le temps de regarder ses sélections dans son entièreté. « La question est plutôt pertinente en fait. Je ne peux pas tous les écouter, mais de toute façon, les vidéos que je publie deviennent mes archives personnelles. C’est un peu comme si je mettais dans mes favoris des trucs à regarder plus tard. Même si sur internet on fait semblant qu’on connaît tout, il y a fréquemment des trucs qui arrivent et qu’on ne comprend pas tout à fait ou desquels il y a beaucoup de données qui nous échappent. Cette réserve de documentaire est donc pratique parce qu’à tout moment, elle peut me servir à vulgariser une situation hors de l’ordinaire dans l’actualité. »

    Le succès de Crisse-esti… est tel qu’à partir du samedi 10 novembre, Murphy Cooper s’est fait proposer par Nightlife.ca de publier des récapitulatifs des meilleurs documentaires qui sont en lien avec l’actualité, et ce, à une fréquence à déterminer d’une ou deux semaines.

    Prochaine étape : un programme de documentaires à l’occasion d’un festival de film. Gageons que ça finira bien par arriver.

    Tags: , , , ,


    • En tant qu’idiobécile incurable, je profite de cette occasion pour saluer M. Cooper, mince salaire pour son travail. Des choix qui. à vue de nez, semblent hétéroclytes s’avrèrent toujours judicieux, nous offrant des destinations hors du train train médiatique du jour. Un bémol, par sa faute, Morphée doit se taper une heure d’attente avant d’être reçu en ma demeure. Il arrive donc souvent que le matin venu, c’est moi qui le déteste.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité