Miguel Bujold

Miguel Bujold - Auteur
  • Le blitz

    Le blitz est l'endroit vers lequel convergent les amateurs de football du Québec et d'ailleurs. Un blogue où vous pourrez débattre et commenter l'actualité de la NFL et de la LCF, et donner vos prédictions.

    Miguel Bujold analysera ce qui se déroule dans les deux ligues, tout en vous invitant à vous prononcer sur les sujets de l'heure.

  • Lire la suite »

    Archive du 18 août 2012

    Samedi 18 août 2012 | Mise en ligne à 1h09 | Commenter Commentaires (20)

    Du grand Calvillo… encore

    Calvillo-Eskimos

    Et vite comme ça, les Als sont redevenus l’équipe à battre dans l’Est.

    C’est une raclée en bonne et due forme que l’équipe de Kavis Reed s’est fait servir par les Oiseaux, vendredi soir à Edmonton. Le match a été encore plus à sens unique que ne le porte à croire la marque finale de 38-25. Les Eskimos ont été dominés sur toute la ligne.

    Finalement, les absences de Jamel Richardson et Brandon Whitaker n’ont pas trop ralenti Anthony Calvillo, n’est-ce pas ? Celui qui fêtera ses 40 ans au Stade Percival-Molson, jeudi prochain, a terminé sa soirée avec quatre passes de touché – à quatre receveurs différents -, et a totalisé plus de 300 verges pour un sixième match consécutif.

    S.J. Green a capté 10 passes pour 136 verges et un majeur, démontrant qu’il était capable de faire le travail à titre de premier receveur en l’absence de son pote Richardson. Patrick Lavoie, Brian Bratton, Adrian McPherson et Victor Anderson ont marqué les autres touchés.

    Lavoie a ouvert la marque avec son quatrième touché de la saison. Après deux feintes de remise, Calvillo a rejoint la recrue, qui a réussi un attrapé pas si évident. L’une des clés avec les ailiers rapprochés comme Lavoie est le «timing» des jeux. Et Marc Trestman semble toujours les appeler aux bons moments. Du pif.

    Après seulement sept matchs, on peut déjà dire que Lavoie est une amélioration par rapport à Kerry Carter, ce qui n’est pas peu dire. Le Québécois gagne des points depuis le début du calendrier. Un bon joueur de football.

    On pourrait dire la même chose de Brandon London. Il bloque aussi bien que n’importe quel autre receveur de la ligue; il réussit souvent des attrapés difficiles; il est un membre important des unités spéciales; et il ajoute de l’intensité à l’équipe avec sa personnalité flamboyante.

    À son premier départ comme partant, Anderson a été à la hauteur, récoltant 102 verges au sol et 32 par la passe. L’organisation peut dormir sur ses deux oreilles, elle possède un joueur en mesure de remplacer Whitaker en cas d’une longue absence. Les deux demis ont des styles de jeu très similaires.

    Pour la première fois de la saison, la pression exercée sur l’attaque par la défense des Oiseaux a eu un impact important. Ce ne sont pas seulement les cinq sacs. Steven Jyles a été inconfortable toute la rencontre, étant confronté à quantité de blitz. La défense montréalaise a joué avec abandon, mais est restée disciplinée.

    Chip Cox n’avait pas aussi bien joué depuis longtemps, et Shea Emry a poursuivi sur sa lancée, lui qui connaît sa meilleure campagne en carrière. Kyries Hebert et Rod Davis ont joué avec vitesse et robustesse, puis les jeunes Alan-Michael Cash et Ventrell Jenkins ont été très solides sur la première ligne.

    Trestman et ses adjoints avaient préparé un excellent plan de match. Jyles et l’attaque n’ont jamais été capables de trouver leur rythme, tandis que Calvillo a repéré les failles dans une défense qui jouait pourtant très bien dernièrement. Tirant de l’arrière par 28 points en première demie, c’était peine perdue pour les Eskimos, qui ne possèdent pas l’attaque afin d’effacer des déficits semblables.

    Sean Whyte n’a pas connu sa meilleure sortie. Il a raté l’un de ses bottés de dégagement en première demie, et en a vu un autre être bloqué dans les dernières minutes du match, ce qui a mené à un touché des Eskimos, qui leur aura permis de rester en vie un peu plus longtemps. Whyte n’a cependant pas à porter le blâme pour le jeu en question, puisque Martin Bédard a raté sa remise, et deux joueurs des Eskimos n’ont pas été bloqués ou presque.

    L’incertitude au poste de «retourneur» demeure entière. Bo Bowling n’est peut-être pas assez rapide et explosif afin de l’occuper. Un dossier qui reste en suspens, mais la liste des interrogations rapetisse de semaine en semaine dans le nid. Le train est bel et bien en marche.

    Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité