Le blogue de Catherine Doré

Archive, juin 2012

Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 16h26 | Commenter Commentaires (11)

La crise

Vous êtes-vous inquiété de mon silence des derniers temps ? Vous n’auriez pas dû. J’ai simplement décidé de partir sur un coup de tête…en Grèce.

Oui, la Grèce, pays qui traverse la plus grande crise économique de son histoire moderne. J’avoue que j’avais plusieurs appréhensions avant de partir. À écouter tout ce qui se dit sur ce pays, je m’imaginais trouver des escrocs à tous les coins de rue, des commerces en faillite et des hôtels en ruines. Je m’attendais à ce que les gens se pressent dans les rues le soir de peur d’être attaqués, bref, je croyais presque trouver un pays étouffé par la violence.

Rien de cela.

Bien sûr, la capitale, Athènes, est marquée par les graffitis qui défigurent pratiquement chaque immeuble de la ville. Bien sûr, dans les quartiers plus pauvres, on voit de nombreux sans-abri. Bien sûr, la sécurité a été augmentée, si bien que des groupes de policiers se trouvent au coin de chaque intersection importante. Et bien sûr, certains petits commerces ont été emportés par la tempête.

Mais j’ai surtout été marquée par l’extrême gentillesse des Grecs. Des gens toujours prêts à aider des touristes qui peinent à se retrouver avec les noms de rues. Que ce soit les commerçants, les policiers ou les simples badauds dans la rue, ils font des pieds et des mains pour s’assurer qu’on comprenne vraiment leurs explications. J’ai même vu des gens venir directement en aide à des touristes qui semblaient perdus, avant même que ceux-ci ne réclament de l’aide.

Un autre exemple ? Comme les banques du pays sont en déroute, beaucoup de commerçants et de restaurateurs refusent les cartes de crédit, question d’avoir le moins possible de liens avec elles. Un soir que j’étais au restaurant, à Santorini, et que je n’avais que 10euros sur moi, la serveuse m’a proposé de commander ce que je voulais et de revenir payer le lendemain. Pas de stress !

En discutant avec les locaux, on réalise que ce n’est pas tant la crise qui leur fait mal que la couverture médiatique qu’ils ont reçue. Ils sont presque tous unanimes : si on ne disait pas autant de négatif sur leur pays, peut-être que cela irait moins mal…

Montréal

J’ai donc questionné les gens sur ce qu’ils pensaient du conflit étudiant du Québec. Car tous les Européens et les Américains que j’ai croisés connaissaient le dossier. Disons que ce qu’ils ont vu dans les médias était loin d’être très glorieux. Assez pour qu’un me demande on en était rendu à combien de morts…Ouf !

Il est donc facile de comprendre pourquoi certains touristes refusent de venir à Montréal. De la même manière que plusieurs refusent de se rendre en Grèce.

Est-ce que je suis en train de vous dire qu’il ne faut pas toujours se fier aux médias? Ouf, ce serait ironique…

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité