Le blogue de Catherine Doré

Archive, avril 2012

Mardi 17 avril 2012 | Mise en ligne à 21h21 | Commenter Commentaires (5)

Le râteau

jardin

La dernière fois qu’on s’est parlés, j’étais jalouse des enfants qui auront droit à un bateau pirate grandeur nature.

Il faut que je me fasse à l’évidence, je vieillis. Pour moi, il y a un signe suprême qui ne ment pas. Ce n’est pas de voir les autres faire des projets de vie, comme avoir un enfant ou se marier. Non, ça, on se dit que ce sont eux qui sont trop vite en affaires.

Le vrai signe qu’on a vieilli, c’est quand on achète son premier râteau. Pas un rose pour jouer dans le sable à la plage, mais un vrai râteau à terrain. Vert drabe avec un manche en bois. Vous savez lequel je parle; tout le monde a le même, tout le monde s’écorche l’intérieur des mains avec ce truc depuis 1920.

Bref, acheter un râteau, c’est l’étape qui vient tout juste avant la tondeuse. Pis encore: cela signifie qu’il faut maintenant s’adonner à la tâche que je redoute le plus, les maudites plates-bandes.

Je ne suis pas adepte de jardinage. L’idée d’enfoncer mes mains, même gantées, dans un amas de terres et de bestioles pour…pourquoi au juste? Planter des trucs qui vont fleurir deux jours dans notre magnifique été saguenéen? Ben ça ne m’emballe pas. Je préfère classer mes boîtes de céréales par leur teneur en fibre, ça me fera au moins ça de pris!

C’est la norme!

J’aimerais retourner dans le temps et trouver celui ou celle qui a décidé qu’avoir une plate-bande garnie était une norme sociale importante. J’aurais deux ou trois mots à lui dire. Parce que quand j’en parle autour de moi, on ne semble pas comprendre mon aversion pour les parterres fleuris.

Même que je ne joue pas à armes égales sur ce terrain là, un de mes collègues remportant année après année le concours du plus bel aménagement pour sa maison. Le genre de truc qui demande un travail colossal et une préparation longtemps d’avance. Pour passionnés seulement.

Pour les autres, on semble considérer qu’il s’agit d’une tâche banale, un peu comme mettre les poubelles au chemin. Je dirais même que lorsque j’en parle à mes proches, ils sont plus excités que moi à l’idée de transformer le devant de ma maison.

J’aimerais être capable de m’extasier devant un paquet de bulbes au magasin, payer des dizaines de dollars pour avoir le loisir d’arroser un morceau de terre tous les matins aux aurores pendant trois mois, sans savoir si mes efforts vont porter fruit – ou fleur.

J’essaie, vraiment, mais non. Rien.

Je vais quand même devoir m’y coller. Choisir les fleurs, retourner la terre, désherber, planter.

Tout ça parce que j’ai acheté un damné râteau…

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Samedi 14 avril 2012 | Mise en ligne à 8h51 | Commenter Commentaires (2)

Gare aux pirates!

On a souvent tendance à souligner les mauvaises nouvelles, mais il est important de noter les bons coups…quand il y en a!

Ainsi, le Camping Belley de Saint-Henri-de-Taillon, l’une des plages les plus populaires du lac Saint-Jean, a décidé de courtiser les enfants. Pour ce faire, les propriétaires du Camping ont fait construire un gigantesque bateau de pirates de 60 pieds, échoué sur le bord du lac.

Un extrait du texte de mon collègue Marc Saint-Hilaire:

«Entre autres choses, les apprentis matelots pourront se déplacer sur l’un et l’autre des trois ponts du navire, sauter par-dessus bord en utilisant les glissades, grimper dans un filet ou sur un mur d’escalade. Ils auront aussi accès à des jeux et à une ribambelle de scénarios incluant l’île Belley, rebaptisée l’île aux Trésors.»

La nouvelle a commencé à couler – hi! hi! hi! – autour du 1er avril. Le Camping a alors diffusé une vidéo sur YouTube à propos «du Mystère de la Plage Belley».

On peut dire qu’ils n’ont pas lésiné sur les moyens pour attiser la curiosité!

Est-ce que j’ai le droit d’être jalouse?

0414_LQG_Camping Belley 2

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Jeudi 5 avril 2012 | Mise en ligne à 11h40 | Commenter Commentaires (6)

À la manifestation…

Photo Marc St-Hilaire

Photo Marc St-Hilaire

Il n’y a pas qu’à Montréal où ça brasse chez les étudiants. Au Collège d’Alma, certains étudiants sont furieux d’avoir à reprendre les cours et se livrent, depuis lundi, à des actes de vandalisme divers: bureaux déplacés, alerte à la bombe, bombe puante, etc.

La situation s’est aussi envenimée à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) cette semaine. Et on le sait: à force de confrontation, le pire finit toujours par arriver…C’est ainsi que ce matin,  une altercation entre manifestants et agents de sécurité s’est terminée par une visite à l’hôpital pour un employé de l’UQAC…et deux plaintes de voies de fait avec lésions de déposées aux autorités.

Au moment d’écrire ces lignes, des étudiants manifestaient sur la rue Racine, au centre-ville de Chicoutimi. Demain, une autre manifestation, dont on ignore la nature pour l’instant, est prévue. De leur côté, les administrateurs de l’UQAC ont décidé de déposer une injonction contre les différentes associations. Pas besoin de vous dire que les policiers sont sur le qui-vive!

Ce qui amène à poser la question qui tue: est-ce que votre opinion a changé depuis le début de la grève étudiante? Êtes-vous toujours pour ? Êtes-vous toujours contre? Croyez-vous que ces actions vont nuire au mouvement?

À lire:

Uqac: la manifestation dégénère

Tout pour perturber les cours; il ne manquait que la vermine

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité