Le blogue de Catherine Doré

Le blogue de Catherine Doré - Auteur
  • Catherine Doré

    Catherine Doré est journaliste et blogueuse pour Le Quotidien et Le Progrès-Dimanche depuis 2008.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 7 décembre 2011 | Mise en ligne à 9h28 | Commenter Commentaires (15)

    Triste perte

    Le Quotidien, Jeannot Lévesque

    Le Quotidien, Jeannot Lévesque

    Quelle tristesse!

    La Fromagerie Boivin a été la proie des flammes hier.  Les dommages s’élèvent à plusieurs millions de dollars et il faudra attendre un certain temps avant de pouvoir manger de nouveau le fromage qui fait «squick squick».

    Pour les gens de l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, vous trouvez peut-être cette nouvelle banale. Une fromagerie a brûlé, so what?

    On le sait, des incendies éclatent assez régulièrement sans qu’on en parle autant. Hier soir, lorsque je suis allée faire quelques achats de dernière minute, c’était LE sujet principal dans les files d’attente.

    Pour comprendre à quel point les Saguenéens tiennent à leur fromagerie, il faut s’y rendre un dimanche après-midi ensoleillé. Le stationnement est alors plein à craquer, tout comme la «boutique» où des gens attendent de longues minutes pour mettre la main sur du fromage encore chaud, pour ensuite continuer leur chemin pour le manger en contemplant la baie des Ha! Ha!.

    Quand j’étais jeune, c’était une tradition, une sorte de rituel pour toute la petite famille. En vieillissant, c’est devenu une façon de tuer le temps entre amies.

    Hier, alors que l’incendie était toujours actif, il était impossible de mettre la main sur le moindre morceau de fromage…J’ai alors questionné un des employés, qui m’a confirmé que plusieurs s’étaient rendus sur place  expressément pour acheter les derniers blocs de fromage ou les pots de fromage à tartiner.

    Les propriétaires ont promis qu’ils reconstruiraient une usine encore plus belle. Il ne reste plus qu’à attendre…


    • C’est aussi une tragédie à la veille de Noël que de voir tous ces travailleurs mis au chômage.
      Ayons une pensée chaleureuse pour eux également ainsi qu’à leurs famille.
      Le côté humain est beaucoup plus important que les biens matériels qui se remplacent.
      Habitant pas tellement loin de la fromagerie St Laurent de St Bruno je ne peux envisager qu’une telle chose puisse arriver ici au Lac St Jean.
      Merci de nous avoir donné l’opportunité de pouvoir adresser nos sympathies aux travailleurs de la Fromagerie Boivin ainsi qu’aux propriétaires de cette entreprise.
      En espérant une reconstruction rapide pour le bien-être de toute la communauté..

    • Je suis résident de Montréal et je suis loin de me dire ‘’so what?”… C’est une bien triste nouvelle. Le fromage boivin est apprécié jusqu’ici. La fromagerie est une institution Québécoise et on se doit d’en être fier! J’espère sincèrement que la reconstruction se fera rapidement et sans accrocs afin que les employés retrouvent leur travail et que la province entière recommence à faire ‘’squick squick”!

    • Le fromage a fondu.

    • Bon ben, surveillez plus rigoureusement la fromagerie Perron de st-prime.

      C’est elle, la plus brillante institution ”fromagère” du sag-lac.

      Le boivin en crottes est très bon, mais avec les 30 compétiteurs maintenant, il est disons, plus ”banal”.
      Et lorsqu’on l’achète ici(montréal), le transport a bousillé sont état laiteux et soyeux.

      Petite question: Est-ce que la fromagerie St-laurent existe toujours? Leurs crottes étaient pas pire itout.

    • Il ne faudrait pas en faire tout un fromage !!!

      Assurances, reconstruction, ils vont s’en sortir.

    • (Avec un clin d’oeil). Après avoir perdu leur fromage dans le fjord, voici que le formagerie y passe au complet !
      Blague plate à part, toujours triste de voir des gens se retrouver ainsi au chômage à l’aube de l’hiver et de la période des fêtes. Espérons que l’esprit de solidarité de la place s’exprimera généreusement. Et bonne chance à tous.

    • À tabarly vous semblez bien connaitre les crottes.

    • Question.

      Est-ce seulement les natifs du Sag-Lac qui utilisent le terme ”crotte” de fromage?

      Ou est-ce le terme ”en grain” qui est d’usage dans le ”rest of Québec”

    • Pas du tout. Pourquoi serions-nous insensibles aux malheurs des autres? Nous connaissons l’importance de cette fromagerie non seulement pour la région et ses travailleurs mais aussi pour tous ceux qui sont adeptes de son fromage.

      Courage et bonne reconstruction.

      - – - – - – - – -

      En reponse à :

      Pour les gens de l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, vous trouvez peut-être cette nouvelle banale. Une fromagerie a brûlé, so what? (Catherine Doré)

    • Je trouve ça triste. C’est une partie de nous, nos fromageries. Cependant, d’ici en Estrie, je me régale des produits de la Laiterie de Coaticook!

    • je me souviens il y a quelques années quand l accueil bonneau avait été détruit dans une explosion à montréal , quelques mois plus tard tout était reconstruit grâce à l entraide des gens de montréal , je suis sur que les gens du saguenay lac-saint jean si ils s y mettent ensembles pourront remettre cette entreprise sur pied en peu de temps

    • C’est très dommage et je leur souhaite de reprendre la production le plus rapidement possible. Pour un petit coup de marketing un peu humoristique, pourquoi ne pas mettre en marché deux nouveaux produits qui font référence à l’événement:
      - “La bûche fondue”, une bûchette de fromage fondu à tartiner roulée dans des bleuets séchés et des noix
      - “L’incendie”, un cheddar fumé légèrement relevé aux piments forts, avec un petit copeau de bois brûlé dans l’emballage.

    • Fromage en crotte, le nom me donne l’eau à la bouche.

    • @tabarly,

      Ben, ça dépend. Je suis de la région de Montréal, et j’appelle ça du “fromage en crottes”. Les “crottes de fromage”, par contre, c’est des Cheetos.

      Mmmiam, ça donne faim. :-S

    • Au prix que je paye le fromage Boivin, et je ne suis pas la seule, il s’en vend une quantité inimaginable dans toutes les épiceries de la région, donc, au prix que je paye mon petit carré de fromage, je n’ai aucune inquiétude pour cette entreprise. Elle a sûrement les reins très solides.

      À toute chose, malheur est bon. Cela va s’appliquer à merveille à cette entreprise.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité