Le blogue de Catherine Doré

Archive, juillet 2008

Mercredi 30 juillet 2008 | Mise en ligne à 11h36 | Commenter Commentaires (17)

Verre vs plastique

image-1.png

J’ai eu un véritable choc il y a quelques jours. Il existe maintenant des Kiri en bouteille de plastique.

Qu’est-ce que Breuvages Kiri? C’est la dernière compagnie de boissons gazeuses indépendante du Québec, depuis la disparition du célèbre Saguenay Dry. (C’est ce qu’ils disent sur le site)
Kiri est aussi la seule marque disponible dans des bouteilles de verre. Enfin, jusqu’à maintenant.

Parce que le p’tit monsieur du dépanneur m’a fait une peur bleue: «Il n’y aura plus de Kiri en verre, juste du plastique asteure

Quoi? Pu de bouteille en verre?

Le choc. Je me voyais déjà arpenter tous les dépanneurs pour mettre la main sur une relique, un vestige de cette boisson.

Je ne suis pas une grande fan des boissons gazeuses, mais la Kiri est spéciale: c’est en quelque sorte une icône, la boisson officielle de tous mes roadtrips. On ne peut pas se perdre sur une route quelconque à Saint-Crin-Crin-des-Meuh-Meuh sans une bouteille de Kiri aux fraises. Impensable.

Qu’est-ce qui fait que cette “liqueur” est si bonne? C’est le plaisir de décapsuler sa bouteille avec les moyens du bord, mais c’est aussi le verre. Pas d’immonde plastique qui altère le goût.

Vous ne me croyez pas? Essayez pour voir!

Bref, une fois le choc passé, j’ai décidé d’écrire à la compagnie. Ce qu’ils m’ont répondu? Ben, rien, en fait… Cela fait plusieurs jours, et je n’ai toujours pas eu de réponse. Je cherchais un peu de réconfort, mais je devrai regarder ailleurs…

Je me suis donc dirigée vers le dépanneur le plus près et à mon grand bonheur, les petites bouteilles étaient là. On m’a immédiatement rassurée. Les deux formats de bouteilles sont disponibles, il revient au propriétaire du commerce de décider lequel choisir.

Du moins, pour l’instant.

***

Qu’est-ce qui se passe au Saguenay?

Un ours a été assassiné. Faut croire que c’est la nouvelle du siècle à voir la couverture que l’événement a eue ! Vous savez quel commentaire me désole le plus? «Les agents de la faune ont balancé le paaaaauuuuuvreee ours dans la boîte du camion sans faire attention.»

C’est inhumain le traitement qu’il a reçu!

Pour votre information, ils font pareil dans plusieurs pays en guerre avec des êtres humains, et à ce que je sache, ça ne tourne pas en boucle à LCN.

***

Photo: Site internet de Breuvages Kiri 

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






Lundi 28 juillet 2008 | Mise en ligne à 15h36 | Commenter Commentaires (7)

Petite histoire

J’ai une petite histoire à vous raconter. Une mésaventure qui est réellement arrivée à une personne proche.

Marie et Chantale (noms fictifs) sont parties la semaine dernière au New Hampshire, près de Boston, pour faire du camping. Une semaine à explorer nos voisins du sud, à bord de la jolie voiture neuve de Marie. Quand je dis ‘auto neuve’, il faut me croire. À peine 100 km au compteur au moment de quitter la ville. Pas 100 000 km, non, cent kilomètres. Tout simplement.

Donc, Marie et Chantale sont dans une ville quelconque et passent le début de la semaine à survivre. Survivre, car il fait quelques 40 degrés Celsius avec l’humidité, rien de moins! Cette température persiste jusqu’à jeudi, pendant la nuit. Comme le dit le proverbe: après le beau temps vient la pluie. Et il y en a eu de la pluie! Tellement que Marie se réveille au beau milieu de la nuit, l’orage étant trop violent. Squish! Les pieds dans l’eau! La tente était pourtant neuve; encore moins de millage que l’auto… Elle essaie de rapprocher son matelas de celui de Chantale, et c’est à ce moment précis que la foudre décide de frapper l’arbre adjacent à la tente de toile.

À titre d’information, un éclair se dissipe dans le sol dans un rayon d’environ une dizaine de mètres.

La distance parfaite pour pogner Marie.

Chantale se lève et vient au secours de son amie: Marie ne peut plus bouger ses jambes.

Dehors, les autres campeurs s’agitent et elles entendent des hurlements. Chantale attrape les clés de l’auto d’une main et traîne Marie dans la boue jusqu’au véhicule, à quelques mètres de là. Elles lèvent la tête et découvrent la source des hurlements: l’arbre voisin est en feu! Quelques minutes plus tard, l’arbre émet un craquement sonore et s’effondre sur l’abri de nos campeuses. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort, il faut se rendre d’urgence à l’hôpital.

Les urgences américaines, toujours stressant non? Avec toutes les histoires d’horreurs de frais exorbitants, il y a de quoi s’inquiéter. Peu importe, les deux jeunes passent la nuit à l’hôpital, où Marie reste en observation. Elle retrouve rapidement l’usage de ses jambes, mais ressent encore des picotements aux extrémités: elle devra endurer ce malaise pendant encore une semaine.

La tente dans tout ça? Cramée, ainsi que tout son contenu… N’ayant plus le coeur au camping, elles décident de rentrer. Heureusement pour elles, toutes leurs cartes et leurs papiers étaient demeurés dans la voiture, de même que quelques morceaux de vêtements.

Elles roulent pendant quelques heures lorsque l’auto de Marie fait des siennes. Elles s’arrêtent sur le bord de l’autoroute, incapable de continuer. L’auto neuve ne veut plus démarrer. La foudre a grillé l’alternateur et des fils importants, qui à force de rouler, se sont désagrégés…

Un bon samaritain voyant les demoiselles en détresse se range sur le côté pour leur prêter main-forte. Méfiantes au début, Marie et Chantale racontent leur mésaventure à l’homme qui offre immédiatement son aide. Il appelle une remorqueuse, leur prête son cellulaire pour qu’elles puissent appeler au Canada, arrange tout avec le concessionnaire, les amène à un hôtel et il leur paye deux billets pour le parc d’attractions situé près de là. Il donne ensuite sa carte d’affaires aux filles — il est propriétaire d’une PME — et leur dit qu’elles peuvent appeler en cas de besoin.

Un peu de soleil après une journée affreuse.

Marie et Chantale devront rester aux États-Unis jusqu’à mardi, étant donné que le concessionnaire automobile n’a pas d’alternateur pour honorer la garantie: connaissez-vous beaucoup de véhicules de l’année qui doivent changer cette pièce?

C’est ce que je pensais.

Devant tant de bonté, Marie et Chantale demandent à l’homme pourquoi il en fait tant.

Il y a quelques années, sa fille avait eu un problème avec son véhicule. Elle est restée trois heures sur le bord de l’autoroute sans que personne lui vienne en aide.

Un seul s’est arrêté. C’est celui qui a abusé d’elle.

Pour lui, s’il n’avait pas pris la peine d’aider les deux jeunes femmes, il aurait agit de la même manière que tous ceux qui ont passé leur chemin plutôt que de secourir sa fille…

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Vendredi 25 juillet 2008 | Mise en ligne à 11h17 | Commenter Commentaires (3)

En vrac

Bon vendredi!

Comme je n’ai pas de sujet-thème aujourd’hui, j’y vais avec plusieurs points pêle-mêle…

- Demain, c’est la traditionnelle course de « tracteurs légèrement modifiés » au Festival Saint-Nazaire en fête. Vous ne voulez pas rater cela.

- En ouvrant mon ordinateur ce matin, j’ai eu une révélation. Wall-e est un Mac. Comment je le sais? Il fait le même son lorsqu’il “se réveille” qu’un Mac au démarrage. Pourquoi avoir découvert cela ce matin? Aucune idée. Pourquoi vous en faire part? Parce que cela me perturbe: je pense que je suis trop souvent devant un écran d’ordinateur…

- Il y a des gens qui ont appris à gagner, d’autres non.

- Il y a des gens que je ne comprendrai jamais.

- Y’annonce encore de la pluie jusqu’à mardi. Triste.

- Comme vous brûlez de connaître le magnifique prix que j’ai remporté aux kiosques de l’expo agricole, je vais vous le décrire sans plus tarder. C’est une voiture-chaussure difforme. En fait, ça a à peu près la forme d’une espadrille mauve, mais les quatre autocollants en forme de cercles jaunes disposés de chaque côté laissent supposer qu’il s’agit d’une voiture. Elle possède aussi deux yeux dans un carré jaune ( le pare-brise ou la ‘langue’ de la chaussure?), et un minuscule pom-pom rouge sur le dessus, en guise de nez. C’est un modèle de chaussure qui respire après tout. Finalement, l’auto, ou enfin bref, a des dents. Mouais, j’ai rarement été aussi émue devant tant de beauté. On devrait songer à remplacer lui trouver une place de choix au musée du Louvre. Dans un élan de générosité, me sentant trop indigne d’avoir une si grande oeuvre, j’ai donné la voiture-chaussure difforme à ma collègue au nom tout aussi déformé, Katerine. Je suis smath de même.

Bon, je crois que c’est tout pour l’instant…

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité