Le courrier du voyageur

Le courrier du voyageur - Auteur
  • André Désiront, collaboration spéciale

    Depuis 1984, André Désiront couvre l'actualité reliée au domaine du voyage pour un magazine spécialisé.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 4 octobre 2012 | Mise en ligne à 11h16 | Commenter Commentaires (6)

    Histoire d’ours polaires au Nunavut

    DSC_0969CorrigeAkpatok est une grande île inhabitée de la baie d’Ungava, qui a des allures de forteresse. Lorsqu’on l’aborde, on fait face à une muraille de falaises de près de 200 mètres de haut, qui soutiennent un plateau de toundra arctique. Cette énorme masse de roc coiffée de lichen est festonnée par une lisière de pierrailles. L’été, ces plages de caillous sont colonisées par des morses et des ours polaires. C’est sur une de ces bordures de pierres, qu’à la faveur d’une croisière dans l’Arctique à bord du Boréal un petit paquebot de la Compagnie du Ponant, j’ai assisté à une scène aussi violente que brève.

    Nous étions à la mi-septembre et le commandant du navire, Patrick Marchesseau, m’avait assuré qu’il y avait toujours des ours polaire sur Akpatok, à cette période de l’année. Ils y passent l’été, en attendant avant que l’hiver ne vienne reconstituer la banquise dans la baie d’Ungava. Effectivement, lorsque le navire s’est mis au mouillage face à une des plages de l’île, nous avons pu apercevoir à l’œil nu quelques silhouettes cotonneuses qui se mouvaient dans le paysage.

    Vers 10 heures, j’ai embarqué dans un des zodiacs d’expédition, qui s’est dirigé vers la plage. Le naturaliste qui tenait la barre a immobilisé le zodiac à une dizaine de mètres du bord, moteur au ralenti. Les ours polaires sont de formidables nageurs et il fallait être prêt à filer en vitesse, au cas où l’un de ces grands prédateurs se serait avisé que nous étions des proies potentielles. Et là, tout s’est passé très vite. Nous avons aperçu un ours adulte se précipiter sur un ourson. C’était un mâle, – mais comment reconnaître, à cette distance, une trentaine de mètre, et si rapidement, un mâle ou d’une femelle?

    La mère – ça, nous l’avons vite compris! – s’est précipitée à la rescousse de l’ourson. Elle a mordu le mâle qui s’est enfoui sans demander son reste. Il saignait. Sa patte antérieure gauche était maculée de rouge. L’ourson, lui, semblait plus mal en point. «Il lui a arraché une patte!», s’est exclamé un des passagers du zodiac muni de puissantes jumelles qu’il m’a tendues pour que je constate – et confirme – les dégâts. Effectivement, le petit semblait avoir eu une patte arrière arrachée. Il se mouvait péniblement, en marchant sur les trois autres. Des traînées rouges zébraient le moignon inutile.

    Le zodiac a longé la plage pour nous permettre de garder l’œil sur le mâle qui semblait vouloir rejoindre un autre trio formé d’une femelle et de ses deux oursons. Celle-ci le fuyait, manifestement, comme si elle avait voulu éviter que le gros méchant fasse subir le même sort à un de ses petits. Mais elle a réussi à le contourner avec sa progéniture et le mâle s’est éloigné seul, en claudicant. Ce n’est que l’après-midi, après que les naturalistes aient pu analyser les photos et les films pris à l’aide de puissants téléobjectifs par la photographe et le vidéaste du bord qui avaient capté la scène depuis un autre zodiac, que nous avons eu le fin mot de l’histoire.

    Une histoire qu’a reconstituée José Sarica, un des naturalistes du bord spécialisé dans les mammifères marins et… dans les ours polaires. «Ce sont des mammifères marins, puisqu’ils passent le plus clair de leur temps, non pas sur terre, mais sur la banquise qui dérive sur l’océan Arctique», a-t-il expliqué d’emblée, en entamant une conférence sur le sujet. En fait, ils y passent sept mois, parce que c’est sur ces îles de glace qu’ils trouvent l’élément principal de leur régime alimentaire : le phoque. Et plus particulièrement deux des six variétés connues de phocidés, le phoque annelé – le plus petit de tous – et le phoque du Groenland.

    Ceux-ci se creusent des cavités sous la banquise et c’est dans ces chambres qu’ils mettent bas leurs petits et les nourrissent jusqu’à la fonte des glaces, en juin, ne les quittant que pour pêcher leur nourriture, morue, capelan, crustacés… Or, les ours blancs bénéficient d’un odorat tellement puissant qu’ils sont en mesure de repérer ces phoques à 50 kilomètres de distance et, ce, alors même qu’ils sont protégés par une couche de deux mètres de glace. Arrivé au-dessus du terrier, l’ours n’a plus qu’à creuser la glace – une affaire de quelques secondes pour un colosse équipé de telles paires de griffes! – et à se servir. Il ne consomme à peu près que la graisse, histoire de reconstituer sa propre masse de gras qui lui servira de réserve pendant l’hiver. L’ours est généralement suivi à la trace par un renard arctique qui, lui, se régalera de la viande que le grand prédateur a dédaignée.

    En passant le film tourné par le vidéaste du bord au ralenti, José Sarica et ses collègues naturalistes se sont aperçus que la patte de l’ourson agressé était déjà atrophiée avant l’attaque du grand mâle. Pourquoi celui-ci s’était-il précipité sur lui? «Peut-être parce qu’il avait faim et, s‘étant aperçu qu’il ferait une proie facile puisqu’il était déjà handicapé», a risqué José, en guise d’explication. Nous étions à la fin de l’été, Depuis trois mois, l’ours avait du se contenter de manger des œufs d’oiseaux (une colonie de guillemots de Brünnich nichait dans les anfractuosités des falaises d’Akpatok), des oisillons tomber du nid et des baies arctiques incrustées dans les tapis de toundra. Rien d’assez consistant pour reconstituer ses réserves! «Mais le plus probable, c’est qu’il voulait tuer l’ourson parce qu’il avait envie de copuler. Or, tant que les mères n’ont pas sevré leurs oursons, elles ne sont pas réceptives aux avances des mâles.»

    Sur le film qu’on nous a passé au ralenti dans le théâtre du bateau, nous avons pu constater que le grand mâle qui avait jeté l’ourson à terre, avait tenté de le tuer en le mordant au cou. En se débattant, le jeune avait réussi à éviter la morsure fatale et à griffer profondément le flanc de son agresseur. C’est probablement l’effet de surprise ainsi créé qui lui avait sauvé la vie. Au même moment, sa mère avait attaqué l’ours par derrière et l’avait mis en fuite. Même s’il était près de deux fois plus imposant – un ours polaire de sexe mâle pèse plus de 600 kilos, quand la femelle en fait moins de 300 – l’agresseur n’avait pas demandé son reste.

    L’ourson allait-il survivre? Nous l’avions vu prostré sur le pierrier de la plage, alors que sa mère s’éloignait en compagnie de son autre ourson (les femelles ont presque toujours une portée de deux petits). «Je ne sais pas s’il survivra à long terme, puisqu’il est handicapé, mais il survivra cette fois-ci», a conclu José Sarica. «Il était prostré parce qu’il a subi un choc psychologique et la mère a d’abord feint de s’éloigner, mais elle est revenue le chercher, quand elle a réalisé qu’il ne suivait pas. Il saignait un peu, c’est vrai, mais c’était une blessure superficielle. Manifestement, son moignon de patte, lui, était cicatrisé depuis longtemps. Ce devait être le résultat d’une attaque ancienne.»


    • Bonjour,

      C’est attristant d’être au courant de toutes les injustices dans la nature mais la vrai question a se poser est plutôt, est-ce que nous sommes les vrais prédateurs des ours polaires avec toute la pollution que nous produisont qui les oubligent à modifier leur comportement? Il y aura toujours des situations déplorables avec les animaux mais la plupart du temps, c’est nous les meurtriers qui détruisent leurs habitats en aidant au réchauffement climatique. Comment les gens peuvent constater que la terre et plusieurs de ces espèces animals dépérissent sans réagir et en continuant de faire comme si de rien était? Alors pour ceux qui accordent de l’importance au futur de notre planète, prener une nouvelle résolution pour sauver nos espèces en danger. Merci à tous!

    • Cette merveilleuse histoire me fait comprendre comment vivent les ours polaires. Je trouve que c’est très interessant de voir que nous pouvons observer les ours et leur comportement dans cet immense terre glacer. Je constate que leur vie n’est pas toujours facile et qu’il doivent ce débrouiller pour sur vivre malgré leur handicap (comme le petit ourson). C’est facinant comment ils sont capable de repérer leur proie seulement grâce à leur odora. Personnellement je trouve que les véritables prédateurs des ours son les humains et j’espère qu’un jour nous ne le serons plus.

    • Nous trouvons que l’instint maternelle peut être très puissant, que même si l’ourson était handicapé la mère le soutien toujours ce qui est pour les annimaux très râre. Pour nous cette situation est très triste et touchante mais démontre l’incroyable instint de survie de ces bêtes à poils! Lorqu’on nous regarde, nous les humains , nous voyons que notre vie est une partie de plaisir mais pour eux c’est beaucoup plus compliqué. Chasse, pêche, reproduction et se protéger contre leurs prédateurs est leur vie quotidienne, c’est pourquoi ils ne peuvent se permettre aucun repos -bien-sûr ils dorment- mais leur journée est remplis comme ça ne se peut pas. Quand ont repense à cette histoire, ont se demande qu’est ce qui est arrivée au petit ourson et aussi au mâle, son agresseur, est-ce que la mère à fini par abandonner sont petit ou va-telle rester jusqu’à son âge adulte ?

    • @maudeee La population des ours populaires a augmente. Alors il ne faut pas s’en faire avec ca. Concernant le réchauffement climatique, on n’y peu rien. Il ya des cycles solaires qui causent ca. Souvenez-vous de la petite ere glaciere. Ca n’avait pas ete cause par l’homme!

    • @mh188888

      Je ne sais pas d’où vous sortez ça, mais la population d’ours polaire est en déclin…http://www.arctic.noaa.gov/reportcard/biodiv_polar_bears.html

      Aussi, les cycles solaires ont depuis longtemps été écarté comme cause de ces changements… Le CO2 et son rejet massif dans l’environnement depuis le début de l’ère industriel est le principal responsable…

      http://blogues.lapresse.ca/sciences/2012/06/07/co2%C2%A0-le-cap-des-400-ppm-franchi-en-avril/

    • Les ours blancs se nourrissent essentiellement de phoques chassés près de la banquise et la disparition graduelle des glaces dans le nord canadien rend la chasse beaucoup plus difficile pour eux. Les phoques sont très agiles dans l’eau et les ours ne sont pas de taille dans cet élément. Il faut donc pour l’ours le prendre par surprise quand le phoque est sur la glace (il est très maladroit sur la glace ou sur terre) ou encore quand le phoque vient respirer à la surface, dans un trou d’aération.

      La perte de la banquise fait que les ours blancs ont bien du mal à se nourrir à cette époque de l’année et à reconstituer leur gras pour survivre l’hiver suivant. Il est donc plus probable que cet ours mâle ait été affamé et ait vu le jeune comme la proie ultime – il n’est pas rare que les ours mâles s’attaquent aux jeunes ours pour les dévorer.

      Il est aussi notoire que c’est le réchauffement des températures au nord qui cause la perte des glaces et ce réchauffement est causé en grande partie par l’activité humaine (il faut noter ici que si le nord se réchauffe, il y a d’autres parties de la planète qui refroidissent et il est préférable de parler de changements climatiques plutôt que de réchauffement). Cependant il est dorénavant trop tard pour renverser la tendance (on pourrait au mieux la ralentir mais ce n’est pas réaliste quand des gouvernements comme celui du PM Harper ne veulent rien faire de peur de perdre l’appui des minières et des pétrolières) et le sort des ours blancs est maintenant incertain. Il est probable qu’il y ait certaines populations à l’ouest qui vont se métisser avec l’ours brun – il y a déjà quelques spécimens qui ont été vus dans l’Arctique occidental canadien. L’ours brun est mieux équipé pour la chasse sur terre et dépend moins de proies marines comme le phoque – il se nourrit souvent de poissons sur la côte ouest (montaisons de saumons). Reste à voir si une nouvelle espèce va voir le jour et comment elle va évoluer.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité