Le courrier du voyageur

Le courrier du voyageur - Auteur
  • André Désiront, collaboration spéciale

    Depuis 1984, André Désiront couvre l'actualité reliée au domaine du voyage pour un magazine spécialisé.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 23 septembre 2012 | Mise en ligne à 10h10 | Commenter Aucun commentaire

    La plus belle route panoramique d’Italie

    Q: Nous planifions un voyage de deux semaines sur la côte amalfitaine et dans la région de Pompéi, en mai 2013. Serait-il préférable d’atterrir à Rome et y passer quelques jours (nous avons déjà visité la cité antique, la chapelle Sixtine, le musée du Vatican et la fontaine de Trévi lors d’un précédent voyage), ou plutôt à Naples? Quels sont les points d’intérêt à ne pas manquer? Devrions-nous louer une voiture ou voyager par train ou autobus?
    France Lebrun

    R : Bien qu’il vous reste beaucoup de choses à visiter à Rome, je vous recommanderais plutôt de vous concentrer sur la côte amalfitaine et la région du golfe de Naples, où vous n’aurez pas assez de deux semaines pour épuiser la liste des points d’intérêts à visiter. La côte amalfitaine, elle-même, cette petite bande de littoral d’une cinquantaine de kilomètres, entre Positano à Salerne, aurait de quoi vous occuper près d’une semaine.

    Il faut y visiter Amalfi (le Duomo et le village voisin d’Atrani qu’on peut rejoindre à pied), Ravello (le Duomo, les villas Cimbrone et Ruffolo) et Salerne (le bord de mer, le Duomo, la via dei Mercanti), autant de localités qui méritent chacune une journée d’excursion, si, en plus des visites de rigueur, vous vous attardez à flâner dans leurs rues et à vous prélasser sur leurs terrasses.

    Je recommande que vous vous installiez à Positano (ou à Praiano, juste à côté) pour trois raisons : la beauté du site, puisque ce village de 4000 habitant est, selon moi, le plus beau de toutes les stations de cette côte ; les facilités d’hébergement, puisque vous y trouverez un vaste choix d’appartements à louer sur les hauteurs, avec des vues sublimes de la mer et du village ; la situation, puisqu’il est commodément situé entre Salerne, d’une part et Sorrente (à 22 kilomètres) d’autre part.

    En effet, cette dernière ville ne se trouve pas sur la côte amalfitaine, qui ourle le golfe de Salerne, mais de l’autre côté d’une péninsule, sur le golfe de Naples. Elle mérite qu’on lui consacre deux jours de découverte, pas nécessairement consécutifs, le premier pour explorer la ville, le second pour découvrir les villages de sa presqu’île (Capo di Sorrento, Termini, Sant’Agata…).

    Même si la route de corniche qui longe la côte amalfitaine est une des plus belles d’Italie (la plus belle, à mon sens), il serait dommage de ne pas déborder sur l’arrière pays en empruntant un des sentiers de randonnées balisés qui serpentent sur les hauteurs en ménageant des fenêtres sur des paysages que le touriste moyen entrevoit rarement. Le sentier qui relie Positano à Agerola, par exemple, ou celui qui va de Positano à Praiano.

    Ce ne sont pas les incontournables qui manquent pour meubler le reste de votre séjour. Car il faudra que vous alliez passer une journée à Capri et une autre à Ischia, l’autre très belle île du golfe de Naples. Toutes deux sont facilement accessibles par traversier au départ de Sorrente (et de Positano, pour Capri).

    En fait, mieux vaudrait consacrer deux jours à l’île de Capri, ce qui, outre la ville éponyme, la villa Jovis (où résidait l’empereur Tibère) et l’excursion en bateau au départ du port de Marina Grande vers la grotte Bleue, vous permettrait aussi de découvrir le village d’Anacapri, la villa San Michele et la grimpée (à pied ou en funiculaire), au mont Solaro, d’où la vue porte jusqu’à Naples et Salerne. Si vous êtes en forme, il faudra marcher de Capri à Anacapri par le sentier du Passetiello qui franchit l’arête rocheuse séparant l’île en deux et passe par la vallée de Cetrella.

    Moins éblouissante que Capri, Ischia n’en est pas moins incontournable. Une journée suffit pour déambuler dans la ville d’Ischia et l’île fortifiée du château et (à condition de louer une vespa ou une voiture) de faire le tour de l’île.

    Situées, respectivement, à 30 et 40 kilomètres de Positano, Pompéi et Herculanum sont deux autres sites incontournables. Comme Pompéi était une grande ville pour l’Antiquité (25 000 habitants), le site est assez étendu et une journée ne suffit pas à en épuiser les points d’intérêt. Il faudra donc vous concentrer sur la villa des Mystères, qui est le bâtiment le mieux conservé, les thermes de Stabies, la maison des Vettii (pour les superbes peintures) et, s’il vous reste du temps, la maison du Faune.

    Vous devrez peut-être, faute de temps, négliger Herculanum (ainsi qu’un autre site fabuleux, Paestum, qui n’est pas très loin), mais il faudra impérativement passer une journée à Naples qui, malgré tous les défauts qu’on lui prête, est une des cités les plus intéressantes d’Italie. Comme il s’agit d’une grande ville (2,5 millions d’habitants), il est impossible d’en épuiser les curiosités en une journée, L’idéal est de se cantonner à la vieille ville, aux alentours de la piazza del Municipio, dans le centre, et à un musée (la galerie di Capodimonte est un des plus beaux d’Italie).

    En ce qui concerne le transport aérien, vous aurez le choix entre des vols directs au départ de Montréal vers Rome, avec Air Canada et Air Transat, ou encore de prendre une compagnie comme Air France, KLM ou British Airways, qui assurent des liaisons vers Naples depuis leurs plaques tournantes respectives. Dans les deux cas, vous pourrez prendre le train jusqu’à Sorrente (mais en venant de Rome, il faut changer à Naples).

    Sur la côte amalfitaine, je déconseille la location de voiture, car il est toujours très difficile de stationner : les routes et les rues sont très étroites et, sauf exception, les villas ou appartements de location ne disposent pas de stationnements. En outre, les centres de certaines villes (Sorrente, Salerne, Amalfi) sont interdits aux voitures des non-résidents.
    Tous les endroits mentionnés ci-dessus sont facilement accessibles par bus (la SITA) depuis Positano, même s’il faut changer à Sorrente ou Salerne pour les endroits plus éloignés (Pompéi, Naples…). Hormis Naples et Salerne (160 000 habitants), la plupart des localités mentionnées sont des gros villages (même Sorrente et Amalfi), qui se visitent bien à pied.

    Quelques adresses pour trouver un appartement ou une villa sur la côte amalfitaine : www.summerinitaly.com; www.italy-rental-villa.net; www.vrbo.com; www.abritel.com; www.homelidays.com.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives